Honneur aux jeunes architectes qui ont illuminé les Bas-Heurts

Publié le

HONNEUR AUX JEUNES ARCHITECTES QUI ONT ILLUMINE LES BAS-HEURTS !

 

N-L Archi - Photo 1

 © Gaston F. Bergeret / CAPA 2012

  

La rencontre de l’Association de Défense des Intérêts des Habitants des Bas-Heurts - La Varenne (ADIHBH-V) et d’un groupe d’Etudiants de 4ème année de l’Ecole Nationale Supérieure Architecture de Paris-La Villette (ENSAPLV) date du deuxième semestre de l’année universitaire 2005-2006. C’était l’époque où depuis des mois l’ADIHBH-V se mobilisait  contre un projet du Maire de Noisy-le-Grand de raser purement et simplement le quartier des Bas-Heurts, après en avoir expulsé ses habitants, dans le cadre de la ZAC dite du « Clos aux Biches ».

 

Projet urbain pharaonique dont l’étude d’impact ne comportait aucune analyse sérieuse, aucune mention des conséquences sociales du projet soumis à la procédure d’Enquête Publique. Et pour cause, la méthode utilisée de la tabula rasa, avait précisément pour fondement l’éradication de toutes traces d’une occupation antérieure du site, une négation de son histoire et du passé de ses habitants. Elle devait par définition, ignorer le contexte, au sens large du terme, dans lequel elle se déployait. Elle ne pouvait donc être traitée par les habitants que par le mépris,  puisque la démarche municipale relevait de la caricature.

 

Devant cet état de fait stupéfiant de constater combien le projet municipal du Maire pour le quartier des Bas Heurts relevait d’une doctrine urbanistique totalement obsolète, il convenait désormais d’abandonner ce mythe destructeur pour aborder la question en des termes tout à fait nouveaux, avec des hommes dont l’autonomie intellectuelle et méthodologique était incontestable. Il fallait sortir de cette posture d’un Cabinet d’Architecture, trop souvent confiné à n’être qu’un instrument docile du pouvoir politique local ou un exécutant servile des opérateurs immobiliers. Cette image assez négative n’est pas, admettons-le, totalement dénuée de fondement. Le rôle des Ecoles Nationales d’Architectes est d’infléchir cet état de fait.

 

Lorsque nous avons présenté le caractère outrancier de ce projet municipal à des Enseignants de l’ENSAPLV, ils ont tout de suite constaté qu’au plan strictement pédagogique il était  rare de trouver une telle occasion concrète d’illustrer la pertinence d’une « contre méthode de projet urbain ». Il fallait donc la saisir, ils ont  décidé de proposer à leurs étudiants de 4ième année de lui opposer une alternative rigoureuse et convaincante qui établisse, non seulement sa dimension politiquement scandaleuse, antidémocratique, mais également son inanité urbaine et architecturale. C’était le début d’une longue aventure humaine. A  plus forte raison, quand les efforts déployés par ces jeunes étudiants s’ajoutaient à ceux des habitants et de leur Association pour sauvegarder leur cadre de vie, qui est aussi leur passé, leur histoire et le futur de leur quartier menacé. En d’autres termes, sauvegarder leur quartier, maintenir sur place ses habitants, ne démolir aucune maison habitée.

 

L’objectif de ce « contre projet alternatif » des étudiants, mené en étroite concertation avec les responsables de l’ADIHBH-V  et avec des élus du Conseil Municipal de Noisy-le-Grand qui s’opposaient en 2006 – 2007 au projet de la municipalité (2),  consistait donc à étudier les conditions d’une transformation interne du quartier des Bas Heurts par une densification progressive et maîtrisée, à partir des dispositifs urbains existants.  Pour y parvenir il fallait en avoir analysé avec soin les origines, l’évolution, les structures physiques, mais également avoir rendu compte de sa réalité sociale et humaine dans toute son épaisseur.

 

Ces étudiants architectes étaient déjà de jeunes citoyens conscients de leurs responsabilités particulières dans le domaine de l’aménagement urbain et de l’espace habité. L’excellence de leur formation les conduisait tout naturellement à valoriser une capacité d’expertise considérable. Elle fut  instrumentée pour éclairer la situation conflictuelle des Bas-Heurts, la rendre plus intelligible auprès de la Commission d’Enquête Publique de Janvier-Février 2007, et ainsi prévenir pour le moment une tragédie humaine et un désastre urbain qui émaille régulièrement l’actualité, en conduisant la Commission d’Enquête à délivrer « un avis défavorable unanime » à la DUP, en avril 2007.

 

  

Aujourd’hui, que sont-ils devenus ?

 

Riche d’un vocabulaire peuplé d’acronymes :PLU, POS, DTU, PC, COS, SHON,….., Olivier, Chanez, Jérémy, Sulian, Arnaud, Maxime, Vincent, Célia, Nelson, Philippe,…et tous les autres que nous n’avons pas oubliés (1), tracent leur sillon professionnel dans les domaines de l’architecture, de l’aménagement urbain, du design industriel et de l’analyse socioculturelle. Toujours dans une approche volontariste du dialogue et de la véritable concertation, soutenant la créativité fusionnelle entre architecture et environnement, dans le cadre d’une logique de développement durable.

 

 

Focus sur l’Agence NADAU LAVERGNE ARCHITECTURES

 

C’est à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris – La Villette, que Jérémy Nadau (1982) et Vincent Lavergne (1982) commencent à travailler ensemble. Ils sont diplômés en 2007,  avec le fameux « projet alternatif » d’habitat dense des Bas-Heurts à Noisy-le-Grand, avec félicitations du Jury, dont le Président de l’ADIHBH-V était membre. Impétueux (3), ils s’affranchissent des us et coutumes. Pressés, fraichement diplômés, ils s’associent en 2008 au Bordelais Jean-Bernard Nadau (1951), père de Jérémy, afin de se confronter au plus vite à la réalité du chantier et créent l’Agence NADAU LAVERGNE ARCHITECTURES (4), qui conjugue la circulation des idées, l’échange des savoirs, avec l’apprentissage du savoir-faire.

 

Un pied à Bordeaux, l’autre à Paris, NADAU LAVERGNE ARCHITECTURES emmenée par les trois associés, repose sur une équipe diverse tant sur le plan des générations qui s’y côtoient que des compétences en présence. Architectes, urbanistes, paysagistes mais aussi graphistes, économistes et scénographes. L’agence compte dans ses rangs des architectes ayant plus de 20 ans d’expérience dans les domaines de la maîtrise d’œuvre et de l’aménagement urbain. 

L’Agence mène des projets tant en Métropole qu’à l’Etranger. Leur compréhension du contexte et de premiers projets qui se jouent des codes, ont séduit aux Etats-Unis, au Maroc, en Suisse.

 

 

Prix, Distinctions, Expositions

 

NADAU LAVERGNE ARCHITECTURES a participé à de nombreux concours et évènements en Suisse, en Grèce, aux Etats-Unis, en République Tchèque et en Suède. L’agence est lauréate de la Biennale d’architecture de Bordeaux en 2008 et nominée au prix de la première œuvre en 2010 pour le complexe vinicole de Saint-Emilion : « Château Barde-Haut ».

 

N-L Archi - Affichette AJAP 2012

 

En 2012, Jérémy Nadau et Vincent Lavergne sont lauréats des « Albums des jeunes Architectes et Paysagistes » (AJAP).  L’exposition de la Cité de l’Architecture & du Patrimoine, du Palais de Chaillot, consacrée aux lauréats des Albums des Jeunes Architectes et Paysagistes a été inaugurée le 24 octobre 2012 par  Aurélie Filippetti, Ministre de la Culture. Cette exposition relaie tous les deux ans la politique du Ministère de la Culture et de la Communication en faveur des jeunes Architectes et des Paysagistes. Cette promotion des AJAP 2012 distingue cette année 14 équipes d’Architectes et 3 équipes de Paysagistes de moins de 35 ans. Présentée au Palais de Chaillot en avant première, l’exposition poursuivra son itinérance en région et à l’international en 2013.

 

  

Quelques références…

 

GENEVE : Centre d’aide sociale – Concours

N-L Archi - Photo 2

 

 

BISCARROSSE : Restaurant & Théâtre LA RIVE – Réalisé en 2010

N-L Archi - Photo 3

 

 

MARTILLAC : Château Smith Haut-Lafitte- Livraison 2012

N-L Archi - Photo 4

 

 

BORDEAUX : Cité Hannapier – Livraison 2012

N-L Archi - Photo 5

 

 

 

NOISY- LE- GRAND : Logements sociaux aux Bas-Heurts -  Diplôme en 2008

N-L Archi - Photo 6

 

 

NEW-YORK : Transposition urbaine de Central Park- Projet 2009

N-L Archi - Photo 7

 

 

Et si demain, nous reparlions des Bas-Heurts, à Noisy-le-Grand ?

 

Ah !!! Noisy-le-Grand, il y a déjà un Architecte en chef, c’est Monsieur le Maire. Nous avons bien compris que l’aménagement des quartiers Ouest de Noisy-le-Grand, notamment sur le périmètre Mont d’Est – Brossolette (Mailles Horizons + Bas-Heurts), fera l’objet prochainement d’une nouvelle ZAC. Alors aura-t-on le plaisir de revoir un jour sur les Bas-Heurts cette bande de jeunes effrontés qui militent pour une architecture de l’habitat dense et complexe, tout en prenant acte de l’évolution des modes de vie et des populations au travers d’une urbanité contemporaine, sans éradiquer violement tout ses habitants historiques.

 

Allez savoir !!! Mais à l’ADIHBH-V nous ne disons pas: « Fontaine je ne boirai jamais de ton eau ».

 

Et comme par ailleurs, « pour les âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années » !!!

 

 

 

Alain Cassé

Président de l’ADIHBH-V

________

 

 

 

(1) - Les Etudiants du groupe de l’ENSAPLV étaient : Nurit GIL, Chanez KHALEF, Dorothée BOURGOIN, Célia HORN, Vincent LAVERGNE, François LAHEURTE, Jérémy NADAU, Peter BRANDBERG, Maxime GERAULT, Olivier STADLER, Géraud SARRET, Nelson FERREIRA, Antoine CAILLOU, Sulian CLEMENT-GUILLOTIN, Thomas HUGUEN, Arnaud LAPENNA et Philippe BOURDIER.

 

     -  Toute notre gratitude aux Professeurs Mrs HARARI, GRIBE et COHEN.

 

(2)- PCF, UMP, UDF-MoDEM, Les VERTS,

 

(3) - Il y a des parcours qui vous coupent le souffle. Fortes têtes, encore Etudiants en 2004, Jérémy et Vincent se font remarquer en étant “meneurs“ contre la réforme de l'enseignement en Architecture initiée par la tutelle, allant jusqu'à organiser une expédition et faire du raffut sous les fenêtres du Ministère Parisien de la Culture. La Directrice à la Direction de l'Architecture, s'en mêlera et descendra de son bureau affronter ces jeunes impétueux...

Preuve qu'au Ministère de la Culture on n'est pas rancunier. Aujourd’hui, voici NADAU-LAVERGNE ARCHITECTURES lauréat des AJAP, cuvée 2012. Et cela tombe bien parce que pour ce qui est des cuvées, ce sont des spécialistes. Tenez-vous bien, à 29 ans, après « Château Barde-Haut » (2010) ils signent leur deuxième chai dans le prestigieux cépage du Bordelais : Château Smith Haut-Lafitte »(2012).

 

(4) – NADAU-LAVERGNE ARCHITECTURES, 60 rue de Meaux, 75019 PARIS et 2 rue Saint-Etienne, 33000 BORDEAUX.

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans noisy-les-bas-heurts

Commenter cet article

Alain Cassé - Président de l'ADIHBH-V 06/01/2013 10:06


Palmarès des jeunes urbanistes 2012: Le Palmarès des jeunes Urbanistes a été proclamé le 20 décembre 2012 avec Cécile Duflot, Ministre du
Logement. Cinq équipes sont récompensées, dont encore une fois l’Agence NADAU LAVERGNE, (Jérémy NADAU et Vincent LAVERGNE), nos amis de l’ADIHBH-V, pour leur capacité à inventer la ville de
demain. La cérémonie, se tenait à la Cité internationale universitaire de Paris. Leur Projet Alternatif sur feu la ZAC du Clos an Biche
chère au Maire de Noisy-le-Grand, était présentée au palmarès. Toutes nos
félicitations.


 

Isabelle 25/12/2012 23:12


En réponse à Doug.


Bien sûr que c'est possible !


La preuve !  le premier projet présenté par les élèves architectes proposait déjà ce scénario. Repris en partie, depuis, par la commune par rapport au périmètre concerné, intégrant désormais
ce qui était dénommé comme "Mailles Horizons".


Il y a assez de terrains libres sur la commune pour une évolution "naturelle" de l'urbanisation, tenant compte de ses habitants et de la libération progressive des terrains en vue d'une
densification progressive, répondant à la demande.

doug 21/12/2012 23:17


Et toutes ces belles architectures sont possibles sans raser vos pavillons ?


Pourquoi cela n'est il pas accepté par la Municipalité ?


Cela permettrait une mutation naturelle de la ville, tout en répondant à un besoin raisonné d'offre de logements sur le périmètre.


 

gouyette 11/12/2012 08:08


Merci à ces jeunes qui ont fait un travail remarquable avec un investissement d'eux-mêmes sincère et profitable pour nous. Cela nous a permis de résister déjà quelques années en présentant un
projet cohérent et en s'appuyant sur des professionnels en devenir qui sont devenus aujourd'hui de vrais batisseurs!


Merci encore à eux et à leurs enseignants.

Vincent 10/12/2012 21:09


Ouvrir leur propre cabinet tout juste "sorti d'école", démontre des connaissances techniques reconnues mais surtout un formidable esprit entreprenarial !
Par chance, la vie sourit (souvent) aux audacieux !

VALERIE 07/12/2012 14:50


Les "petits" sont en passe de devenir des "grands". Bien sûr nous aimerions les retrouver dans un joli projet pour notre quartier des bas heurts, pour qu'à leur manière, ils nous rendent une cité
radieuse.


 

Yveline 07/12/2012 10:14


Le projet de loi de décentralisation qui devrait être débattu au parlement début 2013 généralise le PLU intercommunal pour les communautés de plus de 30 000 habitants. Cependant, l’urbanisme
étant une des dernières compétences fortes des communes, beaucoup de maires sont encore réticents pour transférer l’élaboration de ce document d’urbanisme au niveau intercommunal.



Depuis plusieurs années, les représentants des collectivités locales (mais pas Noisy-le-Grand...) s’accordent pour reconnaître la nécessité d’élaborer ce document de planification à
l’échelle du bassin de vie, en lien avec le programme local de l’habitat et le plan de déplacement urbain.


A suivre donc...

Yveline 05/12/2012 16:15


La création d'un "fonds de soutien" de 50 millions d'euros en faveur des collectivités mises en danger par les emprunts toxiques vient d’être présentée par le gouvernement. Son financement sera
assuré à parts égales par l'Etat et les collectivités.


Ce fonds ne s'adressera qu’aux collectivités, sur 1500 identifiées, qui n'arrivent pas à financer seules, même par des efforts tant en recettes qu'en dépenses, les surcoûts liés à l'explosion des
taux d'intérêt de leur dette.


25 millions d'euros proviendront du doublement du taux de la taxe sur les transactions financières et de la taxe de risque systémique sur les banques  et les 25 millions d'euros restants seront payés par l'ensemble des collectivités territoriales - qu'elles aient ou non souscrit un emprunt toxique - via un
prélèvement sur le produit des amendes de la police de la circulation.


Charles de Courson, député centriste et vice-président du Comité des finances locales, s’est déclaré choqué par cette mesure lors des débats sur le projet de loi de finances rectificative pour
2012, le 3 décembre dernier : « Il y a eu défaut de conseil de la part de certaines banques. Des contentieux sont d’ailleurs en cours. Qu’il y ait des renégociations de prêts, voire des
condamnations prononcées à l’encontre de banques pour défaut de conseil, cela me paraîtrait conforme au principe de responsabilité. Mais il est choquant que l’on fasse appel à la solidarité
nationale pour aider des collectivités locales qui ont « fumé la moquette », comme on dit chez moi, en votant en faveur de prêts à 0,5 % ou 1 %, ou incluant des produits des plus bizarroïde. Il y
a des assemblées qui ont voté cela. Eh bien, il faut qu’elles assument. Les banquiers sont absents de votre amendement. Ils ne sont pas là : rien n’est dit de leur responsabilité ! La deuxième
chose qui me choque, monsieur le ministre, c’est que vous encouragez l’irresponsabilité de la gestion publique locale. De la sorte, vous allez alimenter le populisme ».


Nous sommes donc avertis : les radars vont pousser partout et les amendes vont pleuvoir ! il va bien falloir que la mairie provisionne les sommes qu'elle devra payer... sur le dos des
noiséens, sachant que l'actuel président de l'Assemblée nationale, M. C. Bartolone, a signé des emprunts toxiques en tant que président du conseil général de Seine Saint-Denis. Argent qu'il a
généreusement distribué en subventions pour asseoir la politique qui est la sienne !

bocciarelli 05/12/2012 09:13


un grand merci pour ces éleves qui ont accompli un travail remarquable!!   sans compter les heures de travail ils ont su donner une dimension humaine à ce projet pour les avoir
rencontré, bonne réussite à tous vous le méritez vous êtes formidables !! bonnes fêtes de fin d année   marie france bocciarelli 

pascal 04/12/2012 19:59


BRAVO à ces jeunes qui avec leur camarade de promotion avaient réalisé ce contre-projet qui n'expropriait aucun des habitants du quartier !


Déjà, à l'époque, ils avaient inclu le périmètre "Maille Horizon" dans leurs proposition.


Comme une évidence!


À tel point que la municipalité s'en est inspirée pour ses futurs projet.


C'est tout dire !
Encore merci à eux pour cette écoute pour l'humain et tous mes voeux pour l'avenir.

Alain Cassé 04/12/2012 08:07


Certains chroniqueurs nationaux disent qu’EELV avalent des couleuvres au Gouvernement ! A Noisy-le-Grand, lors des dernières
élections municipales EELV (ex :Les VERTS), à choisi de partager la gamelle des Socialistes. Donc, votre question est tout à fait légitime.


Nous verrons bien le moment venu, et nous communiquerons en fonction des décisions. Nous avons des archives et des arguments. Ce
qui est certain, dans ce groupe politique Noiséen, c’est que certaines personnes sont parfaitement estimables, et que d’autres se regardent le nombril.


Par ailleurs, nous croyons savoir qu’au niveau des militants, ça renâcle un peu !!! Alors attendons pour voir s’ils
avalent leur chapeau, et soyons respectueux.

Josiane C 03/12/2012 12:45


En 2007, effectivement, les Verts étaient en dissidence avec le Maire de Noisy-le-Grand sur le projet des 1500 logements aux Bas-Heurts. Pensez-vous qu'il en sera de même lors du prochain projet
dont vous parler?