Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Article du "Nouvel Obs"

Publié le par adihbhv

 

 
 
 
Article du NOUVEL OBSERVATEUR
Paris Ile de France
6 au 12 juillet 2006
____
 
Big bang à Noisy le Grand
 
 
Voici un maire qui cumule les casquettes, et pas qu'un peu. Michel Pajon, édile PS de Noisy le Grand (93), est à la fois président de la commission d'appel d'offres et président d'une société d'économie mixte, la Socaren. Et c'est cette même société qui a été désignée pour aménager un quartier de la ville. Ca fait beaucoup. Mais c'est le projet lui-même qui fait des vagues à Noisy.
 
Votée au printemps 2005, la Zac du Clos aux Biches prévoit la construction de 1500 logements, avec moult équipements publics, en lieu et place d'un paisible quartier de 67 pavillons qui encerclent d'anciens et vastes jardins maraîchers. L'idée? Loger les 1500 demandeurs de logements de la ville, et densifier un quartier situé à proximité du futur lycée international de l'est parisien et de deux stations RER. Et……raser les 67 pavillons et autres bâtiments construits des années 40 aux années 2000, qui vont du Sam Suffit à la maison contemporaine, peuplés de retraités et de familles qui soignent avec dévotion leurs jardins, par ici les nénuphars, petits ponts, lions de pierre et plantes grimpantes.
 
Dix neuf maisons ont déjà été rachetées par la ville ou la Sem, et leur destruction a commencé le 16 juin, à moitié seulement. On casse le toit, on défonce les murs, et puis le bulldozer rentre au garage. Les habitants vivent mal d'avoir sous les yeux des ruines façon 39-45. " C'est pour éviter le squat. La destruction totale aura lieu quant le projet sera bouclé" explique-t-on à la mairie. Une association d'habitants et des étudiants en architecture de l'école de Paris-La Villette préparent de leur côté un contre projet qui préserverait les pavillons tout en rendant possible la construction d'environ 1000 logements. Cette proposition alternative sera présentée lors de l'enquête publique, à la rentrée.
 
                                                                        Emmanuelle Walter.