Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Des informations sur le projet de dossier de création de la ZAC des Bas-Heurts

Publié le par ADIHBH-V

PROJET


DE DOSSIER DE CRÉATION


 DE LA ZAC DES BAS-HEURTS
______

Des informations sur le projet de dossier de création de la ZAC des Bas-Heurts

L’ADIHBH-V note avec une très grande satisfaction que ce nouveau projet d’aménagement du quartier des Bas–Heurts tire parti de la préservation de parcelles existantes pour une insertion harmonieuse de ce projet dans son environnement, puisque les parcelles aujourd’hui habitées, et dont les propriétaires ne souhaitaient pas se séparer ont été intégrées au schéma d’aménagement. C’est l’aboutissement d’un long processus de concertation entre la nouvelle municipalité de Noisy-le-Grand, l’ADIHBH-V et des citoyens de Noisy-le-Grand et de Bry-sur-Marne.

Le maintien de ce « patrimoine » bâti et foncier vient composer l’ensemble du projet urbain avec comme principes structurants :

-    Une « zone de courtoisie », avec des prescriptions strictes en matière de hauteurs bâties, de retrait par rapport aux limites séparatives et/ou par rapport aux voies (création d’un jardin devant, fractionnement du bâti) visant à inscrire les nouvelles constructions dans des échelles et des gabarits semblables au tissu pavillonnaire environnant. D’une profondeur de l’ordre de 15 m environ, cette « zone de courtoisie » se développe le long des rues des Aulnettes et Pierre Brossolette.

 

Des informations sur le projet de dossier de création de la ZAC des Bas-Heurts

-    C’est en formulant leurs attentes et leurs craintes lors de la phase de concertation organisée début 2017, que l’ADIHBH-V avec la contribution de son Cabinet d’Architecture ASPHALT et des habitants, ont contribué à esquisser la prescription des règles suivantes :

¬    Limitation de la hauteur des constructions à R+1+combles ou R+1+attique maximum en face d’un pavillon existant,
¬    Retrait de minimum 3 m des constructions pour création d’une bande plantée formant jardin de devant,
¬    Eviter les continuités de façades sur une distance supérieure à 20 m par la création de césure  dans le front bâti ou d’un retrait différencié par rapport à la voie publique,

-    Un plafonnement des hauteurs bâties à R+4+combles ou R+4+attique maximum,
-    Des règles de constructibilité limitées à côté d’un pavillon existant préservé ,
-    Un remembrement des parcelles cohérent avec l’orientation et la trame parcellaire existante pour partie maintenue.

C’est de cette manière que le projet urbain entend articuler le tissu existant (présent à la fois sur le périmètre d’étude et aux abords du quartier : quartier La Varenne  au niveau de la rue Pierre Brossolette, et quartier pavillonnaire La Garenne de Bry-sur-Marne, rue des Aulnettes) avec les nouvelles constructions à venir. Aujourd’hui rappelons tout simplement que c’est ce concept déjà exprimé en 2007 par l’ADIHBH-V que l’ancienne municipalité de Michel PAJON et toute sa clique avaient toujours refusé par simple sectarisme et stupidité.

Pour rendre ces règles opposables, elles seront transcrites dans le Cahier des Prescriptions Architecturales Urbaines Paysagères et Environnementales (CPAUPE) et déclinées par lot dans les « fiches de lot ». À cette occasion, l’ADIHBH-V demande à être partie prenante dans la lecture de ces « Fiches de lot ».

Ces pièces feront partie intégrante du cahier des charges de cession de terrain (CCCT), qui régit les rapports entre l’aménageur et les promoteurs. De cette manière on s’assurera de la prise en compte des prescriptions éditées.


Pour télecharger le dossier de création de ZAC, cliquer ici :
------

Retrouvez notre page Facebook:

https://www.facebook.com/Le-Vrai-Journal-de-Noisy-le-Grand-732266683571568/

Nouvelle consultation (très brève), mais primordiale sur le projet des Bas Heurts

Publié le par ADIHBH-V

Étude d’impact

relative au projet d’aménagement

du secteur des Bas-Heurts.

Nouvelle consultation (très brève), mais primordiale sur le projet des Bas Heurts

Du 4 au 18 septembre 2017, les noiséens sont invités à consulter l’étude d’impact relative au projet d’aménagement du secteur des Bas-Heurts.

Avant notre Fête d'automne du 7 octobre, le travail ne va pas manquer :

Pendant toute la durée de la mise à disposition de l'étude d'impact, toute personne intéressée pourra prendre connaissance de ces documents au pôle Urbanisme de l'hôtel de ville.

Du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 13h30 à 18h,

excepté le 1er mardi de chaque mois de 13h30 à 18h,

Vous pourrez consigner vos observations sur un registre ouvert à cet effet ou les adresser par écrit à l’adresse de la Mairie ou par voie électronique à l’adresse suivante : direction.urbanisme@ville-noisylegrand.fr.
 

Pour télécharger les documents mis à disposition, cliquer sur chaque lien:


    •    Étude d’impact relative au dossier de création de la ZAC des Bas-Heurts (PDF, 53Mo)
    •    Avis de l'Autorité environnementale sur le projet (PDF, 6Mo)
    •    Mémoire de réponse à l'avis de l'Autorité environnementale (PDF, 20Mo)
    •    Projet de dossier de création de ZAC (PDF, 6Mo)
   •  Autorités compétentes et personnes auprès desquelles obtenir des renseignements (PDF, 80Ko)


Renseignements par téléphone au 01 45 92 76 28.

Cette consultation majeure est un prélude à la réalisation de ce projet qui n'a que trop attendu  !

_________________

Retrouvez notre page Facebook:

https://www.facebook.com/Le-Vrai-Journal-de-Noisy-le-Grand-732266683571568/

Inquiétude sur les Bas-Heurts

Publié le par ADIHBH-V

ÇA PATINE

SUR L’AMÉNAGEMENT

DU QUARTIER DES BAS-HEURTS
______

Inquiétude sur les Bas-Heurts

Pour la rentrée scolaire 2016-2017 le groupe scolaire de La Varenne s’est étendu dans les locaux du Centre de loisirs maternel, avec notamment la création d’une salle de cours supplémentaire. Lors d’une réunion de concertation avec l’Association des Parents d’élèves, l’ADIHBH-V et la Municipalité le 14 avril 2016, il fut décidé d’une relocalisation d’un nouveau Centre de loisirs maternel de substitution sur le terrain de sport donnant sur la rue de la Croix-aux-Biches. Mais quid du terrain multisports fréquemment utilisé par les jeunes du quartier de La Varenne ?

Inquiétude sur les Bas-Heurts

Le terrain multisports des Bas-Heurts

 

Dans ce contexte, la Municipalité s’est engagée à construire un nouveau terrain multisports lors de l’aménagement du quartier des Bas-Heurts. Cette décision fut confirmée au moment de la Concertation avec les habitants du quartier en février 2017. Début des travaux juin 2017, nous a t’on dit !

À ce jour, ne voyant toujours rien venir sur le terrain, le Président de l’ADIHBH-V a contacté le 02 août écoulé la Direction du Service Environnement et Espace Public. Réponse du Directeur : "Suite à vos interrogations je me permets de revenir vers vous. La ville a déposé deux dossiers pour la réalisation de terrains multisports avec aire de fitness auprès de la Région et du CNDS suite à des appels à projets.

Ces dossiers ont été fait en mai et nous attendons le retour des subventionneurs que nous n’avons pas et que nous attendons avec impatience. Le montant de subvention variant aux alentours des 200 000€ je n’ai pas le droit de passer commande avant la date de notification de la subvention au risque de la perdre.

Nous attendons donc malheureusement. Nous allons les relancer pour savoir si, au moins, nous pouvons lancer la fabrication pour gagner du temps mais je pense que c’est peine perdu.

Je dois donc confirmer que le terrain ne sera pas fait avant la rentrée malheureusement mais que nous nous tenons prêt à intervenir dès accord de principe.

Cordialement

Matthieu SAUTET
Directeur Environnement et de l’Espace Public"
 
Si la course aux subventions n’a rien de contestable en soit, en cette période de disette avec la diminution des dotations de l’Etat aux Collectivités Locales, la jeunesse et les établissements scolaires du secteur se trouvent aujourd’hui pénalisés.
Un autre sujet préoccupe très sérieusement l’ADIHBH-V, à savoir :

- La ZAC des Bas-Heurts.

Durant plus de 10 ans, le projet d’aménagement du quartier des Bas-Heurts a constitué à la fois une source d’inquiétude pour les habitants et une charge financière considérable pour la collectivité en raison de la durée anormalement longue du portage des terrains, puisque ce secteur a connu de nombreuses procédures contentieuses (toutes gagnées par l’ADIHBH-V, contre la Commune, dirigée alors par l’ancienne équipe municipale, faut-t-il le rappeler).
Toutefois, maintenant, la nouvelle municipalité a su proposer en Janvier et Février 2017 une nouvelle concertation avec les habitants et l’ADIHBH-V afin d’élaborer  un projet qui développe des formes urbaines attentives aux quartiers pavillonnaires environnants et aux habitants préservés.
Ce nouveau projet envisagé a été restitué aux habitants lors de la réunion publique du 19 avril dernier et a suscité l’adhésion des habitants du quartier. À cette occasion, la Municipalité nous a promis un vote de la ZAC des Bas-Heurts au Conseil Municipal de  septembre prochain. Le Conseil Municipal du 18 mai a approuvé les modalités de mise à disposition du public de l’étude d’impact relative au dossier de création de la ZAC. Toutefois, ce dossier devra préalablement faire l’objet d’une évaluation environnementale, et la mise à disposition au public devrait durer deux semaines.
Hors, à ce jour, cette mise à disposition du dossier au public n’est toujours pas réalisée. La Direction de l’Urbanisme n’a pas encore répondu  à nos sollicitations et dans ces conditions nous ne voyons pas comment ce dossier pourra être présenté en Conseil Municipal le 14 septembre prochain !!!....
Et encore :


- Les friches des Bas-Heurts

Nous apprenons que le secteur des Bas-Heurts situé dans les Zones de courtoisies (rue Pierre Brossolette, rue des Aulnettes) n’est pas un secteur prioritaire d’aménagement pour la Commune de Noisy-le-Grand. Résultat pour les propriétaires qui veulent vendre, l’Etablissement Public Foncier d’Ile de France (EPF- IdF) ou la Mairie ne se précipitent pas pour acheter, ou proposent des prix hors du marché.
Ceci étant, les friches ne sont pas entretenues depuis 12 ans, les ronces cheminent sur les appentis des maisons mitoyennes, les sapins pénètrent dans les lignes électriques, les Rats et les Fouines développent leur habitat, les pavillons vendus mais sélectionnés pour être réhabilités ne le sont pas, au risque d’héberger des squatteurs. Squatteurs qui sont chassé par une Société de Gardiennage mise en place par l’EPF-IdF, financé encore une fois sur de l’argent public de nos impôts. À quand l’arrivée des renards ?
Tout cela illustre peut être un paysage bucolique dans ce quartier, mais en aucun cas ne donne satisfaction aux habitants de cet endroit, qui en ont « ras le bol », par manque de réactivité des uns et des autres. En effet, à plusieurs reprises les « Voisins vigilants » ont informé la SOCAREN sur l’état déplorable des friches par manque d’entretien, alors que c’est une obligation exprimée dans le « Règlement sanitaire de la Seine-Saint-Denis ». Rien ne bouge, c’est le néant….Que se passera-t-il si un illuminé craque une allumette en période de sécheresse, comme nous l’avons déjà connu il y a quelques années dans la friche du n° 12, rue des Aulnettes ? C’est tout le quartier qui brûle. Dans ce cas, la responsabilité de la Commune sera fortement engagée….Faut-il prendre ce risque ?

Inquiétude sur les Bas-Heurts
Inquiétude sur les Bas-Heurts
Inquiétude sur les Bas-Heurts

En conclusion, les habitants des Bas-Heurts constatent avec satisfaction le développement de la ville de Noisy-le-Grand, avec tout particulièrement l’Eco quartier des bords de Marne, les Espaces d’Abraxas de Ricardo BOFILL ou la réhabilitation du Fort de Villiers. Mais en aucun cas ces résidants n’accepteront d’être des laissés-pour-compte et la dernière roue de la charrette, si l’urbanisation de la totalité du quartier des Bas-Heurts n’avance pas de façon satisfaisante dans les mois prochains.
Tous les éléments énoncés ci-avant, sont toujours pour nous des sources d’inquiétudes, rien n’est définitivement réglé.


______

Retrouvez notre page Facebook:
https://www.facebook.com/Le-Vrai-Journal-de-Noisy-le-Grand-732266683571568/

Les retombées financières des Travaux du Grand Paris sur l'économie locale

Publié le par ADIHBH-V

LA LIGNE 15 SUD

DYNAMISE L’ÉCONOMIE

AU PROFIT

DU PLUS GRAND NOMBRE.
______

Les retombées financières des Travaux du Grand Paris sur l'économie locale

Le Grand Paris Express est devenu un levier majeur du développement économique de la région Capitale. Un an à peine après le lancement du premier chantier, la gare Fort d’Issy – Vanves – Clamart, les retombées du projet sur l’emploi et l’activité économique des entreprises se font déjà ressentir à tous les échelons.
Les chiffres sont éloquents. L’investissement global de la ligne 15 Sud est estimé à environ 6 milliards d’euros, dont 3,7 milliards pour les seuls travaux de génie civil. Équivalent à 1% du PIB annuel de la région Île-de-France, cet investissement se traduira en nouvelles commandes aux entreprises franciliennes.
De nouvelles usines voient déjà le jour en Île-de-France pour répondre aux nécessités du chantier de la ligne 15 Sud. Le groupement Alliance, responsable du génie civil entre Noisy - Champs et Brie - Villiers - Champigny crée ainsi une usine à Limoges-Fourche (77) pour construire les voussoirs (petits éléments préfabriqués en béton armé constituant le tunnel). À terme, cette usine, qui servira aussi à fabriquer les voussoirs du prolongement de la ligne 11, pourrait employer une trentaine d’ouvriers.
La ligne 15 Sud devient le moteur de cette nouvelle dynamique économique. Les deux derniers des huit lots de génie civil ont été signés le 3 juillet 2017, si bien que tous les marchés sont désormais alloués, pour un montant total estimé de 3,7 milliards d’euros.


Parmi les fournisseurs de la Société du Grand Paris, 72% de PME.

Pour que le projet profite au plus grand nombre, la Société du Grand Paris a mis en place des critères dans ses marchés. Ainsi, une part d’au moins 20 % du montant des travaux du Grand Paris Express doit être exécutée par des PME, en co-traitance ou en sous-traitance. Entre 2013 et 2017, la Société du Grand Paris a payé 1,79 milliard d’euros. 12 % de ces paiements ont été effectués auprès de PME et 20 % auprès d’ETI, soit 32 % au total. Cela représente 570 millions d’euros. En nombre d’entreprises, la proportion est bien plus élevée puisque 72 % des fournisseurs de la Société du Grand Paris sont des PME. Cela représente 963 fournisseurs sur 1 036 au total. Enfin, 61% de ces PME/ETI ont leur siège en Île-de-France. Selon les premières données de l’Observatoire des PME, les objectifs quantitatifs fixés aux maîtres d’œuvre en matière d’accès des PME aux chantiers et d’insertion sont respectés, au-delà des exigences.


Le chantier en génie civil de la ligne 15 Sud se concrétise par 1,1 million d'heure en insertion.

L’insertion des personnes éloignées de l'emploi constitue l'autre priorité de la Société du Grand Paris. C'est la raison pour laquelle elle a également introduit dans ses marchés une clause spécifique : 5 % du volume d’heures effectuées sur les chantiers sont réservés à l’insertion (jeunes et chômeurs de longue durée, etc.). Les marchés de génie civil attribués pour la réalisation de la ligne 15 Sud représentent au total 1,1 million d’heures en insertion, soit 600 équivalents temps plein annuels. Lorsque les travaux de génie civil tourneront à plein régime, courant 2018, plus de 5 000 salariés seront employés au même moment pour la construction de la ligne 15 Sud en incluant les fournisseurs. Formidable opportunité pour les entreprises du secteur de la construction et leurs salariés, le Grand Paris Express est aussi un vecteur de retour vers l’emploi des catégories les plus en difficulté.
Au 30 juin 2017, toutes les sociétés ayant commencé les travaux respectent voire dépassent l’engagement de 5 % des heures travaillées dédiées à l’insertion. 32 contrats de travail sont signés pour les cinq premiers des huit lots de génie civil de la ligne 15 Sud. Parmi ces 32 contrats d’insertion, un tiers concerne des jeunes, un autre tiers des bénéficiaires du RSA et le dernier les chômeurs de longue durée.


_____


Contribution bibliographique :
News Express – n°51 Juillet 2017 – Société du Grand Paris.

 

Publié dans Grand Paris

Derniers jours pour donner votre vision de votre avenir à Noisy le grand

Publié le par ADIHBH-V

NOUVEAU PLU,

FIN DE CONCERTATION

LE LUNDI 3 JUILLET !

Plus que quelques jours pour donner votre vision du futur de votre quartier et de Noisy le Grand en général !

Pour les détails, voir notre article "Enquête publique pour le projet de PLU" ou suivre ce lien  ou encore celui là.

Cette consultation est primordiale et engage notre avenir proche et à long terme pour notre vie de tous les jours !

Le commissaire enquêteur tiendra sa dernière permanence à la direction de l’Urbanisme et de l’Aménagement : 


•    lundi 3 juillet de 14h30 à 18h30

C’est notre intérêt à tous

Après avoir hurlé, à juste titre,  « aux loups », sous prétexte de préserver la qualité de vie à Noisy le Grand et alors que l’ancienne majorité préemptait "à tour de bras" pour construire ses projets démesurés, certains changent de discours pour leur intérêt particulier.
L’idée est de vendre le plus cher possible un terrain que l’on va quitter, ce qui va donc supposer un maximum d’appartements pour le constructeur pour rentabiliser le plus possible l’investissement.
Tant pis pour les voisins qui restent !

Si les tensions se manifestent auprès des commissaires enquêteurs, l’intérêt privé ne doit pas aller à l’encontre de l’intérêt général...

 

Les noms ont volontairement été masqués
Les noms ont volontairement été masqués
Les noms ont volontairement été masqués

Les noms ont volontairement été masqués

Si certains réagissent, d’autres ne sont mêmes pas informés de ce qui les attends.


Partagez les informations
pour ne pas laisser faire n’importe quoi.

Des associations se créent et pétitionnent, telle l’A.D.R.Y. ( Association de Défense des Résidents des  Yvris).
 

 

La ville doit muter, certes !
Cela n’empêche pas de prendre en considération ceux qui y vivent encore et s’y projettent pour l’avenir…

C'est pourquoi notre association a toujours défendu la prise en compte de l'existant, en créant des zones de courtoisie, par exemple, pour éviter des transitions brutale en limitant les hauteurs en fonction du contexte environnant.
Nous pouvons densifier tout en gardant un aspect "respirable" et une qualité de vie au quotidien.

Notre combat depuis tant d'années prouve que c'est possible puisque nous en sommes arrivés à un schéma cohérent et réaliste, validé par les habitants du quartier.
Cliquer ICI ou


Si vous voulez voir évoluer votre environnement de façon naturelle et supportable, allez donner votre avis !

Le dossier d’enquête publique est consultable à la direction de l’Urbanisme et de l’Aménagement à l’hôtel de ville, place de la Libération, du lundi au vendredi de 8h30 à 12h30 et de 13h30 à 18h, et le samedi de 8h30 à 12h.
Vous pourrez transmettre vos contributions sur le PLU en écrivant à l’adresse
direction.urbanisme@ville-noisylegrand.fr  et en indiquant la mention PLU 2017 ou dans le registre à votre disposition à la direction de l’Urbanisme et de l’Aménagement.

_________________

Retrouvez notre page Facebook:

https://www.facebook.com/Le-Vrai-Journal-de-Noisy-le-Grand-732266683571568/

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>