Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

105 articles avec information

Alerte ! Les médias enquêtent sur les projets immobilier "Louis Lumière" à Noisy le Grand

Publié le par ADIHBH-V

LES PROJETS IMMOBILIERS

« LOUIS LUMIÈRE » EN QUESTION :

REVUE DE PRESSE


Nos amies les bêtes, au-delà de nous séduire par leur irrésistible charme, peuvent aussi mettre en péril des projets immobiliers.

Dans le Bois Louis Lumière à Noisy-le-Grand (93), deux espèces de chauves-souris se sont installées. Dès lors, des riverains ont déposé un Recours contentieux le 5 décembre 2022 contre un projet de construction à l’orée du bois, car ces chauves-souris sont des espèces protégées rapporte l’Association Environnementale le RENARD de Roissy-en-Brie.
 

 

Le PARISIEN 93 – Elsa MARNETTE, le 11 janvier 2023

 

ACTU 93 – Dorine GOTH, le 10 janvier 2023
Face au Promoteur immobilier, des chauves-souris
pourraient sauver un Bois à Noisy-le-Grand !

Des espèces de chauves-souris protégées, « la pipistrelle commune et la pipistrelle nathurias », ont été détectées dans le Bois de la Justice à Noisy-le-Grand, menacé de destruction par un projet immobilier.

Ainsi, ces chauves-souris peuvent-elles faire vaciller le projet immobilier de la BNP Paribas ?

C’est l’espoir des riverains du Bois de la Justice, situé à proximité de l’École Louis Lumière.

Dans une étude, l’Association R.E.N.A.R.D (Rassemblement pour l’Étude de la Nature et l’Aménagement de Roissy-en-Brie et son District) révèle la présence de deux espèces de chauves-souris protégées dans ce sous-bois de 2,2 ha, menacé d’être rasé au profit d’un projet immobilier de 500 logements.

Quelques semaines plus tard, la Chouette hulotte, qui bénéficie d’une protection totale sur le territoire français depuis 1976, a aussi été observée dans le bois.

Des espèces protégées

En juillet 2022, l’association a posé un détecteur et enregistreur automatique d’ultrasons. « C’est la meilleure période pour détecter ces espèces qui hibernent ensuite l’hiver », détaille Philippe Roy, président de l’Association.

Le verdict est sans appel : la pipistrelle commune et pipistrelle Nathusias, deux espèces de chauve-souris protégées, ont élu domicile dans ce sous-bois qui borde le RER A.

Peu visibles à l’œil nu, elles peuvent se nicher dans des fentes ne dépassant pas 1 cm de largeur.

« La ferme de la Justice offre les habitats nécessaires pour l’accueil d’une nurserie ou de gîtes d’hibernation de Pipistrelles. Notamment, les fissures sur les murs en pierre et le grenier sont probablement occupés par ce groupe d’espèces et doivent être considérés comme des sites de reproduction et d’abris », détaille l’Association dans son étude.

Ces deux espèces, bien que courantes, sont protégées. « Elles sont en voie de disparition avec la destruction de leurs habitats en Île-de-France », commente Philippe Roy.

Le chant de la chouette, qui est plus active les mois d’hiver, a quant à lui été enregistré quelques semaines après la tenue de l’étude. « Ce projet serait catastrophique d’un point de vue environnemental, en contradiction totale avec les objectifs de lutte contre l’imperméabilisation, de préservation du climat, de respect de la biodiversité et de sauvegarde des continuités écologiques », dénonce Vincent Monnier, conseiller municipal d’opposition dans une lettre adressée à la Direction de l’environnement d’Île-de-France.

Des études toujours en cours

Les études d’impact sont actuellement en cours de réalisation par le promoteur BNP Paribas Immobilier, et seront achevées d’ici à quelques semaines.

Elles seront ensuite soumises à l’autorité environnementale. Celle-ci rendra ses conclusions, puis une enquête publique sera ensuite organisée, répond de son côté Brigitte MARSIGNY, édile de Noisy-le-Grand.

Elle précise que le projet initial, tel que retenu par Inventons la Métropole du Grand Paris, pourra être modifié en fonction des études d’impact environnementales  et assure que le permis de construire n’a pas été déposé.

En ligne, une pétition lancée par Vincent Monnier (Projet citoyen) a récolté plus de 2 000 signatures au 9 janvier 2023.
 

 
France inter

 

BFM Paris

Audio stagiares INA (Institut National de l'Audiovisuel)

____

Retrouvez-nous sur Facebook

 

ZAC des Bas-Heurts, avancées et prévisions des travaux

Publié le par ADIHBH-V

L’AMÉNAGEMENT

DE LA  ZAC DES BAS-HEURTS

MONTE EN PUISSANCE
______

 

 

Depuis quelques semaines les travaux d’aménagement de la ZAC des Bas-Heurts s’intensifient occasionnant de nombreuses perturbations sur le quartier, tout particulièrement sur la rue des Aulnettes, et la rue Daniel Perdrigé.

Malheureusement il faudra prendre son mal en patience car ça va durer plusieurs mois, voire plusieurs années. La SOCAREN fait tout son possible pour minimiser les désagréments, mais l’organisation de l’accès des camions sur chaque chantier est complexe.

Le stationnement des riverains sur la rue des Aulnettes sera, selon l’ADIHBH-V, fortement déconseillé.

Ainsi, le vendredi 25 novembre 2022, la SOCAREN a organisé une réunion avec les membres de notre Association pour nous présenter un plan de phasage des travaux pour les prochains mois à venir.

Phasage des travaux

Lot M1 – ATLAND, 110 logements, Livraison : 1er trimestre 2024

Actuellement le chantier est stoppé. Problème d’approvisionnent des fenêtres. Changement de Menuiserie, pas de PVC, du Bois et/ou de l’Aluminium,

Lot M1 – ATLAND – 110 logements

Lot M2-1 – LEGENDRE – 73 logements, Livraison : 3ème trimestre 2025, le Permis de Construire est déposé mais non validé. Prise en comptes des observations des riverains.

Lot M2-2 & M2-3 – PITCH & SEQENS – 41 logements & 62 logements – Dépôt du Permis de construire en fin d’année 2022. Prise en compte des observations des riverains

M3-1 – CDC HABITAT (Bailleur social) et SEQENS – 50 logements sociaux – 100% passif. Jury du 15 novembre 2022.

M3-2 – EMERIGE– 123 logements -Livraison : 3ème trimestre 2025 – Permis de construire accordé et affiché, N° PC 093051 22 C0054. Prise en compte des observations des riverains.

Lot M3.2 – EMERIGE – 123 logts

M4 – BREMOND – 36 logements & 2 pavillons – R+1+C – Livraison : 1er trimestre 2024
 

Lot M1 – Groupe BREMOND – 36 logts et 2 pavillons

 
Encore en développement
 

M5 – 90 logements– 10 logements annexes – EPADH médicalisé
M6-1 – 80 logements – Résidence Séniors – 50% sociaux, 50% libre
M6-2 – 35 logements
M7 – 72 logements – Mixte. Ce lot sera la variable d’ajustement afin de respecter les 900 logements sur la ZAC.

Labels

À ce jour 2 programmes sont labelisés QDH (Quartier Durable Francilien), porté par EKOPOLIS. Label qui porte sur : Conception, Chantiers, Fonctionnement. Démarche existante depuis 2017. Il s’agit de :
-       BREMOND
-       PITCH Promotion

Pour plus de détail sur le concept EKOPOLIS, consulter notre billet du 25 juin 2022. Cliquer sur : La démarche « Quartier Durable Francilien » engagée sur les Bas-Heurts.

Enfouissement des réseaux

Sur la rue Perdrigé, le SIGEIF poursuit ses travaux d’enfouissement de réseaux BT et Télécom  (travaux qui devaient se terminer le 7 octobre, mais ils ont pris du retard…) Il réalise les raccordements des riverains et dépose les mats.

Ensuite à partir du 10 octobre, ENEDIS réalisera une tranchée pour le passage d’un câble haute tension.

Sur les terrains à l’angle des rue Perdrigé / Aulnettes, c’est la base vie du chantier VRD qui s’installe pour les travaux d’aménagement. Il était prévu qu’on abatte le saule qui n’était pas en très grande forme et qui, dans tous les cas, se retrouvait au milieu du futur trottoir.
 

____

Retrouvez-nous sur Facebook


 
 
 
 

 

Le marché de l'immobilier face à l'augmentation des taux d'intérêt

Publié le par ADIHBH-V

LES TAUX D’INTÉRÊT

AUGMENTENT,

LE MARCHÉ  IMMOBILIER

EST BOUSCULÉ !
______

 

 

La hausse des taux a fait grimper le coût du crédit à l’habitat. Il faut compter près de 2% en moyenne pour un emprunt sur 20 ans.

Le plafond de l’usure (1) a été relevé le 1er octobre 2022. Mais à cause de la poussée fulgurante des taux, certains ménages ne pourront plus acheter.

Les Français qui ont un projet immobilier en cours peuvent souffler. Ils vont profiter d’un bol d’air pour l’obtention de leur crédit immobilier.

Tout du moins ceux actuellement bloqués par le plafond de l’usure, ce seuil réglementaire qui fixe le taux maximal tout compris (crédit + assurances + frais divers) ne pouvant être dépassé. Le 1er octobre, ce plafond est passé à 3,05% pour les crédits d’une durée de plus de 20 ans, contre 2,57% jusqu’alors.

C’est une bonne nouvelle. En effet depuis plusieurs semaines, les dossiers en attente de traitement se sont accumulés. Depuis le printemps, le taux d’usure, même s’il est actualisé tous les trois mois, est systématiquement pris de court par la hausse des barèmes des banques, lui-même lié à la remontée des taux d’intérêts.

À cela viennent s’ajouter des conditions d’accès au crédit plus strictes. Les banques doivent désormais limiter l’endettement de leurs clients sous peine de sanctions.

Les prêts ne peuvent plus dépasser 25 ans et les mensualités ne peuvent plus aller au-delà de 35% des revenus. Les clients les plus touchés restent les quinquagénaires, pénalisés par des coûts d’assurances élevés, ou les primo-accédants qui ont peu d’apports et payent leur crédit plus cher.

Pour ceux qui sont en attente de la validation de leur emprunt par la banque, et dont le dossier est correct, le relèvement du taux d’usure du 1er octobre 2022 a été un soulagement. En effet, cette limite ne sera plus bloquante. Mais pour combien de temps ? Sans parler des inquiétudes sur l’inflation qui poussent les taux de marché à la hausse.

Ce mouvement va avoir deux conséquences. Assez rapidement le plafond de l’usure va être rattrapé par la hausse des taux d’emprunts immobiliers. Dans un mois, on reviendra à la situation connue avant l’été, avec de nouveau de nombreux dossiers bloqués par le taux d’usure.

Surtout cette hausse des taux des crédits à l’habitat est une mauvaise nouvelle pour le marché de l’immobilier, car c’est l’emprunt qui permet de boucler le financement de l’achat d’un bien. Ceux qui acquièrent un logement pour la première fois et ont donc un apport limité, sont particulièrement menacés par ce renchérissement du crédit.

Déjà depuis l’été, la plupart des agences constatent un net ralentissement avec davantage de logements à vendre, des délais plus longs et des négociations de prix.

Le réveil est dur pour ces professionnels dopés aux crédits pas chers. Les mauvais signaux s’accumulent. Selon le baromètre LPI – se loger, le nombre de logements vendus de juin à août 2022 est en recul de 17,5% par rapport à la même période de l’an dernier.

Les rabais sont désormais de presque 6% par rapport aux prix affichés.

Malgré tout, sur un an, les prix restent orientés à la hausse de + 2,1%.

Pour l’avenir, les agences craignent que les acheteurs soient davantage attentistes, en attente d’une baisse franche des prix, ce qui n’est pas toujours la bonne stratégie, si les taux du crédit continuent de monter.

Dans ce contexte, des baisses de prix semblent inévitables dans l’immobilier, mais elles devraient rester mesurées. En effet, la pierre reste malgré tout une valeur refuge, surtout en ces temps d’inflation.

______

(1)   - Le taux d’usure : qu’est-ce que c’est ?

Le taux d’usure correspond au taux d’intérêt maximum légal que les établissements de crédit sont autorisés à pratiquer lorsqu’ils vous accordent un prêt.

Ceci concerne les prêts aux particuliers, aux associations, et aux collectivités locales. Le taux d’usure sert à protéger l’emprunteur contre des propositions de prêts « trop chères ».

Plus précisément, le taux d’usure est le taux d’intérêt annuel effectif global (TAEG) maximal qui peut vous être appliqué lors de la souscription d’un prêt. 

Le TAEG est le taux d’intérêt « tout compris » d’un crédit. Il comprend notamment :
·       Le taux d’intérêt nominal (taux utilisé pour calculer les intérêts de votre prêt),

Et, lorsque ces éléments constituent une condition pour obtenir le crédit ou pour l'obtenir aux conditions annoncées,
·       Les frais de dossier,
·       Les frais payés ou dus à des intermédiaires intervenus de quelque manière que ce soit dans l'octroi du prêt (exemple : courtier),
·       Les coûts d'assurance et de garanties obligatoires

Si, au moment où le prêt vous est accordé, le TAEG du crédit dépasse le taux de l’usure, le prêt est dit usuraire.

Il est interdit d’accorder un prêt à un taux usuraire.

____

Contribution bibliographique : Le FIGARO Immobilier, Jorge CARASSO, le 30 septembre 2022

____

Retrouvez-nous sur Facebook

Les prix de l'immobilier à Noisy-le-Grand

Publié le par ADIHBH-V

OCTOBRE 2022 :

PRIX DU M² DE L’IMMOBILIER

À NOISY-LE-GRAND !
______

 
 

Projet EMERIGE - Bas Heurts - Mot M3-2

Évolution du prix du m2 ancien à Noisy-le-Grand

Prix bas : 3 164 €/m2
Prix médian : 4 761 €/ m2
Prix haut : 6 036 €/ m2
+4 % : sur 1 an
+30 % : sur 5 ans

Prix du m2 ancien par nombre de pièces

Évolution du prix du m2 neuf à Noisy-le-Grand

Prix bas : 4 010 €/ m2
Prix médian : 5 172 €/ m2
Prix haut : 6 352 €/ m2
+4 % : sur 1 an
+26 % : sur 5 ans

Prix du m2 neuf par nombre de pièces



Évolution du prix des maisons à Noisy-le-Grand

Prix bas : 3 420 €/ m2
Prix médian : 4 488 €/ m2
Prix haut : 5 874 €/ m2
+4 % : sur 1 an
+26 % : sur 5 ans

Prix d'une maison par nombre de pièces
 

Évolution du prix des appartements à Noisy-le-Grand
 
Prix bas : 3 364 €/ m2
Prix médian : 5 053 €/ m2
Prix haut : 6 204 €/ m2
5 053 €/ m2 :: (prix médian)
+5 % : : sur 1 an
+32 % : : sur 5 ans

 

Prix d'un appartement par nombre de pièces

 

 

Délais de vente à Noisy-le-Grand

En moyenne, un bien immobilier à Noisy-le-Grand est vendu au bout de 58 jours.

Délais de vente d'une maison à Noisy-le-Grand
 

 

Délais de vente d'un appartement à Noisy-le-Grand
 


______
 
Contribution bibliographique : Le FIGARO –
https://immobilier.lefigaro.fr – 01/10/2022
 

____

 

Retrouvez-nous sur Facebook

 

La circulation de la rue des aulnettes en question

Publié le par ADIHBH-V

LA CIRCULATION

DE LA RUE DES AULNETTES

EN QUESTION
______
 

 
 

 


 Courrier d’Antoine PIROLLI


 
Commentaire de l’ADIHBH-V

 

La rue des Aulnettes, limitrophe entre Noisy-le-Grand et Bry-sur-Marne doit être réaménagée dans le cadre de l’opération ZAC des Bas-Heurts.
Sur ce secteur la problématique de circulation est une véritable préoccupation pour les riverains (Flux, vitesse, stationnement, etc…).
 
Évidemment ce sujet doit être partagé entre les Services Techniques de Noisy et de Bry.

Ainsi, contrairement aux propos du Maire de Bry-sur-Marne dans son courrier aux Bryards du 14 avril écoulé, mentionnant que sa Ville ignore encore les implications de ce projet urbain des Bas-Heurts sur le quartier de la Garenne, Antoine PIROLLI, Conseiller municipal Délégué auprès du Maire de Noisy-le-Grand mentionne au   Président de l’ADIHBH-V dans son courrier du 03 juin 2022 que dans cette dernière année pas moins de quatre réunions ont eu lieu avec les Services de Bry.
Manifestement, nous avons une vision différente !!!....
 
Dans sa dernière réunion en date du 09 mai 2022, il aurait été acté que la rue des Aulnettes serait toujours maintenue à double sens avec des étranglements pour limiter la vitesse.

Ce n’est pas la vision de l’ADIHBH-V car cette rue des Aulnettes est aujourd’hui une voie de dérivation intensive pour les véhicules en provenance de Neuilly-sur-Marne et ailleurs pour rejoindre l’autoroute A4 à la fourchette de Champigny. En conséquence, si la vitesse sera peut-être maîtrisée, le flux de circulation restera identique.
 
Si la Ville de Bry a approuvé cette proposition, quid de la rue François de Troy ou là aussi la circulation à double sens entre les voitures en stationnement est un véritable sketch ?

____

 

Retrouvez-nous sur Facebook

 

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>