Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Transformer des bureaux en logements à Noisy le Grand ?

Publié le par ADIHBH-V

À CHARENTON-LE-PONT,


 LES LOGEMENTS FLEURISSENT


 À LA PLACE DES BUREAUX !
______

 

Transformer des bureaux en logements à Noisy le Grand ?

Les bureaux vides et obsolètes s’accumulent en Île-de-France.
L’Observatoire Régional de l’Immobilier d’Entreprise (ORIE) rappelle dans une version actualisée de son étude de 2013 portant tant sur la mutation des immeubles tertiaires, que sur les 52,8 millions de m2 (52,8Mm2) de bureaux (dont 40 Mm2 à Paris et 1re couronne ainsi que 13 Mm2 en 2e couronne) que compte la région capitale, 3,9 Mm2 sont disponibles au 30 septembre 2014.


À Noisy-le-Grand aujourd’hui, ce sont au minimum 50.000 m² de bureaux vides depuis une dizaine d’années.


Au 2e trimestre 2014, l’ORIE a identifié 738 917 m2 de surfaces vacantes depuis plus de 4 ans, soit une progression de 46% entre 2012 et 2014, dont notamment 195 470 m2 en Seine-Saint-Denis, où près de la moitié de l’offre disponible de seconde main semble condamnée à rester vide.


Ces 738 917 m2 représentent 22% des surfaces de bureaux de seconde main, libres de toute occupation.


 À l’horizon 2030, ce seront entre 3 et 5 millions de m2 de bureaux qui seront obsolètes, surtout en 1re et 2e couronne, note l’ORIE. Si l’on considère que la moitié sera transformée en logements, on peut espérer créer environ 30 000 logements sur une dizaine d’année.


 Chiffres basés sur un calcul « à la louche » car, depuis 2000, le changement de destination de bureaux en habitations tend à baisser au profit des locaux hôteliers, résidences de services et commerces.


À Paris, selon l’ORIE, entre 1990 et 2010, 53 000 m2/an de bureaux ont été autorisés à la transformation, lesquels auraient permis une production annuelle de 300 à 400 logements. Ce n’est pas avec cela que l’on va participer de façon notable à la création des 70 000 logements/an voulue par les politiques, d’autant plus que la part des investisseurs institutionnels est infime (5% environ).


Par ailleurs, les opérations de transformation de bureaux en logements sont complexes sur le plan économique. Le coût technique de ce recyclage varie entre 2000 et 2500 €/m2. Un coût comparable à celui du neuf, mais en transformant on perd de la surface en créant des parties communes ou en rendant l’immeuble accessible aux personnes à mobilité réduite. Mais c’est sans compter sur l’obligation d’affecter 25% de logements sociaux, ou encore le renforcement des droits des locataires de la loi ALUR, qui sont dissuasifs pour certains investisseurs.


Quoi qu’il en soit, estime l’ORIE, tout bureau vide n’est pas transformable. Malgré des incitations récentes, les investisseurs institutionnels demeurent peu enclins à transformer des bureaux en logements, car ils peinent à boucler des montages financiers rémunérateurs.


Et pourtant, Charenton-le-Pont l’a fait !


Reconvertir 7 000 m2 de bureaux en une résidence intergénérationnelle de 90 logements, un vrai défi architectural, technique et environnemental pour l’Agence Moatti – Rivière choisie par Immobilière 3F (Groupe Solendi), qui a acquis cet ensemble immobilier à Charenton-le-Pont (94).


Au 72-76 quai des Carrières à Charenton-le-Pont, il y a quelques années encore, il n’y avait que des bureaux à tous les étages de cet immeuble de 9.500 m², sorti de terre dans les années 1970. Sauf que les dernières années, il n’y avait plus grand monde dans les couloirs. L’immeuble, aux portes de Paris, était au trois-quarts vide lorsque le bailleur social Immobilière 3F (I3F) a mis la main dessus, en 2013.

Ainsi, le 09 septembre 2016, après 18 mois de travaux, le bailleur social Immobilière 3F a inauguré 90 logements dans cet ancien immeuble de bureaux.


Une opération complexe et coûteuse

 

Transformer des bureaux en logements à Noisy le Grand ?

Cette reconversion n’a pas été une mince affaire, raconte Pierre Paulot, directeur de l’architecture et du développement chez Immobilières 3F. « Un immeuble de bureaux est généralement constitué de grandes pièces et tant pis si certaines sont sans fenêtres. Un logement, c’est tout l’inverse. C’est plein de petites pièces avec un maximum de fenêtres."


Pour faire entrer la lumière, l’Architecte Alain Moatti,  a enlevé un étage sur une aile et agrandi la cour intérieure. « Une aile donne aussi sur l’autoroute A4 avec toutes les nuisances sonores que cela implique, poursuit-il. Nous avons alors installé du triple vitrage mais aussi érigé une deuxième façade 70 centimètres en retrait de la première et composée de bois absorbant le bruit. »


Tout cela a un prix qui pèse sur le coût final de cette opération immobilière. « Quai des Carrières, le coût travaux est proche de ce que cela nous aurait coûté de faire un bâtiment neuf, indique Pierre Paulot. S’ajoute à cela l’achat de l’immeuble, plus cher qu’un terrain nu. »


À Noisy-le-Grand, le PLU 2017 !


Lors de la réunion publique du lundi 07 novembre écoulé relative au PLU 2017, Aurélie BOUTON, de l’Agence d’Urbanisme « Ville ouverte » de Montreuil (93) qui accompagne Noisy-le-Grand, a avancé l’idée de rénover les bureaux dégradés du Mont d’Est, c'est-à-dire de les remettre aux normes, ou de les transformer en logements.


Selon le Vrai Journal de Noisy-le-Grand, ce n’est pas un investisseur institutionnel (ex : SCPI) qui va rénover des bureaux obsolètes, au risque d’altérer sérieusement la rentabilité de son bien. De toute évidence, il préfèrera acquérir des bureaux neufs, sur un marché pléthorique des 70 gares du Grand Paris ! En ce qui concerne la transformation des bureaux en logements, nous venons de voir que le montage financier rémunérateur de l’opération n’est pas acquise.
Reste peut être une solution avec le Groupe Solendi pour du logement social ou intermédiaire, ou la transformation en maison de retraite ou résidence étudiante. La dernière hypothèse la plus crédible consisterait peut être à dynamiter les bureaux vides, libérer le foncier et reconstruire du neuf ?


______

 

À propos du Groupe Solendi: Le Groupe Solendi est un acteur majeur du logement social au sein d’Action Logement avec un patrimoine de 222 000 logements. Il rassemble deux métiers complémentaires au service du lien entre le logement et l’emploi sur les territoires : le Pôle Logement et Services dont la vocation est d’apporter des solutions d’habitat aux salariés et le Pôle Immobilier destiné principalement à construire des logements et des hébergements et à transformer durablement des quartiers en renouvellement urbain.
Au sein de ce Pôle Immobilier, I3F, premier bailleur social en France, détient un parc de 198 000 logements.

À propos de I3F : Composé d’Immobilière 3F et de ses 13 filiales, I3F gère 134 000 logements sociaux, foyers et commerces en Ile-de-France et 64 000 en régions.
I3F est engagé dans une politique de développement durable avec des constructions neuves labellisées au minimum BBC ou RT 2012 et certifiées Habitat & Environnement.
Il participe également à la politique de rénovation urbaine avec 58 opérations dans toute la France.


______


Retrouvez notre page Facebook: https://www.facebook.com/Le-Vrai-Journal-de-Noisy-le-Grand-732266683571568

 

Des logements intermédiaires à Noisy le Grand ?

Publié le par ADIHBH-V

QU’EST-CE QUE


LE LOGEMENT INTERMÉDIAIRE ?
______

 

Alors que nous visitions les futurs projets immobiliers du CLOS D’AMBERT à Noisy-le-Grand ces derniers jours (Cliquer sur : Le CLOS D’AMBERT sort de terre), nous avons posé la question du « Logement intermédiaire » aux différents conseillers commerciaux qui occupent aujourd’hui les Espaces de vente du secteur.

À savoir : VIA VERDE (BNP Immobilier), PERSPECTIVE (Société générale) et EMERGENCE (Bricqueville).


À notre grande stupéfaction, pas un seul ne fut capable de nous parler du « Logement intermédiaire » !


Il est vrai que le bailleur social Immobilière 3F n’est pas encore présent sur le site.

Alors parlons-en :

Architecte Eric POUCHERET

Architecte Eric POUCHERET

Qu’est ce qu’un logement en loyer intermédiaire ?


À mi-chemin entre le logement social et le logement privé, le logement intermédiaire doit permettre de loger les ménages qui sont trop aisés pour être éligibles au logement social, mais aux ressources insuffisantes pour accéder aux logements du parc privé.

Les loyers sont plafonnés à 15 ou 20 % en dessous des prix du marché.

Les logements dits « intermédiaires », se caractérisent soit par un niveau de loyers situé entre ceux du parc social et ceux du parc privé, soit par un prix d’acquisition inférieur à celui du marché.
C’est une ordonnance, présentée le 19 février 2014, qui a créé le statut du logement intermédiaire.


Renforcer le maillon entre logement social et parc privé


Dans les territoires où il existe un déséquilibre marqué entre l’offre et la demande de logements et où l’écart se creuse entre les loyers du parc social et ceux du marché privé, il est nécessaire d’encourager l’offre de logements dits « intermédiaires », en location ou en accession.
 

Pour répondre à ce besoin, le gouvernement a mis en place un cadre financier favorisant la production des logements locatifs intermédiaires :


•    pour les particuliers, avec le dispositif d’aide à l’investissement locatif, qui offre une réduction d’impôt en contrepartie de l’engagement de louer pendant 6, 9 ou 12 ans à un loyer inférieur de 20 % aux prix du marché ;


•    pour les investisseurs institutionnels avec le dispositif de la loi de finances 2014 permettant de bénéficier d’un taux de TVA réduit à 10 % et d’une exonération de taxe foncière sur la propriété bâtie pendant 20 ans maximun, en contrepartie d’un engagement de location de 15 ans minimum à des loyers également inférieurs de 20 % aux prix du marché.

 

© Oppidea - Le projet de l'agence Jornetllopastor + Forgas pour des logements intermédiaires à Toulouse

© Oppidea - Le projet de l'agence Jornetllopastor + Forgas pour des logements intermédiaires à Toulouse

Définition du logement intermédiaire

Le logement intermédiaire, en location ou en accession, se définit ainsi :

•    Être situé dans une zone tendue : le logement doit être construit dans une zone où il est difficile de se loger, répondant ainsi à une vraie demande. Ces zones dites tendues, comme Paris et la première couronne ou le littoral des Alpes Maritimes sont définies par la loi.

•    Il fait l’objet d’une aide directe ou indirecte de l’État ou d’une collectivité locale, accordée en contrepartie d’un engagement de pratique des prix modérés ;


•    Il est destiné aux classes moyennes, c’est-à-dire situées sous un plafond de ressources, qui sera identique à celui des locataires du dispositif de soutien à l’investissement locatif ;


•    Son prix ou son loyer est plafonné à un niveau intermédiaire défini par décret. Pour les logements locatifs, le plafond de loyer sera identique à celui du dispositif de soutien à l’investissement locatif.

Le bail réel immobilier


L’ordonnance crée également un nouveau contrat de bail de longue durée, dit « bail réel immobilier », qui va diminuer le coût des opérations de construction de logements intermédiaires en dissociant le foncier  du bâti.


Ce nouveau bail repose sur le même principe que le bail à construction ou le bail emphytéotique logement : plutôt que d’avoir à acheter le terrain avant de construire, le bailleur ou le promoteur conclut un bail avec le propriétaire foncier par lequel il s’engage à verser une redevance sur une longue durée en contrepartie de l’autorisation de construire des logements abordables.


Il s’applique uniquement aux opérations de logements intermédiaires et est particulièrement novateur en matière d’accession puisqu’il permet d’organiser la possibilité de cession du bâti entre acquéreurs successifs. L’acquéreur s’acquitte d’un prix moins élevé, mais sa propriété est limitée dans le temps. Il a un droit réel sur son logement et peut le revendre.
L’ordonnance prévoit un certain nombre de garde-fous : encadrement des conditions de vente ou du maintien dans les lieux des locataires, gestion des transmissions successorales, sanction en cas de non respect du caractère intermédiaire des logements, etc…

 

Des logements intermédiaires à Noisy le Grand ?

Cadre d’intervention des organismes de logement social : création de filiales dédiées


Pour développer massivement les logements intermédiaires, il faut des opérateurs qui disposent des compétences de maîtrise d’ouvrage et de gestion.


Or il n’existe quasi plus de grand bailleur privé qui continue à avoir un parc important de logements locatifs.


Les organismes de logement social possèdent toutes les compétences requises pour cette tâche et gèrent déjà aujourd’hui, pour certains, un parc de logements intermédiaires.


Non motivés par des impératifs de rentabilité de court terme et mus par l’intérêt général, ils constituent des opérateurs pertinents pour le développement du logement intermédiaire.


L’ordonnance confère ainsi aux organismes de logement social, la capacité de créer des filiales dédiées à la réalisation et la gestion de logements intermédiaires, sous deux conditions :


•    Ils ne peuvent posséder que 10 % de logements intermédiaires par rapport à leur parc de logements sociaux ;


•    Ils ne peuvent pas faire appel à des investisseurs privés pour financer ces opérations et doivent donc engager un volume important de fonds propres dans ces opérations.


En leur permettant de créer des filiales dédiées au logement intermédiaire, le Gouvernement donne aux organismes de logement social un cadre sécurisé, fondé sur une séparation claire entre l’activité de logement social et l’activité de logement intermédiaire.


Dans le cadre de la loi Macron, ces filiales pourront par exemple non seulement construire et gérer des logements intermédiaires, mais aussi acquérir des immeubles de bureaux pour les transformer en logements intermédiaires.
La séparation des fonds entre le logement social et le logement intermédiaire sera renforcée.


Pour garantir cette « étanchéité » complète, des garde-fous sont mis en place :


•    Les fonds nécessaires pour créer les filiales ne peuvent provenir que des activités du bailleur social hors service d’intérêt économique général (SIEG) ou de son parc existant de logements intermédiaires. Pas un euro de l’activité de logement social ne peut être versé à la filiale ;


•    Le ministre en charge du Logement peut s’opposer à la création d’une filiale de logements intermédiaires par un bailleur qui ne remplirait pas correctement ses missions en matière de logement social. La priorité reste bien le logement social ;


•    Le préfet de Région peut s’opposer à toute augmentation de capital ultérieure qui ne respecterait pas les règles précédentes. Le principe d’étanchéité est assuré dans la durée.


______

 

Référence bibliographique : Ministère du logement et de l’habitat durable. http://www.logement.gouv.fr


Retrouvez notre page Facebook: https://www.facebook.com/Le-Vrai-Journal-de-Noisy-le-Grand-732266683571568/

 

Nouvelles évolutions du projet sur le Clos d'Ambert

Publié le par ADIHBH-V

LE CLOS D’AMBERT


SORT DE TERRE
______

Nouvelles évolutions du projet sur le Clos d'Ambert

Après plusieurs années de tergiversations, l’Association de défense du Clos d’Ambert (ADCA) était enfin entendue par la nouvelle municipalité de Noisy-le-Grand.


Ainsi, le 19 octobre dernier, les noiséens étaient conviés à une réunion d’information sur le nouveau projet de la ZAC du Clos d’Ambert, en présence de Brigitte MARSIGNY, Maire de la Commune.

Le projet initial de 1500 logements a été réétudié afin de mieux prendre en compte l’environnement de ce quartier et d’offrir au milieu pavillonnaire environnant une zone de courtoisie en harmonie avec les gabarits existants.


Ce programme accueillera un groupe scolaire maternel et élémentaire en complément de ceux existants, mais également des logements, une résidence sociale, une crèche, une salle polyvalente des commerces et des services de proximité.

Réunion publique du 19 octobre 2016


Présentation visuelle du projet : Cliquer ici (3 fichiers en .pdf).


Exposés oraux

Laurent FORET - Directeur de la SOCAREN

1                   2                   3

André LEMEUR - Architecte

4

Xavier LAVERDURE – Bureau d’Etude OTCI

5

Quelques futurs aménagements du Clos d’Ambert,

Le Groupe scolaire

 

Architecte Fabienne GERIN JEAN
Architecte Fabienne GERIN JEAN

Architecte Fabienne GERIN JEAN

Le futur groupe scolaire de 17 classes (maternelles et élémentaires) prend place au coeur d’une ZAC organisée autour d’un grand jardin central.


L’Architecte a  intégré ce parti en proposant de le poursuivre, sur la parcelle, par l’implantation du bâtiment en équerre, de sorte que les espaces extérieurs de l’école soient le prolongement du jardin public.


Cette disposition évite les ombres portées du bâtiment sur lui-même, ouvre celui-ci vers le Sud, rend les façades captives thermiquement, forme une coupure acoustique pour les îlots voisins et une protection des cours vis à vis de ces bâtiments.


Par un dessin en lanières, associant toutes les strates de végétation dans un dispositif étagé, les cours apparaissent véritablement s’implanter dans le jardin public.


La toiture entièrement végétalisée, largement perceptible des logements la surplombant, participe à ce dessin général.


La surface et la couleur des matériaux utilisés pour le groupe scolaire amplifient ce mimétisme recherché avec les espaces verts du Clos d’Ambert.


Comme un écrin formé par l’écorce des arbres, la matière métallique qui enveloppe le projet est texturée pour refléter les frondaisons.


La matière est aussi dessinée en « motif floral » pour caractériser et accompagner la limite avec l’espace public.


La palette de couleur empreinte à la nature ses nuances automnales, brun orange, vert, jaune, associées à du beige sable et du gris.

Résidence EMERGENCE – GENETON/BRICQUEVILLE

Résidence EMERGENCE – GENETON/BRICQUEVILLE

« Un nouveau centre et un nouveau mode de ville s'inventent à Noisy-le-Grand !
La résidence EMERGENCE, premier immeuble de la ZAC du Clos d'Ambert vous propose un cadre de vie exceptionnel aux portes de Paris.
Cette résidence RT 2012, entièrement sécurisée, offre un large choix de typologies et d'expositions: 69 appartements du studio au 4 pièces avec pour la plupart de généreuses surfaces extérieures: balcons, terrasses, et jardins privatifs. TVA à taux réduit à 7%. »

Résidence VIA VERDE – BNP Immobilier

Résidence VIA VERDE – BNP Immobilier

« La nouvelle résidence à l'architecture élégante et contemporaine, VIA VERDE propose 100 appartements du studio au 5 pièces avec, pour la plupart, terrasses, balcons ou jardins, et pour certains grandes terrasses plein ciel, idéalement située en coeur de ville, dans le nouveau quartier du Clos d'Ambert.  Labellisation RT2012. »

Résidence PERSPECTIVE – SOGEPROM

Résidence PERSPECTIVE – SOGEPROM

« La résidence PERSPECTIVE séduit par ses bâtiments de 5 étages avec attiques et leur architecture contemporaine soignée. 84 appartements du studio au 5 pièces vous invitent à une nouvelle vie privilégiée. De beaux balcons et des terrasses animent les façades et se distinguent par d'élégants garde-corps. La disposition des bâtiments, en U face à la rue de Reims, favorise les vues dégagées et assure un ensoleillement optimal aux intérieurs. La résidence PERSPECTIVE est également mise en valeur par son coeur d'îlot paysager aménagé en un grand jardin, y offre une palette végétale riche. »


_____

Retrouvez notre page Facebook:
https://www.facebook.com/Le-Vrai-Journal-de-Noisy-le-Grand-732266683571568/

 

Publié dans Clos d'Ambert

L'avenir de Maille-Horizon se profile : les logements

Publié le par ADIHBH-V

L'AVENIR DE MAILLE HORIZON

SE PROFILE : LE LOGEMENT

 Après le Groupe Scolaire, intéressons-nous maintenant à l’offre de logements sur ce secteur :  

Développer une offre résidentielle diversifiée

Le projet de développement urbain de Maille Horizon Nord s’inscrit pleinement dans la politique d’aménagement de la Métropole du Grand Paris. En effet, le projet participe à répondre aux objectifs ambitieux de construction de logements, réelle nécessité, afin de satisfaire un besoin toujours croissant. Le projet Maille Horizon Nord est imaginé comme un quartier mixte dont la vocation est également d’accueillir une part importante de logements.

Conformément au PLU de la Ville de Noisy le Grand en vigueur aujourd’hui, un minimum de 30% du nombre de logements total de l’opération d’aménagement devra être dédié au logement locatif social. Les 70 % restants seront alloués à des programmes de logements en accession libre. Cependant, dans l’objectif de garantir une mixité de population plus importante, les programmes d’accession pourront comporter une diversité d’offres et de produits afin de s’adresser à un panel d’acquéreurs potentiels élargi.

Les principes urbains développés défendent une diversité typo‐morphologique des logements. En effet, le quartier de Maille Horizon a vocation à accueillir un tissu urbain riche, composé à la fois de logements collectifs, de logements intermédiaires voire même de maisons individuelles groupées au sein même de chaque îlot si possible. La recherche sur ce tissu est faite dans un objectif de favoriser diversité et mixité, à la fois sociale, générationnelle, d’habitats et d’ambiances. Elle se traduira également par la volonté de trouver dans chaque opération un large éventail de typologies de produits (T1 à T5, simplex et duplex). Certains logements devront être pensés avec une forme de flexibilité permettant leur adaptabilité et leur évolution dans le temps mais également permettre d’introduire des formes d’occupation variées et innovantes. Cette diversité se traduira dans les architectures des logements (hauteurs variées, balcons, terrasses, jardins, ensoleillement, vues…).

Les programmes de logements seront principalement localisés sur le secteur du coteau, développés dans la pente, ouverts sur le grand paysage et bordant le futur parc. D’autres programmes seront ponctuellement répartis sur le secteur du balcon en vis‐à‐vis avec des programmes d’activité tertiaire.

 

Schéma d’aménagement de Maille Horizon-Nord

  

L'avenir de Maille-Horizon se profile : les logements

Attribution des lots : 

A ce jour tous les Permis de Construire sont en cours d’instruction. L’état d’avancement de l’attribution des lots est le suivant :

-   Le lot C3 sera réalisé par NEXITY, Architecte VALERO GADAN : 78 logements en accessions libre ou prix maîtrisé (TVA réduite) en cours de pré-commercialisation, plus 26 logements sociaux (VEFA pour BATIGERE).

Architecte VALERO GADAN

Architecte VALERO GADAN

 Le lot C1a sera réalisé par IMMOBILIERE 3F, Architecte BAUDOIN BERGERON : 53 logements sociaux,

 

 -  Le lot C2a sera réalisé par IMMOBILIRE 3F, Architecte LE PENHEUL, 114 logements sociaux,

- Le lot C4 sera réalisé par BOUYGUES IMMOBILIER, Architecte Fabien GERIN JEAN – Atelier DUPONT, lauréat de la consultation Promoteur –Concepteur, 178 logements en accession libre et maîtrisée, plus 47 logements sociaux. - 

 

Architecte Fabien GERIN-JEAN - Ateliers DUPONT - Images de Concours Internet non contractuelle, susceptibles d'évolutions
Architecte Fabien GERIN-JEAN - Ateliers DUPONT - Images de Concours Internet non contractuelle, susceptibles d'évolutions

Architecte Fabien GERIN-JEAN - Ateliers DUPONT - Images de Concours Internet non contractuelle, susceptibles d'évolutions

-   Le lot C5 sera réalisé par BNP PARIBAS, Architecte Ameller & Dubois – Zuntel Cristea, lauréat de la consultation Promoteur-Concepteur, 197 logements en accession libre et maîtrisée, plus 45 logements sociaux.

 

______


Retrouvez notre page Facebook:
https://www.facebook.com/Le-Vrai-Journal-de-Noisy-le-Grand-732266683571568/

Du nouveau pour Maille Horizon Nord

Publié le par ADIHBH-V

L’AVENIR DE MAILLE HORIZON


SE PROFILE :


LE GROUPE SCOLAIRE
______

Du nouveau pour Maille Horizon Nord

Le projet d’aménagement du quartier Maille Horizon Nord a été remodelé pour prendre en compte les inquiétudes des riverains.
Ainsi, la hauteur des constructions sera limitée en bordure de la rue des Bas Heurts, caractérisée par un bâti pavillonnaire homogène.

La ZAC se situe au Nord-Ouest de la ville de Noisy-le-Grand et en bordure de la commune de Bry-sur-Marne, délimitée par les grands axes du boulevard du Mont- d’Est et de l’avenue de Neuilly, la rue des Bas-Heurts, la limite Communale avec Bry-sur-Marne et le boulevard Méliès.
Ce secteur couvre une superficie de 11,7 ha.

L’objectif poursuivi pour l’aménagement de ce secteur consiste à mettre en œuvre un projet urbain à la fois dense et respectueux de l’environnement, économe en consommation d’énergie et conçu dans une logique d’urbanisation durable.
Ce projet devra aboutir à un quartier équilibré mêlant mixité fonctionnelle et programmatique.
En particulier, les programmes de logements seront variés, de qualité et en nombre suffisant pour répondre à la demande des habitants.
L’aménagement du secteur doit permettre de répondre aux besoins générés en matière d’équipement scolaire et de la petite enfance, mais aussi de profiter de la réalisation de l’opération pour améliorer l’offre du quartier.

Le  programme de réalisation du groupe scolaire comprend :

Architecte Emmanuelle COLBOC & Associés

Architecte Emmanuelle COLBOC & Associés

-    La construction de 21 classes dont :
•    8 classes de cours maternelles (1040 m²),
•    13 classes de cours élémentaires (1440 m²),
-    Des espaces d’accueil de loisirs (555 m²),
-    Un pôle de restauration de 490 couverts (605 m²),
-    La construction d’espaces communs de 415 m² regroupant les locaux médicaux, l’atelier du gardien, les locaux techniques, les locaux et sanitaires communs et du personnel, ainsi que les locaux de maintenance,

Architecte Emmanuelle COLBOC & Associés

Architecte Emmanuelle COLBOC & Associés

-   L’aménagement des espaces extérieurs comprenant :
•   Une cours de récréation de 1400 m² pour l’élémentaire, dont un préau de 325 m²,
•   Une cours de récréation de 1100 m² pour la maternelle, dont un préau de 216 m²,
•  Une cours de livraison de 135 m² nécessaire au fonctionnement de l’office de restauration,
•    Un abri pour vélos de 25 m²,
•    Une clôture périphérique du site, y compris portail d’entrée, barrière, ….

-   La prise en compte d’un programme environnemental avec notamment des niveaux d’exigences « très performants » en matière d’intégration du bâtiment avec son environnement, de gestion de l’eau, de maintenance et de pérennité de l’ouvrage, de qualité sanitaire de l’air et de confort visuel ;

-    Objectif de performance énergétique : RT 2012 – 10%.

Notice architecturale et paysagère
Cliquer ici
______


Retrouvez notre page Facebook:
https://www.facebook.com/Le-Vrai-Journal-de-Noisy-le-Grand-732266683571568/

 

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>