A Champigny, la DUP de la "ZAC des Simonettes" tombe à l'eau

Publié le


A CHAMPIGNY AUSSI…

LA D.U.P. DE LA

« ZAC DES SIMONETTES »

TOMBE A L’EAU

 

Photo1- ZAC des Simonettes

 

Plusieurs zones de Champigny-sur-Marne sont en projet. La zone d'activité dénommée  ZAC des Simonettes, au nord de la ville, est située à proximité immédiate de l'autoroute A4 (voir la carte ci-dessus). Ce projet de 34 970 m² de SHON, sur 5.3 ha, accompagne la vocation commerciale de la ZAC A3 de Champigny-sur-Marne en assurant une continuité territoriale avec le développement de la Ville de Villiers-sur-Marne et de Bry-sur-Marne.


Champigny-sur- Marne gamberge depuis plusieurs années…

 

Après avoir abandonné un premier projet moins ambitieux dans les années 1990, la commune de Champigny-sur-Marne a poursuivi un deuxième projet, par délibération en date du 2 février 2000, en créant la ZAC des Simonettes Nord.

 

A la suite de l’enquête publique, le périmètre de cette ZAC a été modifié le 27 juin 2001.

 

Ce deuxième projet n'a toutefois pas abouti, compte tenu de contraintes techniques qui ont impacté considérablement le projet d'aménagement, notamment du point de vue de sa faisabilité économique.

 

Contre toute attente, malgré l’échec des précédents projets en raison de la non faisabilité technique et économique de cette ZAC, la commune de Champigny-sur-Marne persévère en présentant une troisième fois sa copie, en 2007.

 

Par délibération en date du 24 janvier 2007, une concertation a été engagée sur la base de ce nouveau projet en phase d'élaboration.

 

Le dossier de création de la ZAC portait la superficie totale des constructions de 22.000 m² à 35.000 m² de SHON. Dans le cadre d’une Convention Publique d’Aménagement, la SADEV 94 [1] a en charge la réalisation des travaux de voirie avant toute implantation commerciale. La SARL « Parc de la Marne », doit réaliser le projet du Centre Commercial « les Promenades de Champigny ». Ce projet consiste à aménager un Centre Commercial de 23665 m² et la réalisation de 1983 places de stationnement en sous-sol, sur environ 4,8 ha.

 

Aussi, malgré les recours déposés par le supermarché LECLERC déjà sur zone, le GIE des Arcades et autres plaignants, la Commission Nationale d’Aménagement Commercial a accordé à la SARL « Parc de la Marne » le 24 novembre 2010, l’autorisation de créer : un hypermarché « AUCHAN » de 10005 m², un magasin d’électroménager TV-HIFI de 4500 m², quatre moyennes surfaces spécialisées dans l’équipement à la personne de 3042 m² et une galerie marchande de 6118 m².

 

Par arrêté du 11 octobre 2007, le Préfet du Val de Marne a soumis à enquête publique, à la demande de la Commune de Champigny-sur-Marne, le projet de Déclaration d'Utilité Publique des acquisitions foncières et des constructions nécessaires à la réalisation de la ZAC des Simonettes Nord. Celle-ci s'est déroulée du 12 novembre au 15 décembre 2007. Aux termes de cette enquête, le commissaire enquêteur a rendu son rapport, ainsi que ses conclusions et avis en date du 28 juin 2008. Ils se sont avérés clairement défavorables aux acquisitions foncières et aux projets de constructions. A savoir: « Au vu de tout ce qui est mentionné ci-dessus, au vu du déroulement de l'enquête relatée dans mon rapport et de ma prise de connaissance des lieux et des acteurs concernés, j'émets un avis défavorable au projet de déclaration d'utilité publique des travaux et aménagements de la ZAC des Simonettes Nord ».

 

Le Préfet du Val-de-Marne s’obstine !

 

Malgré cet avis défavorable au projet, ainsi que l'opposition manifeste des riverains du quartier des Simonettes, le Préfet du Val de Marne a Déclaré d'Utilité Publique (DUP) les acquisitions foncières et le projet de constructions nécessaires à la réalisation de la ZAC, par arrêté en date du 09 décembre 2008.

 

Bernés, les riverains, réunis en association, ont introduit un recours contentieux auprès du Tribunal Administratif de Melun et demande l’annulation de cet arrêté. Conjointement, la SADEV 94 a confié à une entreprise de déboisement le soin de nettoyer les terrains à l'aide de grosses machines, de pelleteuses et de bulldozers, créant un immense traumatisme dans ce paisible quartier.



Enfin, le 22 mars 2012, le couperet du tribunal tombe !

 

- Considérant qu'aux termes de l'article R. 11-3 du code de l'expropriation pour cause d'utilité publique, l'expropriant adresse au Préfet pour être soumis à l'enquête un dossier qui comprend obligatoirement l'appciation sommaire des dépenses  lorsque la Déclaration d'Utilité Publique est demandée, en vue de la réalisation de travaux ou d'ouvrages.

 

- Considérant que l'obligation ainsi faite par cette disposition à l'autorité qui poursuit la Déclaration d'Utilité Publique de travaux ou d'ouvrages a pour objet de permettre à tous les intéressés de s'assurer que ces travaux ou ouvrages, compte tenu de leur coût total réel, tel qu'il peut être raisonnablement apprécié à l'époque de l'enquête, ont un caractère d'utilité publique. Qu'en particulier, à ce titre, l'expropriant doit indiquer non seulement le montant des acquisitions foncières mais également le coût des travaux et aménagements projetés. Qu'il ressort des pièces du dossier que certains des ouvrages principaux situés dans le périmètre de la Zone d'Aménagement Concertée des Simonettes, notamment le parking, les voies internes de circulation et l'allée piétonne traversant le périmètre de ladite zone ne figurent pas dans l'appréciation sommaire des dépenses jointe au dossier soumis à enquête publique. Ainsi, ladite appréciation ne permettait pas de connaître le coût total réel de certains travaux et ouvrages, en méconnaissance des dispositions de l'article R. 11-3 du code de l'expropriation pour cause d'utilité publique. Il suit de là que l'arrêté en date du 9 décembre 2008 par lequel le Préfet du Val-de-Marne a déclaré d'utilité publique le projet de réalisation modifié de la Zone d'Aménagement Concertée des Simonettes Nord, a été pris à l'issue d'une procédure irrégulière ;

 

Le Tribunal décide donc, que:

 

-       l’Arrêté en date du 09 décembre 2008 du Préfet du Val-de-Marne est annulé,

-       l’Etat versera ensemble à l’Association de Défense du Quartier des Simonettes et à M J M…. la somme de 1500 €, au titre de l’Article L.761-1 du Code de Justice Administrative.

 

Pour la petite histoire, précisons que :


Photo 2-ZAC-Permis de construire
 

- Nous ne pouvons pas résister au plaisir de signaler que le Cabinet Conseil de l’Association de Défense du Quartier des Simonettes, à Champigny-sur-Marne, est le même que celui de l’ADIHBH-V. Comme quoi, il y a du savoir-faire dans cette Etude, et nous nous félicitons de le faire-savoir,

 

- Le Sous-préfet du Val-de-Marne, en personne, s’était déplacé pour plaider lors d’une audience en « Référé Suspension » devant le Tribunal Administratif de Melun en mars 2009, afin de demander que la DUP ne soit pas suspendue !

 

- C’est une façon bien étrange de pratiquer ce double langage, en voulant multiplier les Centres Commerciaux sur un périmètre restreint (CARREFOUR, LECLERC, AUCHAN,…), alors qu’en même temps, les communes disent vouloir relancer le petit commerce de centre ville. Devant cet état de fait, le CREDOC [2] tire la sonnette d’alarme, car le rythme de création en m² des Centres Commerciaux, est supérieur à la croissance de la consommation.

 

- Décidemment, le Préfet du Val-de-Marne a été  bien mal inspiré. Après l’échec du Bois-Saint-Martin à Noisy-le-Grand il y a quelques semaines, le voici maintenant embarqué dans une nouvelle mésaventure sur la ZAC des Simonettes à Champigny-sur-Marne. C’est stupéfiant, la Préfecture du Val-de-Marne est régulièrement chargée de vérifier la validité des actes. En fait, elle serait inopérante, puisque le Préfet signe des arrêtés de DUP, suite à des enquêtes publiques défavorables qui, ultérieurement, sont retoquées par la justice administrative puisqu’ils ont été pris à l’issue de procédures irrégulières. Ce dysfonctionnement n’est pas anodin pour le fonctionnement de la démocratie, car si la justice ne passe pas, que se passe-t-il pour les victimes citoyennes ? Elles  se retrouvent tout simplement flouées, bernées et spoliées.

 

- Maintenant, que devient le permis de construire n° 094 017 10N 1057, déposé le 09 février 2012 ?

______

 

[1] - SADEV 94 : Servir les Ambitions Economiques du Val-de-Marne.

 

[2] - CREDOC : Centre de Recherche pour l’Etude et l’Observation des Conditions de Vie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article

mendes 15/06/2012 18:15


pour info, la municipalité a déposé une requête en appel contre la décision du président du tribunal administratif de Melun. Cependant, nous ne sommes pas inactifs, nous contestons le permis de
construire! Et nous ne sommes pas les seuls à le faire! A suivre!

valerie 04/05/2012 20:38


j avais déposé un commentaire plutôt soft et censure..... pas joli, joli.


je reitère ma question auriez vous publié les opinions ou intentions de vote de blogeurs partisans des extêmes gauche ou droite ? L absence de mon précédent commentaire outre une evidente censure
nous donne la réponse.


amis de la démocratie, réveillez vous.


 

04/05/2012 23:33



??? Pas de trace de votre commentaire.



V-ELLE 02/05/2012 22:05


Je m'étonne que vous publiez le commentaire de MMe de coster. Ce blog n'est t'il pas a politique ? Ne faisait t elle pas partie de l equipe municipale avec Mr le Maire il y a quelques années. Je
suis consternée.

Dminique de Coster 27/04/2012 23:35


En France, la justice n'est ni de droite, ni de gauche. Elle est indépendante!


Donc, moi, ça ne fait pas peur de voter dimanche 6  mai François Hollande. Et je serai même très heureuse qu'il soit élu !

Jacques DC 27/04/2012 23:21


Pas d'amalgame  entre le PS de François Hollande et celui de Michel Pajon. A Noisy le Grand, le PS n'a de socialiste que le nom.

Dominique 27/04/2012 10:07


La mairie est prêt à aller jusqu'au bout avec l'argent des noiséens et en plus elle se permet de juger la justice !


Si M. Hollande était élu, tous les pouvoirs seraient concentrés par la gauche. Cela s'appelle comment ? Plus personne ne pourra plus contester quoi que soit car il sera retoqué par les services
de l'Etat et la justice socialiste elle aussi !


Ne pas oublier : Là où un socialiste passe, pas un porte-monnaie ne résiste, sauf le sien. A Noisy-le-Grand, la bourgeoisie socialiste s'installe dans les plus beaux coins de Noisy (Avenue
Charles de Gaulle, Parc de Villeflix) en se mettant bien à l'abri des périmètres d'études avec les logements dont ils ne veulent pas à côté de chez eux.


Alors, austérité pour austérité, autant ne pas laisser la bride sur le cou à ces gestionnaires bétonneurs qui ne laissent même pas un jardin d'enfants dans la ville .

Wilfrid BASTIN 19/04/2012 14:44


Bonjour,


 


voila une bonne nouvelle.


Cette nouvelle nous encourage a poursuivre notre luttre contre les préamptions expropriations qui se pratiquent de la même façon dans la nouvelle ZAC "Marais de Gaulle" (et oui encore une !!!)
qui se trouve au dessus de l'autoroute A4 juste a coté de la ZAC des Simonettes Nord.


j'étais au dernier conseil municipal de Champigny sur Marne.


Ils feront appel de cette décision, mais nous serons là pour lutter encore et encore.


Je profite de ce billet pour vous dire a tous Campinois Campinoises que les élections municipal sont en 2014 et qu'il y a moyen de voir les choses changer en à Champigny sur Marne !


Bonne journée a tous.


 

Forges d'AURIN 16/04/2012 14:28


M MENDES, ils ont tous la même grille de lecture d’un jugement républicain qui leur est défavorable, à savoir:


            - les juges ne savent
pas juger,


            - nous ferons appel de
ce jugement stupide,


            - nous irons jusqu’au
bout.


A Noisy-le-Grand, c’est exactement le même raisonnement socialiste. Alors faire confiance à ces politiques, dites-vous, oh là
là……. ?Il faut réfléchir à deux fois, car ils sont tous adeptes d’un même courant de pensée violent, adepte de la table rase.

mendes 15/04/2012 22:21


Lors du conseil municipal du 11 avril, en réponse à la question écrite d'un élu de l'opposition, le conseiller municipal chargé de l'urbanisme, a répondu : le juge n'a pas su juger, nous ferons
appel de ce jugement et si celui -ci est confirmé, nous continuerons.....Nous ne baissons pas les bras...la création de 700 emplois..."


Voilà la réponse! Alors que les riverains souhaitaient uniquement un recul de 10m..qui n'avait pas été entendu!


Ce qui fait réfléchir, c'est si l'association n'avait pas contesté la DUP sur laquelle il y avait un vice de forme, cela serait passé inaperçu! Peut-on faire encore confiance?

Taillandier 15/04/2012 16:47


C'est très simple pour le Permis de Construire, il faut aussi l'attaquer auprès de Tribunal Administratif de Melun.