Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Vous voulez un débat réactif ? Consultez les derniers commentaires....

Publié le par ADIHBH-V

Vous voulez un débat réactif ? Consultez les derniers commentaires....Vous voulez un débat réactif ? Consultez les derniers commentaires....

La nouvelle organisation de notre hébergeur "OVERBLOG" ne facilite pas l'interactivité entre les internautes sur les anciens articles et nous le déplorons.

Pour pallier  (un peu) à ce manque sur le long terme, nous nous proposons de vous faire régulièrement un point sur les articles importants où vous pourrez lire les dernières réactions et nos réponses.

Vous pouvez aussi nous soutenir en demandant à Overblog de rétablir cette facilité qui existait auparavant en écrivant à : http://staff-fr.over-blog.com/contact

Merci de votre soutien et bonne lecture.

L'équipe de l'ADIHBHV

 

Les derniers commentaires postés par nos lecteurs à lire :

Annulation des élections municipales de septembre 2015

Printemps sur les Bas-Heurts

Notre dernier article:

Une deuxième vie démarre pour les Espaces d'Abraxas

Et toujours notre page Facebook: https://www.facebook.com/Le-Vrai-Journal-de-Noisy-le-Grand-732266683571568/

Vous voulez un débat réactif ? Consultez les derniers commentaires....

Une deuxième vie démarre pour les Espaces d’Abraxas

Publié le par ADIHBH-V

NOISY-LE-GRAND :  

LES ESPACES D’ABRAXAS,

HÉROS DU GRAND …

ET DU PETIT ECRAN


______

 

Une deuxième vie démarre pour les Espaces d’Abraxas

Ce monument néoclassique de l’Architecte Catalan Ricardo BOFFIL date du début des années 1980. Il se divise en trois parties réunissant 610 logements. Un très grand immeuble HLM "alambiqué" mais avec de beaux logements extrêmement confortables nommé Le PALACIO, Le THEÂTRE, en forme d’hémicycle et l’ARCHE élevée en plein milieu. Ces deux derniers édifices sont en accession à la propriété.

À une époque où il y a une pénurie le logements, l’ex Maire Michel PAJON avait diligenté en 2006 une « étude de faisabilité » (1) pour une éventuelle démolition de ce bâtiment sorti de terre en 1983, au prétexte que cet endroit était devenu le principal lieu d’insécurité de la ville.
Propos très peu électoralistes qui avaient fortement irrité une partie des habitants qui se sont constitués en Association de défense, l’ADIHPA, car ils étaient très suspicieux sur l’indépendance intellectuelle de ce genre d’étude dirigée comme chaque fois sur commande par Michel PAJON (2).

Aujourd’hui, la nouvelle municipalité annonce que les Espaces d’Abraxas ne seront pas détruits. Brigitte MARSIGNY veut investir dans ce quartier.
Ainsi, les bailleurs rassurés sur l’avenir du site, devraient de leur côté engager rapidement une réhabilitation du site.
En effet, tous ces aménagements seraient facilités puisque le quartier est désormais inclus dans le nouveau contrat de ville, ce qui permet aux différents intervenants d’obtenir des subventions.

 

Une deuxième vie démarre pour les Espaces d’Abraxas

Heureusement pour Noisy-le-Grand, les Espaces d’Abraxas de Ricardo BOFFIL restent une curiosité architecturale que tout le monde veut visiter.
De nombreux touristes étrangers, des étudiants en architecture et autres curieux sillonnent régulièrement les coursives.
Le blockbuster américain Hunger Games a même  perché ses caméras sur le site en 2014.

Tout dernièrement, ce fut au tour de l’émission de France 5, sous la conduite de Emmanuel MAUBERT, animateur de l’émission « Histoire de se balader », d’investir ce site monumental pour le faire découvrir au téléspectateur en le prenant par la main et lui donner envie de le visiter.

La thématique de l’émission de France 5 tourne autour de la Vallée de la Marne.
Au préalable, l’équipe d’Emmanuel MAUBERT est allé visiter la chocolaterie MEUNIER à Noisiel (77) et le château de Champs-sur-Marne (77).

L’émission a été diffusée le dimanche 20 mars 2016.
( Possibilité de visionner l’émission sur :
http://france3-regions.francetvinfo.fr/paris-ile-de-france/emissions/histoire-de-se-balader )

______

Ce billet est aussi disponible sur Facebook en cliquant sur l'adresse suivante : https://www.facebook.com/Le-Vrai-Journal-de-Noisy-le-Grand-732266683571568/
___


Toute notre gratitude à Aline MORCILLO, http://www.Aline-Morcillo.fr, qui a bien voulu nous communiquer gracieusement les deux très belles photos des Espaces d’Abraxas.

(1)    - Voir la décision du Maire n° 175 du Conseil municipal du 18 mai 2006, qui signe un marché à procédure adaptée pour une « étude de faisabilité », réalisée par une Société de Créteil (94), pour un montant de 30.300 €.
Encore 30.300 € à la benne !!!....bonne gestion…..

(2)    – « Lorsque tu veux tuer ton chien, tu dis qu’il a la rage…. » 

 

Printemps sur les Bas-Heurts

Publié le par ADIHBH-V

LE PRINTEMPS


DES BAS-HEURTS


POINTE SON NEZ
______

Printemps sur les Bas-Heurts

Manifestement instrumentalisée par l’ex-édile Michel PAJON et Emmanuel CONSTANT, la famille PS de Noisy-le-Grand souffre de troubles digestifs fonctionnels. On s’invective, on s’insulte, on éructe, ça pète de partout.

Noisy-le-Grand est devenu en quelques semaines la première usine à feux d’artifice de l’Est parisien. Ces troubles surviennent  après 20 ans de mandature noiséenne et d’excès ‘alimentaires urbanistiques’.

Le béton, ce n’est pas très digeste, même bien arrosé. Le médecin de service, devrait penser à dépister chez les deux interprètes un éventuel ulcère à l’estomac. Docteur, il faut apprendre à vos ouailles à mieux résister au stress de la déculottée électorale, afin d‘agir sur l’âme et sur le corps.

Dans un grand élan de solidarité, Michel PAJON est prêt à « mourir pour sa ville ». Après 20 ans de règne, il ne se rend même pas compte qu’il avait préempté la ville. C’était son instrument de musique, son hochet, son joujou.
C‘était SA ville.
Les habitants…., ah bon, il y a des habitants qui ne votent pas comme moi ?
Bof bof…..

Si l’on peut mourir pour la patrie, on peut aussi mourir pour des idées comme le chantait Georges BRASSENS, mais de mort lente……Dans la bouche de Michel PAJON, en suggérant cet acte délibéré et volontaire, ce dernier souligne encore derrière ce slogan sa démagogie légendaire.
Cependant dans les faits, nous pensons qu’il a surtout envie de vivre pour ‘dézinguer’ l’intrus Emmanuel CONSTANT, poulain de Claude BARTOLONE, puisqu’il parle dans Le PARISIEN de se présenter encore en 2020 et 2021. « Je ne gagnerais peut être pas, mais lui non plus.
Dantesque, c’est du Michel PAJON pur jus !

Chemin faisant, comme le rappelait si bien LE PARISIEN dans son édition du 17 mars dernier (1), les noiséens en ont marre de voter en rond.
Ils en ont raz le bol de ce spectacle lamentable d’enfants gâtés.
Ils sont eux aussi victimes de trop plein causé par une ingestion électorale en trop grande quantité. Cela s’accompagne déjà sur la ville de nausées et d’éructations qui vont encore accélérer le manque d’appétit électoral des citoyens, si par malheur il fallait revoter.

 

Nouvelle montée de sève qui marque le renouveau des Bas Heurts !

 

Printemps sur les Bas-Heurts

Ceci dit, chemin faisant, Brigitte MARSIGNY (LR) poursuit paisiblement, mais sûrement, la mise en musique de ses promesses électorales.


Le mardi 15 mars dernier, l’ADIHBH-V avait rendez-vous avec une délégation de la Mairie, à savoir : Madame le Maire, le Directeur de la SOCAREN, la Direction de l’Urbanisme et de l’Aménagement, l’Adjoint au Maire chargé de l’Urbanisme, la Direction des Services Techniques, l’Adjointe au Maire chargée de l’Environnement, quelques élus, et bien évidemment l’Architecte Monsieur Christian DEVILLERS en personne, et les jeunes Architectes du « Collectif A.U » mis en place avec l’ADIHBH-V pour la réalisation du « projet d’inflexion » de juin 2015.

Christian DEVILLERS, à l’origine de l’Urbanisme moderne (2), va enfin avoir les mains libres et la possibilité d’exprimer son expertise urbaine qui regroupe un très grand nombre de sciences, tout en tenant compte de l’expertise au quotidien attribuée aux habitants des Bas Heurts.


Christian DEVILLERS annonce dans ses publications que l’Urbanisme de reconversion (de revalorisation, de renouvellement, etc..) a beaucoup d’avantages.
C’est un urbanisme « opérationnel » sur un territoire limité dont l’aménageur, ici la SOCAREN, deviendra le « pilote du nouveau projet  Bas Heurts (3)». Cette Urbanisation est tributaire des structures urbaines et paysagères existantes, elle procède rarement de la table rase.


Et pan ! Sur le bec de Michel PAJON qui souhaitait pratiquer la « tabula rasa » sur ce quartier, afin de développer une monstruosité productiviste de grands ensembles avec 1500 logements, au seul bénéfice de la promotion immobilière.

Lors de cette réunion, qui s’est déroulée dans une parfaite ambiance conviviale, avec des échanges fructueux, et beaucoup d’écoute, Christian DEVILLERS a jeté les bases de son nouveau projet Bas Heurts.
À savoir :
-    une zone pavillonnaire de courtoisie sur les franges de la rue Pierre Brossolette et sur la rue des Aulnettes, avec des logements harmonieux intermédiaires en duplex superposés et de petits collectifs R+2.
-    Au centre de l’Ilot, des immeubles de plus grande hauteur.
-    La coulée verte arborée sera maintenue, et une nouvelle route Est-Ouest sera tracée pour relier l’avenue Montaigne à la rue des Aulnettes.

Pour le plus grand plaisir des membres de l’ADIHBH-V présents, Brigitte MARSIGNY a confirmé l’arrêt des préemptions systématiques.
Par ailleurs, les périmètres d’études seront revus lors de la prochaine révision du PLU qui se prépare.

D’autres réunions, en concertation,vont suivre régulièrement.
L’expertise citoyenne est maintenant reconnue, voire appréciée, afin de mettre en place une belle structure urbaine et paysagère sur le quartier des Bas Heurts en créant de la « valeur », au service de la ville et des habitants.

Cette vision de la nouvelle municipalité de Noisy-le-Grand va prendre une dimension stratégique pour la ville qui ne pourra souffrir d’un éventuel retour en arrière, puisqu’elle repose sur une conscience démocratique collective et non monarchique.
______

Ce billet est aussi disponible sur Facebook en cliquant sur l'adresse suivante : https://www.facebook.com/Le-Vrai-Journal-de-Noisy-le-Grand-732266683571568/
__


(1)   – Le PARISIEN du 16/03/2016, Sébastien Thomas : http://www.leparisien.fr/noisy-le-grand-93160/noisy-le-grand-les-habitants-agaces-par-de-nouvelles-elections-16-03-2016-5632287.php


(2)    –  Dans la revue URBANISME, mai-juin 2010-N° 372-Christian DEVILLERS :

   « Une ville qui se construit en effaçant les traces de ce qui la précède a déjà perdu la moitié de ce qu’est une ville (elle n’a pas d’histoire, pas d’épaisseur, de complexité). Une ville qui ne peut pas se renouveler par partie est déjà une ville morte »

(3)    – La municipalité abandonne l’appellation du projet « Clos aux Biches », pour la remplacer par Bas-Heurts, afin de garder la dénomination historique du quartier qui a vu sa naissance bien avant l’ère de Michel PAJON.

 

Annulation des élections municipales de septembre 2015

Publié le par ADIHBH-V

DEUXIEME ANNULATION


DES ELECTIONS MUNICIPALES


DE NOISY-LE-GRAND.


RAS LE BOL !
______

Annulation des élections municipales de septembre 2015

Le Tribunal Administratif de Montreuil a prononcé le jeudi 10 mars 2016, l’annulation des élections municipales partielles de Noisy-le-Grand qui s’étaient tenues le 20 septembre 2015.

Les noiséens en général et plus particulièrement les habitants du quartier des Bas-Heurts ont halluciné.
Pour prononcer cette annulation, le Tribunal Administratif s’est simplement fondé sur l’utilisation au deuxième tour, par la liste « Noisy Solidaire A Gauche Vraiment ! » conduite par Sylvie MONNIN, du Logo du PCF, alors que le PCF départemental de Seine-Saint-Denis avait décidé miraculeusement entre les deux tours, d’appeler à voter pour la liste PS de Michel PAJON.
Logo dont l’utilisation d’en faire usage ne fut jamais retiré à Sylvie MONNIN.
Logo que Michel PAJON s’est bien gardé d’utiliser sur ses bulletins de vote.
Alors , qui est à la manœuvre… ?.

Alors que François MITTERRAND n’a eu de cesse de laminer le PCF depuis 1981. Alors que sur la Seine-Saint-Denis, Hervé BRAMI, Président PCF du Conseil général pendant de nombreuses années a été déboulonné sans ménagement par le Socialiste Claude BARTOLONE. Voilà qu’en septembre 2015, le PCF de Seine-Saint-Denis soutien le Socialiste Michel PAJON et joue contre la candidate PCF Sylvie MONNIN, tête de liste de « Noisy Solidaire A Gauche Vraiment », soutenue par la grande majorité de la section du Parti Communiste de la ville.
Comprenne qui pourra, mais le comportement politicien de toutes ces « chapelles politiques » est humiliant et détestable pour tous les électeurs noiséens et plus particulièrement pour toutes les Associations de Défenses qui luttent contre des projets urbains dévastateurs.
Toutes ces petites magouilles de dernière minute dans le dos des électeurs et des citoyens n’ont qu’un seul but : aller encore ‘bouffer’ dans la gamelle pendant quelques années !

Ceci étant, les noiséens sont les otages de tels petits arrangements méprisables.
Ne cherchez pas plus loin le désamour des citoyens pour la politique et la montée de l’absentéisme aux prochaines élections…..

Le Tribunal a retenu que, compte tenu seulement d’un écart de 33 voix, la présence du Logo PCF sur les documents de campagne de « Noisy Solidaire A Gauche Vraiment » a pu induire en erreur les électeurs. C’est vraiment prendre les électeurs pour des nigauds et des incultes.
Si « Noisy Solidaire A Gauche Vraiment » a perdu 125 voix entre le 1er et le 2ème tour du mois de septembre 2015, ce n’est sûrement pas l’hypothétique manœuvre frauduleuse décrite par Michel PAJON qui a altéré le résultat.

En effet, nous pourrions remettre en question la pertinence de l’argument, car Le Vrai Journal de Noisy-le-Grand peut affirmer qu’il connaît un grand nombre d’électeurs qui ont voté « Noisy Solidaire » au premier tour de façon à ce que cette liste respectueuse de ses valeurs, passe la barre des 10% et soit présente au second tour mais qui, ensuite ont essaimé vers d’autres formations. Ce fut d’autant plus facile que la position de « Noisy Solidaire A Gauche Vraiment » était limpide avant le deuxième tour, à savoir: pas d’alliance avec Michel PAJON (voir le billet « Une hirondelle ne fait pas le printemps » d’Etienne DOUSSAIN) en date du 11 mars 2016, sur le site www.on-a-le-droit-de-voir-rouge.org

Par ailleurs, que dire des 870 électeurs perdus par Michel PAJON entre le 30 mars 2014 et le 20 septembre 2015 ?
Ben…que ce n’est pas de sa faute, mais de la faute des autres,  bien évidemment, comme toujours avec lui !

Dans cette affaire, la candidate Brigitte MARSIGNY (LR) n’a commis aucune manœuvre électorale déloyale en vue de tromper les électeurs comme le clame Michel PAJON dans toutes ses déclarations.
Néanmoins, elle subit aujourd’hui les conséquences de cette redoutable petite cuisine politicienne, instrumentalisée par des états majors politiques dont la seule excellence est de faire de la mauvaise politique.

Depuis septembre 2015, la nouvelle édile Brigitte MARSIGNY respecte, pour le moment ses engagements de campagne, pour la plus grande satisfaction des citoyens.
-    la ville est maintenant apaisée, pas de sectarisme et aucune violence verbale stupide qui  blesse gratuitement,
-    abandon du Port de plaisance, une économie de 35 M€,
-    abandon du Palais des congrès, une deuxième économie de 35 M€,
-    abandon des préemptions systématiques, sauf si intérêt à agir,
-    dialogue avec les Associations pour urbaniser raisonnablement le Clos d’Ambert et les Bas-Heurts, pour les habitants et avec les habitants,
-    bientôt une demi-heure gratuite de stationnement dans le Centre ville,
-    tous les partis politiques minoritaires peuvent s’exprimer dans la tribune « Opinion » de Noisy mag
-    etc……

N’en déplaise à ceux qui ont perdu du « pouvoir d’achat ».
Car nous venons d’apprendre de source bien informée que certains cadres de l’ancienne majorité se plaindraient d’avoir perdu du « pouvoir d’achat » ! Un comble… !

Sur les conclusions aux fins d’annulation, le Tribunal Administratif de Montreuil a décidé de ne pas examiner les autres griefs, et d’annuler les élections du 20 septembre 2016.
En conséquence, Brigitte MARSIGNY a décidé de saisir en appel le Conseil d’Etat. Cette fois-ci nous pourrions espérer que le dossier sera jugé sur le fond, car d’autres griefs devraient être examinés, comme le fait par exemple que le protestataire aurait produit un certains nombres d’attestations d’électeurs particulièrement sujettes à cautions, dont 6 d’entre elles absolument identiques, au mot près.
Bizarre non ?

Attendons sereinement la décision du Conseil d’Etat dans plusieurs mois.

 

Annulation des élections municipales de septembre 2015

Extrait du jugement du Tribunal Administratif de Montreuil
du jeudi 10 mars 2016.

 

Considérant qu’il résulte de l’instruction que Mme Monnin était soutenue avant le premier tour par plusieurs formations politiques et en particulier le Parti Communiste Français (PCF) ; que, le 14 septembre 2015, soit le lendemain du premier tour, la fédération départementale du PCF de la Seine-Saint-Denis a appelé à battre la droite et au « rassemblement en votant pour la liste conduite par M. Pajon » ; que, le 15 septembre, le responsable national du PCF aux élections a appelé également « au rassemblement et à la mobilisation de toute la gauche pour battre la droite » ; que la liste conduite par Mme Monnin a refusé une fusion de listes entre les deux tours ; que le fait, pour la liste conduite par cette dernière, d’avoir maintenu sur sa  profession de foi et ses bulletins de vote le logo « PCF » au même titre que d’autres logos d’autres formations politiques a été de nature à faire croire aux électeurs que cette liste bénéficiait encore du soutien de ce parti pour le second tour ; que si Mme Monnin fait valoir que cette présentation visait à indiquer que des membres de sa liste appartenaient au PCF, en comparaison avec la mention « Avec le soutien du POI – Parti Ouvrier Indépendant », il résulte de l’instruction que Mme Monnin a sciemment maintenu ce logo en estimant que, candidate du PCF depuis plusieurs scrutins, sa liste était l’unique représentante de ce parti ; que la mise en forme choisie ne pouvait laisser croire qu’il s’agissait de mettre en avant sa qualité de membre du PCF ; que, nonobstant l’écho médiatique du soutien de ce parti à M. Pajon, qui en avait fait état dans sa propre profession de foi, cette présentation des bulletins de vote et de la profession de foi de la liste « Noisy solidaire à gauche vraiment », a constitué une manoeuvre susceptible d’induire en erreur les électeurs souhaitant apporter leur soutien à la liste investie par le parti communiste français ; que, compte tenu du faible écart de voix entre la liste arrivée en tête du second tour et la liste conduite par M. Pajon, officiellement soutenue par le PCF, cette manoeuvre
a été de nature, dans les circonstances de l’espèce, à altérer la sincérité du scrutin et les résultats de l’élection à laquelle il a été procédé les 13 et 20 septembre 2015 dans la commune de Noisy-le-Grand ; qu’il résulte de ce qui précède, sans qu’il soit besoin d’examiner les autres griefs, que M. Pajon est fondé à demander l’annulation de ces élections.


____

 

Ce billet est aussi disponible sur Facebook en cliquant sur l'adresse suivante :
https://www.facebook.com/Le-Vrai-Journal-de-Noisy-le-Grand-732266683571568/

 

Vous avez dit "Nouvelle Économie" ,

Publié le par ADIHBH-V

’’UBERISATION’’ :


C’EST QUOI CE NOUVEAU MOT ?
______

 

Vous avez dit "Nouvelle Économie" ,

Cela fait quelques mois que nous entendons ce néologisme un peu partout, et pas seulement dans la bouche des taxis, premières victimes du phénomène. Mais au fait, cela veut dire quoi " UBERISATION " ?

L’UBERISATION peut se décrire comme étant un changement rapide des rapports de forces économiques en raison de l’utilisation des nouvelles technologies numériques.
Il provient du mot « UBER », la société américaine de mise en relation de chauffeurs de véhicules avec des particuliers via des applications mobiles ou internet.
Leur activité tend à remplacer le rôle joué par les Taxis.
On dit ainsi que les Taxis se sont fait " UBERISES ".

Les nouveaux modèles tels que celui d’UBER prennent racines dans l’économie collaborative et reposent sur une utilisation intense des technologies numériques.

Ils se développement rapidement puisqu’ils seraient une nouvelle source d’activité pour ceux qui souhaitent travailler (plus)  et apportent des gains de productivité considérables à leurs utilisateurs (rapidité, efficacité, prix, lien social…) ?

Certains voient l’ "UBERISATION" comme une lame de fonds appelée à rénover de nombreux modèles économiques, même les entreprises aux activités les plus traditionnelles. Aujourd’hui l’ "UBERISATION" arrive par les taxis (UBER et VTC), les loueurs de véhicules (Drivy, Blablacar), la SNCF (Ouicar), dans une moindre mesure les banques (Le Crowdfunding…).

Toutefois, pour certains économistes, cette analyse du phénomène est une vraie ‘connerie’ (bullshit).  Alors, même qu’il n’est pas dans la ligne éditoriale du Vrai Journal de Noisy-le-Grand de traiter de questions sociétales, il nous semble intéressant de porter à votre connaissance la contradiction de Jean Charles SIMON, économiste, publié dans le journal La Tribune, du 16 février 2016.


L’ère du bullshit (1)

 

Vous avez dit "Nouvelle Économie" ,

Le conflit entre taxis et VTC a atteint un stade hallucinatoire.Ces derniers jours, des chauffeurs, leurs sociétés d’exploitation et des plateformes comme UBER ont lancé un mouvement de protestation… contre l’application d’une loi !


C’est en effet le rappel au respect de celle-ci sur le transport collectif qui a mis le feu aux poudres, conduisant l’écosystème du VTC à reconnaître qu’il enfreignait la loi en utilisant des « capacitaires LOTI - (2)» sur ses plateformes.
Or ces derniers, issus d’un vieux dispositif (la loi LOTI de 1982) n’ont pas l’agrément de VTC et doivent transporter au moins deux personnes, car ils relèvent justement du « transport collectif ».


Cet épisode "abracadabrantesque" est symptomatique de la période que nous vivons. Au nom de « l’innovation numérique », de la « tech » portée en étendard à tout bout de champ, il faudrait accepter de prendre toutes les vessies pour des lanternes. Et tolérer tout et n’importe quoi du moment que ça viendrait du camp des innovants et des modernes, autoproclamés, cela va de soi.


Premier bobard : l’innovation technologique serait au cœur de la révolution que nous vivons.


Dans les faits, l’innovation technologique dont il est question est bien secondaire. Le plus souvent, il ne s’agit que d’une couche applicative pour smartphones recourant à des technologies qui existent depuis bien longtemps.


UBER n’a inventé ni le GPS, ni les algorithmes d’appariement ou de tarification. Tout ça préexistait largement. D’ailleurs, même des applications de taxis sur smartphone existaient avant UBER .


La vérité est beaucoup plus crue : ce qu’ont « inventé » ces plateformes, c’est tout simplement une manière habile et efficace de s’affranchir le plus possible de toute régulation en n’ayant le minimum de responsabilités.


Là où existaient depuis bien longtemps des pratiques assez similaires (les faux taxis, les sous-locations sauvages d’appartement…), l’appli smartphone permet de jouer un rôle d’entremetteur Ponce Pilate entre l’offre et la demande. Au lieu d’avoir une kyrielle de salariés, de voitures ou d’appartements, avec tous les coûts et les contraintes que cela suppose, on n’a plus que de gentils « partenaires », dont, bien sûr, on jure croire qu’ils respectent la loi. Mais à eux de se coltiner les formalités relatives à leur emploi le cas échéant, la protection sociale afférente, les déclarations fiscales, l’achat et l’entretien de ce qu’il faut bien appeler leur outil de travail, etc.


Quand la lumière est faite sur une pratique interdite, plusieurs tactiques se font jour, de la guérilla juridique permise par les milliards déversés sur ces start-up par le capital risque jusqu’au repli prudent, en passant, comme dans le cas « Loti », par la complainte contre une loi injuste… Même s’il n’est pas sûr que les moyens de la « licorne » lui suffisent à gagner dans tous les cas : on le voit pour UBER POP, avec des réquisitions rigoureuses du ministère public contre UBER et ses dirigeants français dans le procès en cours.


Evidemment, la plus grosse menace pour ces nouveaux acteurs, UBER l’a bien comprise, vient de la révolte potentielle des dits « partenaires ». Qui, par exemple dans le cas du transport de personnes, pourraient considérer qu’ils sont en fait des employés des plateformes. Une « class action » est en cours dans le cas d’Uber sur ce registre en Californie. Et de nombreux éléments peuvent plaider dans ce sens, comme l’a montrée la mobilisation un peu partout de ces chauffeurs contre leur plateforme quand celles-ci ont récemment diminué drastiquement leurs prix dans une course effrénée à la part de marché contre les taxis. Ou encore, alors qu’on s’alarme par exemple à New York de dangers liés à la durée de travail effective des chauffeurs VTC, quand UBER rétorque qu’il limite leur temps de travail (à 100 heures par semaine…), et pourrait faire plus : une vraie posture d’employeur.


La révolution n’est donc pas technologique, mais un jeu à la frontière des régulations.
D’où l’attaque de secteurs très régulés, comme les taxis, et où la main d’œuvre potentielle est abondante. En espérant jouer sur des zones grises laissées par des dispositions un peu datées qui n’avaient pas prévu de tels contournements.
Des activités où les promesses des plateformes n’engagent que les usagers qui y croient.


Pour lire la suite de l’article, cliquer  sur :
https://www.linkedin.com/pulse/l%C3%A8re-du-bullshit-jean-charles-simon?trk=v-feed
___
Ce billet est disponible à l'adresse suivante :
https://www.facebook.com/Le-Vrai-Journal-de-Noisy-le-Grand
_____

(1)- BULLSHIT : Traduction Française : Connerie
(2)- Contrairement aux taxis et aux VTC, les LOTI, qui tirent leur nom de la loi d’orientation des transports intérieurs datant de 1982, n’ont pas le droit de prendre un charge un seul passager.