Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Quelle valorisation pour les bords de Marne ?

Publié le

 

LA VALORISATION DES

BORDS DE MARNE EN

IMAGES

_____

 

 

Lors de cette première réunion publique du lundi 18 février 2013 présidée par Monsieur Michel Pajon, dans un premier temps Monsieur Pierre GUILBAUD, Directeur de l’Urbanisme et de l’Aménagement, a présenté le Schéma Directeur pour la Valorisation des Bords de Marne Cliquer sur : Valorisation des Bords de Marne - planches :1-13, soit :

 

Amenagement-des-Bords-de-Marnes---Photo-1.jpg

 

Les objectifs généraux :

 

- Constituer un « parc plage » le long de la Marne en s’appuyant sur la rivière comme fil conducteur et en reliant les différents espaces naturels et construits.

 

- Préserver et mettre en valeur la qualité de l’environnement, propre aux berges de Noisy-le-Grand dans une optique de maintien de la biodiversité et de renforcement du corridor écologique.

 

- Elaborer une stratégie cohérente d’aménagement en intégrant les projets communaux ou développés par d’autres instances (Etat, Conseils régionaux et départementaux, communes limitrophes…).

 

- Favoriser la redécouverte de la Marne en développant les modes doux de déplacement, y compris la rivière elle-même.

 

- Engager un processus de requalification urbaine en intégrant la gestion des risques d’inondation dans les projets d’aménagement et de construction.

 

- Retisser des liens entre la Marne et les autres secteurs de la Ville.

 

 

Les objectifs thématiques :

 

- La trame paysagère :

 

Sur la totalité du linéaire des berges le Schéma directeur présente les moyens de développer un «parcours paysage » mettant en scène les différentes ambiances paysagères caractéristiques des espaces traversés.

 

- Les continuités urbaines et les usages :

 

Pour chaque secteur de projet, les orientations du schéma directeur permettent de restaurer la diversité des usages et garantir les liens Ville- Rivière.

 

-  L’environnement et le corridor écologique :

 

En fonction du contexte du patrimoine arboré à conserver et de la largeur de berge disponible, le Schéma directeur propose un programme d’aménagement renforçant les continuités écologiques grâce notamment au « re-profilage » de la berge.

 

Amenagement-des-Bords-de-Marne---Photo-2.jpg

 

 

Dans un deuxième temps, Madame Florence MERCIER, Paysagiste Mandataire, a présenté les deux premiers secteurs de l’aménagement des Berges de la Marne

 Cliquer sur : Valorisation des bords de Marne - planches :14-29  (même document que ci-dessus) , à savoir : Rives Charmantes-Pergola et l’usine du SIAAP.

 

 

 

Exposé de Florence MERCIER   Audio Icon 

 

 

La concertation:

 

Les modalités d'organisation de la concertation sont définies dans la délibération du Conseil Municipal du 25 novembre 2010, approuvant le Schéma Directeur, soit :

 

- La mise à disposition en mairie, à la Direction de l’Urbanisme et de l’Aménagement, pendant toute la durée de la concertation, d’un recueil pour les avis, suggestions et remarques sur les différentes phases de ce Schéma Directeur,

 

- La tenue de réunions publiques au fur et à mesure de la mise en œuvre des phases d’aménagement,

 

- La publication d’articles dans « Noisy magazine » sensibilisant les habitants aux enjeux et aux objectifs définis par le Schéma Directeur et sur les phases successives d’aménagement prévues.

______

 

Remarque : Comme suite à une question de l’ADIHBH-V, relative aux « nuisances » de l’usine du SIAAP, sur le programme immobilier de 152 logements sociaux des Epinettes, la réponse de Michel PAJON ne fut pas jugée crédible. En conséquence, Le Vrai Journal de Noisy-le-Grand enquête sur cette observation mentionnée sur le Permis de Construire. Les conclusions feront vraisemblablement l’objet de notre prochain billet, la semaine prochaine.

 

 

 

C'est reparti pour les grands travaux !

Publié le

RÉUNION PUBLIQUE

SUR L’AMENAGEMENT

DU QUARTIER

 « MONTAIGNE-GRAND OUEST » 

________

 

 

 

Défrichement - Plan

 

 

Périmètre MONT D’EST – BROSSOLETTE, périmètre MONTAIGNE – GRAND OUEST ; ci les appellations diffères, la zone d’achalandage de la commune est toujours la même dans ce nouveau projet, c'est-à-dire le secteur des quartiers Ouest compris entre le boulevard du Mont d’Est au Sud, la rue Pierre Brossolette au Nord, l’avenue Montaigne à l’Est et la limite communale avec Bry-sur-Marne à l’Ouest.

 

Pour ce nouveau vaste projet urbain, il nous semble évident qu’il devra s’inscrire dans des temporalités différenciées avec une première phase à court terme, une deuxième à moyen termes et des développements à plus long terme.

 

Il serait donc proposé vraisemblablement un calendrier en plusieurs temps :

 

1-    Le lancement d’opérations dans le cadre du PLU (sans ZAC) :

 

- Une opération immobilière I3F de l’avenue Montaigne - (62 logts),

- Une opération mixte, à dominante d’habitats en accession à la propriété (20.000 m² de SHON - 300 logts), rue des Bas-Heurts, sur le secteur de Maille Horizon, limitrophes du Clos aux Biches,

- Une opération tertiaire de Bureaux, s’ouvrant sur le boulevard du Mont d’Est

 

2-    Le lancement d’une grande ZAC sans DUP :

 

Le Conseil Municipal de Juillet 2012 a voté le lancement de la concertation et a désigné la SPL SOCAREN comme aménageur.

 

3-    L’engagement ultérieur d’une procédure de DUP, pour expulser les récalcitrants qui seraient encore sur le secteur, afin de maîtriser les dernières emprises foncières.

  

Il semble tout aussi évident d’engager une communication spécifique, pour chaque phase, afin de rendre la méthodologie lisible pour les Noiséens et les Bryards.

 

Nous y sommes aujourd’hui, même si les avatars de la SPL SOCAREN ont retardé le lancement de l’opération.

 

Donc, autour des futurs Collège et Lycée International, sur Maille Horizon, la commune de Noisy-le-Grand met en œuvre un projet urbain « durable et respectueux de l’environnement », en accueillant des équipements : Logements, Parc Public et Bureaux.

 

Le lancement de la concertation préalable à cette opération fait l’objet d’une réunion publique de présentation le :

 

Lundi 25 février 2013, à 19h,

à l’Espace Michel Simon

Hall Jean Marais

 

 

Les Noiséens et Bryards des quartiers sont conviés à participer. Nous souhaitons que vous soyez nombreux à exprimer votre avis, vos attentes et vos exigences. Toutefois,  ne nous y trompons pas, cette pseudo concertation illusoire n’est que de l’information. En effet, l’Edile de Noisy-le-Grand est pugnace, et il reste toujours sur son projet de 1500 lotgs. Mieux, il en rajoute même encore 300 logements sur Maille Horizon.

 

Mais de tout cela nous reparlerons avec plaisir. Pour le moment, informons-nous !!!...

 

 

 

 

 

 

Valorisation des bords de Marne ? Débattons en !

Publié le

LA VALORISATION

DES BORDS DE MARNE

EN DÉBAT

 

  -------------------------

 


BdM - Photo 1

 

 

L’histoire de Noisy-le-Grand est indissociable de la Marne, la plus longue rivière de France (525 km). Au début du XXe siècle, le Tout-Paris venait y guincher et même s’y baigner. Et puis tout a changé. La pollution de l’eau et le développement urbain de la ville, ont détourné l’attention que mérite pourtant la rivière. Depuis quelques années, la municipalité s’est donc engagée à redonner à la Marne toute sa place dans la vie Noiséenne.

 

BdM - Photo 2

 

En 2010, la Ville a adopté son « Schéma Directeur de valorisation des bords de Marne ». Trois secteurs ont été identifiés (Cliquer sur : Valorisation des bords de Marne à Noisy-le-Grand):

 

  -la « Marne village », le long du quai de la Rive Charmante,

  -les « quais et usines », du côté de la station d’épuration du SIAAP, à l’Ouest,

  -le « parc boucle », situé au niveau des Coteaux, à l’Est.

 

Un projet d’envergure, qui entre aujourd’hui dans une phase de concertation.

 

Réunion publique

Lundi 18 février, à 19h, à

l’Espace Michel Simon, Hall Jean Marais.

 

BdM - Photo 3

 

 

Cette réunion publique présentera les premiers aménagements imaginés par Florence Mercier, Architecte Paysagiste retenue par la Ville pour s’occuper de ses rives. Le projet se déroulera en deux tranches : la première concernera la Rive Charmante, la seconde la berge du SIAAP. Ils interviendront à la fois au niveau écologique, en réimplantant une végétation typique des bords de rivière, au niveau des loisirs, avec la création d’espaces récréatifs, et enfin au niveau des cheminements pour que piétons et cyclistes puissent circuler sans se gêner.

______

Des Noiséens sur le qui-vive !

Publié le par ADIHBHV

  

DES NOISEENS

SONT SUR LE QUI-VIVE...

BIENVENUE A L'ADIHPA !

 

 

 

ABRAXAS - Photo 1

 

  

  

Démolira, démolira pas ?... l’idée est depuis longtemps sur la table à Noisy-le-Grand. 

Nous n’en voulons pour preuve que la décision du Maire n° 175, du Conseil Municipal du 18 mai 2006, relative à la nécessité d’assurer une étude de faisabilité de la démolition des logements du secteur du Palacio, et son intégration dans le dossier ANRU de l’époque. 

 (Cliquer sur : Etude de démolition du Palacio)

 

ABRAXAS - Photo 2

 

Cette initiative a suscité un grand émoi parmi la population du Palacio d’Abraxas (1).

Comme pour la majorité des grands ensembles, ses occupants, même s’ils en dénigrent certains aspects, se sont appropriés ces lieux. Chacun les a teintés de sa touche personnelle et y a accroché un morceau de sa vie.

Rien d’étonnant, donc, à ce que les 600 résidents du Palacio Abraxas se constituent en Association pour défendre leurs intérêts aujourd’hui menacés. L’ADIHPA (*), c’est l’Association de Défense des Intérêts des Habitants du Palacio Abraxas, portée sur les fonds baptismaux, le 06 décembre 2012 et déclarée en Préfecture de Seine-Saint-Denis le 12 décembre 2012.

 

ADIHPA--Image-3.jpg

 

Au départ, ce sont quelques voisins qui partagent un même lieu de vie et qui y sont attachés. C’est  parce que tous unis ils seront plus fort. Parce que c'est sympa de mieux se connaître. Parce que chacun peut apporter aux autres. Parce que l'on tient à nos bâtiments comme à nos logements. Parce que le Palacio est témoin d'une histoire de l'architecture et de l'urbanisme des années 1970, avec Ricardo BOFILL(2).  Parce que c'est un lieu riche où cohabitent plusieurs cultures. Parce que c'est un endroit unique qui inspire, qui attire et qui se visite.

 

Parce que démolir 600 logements quand il en manque cruellement est un non sens. Parce qu'ils n'ont que des chiffres à leur opposer et qu’ils ont le nombre. Parce qu'ils en ont  marre d'entendre que chez eux c'est dégradé, quand certains y contribuent par leur laisser-faire alors que tout devrait être mis en œuvre pour valoriser le site. Parce qu'ils sont chez eux tout simplement et qu'ils ont tous au moins mille raisons de vouloir y rester (3).

 

Parce que la légitimité électorale d’un édile, professionnel de la politique, se prétendant légitime à incarner la parole du peuple à travers le mandat qui lui a été confié, mais élu avec moins de 25% des inscrits, est aujourd’hui de plus en plus critiquée dans l’opinion publique. Certes, sans vouloir tomber dans le mépris, voire la défiance vis-à-vis de cette catégorie de citoyen, et tout en étant démocrate, on voit bien ici se dessiner les contours flous de cette curieuse hiérarchie qu’est devenue avec le temps, la légitimité électorale. En effet, quid de l’opinion des 76% de citoyens restants ?

 

Quand un Maire reste sourd aux revendications  légitimes de nombreux citoyens, Quand un Maire affirme à corps et à cris que les Associations de défenses des quartiers ne peuvent gouverner (ce qui est exact, les décisions revenant aux politiques), il n’en demeure pas moins vrai que la représentation associative, non travestie par les sondages d’opinion d’IPSOS (à ce sujet, voir le Noisy magazine n° 190, de février !!!), reste une figure pacifiée incontournable de l’opinion publique. En fait, les Associations de défense sont l’expression d’une énergie sans pareille, que l’on ne sonde jamais, mais qui sont pour le coup un rouage de la souveraineté populaire d’autant plus essentiel, que nos gouvernances manquent de lisibilité dans leur fonctionnement et de démocratie représentative. Et pour cause, ces « élites » font de l’opportunisme politique un métier, et même un très bon métier !

 

L’enjeu est d’importance, alors oui, puisque la démocratie vécue est loin de la démocratie proclamée, bienvenue à l’ADIHPA, qui va nous apporter son expertise.  Plus on est de fous, plus on est incisif…..

 

___________

 

 

(*) - (Cliquer sur : ADIHPA)

 

(1) -Imaginé par l'Architecte Ricardo Bofill, cet ensemble immobilier résidentiel monumental de 600 logements, forme un espace convexe : le Théâtre en hémicycle à l’Ouest, le Palacio en forme de « U » à l’Est et, au centre, l'Arc de Triomphe. Cet habitat d’inspiration néo-grecque aux formes massives du XIXe siècle, mêle une composition classique aux impératifs fonctionnels et économiques du XXe siècle. L'attention accordée à la fabrication du béton préfabriqué et à sa coloration rose proche du grès a permis d'atteindre un niveau de qualité exemplaire du meilleur effet sous le soleil. Aujourd'hui, l'ensemble reste soit décrié, soit considéré comme un incroyable témoignage de l'architecture des années 70 et 80.

 

(2) - Ricardo Bofill naît à Barcelone en 1939. Il n’a que 24 ans lorsqu’il fonde une agence interdisciplinaire, « Le Taller de Arquitectura », composée d’Architectes et d’Ingénieurs mais aussi de Sociologues, d’Historiens et de Philosophes. Leur réflexion commune les mène à des tentatives de réponses aux problématiques actuelles de l’urbanisme. Les membres du « Taller de Arquitectura » conçoivent plusieurs ensembles de logements sociaux en Espagne, donnant à Ricardo Bofill une renommée internationale. Ces réalisations sont pour lui une réponse à l’architecture de masse, celle des logements sociaux, créée par des architectes dépourvus de style. Il formule sa réponse selon ces trois points : la « mixité des fonctions », la  « référence à l’échelle humaine » (sic) ainsi que la « qualité et l’esthétique des espaces publics ».

(3) – Dès 2008, l’ADIHBH-V a informé Ricardo Bofill du projet d’une éventuelle destruction du Palacio d’Abraxas, par la commune de Noisy-le-Grand. Dans son courrier du 09 juillet 2008, l’Architecte s’en est ému et s’est engagé à être « très attentif à l’évolution de ce dossier ». Il se réserve la possibilité de faire valoir ses droits en tant que propriétaire intellectuel de cette œuvre.

L'Est francilien : le rapport Auzannet

Publié le

 

 

LE RAPPORT AUZANNET : UNE DECLARATION

DE GUERRE

CONTRE L’EST FRANCILIEN

 

 

 

GPE - Photo 1-Plan 

 

 

 

Cécile Duflot, Ministre de l’Égalité des Territoires et du Logement, s’est vue remettre le 13 décembre 2012 par Monsieur Pascal Auzannet, ancien responsable du développement et ancien Directeur des RER à la RATP, un rapport d’expertise sur le projet du futur métro automatique Grand Paris Express qu’elle lui avait demandé le 1er septembre.

 

 Ce rapport, actualise l’estimation des coûts du projet, analyse les critères possibles de sa priorisation et propose des scenarii pluriannuels pour sa réalisation et son financement.  Un projet évalué à 30 milliards d'euros.  C’est 10 de plus que prévu initialement qu'il faudrait mettre sur la table pour réaliser ces 175 km de métro automatique et 57 gares.

 

 L'expert suggère plusieurs phases de réalisation. Suivant le scénario retenu, le supermétro pourrait être achevé en 2026, 2030 ou 2040. Le Premier ministre a demandé aux Ministres chargés du Grand Paris, de l’Écologie, des Transports, des Finances et du Budget que le calendrier des travaux interministériels lui permette de rendre ses arbitrages à la mi février 2013.

 

 A l'origine, le Grand Paris Express devait être réalisé en une seule phase et s'achever en 2025. Ce qui aurait mobilisé l'utilisation simultanée d'une dizaine de tunneliers. Le rapport Auzannet aurait le mérite de dire tout haut ce que de nombreux observateurs subodorent tout bas depuis déjà plusieurs mois. En conséquence, le principe du phasage, longtemps tabou, lui apparaitrait comme la solution la plus raisonnable ?

 

 

Trois scénarios phasés

 

L'expert envisage trois scénarios en expliquant prudemment qu'il ne s'agit que "d'une contribution au débat  qui n'engage que son auteur":

  • Le premier, qui permettrait de respecter l'échéance de 2025, nécessiterait de porter la contribution de l'Etat et des collectivités locales à 12 milliards d'euros, au lieu de 4,9 initialement envisagés, ce qui dans le contexte budgétaire actuel n'est de toute évidence pas envisageable. Il semble de plus techniquement difficile à tenir.
  • Le scénario intermédiaire, qui a visiblement la préférence de Pascal Auzannet, prévoit de repousser la fin des travaux à 2030. Il envisage cinq phases pour leur réalisation, dont les trois premières pouvant être réalisées en respectant l'enveloppe de 4,9 milliards d'euros d'ici 2026. Seraient donc retardées la phase 4 (liaisons Champigny centre-Noisy-Champs, Pont de Sèvres-Nanterre et Saclay-Versailles) et la phase 5, soit le tronçon Le Bourget-Roissy. P Auzannet exprime à son sujet les plus grandes réserves, au regard de son coût (2,17 milliards d'euros) et du fait qu'il doublonnerait avec le projet Charles-de-Gaulle Express.
  • Le troisième, le mieux disant pour les finances publiques, repousserait à 2040 la fin des travaux, ce qui est a priori inacceptable pour les usagers des transports et les élus.

 

Des élus Franciliens dépités ;

une déclaration de guerre contre le métro du Grand Paris Express !

 

Les réactions en chaîne se multiplient depuis la remise au gouvernement du rapport Auzannet sur le calendrier de mise en œuvre du métro automatique, le Grand Paris Express. Présidents de Conseils Régionaux, Présidents de Communautés d’Agglomération, Députés, Sénateurs, Maires de toutes tendances politiques montent au créneau.

 

 

Le tronçon Champigny centre – Noisy Champs

reporté aux calendes grecques

 

GPE - Photo2 - Aquarelle

(Illustration de Madolia)

 

Sur l’Est Parisien, la plus violente des réactions est celle du Président du Conseil Général du Val de Marne et des Maires de Bry, Champigny, Villiers et Chennevières, qui estiment que ce rapport constitue "une déclaration de guerre contre Orbival", la partie du tracé qui concerne le Val de Marne. Ainsi, la réalisation de la Ligne Rouge du métro automatique et tout particulièrement le tronçon qui relie Champigny-sur-Marne à Noisy-le-Grand avec la gare des « quatre communes » située en contrebas du Bricorama, est aujourd’hui menacée. La réalisation de la ligne Orange qui relie la gare de Champigny-Centre à Rosny-sous-Bois est reportée aux calendes grecques….

 

 Cela remet en cause tous les projets de l’agglomération, soit :

 

 - l’amélioration considérable des conditions de déplacement des habitants (RER A, RER E, Autoroute A4,….),

 

 - le développement économique et l’emploi sur les quatre communes, avec l’abandon de la réalisation de l’atelier garage et du poste de commandement centralisé au niveau du secteur Champigny-Bry-Villiers. Aucune ligne de métro ne peut  fonctionner sans ce type d’équipement.

 

- le rayonnement de l’ensemble des territoires.

 

Le 29 janvier dernier, 80 élus, quelle que soit leur étiquette politique, et 300 habitants se sont réunis sur le lieu de la gare des « quatre communes » et au gymnase Jean Macé de Villiers-sur-Marne. Tous s’accordent à dire que ces suppressions possibles sont incongrues et auraient des conséquences sur toute la cohérence du projet. A cette occasion, les élus ont lu à plusieurs voix un long manifeste argumenté, qu’ils remettront au Premier Ministre avant les annonces que doit faire ce dernier au plus tard le 15 février 2013.

                                                                                                                                  Audio Icon 

(Mobilisation GPE du 29/01/2013-Déclaration commune des élus)

 

 

Ils lui demandent de réunir sans délais l’ensemble des élus et acteurs concernés afin de dégager des pistes sérieuses pour tenir les engagements pris par l’Etat. Ils pensent notamment aux recettes nouvelles qui pourraient être dégagées, ce que le rapport Auzannet s’est bien gardé de faire. En effet, des marges de manœuvre existent pour le financement de ce projet, a assuré dans un communiqué le Président du Conseil Général de Seine-Saint-Denis, dès le 12 décembre 2012. Il a plaidé pour un emprunt "sur des durées supérieures à 40 ans", rappelant que le métro parisien n'a été terminé de payer que dans les années 1970 !.

 

Pour le moment ils n’obtiennent ni écoute ni réponse de la part du Gouvernement sur cette question. Pour preuve, Cécile DUFLOT (EELV), Ministre en charge du Grand Paris, a encore annulé le rendez-vous du 29 janvier !!!...

  

 A Champs-sur-Marne, Madame le Maire ne décolère pas. En s’appuyant sur un constat financier qui demande encore à être vérifié, le rapport Auzannet ne propose au Gouvernement, ni plus ni moins, que de détricoter totalement le projet validé il y a deux ans par l’Etat, la Région et les 8 départements d’Ile-de-France, dit-elle.

  

Plus grave encore, ce rapport, s’il était suivi par le Gouvernement, conduirait à une remise en cause des avancées acquises ces deux dernières années (ndlr : sous le gouvernement Sarkoziste), au cours de débats et de rencontres avec la population, les élus et la Société du Grand Paris.

 

- c’est totalement inacceptable,

 

- c’est mépriser toute la mobilisation consensuelle de la population et des élus du secteur, de toute la Région Ile-de-France,

 

- c’est mépriser tout le travail d’élaboration commun réalisé autour de l’accord du Grand Paris Express,

 

- c’est ne tenir aucun compte de toutes les réunions publiques tenues pour définir ce projet, y compris celles ayant rassemblé, plus de 6000 personnes autour de la Ligne Rouge Sud, concernant directement la gare de Noisy-Champs-sur-Marne.

 

Par ailleurs, le SAN du Val Maubuée met une pétition en ligne sur le site : http://www.valmaubuée.fr/grandparisexpress-pétition

 

 

Et Noisy-le-Grand ?

 

Alors que tout l’Est Francilien est en ébullition.  Alors que le Cluster du Développement Durable de la Cité Descartes  est bousculé, Noisy-le-Grand navigue en toute sérénité. Noisy-le-Grand inaugure son gigantesque Hôtel de Ville. Noisy-le-Grand « festoche » autour de somptueux buffets, alimentés par les  impôts locaux des citoyens.

 

Pas de Conseil Municipal extraordinaire délocalisé comme pour l’ANRU, le 15 mai 2009. Pas de motions réprobatrices. Une absence totale d’information dans Noisy magasine et un vide sidéral dans la newsletter hebdomadaire. Il faut dire que depuis le 06 mai 2012, le « changement c’est maintenant ». Toutefois, Le Vrai Journal de Noisy-le-Grand est peut-être passé à côté d’une communication, ne sait-on jamais !

 

Néanmoins, nous avons ouï dire que Michel Pajon ne serait pas un aficionado de la Ligne Orange Noisy Champs – Rosny-sous-Bois ? Nous croyons savoir que si ce tronçon arrivait à Noisy-Mont-d’Est, cela validerait son scénario. Sans parler des négociations douloureuses du Contrat de Développement Territorial (CDT) entre Champs-sur-Marne, Epamarne  et l’Etat.

 

Et les partis politiques nous direz-vous ? Nothing, silence….

 

Noisy-le-Grand est une ville paisible. Grand Paris Express ou pas, en juin 2013, les Noiséens feront trempette dans le nouveau Centre Aquatique. Alors, « ça baigne »!!!.... Mais attention au retour de manivelle, à manifester trop d’intransigeance, on fatigue les  interlocuteurs qui sont autour de la table, on se retrouve isolé et on « boit la tasse ».

 

Serait-ce l’un des  problèmes du développement économique de Noisy-le-Grand ?

 

_____

 

 

Contribution bibliographique :

 

- Rapport Auzannet : http://www.territoires.gouv.fr - Rapport de la mission sur le calendrier pluriannuel de réalisation et de financement du projet de Grand Paris Express,

 

- Mobilicites.com :10/12/2012, Robert Viennet : le rapport Auzannet est une déclaration de guerre contre Orbival

 

- Projet de déclaration commune prononcée lors du rassemblement du 29 janvier 2013, par les Maires de Bry, Villiers, Champigny , Chennevières, le Président de la Communauté d’Agglomération du Haut Val de Marne, les Sénateurs, les Présidents des Conseils Généraux du Val de Marne et de la Seine et Marne,

 

- Localtis.info, 13/12/2012, AL avec AFP : Les scénarios du rapport Auzannet, pour faire face au surcoût,

 

- Le Parisien, 30/01/2013, Louis Moulin, Laure Parny,

 

- Champs-sur-Marne magasine, spécial 2012,

 

 (*) – Cécile Dubois a eu l’amabilité de nous donner l’autorisation de publier l’illustration de Madolia édité sur le site http://www.94.citoyen.com.  Nous lui adressons ici, l’expression de notre profonde gratitude.