Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Noisy-le-Grand, une ville d'eau (2)

Publié le

 

NOISY-LE-GRAND,

UNE VILLE D’EAU !

(deuxième partie)


 

Bassin AquatiqueIllustrationBVL Architecture

 

Encore une histoire d’eau, en espérant que cela ne tournera pas au vinaigre.  Il s’agit cette fois  de la construction du centre aquatique sport et loisir suivant une démarche Haute Qualité Environnementale, avec la volonté d’optimiser plus particulièrement la consommation d’énergie et la consommation d’eau. Ce projet a été réalisé par BVL Architecture.

 

Cet équipement devrait s’étaler sur 5 000 m². Il comportera notamment un bassin sportif de 25 m avec 8 lignes d’eau, un bassin à vagues, un bassin d’apprentissage, une pataugeoire et un grand toboggan de 60 m pour les Noiséens amateurs de frissons et de glissades. Les services divers intégreront : restauration, sauna, spas, solarium, hammam et salle de gymnastique.

 

La construction de ce centre aquatique a fait l’objet d’un appel d’offre publié le 24 mars 2010. Alors que le nombre d’offres reçues était de sept, le marché fut attribué le 15 juillet 2010 à la société DUTHEIL, 67 boulevard Soult, 75012 Paris, pour un montant de 7 309 483,24 €, durée du chantier 20 mois. L’ensemble des marchés sont répartis en quatorze lots, pour un montant total de 16 425 000,00 €

 

Depuis, le centre nautique grandit à vue d’œil. Symboliquement, Michel Pajon a posé la première pierre le lundi 30 mai 2011.

 

Chantier du Centre Aquatique

 

Toutefois, nous apprenons maintenant que la Société DUTHEIL est en redressement judiciaire depuis le 23/06/2011, et en cessation de paiement depuis le 10/06/2011. Sous le contrôle d’un mandataire judiciaire, DUTHEIL est en période d’observation jusqu’au 23/12/2011 et bénéficie d’une continuité d’exploitation.

 

Lors du Conseil municipal du 21 juillet dernier, cette situation fut abordée par J Marc Morère (UMP). Le Maire Michel Pajon a apporté la réponse suivante :

 

« L’Entreprise DUTHEIL a des difficultés, elle est en redressement judiciaire. Nous avons pris contact, elle nous assure qu’elle est capable de poursuivre. Nous avons également rencontré le Mandataire de justice qui est chargé d’accompagner l’entreprise dans sa période de difficulté et pour l’instant, il dit que les choses doivent aller correctement.

 

C’est une entreprise ancienne, très connue, qui a rencontré deux problèmes :

 

1-    une de ses filiales,  a déposé le bilan, dans le Sud de la France,

2-    une multinationale qui ne l’a pas payé, pour divergence sur la qualité des travaux réalisés.

 

C’est vrai que nous pouvons être inquiets, car d’autres villes nous indiquent  que ces situations ont tendance à devenir fréquente.

 

Cette Société en est à sa troisième année de crise :

 

-       La première année : ils font appel à leur réserve de trésorerie,

-       La deuxième année : ils font appel aux banques,

-       En ce moment, avec la crise sur la Grèce, l’Espagne, le Portugal et autres, les banques sont devenues plus prudentes, ce qui fragilise le système.

 

Nous sommes très ennuyés par cette situation, parce que c’est une Société qui travaille très bien, c’est une société de qualité, et il ne faudrait pas qu’il y ait une démobilisation des salariés et une fuite des cadres.

 

Pour le moment, notre travail consiste à ne pas payer plus que le travail réalisé afin que, s’il devait nous arriver malheur, nous puissions retrouver une autre entreprise qui reprenne le chantier. Mais c’est une hypothèse que l’on ne souhaite pas, car dans ce cas de figure, nous n’arriverions pas à réceptionner le bâtiment dans les délais prévus.

 

Cette situation est préoccupante, nous n’avions jamais rencontré cela à Noisy-le-Grand, après deux années de crise »

 

 

Enregistrement de l'intervention de Michel Pajon au Conseil Municipal

 

COMMENTAIRE

 

La question qui se pose aujourd’hui, est de savoir si la commission d’Appel d’Offre de la commune, qui a dû se réunir en juillet 2010 pour attribuer les marchés,  avait suffisamment d’éléments pertinents pour évaluer la capacité économique et financière de la société DUTHEIL. La lecture de l’Appel d’Offre du 24/03/2011 (§ III 2.2) montre que les renseignements et formalités nécessaires pour évaluer ces exigences portent, entre autres, sur le chiffre d’affaire annuel des trois dernières années, ainsi que sur les effectifs moyens annuels de la Société. Les bilans et les comptes de résultats ne sont pas exigés.

 

Hors, Infogreffe.fr nous apporte aujourd’hui quelques informations significatives, telles par exemple le fait que les comptes du bilan clos au 31/12/2009, n’ont été seulement déposés aux Greffes du Tribunal de Commerce de Paris que le 08 juin 2011. Ceux de l’exercice 2010, le 12 juillet 2011.

 

Ces documents comptables indiquent :

 

- Que depuis 2006, DUTHEIL réduit le nombre de ses salariés, à savoir ; 194 en 2006, 142 en 2007, 125 en 2008, 118 en 2009 et 109 en 2010. En cas de besoin, la Société recouvre aux salariés intérimaires, ce qui permet d’ajuster les besoins de mains d’œuvre et les coûts avec plus de souplesse.

 

- Que les « Marchés Publics » représentent 75 à 80% du chiffre d’affaire de la Société,

 

- Que le Marché actuel du BTP est toujours tendu et orienté à la baisse. Dans ce contexte, DUTHEIL n’ignore pas que la conjoncture incite au « prix cassé », et signale que beaucoup de ses concurrents répondent à des appels d’offres en proposant des prix très bas. Néanmoins, DUTHEIL se défend d’utiliser  ces pratiques.

 

En 2009, une baisse du chiffre d’affaire de - 6,55% (34 768 511 € HT, contre 37 206 836 € HT). Une baisse des charges d’exploitation de – 12,63%. Une réduction du personnel tant au niveau « encadrement de chantier et administratif » qu’au niveau du « personnel de chantier », soit une réduction de la masse salariale de - 15,48%. Un bénéfice net comptable de 181 394 €, contre une perte nette comptable de 2 218 155 € au titre de l’exercice 2008.

 

En 2010, une hausse du chiffre d’affaire par rapport à 2009 de + 21,95% (42 403 375 € HT contre 34 768 511 € HT). Toutefois, le bénéfice net comptable chute de – 29,58%  (127 731 € contre 181 395 € au titre de l’exercice 2009). Ainsi, malgré les efforts effectués depuis deux ans, la société DUTHEIL a enregistré depuis le début de l’année de l’exercice 2011 des difficultés financières croissantes résultant :

 

-       du litige commercial relatif à un chantier important, apparu avec le maître d’ouvrage délégué, qui à bloqué une créance de 2 000 000 €,

-       du report de plusieurs mois de la date de démarrage de plusieurs chantiers,

-       de l’insuffisance de rentabilité de chantiers démarrés sur l’exercice en cours.

 

En outre, sur l’exercice 2010, DUTHEIL a procédé à une augmentation de capital de 500 000 €, afin de le porter de 1 200 000 € à 1 700 000 €. Cette recapitalisation devait permettre d’améliorer la structure financière de l’entreprise et de renouer avec la confiance des partenaires financiers.

 

Enfin, courant 2010, BTP Banque, nouveau partenaire financier, est venu rejoindre le pool bancaire actuel.

 

Toutefois, constatant que les mesures de restructuration engagées depuis deux ans se sont malheureusement avérées insuffisantes, et face à la détérioration rapide de sa trésorerie, la Direction de DUTHEIL a décidé de solliciter du Tribunal de Commerce de Paris, le bénéfice d’une procédure de redressement judiciaire.

 

Cette situation entraîne une incertitude sur la capacité de la Société à poursuivre son activité. DUTHEIL ne casse pas ses prix, mais DUTHEIL fait croitre son chiffre d’affaire tout en diminuant son bénéfice net comptable, ce qui se traduit par une insuffisance de rentabilité !!!.....

 

Comme indiquait Michel Pajon le 21 juillet dernier, cette situation est préoccupante. Les persifleurs rajouteront : «  il ne faudrait pas que ce centre aquatique qui devait être baigné de soleil, fasse plouf ».

 

Evidemment, l’ADIHBH-V espère une issue favorable, qui augurerait d’une livraison  du centre aquatique en juillet 2012.

 


 

Contribution bibliographique : Informations légales des entreprises, http://www.infogreffe.fr 

Remerciements : Monsieur Jean Pierre VIDAL, BVL Architecture, pour la communication et l’autorisation de publication d’une illustration du  bassin nautique.


Une ville d'eau (1)

Publié le

 

 

NOISY-LE-GRAND, UNE

VILLE D’EAU !

(première partie)


 

L’eau tient une place importante dans l’histoire de Noisy-le-Grand. Jusqu’au début du XXe siècle, avant l’avènement des bétonneurs, le caractère paisible du village rural offrait un cachet pittoresque apprécié des promeneurs, des guincheurs (la Pergola, le chat Pêcheur, le Tourbillon,…), des pêcheurs, des canotiers et des baigneurs.

 

De nombreuses sources cheminaient sous le sol de la commune. La plupart d’entre elles étaient drainées par des voûtes souterraines permettant entre autres d’alimenter de nombreuses fontaines et  bassins, comme ceux du Parc de l’ancien Château de Villeflix. Pour preuve cette grotte-sanctuaire (le nymphée) dédiée aux nymphes, construite sur ce même domaine entre le XVII et le XVIII siècle.

 

Ces dernières décennies, les lotissements successifs ont effacé la présence de l’eau. Depuis 1965, la construction du RER A, puis de l’autoroute A4, a détourné les sources qui s’écoulaient du Sud vers le Nord, du Plateau vers la Marne. Petit à petit, ces sources se sont taries, les rus et ruisseaux ont été canalisés, les bassins, les fontaines et les cascades ont été détruits.

 

Afin de recréer le lien entre la ville et la Marne et de se rafraîchir la mémoire, depuis 2005, la commune organise un retour aux sources avec diverses manifestations populaires, telles que les « Festiv’eau » et les « Fontaines en scène ».

 

Cette année, les 10, 11 et 12 juin, l’avenue Aristide Briand a accueilli les 4e éditions de « Fontaine en scène ». Sur plusieurs centaines de mètres, une cinquantaine de fontaines ont égayé les berges du cours d’eau  qui relie symboliquement l’Espace Michel Simon à la Marne. Ci-après, l’illustration de l’œuvre réalisée spécialement par un artiste, pour cette manifestation Noiséenne.

 

FONTAINE

 

Aux Bas Heurts, l’ADIHBH-V prépare déjà son exposition artistique humoristique 2012 dédiée à « l’Eau coulante » Aussi, nous avons déniché un jeune artiste, apprenti plombier, qui nous a présenté la première ébauche de son projet. L’aspect artisanal de ce chef d’œuvre, qui se veut économe en période de crise, puisque façonné dans des matériaux nobles de récupération (céramique, laiton chromé, thermoplastique,…). Très réaliste, il  contribuera aussi, grâce à l’intelligence de la main, à réhabiliter le travail manuel. Enfin, soucieux de l’environnement, l’eau coulante qui fera chanter cette pièce d’art, sera réutilisée en circuit fermé, à l’aide d’une roue à aubes actionnée par les spectateurs, sur un cyclopède ; machine humaine pédalante.

 

LAVABO

 

 

A suivre….., puisque des anecdotes récentes à la saveur inattendue de l’eau de Noisy-le-Grand, inonderont encore l’actualité  de nos deux prochains billets….

Publié dans humour...

Le LYCÉE INTERNATIONAL ARRIVE.

Publié le

 

LE LYCEE INTERNATIONAL DE

L’EST PARISIEN ARRIVE. 

_______

 

Photo-A--Panneau-Lycee-Int.jpg

 

L’Association des Collectivités Territoriales de l’Est Parisien (ACTEP) avait proposé à l’Etat et à la Région Ile de France qui en avaient accepté le principe, l’implantation d’un équipement d’enseignement international d’envergure sur son territoire.

 

L’implantation de ce futur établissement sur le secteur de Maille Horizon en limite des communes de Noisy le Grand et de Bry sur Marne [Seine Saint Denis (93) / Val de Marne(94)] avait été annoncée par le Président du Conseil Régional le 1er mars 2006, lors des 3èmes rencontres de l’Est Parisien à Val de Fontenay (94). Sa réalisation avait été inscrite au programme régional de construction des Lycées (PPI 6èmes tranches), votée le 17 mars 2006.

 

Photo-B---Lycee-International.jpg

(image:Cabinet d’Architecture « Ateliers 2/3/4 »)

 

Après plusieurs années de gestation, actuellement, le Lycée International refait parler de lui et devrait ouvrir ses portes à la rentrée 2015. « Ce nouveau Lycée correspond à une volonté de rééquilibrer l’offre par rapport à l’Ouest Parisien. Il s’agit aussi de donner une possibilité de scolarisation aux enfants des personnels des entreprises internationales qui souhaiteraient s’implanter à Marne-La-Vallée », explique Henriette Zoughebi (Front de Gauche), Vice Présidente du Conseil Régional chargée des Lycées.

 

Parmi plus de 150 projets,  le projet du Cabinet d’Architecture « Ateliers 2/3/4 » a été retenu par le jury. Situé à la fois sur Noisy-le-Grand et Bry-sur-Marne, sur un terrain de 12,5 ha appartenant à l’aménageur Epamarne, le Lycée présentera un programme de 13 500 m² : 9000 m² de locaux d’enseignement, 3500 m² d’internat et 1000 m² de logements de fonctions, avec une forte composante paysagère.

 

Le projet se situera en haut du terrain de Maille Horizon, en bordure du boulevard du Mont d’Est, avec une vue magnifique sur la vallée de la Marne. Le bâtiment, particulièrement « écolo », sera construit avec un objectif « zéro énergie ». Soit une architecture compacte, isolée de l’extérieur avec 20 à 25 cm d’isolant et fera appel aux énergies renouvelables que sont la géothermie et les 2000 m² de panneaux photovoltaïques.

 

Cette première tranche du Lycée International de l’Est Parisien permettra d’accueillir 795 élèves, dont 150 internes. Une seconde tranche est prévue après 2015 pour un total de 1215 élèves, dont 300 internes.

 

Le projet pédagogique est encore en chantier, mais l’enseignement de quatre langues est déjà acté : Anglais, Espagnol, Portugais et Chinois. Deux autres sont en négociation : l’Arabe et l’Allemand. Le coût de la première tranche s’élève à 53 millions d’euros, Un collège financé par le Conseil Général (mais lequel ?), devrait également ouvrir ses portes en 2015 ?

_____

 

Fiche technique : Maîtrise d’ouvrage : Région Ile-de-France. Mandataire : Société pour l’Aménagement et l’Equipement de la Région Parisienne (SPLA-SAERP), Maîtrise d’œuvre : Ateliers 2/3/4.

 

Contribution bibliographique :

 

§       Le PARISIEN du jeudi 02 juin 2011, Sébastien THOMAS,

§       Le JDD du 26 juin 2011, Hervé GUENOT,

Le MONITEUR du 1er juillet 2011, Hervé GUENOT.

1 2 > >>