Réunions publiques

Publié le



REUNIONS PUBLIQUES

Participez

aux Conseils de Quartiers

_______




La création de Conseils de Quartier à Noisy le Grand, devrait traduire la volonté politique de la commune de renforcer les liens entre les élus et les habitants. Au quotidien, le rôle des Conseillers de Quartier consistera à enrichir l'action publique en lui procurant une expertise « de terrain ». Par exemple sur les grands projets d'aménagement urbain, les conseillers seront en mesure d'apporter le regard de ceux qui vivent dans le quartier et en ont l'usage.


Ces Conseils consultatifs seront mis en place au cours des prochains mois. Si vous souhaitez participer au Conseil de votre Quartier ou simplement vous informer sur leur fonctionnement, rendez-vous à l'une des réunions publiques organisées au mois de mars 2009, soit pour le:


-          Quartier Ouest (Pavé-Neuf, Mont-d'Est, Bas Heurts) :

           Jeudi 5 mars à 19 h, au LCR Pablo-Picasso.


-          Quartier Sud (Montfort, Richardet, Yvris)

           Lundi 9 mars à 19h, à la mairie annexe des Richardets.


-          Quartier Est (Haut-Bâtons, Champy, Cormiers, Butte-Verte)

           Jeudi 12 mars à 19h, salle des Abeilles.


-          Quartier Centre (Centre-Ville, Marnois, Grenouillère)

           Lundi 16 mars à 19h, espace Michel Simon, hall Jean Marais.


-          Quartier Nord (La Varenne, Rive-Charmante, Grenouillère)

           Lundi 23 mars à 19h, Maison pour tous de La Varenne.


Venez nombreux, merci.


PS : Nous avons demandé l'autorisation au Directeur de la Publication de NOISY magazine, Monsieur Michel Pajon, l'autorisation d'utiliser le graphisme «  Ensemble pour notre ville » que nous trouvons dans les  Revues n° 145 et 146, mais à ce jour, nous n'avons pas encore de réponse à notre courrier du 17 février 2009. Nous espérons pouvoir bientôt remplacer le Logo provisoire ci-dessus.

Publié dans noisy-les-bas-heurts

Commenter cet article

ccpounder 23/03/2009 19:20













Une petite opération de "benchmarking" (c'est un terme très "in" et utilisé dans certaines sphères...), sur le sujet revèle que la ville d'Agen, après avoir mis en place et évalué ses conseils de quartiers, a refondu leur organisation.

Au cours de l’année 2007, la précédente municipalité de la ville d’Agen avait divisé la ville en 5 quartiers et en les dotant de structures de concertation, les Comités de quartiers avec la  volonté :
- de créer un lieu d’expression, d’échanges et de réflexion ouvert à tous les habitants
- d’instaurer un dialogue direct entre les habitants et la municipalité pour mieux les informer et mieux répondre à leurs préoccupations
- d’associer les habitants à la gestion de leur quartier et de leur ville
- de rapprocher les habitants des élus municipaux en désignant des élus référents par quartier
 
Cependant, le travail d’évaluation sur ce dispositif participatif ayant mis en évidence un résultat limité qui tenait à quatre raisons majeures :
- 5 quartiers de 7 000 habitants en moyenne chacun, sans identité propre et trop grands
- des règles de fonctionnement mal définies
- une définition trop vague du champ de compétence
- une implication politique et des moyens techniques insuffisants
 
La nouvelle municipalité a décidé d'une nouvelle organisation avec de nouveaux objectifs :
- respecter la diversité des quartiers agenais en définissant des quartiersvillages à taille humaine
- définir des règles de fonctionnement statutaires simples et démocratiques
- donner à ces instances de participation un objectif bien défini
- mobiliser les élus et l’administration municipale
 
I - Un redécoupage géographique : 23 quartiers-villages
La délimitation des territoires correspond au découpage relevant d’un processus démocratique, l’élection : ce sont les 23 bureaux de vote. Chacun comprend environ 1 000 électeurs. Ce seuil pouvant faciliter le dialogue entre les habitants.
 
II- Les instances de participation : 23 associations de quartier, 23 Conseils de
quartier
La municipalité a souhaité doter chacun des quartiers-villages d’une instance de participation à forme associative régie par la Loi du 1er juillet 1901 et le Décret du 16
août 1901 permettant de donner à chacun des quartiers une structure pérenne et susceptible de se doter de moyens de fonctionnement propres, lui offrant des capacités de dialogue avec la Ville, et d’action dans le quartier.
Le découpage des quartiers sur la base du bureau de vote permet de donner aux associations une légitimité démocratique : le suffrage universel. 9 représentants élus dans les mêmes conditions que le Conseil municipal, sur la base stricte de la liste électorale.
 
III- Des engagements réciproques : le contrat de quartier
La signature d’un contrat de quartier formalise cette association. Ce contrat, établi pour la durée du mandat, fait l’objet d’un suivi qui permet de tenir compte des événements de la vie du quartier et des projets, et l’atteinte des objectifs est évaluée annuellement en commun. Ces 23 contrats de quartier ont notamment vocation à intégrer des objectifs en matière d’aménagement de voirie, d’éclairage public, d’assainissement, de circulation, de stationnement,

Forges d'AURIN 17/03/2009 12:00

Moi je pense que pour éviter toutes polémiques sur ce problème d'urne, et de savoir qui a les clés, dans un but de simplicité et de parfaite transparence vis à vis des citoyens,il aurait été plus simple de désigner un HUISSIER DE JUSTICE qui, le jour du tirage, ouvrirait les serrures.

scapal 16/03/2009 22:08

En rebond à Mme MELINE,Soyons pragmatiques et surtout essayons d'être présents partout, en tant que citoyens, y compris dans ces comités. pour faire circuler les informations ( vérifiables ).Même si un système est déjà "verrouillé", il est important que l'information circule !La "communication" tue l'information réelle et anesthésie le citoyen.Cela prends un peu de temps, c'est vrai, mais c'est à ce prix que l'irréparable peut être évité.À tous les niveaux.Nous avons jusqu'au 2 avril pour essayer d'entrer dans ces instances.Vous vous demandez s'il y aura "des filtres" avant tirage au sort, pour respecter une certaine homogénéité par rapport au quartier impliqué? Et laquelle?La question mérite d'être posée, lors d'une réunion publique, mais je ne vois pas comment cela serait déontologiquement possible.Les urnes seront elles verrouillées jusqu'au jour du tirage? Je n'ai lu nulle part aucune mention à ce sujet. La logique voudrait que oui.Bref ! participons, mais surtout faisons circuler les informations.Cela nous concerne tous!Plus il y aura de transparence et moins les dérives pourront voir le jour.

v-elle 14/03/2009 10:34

J'ai lu avec grande attention le commentaire de Mme MELINE. Ce sera le tour du quartier "centre" dont je fais partie, lundi 16 mars. J'hésite à préparer mes questions.

Eugène 13/03/2009 20:39

Ah oui, il a l'air bien se Monsieur PICANT, attendons la réunion du lundi 16 mars, dans le Quartier Centre, nous devrions avoir du grand Sébastien Bousquet?

Yveline MELINE 13/03/2009 12:28


Réunion Conseil Consultatif de quartier, salle des Abeilles, 12 mars 2008
 
Tout avait bien commencé. M. le Maire expliqu que la charte sur les CSQ est inspirée de celle de la ville de Créteil, que le budget est de 28 000 euros. 8 000 sont consacrés au fonctionnement de ladite instance, amputant de plus d’un tiers le budget. Une mission appelée « démocratie locale » va être créée auprès du Maire qui en assumera la présidence et qui aura pour mission le suivi des travaux et de leur réalisation. Il s’agit d’une instance « consultative ».
 
Les 5 CSQ pourront être interrogés par le conseil municipal. Enfin, il est envisagé une conférence annuelle des quartiers composée de 6 membres issus des collèges des 15 personnes tirées au sort et de 2 membres issus du collège des associations, représentants d’entreprises, etc..) présidée par le Maire.
 
Puis, suite à une question concernant les sujets qu’il sera possible d’aborder, M. le Maire se lance pendant dix minutes sur sa vision politique sans pour autant répondre clairement sauf à glisser que par exemple, si les habitants ont besoin de tables ou de chaises pour une animation, ils pourront en faire la demande au sein de cette instance.
 
En revanche, l’impatience et le ton monte lorsqu’une autre ose évoquer le périmètre d’études Cossonneau-Gournay et la destruction de sa maison. Hors sujet ! « contre nature » (sic) et pourtant, il s’agit bien d’une question douloureuse auxquels doivent faire face des noiséens pris dans la tourmente de leur vie quotidienne. Le maire-adjoint chargé du CSQ, Thierry Picant, ajoute : « on a assez de travail comme ça ! ça ne m’interesse pas de m’occuper de trois pavillons, … ». L’assistance émet un « oh » de réprobation, choquée par de tels propos. Un monsieur afghan, sosie du commandant Massoud, ose élever la voix avant de partir en disant « c’est honteux ce que vous dites ». « Il faut aller dans les autres quartiers pour voir les autres et ce qui s’y passe, … » reprend Thierry Picant.
 
« Les sages, hein, on connaît ça en Afrique ? » lance le Maire. Eh bien il y aura un conseil des sages en septembre pour les + de 65 ans. Ils fonctionneront comme le conseil municipal des enfants. Et voilà qu’un monsieur africain très digne évoque sa pétition restée lettre morte alors que son immeuble est resté sans chauffage ni électricité avec 5 m d’eau dus à des désordres d’immeubles voisins en décembre dernier. S’ensuit une explication embarrassée qui ne convainc pas vraiment le monsieur.
 
Mais la cerise sur le gâteau arrive avec une autre question sur la représentativité par sous-quartier : comment les habitants de x sous-quartier sera-t-il entendu si personne ne le représente dans le collège des six demande un jeune homme. A quoi M. le Maire répond :  « il y aura des représentants de musulmans, de catholiques et même d’hindous » (sic) !! Je n’ai pu m’empêcher de m’exclamer que nous étions dans un pays laïque.
Mais comment fera-t-il pour le savoir ? Les bulletins de candidature seraient donc dépouillés avant le tirage final ?
 
Alors je me décide à poser mes questions :
- le stationnement sera-t-il un sujet évocable ?
- la circulation (le rond-point à l’entrée de la ville pourra t-il être obturé pour pénétrer moins rapidement dans la ville ?) aussi ?
puis je rebondis sur les propos de T. Picant sur l’intérêt envers les autres quartiers :
- la question du patrimoine historique de la ville pourra t-elle être évoquée dans ces instances puisque par essence, le patrimoine est globalement noiséen ?
- comment les associations qui ne figurent toujours pas dans la liste publiée par la ville pourraient-elles être légitimées dans un tel CSQ ? (ex. l’association de sauvegarde du fort de Villiers)
 
et là Michel Pajon me diabolise et me caractérise comme « hostile à la municipalité » (sic) en place. Je récuse le terme en déclarant qu’il s’agit de démocratie participative et que le concept recouvre le rassemblement de toutes les tendances. « Ne vous mêlez pas du patrimoine noiséen », « le fort de Villiers n’est pas une priorité », …
On n’ose imaginer ce qui se passerait si la réglementation en matière d’archéologie préventive ne l’obligeait pas à faire stopper les travaux de construction.  Il ne se serait donc rien passé à Noisy depuis les Carolingiens. Dont acte !
 
L'évaluation de la pertinence de l’instance dite consultative et reliée au concept de « démocrative participative »  promets de beaux moments....

 

 

Président de l'ADIHBH-V 11/03/2009 08:26

Josiane, vous avez dit « Propriété intellectuelle ?
Non, nous n’avons pas encore de réponse de Michel Pajon
ou de sa Directrice de Communication ? Vous savez, ces affaires sont
toujours complexes car un auteur est protégé par la Loi.
Un Logo est une œuvre, c’est une création originale qui donne  à
son auteur des droits patrimoniaux et un droit moral sur son travail.
C'est-à-dire qui donne droit à son auteur d’en tirer un profit pécunier, et
cela pendant toute sa vie.
Ici, qui est l’auteur, peut être un concepteur de chez Euro RSCG ? Quel
est le type de contrat avec la ville de Noisy le Grand ? Y-a-il une clause disant
que ce droit peut être cédé pour l’euro symbolique ?
Quoi qu’il en soit tout ceci est payé avec l’argent du contribuable ; donc nous
nous pourrions penser que ces personnes ont aussi des devoirs ?
Nous allons relancer Noisy mag, car l’on nous doit au moins une réponse !

Josiane 10/03/2009 16:14

Avez-vous une réponse du Directeur de la publication Noisy mag, au sujet d'une éventuelle utilisation du Logo des Conseils de Quartiers sur votre blog ?

Alain Cassé 01/03/2009 18:28

Historiquement, les Bas Heurts sont dans le Quartier de La Varenne. D'un coup de baguette magique, les Bas Heurts deviennent le Clos aux Biches, et sont intégrés au Quartier Ouest avec le Pavé Neuf et Mont d'Est.Maintenant notre MTP ce trouve place Pablo Picasso au Pavé Neuf, et le lieu de Culte Musulman se trouve depuis octobre 2008 passage privé des Aulnettes, aux Bas Heurts.Avouez qu'il faut sérieusement se torturer les méninges pour arriver à sortir une telle bouillie.Peut être que demain, nos bureaux de votes seront au Pavé Neuf ?

Alain Roché 27/02/2009 20:20

Le rattachement des Bas Heurts au quartier Ouest, avec le Pavé neuf et le Mont d'est est extrèmement inquiétant pour l'avenir des Bas heurts dans la mesure où dans les réunions de quartier, les résidents des Bas Heurts vont se retrouver en nette minorité face à une majorité de résidents intégrés à de l'urbanisation massive et qui seront donc, de part leur style de vie, favorables à des projets de  construction de masse, et donc favorables à des projets de construction intensive comme initialement prévus sur les Bas Heurts et qui avaient justifié l'opposition que l'on connait... et l'échec de ces projets... Placer les Bas heurts dans le Quartier Ouest ne serait-il pas en fait une astuce extrèmement habile pour priver les Bas Heurts de l'appui des résidents de La Varenne, leurs alliés directs et légitimes puisque voisins immédiats et de même style d'urbanisme et donc directement concernés par les projets d'urbanisme sur les Bas Heurts ? Les résidents seront vraisemblablement bien seuls pour discuter de l'avenir de leur urbanisme dans leur comité... Au final, c'est à nouveau une nouvelle question de fond: y-a-t-il eu réelle concertation avec les Noiséens au niveau de la délimitation des limites géographiques des quartiers et surtout de leur cohérance au niveau style de vie donc d'urbanisme des quartiers réunis?

Patrick Cotte 27/02/2009 19:09

Nous avons déjà rencontré le Maire adjoint chargé des quartiers entre autre celui du Montfort, en Décembre, pour lui expliquer notre démarche sur le Fort de Villiers et nous attendons toujours sa réponse. Alors Bon Courage à tous ceux qui y croit...Si votre projet n'entre pas dans les objectifs de notre Maire, alors adieu le dialogue....;-)