Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

84 articles avec information

Port du masque obligatoire en Seine Saint Denis pour certaines circonstances

Publié le par ADIHBH-V

PORT DU MASQUE

OBLIGATOIRE

EN SEINE-SAINT-DENIS !
______


Obligation du port du masque en Seine-Saint-Denis en vue de ralentir la propagation du virus COVID 19


Consulter l’Arrêté préfectoral du 02 juin 2021
Cliquer ici :

____

 


Retrouvez-nous sur Facebook

 

Une nouvelle desserte de transport en commun arrivera à Noisy le Grand

Publié le par ADIHBH-V

LE PROJET DE BUS ALTIVAL

ARRIVERA

À NOISY-LE-GRAND
______


Le projet de transport ALTIVAL, prévu pour 2022, facilitera la circulation des lignes de bus entre Ormesson et Noisy-le-Grand. Il traversera les communes de Chennevières, Champigny, Villiers et Bry. Il permettra de rejoindre rapidement les pôles de transport tels que la future gare de Bry-Villiers-Champigny.


La lettre de Christian FAVIER, Président du Conseil départemental du Val-de-Marne

Créteil le : 10 mai 2021

Madame, Monsieur,

Fin 2025, la station de métro « Bry-Villiers-Champigny » de la ligne 15 Sud du Grand Paris Express devrait ouvrir au public. Située aux abords de l’actuel magasin Bricorama, cette gare sera en correspondance avec le RER E quelques années plus tard.

Pour vous permettre d’y accéder, une liaison va être réalisée baptisée ALTIVAL. Elle reliera Noisy-le-Grand-Mont d’Est à Chennevières-sur-Marne fin 2025. Elle est conçue pour améliorer considérablement le réseau de bus existant grâce à une voie dédiée, mais aussi les déplacements non-polluants comme la marche et le vélo en créant des liaisons rapides entre votre quartier, le métro et le RER.

Après une concertation en 2016 puis l’enquête publique en 2019, le projet ALTIVAL connaît une évolution positive. Afin de tenir compte des avis exprimés lors de l’enquête, pris en compte par le département dans sa déclaration de projet du 10 février 2021, la voie dédiée aux Bus sera complétée d’une coulée verte et de voies cyclistes entre le Parc départemental du Plateau et la route départementale 4 à Chennevières-sur-Marne. Ces aménagements paysagers seront réalisés le long de la voie dédiée aux Bus, en lieu et place d’un projet autoroutier de l’Etat abandonné depuis.

Pour accompagner l’arrivée des 250 emplois du site de maintenance du métro et le développement économique aux abords du Centre commercial E Leclerc, le boulevard Jacques-Chirac sera prolongé, entre la rue Alexandre-Fourny et la rue Bernau à Champigny-sur-Marne.

Cette évolution du projet ALTIVAL conserve intact les bénéfices attendus pour le réseau du Bus du secteur. Elle sera par ailleurs soumise à votre avis lors d’une nouvelle enquête publique qui interviendra fin 2021-début 2022. Le Département adoptera le dossier support de cette enquête le 8 mai prochain. Ces délais habituels pour ce type de grands projets, permettent au Département de poursuivre les études en concertation avec toutes les parties prenantes.

Parallèlement, de nouvelles mesures de protection environnementale seront mises en œuvre. En effet, le Parc du Plateau à Champigny-sur-Marne a été classé « Espace Naturel Sensible » par le Département le 12 avril dernier. Ce Parc a vocation à s’étendre à l’Est afin de le relier directement à la future coulée verte et à la voie dédiée aux Bus.

Le Département engagera les travaux d’ALTIVAL dans environ 18 mois. Ce démarrage vise à garantir sa mise en service en même temps que la ligne 15 du métro, afin que le plus grand nombre puisse y accéder.

Soucieux de vous tenir informé de ces évolutions importantes pour votre cadre de vie, je vous prie d’agréer, Madame, Monsieur, mes salutation respectueuses.

Christian FAVIER


Le tracé du projet ALTIVAL
 

____

 


Retrouvez-nous sur Facebook

 

L'École Louis Lumière de retour à Noisy-le-Grand ?

Publié le par ADIHBH-V

L’ÉCOLE NATIONALE

SUPÉRIEURE LOUIS LUMIÈRE

REVIENDRA-T-ELLE

À NOISY-LE-GRAND ?
______

Louis Lumière à Saint-Denis


La Ville de Noisy-le-Grand souhaiterait que l’École Nationale Supérieure Louis-Lumière actuellement en recherche d’un nouveau site soit implantée sur une parcelle aujourd’hui inoccupée et dénommée Maille-Horizon-Sud, située à la lisière de Bry-sur-Marne.

Cette implantation a été proposée par les Villes de Bry-sur-Marne, Villiers-sur-Marne et Noisy-le-Grand, dans un courrier (voir ci-après) adressé le 06 mai dernier à la Ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, ainsi qu’à la Ministre de la Culture.

Lire le courrier du 06 mai 2021

Cliquer ici

La situation aujourd’hui

L'École Nationale Supérieure Louis-Lumière (ou ENS Louis-Lumière) est une École de cinéma, de photographie et de son française, fondée en 1926 et installée depuis 2012 à la Cité du cinéma à Saint-Denis.

Elle est historiquement la deuxième École de cinéma au monde après la VGIK (Moscou, Russie) et la plus ancienne des six Écoles de l'enseignement supérieur public français où sont enseignés les métiers du cinéma
Historique

Créée en 1926 sous l'impulsion de personnalités comme Louis Lumière ou Léon Gaumont, initialement sous le nom d'«École technique de photographie et de cinéma » (ETPC) puis devenue l' «École Nationale de Photographie et Cinématographie » (ENPC).

Cette École professionnelle de grande renommée fut installée au 85, rue de Vaugirard à Paris pour sa première rentrée des élèves en octobre 1927, jusqu'en 1973, d'où son surnom de « Vaugirard ». En 1967 il est prévu que l'École s'installe à Saint-Germain-en-Laye, finalement elle ira s'installer rue Rollin, dans le 5e arrondissement jusqu'en 1989.

L'École a occupé de 1989 à juillet 2012 un ensemble de 8 000 m2 situé à Noisy-le-Grand (Seine-Saint-Denis), au sein d'un dispositif Économique et Universitaire qui comprenait entre autres, l'Université Paris-Est Marne-la-Vallée et l'Institut National de l'Audiovisuel (INA).

Louis Lumière à Noisy-le-Grand en 2012.

L’École Louis Lumière de Noisy-le-Grand :

de la prison au quartier de Ville

L'ancienne École de cinéma Louis Lumière, à Noisy-le-Grand, a bien failli connaître un autre destin. Finalement, ce n'est pas une prison mais un quartier qui y verra le jour. Le terrain de 3,8 hectares accueillera le projet dessiné par BNP Paribas Immobilier, avec les architectes Reichen & Robert ainsi que Brenac & Gonzales & Associés, dans le cadre de l'appel à projets numéro 2 « Inventons la Métropole du Grand Paris ».

Ce nouveau morceau de Ville comportera, au centre, un plan d'eau et des espaces verts. L'École, construite en 1988, et vide depuis son transfert en 2012 à la Cité du Cinéma de Luc Besson, à Saint-Denis, sera conservée. Réhabilité, avec des façades végétalisées, le bâtiment deviendra « Le Révélateur », un espace de 6.500 mètres carrés composé d'un tiers lieu avec un café cantine, un incubateur pour les start-ups, un atelier de réparation et un mur d'escalade.

Le futur aménagement du site Louis Lumière à Noisy-le-Grand (projet non définitif).

____

 


Retrouvez-nous sur Facebook

 

Brigitte MARSIGNY sanctionne Joëlle HÉLÉNON

Publié le par ADIHBH-V

BRIGITTE MARSIGNY

RETIRE LES DÉLÉGATIONS

 DE JOËLLE HÉLÉNON !

« LE PARISIEN EN PARLE »

______

 

En lui retirant toutes ses délégations, Brigitte MARSIGNY sanctionne sa deuxième adjointe le lundi 12 avril 2021.

Joëlle HÉLÉNON officiait aux services des Noiséens dans les domaines :

  • Des solidarités,
  • De l’Emploi et de l’Insertion,
  • De la Jeunesse,
  • Des Séniors,
  • Du Quartier OUEST (hors Bas-Heurts)

 

Le PARISIEN du vendredi 16 avril 2021 sous la plume

d’Alexandre ARLOT

____

 


Retrouvez-nous sur Facebook

 

Lettre ouverte de Joëlle HÉLÉNON, conseillère municipale

Publié le par ADIHBH-V

JOËLLE HÉLÉNON,

VIOLEMMENT PRISE À PARTIE.

SA LETTRE OUVERTE

AUX NOISÉENS !
______

Un mois déjà depuis ce 13 mars 2021, jour de ma venue au commissariat de Noisy-le-Grand. Trois semaines aussi depuis la publication du communiqué du Maire sur les réseaux sociaux, indiquant que j’avais manqué de discernement. Trois semaines que mon nom circule, sali, souillé. Trois semaines que les intérêts politiciens priment l’instrumentalisation d’une sordide affaire de violence à la protection d’intérêts citoyens supérieurs. Trois semaines que je suis livrée aux chiens.


Aucun élu de la majorité n’est intervenu pour dire stop à ce lynchage sur les réseaux sociaux. Six d’entre eux m’ont appelé pour connaître les faits et me soutenir. Trop peu ont questionné le fond. Trop ont manipulé les faits de manière éhontée.


20 élus de la majorité ont rédigé une pétition contre moi. Plusieurs adjoints au Maire ont demandé le retrait d’une ou de toutes mes délégations. Quelques-uns se sont déjà répartis celles-ci, tels des charognards.


Aujourd’hui, j’ai décidé de ne plus me taire et de rétablir la vérité des faits auprès des noiséens.


*****


Ce samedi 13 mars, je suis l’élu d’astreinte. Après avoir célébré des mariages en matinée, je suis en réunion avec des noiséennes. Ce sont des mamans. Et les sujets abordés tournent autour de l’aide sociale, de l’emploi et des activités pour les jeunes.

À 18h00, je suis appelée par ma collègue, Mareme Fall. Elle est paniquée au téléphone. Son fils, et 4 autres jeunes adolescents ont été interpellés par une patrouille de la compagnie de sécurisation et d’intervention de la Seine-Saint-Denis ; elle ne comprend pas pourquoi ; elle est au commissariat et me demande de venir.

Je pars immédiatement. Une des mamans présentes me conduit au commissariat. Sur le trajet, une autre noiséenne m’appelle, dans la même détresse. En me dirigeant vers le commissariat, je rencontre Monsieur et Madame Y qui me disent que leur fils a été également interpellé.

À la question du Parisien, « l’adjointe au Maire a-t-elle tenté de faire pression sur la police ? », la réponse est NON.

Mon rôle dans ce commissariat fut d’être aux côtés des familles, d’être un soutien pour elles, en ma qualité d’élu d’astreinte, d’adjoint au Maire de quartier.

Ce samedi 13 mars, j’ai été avec ces parents, choqués par la brutalité de l’interpellation de leurs enfants, terrifiés devant leur garde à vue, perdus face une procédure qu’ils ne connaissent pas.

Aujourd’hui, je reste aux côtés de ces familles horrifiées, blessées mais combatives. De faits graves et condamnables se sont passés ce samedi 13 mars, aux Espaces d’Abraxas lors de l’action de la police et lors de cette garde de vue dans ce commissariat. 

Les 4 familles des enfants interpellés ont porté plainte contre X pour injures racistes, violence et abus d’autorité. J’ai également porté plainte pour injure raciste.

Le 26 mars, Monsieur Loïc PAGEOT, procureur adjoint près le Tribunal de Bobigny, informa notre avocat avoir demandé l’ouverture d’une enquête après le dépôt de ces 5 plaintes.

Ce samedi 13 mars, ma seule intervention auprès des policiers fut de demander, d’insister vivement, avec émotion, pour la venue d’un médecin afin d’examiner le jeune A, sorti de garde à vue avec un hématome à la tête. N’est-ce pas le strict respect de la loi ?  N’est-ce pas le strict respect des droits de tout gardé à vue ?

Devant mon insistance, les pompiers sont appelés. A. nous confie alors que lors de son interpellation, un policier l’a maintenu au sol en positionnant son genou sur sa tête. Les pompiers venus examiner A. lui diagnostiqueront plusieurs hématomes à la tête. A. sera transporté par les pompiers à l’hôpital pour un examen plus poussé.

Les plaintes déposées, l’enquête ouverte : la vérité, toute la vérité sera révélée. Ces familles victimes iront jusqu’au bout. Ces 4 enfants doivent être reconnus dans leur statut de victimes afin d’être des adultes équilibrés et de bons citoyens. Je me félicite de leur détermination. Elles sont le porte-voix de ces familles respectables de nos quartiers populaires, dont les enfants ont été victimes de mêmes violences et qui se sont tues.

Je m’oppose à ce qui se murmure : Non ! tous les « jeunes noirs et arabes » de nos quartiers prioritaires de Ville ne sont pas des délinquants, ni des dealers.
La très grande majorité des familles de ces quartiers est travailleuse, courageuse, investie dans l’avenir de ses enfants.

C’est elle aussi qui s’est déplacée en nombre dans les urnes pour voter pour notre équipe municipale.

Ce 13 mars, au cœur de Noisy-le-Grand, 4 adolescents qui jouaient au foot ou au basket sur l’aire de jeux du quartier, ont connu les pires brimades : insultes, coups, menace de viol avec une matraque, humiliations, injures racistes …

Alors, je me tourne vers ces 20 pétitionnaires, vers ces 20 justiciers. Ceux qui étaient ce 13 mars confortablement installés chez eux avec leurs enfants. Ceux qui n’étaient pas dans ce commissariat. Ceux qui n’ont rien vécu de toutes ces violences. Ces 20 justiciers qui sont prêts, les pierres à la main, à me lapider en place publique. Ces 20 justiciers qui parlent d’erreur, d’erreur de jugement. Je les laisse à leurs accusations.

Toutefois, leur attitude rappelle des heures sombres de l’histoire de notre pays. Ces heures où par pur calcul politique d’aucuns ont préféré taire les atteintes graves à nos libertés fondamentales, d’aucuns ont privilégié leur petite carrière politique à ce qui fait la grandeur de notre nation ! Leur attitude me ramène tristement dans cette cour de récréation de mon école primaire de Rosny-sous-Bois, à ces insultes racistes, à ces crachats, à ces coups de mes camarades de classe. Leur attitude me ramène dans ce réfectoire de cantine, où les pions me demandaient de manger le vomi de mes camarades. Presque 50 ans après, je ne tolérerai pas que vous commettiez à nouveau cela contre des enfants de Notre République.

Quand la loi de notre République serait violée par ceux qui ont pour mission de la faire respecter, les citoyens que nous sommes, les élus que nous sommes, n’ont-ils pas pour devoir d’élever leurs voix ? Devons-nous assister aveugle à la République qu’on déshabille ? L’adulte que je suis devenue, le croit profondément.

Ce 13 mars, j’ai été aux côtés des noiséens qui me l’ont demandé. Je ne trahirai jamais les habitants du quartier dont j’ai la délégation.

Être au service des noiséens est l’unique sens de mon engagement politique. J’ai toujours répondu présent à leurs demandes, qu’elles soient du Pavé Neuf, du Mont d’Est, des Espaces d’Abraxas, antérieurement des Bas-Heurts, aujourd’hui de Maille Horizon Nord.

Ce n’est pas la première fois que je viens dans ce commissariat. J’y suis venue de nombreuses fois avec des familles souhaitant porter plainte, avec des femmes victimes de violences conjugales. Je connais bien sa petite salle d’attente glauque, ses affiches vieilles de 10 ans, cette chaise cassée …

Aussi, je regrette profondément que d’aucuns aient pu voir dans ma simple présence au commissariat, ce 13 mars, une quelconque forme d’ingérence. Mon intervention s’inscrit en parfaite cohérence avec la conviction du sens de mon engagement politique.

De même, me présenter sous les traits d’une pasionaria anti-police, relève d’une totale désinformation.

Dans le cadre de ma délégation de quartier, j’ai toujours été en lien avec des policiers nationaux et municipaux. J’ai eu plusieurs entretiens et échanges avec les 3 commissaires de police, les 2 précédents et l’actuel. Je sais pouvoir compter sur ces agents et officiers de police engagés pour la sécurisation et la lutte contre tous les trafics, dans nos quartiers.

Le débat ne peut se résumer comme trop souvent à une critique grossière de nos forces de l’ordre.

Pour être forte, la police de notre Pays doit jouir de toute sa légitimité. Pour être légitime, celle-ci ne peut souffrir d’un préjugé permanent d’abus et de violence. Il faut que cela change ! Il faut que cela change dans notre Ville !

Taire les dérives que j’ai subies et vues serait laisser croire à nos jeunes que l’autorité de l’État est vaine car injuste.

Je suis en faveur d’une police présente dans l’ensemble de notre Ville. Les quartiers prioritaires de notre Ville ne sont pas, ne doivent pas être des zones de « non-droits ».
Je suis en faveur d’une police présente tous les jours dans nos quartiers. Toutefois, je veux une police citoyenne, une police respectueuse des droits de chaque noiséen, quelque soit la couleur de sa peau, son âge, son niveau social, son quartier.

La demande de tout noiséen est une demande de sécurité, de tranquillité publique, de tranquillité résidentielle, c’est-à-dire « Être bien chez soi » ; Être tranquille chez soi » ; « Rentrer en sécurité chez soi ». La réponse principale à cette demande est une police de proximité.

Une police de proximité est une police de sécurité du quotidien. Une police de proximité qui connaît les habitants et leurs problématiques. Une police de proximité identifiée par les habitants. C'est établir un cercle vertueux.

Une police de proximité est aussi une police en lien constant avec les agents de médiation.

Cette position est celle que j’ai toujours tenue auprès des noiséens du quartier Ouest, notamment au sein de réunions d’informations, d’échanges et de travail. Plusieurs dizaines de noiséens et d’acteurs locaux pourront l’attester.

Mon engagement politique en tant qu’élue locale illustre ma volonté de servir mes concitoyens avec humilité mais surtout efficacité. Le confort de la soie de mon écharpe importe peu aux Noiséens, ils attendent que je sois à la hauteur de la confiance qu’ils nous ont accordée. C’est ce que j’ai fait avant ce 13 mars et ce 13 mars.

Alors, au final, que dit la rumeur qui enfle ? Joëlle Hélénon gêne ; Joëlle Hélénon a une trop grosse délégation ; Joëlle Hélénon fait de l’ombre à certains ; Joëlle Hélénon veut prendre la place du Maire ; Joëlle Hélénon est une rivale pour ceux et celles qui se voient déjà Maire de Noisy-le-Grand en 2026.

Rumeur vaine. Elle ne sert aucun noiséen. Elle dessert la politique locale, enlisée dans des tribulations infantiles quand nos administrés attendent bien plus de nous.

J’ai reçu, le 12 avril dernier, un SMS du Maire m’annonçant le retrait de mes délégations. J’ai réceptionné, en recommandé avec AR, le 13 avril dernier, l’arrêté du Maire n°21/40.

Je reste la tête haute, fière de mes valeurs. Chers noiséens, fière de vous avoir servi, heureuse de vous avoir soutenu.

Joëlle HÉLÉNON

____

 


Retrouvez-nous sur Facebook

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>