Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

278 articles avec lettre de l'adihbh-v

Quelle thermographie à Noisy le Grand ?

Publié le par adihbhv

 

LA THERMOGRAPHIE AERIENNE ATTERIT À NOISY-LE-GRAND

_______

 

 

 

 

Thermographie-Photo1.jpg

 

 

 

En avril 2012, l’ADIHBH-V et beaucoup d’autres, se sont impliqués dans l’élaboration de l’Agenda 21 de la commune en participant aux ateliers de réflexion et d’échange. L’action de notre Association a porté principalement sur la Thermographie aérienne de Noisy-le-Grand, sujet qui n’était pas à l’ordre du jour du diagnostic initial, dressé au moment de l’état des lieux du territoire de Noisy-le-Grand.

 

Qu’est-ce que la Thermographie infrarouge ?

C’est la discipline permettant de mesurer à distance et sans contact la température d'un objet cible à partir de ses émissions d'infrarouges.

La Thermographie infrarouge est un outil qui permet de détecter les ponts thermiques, les défauts d'isolation, les fuites ou infiltrations d'eau, les fuites sur les différentes ouvertures.

Grâce à une caméra infrarouge de mesure thermique ou à un thermomètre infrarouge sans contact,  il est possible de visualiser la distribution de chaleur sur la façade d'un bâtiment et de localiser précisément les pertes de chaleur dues à un défaut d'isolation, chose qui est impossible à l’œil nu.

Il est alors possible de dresser un bilan thermique du bâtiment visant à orienter des travaux de réparation et d’amélioration énergétique.

 

Thermographie-Photo2.jpg

 

Plus particulièrement, la Thermographie aérienne est une représentation vue du ciel de la déperdition de chaleur des toitures, prise par un avion équipé d’une caméra thermique. Le survol des habitations de la Seine-Saint-Denis a été réalisé sur tout le département, en hiver et de nuit, juste avant le lever du soleil. Les clichés ont ensuite été superposés au cadastre de la ville.

C’est un excellent outil de sensibilisation aux problèmes énergétiques.

Ces résultats seront accessibles à tous les Noiséens !

C’est l’objet de la fiche Action n° 8, de l’orientation: Aménager en optimisant l’espace et le bien-être des habitants, du plan d’action de l’Agenda 21 qui fera l’objet de notre prochain billet.

Ces résultats seront accessibles uniquement aux particuliers et en présence d’un Conseiller Info-Energie, afin d’éviter les démarches intempestives et les mauvaises interprétations. La lecture de ces résultats doit être recoupée avec les données particulières sur la nature des matériaux, l’occupation des pièces, etc…..Enfin, le rôle du Conseiller Info-Energie, est également d’accompagner les habitants dans leurs projets de rénovation et d’isolation.


Présentation au public.


Une présentation de la Thermographie aérienne sera faite au public lors de la semaine du Développement Durable, le samedi 6 avril, de 14h à 18h, à la Villa Cathala. A cette occasion, les Noiséens pourront  s’inscrire à la première permanence Info-Energie.

 

Exemple : la Thermographie aérienne de la Communauté Urbaine de Bordeaux (la CUB).

 

Cliquer sur : Thermographie aérienne de la CUB

 

 


Nouveau S.D.R.I.F. Quoi de neuf à Noisy le grand ?

Publié le

 

  LES TRIBULATIONS

DU NOUVEAU S.D.R.I.F.

A   NOISY-LE-GRAND  

 

  SDRIF - Photo 1 A

 

 

Depuis 2004, la Région Ile-de-France s’est engagée, en association avec l’Etat, dans un ambitieux processus de révision du Schéma Directeur de la Région Ile-de-France (S.D.R.I.F.) de 1994, document d’aménagement et d’urbanisme qui donne un cadre à l’organisation de l’espace francilien. Ce schéma détermine notamment la destination générale des différentes parties du territoire, les moyens de protection et de mise en valeur de l’environnement, la localisation des grandes infrastructures de transport et des grands équipements.

 

Conformément à la procédure prévue pour la révision de ce document, le Conseil Régional a approuvé, dans sa séance du 28 septembre 2008, le projet de SDRIF. Cependant, au regard des évolutions législatives et réglementaires substantielles qui sont intervenues par la suite concernant l’aménagement de l’Ile-de-France, le Conseil d’Etat n’a pu rendre un avis favorable au projet de décret approuvant le SDRIF tel qu’adopté par le Conseil Régional.

 

Aussi, la révision du document de planification régionale a été relancée en août 2011 afin de prendre en compte la loi du 3 juin 2010 relative au Grand Paris ou encore le Grenelle de l’environnement. Un nouveau projet de SDRIF, s’appuyant sur le socle du projet voté en 2008, a ainsi été arrêté par le Conseil Régional, dans sa séance du 25 octobre 2012.

 

Ce projet de SDRIF, assorti du recueil des avis des personnes publiques associées, va ensuite être soumis à enquête publique au printemps 2013. Aussi, lors du Conseil Municipal du 21 février 2013, la ville de Noisy-le-Grand souhaite d’ores et déjà formuler des observations sur ce projet, qui seront transmises à la commission d’enquête et ce, afin que ces remarques puissent être prises en compte dans le projet qui sera définitivement approuvé par la Région à l’automne 2013.

 

Cliquer sur :  Avis sur le projet de Schéma Directeur de la Région Ile-de-France arrêté par le Conseil Régional.

 

 

  Avis de la ville de Noisy-le-Grand

 

SDRIF - Photo 2A

 

Le Conseil Municipal a émis à la majorité un avis favorable sur le projet de Schéma Directeur de la Région Ile-de-France arrêté par le Conseil Régional dans sa séance du 25 octobre 2012 sous la réserve expresse que l’ensemble des remarques et des demandes ci-dessous soit pris en considération dans le cadre de l’enquête publique à venir, à savoir :

 

- que soit réétudié le périmètre du Territoire d’Intérêt Métropolitain «la Vallée de la Marne »,

- que la place stratégique de la ville de Noisy-le-Grand soit réaffirmée au sein du SDRIF, que l’entité Mont d’Est soit mentionnée lisiblement dans les documents et cartographies, et que le rôle essentiel du pôle d’affaires du Mont d’Est soit confirmé ainsi que l’urgence à agir sur ce territoire,

- que le positionnement des secteurs « à fort potentiel de densification » soit réétudié et que ces derniers soient implantés en cohérence avec les projets urbains portés par la ville et le CDT « Cœur Descartes », en réponse aux objectifs nationaux de production de logements,

- que la continuité écologique, le long de l’autoroute A4, telle qu’inscrite au sein du SDRIF, soit supprimée,

- que ne figurent pas en secteur « à fort potentiel de densification » des zones où l’urbanisation est déjà très dense au sein du territoire de Noisy-le-Grand,

- que le dispositif de recours à la politique d’agrément dans le cadre de conventions d’équilibre « habitat/emploi » soit précisé et débattu,

- que soient mis en œuvre tous les moyens techniques et notamment la réalisation d’un grand nombre de parkings permettant d’accueillir les véhicules des futurs usagers Seine et Marnais du Grand Paris Express dès la construction de la future gare de Noisy-Champs du Grand Paris Express afin de garantir une desserte performante,

- que la gare actuelle Noisy-Champs de la ligne RER A bénéficie dès à présent d’une amélioration de la qualité de service, d’accueil et d’information,

- que l’arrivée du futur terminus de la ligne orange à Noisy-le-Grand Mont d’Est soit réétudiée au regard des grands projets urbains d’échelle métropolitaine mis en œuvre à proximité de ce territoire,

- que soit inscrit un TCSP reliant le Pôle du Mont d’Est au nord de Neuilly-sur-Marne et empruntant le Pont de Neuilly, à condition que la route de Neuilly soit transformée en deux fois une voie concomitamment à la réalisation de ce TSCP,

- que, malgré la forte opposition de la ville de Noisy-le-Grand à ce projet de TCSP, le tracé de l’ALTIVAL, s’il devait se réaliser, emprunte, sur son territoire, les emprises du schéma de principe relatif au projet Est TVM entre Créteil et Noisy-le-Grand, arrêté par le Conseil du STIF le 13 décembre 2012,

- que la qualification du Centre Commercial des Arcades en « Centre Commercial Régional » soit maintenue et que celui-ci soit identifié comme tel dans les cartes correspondantes,

- que la réalisation du collège-lycée international portée par le Conseil Général de Seine-Saint-Denis et la Région et dont l’ouverture est prévue pour la rentrée 2014-2015, soit également mentionnée au sein du SDRIF,

- que l’ex RN370 soit identifiée comme une ancienne route nationale devant muter en boulevard urbain,

- que soit inscrite distinctement dans les objectifs du SDRIF, la réalisation des échangeurs de l’autoroute A4 manquants afin notamment d’améliorer la synergie entre le pôle tertiaire du Mont d’Est et le Cluster «Ville et développement durable »,

- que l’A4 soit identifiée comme un point névralgique sur laquelle s’appuient des projets de restructuration économique, au même titre que l’A1 et l’A86,

- que la création d’une liaison en transport en commun Est-Ouest interne à Marne-la-Vallée sur l’autoroute A4 soit abandonnée,

- que les passerelles de franchissement de la Marne, à hauteur du futur parc départemental de la Haute Ile, soient clairement identifiées sur la cartographie correspondante,

- que l’erreur matérielle sur la carte de destination générale de classement d’une partie du Bois Saint-Martin en espace agricole soit corrigée,

- que les bords de Marne soient également identifiés comme un atout majeur de développement du tourisme et comme patrimoine naturel et paysager, au même titre que la Seine,

- que la valorisation des espaces verts et paysagers ne soit pas en opposition avec le développement du territoire, et ne compromette pas le projet du CDT « Coeur Descartes », ni la mutation des franges de l’A4,

- que soient apportées les corrections figurant sur la carte de destination générale annexée à la délibération relative à l’avis émis par la ville sur le projet de SDRIF.

 

  

Quelques réflexions du Vrai Journal de Noisy-le-Grand :

 

- La Ligne Orange : Nous avons bien la confirmation que la commune de Noisy-le-Grand n’avait pas  fait le choix de Noisy-Champs, pour l’arrivée de la Ligne Orange, et son interconnexion à la Ligne Rouge du Grand Paris Express, lui préférant Noisy-Mont-d’Est.

 

- Le Transport en Commun en Site Propre (TCSP): Un Transport en Commun en Site Propre  est un transport en commun qui emprunte une voie ou un espace qui lui est réservé. Comme la mise en œuvre de voies réservées gagne sur la voirie, elle se fait généralement au détriment des performances des véhicules individuels. Les conducteurs de véhicules privés sont donc, par ce moyen là, dissuadés d’utiliser leur automobile. Il s'agirait donc bien, au-delà de la technique et de l'aménagement du territoire, de mettre en place une politique des transports et des déplacements basée sur l'utilisation de moyens communs, au détriment de moyens individuels. L'objectif global serait par conséquent la dissuasion et l'incitation des conducteurs à changer leurs habitudes. Très bien, mais dans ce cas, quid des emplois dans l’industrie automobile ?

 

La requalification de la RN 370 (route de Neuilly) en TCSP est du domaine du Conseil Général de Seine-Saint-Denis, qui n’est pas en capacité financière aujourd’hui de porter un tel projet. Les TCSP sont des processus très longs à mettre en place. Bien souvent, c’est d’ailleurs la Région et le STIF qui financent, d’où l’insistance de la commune pour introduire ce projet dans le SDRIF, et ainsi impliquer le Conseil Régional Ile-de-France.

 

Que dit le Rapport de Présentation du PLU de Neuilly-sur-Marne sur ce sujet ? Rien, il privilégie un TCSP sur la RN 34.

     

SDRIF---Photo3.jpg

 

- La transformation de l’autoroute A4 en avenue métropolitaine : Si l’autoroute A4 a été essentiellement pensée comme une voie de desserte rapide vers la capitale, le développement urbain actuel, la densification, l’évolution des mobilités et les réflexions sur la ville mixte et compacte poussent à envisager une mutation de ces infrastructures vers plus d’urbanité. Par ailleurs, l’insertion dans la zone dense et son « entrée » dans la Capitale confèrent malheureusement aujourd’hui à l’autoroute A4, le statut particulier du plus « grand bouchon routier d’Europe ».

 

Forte de ce constat, l’ACTEP a proposé la réalisation d’une étude de reconquête urbaine destinée à fédérer les différents acteurs de l’Est parisien. C’est l’objet de la transformation de l’autoroute A4 en boulevard métropolitain, vers une « autoroute apaisée ».

 

Cette transformation en voirie plus urbaine associant mobilité et urbanité permettrait de :

- Libérer des emprises pour les déplacements,

- Valoriser du foncier délaissé par l’implantation d’activités économiques aux abords du boulevard urbain. Selon le Groupe Descartes, c’est 25 ha de foncier libérés constructibles qui se présenteraient sur Marne-la-Vallée, dont 17 ha sur la traversée de Noisy-le-Grand (à confirmer),

- Mettre en relation les pôles régionaux de développement et favoriser l’émergence de nouvelles polarités, aujourd’hui fragmentées par l’infrastructure.

- Soulager le RER A.

-  Une amélioration des conditions de déplacement par une utilisation capacitaire de l’A4, en faveur de systèmes de transports plus respectueux de l’environnement (TCSP et covoiturage…).

 

 

Toutefois, si la commune de Noisy-le-Grand qui a quitté l’ACTEP souhaite un TCSP sur la RN 370 reliant le Pôle du Mont d’Est à Neuilly-sur-Marne, et empruntant le Pont de Neuilly, elle est défavorable à la création d’une liaison en TCSP Est-Ouest interne à Marne-la-Vallée sur l’autoroute A4 ! Allez y comprendre quelque chose.....

 

- La création de logements et la densification : Dans le cadre du contrat Etat-Région 2007-2013, les collectivités  du territoire de la ville nouvelle de Marne-la-Vallée et ses intercommunalités, prévoient la construction de 17 500 logements, dont 7075 pour Noisy-le-Grand. Conjointement, la commune de Neuilly-sur-Marne fixe son objectif de construction de 5.000 et 6.000 logements d’ici 2030, en bordure du site des anciens hôpitaux.

Cette densification de la seule baronnie de Noisy-le-Grand, plusieurs fois dénoncée, n’est pas satisfaisante. Aujourd’hui, l'existence d'une offre de logements répartie de façon équilibrée sur l'ensemble du territoire et accessible à toutes les catégories de population est un enjeu majeur de notre société. Les groupements intercommunaux (l’intercommunalité), notamment autour des grandes agglomérations, apparaissent comme la bonne échelle pour répondre à ces défis et satisfaire aux impératifs de mixité sociale et de solidarité, tout en apportant une meilleure maîtrise de l'étalement urbain, dans le cadre d’un mieux « vivre ensemble ».

Mais à Noisy-le-Grand, l’intercommunalité, le Maire ne connaît pas, et ne veut pas en entendre parler !!!...

 

 

 

Exposé de Monsieur Etienne DOUSSAIN – Noisy Solidaire
Audio Icon
 

 

 

Exposé de Monsieur Richard TESTA – UDI

 

 Audio Icon 

 

   

Exposé de Madame Brigitte Marsigny - UMP

 

 Audio Icon 

 

_________

 

Palaccio d'Abraxas. Retour d'expérience par son concepteur, Ricardo Bofill

Publié le par adihbhv

 

 

 RICARDO BOFILL : 

«J’AI VOULU TRANSFORMER L’ARCHITECTURE

DANS LA MODERNITE»

____

 

 

RB---Photo-1--Antigone.jpg

 

 

Les « Mardis de l’architecture », organisés par Unibail-Rodamco, en partenariat avec l’Académie d’architecture et AMC Le MONITEUR Architecture, questionnent architectes, élus, professionnels de l’immobilier, intellectuels… sur les grands sujets de l’architecture d’aujourd’hui.

Pour la deuxième conférence des « Mardis de l’architecture », le 12 février 2013 à Paris, l’architecte catalan Ricardo Bofill répondait aux questions de Gilles Davoine, rédacteur en chef d’AMC ; Thierry van de Wyngaert, président de l’Académie d’architecture ; Franz Olivier Giesbert, directeur du Point et Guillaume Poitrinal, président du directoire d’Unibail-Rodamco.

  

RB--Photo---2.jpg

 

C’est un retour sur les 50 ans de carrière de Ricardo Bofill, des années 1960 où il crée son atelier d’architecture à Barcelone, à  aujourd’hui. Toujours actif, il construit dans le monde entier. A cette occasion, il nous rappelle les fondamentaux méditerranéens de son architecture mais avoue changer facilement d’écriture, au gré des programmes et des pays. Il confie son goût pour la grande échelle et pour le dessin de morceaux de ville. Il revient sur son expérience française dans les années 1970 et 1980 notamment dans la ville nouvelle de Noisy-le-Grand avec les Espaces d’Abraxas (Le Palacio, le Théâtre et l’Arche) et à Montpellier.  Il admet n’avoir pas réussi à transplanter l’architecture de la ville classique dans la modernité.


Pour écouter l’interview, cliquer sur :

http://www.lemoniteur.fr/159-culture/article/actualite/20254458-ricardo-bofill-j-ai-voulu-transplanter-l-architecture-classique-dans-la-modernite

 

 

Mais le Maire de Noisy-le-Grand veut détruire l’œuvre de Ricardo Bofill !

 

Ce projet de démolition qui remonte à une étude d’insécurité de 2006, à ressurgi lors de la réunion publique du lundi 25 février, relative à l’aménagement du quartier voisin de « Maille Horizon-Nord ». Pour les 600 résidents, cette initiative est d’autant plus incompréhensible que le quartier a une âme et une parfaite mixité sociale. Les appartements sont extrêmement confortables avec des superficies très avantageuses (3 pièces : 87 m²) que l’on ne retrouve plus dans les constructions actuelles. De plus, certains logements offrent une vue panoramique qui peut s’étendre jusqu’à la tour Eiffel.

 

Ricardo Boffil, lui même, en tant que détenteur des droits intellectuels, ainsi qu'un regroupement d'architectes urbanistes s'opposent eux aussi à cette démolition.

 

 RB---Photo---3.jpg 

 

 

 

RB---Photo---4.jpg

  

(photos Guillaume TOURI - http://noisy-palacio-abraxas.blogspot.fr/)

 

 

 

 

 

Contribution bibliographique : LE MONITEUR.fr, 19/02/2013 , Culture

Attention ! encore une modification du P.L.U. de Noisy le Grand....

Publié le

ENQUÊTE PUBLIQUE

SUR LA

NOUVELLE MODIFICATION DU     P.L.U.

DE NOISY-LE-GRAND  

 

Modif-PLU---Zonage--Plan1.jpg

 

 

 

 

Du mardi 26 mars au vendredi 26 avril, vous êtes invités à participer à l’enquête publique sur le nouveau projet de modification du Plan Local d’Urbanisme (P.L.U.).

 

Cette mise à jour réglementaire du P.L.U. intègre notamment le remplacement des références SHON et SHOB par la nouvelle « surface de plancher », le retrait d’Epamarne des opérations d’aménagement de la ville et l’évolution mineure de certaines règles.

 

Vous pourrez consulter le dossier et consigner vos observations à la direction de l’Urbanisme et de l’Aménagement, place de la Libération - 01 45 92 76 34. Vous pouvez également consulter les pièces directement en ligne en téléchargeant les fichiers :

 

Avis Enquête publique

1. Pièces administratives

2. Note de présentation

3-1. Règlement

3-2. Zonage

3-3. Plan, informations utiles

   

Le Commissaire Enquêteur recevra le public les :

 

-       mercredi 27 mars, de 14h à 17h,

-       mercredi 10 avril, de 13h30 à 17h30,

-       jeudi 18 avril, de 9h30 à 12h30,

-       vendredi 26 avril, de 15h à 18h.

 

Vous pouvez également adresser un courrier à : Monsieur le Commissaire Enquêteur, projet de modification du PLU, Hôtel de ville, BP : 49, 93160 Noisy-le-Grand Cedex.

 

 

Attention--Photo2.jpg

Questions sur le programme immobilier des "Épinettes" à Noisy le Grand

Publié le par ADIHBH-V

  LE PROGRAMME IMMOBILIER

DES EPINETTES

DE NOISY-LE-GRAND,

EN QUESTION !

_______

 

 

  Epinette--Photo-1.jpg 

(DOLLE-LABBE Architecte)

 

 

A l’origine, il s’agit d’une véritable opération de « mutabilité urbaine », pour cette friche industrielle qui sera reconvertie en quartier résidentiel, d’où sortira de terre un programme de 152 logements sociaux (1) réalisés par Immobilière 3F.

 

Cette opération s’inscrit dans le cadre du projet d’aménagement des Bords de Marne, à l’extrémité Nord-Ouest de la commune de Noisy-le-Grand et constituera le quartier des Épinettes. L’ensemble sera constitué de cinq immeubles (R+5 et R+6) certifiés Habitat & Environnement et BBC, dotés d’une chaufferie collective au gaz. L’eau chaude sanitaire sera produite par des panneaux solaires ou, procédé plus innovant, par l’excédent de chaleur issu de la combustion des boues de l’usine voisine de traitement des eaux, du SIAAP.

 

Malgré le caractère bucolique des bords de Marne, ce programme immobilier sera implanté sur un terrain enclavé de forme triangulaire, sans commerces de proximités  et entouré par :

 

 - à l’Ouest, le talus RATP d’environ 7 m de hauteur de la ligne du RER A (2),

 - au Nord, les berges de la Marne en secteur du PPRI,

 - à l’Est, l’usine de traitement des eaux Marne Aval du SIAAP, référencée Installation  Classée pour la Protection de l’Environnement (ICPE).

 

Toutefois, en 2014, la voie nouvelle du Chemin des Epinettes sera ouverte. Elle contournera l’usine du SIAAP, pour rejoindre le Chemin des Bœufs et déboucher enfin dans la rue de La Passerelle, limitrophe entre Bry-sur-Marne et Noisy-le-Grand.

 

Y aurait-il un  risque industriel à proximité de ce programme immobilier ?

 

C’est le syndrome AZF qui refait surface ! Après tout pourquoi pas, puisque l’auteur fut affecté par ce sinistre évènement du 21 septembre 2001, à Toulouse. Alors, s’agissant d’un site industriel classé, ce qui n’est jamais anodin, nous avons consulté le Permis de Construire n° 093 051 12C 0075, délivré par la Mairie de Noisy-le-Grand le 21/12/2012.

 

A l’examen de ce document, nous fûmes bien obligés de constater que la notion de risque industriel pour la sécurité des futurs occupants de ce programme immobilier n’était pas très prégnante. Tout au plus, pouvons nous lire: « cette disposition des immeubles en peigne par rapport à la voie nouvelle, limite les façades directement exposées aux nuisances de l’usine de traitement des eaux et de la voie du RER ».

 

 

Epinette---Photo-2.jpg

 

Alors, Monsieur le Maire, quelles sont ces nuisances ?

 

Lors de la réunion publique du 18 février dernier, sur l’aménagement des bords de Marne, Il nous a semblé opportun de questionner Michel Pajon, sur cette notion de nuisances, puisqu’il est le signataire du Permis de Construire ;

 

Question posée par le président de l'ADIHBH-V ainsi que la réponse 

  Audio Icon

 

Nous remarquerons que la réponse orale du Maire, mettant en avant la présence de fours et de risque de « nuisances olfactives » dans le quartier, n’est vraiment pas pertinente. En effet, tous les membres du « Jury de Nez », mis en place depuis des années par le SIAAP, savent qu’il n’y a plus aucune odeur nauséabonde sur le secteur. La réponse de l’Adjoint au Maire chargé de l’urbanisme, basée sur l’ensoleillement des appartements, n’est pas plus séduisante. Tout ceci démontrerait une méconnaissance du dossier, ou un subtil habillage de la vérité ?

 

Le Vrai Journal de Noisy-le-Grand a donc poursuivi ses investigations auprès de la Direction de l’Agence de Construction IDF d’I3F et de la Direction Générale Chargée de la Prospective du SIAAP.

 

Le Maître d’ouvrage I3F nous signale avoir conçu un plan de masse de type « résidentiel », en valorisant l’implantation de ses bâtiments au plus loin des « nuisances acoustiques » du RER et perpendiculaire à la voie nouvelle afin de diminuer au maximum les « nuisances visuelles » du SIAAP, par des vues directes.

 

La réponse du SIAAP, délégataire d’une mission de Service Public, nous semble la mieux argumentée et la plus crédible. En effet, le SIAAP précise qu’il n’a pas été saisi, dans le cadre de l’instruction du Permis de Construire des logements sociaux sur la parcelle voisine. Néanmoins, le SIAAP nous confirme que cette usine de Marne Aval respecte en tous points les obligations réglementaires actuellement prescrites.

 

Toutefois, le SIAAP mentionne qu’il existe dans le cadre des études actualisées de risques industriels environnementaux, liés au fonctionnement des fours de l’usine et communiquées au Préfet, un scénario d’explosion avec une probabilité extrêmement faible de 1 sur 1 milliard. D’après le SIAAP, cela a probablement poussé le concepteur des bâtiments à orienter les façades vitrées principales face à la Marne, choix qui par ailleurs est de bon sens, vis-à-vis de la vue sur le cours d’eau.

 

Enfin, sur ce sujet (comprenons, l’étude actualisée de risque industriel), les services du SIAAP sont dans l’attente de connaître la position des services instructeurs de la Direction Régionale Interdépartementale de l’Environnement et de l’Energie (DRIEE), sur d’éventuelles dispositions correctives à prescrire concernant les différents projets qui lui auraient été soumis.

 

Ces arguments sont sérieux, et confirmés par la délibération n° 10, du Conseil Municipal de Noisy-le-Grand en date 31 mai 2012, à savoir :

 

« En juillet 2011, la ville et la société Immobilière 3F ont été informées que l’usine du SIAAP, mitoyenne du terrain objet de la promesse de vente, avait engagé une « étude de dangers », conformément à la réglementation sur les installations classées, dont l’un des scénarios de risques remettait en cause le projet de construction. Par conséquent, la société I3F a suspendu les études de conception-réalisation de son projet ».

 

« En décembre 2011, le SIAAP s’est engagé auprès de la ville à réduire les risques à l’emprise de l’usine en mettant en œuvre des travaux sur une conduite de gaz permettant ainsi la compatibilité de l’usine avec le projet de logements envisagé. Ainsi, la société I3F a pu relancer en février 2012 la procédure de consultation et poursuivre le projet, soit 6 mois après la suspension de celui-ci ».

 

 

Commentaire:

 

Au terme de notre enquête, il semblerait  bien que les dispositions constructives adoptées pour palier aux nuisances de l’usine du SIAAP n’ont, dans un premier temps, rien à voir avec des interactions « olfactives »,  « acoustiques » ou « visuelles », avancées par la commune de Noisy-le-Grand et le Maître d’Ouvrage Immobilière3F. La version présentée par le SIAAP, nous semble la plus réaliste. En fait, dans le cadre de la réglementation sur les installations classées, une « étude de danger » portant sur un « scénario d’explosion » a bien été réalisée.

 

Ainsi, le SIAAP s’est engagé auprès de la ville de Noisy-le-Grand à réduire les risques en mettant en œuvre des travaux sur une conduite de gaz.

 

Ces travaux du SIAAP ont-ils bien été réalisés à ce jour ? Dans la négative, s’agit-il de cette étude actualisée du « risque industriel » qui se trouve actuellement dans les services instructeurs de la DRIEE, afin de valider d’éventuelles dispositions correctives à prescrire, alors que le début du chantier de construction des 152 logements est imminent !!!....

 

Le Permis de Construire n° 093 051 12C 0075 du 21/12/2012, dans sa partie consultable par le public,  ne mentionne rien sur ce contexte d’incertitude. Sans vouloir introduire un recours en annulation de ce Permis, il serait tout de même opportun, nous semble t-il, de faire connaître aux habitants de Noisy-le-Grand et de Bry-sur-Marne, les conditions dans lesquelles cette opération immobilière va être réalisée. Même si la probabilité d’explosion de 1 sur 1 milliard est extrêmement faible.

 

Y a t-il dans ce Conseil Municipal de Noisy-le-Grand, quelques Conseillers Municipaux d’Europe Ecologie Les Verts (puisqu’il s’agit bien d’un problème d’Environnement), ou autres, qui pourraient soulever cette question ?

 

Pour le Vrai Journal de Noisy-le-Grand, nous considérons quand même que cette situation de dangerosité aléatoire illustre  avec force une certaine  désinvolture dans les choix opérés, pour créer  de nouvelles opportunités foncières, ne serait-ce que pour y réaliser 100% de logements sociaux qui ne sont pas voués, à ce que nous sachions, à occuper les terrains les moins favorables à l’habitat sur la ville.

 

Enfin, il va sans dire que ce type de « nuisances » de l’usine du SIAAP, en cas de dommages, ne concerneraient pas que l’emprise stricte des édifices et leur terrain d’assiette, mais aussi le nouveau Chemin des Epinettes  qui y conduit, et les aménagements des promenades des Bords de Marne. Florence MERCIER a-t-elle bien intégré cette notion de risque dans son Cahier des Charges ? La commune de Noisy-le-Grand, lui a-t-elle bien communiqué  toutes les informations ?

_______

 

(1)- Ces 152 logements sociaux se décomposent de la façon suivante : 1 pièce : 8, 2 pièces : 40, 3 pièces : 66, 4 pièces : 38 . En ce qui concerne les conditions de ressource pour accéder : PLAI : 15, PLUS-PSLA-PLS : 137.

 

(2)- La Gare de Neuilly-Plaisance, sur la ligne du RER-A, sera située à environ 500 m du futur quartier des Epinettes. C’est un avantage indéniable.

 

- Le Maire de Noisy-le-Grand, signataire du Permis de Construire, n’a pas jugé utile de répondre au courrier de l’ADIHBH-V, en date du 30 janvier 2013.

 

Crédit photo : Le Maître d’Ouvrage Immobilière 3F n’a pas été en mesure de nous remettre les illustrations numériques du projet , et nous a invité à les récupérer dans le dossier du Permis de Construire, consultable en Mairie de Noisy-le-Grand.

 

 

 

 

 

<< < 10 20 30 40 50 51 52 53 54 55 56 > >>