Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'ADIHBH-V participe à la lutte contre le COVID-19

Publié le par ADIHBH-V

________________________________________________

L’ADIHBH-V


APPORTE SON SOUTIEN


À LA LUTTE


CONTRE LE COVID-19
______

L'ADIHBH-V participe à la lutte contre le COVID-19

Fidèle à ses convictions et à sa tradition de partage et de lutte pour un «Mieux vivre ensemble »,  L’ADIHBH-V a choisi d’aider deux Associations dont les besoins sont importants dans cette période de pandémie  liée au Covid-19.
 
En effet, outre les besoins en matériel lourd (respirateurs…) les demandes sont aussi cruciales dans l’accompagnement et la gestion au quotidien pour l’achat de  petits matériels et produits de premières nécessités (blouses, stéthoscopes, thermomètres électroniques…)
 
C’est pourquoi notre association a décidé de contribuer financièrement au bénéfice de :

    •    L’Association des Secouristes Français de la Croix Blanche de Noisy-le-Grand pour 1500,00 €
 
    •    L ’Association de l’Hôpital Saint-Camille de Bry-sur-Marne pour 1500,00 €.
 
Dans l’attente d’un déconfinement prochain,
Restez chez vous, prenez soin de vous et de vos proches.
 
 
Le Conseil d’Administration de l’ADIHBH-V
Le bureau de L'ADIHBH-V

____

 


Retrouvez-nous sur Facebook

le COVID-19 à Noisy le grand au 2 avril 2020

Publié le par ADIHBH-V

COVID-19


Point de la situation à Noisy-le-Grand


le 02 avril 2020
______

le COVID-19 à Noisy le grand au 2 avril 2020
le COVID-19 à Noisy le grand au 2 avril 2020
le COVID-19 à Noisy le grand au 2 avril 2020
le COVID-19 à Noisy le grand au 2 avril 2020

Pendant le confinement, faites un vrai cassoulet !

Publié le par ADIHBH-V

LA FOLLE HISTOIRE


 DU CASSOULET
______

 

 

Au-delà des préoccupations primordiales pour cause de crise sanitaire, alors que nos concitoyennes et concitoyens sont confinés, avec tout ce que cette situation inédite comporte d’inquiétudes, d’angoisses, ou de difficultés journalières, la cuisine peut être un baume. Rien de tel que de cuisiner un plat emblématique du Lauragais que les femmes apprenaient à cuisiner d’une génération à l’autre ; le Cassoulet. Rien de tel pour flatter les narines, réconforter les entrailles et remonter le moral, que de concocter un bon petit Cassoulet mijoté, qui ronronnera des heures à feu doux, que l’on mangera pendant plusieurs jours parce qu’il est encore meilleur réchauffé.


Pour cela, revisitons une recette de Maman Joséphine, qui était une merveille.


La petite histoire du cassoulet


L’origine du Cassoulet remonte à la période médiévale. La légende place sa naissance lors de la Guerre de Cent ans (1337-1453). Durant le siège de Castelnaudary par les Anglais, les habitants, menacés de famine, mirent en commun tout ce qu’ils avaient pour nourrir les soldats de la ville. Lard, porc, fèves, saucisses, viandes furent mis à mijoter dans une grande jatte. Revigorés par ce repas, les soldats Chauriens (c'est-à-dire de Castelnaudary) boutèrent les Anglais hors du Lauragais jusqu’au bord de la Manche !


La recette du Cassoulet était née. Ce ‘plat du pauvre’ était un repas complet qui permettait d’accommoder les restes.  Le Cassoulet, tel que nous le connaissons aujourd’hui, apparaît au début du XVI siècle, puisque les haricots « lingots »  ramenés d’Amérique par Christophe COLOMB en 1530 remplaceront les fèves.


Certains historiens pensent que l’origine du Cassoulet est Arabe, et oui…Ce seraient eux qui, au VII siècle, auraient introduit dans le sud de la France la culture de la fève blanche. Le ragoût de mouton à la fève blanche figurerait parmi les recettes du Traité de cuisine de Bagdad.


La Cassole
 


Poterie NOT


La Cassole n’est autre que le récipient en terre cuite du village d’Issel (à 8 km, au Nord de Castelnaudary), de forme tronconique, vernissée intérieurement pour assurer l’étanchéité. Contrairement au métal très conducteur de la chaleur, la terre cuite de la Cassole a une propriété isolante qui favorise la cuisson lente et la répartition uniforme de la chaleur au sein du plat en évitant les surchauffes locales contre la paroi.


Ingrédients du Cassoulet de Toulouse (façon Joséphine) pour 4 convives


•    400 à 500 g de haricots secs de type Lingot ou Tarbais,
•    2 cuisses de canard ou d'oie confites, coupées en deux.
•    300 g de saucisse pur porc dite "de Toulouse".
•    200 g de jarret de Porc ou éventuellement du travers de Porc
•    150 g de couenne de lard de Porc,
•    250 g de lard de poitrine de Porc,
•    400 g de poitrine de Mouton en morceaux,
•    2 cuillerées à soupe de concentré de tomate,
•    2 oignons, 2 gousses d’ail, 1 bouquet garni, 1 clou de girofle, sel, poivre et chapelure.


Préparation des haricots blancs et des viandes pour la recette :


1.    La veille, faire tremper les haricots secs une nuit dans l'eau froide,
2.    Eplucher les carottes, les couper en rondelles,
3.    Eplucher les oignons et en piquer un avec les clous de girofle ; Eplucher l’ail,
4.    Egoutter et mettre les haricots dans une grande marmite avec les carottes, l’oignon piqué des clous de girofle, le 2ieme oignons, 2 gousses d’ail, le lard de poitrine et la couenne. Si vous mettez un jarret, l’introduire également,
5.    Mouiller très largement l’ensemble et amener tout doucement à ébullition.
6.    Laisser mijoter, écumer, saler et poivrer au bout d’une heure de cuisson. Durée totale de cuisson environ 2 heures, vérifier la cuisson en goutant les haricots,
7.    Conjointement, émincer l’oignon, écraser l’ail,
8.    Dans une cocotte, faire chauffer 2 grosses cuillères de la graisse du confit de Canard,
9.    Faire revenir la saucisse de Toulouse, réserver,
10.    Faire revenir les morceaux de poitrine de mouton, réserver,
11.    Faire revenir les cuisses de Canard dans la graisse,
12.    Ajouter les oignons et l’ail et faire blondir. Réintroduire les viandes. Ajouter le concentré de tomate, le bouquet garni et assaisonner,
13.    Mouiller avec 2 louches de bouillon de cuisson des haricots, couvrir et laisser mijoter à feu très doux. (Joséphine sacrifie une cuisse de Canard qu’elle émiette dans la cocote afin de donner plus de gout),
14.    30 mn avant la fin de la cuisson des haricots, retirer les carottes et l’oignon piqué de girofle,
15.    Ajouter les haricots et la viande ; recouvrir avec le liquide de cuisson. Laisser mijoter.


Montage de notre cassoulet :


1.    Pour cela on utilisera le plat creux en terre cuite qui s'appelle "la cassole" qui a donné son nom au cassoulet, ou à défaut un plat assez creux en terre cuite allant au four,
2.    Tapisser le fond de la cassole avec des morceaux de couenne,
3.    Ajouter environ un tiers des haricots,
4.    Disposer les morceaux de viandes (lard, jarret, mouton…) et par-dessus verser le reste des haricots,
5.    Disposer les cuisses de Canard et les saucisses en les enfonçant dans les haricots, le dessus des saucisses devant rester apparent,
6.    Compléter la cassole en versant le jus de cuisson qui doit juste couvrir les haricots
7.    Poivrer au moulin en surface, saupoudrer de chapelure et ajouter une cuillère à soupe de la graisse de canard. Pour que ce plat reste moelleux, arroser du bouillon de cuisson.
8.    Faire gratiner 10 mn au four.


Conseils pour cette recette du Cassoulet de Toulouse :


Je vous conseille de préparer ce cassoulet la veille. Si vous faites ainsi, il devra être réchauffé au four à 150° pendant environ une heure avant de servir. Ne pas oublier de rajouter un peu de bouillon. C’est très important pour ne pas avoir un cassoulet sec ! Le cassoulet de Toulouse se sert chaud dans sa cassole en terre cuite.
N’hésitez pas à en reprendre ! A vos fourchettes et bon appétit !


L’accord des vins du Languedoc et le Cassoulet :


Avec le Cassoulet, les vins rouges puissants du Languedoc seront d’excellents atouts pour régaler vos convives, soit : Minervois, Corbières, Saint-Chinian, Fitou…. Ne soyons pas trop chauvino-Languedocien, d’autres régions peuvent aussi parfaitement convenir : Bergerac, Buzet, Cahors, Gaillac, Madiran….


Alain Cassé
Toulousain d’un jour, Toulousain de toujours


 

____

 


Retrouvez-nous sur Facebook

 

 

 

 

Un ami nous a quittés

Publié le par ADIHBH-V

___________________________

Serge LEBON


Un ami de l’ADIHBH-V nous a quittés !
______

Quel choc ! Écoles fermées, limitation des déplacements, commerces en berne pour cause de Coronavirus, et c’est à ce moment-là, après plusieurs mois d’une terrible maladie que notre ami Serge LEBON nous quitte le dimanche 15 mars 2020, à l’âge de 74 ans.


Serge était un enfant de Boulogne Billancourt où il vécut avec ses parents avant de rejoindre Rueil Malmaison. En 1982, il débarque à Noisy-le-Grand, quartier des Bas-Heurts avec sa petite famille après avoir préalablement, tel un pionnier auto- constructeur adepte de l’histoire des Castors, édifié seul son beau pavillon.


Retraité depuis 2002, après avoir œuvré professionnellement de longues années dans le domaine des Poids Lourds en tant que Chef d’exploitation, il ne fallait pas lui raconter d’histoires sur le maniement d’une semi-remorque de 30 tonnes. Depuis cette date, Serge s’occupait également de sa Maman qui était âgée, veuve et résidait dans l’Yonne.


En 2004, lorsque le Maire de Noisy-le-Grand Michel PAJON jette son dévolu sur le quartier des Bas-Heurts avec pour seul objectif de pratiquer la « tabula rasa » afin d’édifier 1500 logements collectifs, notre homme voit rouge.


Ainsi, il fût un grand défenseur de notre quartier au travers de notre Association tout en étant un adepte indestructible du ‘vivre ensemble’. Si nos ainés du quartier étaient toujours de ce monde, ils pourraient témoigner de cette volonté qu’il affichait, de toujours aider les personnes âgées en détresse, ou d’expliquer à un volontaire emprunté le montage d’un chapiteau lors de nos fêtes des Cerises et des Pommes !


Grand amateur de jardinage, c’était un expert dans le greffage des arbres fruitiers et un honneur pour lui de partager son savoir-faire dans le domaine de la « tomaticulture ». Bien avant que la Chine ne devienne un acteur majeur du marché mondial de la tomate, Serge faisait depuis de nombreuses années la promotion de la tomate des Bas-Heurts de son jardin !


Nous avons aussi passé de bons moments dans nos jardins lorsqu’il nous aidait à tailler nos arbres. Boute-en-train, avec un verre de « Prosecco » apporté par Ginette et Gérard, il pouvait, avec sa copine Marie-France, vous déclamer son amour des chansons des années 1960, comme par exemple « Dactylo Rock ».


Enfin, nous ne pouvons terminer ces quelques lignes sans mentionner que Serge était toujours à la recherche des plaisirs de la vie autour d’un bon repas. Dès le jeudi matin, à la première heure, nous le rencontrions au super marché. Dans l’après-midi, tel un Chef étoilé, il se mettait aux fourneaux et cuisinait, pour ses invités du soir, ses spécialités traditionnellement réservées à sa famille. Evidemment, après nos fêtes, il ne manquait jamais l’occasion de nous régaler avec son fameux « pâté de lapin » et ses excellentes « tartes aux pommes ».


De nombreux témoignages d’amitié sont arrivés au siège de notre Association.


L’ADIHBH-V transmet ses sincères condoléances à Colette, son épouse, Christophe son fils et à Julian, son petit-fils.


Serge avec ton bon cœur, ton courage et ta bonne humeur contagieuse, tu vas nous manquer sur le quartier des Bas-Heurts, à Noisy-le-Grand.


Le Conseil d’Administration de l’ADIHBH-V

 

 

Un ami nous a quittés

Retour sur le 1er tour des élections municipales à Noisy le Grand

Publié le par ADIHBH-V

__________________________________________________________________

RÉSULTATS


DU PREMIER TOUR


 DES ÉLECTIONS MUNICIPALES


DE NOISY-LE-GRAND


15 MARS 2020
______

En cette période de crise sanitaire, permettez nous de revenir sur les résultats du 1er tour des élections municipales qui a eu lieu le dimanche 15 mars 2020.

Vous pouvez consulter le détail des résultats de Noisy-le-Grand dans les tableaux ci-dessous. Le deuxième tour sera peut-être reporté au dimanche 21 juin 2020 ? L’avenir le dira.


En attendant, que chacun prenne soin de soi et de sa famille en évitant tout comportement à risque. Nous continuerons fidèlement, pour notre part, à vous tenir informés.

 

Les résultats globaux
Cliquer ici :

Les résultats par bureau de vote
Cliquer ici :

Le procès-verbal des résultats
Cliquer ici :

______

Folâtrons sur le candidat Michel PAJON
« Fin du Clip »

Notre homme a tenu Noisy-le-Grand avec poigne durant 20 ans (1995-2015) mais a très mal digéré sa dernière défaite de septembre 2015 pour 33 voix d’écart, au profit de la liste de droite conduite par Brigitte MARSIGNY.
Néanmoins, à 70 ans, Michel PAJON, aujourd’hui isolé politiquement, souhaitait briguer un nouveau mandat par vengeance, en mars 2020.
Amateur de boxe, son ring à lui c’est la politique. Alors, ayant le sentiment qu’en 2015 on lui a volé la victoire, Michel PAJON renfile les gants et tente de riposter lors des  élections municipales de mars 2020, sachant qu’il va retrouver sur sa route Emmanuel CONSTANT (PS), son protégé devenu son pire ennemi juré, avec qui il a coupé les ponts depuis la campagne de 2015. Et puis évidemment Brigitte MARSIGNY qui administre la Commune !


Malheureusement pour lui, voilà, qu’au soir du dimanche 15 mars, Michel PAJON ramasse encore un uppercut et se retrouve dans les cordes, KO.
Avec 7,7% des suffrages, il quitte le ring et ne sera pas présent au 2ème tour. L’ADIHBH-V l’avait informé précisément d’une telle mésaventure lors de la campagne électorale.
Depuis 2015, Michel PAJON subit une succession de knockout qui le conduit régulièrement à perdre ses combats.


Pour mémoire, après avoir rappelé son échec des élections municipales de 2015 qu’il qualifie d’injustice, n’oublions pas que cet ancien Maire est gestionnaire d’un parc immobilier significatif, ce qui lui a d’ailleurs valu au cours de la signature d’un Permis de Construire modificatif d’un programme immobilier sur la ville dans lequel il avait acquis plusieurs logements, d’être reconnu coupable de « Prise illégale d’Intérêts » et condamné à 40.000 € d’amende. Il est pour le moment en appel. Tel que nous connaissons Michel PAJON, cette affaire se terminera en Cassation.


Il est évident que son dernier combat s’annonçait périlleux. Il a voulu boxer, il a perdu le match. Si Noisy-le-Grand était toute sa vie, après toute une série de knockout, tout champion remiserait ses gants pour protéger sa santé ! Aussi, son fidèle entourage qu’il a embarqué dans cette triste mésaventure devrait lui conseiller d’envisager une sage reconversion au soleil…


Ce n’est pas l’ADIHBH-V qui va pleurer.

____

 


Retrouvez-nous sur Facebook

 

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>