Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Les transports en commun d'Ile-de-France

Publié le








LES TRANSPORTS

EN COMMUN

D'ILE-DE-FRANCE


______




SUR LA LIGNE A DU RER :

INCIDENTS QUOTIDIENS



LE MONDE du 16 février 2009 : "Rames surchargées, retards : la RATP et la SNCF ne parviennent pas à désaturer la ligne A".


Cette ligne fête cette année ses 40 ans avec un double record : celui de la ligne la plus fréquentée au monde (287 millions de voyageurs en 2007), mais aussi celui du taux de dysfonctionnement le plus élevé de toutes les lignes de RER. Les usagers sont partagés entre colère et résignation.


Quant à la RATP, consciente de la situation, elle a lancé en avril 2008 un plan d'amélioration à court, moyen et long terme dont les effets tardent néanmoins à se faire sentir. Le Syndicat des Transports d'Ile de France (Stif), l'autorité organisatrice des transports en Île-de-France, ne cesse, pour sa part de « monter au créneau ». Le plan de modernisation des transports devrait coûter au total 18 milliards d'euros.


La RATP, principal exploitant de la ligne, dit gérer la situation comme elle le peut. « Depuis dix ans, nous assistons à une croissance permanente de la demande », reconnaît le Directeur Général adjoint en charge des transports, Monsieur Ramette. Toutefois, la RATP compte beaucoup sur de nouveaux matériels pour améliorer les choses, en accroissant le nombre de rames à deux niveaux, dont le nombre de voyageurs transportés sera supérieur de 30%. Toutefois, il y a une grande probabilité pour que la RATP soit rattrapée par le trafic en 2020 ou 2025 !!!...


L'ADIHBH-V confirme cette analyse compte tenu de l'urbanisation pharaonique de Noisy-le-Grand pour atteindre 100 000 habitants et des futurs projets de développement sur le Secteur 4 de Marne la Vallée, à Val d'Europe et Disney.


Selon Monsieur Ramette, seul le prolongement d'Eole (ligne 14 du métro) et la réalisation de Métrophérique-Arc Express, rocade qui relierait les banlieues Est et Ouest sans passer par Paris, seraient susceptible de désaturer durablement la ligne A du RER.


Justement parlons-en !!!...



UNE « LIGNE EXPRESS »

AUTOUR DE PARIS

 


Le projet de ligne de transport rapide Arc Express, sur la base d'un métro automatique, qui doit relier plusieurs villes de banlieue entre elles, est lancé. Le Stif a débloqué le 12 décembre 2007 un premier budget de 4 millions d'euros pour les études préalables. Une somme qui sera financée à 70% par la Région et à 30% par l'Etat.


Ces études apporteront l'éclairage spécifique de deux analyses territoriales plus restreintes, sur le fuseau Sud-Est, entre le RER B à Arcueil ou à Cachan et le RER A à Val de Fontenay, et le fuseau Nord-Ouest entre la Défense (92) et la Plaine-Saint-Denis (93). Après quoi, elles permettront d'organiser un débat public sous l'égide de la Commission Nationale du Débat Public au 2ème semestre 2009.


Le Projet Arc Express, auquel la RATP est étroitement associée, permettra de réaliser une boucle complète autour de Paris, à une distance de 6 à 8 km de la capitale. Il permettra de désengorger les routes de la proche couronne, où plus de 70% des déplacements sont effectués en voiture. L'objectif visé est que 20% des usagers d'Arc Express soient de nouveaux utilisateurs des transports en commun.


Cette nouvelle infrastructure permettra autour de certaines des stations de constituer ou renforcer des pôles urbains. Elle représente  ainsi un levier de développement important pour les territoires divers qui polariseront une bonne part de la croissance urbaine des 20 prochaines années.


Enfin,  évaluées dans leur ensemble à 25 millions d'euros, les études devraient durer jusqu'en 2013, date à laquelle le premier coup de pioche est envisagé. Le tout pour une mise en service de la ligne aux alentours de 2020.


(NDLR : Lors du colloque international Orbival, nous avons appris qu'à Madrid, l'Espagne avait réalisé le « Métrosur », en 6 ans. Chez nous, 6 années c'est la durée les études. Un Journaliste s'est même emporté : "et si la démocratie participative avait ses limites ?"...)

 



« ORBIVAL »,

UN METRO POUR LA BANLIEUE

 


 

Un très grand nombre d'acteurs concernés par le projet Orbival étaient présents au premier colloque international sur les métros de banlieue, organisée par l'Association 'Orbival', les 28 et 29 novembre 2008, au pavillon Baltard de Nogent sur Marne. Le vrai journal de Noisy-le-Grand  était au rendez vous.


Orbival est une composante du projet Arc Express. Ce sera un métro  qui traversera le Val de Marne d'Est en Ouest, le reliant ainsi à la Seine-Saint-Denis et aux Hauts-de-Seine. La ligne longue d'un peu plus de 20 km, dont le trajet reste à définir précisément, desservirait treize villes : Arcueil, Cachan, Villejuif, Vitry, Alfortville, Maisons-Alfort, Créteil, Saint-Maur, Joinville, Champigny, Nogent, Le Perreux et Fontenay-sous-Bois. Au total cette zone regroupe 650 000 habitants.


Orbival, sera un métro automatique, qui roulera à une vitesse commerciale de 40 km/h. Ainsi, il pourra rallier Cachan depuis Fontenay-sous-Bois en une demi-heure, Villejuif depuis Créteil ou Maisons-Alfort depuis Nogent-sur-Marne en un quart d'heure.


Hormis cette déserte de proximité, Orbival connectera le Val-de-Marne au territoire régional. En correspondance avec les 5 lignes de RER (A,B,C,D et E), 3 lignes de métro (7,8 et 1) et le tramway T1, il ouvrira de nouvelles perspectives pour les Franciliens en termes d'emploi.


 

Table ronde

 

- Question : Le vrai journal de Noisy le Grand : Vous parlez de réserves foncières, de ville durable et de ville dense. Tous ces éléments renvoient à la question de l'expropriation. Qu'entendez-vous exactement par réserve foncière : s'agit-il de terrains mutables, de terrains libérés par l'Etat, ou d'une urbanisation qui, comme à Noisy le Grand (93), est décidée par un Maire qui rase de la carte 70 pavillons, pour construire 1500 logements collectifs sur 9,3 ha ?

 Par ailleurs, le Schéma Directeur d'Ile de France (SDRIF), mentionne une densification de la ville dans un rayon de 1km, autour des pôles de Transport en Commun. Sachant que le projet Orbival prévoit 20 stations réparties sur 20 Km de long: envisagez-vous d'exproprier 20 Km² ?


- Réponse : Monsieur Laurent GARNIER, Président de l'Etablissement Foncier d'Ile de France et Maire du Kremlin Bicêtre (94) : L'Etablissement Public Foncier intervient à la demande des communes. Nous ne reprenons pas les terrains publics détenus par l'Etat. Nous portons les projets sur une durée de 5 à 6 ans, en contrepartie d'engagements sur la diversité des fonctions, et la qualité urbaine. A ce jour, nous intervenons sur un potentiel de 20 000 logements supplémentaires, pour environ 850 000 m² de surface, après deux années d'exercices.


Lorsque nous agissons en matière de réserve ou de maîtrise foncière, à la demande des communes, il y a des mutations. Nous profitons de  mutations spontanées, ou nous entrons en contact avec les propriétaires. Nous intervenons dans tous les types de communes, pour des zones de renouvellement urbain, qui comprennent des friches, des terrains vacants, où des surfaces agricoles susceptibles d'être repositionnées. Notre critère de choix est l'intérêt du projet.


Dans ma commune, du Kremlin Bicêtre (94), nous sommes en train de conclure une ZAC, sans aucune expropriation. Réserve foncière n'implique pas expropriation.

 

(NDLR : Ouf !...merci Monsieur GARNIER, pouvez-vous transmettre l'information à Monsieur le Maire de Noisy-le-Grand. Nous pensons qu'il est aussi Vice Président de l'Etablissement Foncier d'Ile-de-France.)

 

 

Documentation : http://www.orbival.fr/index.php?option=com_content&task=blogcategory&id=18&Itemid=44



LES TRANSPORTS EN SOLO

DU SECRETAIRE D'ETAT,

CHRISTIAN BLANC

 


 

Mais voilà, dans la vie rien n'est jamais simple. LIBERATION du 09 février 2009 nous apprend que le plan de transport du Secrétaire d'Etat pour la Banlieue, Christian Blanc, ne tiendrait pas compte des projets existants.


De fait, dit-on, ni la région le plus gros financeur des transports, ni la ville de Paris le plus gros contributeur au Stif, n'ont été saisis par Christian Blanc pour élaborer son projet, qui ne correspondrait à pratiquement aucun des projets destinés à remettre à niveau le réseau ultra-fatigué d'Ile-de-France. Une sérieuse pagaille en perspective !!!... Il n'intégrerait ni la rocade de métro automatique Arc Express, imaginée à l'origine par la RATP, et dont les études sont en cours au Stif, cofinancées par l'Etat, ni les projets de rocade ferrée de moyenne couronne, pensée par la SNCF, et dont deux tangentielles Nord et Ouest sont déjà lancées. Par ailleurs, le plan efface la liaison Charles-de-Gaulle Express en cours de négociation entre l'Etat et le Groupe Vinci. De même que le prolongement de la ligne Eole vers la Défense, dont le schéma de principe a été arrêté.


Bref, le sujet est houleux car Jean Louis Borloo, Ministre de tutelle de Christian Blanc, discuterait de son côté avec le Président de la Région Ile-de-France, et Christian Blanc, lui, ferait du cabotage politique dans son coin, dit-on ! Cela poserait quelques problèmes au gouvernement ? Mais ce plan devrait être arbitré prochainement.


Les opérateurs de transports sont-ils affectés de voir tous leurs projets remis en cause ? Pas plus que cela, politesse oblige, beaucoup de gens pensent que Christian Blanc travaille pour le Grand Avenir.


Dans cette attente, Mesdames et Messieurs les usagers des Transports en Commun, veuillez patienter, dans 25 ans tout ira beaucoup mieux. Comme me disait un touriste de Disney, voisin d'infortune  un jour de surcharge dans le RER A, dans mon pays, même dans les boites de sardines nous mettons de l'huile.



______


Contribution bibliographie :


-          LE MONDE : du 16 février 2009, François Bostnavaron,

-          Contacts presse : Préfecture de Région et Conseil Régional d'Ile de France,

-          Colloque international Orbival, Nogent sur Marne les 28 et 29 novembre 2008 : http://www.orbival.fr

-          LIBERATION : du 09 février 2009, Sibylle Vincendon,

-          Le POINT.fr, le 28 / 01 / 2009.

Réunions publiques

Publié le



REUNIONS PUBLIQUES

Participez

aux Conseils de Quartiers

_______




La création de Conseils de Quartier à Noisy le Grand, devrait traduire la volonté politique de la commune de renforcer les liens entre les élus et les habitants. Au quotidien, le rôle des Conseillers de Quartier consistera à enrichir l'action publique en lui procurant une expertise « de terrain ». Par exemple sur les grands projets d'aménagement urbain, les conseillers seront en mesure d'apporter le regard de ceux qui vivent dans le quartier et en ont l'usage.


Ces Conseils consultatifs seront mis en place au cours des prochains mois. Si vous souhaitez participer au Conseil de votre Quartier ou simplement vous informer sur leur fonctionnement, rendez-vous à l'une des réunions publiques organisées au mois de mars 2009, soit pour le:


-          Quartier Ouest (Pavé-Neuf, Mont-d'Est, Bas Heurts) :

           Jeudi 5 mars à 19 h, au LCR Pablo-Picasso.


-          Quartier Sud (Montfort, Richardet, Yvris)

           Lundi 9 mars à 19h, à la mairie annexe des Richardets.


-          Quartier Est (Haut-Bâtons, Champy, Cormiers, Butte-Verte)

           Jeudi 12 mars à 19h, salle des Abeilles.


-          Quartier Centre (Centre-Ville, Marnois, Grenouillère)

           Lundi 16 mars à 19h, espace Michel Simon, hall Jean Marais.


-          Quartier Nord (La Varenne, Rive-Charmante, Grenouillère)

           Lundi 23 mars à 19h, Maison pour tous de La Varenne.


Venez nombreux, merci.


PS : Nous avons demandé l'autorisation au Directeur de la Publication de NOISY magazine, Monsieur Michel Pajon, l'autorisation d'utiliser le graphisme «  Ensemble pour notre ville » que nous trouvons dans les  Revues n° 145 et 146, mais à ce jour, nous n'avons pas encore de réponse à notre courrier du 17 février 2009. Nous espérons pouvoir bientôt remplacer le Logo provisoire ci-dessus.

La parole aux Noiséens

Publié le



VOUS ETES NOMBREUX
A NOUS ECRIRE...






Vous êtes nombreux à nous écrire, par courrier ou sur ce blog, pour crier votre indignation face à telle ou telle décision municipale. Récemment, c'est le stationnement payant qui semble ne pas plaire à tout le monde. Aussi, faute de ne pas être entendu par la municipalité, nous vous proposons de vous donner la parole et de débattre sur le sujet :


LE STATIONNEMENT PAYANT A NOISY-LE-GRAND, UNE MESURE NECESSAIRE ?

(Cliquer sur "ajouter un commentaire")

Nous avions publié un commentaire signé Jean-Remy le 24/02 qui rapportait un entretien (dans le cadre d'une permanence à la Mairie) entre lui-même et Sébastien Bousquet, maire-adjoint chargé des quartiers. Monsieur Bousquet lui a demandé de faire le nécessaire pour retirer ce commentaire car il n'avait pas donné son accord pour une publication dans notre blog. Le commentaire en question est donc retiré.

La vidéosurveillance à Noisy-le-Grand

Publié le





VIDEOSURVEILLANCE ET ESPACES PUBLICS, 

POUR QUOI FAIRE ?

___

 


Lors du Conseil Municipal du 29 mars 2007, la Commune de Noisy-le-Grand avait proposé de mettre en place un dispositif de vidéosurveillance de certaines voies publiques, ainsi que des abords des bâtiments publics communaux sur l'ensemble du territoire communal (*)
 

Cette démarche s'inscrivait dans les objectifs suivants :

-       prévenir les actes de délinquance,
-       assurer la protection des personnes et des biens,
-       permettre l'assistance aux personnes en situation de détresse sur la voie publique,
-       répondre aux demandes sociales en matière de prévention et de tranquillité publique et favoriser ainsi le sentiment de sécurité des habitants.

Par ailleurs, en Seine-St-Denis, sur 1,2 millions d'euros octroyés par le Fond Interministériel de Prévention de la Délinquance (FIPD), les deux tiers ont été consacrés en 2007 à la vidéoprotection. Ils ont permis de financer 21 dossiers dans 16 communes dont Clichy sous Bois, Montreuil, Pavillons sous Bois, Noisy-le-Grand, Aubervilliers et Drancy.

Pour quels résultats ? Ici, en fonction des sources, les informations divergent.
Pour certains :
« Les attaques à main armée, autrement dit les braquages, ont augmenté de 21,15% en 2008, soit 6 points de plus que la moyenne nationale, alors que la délinquance générale continue de baisser ».
Pour d'autres : « La Préfecture de Seine-St-Denis a connu en 2008 une augmentation de plus de 7% des crimes et délits (vols à main armée, vols de scooters ou de voitures, cambriolages ou encore infractions sur la législation des stupéfiants ». En ce qui nous concerne, nous nous appuierons tout simplement sur les statistiques officielles « Géographie des Crimes et Délits enregistrés en 2008 » publiées par le Ministère de l'Intérieur sur son site www.inhes.intérieur.gouv.fr, soit pour la Seine-St-Denis :

- atteintes aux biens : - 5,3%
- vols : - 7,4%
- destructions et dégradations : + 1,9%
- atteintes volontaires à l'intégrité physique : - 2,9%
- violences physiques non crapuleuses : + 3,2%
- violences physiques crapuleuses : - 6,1%
- menaces de violences : - 4,9%
- violences sexuelles : + 6,4%
- infractions à la législation sur les stupéfiants : + 14,1%

Ceci étant, la Seine-St-Denis présente le Taux National le plus élevé en ce qui concerne les:

- destructions et dégradations : 15,6%
- atteintes volontaires à l'intégrité physique : 18,7%
- violences physiques non crapuleuses : 7,8%
- violences physiques crapuleuses : 7,8%

A ce jour, ces statistiques applicables à la Ville de Noisy-le-Grand ne sont pas connues du « Vrai Journal de Noisy-le-Grand» (**)

En fait, plébiscitée par une grande partie de la population, la vidéosurveillance est devenue, pour bon nombre de municipalités, un élément central de lutte contre la délinquance et un moyen incontournable pour assurer sur l'espace public, la sécurité en ville. Reste que l'efficacité de ce moyen n'a pas été vraiment prouvée et que l'on ne sait pas mesurer aujourd'hui les capacités préventives et/ou répressives de ces équipements. Cette absence d'évaluation en France, comme la faible diffusion d'études conduites Outre-Manche, est d'autant plus dommageable que l'outil est coûteux et non sans risque pour les libertés individuelles.

Pour répondre à ce manque, le très sérieux Institut d'Aménagement et d'Urbanisation d'Ile de France (IAURIF) a réalisé un état des lieux des évaluations menées en France et à l'Etranger sur ce sujet (Etude n°20.08.02, d'octobre 2008, www.info@iau-idf.fr). Plusieurs constats sont à noter :

1-   Les usages que l'on fait de la vidéosurveillance sont, très différents des objectifs de départ. Initialement utilisée pour la surveillance de l'espace public, l'extérieur des bâtiments ou le trafic routier, de nouvelles finalités apparaissent, comme la détection des Sans Domicile Fixe, la gestion des manifestations, la surveillance des fuites et du vieillissement des équipements. La multiplication des usages en fait 'une machine à tout faire' et limite son impact.

2-   L'efficacité dissuasive de la vidéosurveillance est très variable selon le type d'espace et de faits. Elle n'a aucun effet dans les espaces étendus ou complexes ainsi que sur les délits impulsifs et ceux commis par des personnes sous l'emprise de drogues. Elle est peu contraignante pour les délinquants qui adoptent des mécanismes de dissimulation et s'adaptent à l'outil.

3-   Elle est de peu d'influence sur les atteintes aux personnes. Son peu d'efficacité en matière de prévention de la délinquance tend à en faire un outil essentiellement destiné à aider à la résolution des délits !

S'il fallait encore  faire la démonstration qu'une caméra n'empêche pas de nuire à Noisy-le-Grand, nous vous renvoyons à la lettre que le  Maire a rendue publique dans le quartier du Pavé Neuf, le 08 janvier 2009.

Quoi qu'il en soit, portée par un marché de la sécurité florissant et valorisée par les politiques de l'Etat, cette technologie s'impose en France. Aussi, là encore, si nous faisons référence à un article précédant, la réflexion menée sur l'Intérêt Général / l'Intérêt Particuliers reste d'actualité !

Si nous pouvons être favorable à la vidéosurveillance dans des espaces publics fermés, tels que les parkings souterrains par exemple, cet outil n'est manifestement pas la réponse à tous les problèmes de criminalité. On pourra toujours mettre des caméras partout, pour cela dépenser des millions, sans jamais répondre au sujet essentiel qui nous préoccupe, c'est-à-dire assurer la tranquillité des citoyens dans nos différents quartiers.

Pour tenter de réaliser un tel objectif, il faut aussi de la présence humaine dans les quartiers. La mise en place à Noisy-le-Grand des « Arpenteurs urbains » fut une bonne initiative. La présence de la « Police de proximité » dans les cités en était une autre, malheureusement cette politique fut jadis abandonnée. Aujourd'hui, si nous en croyons l'allocution du 14 janvier 2008 de Madame Michelle Alliot-Marie, sur la cohésion pour la Seine-St-Denis, nous nous dirigerions vers des « Unités territoriales de quartier », c'est-à-dire des policiers davantage présents sur le terrain. Pour ces agents, plusieurs semaines de stage d'adaptation avant la prise de poste seront mises en place. Il s'agira d'abord d'améliorer leur connaissance des quartiers, de consolider la cohésion Police/Population. Ce sera l'occasion pour les Maires, d'expliquer la géographie et la sociologie de leurs Communes. Pour les autres acteurs de la vie locale (élus, gardiens d'immeubles, agents municipaux, chefs d'établissements scolaires, associations...) de rencontrer ces jeunes policiers nouvellement arrivés dans le Département, de partager leur connaissance du terrain. Enfin ce sera l'occasion de tisser les premiers liens Police/Population de la chaîne de la sécurité, au plus près des réalités, sur le terrain.

Enfin nous terminerons en disant que l'efficacité de la Police de quartier sera encore meilleure, si le Ministère concerné travaille à la fidélisation des Agents expérimentés de Seine-St-Denis. En 2005, les 4300 fonctionnaires du 93 étaient constitués de novices, tout juste sortis de l'Ecole de Police. Les deux tiers des effectifs avaient moins de cinq ans d'ancienneté. Les gradés sont mutés en Province... car la plupart des fonctionnaires n'aspirent qu'à une chose, partir ! En quatre ans, c'est l'ensemble du corps des gardiens de la paix qui était ainsi intégralement renouvelé. (source : L'EXPRESS.fr « 93, le n°1 de la violence » L Chabrun et R Rosso, le 10/11/2005)

Aujourd'hui, si l'on veut essayer de répondre à la criminalité de la Seine-St-Denis, compte tenu des lourdes difficultés économiques et sociales qui plombent ce Département, il ne faut pas seulement des 'gadgets technologiques'. Il faut aussi des hommes, des femmes,  des Policiers de proximité opérationnels fidélisés. Pour cela, tenir compte de la vie quotidienne de ces fonctionnaires et de leur déroulement de carrière (carrière accélérée, reconnaissance de l'expérience professionnelle obtenue, budget, véhicules, logements, etc...). On dit que Madame Michelle Alliot-Marie va s'en occuper, ouf, il serait temps...


Alain Cassé
Le 07 février 2009

_____


(*) Pour mémoire rappelons que le PCF et les VERTS ont manifesté leur total désaccord sur l'implantation   de la vidéosurveillance à Noisy le Grand. Le MODEM et l'UMP étaient favorables.


(**) Si un lecteur peut nous apporter des informations sur le taux de Crimes et Délits enregistrés en  2007 et 2008, à Noisy-le-Grand, nous sommes preneurs pour compléter notre enquête. Merci d'avance.

_____


Logo

Publié le





UN NOUVEAU LOGO
POUR NOTRE ASSOCIATION

 

 


L'ADIHBH-V grandit, s'organise... Il lui manquait un logo. Voilà qui est fait !
Avec l'aide précieuse de quelques adhérent(e)s, des propositions ont été soumises au vote d’une trentaine de membres, et c'est ce design qui a été retenu : le toit bien-sûr pour la protection de nos maisons et les cerises pour "La Fête des Cerises", une rencontre annuelle incontournable pour le quartier.