ATTENTION DANGER (suite) ! Pour les 3 quartiers de La Varenne, des Bas-Heurts (Noisy le Grand) et de La Garenne (Bry sur Marne)

Publié le par ADIHBH-V

PLUS QUE DEUX JOURS !

POUR RÉPONDRE

ET ARGUMENTER

SUR LE PROJET

DE MÉGA-BLANCHISSERIE

 

Il ne reste plus que deux jours pour réclamer une réelle concertation avec toutes les parties concernées par ce projet

De nombreux points posent problème et soulèvent des interrogations :

Défaut de publicité :
Quel a été le niveau d’information portée à la connaissance du public pour la réalisation d’un tel projet impactant forcément la vie de tout le secteur environnant ?
En tous les cas il semble avoir été largement insuffisant pour un tel établissement. Nos amis bryards, pourtant riverains n’étaient pas au courant !

Selon nos sources, hormis, les trois ou quatre affiches apposées sur les locaux de l’ancienne usine EIFFAGE, la diffusion sur le blog d’information 94.citoyens.com (très au fait des actualités de Val de Marne.) et d’un entrefilet de quelques lignes dans le journal de « La Vie à Bry », rien ne semble avoir été fait pour assurer une information à la hauteur du projet.

ATTENTION DANGER  (suite) ! Pour les 3 quartiers de La Varenne, des Bas-Heurts (Noisy le Grand) et de La Garenne (Bry sur Marne)

Nuisances sonores :
- Cette Méga-Blanchisserie va traiter le linge de 15 hôpitaux et de maisons de retraites.
Lesquels exactement ? Ce n’est pas mentionné.

Cela va générer de 20 à 30 tonnes de linge par jour.
Soit une activité de 6 jours sur 7, potentiellement 24h sur 24 (c’est écrit noir sur blanc au chapitre 4.1 de l’annexe 1 de l’enquête mise à disposition du public), avec des camions de 3h du matin au soir tard dans la nuit.
Soit 20 camion par jour en semaine et 8 le samedi !
Quel itinéraire prendront ils, selon leur point d’origine ?
  Sauf erreur de notre part, cela n’est pas mentionné
L’impact sonore et sur la qualité de l’air dû à ce trafic environnant est évident !

Nuisances sur la qualité de l’air :
- 3 tonnes de vapeur par heure…. !
- Le désenfumage et l’évacuation des vapeurs devraient tenir compte de la configuration des terrains vers l’EST en coteau,  les vents dominants venant de l’OUEST, cela peut impacter jusqu’au centre ville de Noisy-le-Grand. D’autant qu’il doit bien exister des systèmes de récupération et de condensation des vapeurs pour les réexpédier, débarrassées de toute impureté, dans le réseau des eaux usées.
- Dans la pièce jointe N°29 il est indiqué :
« Le désenfumage est en cours d’étude »…….
Ça fait un peu amateur ou désinvolte pour un tel projet !
- 1 blanchisserie industrielle, ELIS, située 102 avenue G. Clémenceau, à l'angle de la rue Léon Menu est déjà sur le secteur. 2 blanchisseries sur le même secteur, cela fait beaucoup !
- au point 5.d de la Déclaration initiale d’une installation classée relevant du régime de déclaration, au niveau des rejets dans l’atmosphère, il noté :
« Essentiellement non dangereux : fibres textiles, films plastiques et cartons ».
Les grosses particules seront filtrées par un système de treillis, nos poumons n’ont pas, pour autant, vocation à filtrer les nanos particules de quelque matière que ce soit !
L’air parisien est déjà suffisamment pollué comme cela
Il faut exiger une surveillance fréquente des rejets atmosphériques.
Actuellement, il n’est prévu qu’un contrôle tous les 3 ans !
De plus, ces contrôles devraient être effectués, de façon aléatoire et non programmées, par un organisme indépendant, avec un compte rendu au voisinage.

Risques liés au stockage :
Toujours dans le document Annexe 1 au point 4.3 , pour le stockage des comburants de catégorie 1, 2 ou 3, il est noté :
« La télé-déclaration sera réalisé ultérieurement  et sera transmise dès que possible »
Il est prévu 2,3 tonnes de comburants et ils ne communiquent même pas aux autorités administratives, donc au public, le mode de stockage ?

Risques liés à l’usage :
Dans la pièce jointe N°29, il est noté usage de produits corrosif, irritants et/ou dangereux pour l’environnement……

Si ce projet devait voir le jour……, il faut imposer un contrôle mensuel de façon aléatoire et non programmées, par un organisme indépendant, avec un compte rendu au voisinage, pour éviter toute dérive de fonctionnement.

Les dossiers peuvent être présentés, de façon cartésiennes, mais il ne suffit pas de cocher toutes les cases administratives en disant que tout est prévu. La réalité sur le terrain est souvent toute autre.

D’ou la nécessité de contrôles réellement contraignants, à priori et à postériori.
Il s’agit ni plus ni moins que de la santé des habitants des communes concernées par l’impact environnemental et le principe de précaution devrait prévaloir dans telle zone urbanisée !

Ce secteur, proche du RER de Bry sur marne, est en pleine mutation avec beaucoup de nouvelles constructions à Bry sur marne: maisons et petits immeubles - rue Léon Menu, Allées J. Roblin, P. Berthet.
N’oublions pas non plus qu’à la lisière de cette zone d’implantation envisagée, (donc vers l’Est) est prévue (sur la commune de Noisy-le-Grand) l’aménagement de la  ZAC des Bas Heurts de 900 logements et qu’il n’aura échappé à personne que les vents dominants vont de Bry à Noisy (OUEST ou OUEST/NORD- OUEST).

Sans omettre non plus qu’à proximité du site se situent 2 groupes scolaires (La Varenne et Samuel WALLIS), 2 collèges (François MITTERAND  et le collège international) et 2 lycées (Evariste GALLOIS et le Lycée international).
Certes sur la commune de Noisy-le Grand, mais en périmètre limitrophe et les frontières administratives n’arrêtent pas les les pollutions……
Une étude récente a par ailleurs révélé qu'en région parisienne les enfants étaient beaucoup trop exposés à la pollution de l'air, car plus sensibles que les adultes !

Notre association a toujours, dans son combat sur Les Bas Heurts à Noisy-le-Grand, défendu les bryards avec notre revendication d’une "Zone de Courtoisie", afin d'éviter qu'ils aient un mur de 22 m en face de chez eux. Il serait "peu courtois" en retour que la ville de Bry-sur-Marne fasse subir à ses concitoyens, ainsi qu’à nous même une telle nuisance avec  cette blanchisserie.

Il faut, à minima, avoir une réunion publique et une nouvelle réelle concertation avec tous les acteurs (Municipalités et dirigeants de la société GCS) et les citoyens concernés par l’impact du projet (noiséens et bryards).

_______________________

Retrouvez nous sur Facebook

Commenter cet article