Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Revue de Presse Septembre 2007

Publié le

aa040001_1_.jpg

REVUE DE PRESSE
____
 
COMMUNIQUE DE PRESSE DE LA VILLE
DE NOISY LE GRAND (93)
_____
 
Le mardi 11 septembre 2007, la ville de Noisy-le-Grand communique à l’AFP une déclaration concernant le résultat des enquêtes publiques de la ZAC du Clos aux Biches.


Extraits : 

- Michel Pajon déplore les conclusions de ces Enquêtes qui, pour l’essentiel privilégient les intérêts particuliers au détriment de l’intérêt général et………….. 

- Michel Pajon déplore également les raisonnements approximatifs développés par la Commission d’Enquête qui l’on conduite à commettre, dans son analyse, un certain nombre d’erreurs d’appréciation. 

- S’il est possible de comprendre la logique d’habitants qui, attachés à leurs biens, sont soucieux de défendre leurs intérêts, il est plus difficile d’accepter la pression et les méthodes de certains d’entre eux, qui, utilisant le projet à des fins politiques ont décidé, coute que coute, par tous les moyens, de le contrecarrer pour des raisons uniquement électorales. 

- La Ville réaffirme néanmoins sa volonté de poursuivre, selon un calendrier et des modalités qu’il conviendra de préciser, l’aménagement de cette partie du territoire communal, en menant des discussions avec tous les acteurs concernés : habitants des Bas Heurts, demandeurs de logements, bailleurs, aménageurs, élus, associations, Conseil Régional.   


Commentaire de l’ADIHBH-V
 
Nous n’attendions pas un témoignage de satisfaction de la part de Michel Pajon mais nous sommes effarés qu’il puisse juger avec autant d’arrogance le travail des Commissaires Enquêteurs missionnés par le Préfet de Seine-Saint-Denis. Rappelons que cette commission composée de trois personnes, après une étude exhaustive et approfondie d'une durée extraordinaire (vu l'ampleur du dossier) a pris sa décision à l'unanimité, objectivement, de façon totalement indépendante et prenant en compte les données techniques (y compris le SDRIF), sociologiques et humaines.
Les intérêts particuliers que vous évoquez, Monsieur Pajon, sont le droit des personnes âgées à être maintenues chez elles, le droit d’un quartier à sa cohésion sociale et le droit de quiconque à ne pas faire les frais de vos projets immobiliers ! Nous vous invitons pour cela, Monsieur Pajon à relire attentivement les arguments évoqués par la commission d’enquête !
Comme d’habitude Michel Pajon y va aussi de son couplet sur la politisation de notre Association, soutenue sur ce projet par les VERTS, l’UDF, l’UMP et le PCF (qui fait partie de sa propre majorité !!!). Déjà le 5 février 2007, après la conférence que nous avions organisée avec les Etudiants de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris La Villette pour informer les Noiséens, Michel Pajon avait adressé une lettre de protestation au Directeur Général de cette l’Ecole en mentionnant : « que notre démarche, en l’espèce, s’avérait avant tout politique et électoraliste ». Copie avait été adressée à Monsieur Renaud DONNEDIEU DE VABRE, Ministre de la Culture et de la Communication de l’époque.
 
Quoi qu’il en soit, c’est avec une grande satisfaction que nous notons que la future urbanisation des Bas-Heurts se fera dans la concertation avec les habitants et autres !!! Concertation et négociations que nous exigeons évidemment avant les prochaines élections municipales, n'est-ce pas Monsieur Pajon ! mais en attendant, que d'argent perdu !!!.. 

 
LE MONDE
 
"Un gros projet urbain à Noisy-le-Grand recalé au stade de l'enquête publique" 

L'enquête publique menée sur un projet de création de 1.500 logements collectifs à Noisy-le-Grand (Seine-Saint-Denis) s'est récemment soldée par un avis défavorable, déplore mardi la mairie PS dans un communiqué.

La ville "prend acte" de l'avis défavorable à la déclaration d'utilité publique sur la ZAC du Clos des Biches mais "réaffirme sa volonté de poursuivre l'aménagement de cette partie du territoire".

Michel Pajon (PS) "déplore les conclusions de ces enquêtes qui, pour l'essentiel, privilégient les intérêts particuliers au détriment de l'intérêt général" dans une ville de 60.000 habitants où 1.500 demandes de logement social ne sont pas satisfaites.

Les conclusions "semblent ignorer les logiques d'aménagement de la région Ile-de-France", poursuit M. Pajon en référence au schéma directeur de la région Ile-de-France (SDRIF) qui programme d'atteindre l'objectif de 30% de logements sociaux en 2030 sur toute la région parisienne.

M. Pajon a décidé de ne pas faire délibérer le conseil municipal sur ce projet, comme il était en droit de le faire pour transmettre le dossier au préfet.

Il annonce qu'il engagera "des discussions avec tous les acteurs concernés" pour élaborer un autre projet, qui devra "répondre à l'intérêt général".

Le plan de construction de logements collectifs (30% de locatif social, 40% de logements en accession intermédiaire à la propriété et 30% de logements en accession libre) était contesté par un collectif d'habitants, soutenus par les Verts, le PCF et l'UMP.

Le collectif avait présenté en février dernier un contre-projet de 1.000 logements permettant de préserver une zone pavillonnaire qui devait être rasée.
 
 
AGENCE FRANCE PRESSE
BOBIGNY (93)
_____
 
Le 11 septembre, l’Agence France Presse communique : « Un gros projet urbain à Noisy le Grand recalé au stade de l’Enquête Publique ».
Les arguments développés reprennent le communiqué de la Ville de Noisy le Grand.
 
 
 
LE PARISIEN
 
 
Le jeudi 13 septembre, sous la plume de Marjorie Corcier, LE PARISIEN titre :
 « La Mairie renonce à son projet de nouveau quartier »
 
Extraits :

 

- Coup de théâtre aux Bas Heurts,…………, Michel Pajon, Député Maire (PS), vient d’annoncer la mise entre parenthèses de son ambitieux projet,…..

- Pas de passage en force, la Ville aurait pu contester cette démarche par une délibération du conseil Municipal. Dans ce cas, le dossier aurait alors été tranché par le Préfet de Seine Saint Denis. Le Maire a finalement opté pour la solution douce.

- Il faut dire que, à six mois des prochaines élections municipales, le dossier des Bas Heurts devient sensible et pourrait bien s’inviter dans les débats politiques

- Les membres de l’ADIHBH-V………….restent sur le qui-vive. « Tout peut repartir après les élections, redoute Alain Cassé, le Président de l’Association, qui se dit prêt à s’asseoir à la table des négociations avec la Mairie, pour plancher sur un nouveau projet.

 
Commentaire de l’ADIHBH-V
 
Il est bien évident que ce dossier d’urbanisation va largement s’inviter au débat municipal lors des prochaines élections de mars 2008. Il n’est absolument pas question que l’ABIHBH-V se fasse endormir. Aussi, nous comptons bien, sous une forme ou une autre qui reste à déterminer, contribuer et peser sur le débat démocratique.
Oui, nous ferons de la politique, mais une politique cytoyenne d’aménagement d’un quartier, sûrement pas de la politique politicienne qui présente trop de turpitudes à Noisy-le-Grand.
 
Ceci étant, l’ADIHBH-V va rester mobilisée et va encore s’activer. En effet, le dossier du PLU, adopté en Conseil Municipal le 26 juillet dernier, en pleine période estivale, mérite quelques attentions particulières lorsque nous examinons les commentaires de Monsieur le Commissaire Enquêteur sur le Clos aux Biches. A la lecture des délibérations sur le PLU, il semblerait que les Bas Heurts  n'y retrouvent pas leur compte !.. Bizarre nous direz-vous... Affaire à suivre.
_________
 


 

Noisy-Mag

Publié le

NOISEENS, LE NOISY-MAGAZINE VOUS ENDORT...

chouette-sommeil.gif

 

 

INCROYABLE !... Cet extraordinaire outil de communication local qu'est "Noisy-Magazine" a tout simplement omis sur son dernier numéro de septembre (n°130) de parler du résultat des Enquêtes Publiques conjointes sur les Bas-Heurts !!! 

Ce qui aurait dû être une simple procédure démocratique détachée de toute motivation politique devient donc une défaite inavouable pour Michel Pajon. Nous ne connaissons pas les raisons qui ont poussé notre maire à tant d'acharnement sur les Bas-Heurts et ses habitants, nous restons en tout cas très vigilants quant aux suites données à cette affaire.

Continuez à vous connecter pour de vraies informations, inscrivez-vous à la newsletter (c'est gratuit !) pour être avertis des nouveaux articles. Recommandez ce blog à vos amis et voisins !



 

Résultats des Enquêtes Publiques (suite et fin)

Publié le

 
VICTOIRE INDISCUTABLE DES AVIS DEFAVORABLES 
AU PROJET DE MICHEL PAJON,
 MAIRE DE NOISY LE GRAND, ET PDG DE LA SOCAREN, 
ET A LA D.U.P !!!..

applause.gif
 
 
Une très forte affluence s’est présentée tout au long de l’enquête, et en particulier au cours des permanences, pour formuler ses observations, ce qui n’est pas surprenant compte tenu de la nature du projet, et d’une très forte opposition qui s’était manifestée depuis la phase de concertation en 2004.
Le bilan d’ensemble des observations et des pétitions est le suivant :
 
·        486 observations défavorables, émanant de 478 particuliers, 4 Associations et de partis politiques de diverses tendances,
·        203 observations favorables, dont un parti politique,
·        2586 pétitions, toutes défavorables.
Après dépouillement de ces observations, la Commission les a regroupées par thèmes, et les a analysées, en donnant pour chacun un avis unanime sur l’argumentation présentée.

   

 

  •        Avis favorables au projet et à la DUP :
203 opinions favorables se sont manifestées avec les arguments suivants
 
-      La France traverse une grave crise du logement, et les constats effectués cet hiver ont montré la détresse de ceux qui sont privés d’un logement décent, auquel chacun a droit.
 
-      Ce constat est valable pour Noisy le Grand, où il y a 1463 demandes de logements en attente.
 
-      Il faut assurer l’avenir des générations futures, assurer un logement aux étudiants et aux jeunes Noiséens qui veulent rester à Noisy le Grand.
 
-      La ZAC du Clos aux Biches va en ce sens et répond à ces besoins, et la notion de partage et de solidarité justifie les expropriations.
 
-      La création de logements neufs avec mixité sociale va résoudre le problème du logement à Noisy le Grand, et réguler le marché de l’immobilier tout en maîtrisant les problèmes de délinquance et d’insécurité.
 
-      La ZAC prévue va ressembler à celle du Clos Saint Vincent. Elle sera esthétique et va insuffler une nouvelle dynamique au quartier du fait de la mise en œuvre de logements, de commerces et d’infrastructures, qui manquent actuellement. Elle respecte le cadre de vie et valorise la dimension humaine.
 
-      Les réseaux d’assainissement prévus vont permettre de mieux absorber les eaux pluviales et de résoudre les problèmes de ruissellement vers Bry sur Marne.
 
-      Les expropriations sont justifiées également par la dispersion de l’habitat pavillonnaire, qui ne permet pas l’insertion harmonieuse des immeubles prévus.
 
-      Les intérêts financiers des propriétaires seront préservés et leurs biens seront acquis au prix du marché.
 
-      Le projet alternatif présenté par les étudiants de l’ENSAPV n’est pas recevable, car il utilise le secteur de Maille Horizon, qui ne fait pas partie de la zone objet de l’enquête, et sur lequel un autre projet tertiaire est prévu.
  
  •        Avis défavorables au projet et à la DUP :
En dehors des 2586 pétitions, 486 avis défavorables ont été émis avec les arguments suivants :
 
-      Ce projet a été conçu sans aucune concertation avec les habitants du quartier, ni avec la commune limitrophe de Bry sur Marne. Il ne tient aucun compte des 92 % d’avis défavorables émis pendant la période de concertation, ni de l’opposition des habitants.
 
-      Il a un côté inhumain en expropriant 70 familles, parmi lesquelles 20 personnes de plus de 80 ans, qui ne sont pas opposées aux notions de partage et de solidarité, ne refusant pas la densification de leur quartier, mais s’opposant au projet en l’état et à la politique de la table rase.
 
-      Avec 173 logements/hectare, ce projet entraînera sur le secteur une sur densification et des problèmes sociaux qui ne sont pas nécessaires à la réalisation du projet de Ville à l’horizon 2015. Les programmes de logements en cours sur la ville sont suffisants pour atteindre les objectifs fixés, et doit permettre sur les Bas Heurts la mise en œuvre d’un projet moins dense.
 
-      Ce projet renforce l’enclavement du quartier en juxtaposant 1500 logements sur les Bas Heurts et, à terme, une zone de bureaux sur Mailles Horizon. Ce phénomène développera l’insécurité et n’est en outre pas conforme aux orientations du SDRIF sur la mixité sociale et fonctionnelle.
 
-      Les infrastructures (autoroutes, routes et rues, RER, SNCF, assainissement et stationnement) sont insuffisantes et saturées, et ne permettent pas la mise en place brutale d’une ZAC de 1500 logements et 5000 habitants. Il faut les améliorer avant la réalisation de tout projet d’urbanisation.
 
-      L’Utilité Publique de la ZAC ne peut en aucun cas se justifier par la perspective du projet de bureaux sur Mailles Horizon, projet vieux de 20 ans, toujours pas engagé, et qui reste incertain et hypothétique, dans le cadre d’un marché tertiaire qui régresse dans la banlieue Est.
 
-      Il existe sur Noisy le Grand une quantité importante de logements vacants, et de bureaux anciens qui pourraient être réhabilités en logements sociaux.
 
-      Noisy le Grand possède également une réserve foncière importante appartenant soit à la Ville, soit aux Collectivités Publiques. Dans la mesure où le Maire souhaite acquérir les surfaces appartenant à EPAMARNE pour les viabiliser, et où la Loi du 13/07/2006 ouvre la porte à cette cession, on peut imaginer pour l’avenir une urbanisation différente de celle prévue pour ce secteur des Bas Heurts et de Mailles Horizon, moins dense, moins enclavée et avec une mixité sociale et fonctionnelle.
 
-      Il n’y a donc pas lieu de se précipiter aujourd’hui pour réaliser un projet qui sera peut-être dépassé demain, ni pour prendre une décision rapide de DUP permettant d’exproprier, alors que ce n’est pas nécessaire.
 
-      Les conséquences du projet sur Bry sur Marne sont importantes au niveau assainissement, stationnement, circulation et transports. Le projet pose en outre un problème d’intégration dans le site, en provoquant une rupture architecturale entre les 2 côtés de la rue des Aulnettes.
 
_______
 
 
 

Résultat des Enquêtes Publiques (suite)

Publié le

 
LES COMMISSAIRES ENQUÊTEURS 
DISENT "NON"
 AU PROJET DE MICHEL PAJON

colere-suspect-emot107.gif
 
   
Nous sommes maintenant en mesure de diffuser les attendus qui ont conduit aux avis motivés défavorables de la commission d’Enquête Publique, pour :
     

1-   
L’Enquête sur la Déclaration d’Utilité Publique, (DUP) :
 
Après évaluation des poids respectifs des arguments retenus, la commission a estimé unanimement que les inconvénients du projet présenté en l’état, étaient très supérieurs à ses avantages, ne justifiant pas de ce fait l’utilité publique immédiate de ce projet.
En conséquence de ce bilan, les motivations émises par la Commission sont les suivantes :
 
-          CONSIDERANT l’absence de concertation avec la population (qui s’était élevée contre ce projet dès sa présentation en 2004) et avec la ville de Bry sur Marne,
 
-          CONSIDERANT l’insuffisance des infrastructures actuelles et la saturation des transports (RER, A4), des dessertes locales et du stationnement, qui se doivent d’être améliorées avant une urbanisation aussi importante que celle présentée,
 
-          CONSIDERANT que ce projet de la ZAC du Clos aux Biches, tel qu’il est conçu, n’est pas vital à court terme pour la Ville et ne compromet pas son objectif de croissance à l’horizon 2015, du fait de nombreuses opérations immobilières déjà en cours,
 
-          CONSIDERANT que cette opération ne se justifie pas par le vaste projet tertiaire prévu sur Mailles Horizon, jamais entrepris depuis 20 ans et qui reste à ce jour très hypothétique,
 
-          CONSIDERANT que ce projet ne répond pas aux souhaits de mixité fonctionnelle émis par le SDRIF, et juxtaposerait à terme une zone de 1500 logements avec une zone hypothétique de 140 000 m2 de bureaux,
 
-          CONSIDERANT le souhait de la Mairie de sortir d’Epamarne et les possibilités qui lui sont offertes par la loi du 13/07/2006 de récupérer des terrains des collectivités publiques pour y faire de l’habitat, ces deux éléments conjugués pouvant permettre d’envisager a terme la mise en œuvre d’un projet général de tertiaire et de logements permettant le désenclavement et la mixité sociale et fonctionnelle,
 
-          CONSIDERANT que le projet a des conséquences importantes sur la Ville de Bry sur Marne, avec laquelle la concertation a été insuffisante au niveau de la cohérence territoriale,
 
-          CONSIDERANT que le problème des logements sociaux ou de résidences étudiants, semble pouvoir trouver à Noisy le Grand une solution aisée (du fait du nombre de programmes neufs en cours et des possibilités de rénovation d’un parc important de bureaux anciens et périmés), sans considérer le Clos aux Biches comme la seule solution possible,
 
-          CONSIDERANT également que la Socaren et la Ville possèdent déjà dans le secteur du Clos aux Biches, plus de 26 000 m2 de terrains, sur lesquels ils peuvent entreprendre sans DUP la mise en œuvre d’une urbanisation et de logements sociaux, sous forme de petits ensembles immobiliers compatibles avec les souhaits de la population,
 
-          CONSIDERANT de surcroît le nombre exceptionnellement élevé de personnes qui se sont exprimées soit individuellement par écrit ou par lettres, soit par pétitions, et la large majorité d’opinions défavorables au projet.
 
POUR CES RAISONS
 
La Commission émet UN AVIS DEFAVORABLE UNANIME A LA DEMANDE DE DECLARATION D’UTILITE PUBLIQUE déposée pour l’aménagement de la ZAC du Clos aux Biches.
 
En rappelant que la forte opposition qui s’est manifestée n’est pas hostile à l’étude d’un projet d’urbanisation différent du quartier des Bas Heurts, en concertation avec eux et la ville de Bry sur Marne, et incluant la mise en œuvre de logements sociaux.
 
En recommandant le renforcement de la concertation avec les habitants et les communes voisines pour la définition d’un projet d’urbanisation qui par nature, a un impact important sur l’environnement.
  
  
2-    L’Enquête sur la mise en compatibilité du Plan d’Occupation des Sols, (POS).
 
-          Vu la régularité de la procédure appliquée à l’Enquête et son déroulement,
 
-          Vu le dossier présentant l’opération projetée comme d’intérêt général tendant à ce qu’elle puisse être déclarée d’Utilité Publique,
 
-          Vu l’étude des dossiers soumis à Enquête Publique, l’analyse des très nombreuses observations enregistrées et leur examen critique, les renseignements recueillis auprès du pétitionnaire, les rencontres avec le public lors de la consultation, toutes démarches ou analyses auxquelles nous nous sommes attachés,
 
-          Vu le courrier de la Socaren en date du 08 mars 2007 et le courriel du service de l’Urbanisme de même date confirmant que les hauteurs de constructions sont identiques sur les zones UJ et UBa1, soit 22 m, la Commission ne tiendra pas compte des observations formulées à ce sujet,
 
-          Vu la réflexion sur le projet et ses conséquences humaines auxquelles nous avons longuement réfléchis,
 
-          Vu le Projet Alternatif étudié par les Etudiants de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris-La Villette, à l’instigation de l’ADIHBH-V,
 
-          Vu l’approbation apportée à celui-ci par un grand nombre de signataires des registres d’Enquête et des pétitions annexées au dossier,
 
-          Vu le développement de nos conclusions motivées énoncées ci-dessus,
 
-          Considérants en définitive, en notre âme et conscience, les graves troubles que le projet apporterait à l’environnement résidentiel et humain de la zone et de ses abords, voire à l’ordre public qui pourrait être menacé,
 
POUR CES RAISONS
 
Nous émettons, unanimement, UN AVIS DEFAVORABLE à la mise en compatibilité du Plan d’Occupation des Sols, avec ce projet.
 
________
 
 
 
 
 
 
 

Résultat des Enquêtes Publiques

Publié le

bravo.jpg
RESULTAT
DES ENQUÊTES PUBLIQUES CONJOINTES
SUR LA ZAC DITE DU « CLOS AUX BICHES » :

MICHEL PAJON, UNANIMEMENT DESAVOUE

PAR LA COMMISSION D’ENQUÊTE !

_______
 
 
Rappelez-vous, du 8 janvier au 16 février 2007, étaient réalisées conjointement sur la ZAC dite du Clos aux Biches, à Noisy le Grand (93) trois Enquêtes Publiques portant sur :
 
  • - la Déclaration d’Utilité Publique, (DUP).
  • - la mise en compatibilité du Plan d’Occupation des Sol, (POS).
  • - l’Enquête parcellaire.
 
A cette occasion, une très forte opposition des Noiséens et des Bryards s’était manifestée contre ce projet d’urbanisation totalement obsolète. Le 20 avril dernier la Commission d’Enquête remettait ses conclusions à la Préfecture de Seine-Saint-Denis. Monsieur le Préfet laissait se dérouler les Elections Législatives en évitant ainsi toutes perturbations analytiques qui se seraient voulues parasites. Ce n’est que fin juillet, début août, en pleine période estivale, que les rapports furent communiqués à la Direction de l’Urbanisme. Ils sont depuis consultables par tous les citoyens.
 
Séisme à Noisy le Grand…
Epicentre Les Bas Heurts !!!...
 
Rappelez-vous encore, en novembre 2004, salle Gérard Philippe, lors de la réunion de clôture de la Concertation sur la création de la ZAC, face à 92% d’opposition, l’édile de Noisy le Grand affirmait du haut de son estrade à qui voulait bien l’entendre, qu’il ne changerait rien à son projet, et qu’il s’en remettrait aux conclusions de l’Enquête Publique. Et bien nous y voici Monsieur Pajon, les conclusions rédigées par une Commission composée de trois sages indépendants, méthodiques  et judicieusement choisie par le Tribunal Administratif de Cergy Pontoise (95), sont :
 
 
1-    Enquête sur la Déclaration d’Utilité Publique, (DUP) :
 
La Commission émet un AVIS DEFAVORABLE UNANIME, à la demande de DUP, le 06 avril 2007.
 
En rappelant que la forte opposition qui s’est manifestée n’est pas hostile à l’étude d’un projet d’urbanisation différent du quartier des Bas Heurts, en concertation avec eux et la ville de Bry sur Marne, et incluant la mise en œuvre de logements sociaux.
 
En recommandant le renforcement de la concertation avec les habitants et les communes voisines pour la définition d’un projet d’urbanisation qui par nature, a un impact important sur l’environnement.
 
(Pour cette enquête les Noiséens et Bryards ont contribué à la réalisation de 37 registres, avec 680 annotations, (449 manuscrites, 231 lettres agrafées). Sur 680 observations nous trouvons 202 avis favorables et 478 avis défavorables au projet et 2131 lettres pétitions défavorables)
 
2-    Enquête sur la mise en compatibilité du Plan d’Occupation des Sols, (POS) :
 
La Commission émet un AVIS DEFAVORABLE UNANIME à la mise en conformité du POS, avec ce projet, le 10 avril 2007.
 
(Pour cette enquête, les Noiséens ont contribué à la réalisation de 7 registres, nous trouvons 12 avis favorables et 302 avis défavorables)
 
3-    Enquête Parcellaire :
 
La Commission émet un AVIS FAVORABLE.
(Cette enquête purement technique peut être considérée comme secondaire)
 
-------------
 
 
Maintenant le nouveau Préfet de Seine-Saint-Denis devra se prononcer en se basant sur l’analyse, les avis et le travail considérables réalisés par la Commission d’Enquête. Par ailleurs, n’oublions pas que ces avis défavorablessur ce projet d’urbanisation font suite aux 92% d’opposition exprimés par les Noiséens, lors de la concertation sur la création de la ZAC du Clos aux Biches. Cela fait beaucoup !!!...
 
Alors, à ce moment là, il sera temps de se mettre autour d’une table afin de repenser ce projet, de définir le concept de « construire les Bas Heurts sur les Bas Heurts », tout en respectant une urbanisation progressive dans la durée, avec une véritable démocratie participative, sans raser d'habitations. Dans la concertation avec les habitants, nous pourrons construire un projet d’urbanisme exemplaire, tout en éradiquant les méfaits et la violence de la table rase préconisée initialement.
 
Le magnifique projet alternatif des Etudiants de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris La Villette, nous a montré que d’autres solutions sont envisageables.
 
Affaire à suivre,……….
 
En attendant, nous remercions ces étudiants et leurs professeurs. Et un grand merci bien sûr aux Noiséens et Bryards qui se sont mobilisés.



Retour à la page d'accueil : Noisy-le-Grand blog Bas-Heurts