Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

C'est reparti pour la cuvée 2015 !

Publié le par ADIHBH-V

SAMEDI 03 OCTOBRE,


 C’EST LA TRADITIONNELLE

FÊTE D’AUTOMNE


SUR LES BAS HEURTS –


LA VARENNE
______

 

C'est reparti pour la cuvée 2015 !

Après « le coup de pompe »…le coup de cidre !!! (comprenez le « jus de pomme »).

Dès 11 h du matin, venez nombreux respirer la nouvelle atmosphère des Bas Heurts ! Toujours de la convivialité, le verre de l’amitié et du mieux  vivre ensemble…

Dégustation gratuite de la « Cuvée 2015 », pressée devant vous.
Les enfants adorent tourner les manivelles du grugeoir !

Vous pourrez déjeuner sur place avec les « Casses croûtes » de Bertrand et Martine, les frites de Valérie et les bonnes pâtisseries de Ginette et Claudine.

N’oubliez pas vos paniers !!!


Nous exposerons à cette occasion le « Projet d’Inflexion » du Collectif A.U et de l’ADIHBH-V, sur le Clos aux Biches !

Sur les photos ci après, les visiteurs pourront comparer l’Urbanisation envisagée par la Commune, avec le Cabinet de Christian DEVILLERS et l’inflexion retenue par le Collectif A.U et l’ADIHBH-V, sur les franges de la rue Pierre Brossolette et de la rue des Aulnettes.

 

C'est reparti pour la cuvée 2015 !
C'est reparti pour la cuvée 2015 !

Tartufferie ou Conseil municipal d’installation ?

Publié le par ADIHBH-V

BRIGITTE MARSIGNY,


MAIRE DE NOISY-LE-GRAND

SOUS LES APPLAUDISSEMENTS

ET LES CLAMEURS
______

 

Tartufferie ou Conseil municipal d’installation ?

Le Conseil municipal d’installation du nouveau maire s’est tenu le 25 septembre 2015 à 19h  dans un tollé indescriptible. Brigitte MARSIGNY (liste d’union LR,UDI, Modem) a été élue avec  37 voix sur 49 sièges. Au total, la nouvelle équipe compte dix-huit Adjoints au Maire, dont Vincent MONNIER adjoint au développement économique et membre de l’ADIHBH-V.

Lorsque Brigitte MARSIGNY prend la parole, les beuglements de la gauche socialiste, sont tels qu’ils couvrent la déclaration et nous sommes dans l’impossibilité d’enregistrer le discours (*). C’est ce que Michel PAJON appelle le respect démocratique pour les citoyens.

Si Mrs PAJON, MIERSMAN, CONSTANT, FOUCHY, EPINARD et Mes LEBLEIS et FOUCHET étaient si remontés, c’est que l’ex Maire voulait prendre la parole, mais Michele CLAVEAU,  Doyenne de séance lui a refusé cette intervention. À juste titre d’ailleurs, car si c’était pour revivre l’expérience du dimanche soir 20 septembre, au 2e tour des élections, et se faire bassiner par une intervention haineuse de l’ex Maire, il valait mieux s’abstenir !

(En 2008 et 2014, Michel PAJON n’a jamais donné la parole à la droite, en ces circonstances).

 

Tartufferie ou Conseil municipal d’installation ?

Les élus  du PS ont  donc frappé dans leur mains et sur les tables pendant toute la séance en criant : « La parole, la parole » .(cliquer sur le lien).

Cette belle pagaille fut éminemment  mise en exergue par la compagne de Michel PAJON qui braillait à s’en époumoner pour déstabiliser Brigitte MARSIGNY. Mais cette dernière, Avocate de son état et deux fois Bâtonnière du Barreau de Bobigny n’est plus réceptive à ce genre de vociférations publiques stériles !

Pire, alors que nous ne nous connaissons même pas, elle s’est même permis d’apostropher Le Vrai Journal de Noisy-le-Grand en lui interdisant de la prendre en photo dans notre maison commune du Conseil municipal, et de les publier sur le blog http://www.noisy-les-bas-heurts.com sous peine de procès. Signalons pour l’occasion à cette  dame que nous n’avions nullement l’intention d’encombrer notre site avec ses minois. Ce serait lui faire bien trop d’honneur ; Le Vrai Journal de Noisy-le-Grand choisissant ses inspiratrices dans un autre répertoire.

Ceci étant, l’extraordinaire chahut qui a agité le Conseil municipal de Noisy-le-Grand hier soir avec ce comportement de l’opposition socialiste fut calamiteux.

Ces personnages n’ont qu’un seul credo : leur intérêt, la haine et la revanche. En cette circonstance, ils se « foutent » royalement des citoyens présents, c’est pitoyable…c’est lamentable.

Supposons un habitant qui assiste pour la première fois à ce cirque orchestré par l’ex Maire et encore Député. C’est à le dégoûter de la vie politique pour le reste de ses jours. C'est  ainsi que s’envole l’abstention…

Rappelons à Michel PAJON que si les invectives et les algarades sont courantes à l’Assemblée nationale, les noiséens souhaiteraient que l’enceinte du Conseil municipal de cette ville soit un lieu de respect réciproque et non une cour de récréation ou se défoule un élu de la République.

 

Néanmoins, nous pourrions mieux faire !

 

Devant l’allégresse des habitants de Noisy-le-Grand suite à cette alternance de majorité après 20 ans d’autocratie, il était manifeste que la salle du Conseil municipal serait bien trop petite pour accueillir cet évènement.

L’ADIHBH-V l’avait signalé antérieurement aux autorités, mais il lui fut précisé que le lieu de réunion du Conseil municipal est défini, depuis la loi du 20 décembre 2007, comme étant la Mairie de la Commune. La règle est ainsi arrêtée dans le cadre de l’article L.2121-7 du CGCT, dont le dernier alinéa vient confirmer le principe précédemment établi par la jurisprudence (CE sect., 19 déc. 1930, Rossi, rec. CE p. 1080). Donc ce fut la Mairie…

Mais c’était sans compter sur la goutte d’eau qui a fait déborder le vase, lorsque les citoyens se sont aperçus que toutes les places étaient réservées à l’avance pour des invités, et qu’il fallait obligatoirement se rabattre devant un écran de télévision !

Ce fut l’origine des invectives et le début du coup de force des barons du socialisme local. La procédure qualité serait à revoir .


_____

(*) – Nous publierons l’intégralité du discours d’intronisation de Brigitte MARSIGNY, lorsque nous en aurons connaissance.

Élections municipales: décryptage et mises au point...

Publié le par ADIHBH-V

MICHEL PAJON BATTU,


 NOISY-LE-GRAND LIBÉRÉE,


 PLUS QUE JAMAIS !

Élections municipales: décryptage et mises au point...

Noiséennes, noiséens, vous avez dit 33, et tout a basculé.

Pour seulement 33 petites voix d’avance, Brigitte MARSIGNY (Les Républicains), est devenue le 20 septembre 2015 le nouveau Maire de Noisy-le-Grand, après 20 ans de règne autocrate sur la Ville.

Élections municipales: décryptage et mises au point...

Les résultats sont les suivants :

        - Liste Brigitte MARSIGNY, 46,4% (37 élus/49),
        - Liste Michel PAJON, 43,2% (11 élus/49)
        - Liste Sylvie MONNIN, 7,42% (1 élus/49)
        - Abstention : 55,6%

Le Maire sortant, après avoir refusé de serrer la main tendue de Brigitte Marsigny, dans un discours haineux et revanchard, tacle le Front de Gauche qui s’est maintenu au second tour.

Selon lui, il porterait une lourde responsabilité dans l’échec de la gauche !

Mais il faut tout dire, et Le Vrai Journal de Noisy apporte la précision décisive suivante:

Lors des négociations avec le PS le lundi 14 écoulé, si effectivement Michel PAJON proposait 10 postes, dont 3 Maires Adjoints, il refusait catégoriquement de renégocier son programme électoral.

Alors dans ce cas, quelle était la signification d’un accord factice et seulement d’opportunité pour aller à la soupe (comme EELV et MRC)?

Le Front de Gauche a des valeurs morales, qui ne sont pas négociables et pas seulement électoralistes.

Oui,  Monsieur le candidat, que feriez vous demain sur l’aménagement des Bas Heurts ?

Vous n’avez même pas répondu au courrier de l’ADIHBH-V sur ce sujet. C’est très significatif de votre état d’esprit, et les électeurs ne s’y sont pas trompés en vous sanctionnant. Effectivement c’est plus simple avec EELV qui s’autoproclame maintenant grand bâtisseur devant l’éternel.

Ensuite, Michel PAJON enchaîne en proclamant que cette ville est à 54% à gauche, mais elle passe à droite, regrette-t-il. Ben oui, normal, certains d'entre nous regrettons bien que la France soit à droite et que pourtant nous avons récolté en 2012 un Président qui, lors du discours du Bourget, se disait de gauche !

 

Élections municipales: décryptage et mises au point...

Michel PAJON oublie consciencieusement de dire aux électeurs présents que dimanche dernier, le FN de Michel PAULIN appelait à voter Michel PAJON.

Technique bien connue d’une vieille magouille du Mitterrandisme des années 1981 qui perdure toujours. Pas très très beau tout cela…

Enfin, Michel PAJON ose claironner que la droite va opposer les populations. De qui se moque-t-il ? Faut-il lui demander quelles étaient ses motivations objectives lorsqu’il a loué en 2005, à l’Association Fraternité noiséenne un pavillon sur les Bas Heurts, situé à 4 m du jardin du Président de l’ADIHBH-V, pour créer un lieu de culte et une école coranique. N’y aurait-il pas par hasard quelques intentions perverses ? Alain Cassé n’a pas la réponse mais il ne lui est pas interdit de poser la question aujourd’hui ! Mais, pan sur le bec, tout se passe bien.

Lorsque Brigitte MARSIGNY prend la parole, huée par les ‘aficionados’ de Michel PAJON, elle confirme qu’elle a fait une campagne dans le respect de ses adversaires.
En effet, rien sur le patrimoine immobilier de certains ex élus ; aucune boule puante, comme nous avons pu le voir, par ailleurs, les deux derniers jours de campagne ! Elle rappelle qu’elle n’a pas fait de fausses promesses électorales et que la concertation et la transparence seront ses motivations essentielles.

Alors oui, peut être que cette nouvelle équipe n’a pas d’expérience, mais qu’elle était l’expérience de Michel PAJON lors de son arrivée en 1995 ? Tous les Maires présents hier soir ont mentionné qu’ils seront présents à ses côtés pour lui donner un coup de main, si nécessaire.

Par ailleurs, des Maires des villes frontalières, tels Bry et Villiers-sur-Marne, sont unanimes et ont affirmé lors d’une réunion publique que Michel PAJON avait établi un véritable mur de Berlin entre les départements du 93 et du 94. Son idéologie avait rendu le travail intercommunal impossible.
Ainsi, alors qu’une intercommunalité doit être en premier lieu un bassin de vie, l’ACTEP veut bien de Noisy-le-Grand, mais sans Michel PAJON.

Noisy-le-Grand se retrouve donc maintenant dans l’intercommunalité « Paris Grand Est », avec Clichy-sous-Bois, Vaujours, Coubron, etc…
Rien à voir, aucune relation de proximité, un échec en devenir. Mais à  qui la faute ?

À cause de personnages politiques comme Michel PAJON, qui font profession de la politique depuis bien trop longtemps, il faudrait rénover notre système démocratique aujourd’hui complètement atrophié et réduit pour l’essentiel à l’élection.
Et encore, c’est beaucoup dire lorsque l’on pratique le clientélisme, le communautarisme, le télémarketing, le porte à porte dans les cités et les courriers ciblés pour des raisons électoralistes évidentes.

En fait, nos régimes peuvent être dits démocratiques, mais nous ne sommes pas gouvernés démocratiquement.
Noisy-le-Grand n’échapperait pas au phénomène.
Après 20 ans de règne, il s’agissait d’une gouvernance ultra personnalisée. Certains disent même que nous étions tout simplement en "Monarchie élective". Nous avons la démonstration que cette « mal-gouvernance » pervertit les rapports entre gouvernants et gouvernés.

Vous trouverez ici la réponse au 55,6% d’abstention du 20 septembre !

Nous verrons bien demain dans la poursuite de la concertation, puisque nous allons reprendre le projet d’aménagement des Bas Heurts, dit du Clos aux Biches, sur de nouvelles bases, pour faire un beau quartier.

______


P.S. (Post Scriptum, sans jeu de mot…) Michel Pajon, annonce son intention de déposer un recours. Il dénonce que le : « Front de gauche a fait usage du logo du Parti communiste sur son bulletin de vote alors que c’était lui qui avais l’agrément du PC ».

 

Abstention record à Noisy le grand ! Et pourtant...

Publié le par ADIHBH-V

ABSTENTION RECORD


 À NOISY-LE-GRAND


LE 13 SEPTEMBRE 2015

______

Abstention record à Noisy le grand ! Et pourtant...

C’est un très mauvais signal pour la démocratie locale. Avec 65,09% d’abstention à Noisy-le-Grand lors du 1er tour des élections municipales partielles, c’est un record absolu.


Les politologues patentés et analystes divers nous expliqueront le décalage abyssal qui existe entre les préoccupations réelles de l’opinion publique que sont la crise économique, le chômage, le pouvoir d’achat, l’éducation et la scolarité des enfants, les Roms, les Migrants et le traitement politico-médiatique d’une campagne électorale. Toutefois, ces facteurs ne suffisent pas à expliquer l’ampleur et la nature de l’abstention à Noisy-le-Grand.


Il faut aussi noter la perte de confiance des citoyens dans les hommes politiques soit au niveau national, soit au niveau local. A droite et à gauche, la parole politique semble plus dévaluée que jamais. Les français ont renoué avec l’idée que les politiques ne sont pas en mesure de répondre à leur préoccupation, que l’on est en crise depuis les 30 glorieuses, et qu’un vote de plus ne changera rien.


Ajoutez à cela que beaucoup de noiséens ignorent le rôle d’une collectivité difficile à percevoir. Une campagne empêtrée dans des polémiques stériles qui traduisent la médiocrité du débat ; pas de richesse de l’offre politique ; pas d’ambitions. Seule l’inflation verbale aura tenu lieu de débat.


Le Vrai Journal de Noisy a assisté à toutes les réunions politiques du 1er tour de cette campagne. Encore hier soir chez Michel PAJON en présence pourtant de Claude BARTOLONE et Christiane TAUBIRA, deux élus de la République qui ne peuvent s’empêcher de tomber dans le marigot de l’invective. La politique est leur « doudou », leur terrain de jeu, leur ressource financière, mais ce n’est sûrement pas un enjeu électoral pour Noisy-le-Grand.


Il existe donc aujourd’hui une nouvelle façon pour les noiséens de marquer leur mécontentement, c’est l’abstention-sanction. Cette masse de citoyens sous des formes diverses, disparates, confuses est entrée en dissidence en pratiquant la désaffection de l’isoloir. Ces citoyens expriment leur désespoir. Certes à tort ou à raison, mais désespoir tout de même.


Avec ce message de désenchantement à l’encontre des hommes politiques, il y a de quoi alimenter la crainte d’une dépolitisation rampante sapant les fondements de la démocratie. Aussi, si demain les hommes politiques de Noisy-le-Grand veulent convaincre les boudeurs, ils vont devoir très sérieusement méditer sur la désaffection dont ils sont l’objet.

Quelques exemples à Noisy-le-Grand :

Candidat Michel PAJON – PS


En décembre 1991, dans son bulletin d’information local « Le Noiséen Socialiste » (Cliquer sur : L’Arnaque, Editorial de Michel PAJON), le camarade Michel PAJON flagelle Françoise RICHARD au sujet de son urbanisation. Nous pourrions en rire si ce n’était pas triste, soit :

« C’est donc en surdensifiant les constructions dans un quartier et en réduisant les espaces verts que l’on crée une « coulée verte » ? De qui se moque t’on ? »

« Quand on se souvient que F. RICHARD s’est faite élire sur le slogan « Halte au béton » et que l’on regarde le Noisy d’aujourd’hui, on peut se demander si nous n’avons pas tous été collectivement les victimes d’une arnaque ». (Cliquer sur : L’Arnaque, Editorial de Michel PAJON).

Bien vu Michel PAJON, lorsque nous regardons votre urbanisation de Noisy-le-Grand depuis 1995, en route pour les 100 000 habitants, nous constatons que vous avez de la suite dans les idées. Pour nous, l’Anaque est toujours d’actualité !!!...(*). Attention au retour de boomerang le 20 septembre prochain.


Colistière Sylvie DUFFRENE – EELV

Abstention record à Noisy le grand ! Et pourtant...

Sylvie DUFFRENE, encore un symbole de la fiabilité d’une élue politique à Noisy-le-Grand. Le 27 mars 2003, Sylvie DUFFRENE fait une déclaration en Conseil municipal, relative à l’élaboration du premier Plan Local d’Urbanisme (PLU) (Cliquer sur : Déclaration Sylvie DUFFRENE –Pour le Groupe des Verts).


Tel quel dans sa copie : « Les Verts seront particulièrement vigilants sur les conditions d’élaboration de ce PLU et sur son contenu final. Pour nous, le PLU devra permettre de s‘opposer  à une croissance démesurée de la ville, de refuser les constructions massives et concentrées de nouveaux immeubles et de préserver les bords de Marne et les autres espaces naturels ».


Là encore nous connaissons la suite, depuis les élections municipales de 2008, les Verts de Noisy-le-Grand roulent dans la ‘carriole confortable’ de Michel PAJON et avalent des couleuvres. Aujourd’hui, Sylvie DUFFRENE défend particulièrement un Noisy-le-Grand à 100 000 habitants, c’est logique dit-elle en réunion, ce serait même tendanciel.


Ne chercher pas plus loin le dégoût des citoyens en politique, vous en avez ici encore une lamentable illustration en disant tout et son contraire, sur quelques années !
Et la morale bordel !!!!


Enfin, dans ce contexte de trahisons politique et de « cocufiage » de l’électorat, qui mettent à mal les promesses électorales, à cette démocratie de l’abstention, ne rajoutons pas un rejet du civisme.


Dans une démocratie le peuple est souverain, et c’est en votant que le citoyen doit se réapproprier sans cesse le pouvoir.


Le droit de vote, nous osons à peine le rappeler, constitue la démocratie, chaque citoyen en bénéficie, quels que soit son âge, sa situation sociale ou culturelle.
On ne doit pas y renoncer et la laisser tomber en désuétude, quand tant de pays nous l’envient et se battent pour l’obtenir.

 

Abstention record à Noisy le grand ! Et pourtant...

Alain Cassé

 

Président de l'ADIHBH-V

Municipales de Noisy-le-Grand, Michel PAJON vacille

Publié le par ADIHBH-V

COUP DE TONNERRE


À NOISY-LE-GRAND !


Michel PAJON VACILLE


AU 1er TOUR DES MUNICIPALES

 

 

Municipales de Noisy-le-Grand, Michel PAJON vacille

Dimanche soir 13 septembre 2015, la candidate LR, UDI, Modem Brigitte MARSIGNY est arrivée en tête avec 40,38% des votes contre 39,55% pour le candidat PS, MRC, EELV Michel PAJON. 102 voix seulement séparent les candidats, mais la victoire de Brigitte MARSIGNY est à portée de main. Le candidat FN ne peut se maintenir, Sylvie MONNIN de Noisy solidaire sera présente au second tour dimanche prochain, avec 10,44%.

Ce résultat n’a rien de surprenant après 20 ans d’un règne autocrate marqué par une urbanisation outrancière contestée et dont plus personne ne veut.

Pour mémoire, rappelons que Brigitte MARSIGNY et Sylvie MONNIN soutiennent l’action de l’ADIHBH-V dans le cadre de la défense du quartier des Bas Heurts, dit Clos aux Biches depuis septembre 2004 (Cliquer sur Courrier de Brigitte MARSIGNYCourrier de Sylvie MONNIN) ou sur notre dernier article.

Le candidat Michel PAJON n’a pas jugé utile de répondre à notre courrier, et ainsi de se positionner sur le devenir du « projet d’inflexion » du collectif A.U et de l’ADIHBH-V en période électorale. Ce n’est pas courageux, mais cela ne l’empêche pas de proclamer dans sa feuille de choux électorale : une vraie démocratie locale à laquelle tous les noiséens peuvent participer.

 

Municipales de Noisy-le-Grand, Michel PAJON vacille

Mais en fait :

-    Le 26 juin 2013, la Cour d’Appel de VERSAILLES déboute Michel PAJON de   sa plainte en « diffamation publique envers un citoyen chargé d’un mandat public », et relaxait Alain Cassé, Président de l’ADIHBH-V. La procédure a durée sept ans….

-    En novembre 2013, l’ADIHBH-V dépose un dossier relatif au concept « Voisins vigilants » en Préfecture de Seine-Saint-Denis. Le Commissaire de Police de Noisy-le-Grand ne manifeste aucune objection, le Préfet du 93 n’a pas de raison objective pour s’y opposer, mais le Maire de Noisy-le-Grand doit donner son accord. Depuis cette date, il doit s’en occuper, mais rien de nouveau à ce jour.

-    Michel PAJON claironne sur tous les toits en réunion publique, qu’il a été élu en mars 2014, sur un programme électoral 2014 présentant son projet urbain de 1500 logements sur le Clos aux Biches. Faux, c’est une contre vérité. Hormis les 1200 logements du Clos d’Ambert, nous vous mettons au défit, pages 16 et 17,  de trouver la moindre allusion au Clos aux Biches.

-    La dernière mouture du Conseil Consultatif du Quartier Ouest (CCQ Ouest) ne comporte pas de représentant des Bas Heurts. Sur son contingent de 5 membres, Michel PAJON ne désigne pas un membre de l’ADIHBH-V pour que nous puissions contribuer au débat et exprimer  notre point de vue.

-    L’Adjoint au Maire délégué au CCQ Ouest, ne visite jamais les deux fêtes annuelles de l’ADIHBH-V en juin et octobre, malgré nos invitations réitérées, sans excuses, même polies.

-    Le 04 mars 2014, en présence du Directeur de l’Urbanisme, l’ADIHBH-V  propose à Michel Pajon la création d’un « Atelier d’Urbanisme » à Noisy-le-Grand, sur les bases de celui de Perpignan qui existe depuis 20 ans. En réponse, Michel Pajon propose la création d’un « Comité Stratégique de Développement » avec des citoyens impliqués dans la vie du territoire (voir son programme électoral de mars 2014, page 14). Depuis, les projets urbains avancent à grandes enjambées, sans son fameux «Comité Stratégique ». Encore des promesses fantaisistes…

-    Michel PAJON organise des réunions thématiques sur ses différents projets urbains (Clos aux Biches, Bords de Marne, Brossolette-Nord, Centre commercial, etc,…), Ca blablate, ça papote, et parfois sont exprimées de bonnes idées (par différents intervenants), mais nous n’avons jamais de retour et encore moins de compte rendu de ces réunions.
À titre d’exemple lors de la dernière concertation sur le Clos aux Biches de juillet à septembre 2014, l’ADIHBH-V participe aux quatre réunions et rédige onze  contributions adressées par courriers. Aucun retour, le Directeur de l’Urbanisme de l’époque a changé de ‘boutique’, c’est le néant pour le moment.

-    En juin 2014, Michel PAJON relance son projet d’urbicide sur les Bas Heurts, basé sur la table rase du quartier. Le 17 juin 2015, l’ADIHBH-V et le collectif A.U présentent à la Commune, aux Architectes de Christian DEVILLERS  et à la SOCAREN leur « projet d’inflexion » qui ne pratique pas cette table rase du quartier et qui prend aujourd’hui tout son sens, à partir du moment ou il respecte l’humain ! La qualité du travail fourni fut également salué par Laurent Foret, Directeur de la SPL SOCAREN (aménageur de la ville), lors de la présentation de notre « projet d’inflexion ».
Ainsi, la démarche de l’ADIHBH-V est reconnue comme crédible dans le cadre de cette concertation sur l’aménagement la ZAC du Clos aux Biches.

Mais voilà, le Maire Michel PAJON qui jadis a passé une commande contrainte à Christian DEVILLERS sur la base de la table rase et de l’édification de 1500 logements, refuse en tant que candidat, en pleine période électorale, de se prononcer sur le sujet.
C’est ce que Michel PAJON, appelle dans son programme électoral, une vraie DEMOCRATIE LOCALE. Non Monsieur, vous pouvez mieux faire. Attention à l’exclusion,  les électeurs noiséens ont du mal à adhérer et vous mettent le 13 septembre une mauvaise note.


À Noisy-le-Grand nous n’étions pas en DEMOCRATIE LOCALE, nous étions en MONARCHIE ELECTIVE.

 

Municipales de Noisy-le-Grand, Michel PAJON vacille

1 2 > >>