Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ecoquartiers franciliens, ghettos du futur ?

Publié le

 

ECOQUARTIERS FRANCILIENS,

LES GHETTOS DU FUTUR !

 

 

 

z.L Chalard

 

 

Laurent CHALARD, est Docteur en Géographie de l’Université Paris IV-Sorbonne depuis 2008, ses travaux portent sur plusieurs thématiques : la géographie urbaine, la géographie de la population et la géographie politique. Son champ d’étude privilégié est la France, mais il travaille aussi sur d’autres pays européens et du reste du monde. Auteur ou co-auteur d’une soixantaine de publications, son travail a été cité à plusieurs reprises dans la presse nationale : Le Monde, Le Figaro, Les Echos, Le Point, Direct-Matin, Politis, Sciences-Humaines… Dans le prolongement de ses recherches, il publie aussi des tribunes dans la presse, considérant que, par ses connaissances, un chercheur se doit d’intervenir dans le débat public.

 

Laurent CHALARD est actuellement Consultant indépendant en aménagement du territoire, et collabore avec les collectivités territoriales, puisque son expertise lui permet d’accompagner ces dernières dans leur développement.

 

Il a eu l’amabilité d’autoriser l’ADIHBH-V à publier sur son blog sa tribune du 07 octobre 2012, dans Le FIGARO, intitulée : « Ecoquartier francilien, les ghettos du futur ». Nous lui adressons ici, l’expression de notre profonde gratitude.

 

z.Ecoquartier des Docks de Saint Ouen - 93-Photo 1 (2)Ecoquartier de la ZAC des Docks de Saint-Ouen 

 

 

Grands ensembles, densification démesurée, autant de concepts qui ont fait lamentablement faillite depuis 40 ans, tant sur le plan humain qu’urbanistique.

 

Laurent CHALARD pose les vraies questions !...

 

« Plus de cours, mais des appartements ouvrant sur toutes les faces à l’air et à la lumière, et donnant non pas sur des arbres malingres des boulevards actuels, mais sur des pelouses, des terrains de jeu et des plantations abondantes. (…). La ville, au lieu de devenir un pierrier impitoyable, est un grand parc. L’agglomération urbaine est traitée en ville verte.

 

En y ajoutant quelques éléments concernant les économies d’énergie et la préservation de la biodiversité, ce texte pourrait très bien être l’annonce de promotion d’un écoquartier francilien. Serions-nous sur le point de répéter la même erreur que nos prédécesseurs des trente glorieuses, avec la construction massive de grands ensembles, devenus le symbole du mal urbain ?

 

Mêmes utopies, mêmes effets ? La  comparaison entre les deux peut paraître osée, mais malheureusement plusieurs éléments ne la rendent que plus pertinente. Tout d’abord, comme pour les grands ensembles, la construction des écoquartiers repose sur une utopie, celle d’une « ville verte » plus proche de la nature, a contrario de la ville traditionnelle, s’appuyant sur l’adoption d’un nouveau mode de vie : collectiviste pour les grands ensembles, écologiste pour les écoquartiers. Or, l’histoire nous enseigne que les utopies ne se concrétisent pas toujours par des réussites, en particulier  sur le plan architectural. Les exemples d’immeubles invivables construits par des architectes de renom sont malheureusement légion…. Encore récemment, une polémique dans la municipalité de Courcouronnes, en Essonne, est venue le confirmer ; un architecte de renom refusant la destruction d’un de ses immeubles, pourtant devenu un véritable « ghetto ».

 

Ensuite, le contexte est identique : un fort besoin de logements en Ile-de-France, même si les raisons diffèrent. Pendant les Trente Glorieuses, il s’agissait de répondre à la forte croissance démographique. Aujourd’hui, le phénomène relève plutôt de modifications des caractéristiques des ménages [la décohabitation, (ndlr : les familles monoparentales, deux divorces sur trois)] combinées au déficit de construction dans les vingt dernières années dans une Région-Capitale, où certaines années le volume de construction de logements a été moindre qu’en Bretagne ! Le marché de l’immobilier Francilien est tendu. Il nécessite donc l’intervention de l’Etat pour relancer la construction, d’où une politique de lancement de grands projets dans l’urgence, l’Etat prévoyant 55.000 nouveaux logements sociaux en Ile-de-France d’ici à 2016.

 

Troisième point commun : les caractéristiques des projets, qui ne rappellent malheureusement que trop la politique de mise en place des grands ensembles. En effet, leur masse, jusqu’à 5.000 logements, en faisant de véritables petites villes, et non vraiment des quartiers greffés dans un tissu ancien, est la pire des choses au niveau de leur insertion urbaine. Leur localisation apparaît, pour les plus importants, ahurissante. Très éloignés qu’ils sont du centre de la capitale, mais très proches de grands ensembles à problèmes. Le projet d’écoquartier des Hautes-Garennes, sur les communes de Mantes-la-Jolie et Rosny-sur-Seine (Yvelines), en constitue l’exemple caricatural, ayant tout pour se  transformer en « Val-Fourré 2 », l’un des quartiers les plus paupérisés de France. Idem, pour l’écoquartier de Puiseux-Louvres (Val-d’Oise), qui s’inscrit dans l’axe de paupérisation remontant la ligne du RER D vers le nord (Saint-Denis-Sarcelles-Villiers-le-Bel-Goussainville) dont il pourrait bien constituer la nouvelle extrémité. En outre, l’importance du nombre de logements sociaux prévus, se basant sur une mixité sociale qui ne fonctionne pas à cette échelle, risque de conduire très rapidement à leur paupérisation par phénomène de dégradation des propriétés privés avoisinantes. Les éventuels ménages plus aisés qui viendraient s’y installer risquent de les quitter très vite, comme ce fut le cas pour les grands ensembles. Enfin, le caractère à dominante collective, mode d’habitat rejeté par la population quand il n’est pas central, n’est pas justifié pour les projets de grande couronne.

 

Si la relance de la construction de logement en Ile-de-France est nécessaire, on peut se demander si la politique actuelle est bien adaptée à la situation. Il faudrait des projets moins massifs, mieux intégrés à leur environnement urbain et mieux localisés. Car de nombreux écoquartiers s’annoncent comme des ghettos en devenir ! Espérons que la Ministre de l’Egalité des Territoires et du Logement, Cécile DUFLOT, théoriquement écologiste, reviendra à la raison et abandonnera les plus importants d’entre eux, à commencer par les Hautes-Garennes, au risque d’être responsable d’un nouvel échec urbanistique et social cuisant ».

 

_____

 

 

Question du Vrai Journal de Noisy :

Les écoquartiers d’aujourd’hui, seront-ils les enjeux de la rénovation urbaine de 2040 ?

 

 z.Rénovation urbaine-Photo 2

 

z.Rénovation urbaine- Photo 3 (2)

 

Ile-de-France 2030 : le schéma directeur

Publié le

  

ILE-DE-FRANCE :

LE SDRIF NOUVEAU

EST ARRIVE

 

SDRIF-Photo 1 

 

 

En 2030, l'Ile-de-France devrait compter 13,5 millions d’habitants, soit 15 % de plus qu'aujourd'hui, rassemblés sur 12 000 km², soit 2 % du territoire national. Le Schéma Directeur Ile-de-France (SDRIF) est donc un outil de planification et d'organisation de l'espace régional. Il propose une vision stratégique à long terme pour préparer dès aujourd'hui l'Île-de-France de 2030.

 

Jean-Paul Huchon a présenté mardi 16 octobre 2012 : "Ile-de-France 2030".Quatre ans après l’adoption par la Région du projet de 2008, deux ans après l’avis du Conseil d’Etat, le projet de SDRIF 2030 s’inscrit dans un contexte radicalement différent. Il s’appuie sur le socle du projet voté en 2008, fruit d’un large consensus et précurseur en matière d’aménagement durable, que les évolutions législatives amenées par les lois Grenelle de l’Environnement, la Loi du Grand Paris et la Loi du 15 juin 2011 ont conduit à mettre en révision.

 

S’inscrivant dans un contexte de crises mondiales qui s’amplifient, le SDRIF présente les grands défis que doit relever l’Ile-de-France pour les prochaines décennies, soit : promouvoir davantage de solidarité, faire face aux mutations de l’environnement, préparer la transition économique, sociale et solidaire et faire du défi alimentaire une préoccupation majeure des politiques d’aménagement et de développement. L’ambition du Schéma Directeur Île-de-France 2030 est ainsi d’engager le territoire Francilien vers un nouveau modèle de développement conçu à l’aune du développement durable, replaçant le Francilien au cœur du projet. A ce titre, le Schéma directeur est porteur de la transition de l’aménagement régional.

 

 

Le projet de SDRIF (cliquer ici)

 

Le SDRIF prévoit les moyens de sa mise en œuvre. Avec ce projet en Ile-de-France, la Région porte une vision stratégique plus durable, plus humaine et plus solidaire.

 

 

SDRIF - Photo 2

 

 

Le SDRIF apporte une réponse concrète aux grands défis à travers un modèle de développement durable bâti sur des principes forts d’aménagement (densité, intensité, mixité, polycentrisme, résilience, subsidiarité,….) et trois grands piliers qui viennent structurer l’ensemble du projet régional : « Relier et structurer », « Polariser et équilibrer », et « Préserver et valoriser ». La traduction de la stratégie régionale s’effectue selon deux approches fondamentales et complémentaires fixant des objectifs forts pour :


. Améliorer la vie quotidienne des franciliens en construisant 70.000 logements et créant 28 000 emplois par an, en garantissant un accès pour tous aux équipements et services publics, en favorisant les transports collectifs, et en améliorant l’espace urbain et son environnement naturel,


. Consolider le fonctionnement métropolitain de l’Île-de-France à travers la refonte du dynamisme économique Francilien, le portage et la valorisation des équipements et d’un système de transports attractifs, et la gestion durable de l’écosystème naturel visant le renforcement de la robustesse du territoire régional.

 

Enfin, le SDRIF propose une géographie stratégique renouvelée identifiant les grands territoires d’intérêt métropolitain qui connaissent des enjeux d’aménagement et de développement spécifiques et sur lesquels réside un intérêt particulier de cohérence de l’action tant locale que régionale.

 

Les pièces du SDRIF (ciquer plus bas sur les icônes)

 

Le document a été conçu sous la forme de cinq fascicules et d’une carte normative, afin de permettre une plus grande lisibilité et une meilleure appropriation par les acteurs franciliens.


- Vision régionale : propose un projet de société que la Région souhaite construire avec tous ses partenaires, dans un avenir proche et plus lointain, et présente un regard sensible sur l’Île-de-France porté par ses habitants et les acteurs de l’aménagement.


- Défis, Projet spatial régional et Objectifs : présente le projet d’aménagement et de développement durables et exprime le projet spatial régional établit selon le modèle Francilien d’aménagement durable, permettant d’apporter une réponse transversale aux enjeux de l’Île-de-France 2030.


- Orientations règlementaires et la carte de destination générale : des différentes parties du territoire regroupent l’ensemble des dispositions normatives s’imposant notamment aux SCOT, et en leur absence aux PLU ou documents d’urbanisme en tenant lieu. Ils traduisent ainsi le projet d’aménagement dans le droit du sol.


- Evaluation environnementale : dont la construction a irrigué le projet tout au long de la réflexion, a contribué à mettre le cadre de vie et l'environnement au cœur du Schéma directeur en anticipant les incidences de ce dernier sur l’environnement. Elle justifie et explicite les choix d’aménagements retenus et les éléments prescriptifs.


- Propositions pour la mise en œuvre du SDRIF : présente les politiques publiques partenariales et contractuelles nécessaires à la mise en œuvre du SDRIF.  

 

 

 Capture 1 vision régonnale  Vision régionale

 Capture 3 orientations règlementaires  Orientations réglementaires 

Capture 4 Evaluation environnementale  Evaluation environnementale   

 Capture 6 Carte de destination générale  Carte de destination générale

Capture 7 deuxième carte

 

 

 Deuxième carte

 

Capture 5 Propositions, mise en oeuvre  Propositions, mise en oeuvre (ouvrir le lien puis aller sur la fenêtre "document" et cliquer sur " le projet complet") 

 

Capture 2 Defi, projet spacial, objectifs  Défis, projets spacial régional, objectifs (ouvrir le lien puis aller sur la fenêtre "document" et cliquer sur " le projet complet") 

   

 

Le calendrier

 

     tbleau 3

 

Consultation publique

 

Depuis le 15 octobre 2012, 500 000 questionnaires sont distribués dans les boîtes aux lettres des Franciliens afin de recueillir leurs visions de l’Ile-de-France d’ici 2030. Questionnaire qui est également mis en ligne sur le site de la région Ile-de-France : Cliquer sur : http://srv4.cawi.fr/cgi-bin/cawi/Q/idfavenir2030/idfavenir2030.pl Et fin mars 2013, une grande Enquête Publique sera lancée sur tout le territoire. À l’issue de cette Enquête Publique, et après avis des Départements et des Chambres consulaires régionales, le SDRIF devra être approuvé par le Conseil d’État avant le 31 décembre fin 2013.

 

 

 

 

    

 

Bientôt le Collège International à Noisy-le-Grand

Publié le

 

LE COLLEGE

INTERNATIONAL

DE NOISY-LE-GRAND,

UN OUTIL D’EXCELLENCE

POUR LES LANGUES

 

Collège International de Noisy le Grand-Photo1

    Conception SCAU Architecture 

 

 

Organisée par la Ville de Noisy-le-Grand et le Conseil Général de Seine-Saint-Denis, la réunion publique du lundi 06 octobre 2012 a été l’occasion de présenter les équipements et les enseignements qui seront dispensés dans cet établissement d’excellence.

 

La construction dès janvier 2013 de ce pôle en matière d’enseignement linguistique à Noisy-le-Grand est l’aboutissement de dix ans d’efforts qui ont été menés au sein de l’Association des Collectivités Territoriales de l’Est Parisien (ACTEP (*) avec le Conseil Régional d’Ile-de-France et le Département de Seine-Saint-Denis.

 

Ce Collège International ouvrira ses portes pour l’année scolaire 2014-2015 et accueillera 400 élèves, tandis que le Lycée International attenant ouvrira en Septembre 2015.

 

Le site comportera :

 

-   Un internat de 80 lits dans un premier temps, 140 un peu plus tard,

-   Un Centre de Ressource Pédagogique,

-   Un Centre de Colloques et de Séminaires,

-   Un Equipement Sportif,

-   Un Parc Public.

 

Jean Pierre Bernardy, Inspecteur d’Académie de Créteil (94),  indique qu’à l’origine, ces dispositifs ont été conçus suite à un Décret de 1981, pour permettre la continuité de l’enseignement aux enfants de familles étrangères installées à titre temporaire en France. Voilà pourquoi, Michel Pajon compte attirer des sièges sociaux d’entreprises internationales.

 

Cet établissement sera destiné à tous les enfants (les meilleurs, dixit le Maire), qui ont une appétence particulière pour les langues. Les langues enseignées seront : le Portugais, l’Espagnol, le Chinois et l’Arabe. Emmanuel Constant précise que le recrutement du Collège International n’est pas encore figé, même si à ce jour, il est uniquement destiné aux enfants de la Seine-Saint-Denis, puisque le département serait gestionnaire des impôts des citoyens du 93. Néanmoins, si d’autres départements limitrophes, comme le Val-de-Marne par exemple, veulent s’associer financièrement à la construction, alors nous pourrions imaginer un recrutement qui dépasserait les frontières de la Seine-Saint-Denis.

 

En ce qui concerne le recrutement du Lycée International, financé par la Région Ile-de-France, la répartition des effectifs sera dictée par la règle des trois tiers : un tiers en provenance de la Région, un tiers en provenance de la sectorisation et un tiers réservé aux enfants bilingues, issus de couple mixtes.

 

 

Commentaire

 

 Il est évident que la construction du Collège-Lycée International de Noisy-le-Grand est une magnifique  opportunité pour tirer l’image de la Seine-Saint-Denis vers le haut. Avec ces équipements emblématiques, nous pourrions espérer une contribution efficace au  rééquilibrage économique avec l’Ouest Parisien. De même, les Départements limitrophes du Val-de-Marne et de Seine-et-Marne devraient également pouvoir tirer leur épingle du jeu.

 

Toutefois, selon le Vrai Journal de Noisy-le-Grand, l’attitude intransigeante et partisane du Conseil Général Socialiste de Seine-Saint-Denis basée sur l’origine de l’impôt, pour sélectionner  les élèves du Collège International, est intolérable. En effet, les principes fondamentaux de la République Française sont énoncés dans sa devise « Liberté, Egalité, Fraternité ». Ils se traduisent par des droits intangibles, à la fois politiques, sociaux et culturels. Au-delà de la légalité, c’est bien le principe républicain d’égalité devant  l’accès au savoir de nos enfants, qui est ici en jeu. En effet, est-il acceptable en 2014, que des élèves Val-de-Marnais, résidant à 100 mètres de ce futur Collège, ne puissent bénéficier de l’excellence de cet enseignement public, pour des problèmes discriminatoires de fiscalités départementales ?

 

Par ailleurs, est tout aussi contestable le choix politique du Conseil Général Communiste du Val-de-Marne, de ne pas contribuer au financement de cet établissement scolaire. C’est d’autant plus dommageable que des élèves du Val-de- Marne pourront ensuite accéder au Lycée International, dès la classe de seconde.

 

 Enfin, au-delà des détestables chicaneries politiciennes, puisque les bases du recrutement des élèves ne sont pas encore figées, nous souhaitons que demain les élus prennent leur responsabilité, garantissant ainsi une application uniforme du droit au savoir interdépartemental aux jeunes apprenants, tout en contribuant à une parfaite cohésion sociale, au motif impérieux de l’Intérêt Général.

 

_____

 

 

Déclaration de M Michel Pajon – Maire de Noisy-le-Grand

Audio Icon

 

Déclaration de M JP Bernardy – Inspecteur d’Académie

Audio Icon

   

Déclaration de M Stéphane Troussel – Président du Conseil Général de Seine-Saint-Denis

Audio Icon

 

Présentation de M François Gillard – Architecture SCAU  

Audio Icon

Question de M Alain Cassé – Président de l’ADIHBH-V,

Réponses des élus.

Audio Icon

 

_____

 

 

(*) – Bizarrement, La ville a quitté l’ACTEP en 2009, sur la pointe des pieds, sans tambours ni trompettes. Nous ne trouvons aucune déclaration solennelle en Conseil Municipal.

 

 

Fête d'Automne, les photos !

Publié le

FÊTE D'AUTOMNE,

LES PHOTOS !

 

 

 

L'album de famille des Bas-Heurts est arrivé... Des photos à déguster sans modération !

 

 Cliquer sur l'image

D3S2724

 

Album - FÊTE-D'AUTOMNE - 2012

Publié le

Album - FÊTE-D'AUTOMNE - 2012
Album - FÊTE-D'AUTOMNE - 2012
Album - FÊTE-D'AUTOMNE - 2012
Album - FÊTE-D'AUTOMNE - 2012
Album - FÊTE-D'AUTOMNE - 2012
Album - FÊTE-D'AUTOMNE - 2012
Album - FÊTE-D'AUTOMNE - 2012
Album - FÊTE-D'AUTOMNE - 2012
Album - FÊTE-D'AUTOMNE - 2012
Album - FÊTE-D'AUTOMNE - 2012
Album - FÊTE-D'AUTOMNE - 2012
Album - FÊTE-D'AUTOMNE - 2012
Album - FÊTE-D'AUTOMNE - 2012
Album - FÊTE-D'AUTOMNE - 2012
Album - FÊTE-D'AUTOMNE - 2012
Album - FÊTE-D'AUTOMNE - 2012
Album - FÊTE-D'AUTOMNE - 2012
Album - FÊTE-D'AUTOMNE - 2012
Album - FÊTE-D'AUTOMNE - 2012
Album - FÊTE-D'AUTOMNE - 2012
Album - FÊTE-D'AUTOMNE - 2012
Album - FÊTE-D'AUTOMNE - 2012
Album - FÊTE-D'AUTOMNE - 2012
Album - FÊTE-D'AUTOMNE - 2012
Album - FÊTE-D'AUTOMNE - 2012
Album - FÊTE-D'AUTOMNE - 2012
Album - FÊTE-D'AUTOMNE - 2012
Album - FÊTE-D'AUTOMNE - 2012
Album - FÊTE-D'AUTOMNE - 2012
Album - FÊTE-D'AUTOMNE - 2012
Album - FÊTE-D'AUTOMNE - 2012
Album - FÊTE-D'AUTOMNE - 2012
Album - FÊTE-D'AUTOMNE - 2012
Album - FÊTE-D'AUTOMNE - 2012
Album - FÊTE-D'AUTOMNE - 2012
Album - FÊTE-D'AUTOMNE - 2012
Album - FÊTE-D'AUTOMNE - 2012
Album - FÊTE-D'AUTOMNE - 2012
Album - FÊTE-D'AUTOMNE - 2012
Album - FÊTE-D'AUTOMNE - 2012
Album - FÊTE-D'AUTOMNE - 2012
Album - FÊTE-D'AUTOMNE - 2012
Album - FÊTE-D'AUTOMNE - 2012
Album - FÊTE-D'AUTOMNE - 2012
Album - FÊTE-D'AUTOMNE - 2012
Album - FÊTE-D'AUTOMNE - 2012
Album - FÊTE-D'AUTOMNE - 2012
Album - FÊTE-D'AUTOMNE - 2012
Album - FÊTE-D'AUTOMNE - 2012
Album - FÊTE-D'AUTOMNE - 2012
Album - FÊTE-D'AUTOMNE - 2012
Album - FÊTE-D'AUTOMNE - 2012
Album - FÊTE-D'AUTOMNE - 2012
Album - FÊTE-D'AUTOMNE - 2012
Album - FÊTE-D'AUTOMNE - 2012
Album - FÊTE-D'AUTOMNE - 2012
Album - FÊTE-D'AUTOMNE - 2012
Album - FÊTE-D'AUTOMNE - 2012
Album - FÊTE-D'AUTOMNE - 2012
Album - FÊTE-D'AUTOMNE - 2012
Album - FÊTE-D'AUTOMNE - 2012
Album - FÊTE-D'AUTOMNE - 2012
Album - FÊTE-D'AUTOMNE - 2012
Album - FÊTE-D'AUTOMNE - 2012
Album - FÊTE-D'AUTOMNE - 2012
Album - FÊTE-D'AUTOMNE - 2012
Album - FÊTE-D'AUTOMNE - 2012
Album - FÊTE-D'AUTOMNE - 2012
Album - FÊTE-D'AUTOMNE - 2012
Album - FÊTE-D'AUTOMNE - 2012
Album - FÊTE-D'AUTOMNE - 2012
Album - FÊTE-D'AUTOMNE - 2012