Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

A Noisy-le-Grand, la vengeance est un plat qui se mange chaud !

Publié le par ADIHBH-V

LA MEILLEURE DÉFENSE


C’EST L’ATTAQUE,


MICHEL PAJON


PASSE A L’OFFENSIVE


À NOISY-LE-GRAND!
______

A Noisy-le-Grand, la vengeance est un plat qui se mange chaud !

Le 20 septembre dernier la candidate Brigitte MARSIGNY a recueilli 46,4% des suffrages, soit 7231 voix et devient la nouvelle édile de Noisy-le-Grand.

Michel PAJON a immédiatement réagi en annonçant son intention de former un nouveau recours invoquant des irrégularités dans les tracts de la liste du Front de Gauche.

Le 30 septembre, soit seulement 10 jours après sa déconfiture, Michel PAJON contre attaque dans un tract distribué sur la ville et ouvre la « machine à claques ».

« Au terme d’une campagne d’une rare violence, menée dans un climat délétère et haineux, fondée sur des manœuvres déloyales et des promesses irréalistes et intenables, seules 33  voix nous séparent de la victoire » tempête-t-il !

Michel PAJON devrait savoir que la politique, ce n’est pas le royaume des bisounours. De violence physique il n’y en pas eu lors de cette campagne électorale, mais la violence psychologique dès qu’elle est transmuée en problème spécifiquement politique et électoraliste semble le seul moyen de se faire entendre dans une démocratie paralysée par la sclérose idéologique des gouvernances et par l’aveuglement d’élus de plus en plus coupés des citoyens qu’ils prétendent servir mais qui ne pensent pas comme eux.

« Chacun connaît mon amour pour notre ville et l’attachement viscéral qui me lie à Noisy et à vous »……… « Travaillant sans relâche pour la rendre plus belle, plus agréable à vivre et pour lui donner la place qui selon moi lui revenait de droit »

Encore heureux qu’en 20 ans de règne, Michel PAJON a fait des choses bien sur la ville, il ne viendrait à personne l’idée de le contester. Mais pour autant, cela lui donnait-il le droit de préempter la ville pour 26 ans et encore plus si Dieu l'avait voulu, en condamnant par avance l’opposition municipale privée des moyens de s’exprimer publiquement, c'est-à-dire politiquement ? N’en déplaise à certains, mais c’est ce type de patrimonialisme qui n’est plus acceptable aujourd’hui.

Dans ce tract, Michel PAJON utilise un raccourci facile et passe partout en parlant de climat délétère et haineux, tout en stigmatisant le Front de Gauche.

Ceci lui permet de faire l’économie d’une véritable analyse politique des causes de son échec électoral. Analyse qui semblerait se dérouler actuellement  au sein de la section du parti socialiste de la ville sous forme de règlements de comptes, puisque nous en retrouvons certaines effluves nauséabondes dans une lettre du 10 octobre dernier de Michel PAJON aux « camarades socialistes de la motion A », suite à un vote du jeudi 08 octobre 2015. Vote qui, pour la deuxième fois lui sapait le moral et anéantissait ses illusions après l’échec de son poulain Laurent DUMONT.

Quelques morceaux choisis pour la postérité: « J’ai vécu jeudi soir une trahison qui m’a fait plus mal encore que notre défaite du 20 septembre dernier à 33 voix près »….. « cette trahison laissera des traces…..,ceux qui en sont à l’origine devront un jour en payer le prix »…….. « Ces charognards que j’ai vus à l’œuvre jeudi… ». Bigre, il ne fait pas dans la dentelle le camarade Michel !

Deux déculottées en 20 jours, vous avouerez que ça peut faire très mal !!!... Une troisième aux prochaines élections législatives de 2017, et c’est la fin de sa carrière politique.

En parlant de rare violence lors de cette campagne électorale, Michel PAJON alimente un sensationnalisme racoleur bon marché, qui lui permet à peu de frais de donner à son électorat  toutes les garanties apparentes d’une victimisation légitime. Et pourtant, selon nous, hormis les traditionnelles invectives de circonstances en campagne électorale, et contrairement au « tract bleu » des dernières élections législatives des 10 et 17 juin 2012, le patrimoine immobilier du candidat ne fut pas dévoilé en 2015. Comme quoi, nouveau candidat, autres mœurs.


Violence verbale d’un jour, violence  toujours,

A Noisy-le-Grand, la vengeance est un plat qui se mange chaud !

Si aujourd’hui Michel PAJON s’insurge contre une rare violence, c’est l’hôpital qui se moque de la charité. Nous sommes nombreux à pouvoir témoigner que ses différentes mandatures furent placées sous le signe d’une "impétuosité" chronique sur la ville. Sans vouloir soulever à nouveau  le débat sur le harcèlement dont furent victimes les habitants du quartier des Bas Heurts de Noisy-le-Grand pendant 10 ans, rappelons quelques périodes de la vie publique de ces dernières années.

 

En réunions publiques sur l’aménagement du quartier des Bas Heurts,


Le 17 juin 2014, l’ex Maire déclarait : « S’il faut utiliser l’artillerie lourde, il y aura des expropriations, il ne faut pas rêver, il ne doit pas y avoir d’ambiguïté,…, la solution terminale doit être globale ».


Le 06 novembre 2014, ce fut diabolique : « Je n’ai pas été élu pour enfiler des perles. Je me suis fait élire à deux reprises en 2008 et 2014 sur ce programme », assène-t-il. « Ça fait 10 ans que je travaille dessus, et nous irons jusqu’au bout. »
Boum, boum……prenez ça dans les gencives !


Des procès en veux- tu, en voilà…


Mais que devraient dire certains élus de la commune qui se sont retrouvés devant le Tribunal de Grande Instance de Bobigny, en citation directe, et ensuite devant la Cour d’Appel de Paris pour des écrits ou des propos qui sont restés en travers de la gorge de l’ex édile !


Sans oublier d’autres procès qui ont cheminé dans l’ombre et celui bien évidement du Président de l’ADIHBH-V qui fut victime d’une plainte en « diffamation publique envers un citoyen chargé d’un mandat public » de la part de Michel PAJON (Député Maire PS). Sept ans de procédure, pour finalement s’entendre dire, après trois Cours d’Appel, deux Cassations et une QPC (Question Prioritaire de Constitutionalité) devant le Conseil Constitutionnel, par les Magistrats de la Cour d’Appel de Versailles en juin 2013: « le message incriminé était tenu par un internaute sur le blog d’une Association de Citoyens de Noisy-le-Grand (ADIHBH-V), dans le cadre d’un débat politique et démocratique autour de la vie de leur Commune. Dès lors, il ne pouvait être considéré que comme une expression du doute de ces derniers sur la compatibilité des différentes fonctions exercées par leur élu (député-maire), par rapport à l’Intérêt Général, et en particulier l’intérêt des personnes les plus démunies. Et donc comme ne dépassant pas les limites de la critique admissible à l’égard d’un homme politique qui devait montrer, dans un tel contexte, une plus grande tolérance, et comme ne constituant donc pas une atteinte à l’honneur et à la considération de Michel PAJON .... ».


Les Juges de Versailles exprimaient très concrètement qu’il n’y avait pas  diffamation. Michel PAJON était débouté de sa plainte, Alain CASSE était relaxé sans le moindre euro de « dommage et intérêt » (1), le tribunal ayant jugé qu’il n’avait pas subit de préjudice après sept ans de procédure !!!.....

C’est exact, Alain CASSE est toujours de ce monde, nous l’avons rencontré.


Des propositions d’achat  à "vil prix", lors de préemptions !


Dans le cadre de préemptions (négociations "amiables") de la commune, c’est ce que Michel PAJON  appelait en réunion publique acheter au « prix du marché » dans des conditions humaines, en se référant aux propositions de France Domaine.


Quelques exemples significatifs, qui infirment ses propos :


1    -  43 chemin des Aulnettes (quartier des Bas Heurts) :
-    
DIA (Déclaration d'Intention d'Aliéner) vendeur : 650.000 €,
-    Prix
France Domaine : 625.000 €,
-    Prix
SOCAREN (Président Michel PAJON) : 480.000 €,
-    Jugement  du TGI (Tribunal de Grande Instance de Bobigny : 637.000 €,
-    Prix confirmé par la Cour d’Appel de Paris
-    Achat de l’EPF-IdF : 565.000 €
Comme il s’agit d’une négociation amiable, l’EPF-IdF dit : à ce prix nous n’achetons pas. Fatigué et dépressif, après plusieurs mois de combat, le vendeur lâche l’affaire pour 565.000 € et se retire en Normandie. Perte pour le vendeur : 72.000 €


2    - 24 rue Pierre Brossolette (Quartier des Bas Heurts) :
-    DIA vendeur : 830.000 €,
-    Prix France Domaine : 830.000 €,
-    Prix Commune de Noisy-le-Grand : 500.000 €,
-    Jugement du TGI de Bobigny : 863.000 €,
-    Achat de la Commune de Noisy-le-Grand : 863.000 €,


3    -  58 rue Pierre Brossolette (Quartier des Bas Heurts) :
- Prix France Domaine : 420.000 €,
- Achat de la SOCAREN (Président Michel PAJON) : 345.000 €,


Alors, spoliation ou pas, nous posons la question ?


Et si nous parlions maintenant de manœuvres déloyales ?


Depuis plusieurs années, l’Association musulmane Fraternité Noiséenne était à la recherche d’une salle de prière afin d'améliorer leurs conditions indignes de prière (prières de rue, dans des locaux inadaptés,...). Ils avaient identifié un local au Champy, fermé depuis plusieurs années et devenu propriété communale depuis 2011. Malgré plusieurs requêtes auprès de Michel PAJON, surtout à l'approche de la fermeture de leur salle de prière dans un foyer en Avril 2015, afin d’obtenir la mise à disposition de ce bien communal, la réponse fut toujours négative.


Toutefois, en juin 2015, après l’invalidation des élections municipales de Noisy-le-Grand par le Conseil d’Etat, et de nouvelles élections se profilant à l’horizon, l’ex Maire sollicite précipitamment le Président de l’Association pour lui proposer cette même salle. Et en même pas 15 jours, ce qui était impossible depuis plusieurs années fut possible. La mise à disposition de ce local communal au Champy était prévue jusqu'à mi-octobre 2015, puisque ultérieurement des projets étaient avancés avec le bailleur i3F.


Par la suite, l'Association serait passée dans un autre local communal de 300 m² aux Richardets. En fait, pour être exact, il s'agissait d'un entrepôt communal de 1.100m² occupé par un entrepreneur qui se serait vu invité à libérer 300m² pour être loués à l'Association. Bien sûr, après des travaux conséquents que la Mairie aurait financés pour pouvoir  louer (isolation, eau, chauffage, électricité,...). L'entrepreneur passant de 1.100m² à 800m².


Le coup de pouce clientéliste était génial, mais il semblerait que la mèche ait fait long feu, car le 20 septembre au soir Michel PAJON pour 33 voix, devait quitter le décor.

Depuis, la nouvelle municipalité a demandé à Fraternité Noiséenne si elle souhaitait rester au Champy ou aller au Richardet. Elle a choisit de rester au Champy et  a signé cette fois-ci un nouveau bail d’un an avec la Commune, puisqu’il n’y aurait pour le moment pas plus de projet I3F que de "beurre en broche" ! Du coup, pas de travaux aux Richardets et l'entrepreneur Prosper AYOUN de RC Concept garde ses 1.100m².


Michel PAJON cultive sa revanche,
Brigitte MARSIGNY s’attaque aux dossiers chauds,


Deux projets emblématiques de l’ancien Maire vont être enterrés, soit le Port de Plaisance et le Palais des congrès. Nous pourrions en ajouter un troisième en refusant l’acquisition du Bois-Saint-Martin. Brigitte MARSIGNY veut aussi remettre à plat le projet Bas Heurts et abandonner la construction de 1500 logements, pour une urbanisation plus en adéquation avec l’enclavement du quartier, mais aussi la révision du projet Clos d’Ambert et ses 1200 logements.


Enfin, nous attendons beaucoup des audits sur les finances de la ville, car le vrai pouvoir, c’est l’argent. L’argent est déversé par millions d’euros chaque année sur les collectivités (Etat, Région, Départements, Métropole,…).

À cette occasion, si nous en venons aux chiffres, nous aimerions connaître, entre autres, le budget communication de la ville, le budget réservés aux frais de justice et le montant de la kyrielle d’études réalisées par des cabinets spécialisés qui n’aboutiront jamais.


En conclusion, Michel PAJON aurait dû montrer, dans ses 20 ans de gouvernance, une plus grande tolérance et une véritable écoute. Nous espérons que Brigitte MARSIGNY aura une plus grande empathie pour les citoyens de cette ville.


______


(1) – Christophe GREBERT, Journaliste, Conseiller municipal Modem et blogueur de PUTEAUX (92) était convoqué  devant la Cour d’Appel de Versailles, pour « diffamation », suite à une plainte en Citation directe de Joëlle  CECCALDI RAYNAUD, Maire UMP (LR) de PUTEAUX, huit jour après Alain CASSE, pour exactement la même plainte, et devant les trois mêmes Magistrates. Christophe GREBERT fut relaxé et à bénéficié de 5.000 € de « dommages et Intérêts » après trois ans de procédure.

 

 

 

Pourrait-on parler de clientélisme ?

Publié le par ADIHBH-V

RÉSERVE PARLEMENTAIRE :


 LE CLIENTELISME PASSE


DE L’OMBRE À LA LUMIÈRE

Pourrait-on parler de clientélisme ?

Le Député Michel PAJON, battu le 20 septembre dernier lors des élections municipales partielles annonce  tout de go sur son compte facebook: « cette année j’ai décidé d’être encore plus transparent dans l’attribution des fonds dont je dispose dans le cadre de la réserve parlementaire ! »

Noiséennes Noiséens, devriez-vous comprendre qu’avant c’était moins transparent ?

Avouons que cette repentance nous interpelle !. La réserve parlementaire existe depuis l’ordonnance du 02 juin 1959 pour l’Assemblée nationale et 1958 pour le Sénat. Michel PAJON est Parlementaire depuis le 25 février 1996. Donc depuis cette date il a pu distribuer ces subventions d’Etat émanant de nos impôts. En 2014, Michel PAJON a distribué 130.000 € d’argent du contribuable, soit le maximum autorisé.

Sur cette somme, nous retrouvons en 2014, 83.589 € (75.000 € + 8589 €) (1) destinés à la mise en accessibilité de quatre groupes scolaires de la Commune (Conseils municipaux des 12 juin et  19 novembre 2014). Pour le reste il faut aller à la pêche !


Ici quelques précisions s’imposent. La réserve parlementaire est un ensemble de subventions d’État votées et modifiées en lois de finances initiales ou rectificatives. Ce sont, en 2014, 80,2 millions d’euros que les Députés se sont partagés et ont dirigé vers les bonnes œuvres de leur choix.


La réserve se répartit à 54 % vers des travaux aux communes et à 46 % vers des Associations, mais lesquelles ? Dans le meilleur des cas, les thèmes associatifs se répartissent entre la promotion du sport pour le plus grand nombre (8%), le soutien à la démocratisation et à l’éducation artistique et culturelle (8%) et le  développement de la vie associative locale (3%).


Cette description est le côté éthique d’une bonne pratique. Mais voilà, la perversion étant de ce monde, peut aussi conduire au clientélisme. Historiquement, le clientélisme est la pratique qui permet à une personne disposant de richesses d’obtenir, moyennant des avantages financiers, la soumission, l’allégeance d’un ensemble de personnes formant sa « clientèle ».


Par extension, le clientélisme peut aussi désigner l’attitude politique d’une personne ou d’un parti qui cherche à augmenter le nombre de sa « clientèle politique » par l’octroi d’avantages injustifiés en échange d’un soutien futur, lors d’élections notamment.


Bien que le vote se déroule dans un isoloir, ce soutien est la manifestation d’une forme de solidarité, de dépendance, de relation « hiérarchique » ou, tout au moins, d’une « reconnaissance du ventre ». Cette pratique courante, pourrait consister à « acheter » les voix d’électeurs par divers moyens : subventions, obtentions d’emplois, facilités diverses……


Tout naturellement, le risque est grand de voir la pratique du clientélisme tomber dans les perversions de  l’électoralisme qui caractérise de manière péjorative une orientation démagogique de la politique à l’approche d’une élection, où l’on prend soin de flatter l’électorat en fonction du gain électoral escompté et de masquer les aspects désagréables des réalités communales. Plus précisément, cela désigne l’attitude, le discours, les méthodes d’un homme, d’un parti ou d’une autorité politique ayant pour seul objectif de recueillir le maximum de suffrages  ou de remporter une élection.


La réforme de Claude Bartolone.

 

Assemblée Nationale

Assemblée Nationale

Dès son élection à la Présidence de l’Assemblée nationale, Claude Bartolone a souhaité mettre fin à l’opacité totale de ce dispositif en faisant en sorte que la réserve parlementaire réponde à des règles d’équité et de transparence. C’est ainsi, pour la première fois, qu’a été mis en ligne à la fin du mois de janvier 2014 le tableau retraçant l’utilisation de la réserve parlementaire en 2013. Cette décision a été étendue aux deux assemblées dans la loi relative à la transparence de la vie publique.


L’Assemblée nationale a publié le jeudi 12 février 2014 (2), la distribution par député de la réserve parlementaire pour l’année 2014. Enveloppe autrefois répartie arbitrairement entre certains parlementaires, son fonctionnement est désormais mieux organisé. Et sa publication s’est institutionnalisée.


L’examen du  tableau (3) ci-dessous nous apporte des indications sur les fonds attribués par Michel PAJON en 2014. En cliquant sur chaque ligne nous visualisons  le détail des affectations poste par poste.

Pourrait-on parler de clientélisme ?

La Cour des comptes déplore les dérives clientélistes

de la réserve parlementaire


À ces crédits, que reproche la Cour des comptes, après avoir analysé plus de 60 000 subventions attribuées entre 2006 et 2012 et réalisé un examen approfondi de 550 dossiers ?
Certes, elle salue l’effort récent de transparence à posteriori avec la publication des montants et des destinataires.

Mais elle note que  les Préfets, théoriquement tenus de contrôler, se retranchent derrière la décision d’affectation du Ministre pour ne pas procéder à l’ensemble des contrôles nécessaires avant l’octroi effectif de l’aide.


Simple clientélisme


La Cour des comptes déplore la dérive qui s’est opérée sur l’emploi de ces aides, initialement destinées à soutenir les collectivités en difficultés financières graves à la suite de circonstances anormales. La lecture des subventions accordées en 2013 et 2014 montre qu’une grande partie est consacrée à un saupoudrage au profit d’associations locales, sans plus d’explications qu’au titre du fonctionnement, ce qui relève du plus simple clientélisme.

Ces aides bénéficient en outre, relève la Cour des comptes, à des collectivités au potentiel financier largement supérieur à la moyenne ou disposant de marges fiscales non mobilisées.
Les vérifications de la Cour sur 550 dossiers ont montré que, parmi eux, plus de 40 % ne comportaient pas toutes les pièces justificatives requises, portaient sur des dépenses inéligibles ou auraient dû appeler une instruction plus approfondie des services de l’Etat sur leur conformité,  indique la Cour des comptes, qui s’interroge sur le caractère d’« intérêt général » de bon nombre d’investissements.


Procédure peu efficiente, règles inégalement appliquées, subventions se substituant à des financements qui auraient dû normalement être budgétisés, absence de coordination des différents dispositifs d’aide de l’Etat et, de plus, gestion coûteuse avec un coût plus de deux fois et demie supérieur à celui de la gestion de la dotation d’équipement des territoires ruraux …, le moment est venu de s’interroger sur l’utilité de cette forme d’aide à l’heure où l’Etat est conduit à revoir ses formes d’interventions financières dans les territoires », conclut la Cour des comptes.


Supprimer cette pratique.


Mais aucune règle n’entoure le dispositif, et si les députés favorisent souvent des projets dans leur circonscription, rien ne leur interdit de franchir la ligne jaune…


Malgré la transparence accrue, les critères d’attribution restent flous, prêtant le flanc aux accusations de clientélisme. Pour régler  en partie ce problème, une Députée du Calvados, apparentée ‘Ecologiste’, a choisi depuis son élection en 2012 de confier la répartition à des électeurs de sa circonscription tirés au sort parmi des volontaires, et de « garantir ainsi aux citoyens qu’il ne s’agit pas de clientélisme. »


Il faudrait totalement supprimer cette pratique. Mais comme la réserve n’est pas encadrée par la loi, on ne peut faire un amendement pour proposer sa suppression.


Les assauts répétés de quelques Députés et de la Cour des comptes n’auront pas la peau de la réserve, installée dans les pratiques des parlementaires, qui en font même parfois un argument prés ou post électoral. C’est une vieille ficelle…


______

 

(1)    - Le Vrai Journal de Noisy ne retrouve pas dans le tableau retraçant l’utilisation de la réserve parlementaire 2014, la somme de 8589,00 € attribuée en Conseil municipal le 19 novembre 2014, pour la mise en accessibilité le Groupe Scolaire Van-Gogh !


(2)    - www.assemblee-nationale.fr , rubrique : répartition de la réserve parlementaire


(3)    - http://www2.assemblee-nationale.fr/reserve_parlementaire/plf/2014?idDemandeur=2317&typeTri=dest

 

Discours inaugural de Madame le Maire de Noisy le Grand

Publié le par ADIHBH-V

DISCOURS INAUGURAL

 

DE MADAME BRIGITTE MARSIGNY

 

LE 25 SEPTEMBRE 2015
______

Discours inaugural de Madame le Maire de Noisy le Grand

Chers amis Noiséens, chers élus, Mesdames, Messieurs,

En préambule, je voulais vous dire la profonde émotion qui est la mienne et vous assurer aussi combien je prends ce soir la mesure de la responsabilité que vous venez de me confier vis-à-vis de tous les habitants de notre grande ville.

Je pense aussi à celles et ceux qui, dans l’ombre, ont contribué à ce que je porte l’écharpe de Maire et les responsabilités que cela implique.

Je voulais devant vous, avec pudeur néanmoins, associer mon compagnon, mes enfants, mes collaboratrices, mes amis proches à cette victoire. Leur présence et leurs encouragements m’ont été d’un grand secours face à la pression de la campagne et aux attaques virulentes dont j’ai fait l’objet.

C’est avec enthousiasme et sérénité que j’aborde ma nouvelle fonction.

Mes premiers mots seront pour vous remercier de la confiance que vous m’avez témoignée en me hissant au titre de premier magistrat de notre grande ville.

Auprès de vous, lors de nos rencontres, réunions, discussions, j’ai pu entendre vos attentes, comprendre vos préoccupations et la frustration que vous avez du ressentir en certaines circonstances.

Nous nous donnons 3 mois pour nous installer et remettre à flots le navire mairie qui a traversé une tempête politique et humaine sans précédent. J’ai aujourd’hui la responsabilité de la ramener dans des eaux plus calmes dans le respect de ses acteurs, membres du personnel communal comme élus.

J’ai conscience de la responsabilité qui est mienne. Je sais que l’on ne pourra pas non plus d’un seul coup de baguette révolutionner les choses en seulement 4 ans et demi de mandat, pour autant, j’ai décidé de me consacrer à cette tâche.

Il n’est pas question de tout bousculer ni de se livrer à une chasse aux sorcières mais prendre le problème à bras le corps.

Je forme ce soir le vœu d’un Noisy-le-Grand respectueux de tous ! Concertation, écoute, respect et transparence seront les maîtres mots de notre conduite tout au long de notre mandat auprès de vous.

Je ne changerai pas de refrain, au contraire, je l’accentuerai. J’ai eu la joie de rencontrer de nombreux Noiséens durant cette campagne, non pas en réunion publique où il y a plus de militants que d’habitants, mais à travers des réunions de quartiers, des réunions d’appartements, et des échanges sur les marchés. Je suis venue directement à leur rencontre pour connaître leurs préoccupations et leur exposer de vive voix ma motivation à les représenter et à agir pour l’intérêt communal en leur nom à tous.

Je continuerai à aller vers vous comme je vous l’ai promis et je n’attendrai pas les échéances électorales pour aller vous voir et vous téléphoner. J’associerai le plus grand nombre d’entre eux à la concertation et la concrétisation de nos projets.

Je tiendrai compte des avis et je rencontrerai un par un les Présidents d’Associations.

Je souhaite faire de Noisy-le-Grand une ville où chacun d’entre vous se sente bien. Il est désormais impératif que « le bon vivre ensemble » se conjugue au quotidien. Ainsi, il nous tient à cœur de défendre notre cadre de vie et la qualité de nos services publics.

Dans une ville qui a atteint sa taille critique, nous devons stopper le bétonnage et protéger notre patrimoine notamment en conduisant de nouvelles opérations de rénovation urbaine.

Nous mènerons également des actions volontaristes pour redynamiser le commerce de proximité et de qualité.

Noisy-le-Grand doit impérativement redevenir cette ville où il fait bon vivre.

Une de nos priorités sera donc aussi de garantir la tranquillité publique. En matière de sécurité, nous avons décidé de renforcer rapidement les effectifs de la police municipale.

Celle-ci devra disposer à l’avenir des moyens nécessaires pour remplir ses missions. Elle pourra s’appuyer, entre autres, sur le déploiement d’un véritable système de vidéo-protection dans tous les quartiers de la ville pour gérer notamment des problèmes d’incivilité.
 
Par ailleurs, nous nous sommes engagés à avancer en mettant un terme à l’asphyxie fiscale dont les Noiséens ont été victimes et pour optimiser au mieux la gestion des deniers publics, nous ferons réaliser un audit financier indépendant et nous saisirons le cas échéant la Chambre Régionale des Comptes.

La réussite du projet nécessitera du temps. Mais nous relèverons ce défi ensemble parce que Noisy-le-Grand est riche de ses femmes et de ses hommes, de ses entreprises et de ses associations, de ses commerces et de ses artisans, et de tous les talents que nous allons découvrir.

Sachez que chaque jour ma porte et celle de mon équipe vous sera ouverte pour créer ensemble les conditions optimales du Noisy-le-Grand de demain : un Noisy-le-Grand qui nous ressemble !

Je dis à l’opposition municipale plurielle que je sais qu’elle représente une partie non négligeable de la population qui s’est exprimée et qu’à ce titre, ses propositions comme ses remarques, seront enfin écoutées et surtout respectées.

Je ne laisserai pas pour autant perturber les séances du conseil municipal par des questions politiques nationales ou des rancœurs et attaques personnelles. Il ne faut pas confondre les tribunes.

À chacun d’avoir bien à l’esprit que ce que les Noiséens nous demandent, c’est de parler de Noisy-le-Grand.
 
Je crois aussi que quand une décision dépasse les clivages politiques, parfois si factices, elle est mieux comprise encore. Il y a mieux que des références partisanes pour régler les problèmes, les Noiséens ne veulent plus en entendre parler. Je crois davantage à la recherche de l’efficacité, à la justice, à l’esprit de responsabilité et au bon sens, voilà de bonnes garanties pour faire une politique apaisée pour notre ville.
Je saurai me montrer à la hauteur de la tâche avec mon équipe motivée et compétente.
 
Toutes les bonnes volontés et notamment au sein du personnel seront les bienvenues.

J’aurais une dernière pensée pour Monsieur Basso et la délégation spéciale qui a travaillé d’arrache pied pendant tout l’été pour faire en sorte que la ville fonctionne après le départ de l’équipe en place suite à la décision du Conseil d’État.

Alors mes chers collègues, chers amis Noiséens, je peux vous assurer que je garderai toute ma vie le souvenir de ce moment si fort où, au nom de la majorité des Noiséens, vous m’avez élu Maire de Noisy-le-Grand, contre vents et marées, de ces accueils chaleureux dans les quartiers et de cet enthousiasme communicatif.

Ce sera Noisy-le-Grand autrement tout simplement.

Je vous remercie de votre attention.

Madame Brigitte MARSIGNY
Maire de Noisy-le-Grand


______

 

Noisy-le-Grand dans le Grand Paris : une décision de technocrate irréaliste !

Publié le par ADIHBH-V

QUEL AVENIR


POUR  NOISY-LE-GRAND


DANS LE FUTUR


SCHEMA TERRITORIAL


DU GRAND PARIS ?

 

Noisy-le-Grand dans le Grand Paris : une décision de technocrate irréaliste !

Au 1er janvier 2016, Noisy-le-Grand appartiendra à l'un des Territoires de la Métropole du Grand Paris, Territoire qui exercera en lieu et place des Communes qui le composent des compétences importantes comme la gestion de l'Eau et de l'Assainissement, le Plan Local d'Urbanisme et l'Habitat, l'Aménagement du territoire, la gestion des Déchets, le Développement Economique...


Alors que le Premier Ministre a exprimé en avril dernier, au congrès des maires d'Île-de-France, sa profonde conviction sur la nécessité de construire le Grand Paris avec les collectivités locales et d'abord avec les Maires en sachant dépasser les clivages habituels et se rassembler autour d'une même ambition, il est resté totalement sourd aux volontés des villes de se regrouper en respectant les logiques de bassins de vie.


Son projet de décret prévoit donc d’intégrer Noisy-le-Grand dans un Territoire dit T9, avec des Communes situées essentiellement au nord de notre ville, avec lesquelles Noisy-le-Grand n’a jamais partagé aucun projet et avec lesquelles notre Commune n'a connu aucune pratique collaborative (Clichy-sous-Bois, Vaujours, Coubron, Livry-Gargan, etc….


Il en va de la même problématique pour d’autres villes de Seine-Saint-Denis, telles Neuilly-sur-Marne, Neuilly-Plaisance et Rosny-sous-Bois.
À contrario, depuis quinze ans, 14 communes de Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne (Fontenay-sous-Bois, Nogent-sur-Marne, le Perreux-sur-Marne, Villiers-sur-Marne, Bry-sur-Marne, ...) de tout bord politique confondu travaillent au sein de l'ACTEP, (Syndicat mixte d'Etudes et de Projets), avec un objectif commun visant au développement cohérent de ce territoire, au renforcement de l'attractivité de l'Est parisien et au rééquilibrage Est-Ouest à l'échelle régionale.


Mais voilà, si l’ACTEP voulait bien travailler avec Noisy-le-Grand, l’ACTEP ne voulait pas subir le diktat de l’ex Maire de Noisy-le-Grand Michel PAJON. Aujourd’hui, le changement étant en place, les données sont différentes et il serait opportun que la nouvelle édile Brigitte MARSIGNY repose la candidature de Noisy-le-Grand au sein de l’ACTEP. Ce regroupement avec, entre autres, nos voisins de Villiers-sur-Marne et de Bry-sur-Marne respecterait nécessairement la logique d’un vrai bassin de vie. C'est-à-dire un territoire présentant une cohérence géographique, sociale, culturelle et économique, exprimant des besoins homogènes en matière d'activités et de services.


Si nous pensons que Clichy-sous-Bois n’a rien à voir avec Noisy-le-Grand, ce n’est pas seulement la dynamique de l’Est parisien qui sera demain  entravée par cette nouvelle organisation territoriale, mais c’est aussi l’identité du pôle économique de Noisy-le-Grand qui est niée. Cette décision a été prise sans logique ni concertation des acteurs de terrain.


Ainsi, sur les territoires du T9 et de l’ACTEP, 20 communes sur 27 ont déjà manifesté, à plusieurs reprises leur mécontentement. Aussi, nous pensons  que le Conseil municipal de Noisy-le-Grand doit s’exprimer rapidement sur ce nouveau Schéma territorial.


Enfin, nous pensons par ailleurs qu’aucune logique liée au Grand Paris Express n’est respectée sur le territoire T9, alors même qu’un Contrat de Développement Territorial (CDT) a été signé entre Noisy-le-Grand et Champs-sur-Marne, et que le périmètre de ce CDT et la cohérence de la Métropole en dépendent !


En effet, l’Etat, après avoir voulu imposer à ces deux communes les dynamiques de ce CDT « Grand Paris Est Noisy-Champs », après avoir participé à son élaboration, et alors même qu’il est signataire de ce contrat, refuse maintenant d’en tenir compte dans la définition des périmètres des futures structures intercommunales.


En conclusion, c’est le grand désordre. On ne peut que douter de l’efficacité d’un tel système pour un développement cohérent de ce territoire.
 

_____

Fête d'automne 2015 : Une cuvée exceptionelle !

Publié le par ADIHBH-V

UNE FÊTE D’AUTOMNE


SENSATIONNELLE


SUR LES BAS HEURTS

Fête d'automne 2015 : Une cuvée exceptionelle !
Fête d'automne 2015 : Une cuvée exceptionelle !

Au baromètre des sourires, de la convivialité et de la bonne humeur, la cuvée 2015 de notre 9e édition de la fête d’automne sur le quartier des Bas Heurts a été extraordinaire.

Certains lecteurs parlent de reconnaissance démocratique. D’autres disent renaissance. Ce qui est certain c’est que les citoyens du quartier se sentent revivre car maintenant ils seront considérés, voire certainement consultés et écoutés puisqu’ils sont actifs et font partie du tissus de la vie locale, comme toutes les autres associations de Noisy-le-Grand d’ailleurs.  Nous en voulons simplement pour preuve notre présence sur le site internet de la commune, une première noiséenne…

Oui, en ce 20 septembre 2015, la chape de plomb qui s’abattait sur les Bas Heurts a volé en éclat, satellisant tous ces interprètes politiques qui polluaient l’atmosphère.

Même le soleil est venu embellir le tableau, ce qui a permis aux visiteurs de s’asseoir et d’échanger longuement autour du « projet d’inflexion » exposé.

Fête d'automne 2015 : Une cuvée exceptionelle !

Merci également aux délégations politiques (Pour Noisy tout simplement  et  Noisy solidaire à Gauche Vraiment) de Noisy-le-Grand qui chaque fois marquent leur intérêt pour nos manifestations. La aussi les discussions furent conviviales et respectueuses. Bry-sur-Marne était aussi de la fête avec l’un de ses Adjoint au Maire et Conseiller départemental du Val-de-Marne.

La consultation de l’album photo est un réel bonheur. Le plus jeune visiteur avait à peine 1 mois et la plus agée près de 95 ans. Dans cette large palette générationnelle, nous admirons  les nombreux enfants qui tournent les manivelles où remplissent les bouteilles de jus de pomme ; des sourires, de l’amusement et de la joie.

C’est cela le « vivre ensemble sur le quartier des Bas Heurts », au travers de toutes ces générations pour quelques heures festives, mais aussi tout au long de l’année.

 

Pour accéder à l'album cliquez ici

Fête d'automne 2015 : Une cuvée exceptionelle !

1 2 > >>