Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

290 articles avec lettre de l'adihbh-v

Inauguration du parc Louis Antoine de Bougainville le samedi 9 février 2019

Publié le par ADIHBH-V

INAUGURATION DU PARC

LOUIS ANTOINE

DE BOUGAINVILLE.
______

 Inauguration du parc Louis Antoine de Bougainville le samedi 9 février 2019

Retour en image sur l’inauguration du Parc Louis Antoine de Bougainville le samedi 09 février 2019, par Brigitte MARSIGNY, Maire de Noisy-le-Grand.
Ce magnifique Parc de 2 ha assure la liaison sur le quartier de Maille Horizon Nord, entre les Espaces d’Abraxas et le quartier des Bas-Heurts, à l’Ouest de Noisy-le-Grand.

 Inauguration du parc Louis Antoine de Bougainville le samedi 9 février 2019
 Inauguration du parc Louis Antoine de Bougainville le samedi 9 février 2019
 Inauguration du parc Louis Antoine de Bougainville le samedi 9 février 2019
 Inauguration du parc Louis Antoine de Bougainville le samedi 9 février 2019

_______________________


Lien Facebook

Michel PAJON lancerait il sa campagne électorale de 2020 ?

Publié le par AlDIHBH-V

MICHEL PAJON

LANCE SA CAMPAGNE

ÉLECTORALE...DE CANIVEAU…
______

Michel PAJON lancerait il sa campagne électorale de 2020 ?

Faut-il en rire ou en pleurer lorsque Michel PAJON tente de se réapproprier le pouvoir à coups de mentons, en lançant sa campagne électorale 2020 lors du Conseil municipal de ce jeudi 31 janvier 2019 ?


Et il n’y va pas avec le dos de la cuillère Michel P, tel la blanche colombe qu’il n’est pas lorsque l’on connaît le personnage depuis 1995. Il s’en est pris violemment à Madame le Maire Brigitte MARSIGNY en lui demandant de lui fournir l’ensemble des documents officiels lui permettant de prendre connaissance des conditions de vente qui ont été pratiquées sur la totalité des cessions opérées par la ville et par la SOCAREN depuis 2015.Rien que ça…


À l’ADIHBH-V nous connaissons bien ces formalités puisque nous les pratiquons de temps en temps. Mais nous les manions au fil de l’eau, avec élégance, en indiquant chaque fois, sur un formulaire adapté, un numéro de Permis de construire (PC) pour simplifier le travail de l’administration municipale.


Pour la petite histoire, signalons qu’au sujet du PC n° PC 093051 11 CO114 délivré le 16 février 2012, relatif à la construction d’un des pavillons de Michel PAJON, le sympathique Directeur de l’Urbanisme de l’époque, avait planqué les dossiers consultables dans son vestiaire, avec ordre de lui indiquer si le Président de l’ADIHBH-V demandait à les consulter. Malheureusement, et à son grand désarroi, Alain Cassé n’a jamais rien consulté car il n’en avait rien à ‘cirer’ du pavillon de l’édile. Mais aujourd’hui, à la réflexion pourquoi pas, puisque le chantier est stoppé depuis des années. Y aurait-il un vice de construction, ou bien son propriétaire serait-il en cessation de paiement, sachant qu’il doit provisionner 40.000 € pour solder son éventuelle future condamnation ?


Alors que Michel PAJON infuse sa revanche depuis 3 ans, le jeudi 31 janvier 2019, il déverse son venin en pleine période de soldes. Dans sa déclaration haineuse il fait à Brigitte MARSIGNY un procès en sorcellerie en déchargeant d’un seul coup tout son bric-à-brac hétéroclite depuis 2015, c'est-à-dire à la fois, la Mairie, la SOCAREN, les Promoteurs, les Agents immobiliers, des propriétaires et consorts…Il faut dire, pour les avoir abondamment pratiqués, que ce sont des acteurs que Michel PAJON connaît bien, après 20 ans de règne sur la Ville. Ce n’est pas sérieux.

C’est d’autant plus maladroit que toutes les sessions font l’objet de jurys avec de vraies mises en concurrence, et que les comptes rendus sont soumis en Conseil municipal. Mais pour cela, il faut se ‘taper’ une fois par mois les 600 pages de délibérations. En un seul mot, il faut travailler les dossiers. Et là, seulement après, il est légitime de poser des questions en séance !….

Finalement cette grossière manœuvre politicienne en Conseil municipal est inacceptable de la part de Michel PAJON qui a été cité dans une affaire pour « prise illégale d’intérêt » dans une affaire immobilière et condamné le 26 octobre 2018 à 40.000 € d’amende, sachant que le parquet avait requis 10 mois avec sursis. Aujourd’hui, Michel PAJON a relevé appel de cette décision du TGI de Bobigny, en espérant passer au travers des mailles du filet avant les prochaines élections municipales ? Nous pouvons en douter.


Alors, bien évidemment, sans jamais apporter de noms et d’affaires précises, il est bien plus simple de jeter la suspicion sur la nouvelle édile qui l’a dégagé de la Mairie en septembre 2015. Mais si Michel PAJON arrive encore à illusionner les nouveaux habitants de Noisy-le-Grand en déshérences socialistes, il ne trompera pas les anciens qui ont été victimes de ses turpitudes pendant 20 ans. À ce sujet il n’est pas déraisonnable de rafraichir la mémoire des noiséens en reprenant quelques cas de figures caractéristiques publiables, à savoir :
-    Sur la CADA (Commission d’Accès aux Documents Administratifs).  Sous la gouvernance de Michel PAJON, en 11 ans, l’ADIHBH-V a sollicité la CADA 15 fois afin d’obtenir des documents administratifs. Pour seul exemple, notre demande du 12/03/2013
(cliquer sur courrier ADIHBH-V)  relative au sondage IPSOS de décembre 2012 réalisé sur la Ville. Le 25 avril 2013 la CADA (cliquer sur réponse CADA) informe qu’il s’agit d’un document administratif communicable dans son intégralité. Cinq ans après, nous attendons toujours. Idem pour un sondage SOFRES de décembre 2005.

-    Sur les Permis de construire : Par un arrêté du 30 janvier 2015, Michel PAJON délivre à la Société MONTOIT IMMOBILIER un Permis de construire pour un ensemble immobilier composé de trois bâtiments comprenant un total de 206 logements. Dans sa décision du 16 novembre 2016 (n° 1505832) le Tribunal Administratif de Montreuil annule l’arrêté en question pour méconnaissance des Articles UB 7, UB 8 et UB 10 du Règlement général du PLU, et condamne la Commune de Noisy-le-Grand et MONTOIT IMMOBILIER à 750 € en application des dispositions de l’Article L.761-1 du Code de la justice administrative.

-    Sur les préemptions-spoliations de la ZAC du Clos aux Biches :

¬    Parcelle AW 637 pour 884 m²,
¬    DIA vendeur : 420.000 €
France domaine le 24/04/2009 : 420.000 €,
Offre SOCAREN, Président M PAJON :345.000 €,
Accord du vendeur pour 345.000 €,
Spoliation de 75.000 €.

¬    Parcelle AW 510 pour 1.000 m²
DIA vendeur : 650.000 €,
1ere proposition France domaine :599.000 €,
1ere offre SOCAREN, Président Michel PAJON : 460.000 €,
2ieme proposition France domaine : 625.000 €,
2ieme offre SOCAREN : 480.000 €,
Recours devant le TGI de Bobigny. Prix TGI : 637.000 €,
Cour d’appel de Paris : 635.000 €
À ce prix, de concert, l’EPF-IdF et la Mairie refusent d’acheter.
Finalement, malade et dépressive, la propriétaire lâche l’affaire pour 565.000 €,
Spoliation de 70.000 €.
                                                                                                               
¬    Par contre, en novembre 2004, lorsqu’il s’agissait de vendeurs ayant l’oreille de Michel PAJON, nous connaissons rue des Aulnettes des prix d’acquisition de la Mairie  supérieur de 10% à l’estimation France domaine (mais c’est légal).

-    Sur le couple SOCAREN-JVD. Jules Verne Développement était une SARL unipersonnelle de trois salariés, constituée le 04 mai 1990, et dont le Gérant était le célèbre Jean Jacques DREAN. À partir de 1995, la SOCAREN (Président Michel PAJON) étant une coquille vide, c’était JVD qui jouait le rôle de « porte flingue » de la Mairie dans le cadre des aménagements sur la Ville (Exemple : La ZAC du Clos-Saint-Vincent), et donc Jean Jacques DREAN à la manœuvre.

 

JVD a frappé le 6 passage des Aulnettes en démolissant un pavillon  la veille de la Fête des Cerises de l’ADIHBH-V.  La SOCAREN fut condamnée par le TGI de Bobigny pour démolition fantaisiste.

JVD a frappé le 6 passage des Aulnettes en démolissant un pavillon la veille de la Fête des Cerises de l’ADIHBH-V. La SOCAREN fut condamnée par le TGI de Bobigny pour démolition fantaisiste.

Ainsi, à l’occasion d’une Convention de Prestation de Service conclue le 16 juin 2005 entre la SOCAREN et JVD, la SOCAREN a versé le 15 mars 2010 à JVD la somme de 100.000 € HT d’argent public, au titre d’indemnité de résiliation anticipée.


Cette subtilité, découverte par l’ADIHBH-V, figurait bien dans le rapport annuel de la SOCAREN, mais fut totalement occultée dans les délibérations du Conseil municipal par le Maire, alors que des Conseillers municipaux, comme Serge EPINARD, siégeaient au Conseil d’Administration de la SOCAREN.
En conclusion, nous verrons bien quelles seront les suites politiques de ces suspicions. Mais nous aussi à l’ADIHBH-V nous étions le réceptacle en son temps d’informations dans notre boite aux lettres mentionnant d’éventuelles affaires sous l’ancien régime. Mais dépositaire d’une certaine éthique, nous n’avons jamais pris le temps de vérifier le bien-fondé ou non, de ces manœuvres ! Et pourtant……


Ceci étant, la question orale de Michel PAJON en ce jeudi 31 janvier ne présente aucun intérêt. Elle est uniquement revancharde et suspicieuse, exprimée par un homme politique évanescent qui devrait se poser sérieusement la question de savoir s’il a encore sa place dans le champ politique Noiséen. C’est un homme revêche qui va de désillusion en échec, c’est pathétique….
Alain Cassé
Président de l’ADIHBH-V


______

Extrait non exhaustif, de la question orale posée par Michel PAJON lors de la préparation du Conseil municipal du jeudi 31/01/2019.

Ce document fut distribué par Michel PAJON avant le Conseil municipal à quelques oreilles bienveillantes ou journalistiques. Il y mentionne qu’il saisira la CADA sous 15 jours si Madame le Maire ne donne pas une suite favorable et rapide à l’ensemble de ses sollicitations. Cette intimidation ne figurerait pas dans la version officielle adressée par Michel MIERSMAN pour le Groupe des élus « Rassemblement avec Michel PAJON + que jamais » ? Manifestement Michel PAJON gonfle ses muscles à posteriori.


Cliquer sur : Question orale de MP

Réponse de Brigitte MARSIGNY en fin de séance

Cliquer sur : Réponse de BM

_______________________


Lien Facebook

 

 

Retour sur notre année 2018 avant d'aborder 2019 de façon attentive et réactive

Publié le par ADIHBH-V

UN PETIT RETOUR

SUR L 'ANNÉE 2018,

RICHE EN ÉVOLUTION

ET EN PROMESSES

 

Retour sur notre année 2018 avant d'aborder 2019 de façon attentive et réactive

Comme d'habitude, nos articles ont fait l'objet de  nouveaux commentaires et des visites régulières sur notre blog.
C'est la preuve qu'une information citoyenne objective est toujours recherchée !

Si l'impact du Grand Paris s'amplifie et nous conduit à  nous préoccuper aussi de ce qui se passe autour de nous (voir nos différents articles sur le Grand Paris Express , la ligne 11, Le pont de Nogent sur Marne etc....), notre attention s'est, bien évidement, fixée sur l'échelon local général de même que plus précisément sur le quartier des Bas-Heurts.

Au niveau général de la ville :
- Nous avons informé sur les inondations de février et du dossier de l’éco quartier de l’Île de la Marne.

- de la sécurité routière sur le boulevard du Mont d’Est
- de l’ouverture des différents groupes scolaires
- de la condamnation de l’ancien Maire


- du compte rendu de conseils municipaux (cf celui du 06/12/2018, entre autres)

Au niveaux des Bas-Heurts plus précisément:
- L’ouverture du city stade des Bas-Heurts


- Le compte rendu de la dernière réunion pour les Bas Heurts avant la phase du dossier de réalisation de la ZAC
- La 12ème Fête d’Automne du quartier: Année record


- La publicité et mise à disposition de tous lecteurs de l’Enquête publique sur l'Étude d'impact et le projet de dossier de réalisation de la ZAC DES BAS-HEURTS
- Le compte rendu du Conseil municipal du mercredi 6 décembre 2018 pour ce qui concerne les Bas Heurts

 

Bref ! Une année bien remplie d'écoute, de vigilance et de participation active que nous ne manquerons pas de prolonger en cette nouvelle année 2019

_______________________


Lien Facebook

Suite du compte rendu du Conseil Municipal du 6 décembre

Publié le par ADIHBH-V

CONSEIL MUNICIPAL
 
DU 06 DÉCEMBRE 2018

Partie 2
______

Suite du compte rendu du Conseil Municipal du 6 décembre

Lors de son intervention au dernier Conseil municipal de Noisy-le-Grand relatif à l’accord sur le principe des équipements publics de la ZAC des Bas-Heurts (Cliquer ici pour voir notre billet du 15 décembre 2018), on ne peut pas dire que Serge EPINARD ait fait preuve d’un acte de contrition en admettant les erreurs de la gouvernance de Michel PAJON sur le dossier ZAC du Clos aux Biches qui a produit beaucoup de sottises.

Gouvernance marquée par le sceau de l’arrogance, du sectarisme et du narcissisme qui ont généré pour cette opération de ZAC du Clos aux Biches annulée par le Tribunal administratif de Cergy-pontoise et la Cour d’Appel de Versailles , des coûts pharaoniques supportés par les Noiséens à hauteur de 10 millions d’euros. Sur ces 10 M € nous trouvons 3,8 M € d’études, de gestion et des frais de portage des terrains appartenant à la Ville et la SOCAREN, et encore 1,2 M € de frais de portage et de gestion pour les terrains portés par l’EPF-IdF depuis 2010. A cela faudrait-il encore ajouter les frais d’Avocats pour tous les procès intentés par l’ADIHBH-V et perdus systématiquement  par la Ville. A savoir : condamnation de la SOCAREN pour démolition abusive et fantaisiste sur les Bas-Heurts, annulation de la ZAC du Clos aux Biches, annulation du PLU de Noisy-le-Grand, annulation de deux Conventions d’aménagements signées entre la Ville et la SOCAREN,…avec chaque fois des dossiers biscornus instruits par Serge EPINARD en tant qu’Adjoint au Maire délégué à l’Urbanisme.

Bien évidemment, la réponse instinctive de Serge EPINARD le 06 décembre écoulé l’a dispensé de travailler à une meilleure analyse de ses erreurs passées et de faire son autocritique.

Toutefois, lorsque Serge EPINARD avance le fait que l’équilibre financier de la nouvelle ZAC des Bas-Heurts ne peut être atteint que grâce à une contribution financière de la ville, c’est à dire de l’impôt, à hauteur de 15,5 M €, cela apparaît justifiée dans son principe  pour construire seulement 900 logements.

En fait, c’est un arbitrage politique qui a conduit Brigitte MARSIGNY (Nouveau Maire de Noisy-le-Grand) à répondre aux aspirations des citoyens des Bas-Heurts pour être mieux entendus, et être davantage  associés aux décisions d’aménagement de leur quartier. Cette revendication étant finalement un appel à plus de considération dans une logique politique qui était un rapport de force. En d’autres termes, l’exigence évidente et légitime d’une meilleure association aux décisions politiques.

Ceci dit, l’historique dossier de ZAC du Clos aux Biches, avec 1500 logements et peut être même 1800 lorsqu’on l’analysait dans les détails, était dans sa gestion un    constat purement comptable, clef de voûte d’un ancien système oligarchique inquiétant de l’époque PAJONESQUE, qui bousculait le « mieux vivre » des résidents. Heureusement le 20 septembre 2015, lors d’une élection municipale partielle, le recours au bulletin de vote a corrigé les failles du système en place en provoquant le ‘dégagisme’  de Michel PAJON, dont Serge EPINARD et consort après 20 ans de règne. C’était le mal de l’omnipotence. Nous pouvons comprendre l’amertume qu’il manifeste aujourd’hui régulièrement sur le dossier Bas-Heurts. Mais c’est la vie démocratique en vigueur….

Le PARISIEN 93 en parle, sous la plume de Sébastien THOMAS.

Suite du compte rendu du Conseil Municipal du 6 décembre

                     Réunion de l’Établissement Public Territorial (EPT)                du mardi 18 décembre 2018

Suite du compte rendu du Conseil Municipal du 6 décembre

À cette occasion, mais cette fois-ci en tant que Conseiller territorial, Serge EPINARD nous a encore délivré son éternelle complainte des Bas-Heurts. L’effet territorial fut similaire à un cataplasme sur une jambe de bois

Ainsi, lors de cette séance, le dossier de la ZAC des Bas-Heurts fut définitivement approuvé par l’EPT, soit :
•    Le bilan de la mise à disposition de l’étude d’impact et du projet de dossier de réalisation de la ZAC,
•    Les délibérations 16, 17, 18 et 19 de l’EPT du 18 décembre approuvant la mise à disposition du public, et les réponses apportées,

 

Suite du compte rendu du Conseil Municipal du 6 décembre

•    L’Etude d’Impact,
•    Le dossier de réalisation de la ZAC, approuvé.

Pour information, ce dossier fera l’objet d’une nouvelle mise à disposition du public dans le courant du mois de janvier 2019.

_______________________


Lien Facebook

Compte rendu du Conseil municipal du mercredi 6 décembre 2018 pour ce qui concerne les Bas Heurts

Publié le par ADIHBH-V

CONSEIL MUNICIPAL

 

DU 06 DÉCEMBRE 2018
______


Accord du Conseil municipal


 sur le principe des équipements publics


 de la ZAC des Bas-Heurts.
___

 

Compte rendu du Conseil municipal du mercredi 6 décembre 2018 pour ce qui concerne les Bas Heurts

Le programme global de construction de la ZAC des Bas-Heurts, avec 58.700 m² de Surface De Plancher (SDP), se répartira de la façon suivante :
•    57.000 m² de SDP pour la création de 900 logements maximum, dont une résidence pour personnes âgées,
•    700 m² de SDP pour la réalisation d’un équipement public,
•    1.000 m² de SDP consacrés à des activités, des commerces et/ou des services.


Ce Conseil municipal du 06 décembre 2018 a été appelé à se prononcer sur le programme des équipements publics de la ZAC, à savoir :
•    Les équipements d’infrastructure répondant aux besoins générés par le programme global de construction et nécessaire à la desserte et viabilisation du quartier des Bas-Heurts,
•    Les équipements de superstructure consistant dans une Maison Pour Tous (MTP), lieu d’activités culturelles, artistiques, associatives ou encore sportive, répondant à des besoins non circonscrits au périmètre de l’opération.


Selon l’Article L.300-1 du Code de l’Urbanisme, l’approbation définitive du programme des équipements publics et du « dossier de réalisation » de la ZAC des Bas-Heurts, incombe donc désormais au Conseil Territorial de l’Etablissement Public Territorial  (EPT) Grand Paris Grand Est (T9). Cette approbation sera présentée à l’EPT lors de la séance du 18 décembre 2018.


Après cette approbation, une nouvelle mise à disposition du public sera réalisée dans les mêmes conditions que l’Enquête publique du mois de novembre dernier.
Ainsi nous pourrons à nouveau consulter :
•    Le bilan de la mise à disposition de l’étude d’impact et du projet de dossier de réalisation,
•    La délibération de l’EPT du 18 décembre approuvant la mise à disposition, et les réponses apportées,
•    L’Etude d’Impact,
•    Le dossier de réalisation approuvé.

Présentation de Brigitte MARSIGNY (LR) – Maire

 

Intervention d’Emmanuel CONSTANT (PS)

Réponse de Brigitte MARSIGNY

 

Intervention de Françoise GUICHE (Noisy Solidaire)

Réponse de Brigitte MARSIGNY

 

Intervention de Serge EPINARD (MRC)

Réponse de Brigitte MARSIGNY

_______________________


Lien Facebook