Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

L'A4 ne serait plus une frontière ?

Publié le par ADIHBH-V

ET SI LE FUTUR QUARTIER

DE LA GARE

DE BRY-VILLIERS-CHAMPIGNY

ENJAMBAIT L’A4

POUR REJOINDRE BRY ?
______

L'A4 ne serait plus une frontière ?

Un palais des congrès (1), des bureaux, un hôtel, un millier de logements, un peu d’activité logistique, un groupe scolaire, un gymnase, un jardin métropolitain et la gare « Bry- Villiers-Champigny », qui fera l’interconnexion entre la ligne du RER E et la ligne 15 Sud du Grand  Paris Express, ainsi qu’avec la ligne de bus en site propre Altival, tel est le projet de la ZAC Marne Europe, entériné au Conseil municipal de Villiers-sur-Marne le 12 novembre 2015.


Située en bordure de l’autoroute A4, au niveau du BRICORAMA de Villiers-sur-Marne, ce nouveau quartier de vie, voisin de la ZAC des Boutareines (ZAC de 10 hectares, qui accueille la grande surface de bricolage), s’étendra sur 11,2 hectares sur une partie de l’ancienne Voie de Desserte Orientale (VDO), une friche correspondant à des emprises réservées pour un projet de rocade (A87) dont ce tronçon n’a jamais vu le jour.

Dans sa pointe nord, la ZAC part de la bande de terrain située entre l’A4 et le magasin IKEA et elle s’étend le long de la D10 du côté de Champigny (Boullereaux). Le site est actuellement essentiellement occupé par un golf.


D’ici quelques années, ce quartier sera l’un des mieux connectés de la Métropole, à proximité des autoroutes A4 et A86,  à 22 minutes de l’aéroport d’Orly, 27 minutes de celui du Roissy. "Il permettra de relier Champigny, Bry et Villiers ", insiste Jacques-Alain Bénisti, député-maire LR de Villiers-sur-Marne.


Alors que la ZAC vient tout juste d’être entérinée, le projet a reçu le trophée d’argent de la meilleure stratégie de développement urbain à l’occasion du Sommet Infrastructures, Aménagement du Territoire et Immobilier (SIA) début novembre 2015 tandis que l’atelier Ruelle a gagné le Grand Prix de l’Urbanisme 2015.


Lire la suite de l’article sur : http://94.citoyens.com/2015/et-si-le-futur-quartier-de-gare-de-bry-villiers-champigny-enjambait-la4,19-11-2015.html

 

(1) – Nous comprenons mieux pourquoi le Palais des Congrès de Noisy-le-Grand était injustifié et fut abandonné par la nouvelle municipalité depuis le 20 septembre 2015.

 

 

Le dispositif « Voisins vigilants » sur les Bas Heurts !

Publié le par ADIHBH-V

LE DISPOSITIF

DE PARTICIPATION CITOYENNE

DU QUARTIER DES BAS HEURTS

À NOISY-LE-GRAND
______

 

Le dispositif « Voisins vigilants » sur les Bas Heurts !

Dans la perspective d’améliorer le niveau de sécurité, des actions partenariales ont été développées, notamment en matière de prévention de la délinquance, entre les autorités de l’Etat, les élus locaux et les représentants Associatifs.

Afin de poursuivre ce mouvement et de promouvoir le concept de sécurité partagée, l’ADIHBH-V s’est emparée de ce sujet dès octobre 2013 afin de mettre en œuvre la participation citoyenne « voisins vigilants » sur le quartier des Bas Heurts, dans un cadre qui en définit les limites, garantissant par un suivi et un contrôle réguliers les libertés, les pouvoirs et les attributions de chacun.

Ainsi, un projet de protocole a été établi par notre Association, adopté en Assemblée Générale le samedi 19 octobre 2013 et présenté au Préfet de Seine-Saint-Denis, au Commissaire de Police de Noisy-le-Grand et à Michel PAJON, Maire de la Commune. Ce projet a été rédigé conformément aux dispositifs de :

-    La loi n° 2007-297 du 5 mars 2007, relative à la prévention de la délinquance,
-    La circulaire IOC/J/11/17146/J du 22 juin 2011,
-    Le Code Général de Collectivité Territoriale et notamment l’article L.2211-1,
-    Le Code de procédure pénale, notamment l’article 11.

Dans le secteur des Bas Heurts, où le dispositif de participation citoyenne est supposé être mis en place, il est instauré une solidarité de voisinage visant à adopter un comportement de nature à limiter et mettre en échec les actes de délinquance. À cet égard, afin de faciliter l’échange entre les différents partenaires (élus, forces de sécurité, population), des personnes référentes du dispositif « voisins vigilants » ont été désignées et clairement identifiées auprès des partenaires.

En aucun cas, les « voisins vigilants » ne sauraient se prévaloir de prérogatives administratives ou judiciaires pour mener des actions de contrôle ou procéder à des interventions en cas de constat d’infraction, hors les obligations légales inhérentes à tout citoyen. L’existence de ce dispositif n’exclut pas l’utilisation du 17 et 112 par les témoins ou victimes d’infractions (agression, cambriolage, vol,…).

Ainsi, cette démarche a fait l’objet de plusieurs réunions de mise au point avec le Commissaire de Police de Noisy-le-Grand, de nombreux courriers au Sous préfet du Raincy, au Directeur de Cabinet du Préfet de Seine-Saint-Denis, au Directeur Territorial de la Sécurité de proximité de la Seine-Saint-Denis, voire même au Ministre de l’Intérieur et au Premier Ministre, car cela traînait en longueur.

Depuis le début de l’année 2015, l’ADIHBH-V avait la certitude que le Commissaire de Police ne manifestait aucune objection à cette initiative, pas plus d’ailleurs que le Préfet de Seine-Saint-Denis. En fait, malgré ses discours, cela coinçait vraisemblablement chez l’ex Maire Michel PAJON qui gardait précieusement le dossier sous le coude.

 

Le dispositif « Voisins vigilants » sur les Bas Heurts !

Ceci est tellement vrai que lorsque Michel PAJON disparaît des écrans le 20 septembre 2015 lors des élections municipales partielles, dès le 15 octobre, Philippe GALLI Préfet de Seine-Saint-Denis adresse à Brigitte MARSIGNY le fameux protocole relatif au dispositif de participation citoyenne du quartier des Bas Heurts, pour signature.

Toutefois, conformément à ses promesses électorales, la nouvelle édile travaille activement aujourd’hui au développement de la Police municipale afin d’assurer une présence renforcée dans nos quartiers et répondre aux attentes de sécurité de la population. Ceci étant, l’ADIHBH-V ne voit pas de contre indication avec la mise en place conjointe sur le quartier des Bas Heurts du dispositif de participation citoyenne, il s’agirait même d’une complémentarité.

En effet, cette démarche de solidarité, en cohérence avec les autres dispositifs de prévention, renforcera le contact et les échanges au sein du quartier, puisque ce concept participe autant de la sécurité que du renforcement du lien social entre les habitants. Ainsi, en combattant l’individualisme, en développant l’entraide, le soutien aux personnes vulnérables, cette démarche est résolument citoyenne et génère des solidarités de voisinage.

Le dispositif « Voisins vigilants » sur les Bas Heurts !

Il contribuera donc  à l’accroissement du « sentiment de sécurité ». C’est la raison pour laquelle, après prise de conscience et examen de ce dossier par la nouvelle gouvernance municipale, l’ADIHBH-V souhaite une mise en place très rapide de ce concept « voisins vigilants » sur le quartier des Bas Heurts, à Noisy-le-Grand.

Depuis octobre 2013, nous avons déjà perdu beaucoup trop de temps…..


______

 

Et si les écoquartiers denses et mixtes étaient de la poudre aux yeux ?

Publié le par ADIHBH-V

Précision sur la parution de notre  article:

La parution de notre dernier article du 16 novembre était programmée avant la terrible soirée du vendredi 13 novembre où nous avons tous étés saisis et stupéfaits par la violence des actes barbares commis envers des innocents.

l’ADHIBHV, en tant que blog citoyen, s’associe au deuil national et à la peine des familles et amis des personnes touchées lors de ce drame.

Notre expérience d’association nous a prouvé que la diversité et le respect de l’autre est un gage de richesse et un facteur de progrès.


Nous avons repris, durant cette période de deuil national, car il nous faut continuer à vivre malgré l’horreur des faits.

Ne pas le faire serait laisser gagner les extrémismes qui veulent mettre à bas notre démocratie ...

 

LE FUTUR

DE CES NOUVEAUX QUARTIERS

DENSES, ECOLOGIQUES

ET MIXTES

N’EST PAS AUSSI ROSE

QUE LEURS PROMOTEURS

VOUDRAIENT

NOUS LE FAIRE CROIRE !


______

Et si les écoquartiers denses et mixtes étaient de la poudre aux yeux ?

La preuve avec l’exemple des « Temps durables », à Limeil-Brévannes (94).


" La France connaît actuellement, à travers la réalisation des écoquartiers, un véritable engouement pour l’urbanisation, phénomène particulièrement surprenant, étant donné le contexte «anti-béton» des décennies précédentes.

Alors que les associations diverses et variées, se réclamant souvent de la mouvance écologiste, proliféraient dans de nombreuses communes pour dénoncer toutes nouvelles constructions d’envergure, obligeant les élus locaux «bétonneurs» à abandonner leurs différents projets plus ou moins importants, la situation a brusquement changé du tout au tout.

Désormais, une partie des personnes qui dénonçaient auparavant l’urbanisation se mobilisent pour la création d’écoquartiers, voire en proposent même[1].

En conséquence, de nombreux maires bâtisseurs se sont saisis de l’occasion pour ressortir de leurs cartons tous les projets qu’ils n’avaient pu, jusqu’ici, engager.
En effet, les écoquartiers sont considérés comme une sorte de panacée permettant de remédier à tous les maux de l’urbanisation ratée des décennies précédentes (grands ensembles, villes nouvelles et étalement pavillonnaire) à travers l’application du triptyque densité-écologie-mixité.


Leur réalisation repose sur une densité à l’hectare beaucoup plus importante que les grands ensembles, pour se rapprocher de la ville traditionnelle. Ils répondent aux nouvelles normes écologiques, en particulier dans le domaine des économies d’énergie. Enfin, ils respectent l’impératif de la mixité sociale, ce qui signifie qu’ils mélangent habitat de type HLM et en accession à la propriété.

La combinaison de ces trois éléments devrait conduire à la réalisation d’une urbanisation harmonieuse et réconcilier les français avec la ville.


Cependant, ce meilleur des mondes ne cache-t-il pas une réalité beaucoup moins reluisante?

L’étude d’un exemple pertinent va permettre de démontrer que le futur de ces nouveaux quartiers n’apparaît pas forcément aussi rose que leurs promoteurs voudraient nous le faire croire!......"


Laurent CHALARD (1).


Lire la suite de l’article sur http://www.slate.fr/story/107719/ecoquartiers-modeles-urbanisation-limeil-brevannes

 

Le Vrai Journal de Noisy-le-Grand s’interroge !

 

Et si les écoquartiers denses et mixtes étaient de la poudre aux yeux ?

Laurent CHALARD fait une description épouvantable de l’écoquartier les « Temps durables » de Limeil-Brévannes. Toutefois, il est vraisemblable que le projet urbain initial de Christian DEVILLERS sur la ZAC dite du Clos aux Biches, malgré sa sur-densification de 1.500 logements, 4.000 habitants et les futurs soucis de circulation dans le quartier ne pourrait s’assimiler à cette ZAC apocalyptique de Limeil –Brévannes (94).


Le Géographe présente cet écoquartier des « Temps durables » comme une « forteresse » au milieu de nulle part, entourée de quartiers pavillonnaires, ou encore un territoire vierge, en espérant que cela crée de l’urbanité. Nous retrouvons bien ici des similitudes avec  la ZAC du Clos aux Biches chère à Michel PAJON.


Laurent CHALARD mentionne encore que les pressions exercées par l’Etat (NDLR : de Gauche et de Droite)  pour construire massivement et rapidement  ne peuvent que conduire à la multiplication de l’urbanisation de terrains mal adaptés à l’accueil d’un habitat dense.


Dans ces conditions, la résolution de l’équation : « densité - mixité sociale -peuplement » dans un grand ensemble se révèle être pour les Bailleurs sociaux, les Préfectures ou les Municipalités, un objectif impossible à atteindre.


Si nous abordons maintenant le Programme National de Rénovation Urbaine (PNRU) des grands ensembles des années 1960-1970, le Comité d’Évaluation et de Suivi (CES) de l’ANRU constate dans son rapport du 8 février 2013, l’échec de ses ambitions sociales.

Si les auteurs saluent l’action positive du PNRU sur le cadre de vie des habitants des grands ensembles comme par exemple le Pavé Neuf à Noisy-le-Grand, ils estiment que l’un des grands objectifs de la Loi de Jean Louis BORLOO qui visait à « casser les ghettos » et à favoriser la « mixité sociale, via une diversification de l’habitat », pour en faire un quartier comme les autres, a échoué !


Ce faisant, de même, la « gouvernance de la politique de la ville » qui avait pour objectif de résorber les écarts entre territoires, s’est interdit de reconnaître le fait qu’il y a toujours eu dans les villes des lieux de concentration de ménages pauvres et/ou appartenant aux minorités ethniques. Les grands logements bon marché (en supposant qu’il en existe), se trouvent aujourd’hui dans les grands ensembles HLM. En fait, si ces grands ensembles, anciens ou nouveaux, avec 30% de logements sociaux (au mieux des PLAI, des PLUS, mais plus communément du PLS) accueillent davantage de ménages pauvres et de minorités ethniques, on constate néanmoins que la population adulte à statut socio-économique différent, «dite classe moyenne », en location libre ou en accession à la propriété, déménage rapidement de ces quartiers, pour se reloger en pavillon.

En outre, nous pouvons même faire l’hypothèse que les mécanismes de promotion socio-résidentielle jouent dans cette mobilité.


Ainsi donc, la politique de peuplement de ces nouveaux grands ensembles peut conduire rapidement à une concentration des populations les plus en difficultés qui elles, ne peuvent déménager, au risque de produire de nouveaux ghettos dans dix ou quinze ans.

De plus, selon Yazid SABERG, Président du CES-ANRU, la mise en œuvre du Droit Au Logement Opposable (Loi DALO), a contribué à cette situation puisque les bénéficiaires sont systématiquement relogés dans ces quartiers.

Ce que nos dirigeants politiques de Gauche comme de Droite, ne semblent pas avoir compris.


D’où le « projet d’inflexion » de l’ADIHBH-V relatif au quartier des Bas Heurts à Noisy-le-Grand (93) qui a pour objectif une densification raisonnée, et une diversification de la morphologie urbaine avec de petits collectifs bas, mixtes avec des pavillons de ville.


Si la mixité sociale (socio-économique, ethnique et générationnelle) doit rester un objectif sur le long terme, il faut que la politique urbaine des Communes soit articulée avec les autres aspects de la vie sociale dans les quartiers. C’est ce que Bruno POMARD, Président de l’Association RAID AVENTURE dénomme : « assurer le service après vente ».


Toujours selon le CES, il faudrait accepter l’existence durable de milieux sociaux et de quartiers défavorisés, mais en pariant sur les potentialités des quartiers et les atouts de leurs habitants.

Cela nécessite de prendre en compte l’avis de ces derniers dans une réelle « co-élaboration » des projets et de favoriser le développement des quartiers « de l’intérieur ».

C'est-à-dire, pour le Vrai Journal de Noisy-le-Grand: connaissance du français; connaissances et respect de nos coutumes; connaissance et respect de notre histoire; participation à la vie publique, lutte contre la délinquance juvénile; lutte contre les discriminations; formation professionnelle; accès à l’emploi; réussite éducative; sécurité; civisme; etc…

Dans le cas contraire, comme depuis 30 ans, on continuera à déverser des milliards d’euros pour une efficacité toute relative en ce qui concerne le peuplement et la mixité sociale des grands ensembles, dans le cadre d’un pseudo développement urbain, économique et social durable.


Enfin, pour Xavier LEMOINE, Maire DVD de Montfermeil (93), l’une des villes les plus pauvres d’Ile-de-France : « l’argent apporte une facilité matérielle, mais ce n’est pas lui qui donne une âme sociale aux projets».


______


(1) - Laurent CHALARD, est Docteur en Géographie de l’Université Paris IV- Sorbonne depuis 2008, ses travaux portent sur plusieurs thématiques : la géographie urbaine, la géographie de la population et la géographie politique.

Son champ d’étude privilégié est la France, mais il travaille aussi sur d’autres pays européens et du reste du monde. Auteur ou co-auteur d’une soixantaine de publications, son travail a été cité à plusieurs reprises dans la presse nationale : Le Monde, Le Figaro, Les Echos, Le Point, Direct-Matin, Politis, Sciences-Humaines…

Dans le prolongement de ses recherches, il publie aussi des tribunes dans la presse, considérant que, par ses connaissances, un chercheur se doit d’intervenir dans le débat public.

Contribution bibliographique :

-    Le R&N Alsace du 11 juin 2015, Xavier LEMOINE : Ma foi est un guide en politique,
-   Thomas KIRSZBAUM, Sociologue de l’urbain, chercheur, ouvrage collectif : « En finir avec les banlieues ? Le désenchantement de la politique de la ville »,
-    
www.maire-info.com: La rénovation urbaine ne peut pas créer de la mixité sociale.

- L’ADIHBH-V exprime toute sa gratitude à Daphnée LEPORTOIS du site  slate.fr, pour nous avoir autorisé la publication de  l’article de Laurent CHALARD.

 

La gare du métro Bry-Villiers-Champigny du Grand Paris menacée ?

Publié le par ADIHBH-V

BRY-VILLIERS-CHAMPIGNY :


LA GARE D’INTERCONNEXION


 DU "SUPERMÉTRO"


SERA EN RETARD !
____

 

Cabinet d’Architectes RICHEZ ASSOCIES

Cabinet d’Architectes RICHEZ ASSOCIES

Jean Pierre SPILBAUER, Maire de Bry-sur-Marne s’insurge !


« Cinq ans de travail pour en arriver là, c’est se foutre du monde ! ». La colère de Jean Pierre SPILBAUER, Maire DVD de Bry-sur-Marne est à la hauteur de l’enjeu. La gare de Bry-Villiers-Champigny (1) qui devait permettre l’interconnexion entre le RER E et la future ligne 15 Sud du Grand Paris Express, affiche trop de retard.

 

La gare du métro Bry-Villiers-Champigny du Grand Paris menacée ?

Déclaration de Gilles Emmanuel DE LA LONDE

au Conseil Départemental du Val-de-Marne le 19 octobre 2015.


La logique d’une interconnexion entre le RER E et la ligne 15 du Grand Paris Express s’est très vite imposée car elle permet de rabattre sur cette nouvelle ligne une partie importante des voyageurs de Seine et Marne et de l’Est Parisien. Cette réalité a été inscrite comme principe dans la loi de 2010 relative au Grand Paris Express, confirmé par le Décret du 24 août 2011 portant approbation du schéma d'ensemble du réseau de transport public du Grand Paris et à nouveau réaffirmé dans le CDT des Boucles de la Marne signé en juin dernier par les 3 Maires de Bry - Villiers – Champigny, le Président du Conseil Départemental du Val-de-Marne Christian Favier et l’Etat.
La Société du Grand Paris (SGP) tant dans la phase concertation que dans les études techniques et architecturales de la nouvelle gare « Bry-Villiers-Champigny » a toujours inclus la création d’un nouvel arrêt sur le RER E à hauteur de cette gare, même si cette interconnexion relève en partie de la SNCF, maître d’œuvre du réseau RER E.
Le département, de son côté, finance les voies bus en site propre ALTIVAL pour que cette double gare ligne 15 – RER E contribue de manière efficace au développement de notre territoire.
Pourtant aujourd’hui cette interconnexion pourrait être remise en cause et l’Etat renoncer à sa parole. En effet, les études de la SNCF sont en retard et depuis un an les élus ne voient aucune avancée sur ce dossier alors que les plans de la gare de la ligne 15 Sud sont déjà dévoilés. Le retard pris par la ligne 15 Sud aurait pu permettre à la SNCF de combler le sien. Il n’en est rien, au contraire, aujourd’hui on nous annonce une mise en service pour 2025.
Enfin, les financements ne sont pas sécurisés, le milliard et demi du budget SGP dévolu aux interconnexions ne prévoit pas la gare du RER E. Le Contrat de Plan Etat-Région actuel non plus, Qu’en sera-t-il du suivant ? La SGP a annoncé vendredi qu’il poursuivrait le financement des prochaines études mais quid des 350 ou 500 millions de réalisations de la gare selon les scenarii ?
La mise en service de la ligne 15 Sud, annoncée initialement pour 2018, frôle à ce jour 4 ans de retard. Remettre en cause la livraison simultanée de l’interconnexion avec le RER E et la gare Bry-Villiers-Champigny serait un bien mauvais signe dans le cadre du rééquilibrage de l’Est Parisien et surtout pénaliserait de très nombreux Val-de-Marnais et Seine-et-Marnais qui se retrouveraient les seuls à ne pas bénéficier d’un accès direct à la nouvelle ligne 15 Sud.
Pareille expérience dans le passé a démontré qu’un retard peut se transformer en suppression. Ce n’est pas imaginable ! À la suite de l’intervention du Député-Maire de Villiers-sur-Marne, Jacques-Alain BÉNISTI, à l’Assemblée Nationale mercredi dernier, la Ministre Madame Ségolène Royal est restée très vague sur le financement et l’avenir de cette interconnexion. Les annonces du Comité interministériel sur le Grand Paris du 15 octobre dernier sont également insuffisantes sur ce sujet.
Nos inquiétudes restent donc légitimes et, à cet effet, les élus concernés ont demandé un rendez-vous en urgence au Premier Ministre.

 

La gare du métro Bry-Villiers-Champigny du Grand Paris menacée ?

______

 

(1) - La gare de Bry-Villiers-Champigny assure la correspondance entre la ligne 15 et la ligne E du RER, et dessert un quartier à développer, aux confins des trois communes. La gare joue un rôle essentiel dans ce quartier « Marne Europe ». Elle assiéra un îlot majeur, associant logements,  services, palais des congrès, logements familiaux, et installera une séquence urbaine en franchissement des voies ferrées existantes.


Les 20 m de dénivelé entre quais métro, quais RER, et accès urbain franchissant les voies ferrées dotent la gare d’un grand espace de déambulation en jour naturel, plein sud. Cet ample parcours est guidé par une paroi verticale, repliée en plafond, et porteuse du thème du territoire : celui de l’image photographique, inventée par Daguerre, enfant de Bry, et longtemps animée par les fameux studios de l’INA.

- Contribution bibliographique :
-    
http://www.leparisien.fr, le 13 octobre 2015, Laure Parny
-    
http://94.citoyen.com

- Le Vrai Journal de Noisy-le-Grand exprime toute sa gratitude à Gilles Emmanuel DE LA LONDE Conseiller Départemental du 94, Maire adjoint de Bry-sur-Marne et adhérent de l’ADIHBH-V pour nous avoir autorisé à publier sa déclaration au Conseil Départemental du 19 octobre 2015.

 

Un homme politique sans égocentrisme n’existe pas !

Publié le par ADIHBH-V

LA  « COURBE DU DEUIL »

APPLIQUEE À LA CLASSE

POLITIQUE ÉGOCENTRIQUE.

Un homme  politique sans égocentrisme n’existe pas !

L’homme politique  use et abuse d’une psychologie de l’égocentrisme, qui est aussi l’une des principales caractéristiques d’une personnalité narcissique, dont nous pouvons trouver les différentes formes contemporaines dans l’ouvrage de Marie- France HIRIGOYEN : Le harcèlement moral (1).


D’où notre question : existe-il un narcissisme politique ? Poser la question est déjà y répondre. Les principales caractéristiques de ces personnages narcissiques sont un sentiment de grandeur, un égocentrisme aigu, et une absence totale d’empathie pour les citoyens d’opposition, bien qu’ils soient avides d’obtenir admiration et approbation pour eux même.


Lorsqu’on les abandonne au moment d’une élection ou qu’on les déçoive, ils peuvent manifester de la colère et un désir de revanche. Ils se retrouvent désemparés, blessés, tout s’écroule. L’importance du traumatisme vient de l’effet de surprise et de leur impréparation à l’échec, conséquence de l’emprise narcissique.


Il ne faut jamais généraliser, mais cette colère est bien souvent un des éléments du deuil. «Faire le deuil » est le processus d’adaptation psychologique d’un individu face au choc qu’il vient de subir, quelle qu’en soit la nature (échec électoral, trahison politique de son adjoint, rébellion des militants de son parti,…) C’est un processus normal et universel. Bien que dans le langage courant, le deuil soit synonyme d’acceptation de la mort, si nous l’appliquons à un homme politique qui vient de subir une défaite électorale, bien entendu l’on ne fait pas allusion ici à la mort physique de l’individu.


Le processus de la courbe de deuil est bien connu des « Managers ». Les grands principes sont applicables aussi bien à notre vie professionnelle, qu’à notre vie personnelle ou encore à la vie d’un élu qui est devenu dans le temps un professionnel de la politique.

Ainsi, nous pourrions assimiler le Maire d’une ville à un « Manager » puisqu’il administre du personnel (agents de la fonction territoriale, vacataires, consultants…), des budgets, la communication, la police municipale, la section locale de son parti politique….


Cette courbe est célèbre pour sa théorisation des différents stades par lesquels passe un homme politique qui se trouve confronté à un certain nombre de déconvenues.

 

Un homme  politique sans égocentrisme n’existe pas !

On retrouve ici une forme sinusoïdale du temps comportant une phase de descente (choc, déni, refus, dépression) puis d’ascension (essai, acception, pardon, quête de renouveau) présente dans beaucoup de métaphores du développement de l’espèce humaine.


La courbe du deuil, comporte six grands mouvements qui peuvent être décomposés comme suit :


1. L’état de choc : C’est la première phase de la descente. C’est le moment précis auquel survient la perte du pouvoir à l’annonce des résultats électoraux à 20h, le soir du vote. Ce moment se caractérise par une forme de choc émotionnel qui précède la prise de conscience de sa réalité : effraction violente, sidération, effondrement …


2. Le déni : Cette étape est d’autant plus fortement ressentie que l’attachement est rompu de façon soudaine et inattendue. Du style : « ça ne peut pas m’arriver à moi ; pas maintenant, non..…c’est impossible, vous vous trompez…il doit y avoir des erreurs ou des magouilles !»


C’est le refus de reconnaître et d’affronter la réalité de la perte de pouvoir : … (« je veux vous dire aussi que le combat n’est pas fini…….., c’est pourquoi j’ai déposé un recours devant le tribunal….. Dans ce contexte, notre score est remarquable et j’en suis fier, n’en déplaise à tous les hypocrites et à tous ceux qui ont la mémoire courte…»).


3. La colère : Rage, dégoût, rancœur, sentiment d’injustice, accusation, transfert de sa propre responsabilité sur autrui. C’est la phase qui suit le déni. Elle se caractérise par une réponse émotionnelle forte (qui peut être exprimée par un tract sur la ville et des courriers incendiaires aux camarades du parti socialiste : « Nul doute que cette trahison laissera des traces dans notre section et que ceux qui en sont à l’origine devront en payer le prix,…………….Ces charognards que j’ai vus à l’œuvre jeudi soir m’inspirent un profond mépris, un écoeurement sans borne et une tristesse infinie »).


4. La peur : Peur pour soi ou peur pour les autres. Ici apparaît le problème de nature concrète : perte des avantages liés à la fonction (voiture, téléphone, tablette, repas, etc..). Perte du réseau d’influence (Préfecture, Consultants, Cabinets conseils, Promoteurs, Architectes, Avocats,…) et bien évidemment perte des indemnités  mensuelles sonnantes et trébuchantes !


5. La dépression : C’est le moment, plus ou moins long, ou le politique  se rend compte que malgré ses "tentatives de maquignonnage",  la réalité s’impose : Oui, j’ai été mauvais ; oui, j’ai mal "managé" mes troupes ; des camarades n’ont rien fait pour cette campagne ; quatre autres traîtres ont joué carrément contre notre camp. Après 20 ans de règne, les noiséens ne veulent plus de moi…

C’est un moment d’abattement, la colère fait place à un sentiment de tristesse.


6. L’acceptation : C’est la première phase du processus de remontée. Elle est suivie de quelques subtiles manipulations  qui permettent d’amorcer une espèce de pardon à soi même et de renoncement à l’illusion de sa toute puissance. Puis vient le pardon aux traîtres, auteurs de son échec électoral.


Le politique vit maintenant dans la sérénité. Ce qui lui arrive en ce moment  a plus de valeur que le passé. Si un nouveau combat électoral se présente, il est capable d’y adhérer et même d’en être le moteur si les hypocrites et les traîtres de jadis veulent bien adhérer à son renouveau, ce qui bien évidemment est loin d’être acquis, compte tenu de la violence des propos.


Toutefois, s’il y a rechute, c’est la fin définitive d’une carrière politique.
Donc, à suivre…


______


(1)-Le harcèlement moral – Marie-France HIRIGOYEN –Edition POCKET.
Selon Marie-France HIRIGOYEN, la personnalité narcissique est décrite comme suit :
♣    Le sujet a un sens grandiose de sa propre importance,
♣    Est absorbé par des fantaisies de succès illimité, de pouvoir,
♣    Pense être spécial et unique,
♣    Pense que tout lui est dû,
♣    Exploite l’autre dans les relations interpersonnelles,
♣    Manque d’empathie,
♣    Envie souvent les autres,
♣    Fait preuve d’attitudes et de comportement arrogants.


Une personnalité narcissique présente au moins cinq des manifestions énoncées !

 

1 2 > >>