Affichettes de La Fête des Cerises, acte II

Publié le


 

AFFICHAGE SAUVAGE...

DEUX POIDS,
DEUX MESURES

 

 

 

 

 

Alors que nous avions rétabli toute la signalétique de notre Fête des Cerises, le vendredi 12 juin, nous avions bien remarqué que la Police Municipale s'intéressait tout particulièrement à nos affiches dans le quartier des Bas-Heurts - La Varenne...
A la réflexion, nous en avions bien conclu que ce n'était pas un concours photographique pour enrichir la galerie du commissariat, ni un stage de formation professionnelle pour policiers débutants. Il fallait donc se résoudre encore une fois à de mauvaises nouvelles : plaintes, amendes, allez savoir ? Finalement le dénouement de cette histoire a eu lieu le 25 juin, lorsque le facteur nous a déposé un courrier du Maire...

 

LE COURRIER DE MICHEL PAJON

 
Cliquer pour agrandir 


 

 

Le 04 juillet 2009, nous accusions réception de ce courrier, en faisant observer à Monsieur le Maire que sur la ville les pollutions visuelles étaient nombreuses, y compris celles en provenance des services techniques municipaux, des commerces ou des partis politiques. Mais nous, à l'ADIHBH-V, la fête terminée, nous nettoyons, ce qui à l'usage, ne serait pas la préoccupation  de tout le monde !!!....

 

 

LA REPONSE DE L'ADIHBH-V

 

 

   


Noisy-le-Grand le : 04/07/2009

 

ADIHBH-V
8, rue Pierre Brossolette
93160 Noisy-le-Grand
Site : www.noisy-les-bas-heurts.com

Monsieur Michel Pajon
Maire
Hôtel de Ville
Place de la Libération
93160 - Noisy le Grand

Objet : Affichage sauvage, Fête des Cerises
du 13 juin 2009
V/réf : SAJ/YK/GL/ 09-174

Courrier remis en Mairie, le 04/07/2009, à 11h

 

 

Monsieur le Maire,

 

Nous accusons réception de votre courrier du 25 juin dernier, qui a retenu toute notre attention.

Comme vous le savez sans doute par la lecture de notre blog www.noisy-les-bas-heurts.com, la Fête des Cerises 2009 fut encore une fois un succès.

Cette Fête était organisée le samedi 13 juin 2009 par l'ADIHBH-V, en toute indépendance, et sans le soutien des moyens de communications de la ville. Alors oui, nous vous l'accordons, nous avons fait un gros effort de publicité en posant des affiches informant de la tenue de cette manifestation conviviale. Ceci d'autant plus que ces affiches ont été cette année régulièrement dérobées ou vandalisées par des individus ou des organisations hostiles à notre Association de quartier. Certains ont  même été jusqu'à tagguer des banderoles dans une propriété privée (voir ci jointe, main courante du 15/06/2009). Notons que vous faites silence de cet état de fait dans votre correspondance.

Que cette campagne d'affichage puisse vous paraître consternante, nous pouvons très bien le comprendre. Mais comme vous le précisez dans votre courrier, vous savez que nous participons aussi pleinement à la lutte contre l'affichage sauvage du quartier des Bas Heurts-La Varenne puisque dès le dimanche 14 juin, à 7h du matin, nous étions à nouveau sur le terrain pour éliminer cette « pollution visuelle ». Cette initiative fut d'ailleurs précisée dans un courrier le 15 juin à Monsieur Journeux, responsable de la Police Municipale, pour qu'il puisse le constater immédiatement sur le terrain. Aussi, ne doutant pas un seul instant de l'indépendance professionnelle de cette brigade municipale, nous supposons que vous disposez sur votre bureau d'un second procès-verbal établi par la cette même Police Municipale de Noisy-le-Grand, mais vous n'en parlez pas dans votre dernier courrier.

Quoi qu'il en soit, toutes vos observations seraient recevables si elles n'étaient pas, à notre avis, teintées à notre encontre d'un petit relent discriminatoire. En effet, à Noisy-le-Grand, les pollutions visuelles relatives à des publicités clandestines sont nombreuses et variées. Les placardages anarchiques sur les candélabres, pieds  de feux de signalisation, poteaux télégraphiques, murs, et autres font légions. Ils sont même durables comme nous avons pu le constater la semaine dernière lors d'un safari photographique organisé par nous-mêmes sur la ville. Afin d'appuyer notre démonstration, nous nous permettons de vous adresser quelques clichés qui ne se trouvent pas encore dans la banque de données des services de la Police Municipale. A savoir :

- Photo 1 et 2: Arrêtés Municipaux signés par l'Adjoint au Maire, chargé des Travaux et des Espaces Publics le 18 octobre 2008, annonçant des travaux sur la voirie, et toujours en place le 02 juillet 2009, après la fin des travaux,

- Photo 3 : Panneau annonçant la Fête Départementale du Parti Socialiste le dimanche 28 juin 2009 et toujours en place le 02 juillet à 12 h,

- Photo 4 : Reliquat d'une affichette d'une Association de quartier annonçant un spectacle de la MTP de La Varenne en octobre 2008, et toujours en place le 02 juillet 2009,

- Photo 5 : annonçant un spectacle municipal le 25 juin 2009 et toujours en place le 02 juillet 2009,

- Photo 6 : Autocollant syndical, relique des élections prudhommales de 2008

Ainsi, nous pourrions encore vous présenter une longue collection d'une cinquantaine d'illustrations.

Alors oui, comme vous, nous sommes consternés, par autant de pollution visuelle.  Aussi, nous supposons que dans le cadre de votre fonction, compte tenu de votre stricte impartialité de Maire, vous avez dû, comme pour nous, mettre en demeure vos services et vos amis de supprimer ces affiches.

En effet, contrairement à l'ADIHBH-V, eux ne participent pas à la lutte contre l'affichage sauvage et ne nettoient pas leur pollution durable. C'est donc les services de nettoyage municipaux qui feront un jour le travail, à la charge du contribuable Noiséen.

Pour conclure, il nous semble que l'affichage de nos manifestations, comme par exemple la Fête d'Automne du 4 octobre prochain, pourrait être réalisé sur des cartons amovibles, comme le pratique régulièrement la Municipalité de Noisy-le-Grand. Cela pourrait être une solution de compromis acceptable par tous. Si toutefois il en était autrement, nous vous demandons de bien vouloir nous en informer rapidement, ceci pour ne pas nous retrouver en contradiction avec l'article L.581-3 du Code de l'environnement.

Nous vous prions d'agréer, Monsieur le Maire, l'expression de nos salutations distinguées.

 

Pour l'Association
Alain Cassé
Président
 

PJ : - Récépissé de déclaration de main courante du 15/06/2009
      - Six photographies

 

________

 

 

     

Publié dans noisy-les-bas-heurts

Commenter cet article

Romuald 11/08/2009 12:17

Excellent !

mayaelle 01/08/2009 12:01

Que certaines associations soient conviées à ces festivités n'a vraiment rien d'étonnant ! Amusez-vous à reconstituer le "puzzle" dont vous devinerez le thème. Un exemple : à la dernière page de la profession de foi du candidat Pajon aux dernières élections municipales (liste des soutiens) : on retrouve par exemple le  président de l'association... des Amis du Bois Saint-Martin ! rien d'anormal, mais les liens sont intéressants...and so on.... amusez-vous bien !

etienne doussain 26/07/2009 22:33

Parfait !

Alain Cassé 08/07/2009 18:30

En 1979, quand il a été question d’encadrer la liberté d’affichage, de nombreux acteurs politiques s’étaient émus d’une atteinte à la liberté d’expression. C’est pourquoi le législateur a introduit l’obligation pour les maires, de faire aménager des emplacements réservés à « l’affichage d’opinion ainsi qu’à la publicité relative aux activités des associations sans but lucratif » (art. 12 de la loi du 29 décembre 1979 relative à la publicité).
La liberté d’affichage est constitutive d’une liberté fondamentale. C’est une pratique enracinée dans la tradition républicaine et quand on considère la place faite à la publicité à caractère commercial, toute aussi sauvage, dans notre ville, le respect de cette obligation légale est bien un minimum démocratique.
Or, à Noisy le Grand, la municipalité ne respecte en rien cette disposition, les panneaux d’affichage d’expressions libres étant très insuffisants ou en très mauvais.
En conclusion, selon l’ADIHBH-V, les engagements de ne pas procéder à de l’affichage sauvage doivent être accompagnés des moyens pour ne pas en faire.

Eugène-Les Bas Heurts 08/07/2009 18:15

Certaines Associations de Noisy le Grand, ont eu l’honneur de recevoir un courrier en date du 08 juin 2009, de Michel Pajon et Nicole Palaysi (Adjointe au Maire déléguée à la vie associative), afin de les convier à un cocktail dînatoire le mercredi 24 juin à 19h 30. Cette rencontre amicale était destinée à saluer leur action et l’engagement du monde associatif au service de la commune et de ses habitants.
Ma question est la suivante : L’ADIHBH-V a-telle reçu cette invitation ?

V-elle 08/07/2009 17:21

Pour votre info, j'ai vu hier un affichage dit "sauvage" sur un candélabre à l'angle des rues Charles de Gaulle, Rouget de Lisle, Armand GundHart. Les pompiers de Villiers nous invitent tous par cette affichage à aller danser à leur bal du 14 juillet.Plus que quelques jours pour vous revoir vos pas de danse......

Josiane 08/07/2009 12:47

Tout à fait d’accord avec Robert, il faudrait s’élever au dessus de ce marigot nauséabond !

ccpounder 07/07/2009 19:39

A quand la main tendue de celui qui se proclame maire de TOUS les noiséens ?  Imaginez la situation si nous habitions ailleurs qu'en France...A ce propos, un jeune Cubain interwievé racontait sa douleur de ne pas pouvoir penser différemment du régime, de ne pas pouvoir rêver de "conneries" comme par exemple rêver d'une jolie maison, d'une jolie voiture, etc... Il ne pouvait même pas partager ses rêves avec d'autres cubains car il craignait d'être pris pour un bourgeois ! Eh bien, certains noiséens ont rêvé de pouvoir dire ce ne va pas et l'ont fait, même si cela déplaît, parce que nous sommes justement en démocratie. Même les représentants de l'opposition laissent la tribune qui leur est proposée (par la loi et non pas par M. Pajon) vide car chaque fois qu'elle en publie une, elle est certaine de faire l'objet d'attaques du maire. Pour votre association ce sont des affichettes arrachées, d'autres n'ont même pas accès aux salles municipales (tiens les amis du bois St-Martin auraient-ils eu l'honneur d'en avoir une à leur disposition ?) . Enfin, M. Pajon a la mémoire courte : le stationnement abusif d'une voiture de fonction n'avait-il pas fait l'objet d'un article voici quelque temps ?

sophie 07/07/2009 15:37

Quand nous referrez vous un petit photo reportage sur le stationnement sauvage ?

V-elle 07/07/2009 15:35

Implacable : CQFDNDLRPS : je restreins au maximum les mots, pour ne pas polluer votre blog.

LECLANCHER Guy 07/07/2009 14:37

Monsieur PAJON est beaucoup moins légaliste et regardant de ses principes, lorsque ses amis politiques utilisent les murs de la commune de Bry pour leur affichage, en particulier lors des campagnes électorales.....Il est vrai que les panneaux qui ont la faveur de ses amis, placés en bas de la rue de la Garenne et rue des Ormes, prés du bd Galiéni, sont réputés "AFFICHAGE LIBRE". SUGGESTION Cette idée de panneaux d' AFFICHAGE LIBRE devrait reprise sur Noisy ...                                                         Le Bryard de service

jocelyne 07/07/2009 11:12

Au fil du temps je suis de plus en plus abasourdie par le comportement du Maire de Noisy le Grand - en ce qui concerne l'association des Bas-heurts il s'agit vraiment d'acharnement  de sa part et cela n'est pas digne d'un élu.  A mon avis il devrait s'intéresser à  régler des problèmes bien plus importants pour la ville  qu'à ce genre de "puérilité".  

Méphistophilus 06/07/2009 21:01

Je me demande si notre édile a lu - à mon avis pas - Clochemerle, de Gabriel Chavalier. Il est vrai que cela remonte à 1934, et Michel Pajon n'était pas né.Je reproduis ci-après un résumé trouvé dans Wikipedia :Le roman commence quand Barthélemy Piéchut, le maire de la commune de Clochemerle-en-Beaujolais, dévoile à Ernest Tafardel, l'instituteur, son projet : « Je veux faire construire un urinoir, Tafardel. […] Enfin, dit-il, une pissotière ! »Cette vespasienne, destinée, bien plus peut-être, à confondre madame la baronne Alphonsine de Courtebiche, le curé Ponosse, le notaire Girodot et les suppôts de la réaction, qu'à procurer un grand soulagement à la gent virile de Clochemerle, est édifiée tout près de l'église où Justine Putet, vieille demoiselle, exerce une surveillance étroite.L'histoire qui démarre alors, riche en rebondissements, sera l'occasion de caricaturer avec verve et justesse la société française de l'époque : riches, pauvres, clergé de campagne et prélats, politiques locaux et ministres, fonctionnaires, militaires, paysans et nobles, hommes comme femmes en prennent pour leur grade. Sous des apparences de gauloiserie, l'auteur laisse voir sa vision de la société et transparaître son caractère de libre penseur. Il dénonce l'hypocrisie, l'arrivisme et la corruption que les vignerons de Clochemerle, des gens simples, subissent et finissent par surmonter grâce à leur bon sens (et au vin de Beaujolais!).Grâce à l'humour de Michel Pajon, ce roman est toujours d'une actualité brûlante !

Jean-remy 06/07/2009 20:45

Je comprend mieux pourquoi il limite l'affichage des enquêtes publique ainsi que l'affichages des ordres du jour du conseil municipalet leur compte rendu sur les tableauxd'affichage officiel c'est pour respecter des articles du code de l'environnement.

Robert 06/07/2009 19:23

Prenez un peu de hauteur, Monsieur Pajon !

Nimbus 06/07/2009 18:38

Bien joué Président !!!