Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Revue de Presse citoyenne à Noisy-le-Grand

Publié le par adihbhv

 
 
 L'EXPRESS, n°2882, du 28 septembre au 04 octobre 2006
"Pour qui roulent vos Députés ?"

 
  
 

Dans « Députés sous influences » (Fayard), dont l'Express publie des extraits, les journalistes H. Constanty et V. Nouzille montrent la face cachée de l'Assemblée nationale. Pour la première fois, un classement établit une hiérarchie des 577 députés, des plus actifs aux moins zélés.
Evidement vous comprendrez que la tentation de l'ADIHBH-V fut grande d'examiner le positionnement de notre député de la 13ieme circonscription. Et bien, manifestement, Michel Pajon apparaît comme un député discret, pour ne pas dire plus ! En effet, le hit-parade des élus en fonction de leurs interventions recensées en séance publique pendant deux ans et demi (du début 2004 à la mi mai 2006) donne sept interventions pour Michel Pajon. Ceci est conforme à sa Lettre de l'Assemblée Nationale de mai 2006, où il annonce six interventions à l'Assemblée. La septième étant vraisemblablement celle ou il invite les habitants de la circonscription à visiter le Palais Bourbon (?).
Toutefois, si le maillot jaune se gagne à 212 interventions,  notre homme est en bonne compagnie puisque d'autres leaders nationaux ne sont guère plus actifs; D. Strauss-Kahn : 8, L. Fabius : 7, S. Royal : 7, A. Madelin : 7, P. Devedjian : 1. En terme cycliste, ça veut dire être dans le "gruppetto".
A sa décharge, il faut bien avouer que Michel Pajon est très occupé. Député, Maire de Noisy-le-Grand, PDG de la SOCAREN, Président des Commissions d'Appels d'Offres, Architecte, Urbaniste, et depuis peu membre du Conseil d'Administration de l'Etablissement Public Foncier de la Région Ile de France.
Effectivement, à moins d'être un surhomme, il faut bien faire quelques impasses (attention, pas sur le salaire !). Aussi, en cette période où l'Etat cherche à faire quelques économies pour boucler son budget, l'ADIHBH-V propose un projet de Loi qui pourrait s'appliquer aux députés, à savoir:
·        un salaire au mérite (comme pour les Cadres du secteur privé)
·        une radiation de la fonction de député, après X absences dans l'Hémicycle ou en réunions de commissions.
Après tout, Michel Pajon légitime bien cette pratique puisqu'il vient de donner l'exemple lors du Conseil Municipal du 23 novembre 2006, qui a eu à se prononcer sur la suppression de la délégation de Maire-Adjoint d'une élue Communiste, au motif invoqué : son indisponibilité ! Cette suppression de mandat mettant fin évidement au 1700 euros d'indemnités. (pour plus d'information, consulter le blog :http://www.on-a-le-droit-de-voir-rouge.org).




_____
                      
 
 
LE PARISIEN, du 13 novembre 2006
"Les petits commerces font grise mine"



La Chambre de Commerce et d'Industrie de Bobigny vient de publier son enquête annuelle de conjoncture. Un magasin sur cinq a baissé le rideau dans le 93, et ce sont les commerces de bouche qui disparaissent le plus.
Les sondés ont expliqué que cette morosité avait pour origine en premier les problèmes liés à la circulation routière et au stationnement. L'insécurité arrivant en seconde position. Enfin, les projets de réaménagement des centres villes suscitent parfois de vives protestations chez les citoyens.
Ceci étant, l'ADIHBH-V a consulté sur internet les "pages jaunes" de l'annuaire. Le résultat pour une ville de 62500 habitants comme Noisy le Grand est édifiant,
soit:
·        boucherie charcuterie: 7
·        poissonnerie: 0
·        boulangerie pâtisserie: 7
·        agences immobilières: 21
 
Mais l'immobilier ne se mange pas, il s'achète. Tout ceci n'est pas innocent, et la multiplication des Agences Immobilières montre bien qu'il y a sur notre ville un marché de l'immobilier. Celui-ci est entretenu et orchestré par la politique de Michel Pajon : périmètres d'études, préemptions, expulsions, densification, constructions, promotions,???...
Et les métiers de bouche nous direz-vous ? Patientez Noiséens, vous aurez bientôt dans le "Carré Renaissance", en plein centre ville, une Boucherie et une première Poissonnerie, coincées  entre l'Académie de billard, le Piano bar et les Cinémas. Ces commerçants seront locataires de la ville, c'est un gage de succès mais peut être pas forcément de rentabilité.  Les supermarchés ont du souci à ce faire !!!...Ca va chauffer. Le Centre Commercial des Arcades a déjà senti le vent du boulet, c'est la raison pour laquelle il voudrait doubler sa surface !...
_____
 
 
 
CHALLENGES, n° 30, du 06 au 12 avril 2006
" Le palmarès des meilleurs Maires de France"

Un cabinet spécialisé dans l'évaluation et le conseil aux collectivités locales, Public Evaluation System, a passé au crible les "budgets principaux" pour l'année 2004, de 870 villes de plus de 10 000 habitants. Les résultats étaient publiés en exclusivité pour Challenges.
Sur le département, 35 villes sont évaluées. A titre d'exemple citons Clichy-sous-Bois (AB), Bobigny (AB), Monfermeil (TB), Gagny (B), Villemomble (B); Neuilly sur Marne (B), Bobigny (AB), Neuilly Plaisance (AB), Montreuil (peut mieux faire), Le Raincy (AB), etc, etc??
Rien sur Noisy le Grand, "premier pôle tertiaire de l'Est Parisien", c'est étrange, voire suspect. L'excellence de l'Economiste Michel Pajon (PS), nous mettrait-elle hors concours ? Noiséens ne rêvez pas, tout le monde a bien compris que des cartes de v?ux en trois dimensions, ce n'est pas gratuit. Les expropriations urgentes des personnes âgées de l'Ilot Mairie, pour maintenant loger un parking, c'est scandaleux et très onéreux. L'explosion du budget communication de la ville en cette année pré électorale, c'est suspicieux !
_____
 
 
NOISY Magazine, n° 121 de novembre 2006

Dans la rubrique "c'est vous qui le dites" JB de La Varenne parlait de l'ADIHBH-V en des termes élogieux ? C'est nous faire beaucoup trop d'honneur, merci JB.
_____
 
 
 
 

La Socaren au tribunal... suite

Publié le par adihbhv



COUP DE SEMONCE JUDICIAIRE
LE POT DE TERRE FISSURE LE POT DE FER
Acte: 2
__
 
Face à la résistance affligeante du PDG de la SOCAREN (Michel Pajon), des POUVOIRS PUBLICS et du MAIRE de Noisy le Grand (Michel Pajon)en tant que cocontractant et qu'autorité de Police Municipale, l'ADIHBH-V s'est vu contrainte, le 27 septembre 2006, de saisir Monsieur le juge des référés du Tribunal de Grande Instance (T.G.I) de Bobigny. (voir article du 09 octobre: La SOCAREN au Tribunal).
 
Par Ordonnance de Référé du 06 novembre courant, du T.G.I de Bobigny, il ressort entre autres, des pièces et des documents produits aux débats, que la justification de la démolition partielle des pavillons apparaît totalement arbitraire ou fantaisiste.
 
Entre autres, pour ces motifs:
 
Ø      CONDAMNE et enjoint à la Société SOCAREN, dans un délais de 8 jours courant à compter de la date de signification de la présente ordonnance (le 10/11/06), passer ce délai sous astreinte de 1000 euros par jour de retard à:
·      procéder à la démolition totale des immeubles dont elle est propriétaire et dont elle a commencé la démolition dans le périmètre de la ZAC dite du" Clos aux Biches".
·      procéder à l'enlèvement et l'évacuation de toutes natures résultant des démolitions situées sur les parcelles acquises par elle dans ce même périmètre,
 
Ø      CONDAMNE la Société SOCAREN à verser à l'ADIHBH-V et à Monsieur Alain Cassé la somme de 1800 euros en vertu de l'article 700 du Nouveau Code de Procédure Civile,
Ø      REJETTE les demandes plus amples ou contraires,
Ø      MET les dépens de la présente instance à la charge de la Société défenderesse
 
Explication de texte
 
Afin de bien comprendre le contenu de ce jugement, l'achat d'un bon dictionnaire, s'est imposé à nous, à savoir:
- Arbitraire:
      1) qui est laissé à la libre volonté de chacun, qui ne relève d'aucune règle.
      2) qui dépend uniquement de la volonté, du caprice d'un homme; despotique.
- Despote:
      souverain, qui exerce un pouvoir arbitraire et absolu.
- Fantaisiste:
      qui n'est pas sérieux.
 
                        Alain Cassé
                                          Président de l'ADIHBH-V

Questions sur le Bois Saint-Martin

Publié le par adihbhv



Quatre questions à Françoise Thuin, Présidente de l'ADIHR (Association de Défense des Intérêts des Habitants des Richardets) :


 
Alain Cassé, Président de L'ADIHBH-V :

Nous avons du mal à comprendre ce qui se passe à nouveau pour le Bois Saint Martin face à la énième annonce du maire dans le Noisy Magazine du mois de novembre 2006 et la protection de biotope pour laquelle l'ADIHR s'est engagée et qui vient enfin d'être signée par le Préfet ? Que pensez-vous de cette nouvelle action ?
 

Françoise Thuin :

Très sincèrement, je suis heureuse que le maire commence à comprendre, du moins je l'espère, et vous savez bien que l'espoir nous fait tous vivre, alors gardons cet espoir !
 
Ce bois est un espace exceptionnel d'un point de vue écologique et il ne peut être destiné à la pratique d'activités destructrices de sa faune et de sa flore.
Ce n'est surtout pas par magie qu'il possède autant d'espèces animales et végétales protégées au niveau européen, c'est simplement parce que ce bois a été pendant des siècles un havre de paix, où toutes ces espèces ont trouvé refuge.
 
Il y a encore de nombreuses contradictions dans l'article de ce Noisy Magazine mais je dois reconnaître qu'il n'était pas facile, pour notre Maire, de faire le grand écart entre la première enquête publique, les différentes réunions du PLU, où il a été question du Bois Saint Martin à de multiples reprises, et cet article. J'admets que de l'eau a coulé de ses sources. 
 
Aujourd'hui on nous dit : « Le bois Saint Martin doit être protégé ». 
A cela, je réponds « Ce bois a toujours été très bien protégé et, aujourd'hui, cet arrêté de biotope assurera sa protection pour l'avenir ». 
 
On nous dit : « Imaginez ! 285 hectares de bois, de prairies,? A 13 kms de Paris ».
Je réponds : « La prairie est classée en zone A au biotope pour 67 ha, on ne peut y mettre les pieds, alors ne rêvons pas, inutile d'imaginer ». 
Pourquoi ? Tout simplement parce qu'il s'agit de la zone la plus fragile.  
 
Je voudrais aussi corriger une phrase de cet article, car on nous dit : « Et cet espace naturel exceptionnel est à 97% noiséen ».
Il s'agit certes d'un territoire noiséen mais, pour l'instant en tout cas, il est la propriété d'une famille que nous devons remercier car elle a su garder ce poumon vert noiséen dont chacun de nous profite déjà, à n'importe quel endroit de la ville où il se trouve. 
Heureusement d'ailleurs car, notre maire, qui semble tellement attaché à la préservation des espaces verts, n'a pourtant pas hésité à sacrifier le square du Colonel Rémy et ses arbres centenaires !!!  
 
En ce qui concerne le classement en Espace Naturel Sensible de 1995, Monsieur le Maire oublie de dire que la totalité du bois n'a pas cette classification au POS puisque quelques parcelles en sont exclues. 
D'ailleurs comment aurait-il pu imaginer y construire le lycée international à une certaine époque? Profitons donc du PLU pour parer à cet oubli! Ce qui ne fera que renforcer l'arrêté signé par le Préfet le 29/09/2006.   
 

Alain Cassé :

Depuis plus d'un an j'entends dire que M. Pajon a demandé le classement en Natura 2000, pensez-vous que cette demande va aboutir ?  
 

Françoise Thuin :

Il est possible que cette demande ait été faite, mais d'après les services du Ministère de l'Environnement, le réseau Natura 2000 est clos et même si de nouvelles dérogations devaient être traitées, la prise d'effet de cette protection demanderait plusieurs années. Comme je le faisais remarquer aux membres de notre association, la demande Natura 2000 pour la Haute Ile vient seulement d'être acceptée alors que cela fait plus de trois ans que cette requête a été faite. 
Mais chaque noiséen est en droit de demander, au maire, une copie du récépissé de cette démarche.   
 

Alain Cassé :

Lorsque le Maire s'insurge car il entend dire ici et là que la ville aurait pour projet des constructions nouvelles dans le bois, qu'en pensez-vous, est-ce possible qu'il puisse construire car c'est vrai qu'il a une réputation de démolisseur / constructeur  ?  


Françoise Thuin :
 
Pour ma part, je pense davantage au souhait d'acquérir un endroit de prestige qui manque cruellement sur sa ville afin de pouvoir recevoir dignement les personnalités qui viennent le visiter. Mais pour ce qui est du reste, je suis certaine qu'il a raison, il n'a jamais pensé construire autre chose, (mis à part le lycée international). Il veut simplement utiliser les habitations. Pourtant, il s'agit de demeures habitées par des familles et cela justifie, pour notre maire, la mise en oeuvre d'une procédure d'expropriation.  
 

Alain Cassé :

Pour conclure sur cet article, irez-vous visiter La Fabrique pour jouer à dessiner le bois Saint Martin de vos rêves le 29 novembre prochain?
 

Françoise Thuin :

J'irai visiter la Fabrique, mais j'ai passé l'âge et surtout l'envie de jouer avec mon environnement, je le respecte du mieux que je peux, j'apprends chaque jour comment faire pour le protéger et si certains s'imaginent que l'on a encore le droit de jouer (exposition ludique et interactive) avec notre environnement, nos réserves naturelles sensibles, c'est que décidément ils n'ont rien compris. Il n'appartient pas aux noiséens de dessiner le bois Saint Martin de leurs rêves. Il existe, il n'est pas à créer, il est comme il est, mais maintenant il est protégé par un arrêté de biotope sur 248 ha. 
Cet arrêté, en son article 6, ne laisse une porte entrebâillée qu'à la Région Ile de France par l'intermédiaire de l'Agence des Espaces Verts. Alors comment Monsieur Benayoun, Président de cette toute nouvelle association  « Les amis du bois Saint Martin », peut-il avancer que la ville de Noisy-le-Grand peut faire partie des acquéreurs ? 
De plus, lorsqu'il dit : « Le Bois Saint Martin est le premier site naturel de l'Est parisien, par sa taille et sa qualité, juste après le bois de Vincennes », je rétorque simplement que le bois de Vincennes n'a rien à voir au niveau qualité, vraiment rien à voir !!! Le bois de Vincennes a perdu toute cette richesse faunistique et floristique que possède encore le bois Saint-Martin. 
Notre association est donc favorable à une ouverture d'une partie du bois Saint-Martin dans un cadre purement pédagogique et nous savons bien que c'est possible avec l'Agence des Espaces Verts de la Région Ile de France.  
 
 
 
 
 

Michel Pajon censure... dans sa propre majorité !!!

Publié le par adihbhv


Michel Pajon franchit encore une étape dans sa conquête de la monarchie municipale !...

Dans le Noisy-magazine du mois de novembre, vous ne lirez pas dans la tribune des formations politiques de la majorité l'article préparé par la formation Communiste ! Il a été censuré et remplacé par un texte rédigé par le PS local et les dociles MRC.

Conformément à nos habitudes nous publions tous les articles censurés du Noisy-magazine. Après celui de l'UMP, voici aujourd'hui celui du PC.

 

 
 
"C'est fou ce que le temps passe vite !
 
En 1995, déjà 11 ans, une nouvelle majorité prenait en charge les affaires de la ville de Noisy... Le temps du bilan approche. Il sera important, nuancé et témoignera aussi, sans aucun doute, des débats entre les partis qui composent la majorité, depuis plusieurs mois, et bien sûr, avec l'opposition municipale de droite comme de gauche.
 
Une chose est certaine : le débat, fût-il vif, est une nécessité démocratique qu'il faut soutenir, élargir autant que possible et plus encore.
Soutenir et élargir, c'est s'efforcer de développer les espaces démocratiques indispensables, y compris de nouveaux, ceux qui permettent la rencontre permanente avec le plus grand nombre des acteurs de la vie municipale. Rencontre qui permet de construire « du vivre ensemble », les relations sociales qui font la qualité de ce dernier et qui autorise, chacun, chacune, à se sentir légitimement propriétaire d'un avenir commun.
 
La dynamique des projets municipaux est à ce prix, sous risque de n'être que des constructions plaquées sur le quotidien de la population, constructions périlleuses parce qu'elles éloignent le citoyen de ceux qui le représentent. Pire, car pouvant accentuer abstentionnisme et désintérêt pour les affaires publiques.
 
Le débat sur l'aménagement urbain en est une preuve évidente. Sur la sécurité, la vidéosurveillance et la police municipale, pas moins. Sur la santé, une autre avec le devenir du centre municipal et de la clinique privée. 
Idem, pour le logement social, dont la réalité nationale nous rattrapera, sans que la bonne foi des uns et des autres ne soit en cause mais simplement parce que Noisy fait partie de cette réalité.
 
Elus et citoyens, prenez connaissance du rapport 2006 de la Fondation Abbé Pierre sur le logement ! Les termes de cette dramatique question sont posés crûment et montrent que les effets d'annonce ne règlent rien. Au contraire !"
 
Pour les Elus Communistes
 
Etienne DOUSSAIN


NDLR : Continuons à nous exprimer librement !
 

Assemblée générale et contre-projet des architectes

Publié le par adihbhv


Notre assemblée générale annuelle a eu lieu samedi 21 octobre, 90 personnes étaient présentes ou représentées

 

 

 

A cette occasion, trois étudiants en architecture de l'Ecole de la Villette nous ont présenté leur projet pour les Bas-Heurts sur lequel ont travaillé 17 étudiants de 4ème année, encadrés par 2 professeurs. Ce projet tient compte à la fois des nécessités de logement, du respect des habitants et de l'histoire du quartier. Après une étude sociologique approfondie, c'est une année de travail qui a conduit ces étudiants à présenter un projet cohérent.

"Raser pour reconstruire, c'est un concept des années 70 !... Michel Pajon veut faire ce que l'on nous apprend à ne pas faire !" dit l'un d'eux".


Le travail a donc consisté dans un premier temps à démontrer l'échec programmé qu'implique cette DESTRUCTION / RECONSTRUCTION des Bas Heurts et, dans un second temps à faire un projet alternatif en explicitant les questionnements et les problèmes rencontrés.

 
Pour cela trois principes fondamentaux d'une urbanisation moderne ont présidé à la réflexion, soit:
 
                        - construire avec les habitants,
                        - construire avec la Ville,
                        - construire avec l'histoire.
 
1-   Construire avec les habitants:
 
Le premier argument qui vient contredire la volonté de Michel PAJON, est bien le mépris absolu des résidents des Bas Heurts que ce projet supposerait.
 
C'est la raison pour laquelle les travaux Etudiants ont débuté par une analyse sociologique et urbaine du quartier, qui a durée plusieurs mois.
 
La commune prévoit de perpétrer un véritable "urbicide", en reproduisant les erreurs commises par les Villes Nouvelles dans les années 1970, face à des problèmes insolubles, dont nous sommes toujours victimes aujourd'hui à Noisy le Grand. (Cité, surpopulation, enclavement, incivilités, délinquance,etc…)
 
Michel PAJON exerce une forte pression psychologique sur les habitants. Les pavillons acquis par la Mairie sont systématiquement  vandalisés et détruits partiellement, ce qui offre un spectacle sinistre et angoissant à la vue des habitants et des passants. Ces méthodes programment donc un pourrissement aussi bien matériel que psychologique.

 

2-   Construire avec la Ville:
 
Pour s'intégrer à la Ville ce projet urbain doit impérativement s'interroger sur cinq concepts fondamentaux:
 
-      Réintégrer le Clos Montfort:,
 
-raccorder les Bas Heurts à la Ville
-permettre une meilleure desserte de la station de RER Mont d'Est,
-intégrer la notion de liaison urbaine,
-désenclaver ce quartier et infléchir sa logique, afin de le replacer réellement au cœur de la Ville, alors que le projet PAJON / LEMEUR nous présente encore une fois une CITE ENCLAVEE qui peut s'apparenter à la CITE DE CARCASSONNE.
 
-      Créer de la mixité:
 
Actuellement ce projet de la Mairie tend à construire la Ville par le "Zoning", logique qui sépare en secteurs fonctionnels (logements, bureaux, activités,…) A Noisy le Grand cette logique est poussée à son paroxysme puisque l'essentiel du bâti est affecté aux bureaux et au Centre commercial.
 
Aujourd'hui le Zoning est largement remis en cause car il ne fait pas ville, mais produit des enclaves. Complètement déserts les soirs et les week ends, alors que pour les logements c'est l'inverse
 
Faire qu'une ville ait une réelle qualité de vie, c'est faire en sorte de croiser et combiner les activités et les usages.
 
Pour ce faire, il a paru essentiel aux Etudiants de remettre en cause la programmation sur le site du Clos Montfort, tout en accompagnant un développement raisonnable des Mailles Horizons, programmant une mixité de 70% d'activité et 30% de logements pour le site sud, 70% de logement et 30% d'activité pour le bas, au nord.
 
-     Urbaniser en densifiant :
 
Face à la pénurie évidente de logements constatée en Ile de France, l'objectif des Etudiants fut de resserrer le tissu pavillonnaire, et de construire avec une densité assez forte sur les espaces inutilisés, ce qui conduirait à l'élaboration raisonnable d'environ 1000 logements.
 
-      Repenser le principe de circulation :
 

-      Conserver l'esprit des Bas Heurts, tout en engageant une profonde mutation :
 
Ce processus passe obligatoirement par la réduction des jardins existants et le redécoupage parcellaire.
 
Pour accompagner l'urbanisation du site, les Etudiants ont utilisé le principe des venelles pour densifier et desservir les fonds de parcelles
 
La densification s'appuiera sur l'augmentation de l'emprise au sol du bâti, tout en conservant les gabarits R+1-R+2.
 
  3- Construire avec l'histoire:
 
Noisy le Grand est une ville nouvelle. Pourtant son histoire urbaine a commencée avant le XXe siècle. Le projet des pseudos urbanistes PAJON / LEMEUR nie l'histoire de la Ville et de sa genèse, il valide simplement le processus des bétonneurs des Villes Nouvelles en faisant fi de l'existant, alors qu'à l'heure actuelle ce concept est totalement remis en cause par les Architectes Urbanistes sérieux tel qu'Antoine GRUMBACH par exemple.
 
Une ville se construit au fur et à mesure du temps, par strates successives, mais jamais en pratiquant une politique de "terre brûlée". Pour s'inscrire dans la continuité et la cohérence historique de la réalisation de Noisy le Grand, le projet des Etudiants répondra à trois problèmes, à savoir:
 
                       -conserver l'existant bâti,
                       -tenir compte de la permanence des tracés,
                       -conserver l'esprit du lieu tout en engageant une profonde mutation.
 
Enfin, voici l'avènement d'un projet urbain alternatif pour les Bas Heurts, présenté de manière globale, par opposition au projet PAJON / LEMEUR qui arrive d'une autre planète et qui ne sème que désillusion, harcèlement, désolation, tristesse, et mépris.

 

 
Merci Messieurs les Etudiants, merci Messieurs les Professeurs.