Insécurité à Noisy le Grand. Des réponses pour les Bas Heurts ?

Publié le par ADIHBH-V

 

 

LA PROTECTION CITOYENNE

DOIT-ELLE S’INVITER SUR LES BAS HEURTS,

À NOISY-LE-GRAND ?

______

 

Photo Initiative Protection Citoyenne-Lachapelle

 

 

 

 

Las des cambriolages, avec plus de 10 effractions  en quelques mois, les citoyens des Bas-Heurts en ont ras le bol. Cette augmentation d’actes délictueux sur le quartier est inquiétante, c’est insupportable ! Face à ce fléau, Noisy-le-Grand ne dispose que des forces et des faiblesses de la Police Nationale et d’une douzaine de Policiers Municipaux, pour 63 000 habitants (à Bry-sur-Marne, pas de Police Nationale, mais 42 Policiers Municipaux pour 18 000 habitants.

 

Une étude de sécurité (réf : PC 16) réalisée en 2012 dans le cadre du permis de construire du Collège International sur Maille Horizon-Nord (1), mentionne que les cambriolages représentent sur le secteur nord-ouest de la commune, la catégorie la plus représentée et connaissent une augmentation continue sur les dernières années ; soit : 17 cambriolages en 2009, 27 en 2010 et 30 en 2012.

 

Tableau délinquence de proximité

 

Cette étude précise également que les vols et cambriolages constitueront un risque non négligeable pour ce collège, en raison de la présence de matériels à forte valeur au sein de cet établissement, comme par exemple la salle multimédia du rez-de-chaussée. Enfin, il est aussi précisé que la situation du collège, à proximité immédiate d’un parc, entraînera des risques qu’il convient de souligner. Cet espace vert sera un vaste endroit sans surveillance, sans aucun flux de véhicules, ce qui peut créer un lieu prisé par des personnes mal intentionnées (bagarres, trafics et consommation de stupéfiants,…..). Cependant, de mémoire, il semblerait que lors des réunions publiques le Maire ait annoncé la présence de caméras de  vidéosurveillance et la clôture du parc.

 

En quoi consiste le dispositif "voisins vigilants" ?

Après avoir expérimenté ce « dispositif de participation citoyenne » dans plusieurs départements, il s’est généralisé sur l’ensemble du territoire national, conformément à la circulaire du 22 Juin 2011 émise par le précédant Ministère de l’Intérieur. Les « voisins vigilants » gagnent du terrain, plus de 1000 communautés y seraient à ce jour associées, selon le portail voisinsvigilants.org.

A cette époque, le Ministre Claude Guéant précisait que les retours d'expérience mettaient  en évidence une baisse significative de la délinquance d'appropriation dans les secteurs où le dispositif a été mis en œuvre. Certaines communes ont enregistré une baisse de 20 % à 40 % des cambriolages constatés...

Sans tomber dans des extrêmes et la paranoïa, le principe de la « chaine de vigilance » est simple. Il s'agit d'être attentif à des faits inhabituels dans son secteur, puisque chacun a intérêt, quand il est absent, à voir son bien préservé. C’est l’union des habitants d’un quartier autour de valeurs communes de cohésion et de respect.

Ce dispositif permet :

- d’accroître l’efficacité de la prévention de proximité,

-d’améliorer la réactivité des forces de sécurité contre la délinquance d’appropriation,

- de rassurer et protéger la population,

- de constituer une chaîne d’alerte entre les référents de quartier volontaires et les acteurs de la sécurité

- de resserrer les liens sociaux et développer l’esprit civique,

- de renforcer le tissu relationnel entre les habitants d’un même quartier,

- d’encourager les habitants à la réalisation d’actes de prévention élémentaires.

 

Un outil efficace pour lutter contre les atteintes aux biens. 


L’efficacité de ce concept suppose :

- l’entretien d’un dialogue constant entre des référents et la population et des échanges réguliers entre ceux-ci, la Police Nationale et Municipale,

- l’intervention pertinente des forces de l’ordre en fonction des informations reçues,

- la communication périodique des forces de sécurité sur certaines mesures de prévention et sur certains faits ou phénomènes de délinquance,

- le retour d’expérience régulier entre les différents acteurs.

 

Le rôle du référent.


Fondé sur la solidarité de voisinage, des référents volontaires contribuent à la vigilance collective à l’égard des comportements et événements suspects. Ils diffusent l’information vers les habitants de leur quartier et la remonte vers les forces de sécurité. A contrario, la police, en liaison étroite avec le maire, alerte les référents de la détection de faits ou de phénomènes particuliers visant un quartier ou un secteur considéré.

 

Le rôle du Maire de la commune.


Le Maire est l’acteur clé de la sécurité publique et de la prévention de la délinquance sur son territoire. Il est chargé en collaboration étroite avec la police de la mise en œuvre de l’animation et du suivi de ce dispositif. Cet outil le renforce dans son rôle de pivot de la politique de prévention de la délinquance.

 

Et demain, pourquoi pas sur le quartier des Bas-Heurts ?


Ce concept de « voisins vigilants » repose sur un partenariat entre les services de l’Etat (préfecture, police, ….), les communes et les habitants. Face à la montée inquiétante d’actes délictueux, la réflexion sur la mise en œuvre du concept « Voisins vigilants » se pose aujourd’hui sur le quartier restreint des Bas-Heurts. L’ADIHBH-V devrait elle promouvoir cette initiative ?

Nos statuts nous le permettent (2).

________

(1)-Il est vraisemblable que ces chiffres sont inférieurs à la réalité, car il est communément admis par les experts que de nombreuses victimes ne déposent pas plaintes.

(2) - Objet de l'Association ADIHBH-V :

 

L'objet de l'Association est d'assurer aux administrés et / ou aux contribuables du quartier des Bas Heurts – La Varenne à NOISY-LE-GRAND, adhérents de l'ADIHBH-V, la défense de leur environnement, d'éviter toute implantation, toute spoliation et / ou expropriation, tout projet ou toute manifestation apportant quelque nuisance que ce soit, et de favoriser toute initiative visant à améliorer le cadre de vie et la sécurité des riverains.

 

 

 

 

 

 

Publié dans Lettre de l'ADIHBH-V

Commenter cet article

ADIHBH-V 24/01/2014 10:33


Vu sur Les Echos, le 23/01/2014 - Les vols et les cambriolages ont continué à augmenter en 2013 en France.


En 2013, par rapport à 2012, selon l’ONDRP, les cambriolages ont augmenté de 6,4% en zone urbaine (police) et de 4,7% en zone
rurale (gendarmerie). Quand ceux visant les habitations principales ont respectivement augmenté, dans ces mêmes zones, de 7% et de 1,3%, ceux des résidences secondaires ont grimpé de 10% et
17,7%. Déjà très importante en 2012, cette hausse des cambriolages était une priorité de Manuel Valls en 2013. Il avait lancé un vaste plan afin de lutter contre ce phénomène perpétré, selon les
forces de l’ordre, par des gangs organisés venus souvent des pays de l’Est. Le combat n’est clairement pas gagné  même si les hausses sont parfois moins importantes qu’en 2012, selon ces
chiffres.

Le Martinet 07/01/2014 11:33


Le FIGARO du 07/01/2013 – Délinquance : Sévère constat du Général Soubelet, n°3 de la Gendarmerie Nationale devant des
députés. Le Général déplore que les délinquants « profitent du système » et a noté crument que les Gendarmes sont inquiets car on prend plus soin des auteurs que des
victimes.


65% des cambrioleurs interpellés dans les Bouches-du-Rhône en novembre 2013 sont à nouveau dans la nature, selon le Haut
galonné.

ADIHBH-V 18/10/2013 15:34


Voisins vigilants :
A titre d’information, veuillez consulter le Protocole relaVoisins vigilants : A titre
d’information, veuillez consulter le Protocole relatif au dispositif de « participation citoyenne » sur la commune de
CHATAURENARD, en Provencetif au dispositif de « participation citoyenne » sur la commune de CHATAURENARD, en
Provence

18/10/2013 16:30



Voici
le lien Voisins vigilants à Chataurenard



ADIHBH-V 17/09/2013 08:40


Localtis.info, 16/09/2013,MT : Un couac sur l'armement des policiers municipaux ?


Les policiers municipaux se voient privés de l'utilisation de certaines armes (bombes lacrymogènes de plus de 100 ml) par
la nouvelle réglementation entrée en vigueur le 6 septembre.


La nouvelle réglementation sur l'armement, entrée en vigueur le 6 septembre, suscite la circonspection chez les policiers
municipaux. Un décret du 30 juillet visait à mettre la
France en conformité avec la réglementation européenne en substituant aux huit anciennes catégories d'armes, une nomenclature en quatre catégories (A, B, C et D). Mais il a
conduit à une actualisation du décret du 24 mars 2000, texte de
référence sur l'armement des agents de police municipale. Ces derniers se voient ainsi retirer la possibilité de porter des bombes lacrymogènes de plus de 100 ml. D'autre part, le
décret remet en cause l'utilisation des armes à impulsions électriques de contact ou à distance, de type Taser (l'utilisation de ces pistolets avait été rendue possible en 2008), estime
la FA-FPT Police municipale. Cette réforme entraîne "de fait, le désarmement de nombre de nos collègues", souligne le syndicat, dans un communiqué du 12 septembre.


Plusieurs préfectures auraient déjà demandé aux municipalités de se mettre en conformité avec la nouvelle réglementation. "On
s'arrache les cheveux", s'insurge Fabien Golfier de la FA-FPT Police municipale, qui vient de saisir "en toute urgence" le ministre de l'Intérieur. "Nous mettons cela sur le compte d'une
maladresse, d'un oubli ou d'une méconnaissance ; s'il y avait une réelle volonté derrière, ce serait bien dommageable", ajoute le syndicaliste, alors que cette réforme a été
conduite "sans information et sans concertation". 


Les modifications concernant l'armement des policiers municipaux sont de la compétence de la commission consultative des polices
municipales qui n'a pas été réunie depuis la prise de fonction du ministre de l'Intérieur. "Cela fait plus d'un an que je demande en vain à Manuel Valls de réunir la commission consultative que
je préside et qui a obtenu des avancées sociales demandées par les syndicats validées par tous", s'était insurgé le député-maire de Nice Christian Estrosi, président de cette commission, le 24
août, dans le Journal du dimanche.


 

Alain Cassé - Président de l'ADIHBH-V 16/09/2013 12:44


Sous Préfecture du Raincy. Comme suite à notre courrier du 10 septembre écoulé, au sujet du concept « Voisins
Vigilants », Monsieur Thierry QUEFFELEC, Sous-préfet du Raincy, nous informe qu’il adresse notre courrier à M le Sous-préfet, Directeur du Cabinet de M le Préfet de la Seine -Saint-Denis,
qui examinera avec les acteurs locaux de sécurité la pertinence de la mise en œuvre de ce dispositif.

Michel 14/09/2013 11:17


Débat dangereux mais qui peut être nécessaire pour réveiller les consciences.


Le citoyen ne peut et ne doit pas se substituer aux forces de l'ordre.


Par contre, si chacun s'occupait réellement plus de son voisin, certaines dérives ou certains faits auraient beaucoup plus de mal à se produire.


Quant aux forces de l'ordre, c'est souvent une question de moyens techniques et humains qui les empêche d'être aussi efficaces que nous sommes en droit de l'espérer. Par ces temps de crise, cela
risque de durer.


Pour les bas heurts, il est évident que la structure actuelle du quartier facilite la survenue de délinquance et que cela devrait se raréfier une fois le quartier correctement aménagé. Ce que
l'ADIHBH-V souhaite d'ailleurs. Donc, sans créer des entassements de population. Ce qui est possible, comme l'ont prouvé les jeunes architectes de l'École de La Villette que vous aviez contacté.


Pour le reste, que je sache, rien n'empêche tout citoyen témoin d'un délit, d'en faire déclaration aux forces de police. C'est juste un problème d'attente au commissariat qui ralentis les ardeurs
(problème de moyens évoqué plus haut) ou d'égoncentrisme qui fait que les choses évoluent dans le mauvais sens.


Merci à Mr DOUSSAIN pour son analyse et sa contribution pleine de mesure et de justesse.

Alain Cassé 13/09/2013 13:40


Pour répondre à Taillandier, nous dirons qu’après avoir effectué un peu de benchmarking sur le concept Voisins Vigilants, avant de rédiger ce billet, chaque fois, la notion de délation et de
milice privée refait surface. Rien d’anormal dans un débat.


Que peut-on répondre à ceux qui y voient un risque de retour aux sombres heures de notre l’histoire ? En fait les gens
adhérent ou pas, à un certain moment il faut choisir son camp. L’idée est de se protéger les uns les autres, ça n’a rien à voir avec de la délation ou des milices. On pourrait être là pour lutter
contre la délinquance, en partenariat avec les forces de sécurité (Police Nationale, Police Municipale), afin d’amplifier l’efficacité de la prévention de la délinquance, pour faire baisser les
cambriolages.

ADIHBH-V 13/09/2013 12:07


France 2, Envoyé spécial du jeudi 12 septembre 2013. Emission relative aux
VOISINS VIGILANTS. Possibilité de revoir l’émission en Replay sur France 2.

Etienne Doussain 13/09/2013 11:10


Débat complexe que celui que vous déclenchez avec cet article !


Sans nier la réalité - et je suis bien placé pour le savoir et ayant été aussi victime d'un cambriolage récemment - , si le principe d'une entraide entre voisins est une évidence au quotidien, je
pense que derrière le concept de "voisins vigilants" peut se glisser malheureusement quelque chose de l'ordre de la milice en lieu et place de la police nationale ...ou municipale (puisqu'elle
existe !). L'idée même de faire justice soi même est un risque qu'il faut mesurer, y compris du point de vue de la Loi. Un bijoutier très dernièrement en a fait les frais, doublement si l'on peut
dire, en ayant pensé que de tirer au pistolet sur un voleur en fuite...était de la ligitime défense. Cela n'en est pas visiblement, même si le braquage de son magasin lui était bien évidemment
insupportable...


De plus, le climat, politique, économique et social, détestable que nous subissons favorise incivilités et délinquances multiples. Nul doute que certains en profitent, y compris en étant très
organisé - c'est sans doute le cas avec certaines bandes quasi professionnelles qui écument la France et la Navarre -, pour autant, si la vigilance collective ne me gène pas, la prudence s'impose
sur les limites d'actions communes dans un quartier. J'ose même penser et ne veux pas le croire que laisser la situation se détériorer ainsi pourrait n'être pas anodin et que cela pourrait servir
implicitement des visées plus que discutables. Pourquoi le quartier des Bas Heurts donne-t-il l'impression à ses habitants d'être abandonnés ? Comment ne pas faire le lien avec les friches, les
pavillons préemptés, l'état de la chaussée ? J'espère donc vivement que commissariat et police municipale se sont coordonnés pour marquer plus sérieusement leur présence, jour et nuit, dans le
quartier...et éviter ainsi de faire monter l'exaspération de la population et, ce d'autant plus, quand celui qui est montré du doigt, l'autre, l'étranger, celui qui est différent (ce qui n'en
fait pas un ange...), peut devenir à tout moment le prétexte de la colère...


Je refuse, quant à moi, de me laisser embarquer sur ce terrain et je ne doute pas que les "citoyens vigilants" des Bas heurts, s'il devait y en avoir, au delà de la vigilance bien connue des
habitants actuels sur le plan de la défense de leur quartier, feront preuve de maturité et de conscience comme ils ont toujours su le faire.


C'est un débat difficile que vous avez ouvert !


Bien cordialement,


 


 

Taillandier 12/09/2013 15:28


Ce dispositif de Voisins Vigilants ne risque-t-il pas, au contraire de créer un climat de suspicion, voire d'inciter à la délation ?

ADIHBH-V 12/09/2013 09:37


France 5 – Emission C dans l’air du 06/10/2013 - Yves CALVI :
Un cambriolage toutes les 90 secondes. Voir la vidée sur www.youtube.com/watch?v=k4kqduJB0EY

ADIHBH-V 10/09/2013 18:28


Le FIGARO du 10/10/2013, Jean Marc LECLERC : Sécurité, Un an après la
prise de fonction du Ministre de l’Intérieur, la violence augmente presque partout. Sur la période août  2012 à juillet 2013, le baromètre Valls
tourne à l’écarlate. Soit : violences sexuelles + 10,4%, atteintes aux biens + 3,5%, dont les cambriolages + 9,3%.


Les patrouilles sont moins nombreuses et le taux d’élucidation diminue ! Les missions opérationnelles diminuent : -10,2%
pour la Gendarmerie, -2,2% pour la Police en tenue. Une Police noyée sous la procédure et la bureaucratie !

Alain Cassé 09/09/2013 20:41


L'initiative civique de Veneste 56, est personnelle. Ici, nous écoquons la notion de "Protocole de participation citoyenne" avec la Préfecture et les élus, ce qui pourrait donner une
autre lecture.

ADIHBH-V 09/09/2013 16:11


Le FIGARO.fr du 04 02 2013 : Un cambriolage toutes les 90 secondes – Christophe
CORNEVIN.


 


Ce fléau atteint désormais des dimensions extravagantes. Selon un dernier état des lieux de l'Observatoire National de la Délinquance et des
Réponses Pénales (ONDRP), la
France a été le théâtre de pas moins de 352.600 cambriolages en tous genres en 2012. Soit un fait toutes les 90 secondes! Le phénomène visant les habitations principales, qui ne cesse d'enfler, a
été marqué par une augmentation de 8,5 % l'année dernière, sachant que 2011 avait déjà été calamiteuse avec une explosion de 17 % des délits enregistrés.


 


Selon le criminologue Christophe Soullez, chef de l'ONDRP Ce chiffre est d'autant plus préoccupant
qu'il ne reflète qu'une partie de la réalité: à peine six ménages victimes sur dix disent porter plainte quand ils constatent une effraction ou une
tentative.


 


Délinquants itinérants issus des gens du voyage ou «petites mains» pilotées à distance par des mafias des pays de
l'Est, ces bandes de cambrioleurs ignorant les frontières n'hésitent plus à couvrir des centaines de kilomètres lors de raids nocturnes pour repérer puis investir des demeures
isolées.

venetes56 09/09/2013 10:07


Je pratique la solution "voisins vigilants" depuis plusieurs années. j'ai du appeler une fois la police nationale qui m'a renvoyé vers la municipale et j'entends toujours qu'ils viennent. Alors,
"voisins vigilants" est une solution mais elle a ses limites.


Idem pour le stationnement sur les trottoirs, passages cloutés et autres,  qui empèche le passage des piétons, les poussettes, caddies et véhicules d'handicapés; là aussi il est inutile
d'appeler la police municipale qui ne répond qu'aux instructions venues d'en haut.


alors faites comme moi, distribuez des petits papiers sur les pare-brises :


Je stationne sur les trottoirs !


Je ne redoute pas la police !


J’emmerde les piétons, les handicapés, les mamans qui poussent le landau et tous les
autres !


J’emmerde ceux qui ne font pas comme moi et c’est mon droit !


Qui suis-je : je suis le propriétaire de ce tas de tôle. 


Il est temps de prendre son destin en mains!