Revue de Presse Septembre 2007

Publié le

aa040001_1_.jpg

REVUE DE PRESSE
____
 
COMMUNIQUE DE PRESSE DE LA VILLE
DE NOISY LE GRAND (93)
_____
 
Le mardi 11 septembre 2007, la ville de Noisy-le-Grand communique à l’AFP une déclaration concernant le résultat des enquêtes publiques de la ZAC du Clos aux Biches.


Extraits : 

- Michel Pajon déplore les conclusions de ces Enquêtes qui, pour l’essentiel privilégient les intérêts particuliers au détriment de l’intérêt général et………….. 

- Michel Pajon déplore également les raisonnements approximatifs développés par la Commission d’Enquête qui l’on conduite à commettre, dans son analyse, un certain nombre d’erreurs d’appréciation. 

- S’il est possible de comprendre la logique d’habitants qui, attachés à leurs biens, sont soucieux de défendre leurs intérêts, il est plus difficile d’accepter la pression et les méthodes de certains d’entre eux, qui, utilisant le projet à des fins politiques ont décidé, coute que coute, par tous les moyens, de le contrecarrer pour des raisons uniquement électorales. 

- La Ville réaffirme néanmoins sa volonté de poursuivre, selon un calendrier et des modalités qu’il conviendra de préciser, l’aménagement de cette partie du territoire communal, en menant des discussions avec tous les acteurs concernés : habitants des Bas Heurts, demandeurs de logements, bailleurs, aménageurs, élus, associations, Conseil Régional.   


Commentaire de l’ADIHBH-V
 
Nous n’attendions pas un témoignage de satisfaction de la part de Michel Pajon mais nous sommes effarés qu’il puisse juger avec autant d’arrogance le travail des Commissaires Enquêteurs missionnés par le Préfet de Seine-Saint-Denis. Rappelons que cette commission composée de trois personnes, après une étude exhaustive et approfondie d'une durée extraordinaire (vu l'ampleur du dossier) a pris sa décision à l'unanimité, objectivement, de façon totalement indépendante et prenant en compte les données techniques (y compris le SDRIF), sociologiques et humaines.
Les intérêts particuliers que vous évoquez, Monsieur Pajon, sont le droit des personnes âgées à être maintenues chez elles, le droit d’un quartier à sa cohésion sociale et le droit de quiconque à ne pas faire les frais de vos projets immobiliers ! Nous vous invitons pour cela, Monsieur Pajon à relire attentivement les arguments évoqués par la commission d’enquête !
Comme d’habitude Michel Pajon y va aussi de son couplet sur la politisation de notre Association, soutenue sur ce projet par les VERTS, l’UDF, l’UMP et le PCF (qui fait partie de sa propre majorité !!!). Déjà le 5 février 2007, après la conférence que nous avions organisée avec les Etudiants de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris La Villette pour informer les Noiséens, Michel Pajon avait adressé une lettre de protestation au Directeur Général de cette l’Ecole en mentionnant : « que notre démarche, en l’espèce, s’avérait avant tout politique et électoraliste ». Copie avait été adressée à Monsieur Renaud DONNEDIEU DE VABRE, Ministre de la Culture et de la Communication de l’époque.
 
Quoi qu’il en soit, c’est avec une grande satisfaction que nous notons que la future urbanisation des Bas-Heurts se fera dans la concertation avec les habitants et autres !!! Concertation et négociations que nous exigeons évidemment avant les prochaines élections municipales, n'est-ce pas Monsieur Pajon ! mais en attendant, que d'argent perdu !!!.. 

 
LE MONDE
 
"Un gros projet urbain à Noisy-le-Grand recalé au stade de l'enquête publique" 

L'enquête publique menée sur un projet de création de 1.500 logements collectifs à Noisy-le-Grand (Seine-Saint-Denis) s'est récemment soldée par un avis défavorable, déplore mardi la mairie PS dans un communiqué.

La ville "prend acte" de l'avis défavorable à la déclaration d'utilité publique sur la ZAC du Clos des Biches mais "réaffirme sa volonté de poursuivre l'aménagement de cette partie du territoire".

Michel Pajon (PS) "déplore les conclusions de ces enquêtes qui, pour l'essentiel, privilégient les intérêts particuliers au détriment de l'intérêt général" dans une ville de 60.000 habitants où 1.500 demandes de logement social ne sont pas satisfaites.

Les conclusions "semblent ignorer les logiques d'aménagement de la région Ile-de-France", poursuit M. Pajon en référence au schéma directeur de la région Ile-de-France (SDRIF) qui programme d'atteindre l'objectif de 30% de logements sociaux en 2030 sur toute la région parisienne.

M. Pajon a décidé de ne pas faire délibérer le conseil municipal sur ce projet, comme il était en droit de le faire pour transmettre le dossier au préfet.

Il annonce qu'il engagera "des discussions avec tous les acteurs concernés" pour élaborer un autre projet, qui devra "répondre à l'intérêt général".

Le plan de construction de logements collectifs (30% de locatif social, 40% de logements en accession intermédiaire à la propriété et 30% de logements en accession libre) était contesté par un collectif d'habitants, soutenus par les Verts, le PCF et l'UMP.

Le collectif avait présenté en février dernier un contre-projet de 1.000 logements permettant de préserver une zone pavillonnaire qui devait être rasée.
 
 
AGENCE FRANCE PRESSE
BOBIGNY (93)
_____
 
Le 11 septembre, l’Agence France Presse communique : « Un gros projet urbain à Noisy le Grand recalé au stade de l’Enquête Publique ».
Les arguments développés reprennent le communiqué de la Ville de Noisy le Grand.
 
 
 
LE PARISIEN
 
 
Le jeudi 13 septembre, sous la plume de Marjorie Corcier, LE PARISIEN titre :
 « La Mairie renonce à son projet de nouveau quartier »
 
Extraits :

 

- Coup de théâtre aux Bas Heurts,…………, Michel Pajon, Député Maire (PS), vient d’annoncer la mise entre parenthèses de son ambitieux projet,…..

- Pas de passage en force, la Ville aurait pu contester cette démarche par une délibération du conseil Municipal. Dans ce cas, le dossier aurait alors été tranché par le Préfet de Seine Saint Denis. Le Maire a finalement opté pour la solution douce.

- Il faut dire que, à six mois des prochaines élections municipales, le dossier des Bas Heurts devient sensible et pourrait bien s’inviter dans les débats politiques

- Les membres de l’ADIHBH-V………….restent sur le qui-vive. « Tout peut repartir après les élections, redoute Alain Cassé, le Président de l’Association, qui se dit prêt à s’asseoir à la table des négociations avec la Mairie, pour plancher sur un nouveau projet.

 
Commentaire de l’ADIHBH-V
 
Il est bien évident que ce dossier d’urbanisation va largement s’inviter au débat municipal lors des prochaines élections de mars 2008. Il n’est absolument pas question que l’ABIHBH-V se fasse endormir. Aussi, nous comptons bien, sous une forme ou une autre qui reste à déterminer, contribuer et peser sur le débat démocratique.
Oui, nous ferons de la politique, mais une politique cytoyenne d’aménagement d’un quartier, sûrement pas de la politique politicienne qui présente trop de turpitudes à Noisy-le-Grand.
 
Ceci étant, l’ADIHBH-V va rester mobilisée et va encore s’activer. En effet, le dossier du PLU, adopté en Conseil Municipal le 26 juillet dernier, en pleine période estivale, mérite quelques attentions particulières lorsque nous examinons les commentaires de Monsieur le Commissaire Enquêteur sur le Clos aux Biches. A la lecture des délibérations sur le PLU, il semblerait que les Bas Heurts  n'y retrouvent pas leur compte !.. Bizarre nous direz-vous... Affaire à suivre.
_________
 


 

Publié dans noisy-les-bas-heurts

Commenter cet article

Alain Cassé-Président de l'ADIHBH-VExtrait 24/09/2007 20:49

Explication de texte - Extrait de l'article R11-14-14 du Code de l'Expropriation: Lorsque l'opération projetée doit être exécutée sur le territoire et pour le compte d'une seule commune, et si les conclusions du commissaire enquêteur ou de la commission d'enquête sont défavorables à l'adoption du projet, le Conseil Municipal est appelé à émettre son avis par une délibération motivée dont le procès-verbal est joint au dossier transmis au Sous-Préfet. Celui-ci transmet ensuite l'ensemble des pièces au Préfet avec son avis. Faute de délibération dans un délai de trois mois à compter de la transmission du dossier au Maire, le Conseil Municipal est regardé comme ayant renoncé à l'opération.En d'autre terme, ça veut dire aujourd'hui que la Ville de Noisy le Grand a renoncé à cette opération, tellement son dossier était mal ficelé.Toutefois, il est pour nous évident que Michel Pajon nous resservira la soupe, si par malheur il était encore réélu aux prochaines Elections Municipales de mars 2008. Nous devons rester mobilisé dans les prochains mois!Maintenant, nous attendons l'arrêté du Préfet, constatant le renoncement de la commune à l'expropriation, il rejette la demande initiale de la ville.

Vincent 21/09/2007 11:13

Si je croyais sincèrement aux propos de M. Pajon, je le féliciterais de cette remise à plat du projet et de cette volonté de concertation affichée.Mais je crains que ses belles paroles ne soient prononcées que pour gagner du temps afin d'écarter un sujet génant à quelques mois des élections municipales...Espérons que je me trompe.

MICHEL 19/09/2007 22:36

tres bonne nouvelle, mais je pense que M pajon attends de se faire réelire pour passer en force...............je crois pas qu'il va laisser cette partie tranquille apres tous les efforts qu'il a fait pour detruire deja pas mal de maisonenfin ca permet de souffler un peu et en esperant que les noiseens ne lisent pas tous  noisy-mag et que la memoire leur reviendra au moment de voter