Élections municipales : Des réponses à nos questions.

Publié le par ADIHBH-V

 

CERTAINS CANDIDATS

RÉPONDENT

À L’INTERPELLATION CITOYENNE

DE L’ADIHBH-V


______

 

À l’approche des nouvelles élections municipales des 13 et 20 septembre 2015 à Noisy-le-Grand, le 31 août dernier l’ADIHBH-V interpellait par courrier les différents candidats afin qu’ils donnent leur vision du « projet d’inflexion » réalisé par le collectif A.U et notre association, relatif à l’aménagement du futur quartier des Bas Heurts, dit du « Clos aux Biches » (Cliquer sur : Courrier aux candidats). En effet, ce sujet étant résolument politique, c’est en pleine connaissance de cause, que les noiséens doivent pouvoir se déterminer dans l’isoloir le jour du vote.


Ci-après quelques réponses (par ordre d'arrivée) :

 

Pour Noisy tout simplement !
Avec Brigitte MARSIGNY.

 

Élections municipales : Des réponses à nos questions.
Élections municipales : Des réponses à nos questions.
Élections municipales : Des réponses à nos questions.
Élections municipales : Des réponses à nos questions.
Élections municipales : Des réponses à nos questions.

______

RASSEMBLÉS AVEC Michel PAJON
+ que jamais !


À ce jour, le candidat Michel Pajon n’a pas jugé utile de répondre à notre courrier. Par ailleurs, le lundi 22 juin 2015, lors de la conférence publique de présentation du « projet d’inflexion » de l’ADIHBH-V, Michel Pajon et d’autres ex élus de l’ex majorité étaient cordialement invités. Nous pensions qu’ils avaient toute leur place dans le débat, mais malheureusement ils se sont lamentablement dégonflés, sans la moindre excuse.


Et pourtant, notre « projet d’inflexion » qui ne pratique pas la table rase prend aujourd’hui tout son sens, à partir du moment ou il respecte l’humain !  Il s’articule autour d’un compromis possible avec les initiatives prises par les ex élus de Noisy-le-Grand. Nous insistons sur le fait qu’il est en mesure d’amenuiser les raideurs d’un futur Maire et de créer les conditions favorables à la mise en œuvre rapide d’une opération d’aménagement.


Ainsi, la démarche de l’ADIHBH-V est reconnue comme crédible au regard de la quantité et de la qualité du travail fourni dans le cadre de la concertation sur l’aménagement la ZAC du Clos aux Biches.


Mais manifestement pour le moment, le candidat Michel Pajon tourne toujours le dos à la main tendue de l’ADIHBH-V. Ce candidat ne semblerait pas être un adepte du dialogue avec l’expertise citoyenne. C’est un très mauvais signe en période électorale.

______

Noisy Bleu Marine
avec Michel PAULIN


Nous avons déposé notre courrier dans une boite aux lettres de Michel Paulin, mais lui non plus n’a pas répondu à notre sollicitation. Nous ne connaissons pas ce Monsieur, nous n’avons jamais échangé avec lui sur les problèmes d’urbanisme noiséen, nous ne savons même pas s’il connaît le sujet des Bas Heurts !


______

 

Publié dans Lettre de l'ADIHBH-V

Commenter cet article

JH 14/09/2015 20:53

A l’issue des interventions publiques des « élus sortants », j’ai pu prendre, le premier, la parole au micro, dans le cadre du débat avec la salle. Or mes arguments en réponse aux propos méprisants et calomnieux que j’ai entendus, ce soir là, de la bouche d’élus municipaux ont fortement déplu à notre député « démocrate », maire sortant qui m’a demandé de quitter la salle. Auparavant, son Adjoint E. Constant (mon ancien collègue du Lycée E. Galois, que la politique a privé d’élèves depuis fort longtemps) m’avait présenté par mon nom et dit à la salle que j’étais un colistier de B. Marsigny. Huées générales dans la salle. Un mensonge de plus qui masque la responsabilité collective dans les fraudes et irrégularités du second tour des municipales en mars 2014. J’ai alors été expulsé sous les applaudissements des supporters de : « Faites respecter votre choix ». « Rassemblés + que jamais avec Michel Pajon ».
1- le contexte :
Les Richardets, Espace Poilpot. Salle remplie. Sur le devant, De gauche à droite on pouvait apercevoir : M.M.Mirsmann, Épinard, Pajon, Sylvie Dufresne, et E. Constant. Dans la salle beaucoup de militants, mais peu de noiséens du cru, mais la quasi-totalité des colistiers du maire sortant, répartis dans tout l’espace en tee-shirts rose, arborant le slogan : « Faites respecter votre choix » : Partis représentés : MRP, Les Verts, Parti socialiste, Indépendants.
2- La forme :
Le maire sortant ouvre la réunion publique par une longue litanie d’autosatisfaction, sur les dizaines de réalisations accomplies au cours de ses mandats successifs, non sans regretter, contre sa volonté, de cette interruption imposée de l’image et du son, durant 3 mois, au cours desquels la réalisation en cours de ses projets urgents pour la ville se sont brutalement arrêtés. Parmi ses futurs projets citons : Un Port de plaisance, et un Palais des Congrès doté d’une salle de conférence de 2500 places assises et 4000 places debout, indispensable au développement économique de la ville (sic). De récents sondages auraient qualifié la ville de Noisy le Grand comme la plus dynamique de l’Est parisien. Cocorico !
Pour Sylvie Dufresne, son recadrage d’activités citoyennes, visait plus particulièrement les futurs projets à dominante énergétique et écologique dans la ville. Tant d’énergie déployée pour imposer une écologie éco citoyenne, et si peu de résultats malgré une liste impressionnante d’actions en cours sur le terrain.
En remarque. La crise interne au bureau national d’EELV ne semble pas avoir affectée L’union locale des Verts à Noisy ? Les démissions successives des cadres du parti pour cause de collusion idéologique des Verts avec le Front de Gauche et le PCF fait ressembler ce parti à une pastèque, verte à l’extérieur, mais rouge à l’intérieur.
La parole a été ensuite donnée à Serge Epinard, puis à Michel Mirsman.
Rappelons aux lecteurs que les élections municipales à Noisy, de mars 2014, ont été annulées par la plus haute instance juridique et démocratique de notre pays : le Conseil d’État. Les causes évoquées sont des cas de fraudes et d’erreurs dont se sont rendus coupables et responsables la liste du Front national et la municipalité en place. Ce n’est tout de même pas anodin de rappeler aux urnes une ville d’environ 63.000 habitants. La déontologie citoyenne veut dire que revoter pour les sortants pourrait bien encourager la fraude et les tricheurs ? Comment l’opposition peut-elle se réjouir de cette annulation prise dans ce contexte ?
Pas moins, citoyen contribuable dans cette ville depuis 40 ans, j’ai aussi découvert ce soir là, que lorsque la rancœur et l’amertume d’un sentiment d’injustice prennent le dessus sur la volonté de respecter son adversaire, politique, alors tous les coups sont permis. No limites. Jamais de ma vie de citoyen électeur dans cette ville, il m’a été donné d’entendre des propos aussi vils et méprisants, aussi calomnieux et diffamatoires prononcés pour vilipender une candidate de l’opposition, surnommée péjorativement « la Dame en Bleu ». Comment deux élus sortants, représentant la République peuvent se permettre de lui attribuer une liste impressionnante de défauts, plus virulents les uns que les autres, à rougir de honte. Je me permettrai d’en rappeler trois principaux, car assez représentatifs du ressentiment de leur mépris :
1-« Son incompétence légendaire est devenue la risée de toute la ville ». 2- « Chacune de ses actions est une erreur notoire ». 3- « Que son métier d’avocate a fait d’elle une procédurière » et qu’elle ne fait pas de la politique mais seulement des procès à ceux qui administrent cette ville. »
3- Le fond
J’ai observé que la candidate d’opposition tête d’une liste d’union à Noisy pour ces élections municipales bis, (très mal acceptés par les sortants), n’est pas respectée comme adversaire politique mais dénigrée par ces ex élus démocrates, comme « l’idiote du village », qui ne connaît rien en politique, et se révèle donc incapable de gérer cette ville sans faire d’erreurs. Les mêmes oublient un peu vite que colistiers dans une coalition socialo-communiste, ils ont trempés puis été éclaboussés en 1983 par le scandale du bourrage d’Urne dont la tête de liste était Mme M.T Gouttmann PCF.
A cause de ses nombreuses erreurs administratives [j’ajouterai essentiellement imputables aux rouages de la bureaucratie politique de ce pays dont la logique est fort complexe], Mme Marsigny, aurait perdu, par sa faute, les élections en mars 2014, et ne veut pas le reconnaître. L’enfer c’est les autres disait l’écrivain J.P Sartre aux innocents les mains pleines !
Les arguments recevables et retenus par le Conseil d’État, soit la plus haute juridiction démocratique de ce pays, serait devenue aux yeux des sortants, un instrument de magouille électorale pour favoriser le retour des Barons de la droite dans cette ville. Le slogan : « faites respecter votre choix ! » est la traduction d’une contestation, d’une rébellion, d’une indignation collective. La décision, sans appel du Conseil d’État les oblige donc à retourner aux urnes, à regret, contre leur gré et à rejouer démocratiquement la partie après une accusation de fraude et de tricherie qu’ils ont toujours contestée, par tracts interposée. Pour eux, cette instance juridique étatique serait en collusion parfaite avec la candidate de l’opposion, accessoirement avocate et bâtonnière au barreau de Bobigny ! A leurs yeux, la justice de Mme Taubira serait indépendante mais pas celle du Conseil d’État. Au secours, on frise ici le mensonge, l’extravagance, la jalousie, la manipulation d’opinion, bref le délire total.
C’est inouï d’observer ce deux poids deux mesures et que le slogan : « faites Respecter votre choix », n’implique aucunement de la part de ces élus de la république, (visiblement plus autocrates que démocrates) le Respect de l’autre, de l’opposition, de l’adversaire politique. Pourquoi ostraciser en l’occurrence une candidate à la mairie, qui aime s’habiller élégamment en bleu, couleur d’ailleurs qui lui va à ravir, et de surcroît, une femme, épouse, mère et grand-mère.
4- Une intervention suivie d’une exclusion
Prenant la parole en premier, j’ai fait remarquer, en qualité de citoyen noiséen depuis 40 ans, que des élus de la république, votant des lois, tel M. Pajon député à l’Assemblée nationale, n’avaient aucune compétence, ni le droit de contester publiquement une décision, de la plus haute instance juridique et étatique du pays : le Conseil d’État. Salir publiquement cette décision, ne faisait pas d’eux des démocrates dignes d’être réélus. Le fair play, en politique consiste à respecter loyalement son adversaire afin de faire en sorte que se soient les électeurs qui désigneront démocratiquement celui ou celle qui aura gagné ! Le maire sortant a donné la parole à E. Constant. Ce dernier m’a appelé par mon nom, car nous avons été collègues pendant 3 ans à Evariste Galois. Il a alors menti à la salle en me présentant comme un colistier de la dame en bleu. J’ai contesté ce mensonge sans être écouté car on m’avait repris le micro et demandé de me taire. Le maire sortant m’a prié autoritairement de quitter la salle, ce que je fis bien volontiers sous un tonnerre d’applaudissements, dû non pas à cause de mon intervention, mais de sa décision arbitraire et autoritaire de me faire quitter la salle. J. H.

Loulou 11/09/2015 14:24

Tournons la page...... plus que jamais

Issard 10/09/2015 14:12

Super, c'est le bon moment, avez-vous remarqué que les impôts fonciers ont augmenté!!!

ADIHBH-V 10/09/2015 08:12

Le PARISIEN 93 du 09 septembre, parle des prochaines élections municipales des 13 et 20 septembre prochain
http://m.leparisien.fr/noisy-le-grand-93160/municipales-a-noisy-le-grand-quatre-candidats-pour-un-fauteuil-08-09-2015-5073621.php