Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le harcèlement moral ou la violence perverse au quotidien

Publié le par adihbhv

  

LE HARCELEMENT MORAL
ou la violence perverse au quotidien
 



Nous vous proposons une réflexion à partir des travaux de la psychiatre Marie-France Hirigoyen qui a étudié particulièrement le harcèlement moral
_____
 
"L'imagination humaine est sans limites quand il s'agit de tuer chez l'autre la bonne image qu'il a de lui-même. On masque ainsi ses propres faiblesses et on se met en position de supériorité. C'est la société tout entière qui est concernée dès qu'il est question de pouvoir. Dans une société qui fonctionne sur la loi du plus fort, du plus rusé, les pervers sont rois. Quant la réussite est la principale valeur, l'honnêteté paraît faiblesse."
 

Marie France Hirigoyen a qualifié cette situation dans son livre "Le harcèlement moral",( Editions La Découverte et Syros). Nous reprendrons ci après de courtes citations pour illustrer ce vil comportement.
 
"Un individu pervers est constamment pervers. Il est fixé dans ce mode de relation à l'autre et ne se remet en question à aucun moment. Même si sa perversité passe inaperçue un certain temps, elle s'exprimera dans chaque situation où il aura à s'engager et à reconnaître sa part de responsabilité, car il lui est impossible de se remettre en question. Ces individus ne peuvent exister qu'en "cassant"quelqu'un; il faut rabaisser les autres pour acquérir une bonne estime de soit, et par là même acquérir le pouvoir, car ils sont avides d'admiration et d'approbation. Ils n'ont ni compassion ni respect pour les autres puisqu'ils ne sont pas concernés par la relation."
 
"La perversion fascine, séduit et fait peur. On envie parfois les individus pervers, car on les imagine porteur d'une force supérieure qui leur permet d'être toujours gagnants. Effectivement, ils savent naturellement manipuler, ce qui semble un atout dans le monde des affaires ou de la politique. On les craint également car on sait instinctivement qu'il vaut mieux être avec eux que contre eux. C'est la loi du plus fort. le plus admiré est celui qui sait jouir le plus et souffrir le moins. "
 
"De toute façon, on fait peu de cas de leurs victimes, qui passent pour faibles ou pas très malignes, et, sous prétexte de respecter la liberté d'autrui, on peut être amené à être aveugle sur des situations graves. En effet, une tolérance actuelle consiste à s'abstenir d'intervenir dans les actions et dans les opinions d'autres personnes alors même que ces opinions ou actions nous paraissent déplaisantes ou même moralement répréhensibles. De même, nous avons une indulgence inouïe à l'égard des mensonges et des manipulations des hommes de pouvoir. La fin justifie les moyens. Mais jusqu'ou est ce acceptable ?...........Nous avons perdu les limites morales ou religieuses qui constituaient une sorte de code de civilité et qui pouvaient nous faire dire:" Cela ne se fait pas !"."
 
"Nous ne retrouvons notre capacité à nous indigner que quand les faits apparaissent sur la scène publique, relayés et amplifiés par les médias."
_______
  
Du même auteur:
            - Thèse: La destruction morale, les victimes des pervers narcissiques. (1995).
            - Le harcèlement moral, la violence perverse au quotidien. (1998).
 
_____

L'équilibriste

Publié le par adihbhv

 
 
 EN URBANISME, COMMENT PEUT-ON CONCILIER
INTERET GENERAL ET INTERET PRIVE ?
 
... en faisant de la promotion immobilière ! 
_______
 
 
Si vous êtes un virtuose de l'acrobatie, c'est simple comme  bonjour, en fait :
.
1)          Vous êtes promoteur immobilier et dans un premier temps vous sollicitez auprès de Monsieur le Maire de Noisy le Grand un permis de construire (PC n° 9305105 C 0099 du 10 avril 2006), pour réaliser 30 logements (2T1, 24T2,4T3) + combles, au 18, Boulevard Foch, à Noisy le Grand., sans aucun logement social bien évidement. C'est du standing !
Ca, c'est pour votre intérêt particulier.
 
2)          Dans un deuxième temps, au moment de l'Enquête Publique sur les Bas-Heurts, vous renseignez le registre mis à la disposition du public en délivrant un témoignage de satisfaction au projet de Monsieur le Maire de Noisy le Grand, du style : « Je suis favorable au projet envisagé pour une harmonie du quartier,  qui laissera plus d'espaces verts? ».
Ca, c'est pour l'intérêt général des autres.
 
Ca ne mange pas de pain et ça entretien les bonnes relations. Vous pouvez même pousser la plaisanterie en distribuant une petite publicité dans les boîtes aux lettres aux Bas-Heurts. Ben oui, vous possédez aussi une agence immobilière, et sait-on jamais braves citoyens, "je pourrais peut être vous rendre un petit service ?"...
Et puis, zut alors, il faut bien vivre ! Les temps sont tellement difficiles avec toutes ces charges !
 
Elle est pas belle la vie, à Noisy le Grand ?
 


 
 Nouveau : Consultez et publiez les commentaires déposés sur le registre public :
http://noisy-enquete-publique.over-blog.com/


Retour à la page d'accueil : http://noisy-les-bas-heurts.over-blog.com/

Publié dans humour...

Le harcèlement continue...

Publié le par adihbhv




Voici le courrier que reçoivent les habitants du quartier : un cabinet de transactions immobilières bien informé sur les noms des résidents et les numéros de leurs parcelles s'emploie à une forme de pression bien connue aux Bas-Heurts.

Nous sommes en période d'enquête publique, c'est à dire que rien n'est encore décidé par le Préfet. Il n'y a donc pas d'expropriations aujourd'hui!

Cette forme de harcèlement et de mise sous le fait accompli est détestable et vise à déstabiliser les personnes les plus faibles pour des opérations mercantiles privées servant aussi les projets immobiliers de la municipalité !

 

 

Nouveau : Consultez et publiez les commentaires déposés sur le registre public :
http://noisy-enquete-publique.over-blog.com/


Retour à la page d'accueil : http://noisy-les-bas-heurts.over-blog.com/

Les commentaires de Sandra

Publié le par adihbhv

Bien que nécessaires, les derniers articles étaient un peu techniques. Sandra, bientôt 9 ans, nous fait un résumé de la situation...



 








Nouveau : Consultez et publiez les commentaires déposés sur le registre public :
http://noisy-enquete-publique.over-blog.com/


Retour à la page d'accueil : http://noisy-les-bas-heurts.over-blog.com/

Publié dans humour...

La vérité sur l'AFUA de l'Espérance

Publié le par adihbhv

Historique d'une espérance avortée et d'une dissolution municipale programmée


Face à la lancinante dialectique de M. Le Maire, inexacte et totalement contraire à la vérité, sur l'origine de l'AFUA de l'Espérance du quartier des Bas Heurts, l'ADIHBH-V se doit aujourd'hui de rétablir la vérité.
 
Pendant plus de 30 ans, dans ce quartier, de nombreux habitants ont subi la menace de l'autoroute A 87, projet abandonné en 1984.
 
Lors d'une révision du Plan d'Occupation des Sols en 1990, Madame Richard alors Maire de Noisy-le-Grand, avait proposé de classer cette zone NA « non constructible », en zone UG pavillonnaire afin de permettre à ce quartier un développement urbain cohérent sans expropriation, sachant que le prédateur qui sévissait sur le secteur était à l'époque vraisemblablement l'EPA MARNE.
 
C'est donc le 23 novembre 1991, que fut créée l'Association Foncière Urbaine Autorisée de l'Espérance (A.F.U.A), afin de remembrer, de redonner une autonomie à certaines parcelles trop étroites ou enclavées pour préserver le patrimoine des propriétaires en les faisant participer, tant en surface qu'en taxes diverses, comme l'assainissement par exemple. A cette époque le coût total de l'opération s'élevait à 2,5 MF

Toutefois, ultérieurement, tout a dégénéré dans le non respect des statuts, la valse des coefficients réducteurs pour l'emprise des voiries et la répartition des charges.

En mai 1994, Monsieur le Maire PONTONE proposait d'allouer une subvention Municipale de 3,00 MF représentant 50% des travaux, à condition que les propriétaires se mettent d'accord sur le remembrement.

En 1996, pour les 42 propriétaires aux revenus modestes, retraités ou autres, le montant des dépenses s'élevait déjà à 8,5 MF.

Sur cette même période un bureau d?Etude avait travaillé pour étudier les différents scénarios envisageables sur les bas Heurts,et le projet avait déjà couté 364 000 F. Toutefois, pour différents problèmes administratifs (Préfecture, Municipalité,?) l'AFUA n'a pu faire face à ses créancier. Ainsi, dans le courant du premier trimestre 1995, la société Géo-Ingineering assignait le Président de l'AFUA devant le Tribunal de Grande Instance de Bobigny, pour dépenses engagées non réglées.

En 1995, l'arrivée d'une nouvelle Municipalité, intronisait Messieurs Marc FOUCHY (Maire Adjoint chargé de l'urbanisme) et Michel MIERSMAN (1er Adjoint chargé des Finances) représentant la Ville de Noisy le Grand, dans le Syndic. D'entrée, dans sa séance inaugurale du 4 décembre 1995 qui fera date dans l'histoire des Bas Heurts, M. MIERSMAN rappelait l'attachement de la ville à cette opération d'urbanisme, pour deux raisons, à savoir :
 
  • L'AFUA de l'Espérance a été créée à l'initiative de la ville aux fins d'éviter les expropriations trop fréquentes en ZAC, (NDLR : lorsque nous connaissons la suite des événements sur la ZAC de la Croix aux Biches, heureusement que le ridicule ne tue pas ! Nous apprécierons encore une fois tout le crédit que nous pouvons accorder à M. le Maire)
  • La commune est propriétaire de terrains au sein du périmètre et a, comme tout propriétaire privé intérêt à la réussite du remembrement.
 
C'est pourquoi, compte tenu des difficultés financières que rencontre l'Association pour régler ses créanciers, la Municipalité allouera dans le cadre du budget supplémentaire 1995, une subvention de 364 000 F, qui viendra en déduction de la subvention Municipale de 3MF, sous réserve qu'une majorité se dégage quant à la poursuite de l'AFUA (NDLR :Nous verrons ultérieurement que la municipalité a voté pour la dissolution de l'AFUA.?)
 
Lors d'une Assemblée Générale Extraordinaire, le 2 avril 1997, les propriétaires n'ayant pas réussi à se mettre d'accord sur la répartition des charges, le remembrement volontaire devenait difficilement envisageable, et l'AFUA fut dissoute. En fait, il apparaît que sur 36 propriétaires représentant une surface totale de 36 196 m², 24 se sont prononcés pour la dissolution, 9 contre et 3 se sont abstenus. Précisons que la ville de Noisy le Grand, propriétaire de 5548 m² soit 15% du territoire s'est abstenu, alors que Monsieur le Préfet de Seine Saint Denis dans un courrier de décembre 1995 avait bien précisé que toute abstention serait considérée comme s'étant prononcé pour la dissolution.
 
En fait, voilà les vrais raisons et la réalité des choses, et non comme le précisait M. Michel Pajon dans Le Parisien du 12 juillet 2006 : « En 1995, quand j'ai proposé aux habitants de rationaliser économiquement et socialement le quartier, l'AFUA s'était engagée à me faire une proposition. Je l'ai soutenue financièrement, mais je n'ai jamais rien vu venir ! » Faux et encore faux, M. Pajon, le projet était initialement engagé par Madame Richard en 1991, différentes solutions ont été étudiées, ce qui a occasionné des frais. En 1995, vous avez tout simplement soldé la dette, tout en faisant des arabesques au sein du Syndic avec vos condisciples Messieurs FOUCHY et MIERSMAN, pour finalement voter  l'enterrement de première classe de l'AFUA  le 2 avril 1997, comme chaque fois que vous vous êtes introduits dans une Association à Noisy-le-Grand, afin de la noyauter.
 
Ultérieurement, le Président de l'AFUA a eu l'occasion de préciser que la ville n'avait pas joué le jeu dans cette affaire, en s'abstenant de voter le 2 avril 1997. Si la ville avait vraiment voulu un remembrement elle n'aurait pas voté pour la dissolution de l'Association. En l'espèce, les engagements électoraux du candidat Michel Pajon qui prévoyait de terminer les aménagements des Bas Heurts n'ont  une fois encore pas été tenus. Toutefois, dans le cadre de ce projet de remembrement, par voie de préemption, la ville en a profité pour acquérir plusieurs parcelles, et M. FOUCHY précisait qu'elle conserverait ses biens et qu'il n'y aurait pas de rétrocession.
 
Enfin, dans sa séance du 19 octobre 1998, Monsieur FOUCHY précisait qu'une réflexion était actuellement menée sur l'ensemble du périmètre de l'AFUA, portant à terme sur la réalisation de logements intermédiaires en petits collectifs et maisons de ville préconisée dans le cadre du Programme Local de l'Habitat (PLH), de la ville.
 
Effectivement, dans le PLH approuvé en Conseil Municipal le 17 juin 1999 et toujours en vigueur, (Chapitre : Scenario retenu et programmation - Schéma d'objectifs et d'actions - Fiches actions), nous trouvons page 15 : « Le périmètre de l'AFUA couvre en superficie environ 3,6 ha... La commune, propriétaire d'une partie des terrains pourrait d'ores et déjà élaborer un projet sur les parcelles la concernant. La maîtrise foncière permettrait également l'intégration de quelques programmes locatifs sociaux dans un projet d'ensemble ».
 
En conclusion, il faut maintenant expliquer à Messieurs les Commissaires Enquêteurs, pourquoi cette municipalité :
 
  • -n’a pas eu la volonté d’urbaniser raisonnablement les Bas Heurts, en 1997,
  • -n’a pas eu la volonté d’entretenir la voirie et les éclairages publics, alors que les résidents payent des impôts locaux et autres,
  • -lors de la concertation d’octobre 2004, avec son Architecte faisait une description apocalyptique du quartier, pour justifier son « urbicide », du style : aucun partage physique ou qualitatif des espaces, des parcelles qui débouchent sur la rue, pas de trottoirs, une succession de volumétrie qui n’arrivent pas à donner une cohérence et une structure, une typologie de l’habitat mélangé, etc….
  • -souhaite réaliser subitement un projet de ZAC pharaonique, sous la pression des promoteurs immobiliers, en rasant tout un quartier, alors que la logique d’un PLU, c’est la rénovation urbaine.
  • -pré fabrique une pseudo Utilité Publique complètement artificielle, alors que dans la réalité, il n’y a pas d’Utilité Publique,
  • -veut urbaniser maintenant 9,3 ha au lieu des 3,6 ha initiaux, en totale contradiction avec les préconisations du PLH de 1999, toujours en vigueur.
Lorsque l'on veut tuer ton chien, on dit qu'il a la rage !

 

Nouveau
: Consultez et publiez les commentaires déposés sur le registre public :
http://noisy-enquete-publique.over-blog.com/


Retour à la page d'accueil : http://noisy-les-bas-heurts.over-blog.com/