Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

29 articles avec grand paris

Grand Paris Express à la gare de Noisy-Champs

Publié le par ADIHBH-V

LES PREMIERS RAILS SOUDÉS


 DU GRAND PARIS EXPRESS


 À LA GARE DE NOISY-CHAMPS
______

 

 

Grand Paris Express à la gare de Noisy-Champs

Les sept premiers kilomètres de la double voie de la ligne 15 sud du Grand Paris Express sont en train d’être posés à partir de la gare de Noisy-Champs (Seine-et-Marne), à deux pas de la Cité Descartes. C’est le Groupement CORAL [contraction de COLAS RAIL (70%) et d’ALSTOM (30%)], qui effectue ces travaux aussi spectaculaires que symboliques. Un marché de 155 millions d’euros, pour une durée de 69 mois.


Depuis février 2020, les équipes de CORAL ont posé 1 800 m de rails et traverses sur quatre voies dans l’arrière-gare de Noisy-Champs, ainsi que les communications croisées permettant les retournements des métros dans l’arrière-gare. En novembre, ces équipes de pose de voies poursuivront leur activité à Champigny (Val-de-Marne) sur la voie de raccordement entre la ligne 15 sud et le futur centre d’exploitation et maintenance. Sur le site de Noisy-Champs, elles laisseront la place aux travaux d’installation de la caténaire rigide, puis aux travaux d’équipements linéaires du tunnel (colonnes sèches, chemins de câble, etc.).


Cette étape marque donc le début du basculement des travaux de génie civil matérialisés par le creusement des tunnels et la construction des gares vers l’installation des équipements des tunnels. Après le dévoilement du matériel roulant des lignes 15, 16 et 17 début octobre, le démarrage des travaux de voie ferrée concrétise chaque jour un peu plus l’émergence de ce nouveau métro.


Pour mémoire, les travaux de génie civil de l’arrière-gare de Noisy-Champs ont été réalisés par LEON GROSSE. Les parois moulées ont été effectuées de janvier à septembre 2017. Le creusement de l’ouvrage et la construction des dalles se sont déroulés de juin 2017 à mai 2019. Le chantier a été mis à disposition du groupement CORAL en septembre 2019 pour permettre le début des travaux relatifs aux systèmes de transports au début de l’année 2020.


6000 personnes travaillent sur le chantier en suivant un protocole sanitaire strict. La productivité est près de 100% et devrait se poursuivre lors des prochaines semaines.

 

Grand Paris Express à la gare de Noisy-Champs

Les lignes 15, 16 et 17 sont équipées de rails composés d’un alliage ferreux. Le rail est acheminé sur site sous forme de « barres élémentaires » de 18 m de long. Ces barres sont soudées entre elles par Aluminothermie dans le tunnel pour former un long rail soudé, qui permet l’atteinte d’une vitesse importante de 110 km/h pour le Grand Paris Express. Les traverses qui supportent le rail sont spécifiquement conçues pour ce futur métro. Elles reposent sur un tapis résilient dont la fonction anti-vibratile permet d’atténuer les bruits et vibrations causés par le passage des trains.


Principe du soudage Aluminothermique


Le principe de ce procédé consiste à couler, dans un moule en matériaux réfractaires entourant le joint du rail à souder, un mélange d’acier en fusion. Ce mélange en fusion est obtenu par la réaction exothermique suivante: Fe2O3 + 2 Al → 2 Fe + Al2O3.


Après allumage, cette réaction fortement exothermique porte la charge liquide à 2800°C. Liquéfiée, cette ci peut alors être coulée par gravité dans le joint moulé. La température obtenue étant supérieure à la température de fusion des aciers composant les rails de 1480°, l’aluminothermie permet la fusion entre les métaux au droit du joint à souder.
Après un temps de refroidissement suffisant, on procède au démoulage, puis au tranchage du métal excédentaire. Un meulage de dégrossissage puis de finition sur la bande de roulement termine l’opération.

Illustration, cliquer ici :

https://www.youtube.com/watch?v=NJebTKH5nyE

______

Contribution bibliographique :
-    
Le MONITEUR.fr, Nathalie MOUTARDE le 30/10/2020,
-  
 www.lejournaldugrandparis.fr, le 29/10/2020.

____

 


Retrouvez-nous sur Facebook

 

Présentation du Rosny Métropolitain (phase 2) au salon SIMI 2019

Publié le par ADIHBH-V

SIMI 2019


ROSNY MÉTROPOLITAIN


(PHASE 2)


Un projet Urbain Écologique


d’anticipation environnementale.
______

Présentation du Rosny Métropolitain (phase 2) au salon SIMI 2019

L’Établissement Public Territorial Grand Paris Grand Est avec l’accord de la Ville de Rosny-sous-Bois a souhaité poursuivre la réflexion engagée par la commune sur le devenir du secteur Rosny Métropolitain 2, au cœur de la ville de Rosny-sous-Bois.
Cette emprise, située au cœur des projets d’envergure et à proximité immédiate des futures gares de la ligne 11 et de la ligne 15 du Grand Paris Express, présente un fort potentiel de développement.
Il constitue également la rotule entre le centre-ville qui concentre les fonctions administratives et le secteur Nord marqué par la présence du centre commercial Rosny 2.


Réalisation d’une étude de programmation et de conception urbaine


•    Créer un quartier d’anticipation environnementale avancé en matière d’innovation environnementale, tant sur les superstructures que sur les infrastructures,
•    Apporter une réponse architecturale et urbaine aux enjeux du changement climatique et environnemental,
•    Créer un nouvel ensemble urbain de programmation mixte, dense et innovant à proximité du futur pôle Gare Rosny-Bois-Perrier (ligne 11 et 15 Est, RER E) en tenant compte des projets environnants (extension du centre commercial Rosny 2, IMGP 1 : Village vertical, aménagement autour des gares, restructuration urbaine du centre commercial du Bois-Perrier,….),
•    Interroger la question de la programmation tertiaire et contribuer en matière de logements à la poursuite de l’objectif de 25% de logements sociaux sur la ville,
•    Créer des liaisons paysagères et fonctionnelles en particulier entre ce quartier et les quartiers du Bois-Perrier et du Centre-ville.

Exposé oral de Messieurs Claude CAPILLON, Président de l’EPT Grand Paris Grand Est, Maire de Rosny-sous-Bois et de Djamel HAMADOU, Directeur Aménagement et Urbaniste de l’EPT Grand Paris Grand Est :

1ère partie. Cliquer ici

 

2ème partie, cliquer ici

 

3ème partie, cliquer ici

Présentation audiovisuelle :

Cliquer ici :

 

Aller plus loin dans l’expérimentation,


Dans son exposé, Djamel HAMADOU indique qu’une place de parking par logement devra céder sa place à un jardin partagé par logement. Bigre, ça décoiffe…Aussi, le Président de l’ADIHBH-V s’est permis d’interpeller l’orateur en lui demandant quel était le devenir des voitures (électriques ou pas), si l’on ne pouvait plus stationner !
La réponse de Djamel HAMADOU ne souffre d’aucune ambiguïté : Mais Monsieur, il n’y aura plus de voiture individuelle. À la rigueur, vous aurez un pool de quelques véhicules mis en libre-service dans la copropriété, que vous réserverez en fonction de vos besoins…Vous comprenez, il faudra changer nos habitudes !!!.....
Certes c’est expérimental, mais pour le commun des mortels c’est clivant, car en France l’industrie automobile représente 440.000 salariés et 4400 sites de productions. 81% des foyers possèdent une voiture. Plus d’un foyer sur trois à deux voitures ou plus.
Le jour où il va falloir reconvertir tout ce beau monde, ça va en faire des jardiniers…


_____

 

Remerciements : Toute notre gratitude à Messieurs Claude CAPILLON et Djamel HAMADOU pour nous avoir communiqué les documents et autorisé la diffusion sur le blog de l’ADIHBH-V.

 

Prévention du bruit dans la Métropole du Grand Paris

Publié le par ADIHBH-V

PLAN


DE PRÉVENTION DU BRUIT


 DANS L’ENVIRONNEMENT


 DE LA MÉTROPOLE


 DU GRAND PARIS
______

Prévention du bruit dans la Métropole du Grand Paris

La consultation publique du Plan de Prévention du Bruit dans l’Environnement métropolitain (PPBEM) a débuté le 1er octobre 2019, pour une durée de 2 mois. Élaboré en concertation avec l’ensemble des acteurs métropolitains de l’environnement sonore (autres collectivités, services de l’Etat, opérateurs de transport, associations), le projet de PPBEM a été présenté aux élus métropolitains et arrêté une première fois lors du conseil métropolitain du 21 juin 2019. Enrichi des retours de ces acteurs, recueillis jusqu’à fin septembre, et qui lui sont annexés, le document entre dans la phase de consultation publique réglementaire prévue par la directive européenne 2002/49/CE relative à l’évaluation et à la gestion du bruit dans l’environnement, et sa transposition dans le code de l’environnement.

Prévention du bruit dans la Métropole du Grand Paris

Il présente un diagnostic acoustique réalisé par Bruitparif sur le territoire métropolitain, qui a permis de mettre en évidence des grands secteurs à enjeux prioritaires, dont la population subit les plus forts impacts sanitaires, complétés par des secteurs à enjeux plus locaux, signalés par les collectivités.
L’ensemble des actions, réalisées depuis 10 ans, en cours ou programmées dans les 5 ans à venir par les gestionnaires d’infrastructures de transport et les collectivités, a été recueilli, ce qui permet à l’autorité compétente de définir les priorités de sa politique de lutte contre le bruit pour la période 2019-2024.
Complémentaire des actions portées par les gestionnaires, l’intervention de la Métropole du grand Paris s’articulera autour de 3 grands axes :
1.    Mieux agir pour réduire l’exposition au bruit
2.    Mieux coordonner et mobiliser les acteurs de l’environnement sonore
3.    Mieux partager l’information sur le bruit avec les citoyens
Les informations relatives aux voies routières de compétence communale supportant un trafic supérieur à 3 millions de véhicules par an seront intégrées au PPBE métropolitain et constitueront le PPBE des infrastructures en question, tel que demandé par la directive européenne.
Le projet de PPBE est consultable au siège de la Métropole du Grand Paris, 15-19 avenue Pierre Mendès-France à Paris 13ème (du lundi au vendredi, de 9h à 18h) et en ligne sur le site de la Métropole
https://www.metropolegrandparis.fr/fr/lancement-de-la-consultation-sur-le-plan-de-prevention-du-bruit-dans-lenvironnement-319.

Projet Altival pour rejoindre le métro

Publié le par ADIHBH-V

ALTIVAL :


DE CHEZ VOUS AU MÉTRO !
______

Projet Altival pour rejoindre le métro

Le projet :


Le projet de transport Altival facilitera la circulation de vos lignes de bus entre Chennevières et Noisy-le-Grand. Il traversera les communes de Champigny-sur-Marne, Villiers-sur-Marne et Bry-sur-Marne.


Les objectifs :


-    Favoriser l'accès aux transports en commun existants et à venir dont la future ligne 15 du métro Grand Paris Express qui marquera l'arrêt à la gare de Bry-Villiers-Champigny.

-    Mieux desservir le territoire en rompant l'isolement géographique de certains quartiers et en facilitant l'accès aux pôles d'emplois, d'activités et de loisirs.

-    Améliorer le temps de parcours et permettre aux habitants des quartiers isolés de rejoindre le métro rapidement.

-    Participer à l'aménagement de l'espace public en renforçant l’attractivité des commerces, des zones d’emplois, d’activités, de logements, de loisirs, de formation…  


Les aménagements prévus :


Les lignes de bus circulant actuellement à proximité du projet, pourront emprunter le tracé Altival sur tout ou partie de leur itinéraire. Pour diminuer les temps de parcours et améliorer le confort de circulation, les bus emprunteront un couloir réservé. Ces derniers auront la priorité aux carrefours.  
À Noisy-le-Grand, les bus emprunteront la boucle qui contournera le pôle de la gare RER A Noisy-le-Grand-Mont-d'Est. Cette boucle fait partie du projet Est Tvm.
Les boulevards Georges-Méliès et Jean-Monnet à Villiers-sur-Marne et à Bry-sur-Marne feront l'objet d'aménagement à partir de la voirie existante pour créer un couloir dédié aux bus.
Le boulevard Jean-Monnet (RD 10) sera prolongé vers le sud depuis la rue Alexandre Fourny à Champigny jusqu'à la RD4 (Route de la Libération) à Chennevières-sur-Marne.
La voie Sonia Delaunay à Champigny-sur-Marne sera ponctuellement aménagée pour faciliter la circulation des bus.
Le long du tracé, des aménagements paysagers permettront à tous de circuler dans un cadre plus agréable. Un système de fossé végétalisé permettra de récupérer les eaux de ruissellement, favorisant une gestion des eaux plus écologique. 
Une desserte vélo structurante constituera une grande promenade le long de l'axe reliant notamment le fort de Champigny et le Parc Départemental du Plateau
Par la suite, Altival a vocation à être prolongé en direction de Sucy-Bonneuil (RER A).


Le parcours Altival :
 

 

Un accès facilité aux zones d’emplois et de loisirs. Les arrêts de bus sont prévus pour desservir les zones d'emplois comme :
-    Les zone d'activités : Les Boutareines, Marne Europe..
.
-    La gare RER A à Noisy-le-Grand et la future gare Bry-Villiers-Champigny (Ligne P, ligne 15 du Grand Paris Express et RER E)

-    Les espaces verts : le parc départemental du Plateau ou le Fort de Champigny


Création d'une nouvelle voie : Les bus circuleront sur un couloir dédié. Les bus pourront emprunter la nouvelle rue créée. Elle prolongera le boulevard Jean-Monnet (RD10) à l’intersection avec la rue Alexandre-Fourny à Champigny-sur-Marne jusqu'à la route de la Libération (RD4) à Chennevières-sur-Marne. La circulation se fera sur un couloir dédié et ce jusqu’à Noisy-le-Grand. Cette nouvelle rue sera à proximité du Parc départemental du Plateau à l’Ouest et des supermarchés Leclerc, Aldi et Lidl de Champigny-sur-Marne à l’est.


Un accès rapide au métro et aux RER : Les lignes de bus empruntant Altival pourront continuer sur le boulevard Jean-Monnet existant et circuler au-dessus des rails du RER E et des voies de la future ligne 15 du métro Grand Paris Express. Elles marqueront l’arrêt à la nouvelle gare Bry-Villiers-Champigny où la ligne 15, la ligne P et le RER E seront rapidement accessibles.  À cet endroit, le pont existant sera doublé au-dessus des voies ferrées pour permettre le passage des bus sur un couloir réservé. Une station de bus sera en correspondance directe avec la future gare de RER.


Pour rejoindre Bry-sur-Marne, les bus poursuivront sur le boulevard Jean-Monnet, à proximité du Bricorama, du centre commercial Les Armoiries et du magasin Ikea. Ils passeront sous l’autoroute A4 et emprunteront ensuite le boulevard Pasteur pour rejoindre le boulevard Georges-Méliès.


Les lignes de bus rejoindront l’hexagone du Mont d’Est à Noisy-le-Grand. À cet endroit, le projet prévoit la circulation des bus sur le couloir envisagé pour le projet de transport Est-Tvm. Ce couloir fera le tour de l’hexagone du Mont d’Est à Noisy-le-Grand, actuellement à proximité du RER A, de nombreuses lignes de bus, de l’hôpital de Marne-la-Vallée et du centre commercial Arcades.


______


Contribution bibliographique : ALTIVAL, La lettre d’information du projet n°3, septembre 2019

______


Retrouvez-nous sur Facebook

 

Visite virtuelle du tunnelier du Grand Paris Express à Noisy le Grand

Publié le par ADIHBH-V

VISITE VIRTUELLE

DU TUNNELIER « MALALA »

DU GRAND PARIS EXPRESS
______

© Société du Grand Paris / Gérard Rollando

Réalisée en 360°, une visite interactive vous permet de parcourir le chantier du puits Rû de Nesle (Noisy-le-Grand/Champs-sur-Marne) et de découvrir l’intérieur du tunnelier « Malala », qui creuse actuellement à 35 mètres sous terre. Accrochez vos ceintures !


Cliquer ici :
https://www.societedugrandparis.fr/gpe/actualite/la-visite-virtuelle-dun-tunnelier-du-grand-paris-express-


En cours de progression en direction de la future gare Bry – Villiers – Champigny, Malala livre tous ses secrets. Ce tunnelier du Grand Paris Express a commencé sa course souterraine de près de 5 kilomètres sur la ligne 15 Sud, il y a 10 mois. Aujourd’hui, la Société du Grand Paris vous propose de vivre une expérience unique, à bord de cette incroyable machine, longue de 110 mètres et large de 10 mètres. En immersion totale grâce à une visite virtuelle en 360°, vous voici au cœur du tunnelier parti du puits Rû de Nesle à Noisy-le-Grand, et qui, actuellement, creuse à 35 mètres sous terre.
Sur le chantier en surface, avec ses bungalows, ses fosses à déblais, sa centrale à mortier et son pont roulant, au fond du puits d’entrée ou dans la cabine de pilotage du tunnelier, vous naviguez en toute liberté, passant en quelques clics d’un environnement à l’autre
Cette visite est aussi une vraie leçon technologique, permettant de comprendre tout ce qui se passe dans un tunnel et au cœur de ces trains-usines : on retrouve la sainte Barbe nichée à l’entrée du tunnelier, on suit le convoyeur à bande qui évacue les terres du tunnel jusqu’à la surface, on observe les « roues » du tunnelier – des vérins hydrauliques qui permettent à la progression de la machine –, on apprend que l’alimentation électrique nécessaire au tunnelier équivaut à celle de trois TGV, on s’attarde sur la pose des voussoirs ou sur la clé de voûte, on découvre la salle de repos où les compagnons se retrouvent pour déjeuner, sans avoir à parcourir plusieurs kilomètres pour accéder à la base-vie située à la surface. Tel un jeu de piste, la visite propose des bonus, des clés permettant d’accéder à des infographies ou des vidéos.
À la fin de l’année 2019, une quinzaine de tunneliers creuseront le sous-sol francilien pour réaliser le Grand Paris Express. Une telle concentration est inédite en Europe.


Contribution bibliographique : sociétédugrandparis.fr
 

Aller plus loin

Malala, nom du deuxième tunnelier du Grand Paris Express
 

Chantier du Puits Rû de Nesle
 

Des élèves aux commandes des tunneliers du Grand Paris Express


 

Suivez nous sur facebook

 

Publié dans Grand Paris

1 2 3 4 5 6 > >>