Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

83 articles avec divers

À Neuilly sur Marne, la ZAC de Maison Blanche en souffrance

Publié le par ADIHBH-V

NEUILLY-SUR-MARNE :


 ON NOUS A VENDU DU RÊVE


 SUR LA ZAC


 DE MAISON BLANCHE
______

À Neuilly sur Marne, la ZAC de Maison Blanche en souffrance

Depuis cet été, des centaines d’arrivants ont posé leurs valises dans les premiers immeubles livrés sur la ZAC de Maison Blanche à Neuilly-sur-Marne (93) qui doit, à terme, abriter 4200 logements.  
Il s’agit de l’une des plus grosses opérations immobilières d’Ile-de-France en cours de livraison, avec ses 1350 logements qui s’étalera jusqu’en 2021.
La plupart des propriétaires avaient acheté sur plan en 2017.

Mais les premiers arrivés vont de déboires en contrariétés ; les Promoteurs auraient vendu du rêve par rapport à ce qui était présenté sur les plans (faut-il comprendre sur les plaquettes promotionnelles ?).
Pas de Crèche, pas d’École, pas de Commerces et surtout pas de station de RER puisque le prolongement de la ligne 11 reste encore aujourd’hui un mirage à cause d’un manque  de financement, malgré le combat d’un Collectif de citoyens depuis plusieurs années.

Par ailleurs, le Pavillon Normand devait faire l’objet d’une Maison médicalisée pour personnes âgées. Aujourd’hui les résidents apprennent qu’un nouveau projet immobilier menacerait les deux ailes du bâtiment historique, avec des hauteurs de constructions incompatibles avec l’existant.
Situation caricaturale, car cet enclavement  du pavillon Normand affecterait définitivement le cachet patrimonial de cet édifice.

Alors, pour peser sur le devenir du quartier de cette ZAC, l’Association de défense des résidents du Parc de Maison Blanche (ARPMB) s’est constituée.
Ses membres veulent mettre en place des ateliers de concertation et proposer des solutions pour empêcher qu’une partie du Pavillon  Normand soit rasé. Ultérieurement, l’Association espère  avoir un fort impact sur la suite des projets et renégocier les aménagements initiaux. En fait, comme chaque fois, ce projet devient politique.

Aujourd’hui,  une fenêtre vient de s’ouvrir à Neuilly-sur-Marne lors du changement de municipalité avec l’arrivée de Zartoshte BAKHTIARI (LR) qui compte bien amender ce qui avait été négocié par son prédécesseur Socialiste après sept mandatures.

L’ADIHBH-V connaît bien cette situation  à Noisy-le Grand puisqu’il a fallu attendre 11 ans de combat avant de « sortir » le Socialiste Michel PAJON et attendre l’avènement de Brigitte MARSIGNY (LR) pour renégocier l’aménagement de la ZAC des Bas-Heurts après concertation avec les Citoyens.
Maintenant, le quartier des Bas-Heurts se réaménage sur de nouvelles bases en passant de 1800 à 900 logements

(voir nos différents articles sur notre blog http://www.noisy-les-bas-heurts.com).

Des négociations avec Grand Paris Aménagement (GPA) !

Zartoshte BAKHTIARI estime qu’il est impossible de poursuivre l’aménagement de ce  secteur avec la même philosophie.
Des négociations sont en cours avec GPA et des annonces pourraient être faites d’ici la fin de l’année.
Concernant le Pavillon Normand, aucune décision n’est prise pour le moment.
La Crèche devrait être livrée d’ici une quinzaine de mois après des difficultés techniques.
Une nouvelle École devrait ouvrir en septembre 2022. Au sujet des Commerces, GPA reconnaît avoir eu du mal à faire venir des investisseurs car cette ZAC était située dans une enclave sans zone de chalandise.
Maintenant que les premiers logements ont été livrés, des Commerçants devraient être intéressés.
En attendant, une Conciergerie de quartier sera inaugurée le 07 novembre, elle proposera un dépôt de pain, des fruits et légumes,….une façon d’apporter un semblant d’animation commerciale sur le secteur.

À Neuilly sur Marne, la ZAC de Maison Blanche en souffrance

Ceci dit, selon nous, l’absence du prolongement de la ligne 11 du RER (RATP) pour le moment est un handicap rédhibitoire pour que les résidents de ce quartier puissent se rendre sereinement dans les zones d’activités de l’Est Parisien.

Depuis 2018, les Maires du Territoire T9, un Collectif citoyen « Noisy-le-Grand – Neuilly-sur-Marne » et l’ADIHBH-V dénoncent l’aberration des lacunes dans l’aménagement de cette ZAC de Maison Blanche à Neuilly-sur-Marne.
 
Mais peu importe, de valeureux  Citoyens achètent tout de même sur plan pour le plus grand bonheur des Promoteurs.
Il faut être courageux, car bien souvent il s’agit de l’investissement d’une vie avec des prêts qui peuvent s’échelonner sur 20, 25 ou 30 ans !

Et après ? Eh bien, face à ces déconvenues qui se digèrent très mal, certains propriétaires  souhaitent déposer un Recours contentieux pour excès de pouvoir, en Association.
Oui, très bien, pourquoi pas, mais il faut savoir que c’est une nouvelle aventure qui commence. Il faudra donc  choisir un très bon Cabinet d’Avocat spécialisé dans ce domaine qui ne sera pas forcément le Copain du Copain comme nous le rencontrons malheureusement trop souvent. Monter un dossier avec de très sérieux arguments qui sera mis dans les formes juridiques par votre Avocat  et trouver le financement.

L’ADIHBH-V n’a pas échappé à ce cheminement sinueux pour la ZAC des Bas-Heurts, mais nous avons finalement brillamment gagné tous nos sept procès, en 11 ans de procédures. Pas un de perdu !

Courage, c’est envisageable…


_____

 

 

Contribution bibliographique : Le PARISIEN du jeudi 22 octobre 2020, Elsa MARNETTE.

____

 


Retrouvez-nous sur Facebook

 

 

C'est parti pour les BAS-HEURTS !

Publié le par ADIHBH-V

LE PREMIER PERMIS

 DE CONSTRUIRE

 SUR LES BAS-HEURTS

A ÉTÉ DÉPOSÉ ET SIGNÉ !
______

C'est parti pour les BAS-HEURTS !

ZAC des Bas-Heurts – Note de présentation.

Cliquer sur : Note de présentation.

La Ville a choisi le site des Bas-Heurts pour mener à bien les objectifs suivants :

-    Mettre en œuvre un projet urbain « durable », respectueux de l’environnement et du patrimoine bâti afin de créer un quartier équilibré et de qualité,

-    Accueillir des programmes de logements variés, en complément des pavillons existants et maintenus à l’échelle du quartier,

-    Créer des équipements de proximité.

Cet aménagement s’inscrit dans la continuité de l’aménagement de la ZAC Maille-Horizon-Nord, actuellement en cours de réalisation. Par ailleurs, le site des Bas-Heurts présente l’avantage d’un réseau de desserte très bien établi et de premier rang avec les deux gares du RER A (Noisy-Mont-d’Est et Bry-sur-Marne, l’autoroute A4, les Pistes cyclables des Bords de Marne, etc…, mais aussi des Groupes scolaires primaires, un Collège, un Collège et un Lycée International. Sans oublier sa position en balcon sur la Vallée de la Marne avec un patrimoine végétal hérité des jardins pavillonnaires, et des Centres Commerciaux Arcades et de la Varenne.

C’est toujours un plaisir de refaire l’histoire !
« Genèse du projet des Bas-Heurts »

Ce projet fait suite à la création de la défunte ZAC du « Clos aux Biches », qui prévoyait la construction d’un quartier d’habitation de 1500 logts, vraisemblablement 1800 en y regardant de plus près, réalisée sur un périmètre d’opération de 9,3 ha entièrement maîtrisé par la puissance publique, après acquisition préalable du foncier soit par voie amiable, soit par préemption et en dernier recours par expropriation et « tabula rasa ».

S’appuyant sur des insuffisances d’une calamiteuse  « étude d’impact » montée "à la godille" par les Services du Maire Michel PAJON, suite à un Recours contentieux de l’ADIHBH-V, le Tribunal Administratif de Cergy-Pontoise a annulé en 2008 cette ZAC. Cette victoire de notre Association et de tous nos soutiens (partis politiques d’opposition, citoyens de Noisy-le-Grand et de Bry-sur-Marne, etc…) a été confirmée par la Cour d’Appel de Versailles en 2010. Une nouvelle « étude d’impact » préalable à la création d’une nouvelle ZAC dite des Bas-Heurts a été établie en 2015.

Enfin, suite à l’annulation en juin 2015, des élections municipales des 23 et 30 mars 2014 qui ont eu pour effet de renvoyer définitivement l’équipe de Michel PAJON à ses chères études, le Conseil municipal a été renouvelé en septembre 2015 avec l’arrivée de l’équipe à Brigitte MARSIGNY. Ainsi, pour poursuivre ces objectifs, la ville a décidé, par délibération du 1er décembre 2016, d’engager une démarche de concertation préalable à l’opération d’aménagement des Bas-Heurts. De son côté, l’ADIHBH-V a réalisé avec son Cabinet d’Architecture ASPHALT un nouveau projet d’aménagement du quartier.

Trois ateliers au total ont été organisés sur la période du 21 janvier au 1er février 2017.Une réunion publique est venue clôturer cette phase de concertation préalable à la création de la ZAC des Bas-Heurts le 19 avril 2017, ayant conduit à la définition de nouveaux éléments de composition du projet urbain.

Une nouvelle phase de concertation préalable à l’approbation du dossier de réalisation de la ZAC a été menée au printemps 2018. Elle a été souhaitée par la municipalité et conduite par l’équipe de maîtrise d’œuvre urbaine à des fins pédagogiques et de transparence vis-à-vis des actuels riverains de l’opération de ZAC. Cette seconde phase a été clôturée par une réunion publique en juin 2018, présidée par Brigitte MARSIGNY.

Enjeux

Les enjeux de l’opération de restructuration urbaine dite des Bas-Heurts sont multiples :

Restructuration du site en quartier d’habitations mixtes et création d’une véritable  vie de quartier dans un secteur jusqu’alors à l’écart via :


-    la construction de bâtiments de qualité dans un quartier présentant une forte présence végétale,
-    le développement d’équipements, de services et de commerces de proximité,
-    l’ouverture du cœur vert préexistant grâce à un espace public central en continuité avec celui de Maille-Horizon-Nord et support d’usages variés pour le quartier,
-    la priorité donnée aux modes doux de circulation de maillon de l’axe Est-Ouest allant de la forêt à la Marne.

Programme des équipements publics

Le projet de programme global de construction arrêté au stade du dossier de réalisation de la ZAC approuvé en Conseil de Territoire le 18 décembre 2018 et le 21 février 2019 prévoit :


-    57.000 m² de SPD de logements, soit 900 logements maximum, dont une résidence pour personnes âgées,
-    700 m² SPD d’équipements publics,
-    1.000 m² SPD d’activités, de commerces et/ou de services,
-    La réalisation d’une Maison Pour Tous (MPT).

 

Permis de construire 09 3051 20 C0033 du 25 septembre 2020
Atelier HERBEZ ARCHITECTES

 

C'est parti pour les BAS-HEURTS !

1- État initial du terrain et de ses abords,
2 - Assurer l’insertion du projet dans son environnement,
3- Cadre réglementaire

Cliquer sur : État initial du terrain

Vue depuis la promenade des jardins

Vue côté Daniel Perdrigé

Le métro futuriste de Noisy le Grand

Publié le par ADIHBH-V

L’HISTOIRE DU SK


DE NOISY-LE-GRAND :


MÉTRO FUTURISTE,


 MAIS ABANDONNÉ
______

Le métro futuriste de Noisy le Grand

À la fin des années 1980, le Syndicat des Transports Parisiens (devenu STIF dans les années 2000) lançait une étude pour la création d’un métro à Noisy-le-Grand (il existe un métro semblable à Roissy CDG et au Parc des Expositions de Villepinte). Le 4 juillet 1991, le STP donne son aval. Tout démarre en 1991, lorsque Christian Pellerin, le promoteur du quartier de la Défense (92) jette son dévolu sur le futur quartier d'affaires Maille-Horizon-Nord. Le chantier démarre quelques mois plus tard. Terminé en 1993, d’un coût total de 70 MF soit 10, 5 M€ dont 2,2 M€ à la charge de la Commune de Noisy-le-Grand.


Il s’agit d’un mini-métro automatique en circuit fermé, constitué de petites cabines de dix places, allant jusqu’à 20 km/h, parfois tractées par câble un peu à la manière d’un téléphérique sur roues, proposé par la Société Soulé de Bagnères-de-Bigorre (65) et son concepteur Yann de Kermadec-(SK).


La ligne de métro relie la gare de RER A de Noisy-le-Grand-Mont d’Est, située au niveau du centre commercial des Arcades, à un futur quartier d’affaires Maille-Horizon-Nord. La ligne de métro est constituée d’un tunnel de 560 mètres, avec une capacité prévue de 2300 passagers/heure/sens).
Mais patatras ! Le quartier d’affaires périclite suite à la faillite du promoteur Christian Pellerin. D’ailleurs ce quartier d’affaire est toujours en 2020 une énigme, puisque la commercialisation d’éventuels bureaux sur 60.000 m² est à ce jour un fiasco.


La RATP, exploitant de la ligne, va faire tourner les équipements à vide pendant six ans, mais cela a un prix. Faire tourner les cabines revient à 150.000 €/an à la RATP et à EPAMARNE. En 1999, on arrête les frais. Les cabines sont mises sur cales.


Jusqu’en 2006, les stations et les équipements sont conservés en parfait état. Mais dès 2007 la station, les équipements et les installations électriques sont régulièrement pillés.

 

Le métro futuriste de Noisy le Grand

Aujourd’hui, dans le cadre du réaménagement en cours de l’Esplanade de la Commune-de-Paris, Noisy-le-Grand tire de l’oubli la ligne de métro SK. À l’horizon 2023, elle deviendra un lieu branché du quartier du Mont d’Est. Dans la journée : Restaurants, Coworking, Sport et le soir : Bar troglodyte, Scène musicale, Street art et Galerie.


La ligne fantôme est en effet située sous la future place urbaine qui sera créée prochainement et qui accueillera de nouveaux commerces sur 5.000 m². L’idée de Brigitte MARSIGNY est de conserver et détourner l’esprit du « métro fantôme », en s’appuyant sur les volumes cathédrales du lieu. Laurent FORET, Directeur de l’Aménageur  SOCAREN explique qu’ils développeront une terrasse de restaurants au bout du tunnel, dans un espace paysager au milieu du bassin.


Visionner sur France 3 : Abandonné depuis 27 ans à Noisy-le-Grand, cette station de métro n’a jamais servi.


https://www.francetvinfo.fr/culture/patrimoine/insolite-a-la-decouverte-du-metro-abandonne-de-noisy-le-grand-en-seine-saint-denis_4125221.html


______

Référence bibliographique :
-    fr.wikipedia.org,
-    Le PARISIEN 93, 21 novembre 2017 – Sébastien THOMAS,
-    Noisy mag, Octobre 2020, n° 270.

 

Au bord des Bas-Heurts, l'aménagement de la rue Léon MENU à Bry-sur-Marne

Publié le par ADIHBH-V

AMÉNAGEMENT


DE LA RUE LÉON MENU


 À BRY-SUR-MARNE
______

Au bord des Bas-Heurts, l'aménagement de la rue Léon MENU à Bry-sur-Marne

Le 06 septembre 2017, nous avons connaissance de la problématique des 180 logements de la ZAC Fontaine Giroux sur du foncier appartenant à ÉPAMARNE et son impact sécuritaire sur la rue Léon Menu.
Dès le début novembre 2017, l’ADIHBH-V consulte les deux Permis de Construire déposés par Immobilière 3F et SCCV et signés le 12 octobre 2017 en Mairie de Bry-sur-Marne.


L’ADIHBH-V relève que les accès aux parkings ne sont pas aisés car situés en plein dans le virage. Cette situation fortement "accidentogène" nous fut confirmée par le Directeur Général de SCCV lors de deux entretiens téléphoniques, qui s’étonne que les Services techniques d’ÉPAMARNE et de la Commune de Bry-sur-Marne n’aient pas relevé ce point lors de l’étude du projet et avant signature des Permis de construire.


En conséquence l’ADIHBH-V dépose le 23/11/2017 un Recours gracieux auprès de Bry-sur-Marne, I3F et SCCV. Immédiatement, branle-bas de combat, ÉPAMARNE réagit et le 11/12/2017 une réunion est programmée en présence d’ÉPAMARNE au grand complet, soit le :
-    Directeur de la Commercialisation,
-    Directeur de la Stratégie,
-    Directeur des Affaires juridiques,
-    Directeur du Développement.


À cette occasion, nous sollicitons une étude élaborant un dispositif de sécurité ralentissant la circulation rue Léon Menu, soit : un rond-point, des feux tricolores, un réaménagement de la sortie des parkings, ….Ici, le Directeur de la Stratégie nous indique que la Commune de Bry-sur-Marne n’a jamais manifesté d’observations sur ce sujet.


Ultérieurement, le 15/02/2018, lors d’une réunion en Mairie de Bry-sur-Marne, le Directeur des Opérations d’ÉPAMARNE nous a présenté un schéma visant à sécuriser les accès aux parkings par la création d’aménagements spéciaux sur la chaussée qui seront pris en charge par ÉPAMARNE et réalisés en accord avec les Services de la ville.


Les travaux démarrent en septembre 2020

Au bord des Bas-Heurts, l'aménagement de la rue Léon MENU à Bry-sur-Marne

Ce projet, élaboré avec la Commune de Bry-sur-Marne, repose entre autres sur un élargissement de la voirie existante, permettant de sécuriser les accès et sorties des nouveaux programmes immobiliers I3F et SCCV. Une traversée sécurisée sera également créée entre le Parc des Coudrais existant, et son extension à venir.
Ces travaux ont démarré début septembre et dureront jusqu’au 1er trimestre 2021.


Plan de masse des aménagements de la rue Léon Menu.

Au bord des Bas-Heurts, l'aménagement de la rue Léon MENU à Bry-sur-Marne

Contribution : Ce fut long et complexe, mais l’ADIHBH-V exprime toute sa gratitude à Messieurs Philippe HERMET, Directeur de la Stratégie chez ÉPAMARNE, Charles ASLANGUL, Maire de Bry-sur-Marne et Daniel CARREIRA, Service technique, pour nous avoir communiqué tous les documents d’informations.

La mixité sociale des projets immobiliers en question ? Exemple de Maille Horizon Nord à Noisy le Grand

Publié le par ADIHBH-V

À NOISY-LE-GRAND,


 LA ZAC DE


MAILLE-HORIZON NORD,


 UN OUTIL DE DÉ-MIXITÉ
______

@DVA

@DVA

Pour contenter la fibre urbaine des maires de plus en plus bâtisseurs autant que le besoin des habitants et le carnet de commandes des opérateurs économiques, la fabrique du cadre de ville doit-elle nécessairement suivre l’air du temps ? A Noisy-le-Grand, en Seine-Saint-Denis, un nouveau quartier met à mal la « mixité » tant vantée.


Dans la vie quotidienne, dans la presse écrite, sur les fils des immanquables réseaux sociaux qui font désormais la loi, lors de discussions entre gens éclairés ou au bistrot du coin, d’aucuns constatent une uniformisation des discours sur à peu près tout et rien. La vacuité des solutions apportées par les sachants ou les néophytes touchent aussi à l’urbanisme. Résultat, une sorte de totalitarisme inculte de l’instant.


Le vide intellectuel qui traverse aujourd’hui notre société, au profit d’une foultitudes d’idées toutes-faites-bien-propres, ternit aussi l’aménagement du territoire, notamment à cause d’un verbiage désormais policé. En effet, si les discours ont au départ une épaisseur, leur teneur se retrouve au fil des ans fort rabotée par des appropriations et approximations politico-opportunistes des élus des métropoles comme ceux des villes moyennes.

 

@Rolinet et associés

@Rolinet et associés

Bien sûr, au risque d’apparaître réactionnaire et de se faire lyncher sur les réseaux sociaux, qui ose encore combattre les belles idées et grandes images pleines de verdure, de jeunes enfants sur leurs vélos en bois allant chercher, heureux et guillerets, la baguette du dimanche, accompagnés de papa et maman affichant le sourire béat de ceux ayant réussi dans la vie ? Surtout lorsque le quartier est annoncé « mixte », « moderne », « bienveillant » ! Même à Noisy-le-Grand, sixième ville la plus peuplée de Seine-Saint-Denis ?


Pour le vérifier, un petit tour s’impose dans ces nouveaux quartiers ayant poussé à l’orée des métropoles, vendus par des promoteurs peu scrupuleux et des villes opportunistes à des habitants heureux d’afficher leur bonne fortune au cœur de la pointe architecturale. Partons donc à Noisy-le-Grand, dans le quartier Maille-Horizon, qui sort à peine de terre.

@Les maçons parisiens

@Les maçons parisiens

Noter en premier lieu qu’un quartier est rarement livré clé en main. Comprendre, qu’au mieux, le nouvel acquéreur aura un peu de boue aux pieds en attendant patiemment que la verdure mise en exergue sur le catalogue soit au rendez-vous. Au pire, ce sont les voisins qui risquent de manquer à l’appel, quand les opérations immobilières peinent à trouver preneur pour T3 mono-orienté nord et cuisine ouverte au prix d’un classique T4 de centre-ville avec cuisine fermée. C’est ce qui se passe à Noisy, les premiers lots à peine livrés, les autres sont à peine commencés, le paysage proposé en ce moment est un quartier boueux planté de grues et où le gris béton monte à vive-allure.


L’ADN de l’urbanisme de Noisy-le-Grand est déjà extrêmement compliqué. La ZAC Maille-Horizon est située à quelques encablures de l’imposant espace d’Abraxas et du Palaccio de Ricardo Bofill. Plutôt que de prendre les problèmes sociaux à bras-le-corps et d’envisager une réhabilitation des ensembles postmodernistes, Brigitte Marsigny, maire LR de la commune préfère miser sur la jeunesse et l’attrait provoqué un peu plus loin par l’effervescence autour de la gare de Champs-sur-Marne et des universités. Dans le fond, la mixité n’est pas encore le cœur du problème.

 

@Rolinet et associes

@Rolinet et associes

Forcément, le vinyle de la gentille mélodie du bonheur qui se faisait entendre lors de la présentation des perspectives a commencé à s’enrayer dès que sont sortis de terre les premiers logements. De fait, les perspectives de ces opérations pourraient tout aussi bien être situées à Toulouse ou Villefranche-sur-Saône sans provoquer ni plus ni moins d’émotions, architecturale mais aussi humaines.


Qui blâmer pour améliorer le système ? Un maire arriviste et mal conseillé ? Un aménageur sans ambition ? Des opérateurs dont le seul but est de dégager des bénéfices financiers ? Des architectes qui arrivent en fin de parcours, une fois que tout est acté ?


Après s’être donc interrogé sur la pertinence architecturale du projet de résidence universitaire conçut par l’agence Bofill pour le promoteur Pichet, face au Palaccio et en proue de quartier, profitons que l’horizon est encore un peu dégagé pour observer le futur quartier.

@Valero Gadan

@Valero Gadan

Ici, 60 000 m² de bureaux et environ 800 logements, dont 30% en HLM, sont au programme. De quoi faire augmenter les prix des appartements pour ceux qui peuvent s’en offrir un. De quoi aussi espérer la fameuse architecture sobre et minimaliste vendue à tout va pour soigner un peu les stigmates nés des Arcades.

D’ailleurs, les agences d’architecture élues ont de belles références et ne sont pas des ravis de la crèche : Atelier Dupont, Zundel et Cristea, Valero-Gadan, Fabienne Guerin-Jean, Baudoin-Bergeron ou encore Gaétan Le Penhuel. Mais, même pour eux, ça coince un peu. A 4 900 €/m² acheteur pour un T2 de 40 m², il ne faut pas espérer de miracles.

@Valero Gadan

@Valero Gadan

Les premiers bâtiments sortis de terre laissent dubitatifs. Pour les structures bois, il faudra ostensiblement repasser. Vu des chantiers, même pas une petite structure mixte à l’horizon. Comme quoi les lacunes sur la mixité concernent aussi les matériaux.


Retour aux perspectives. Qu’elles soient celles de Nexity, Pichet ou BNP Paribas, peu importe puisqu’elles montrent pour ainsi dire la même ville fabriquée hors-sol pour une maire omnipotente, par des promoteurs qui ne considèrent les architectes que bons à signer des permis de construire.


Revenons à l’enfant sur son vélo et ses parents heureux de vivre là. Chacun est bien blanc. Pourtant, à Noisy-le-Grand, 24% de la population est immigrée, et 16% est étrangère**, soit environ 40 % des habitants. Probablement que beaucoup d’entre eux voudront habiter à Maille-Horizon. Mais où sont-ils sur les perspectives ?

 

@Arthur Weidmann

@Arthur Weidmann

Finalement, la seule émotion que traduisent ces nouveaux quartiers sans grandes ambitions ni humaine ni architecturale est celle d’un bilan financier – pas franchement rutilant d’ailleurs – révélateur du cynisme qui fabrique aujourd’hui ces nouveaux quartiers dans les banlieues mine de rien toujours plus délaissées. Dans la ville dessinée pour être vendue (au maire, à l’aménageur, aux acquéreurs…), où est donc passé le rapport à l’humain ? Dans un quartier financé avec 30% de logements sociaux, la mixité devrait nécessairement apparaître éclatante.


Excepté que la réalité de ces quartiers imaginés à la va-vite est toute autre. Au sein de villes complexes, les aménageurs créent de nouvelles enclaves urbaines réservées à ceux qui ont les moyens d’y vivre et où il y a fort à parier que la mixité ne s’y épanouira jamais.


Alice DELALEU

______


Contribution bibliographique : Toute notre gratitude à Monsieur Christophe LERAY, Rédacteur en Chef de la Revue Chroniques-d'Architecture, pour nous avoir autorisé à reproduire l’article d’Alice DELALEU sur notre blog associatif de l’ADIHBH-V.


https://chroniques-architecture.com

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>