Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les maires n'aiment pas les Blogs-Citoyens

Publié le





A ORLEANS,
UNE RENCONTRE
ENTRE BLOGUEURS




Rappelez-vous, c'était en avril 2007, Michel Pajon attaquait notre blog. L'affaire est toujours en cours. (voir article)
Cette pratique est courante et concerne de nombreux blogs-citoyens : intimidation aux frais de la municipalité et défense aux frais des citoyens ! C'est à dire que le citoyen paie deux fois (voire beaucoup plus si la mairie a recours à des emprunts... "toxiques" !). Christophe Grébert, un des premiers à en faire les frais dans sa ville (Puteaux) se bat bec et ongles contre sa municipalité et contre ce type de pratique en général. A l'initiative de WebCitoyen (voir site), il a organisé le mois dernier une rencontre pour soutenir Fansolo un blogueur attaqué par le maire UMP d'Orléans. Des représentants de notre association y étaient, nous vous invitons à lire l'article de WebCitoyen pour plus d'informations



La ville de Noisy-le-Grand est-elle contaminée par les emprunts "toxiques" ???

Publié le



DES EMPRUNTS TOXIQUES

EN SEINE-SAINT-DENIS !
...ET A NOISY-LE-GRAND ?


Et voilà encore une bonne nouvelle !!! Claude Bartolone, Président du Conseil Général du 93 est inquiet. Après avoir découvert une SITUATION D'ENDETTEMENT PREOCCUPANTE, puis révélé la nature "EXOTIQUE" des emprunts, il déclare aujourd'hui que la dette de la Seine-Saint-Denis est composée à "plus de 96%, d'EMPRUNTS TOXIQUES" !

Nous ne connaissons pas bien la définition d'un "Emprunt Toxique", mais rien que le nom, ça fait froid dans le dos. Le Petit Larousse précise : " Se dit d'une substance qui a un effet nocif sur l'organisme". Comprenons, nocif pour notre portefeuille. Mieux, Toxicité : "La toxicité d'une substance est définie par sa dose minimale mortelle". C'est très clair, la peur de Claude Bartolone c'est de voir exploser les remboursements et pointer la faillite (la mort !) des collectivités locales.

L'Etat pompier s'est encore voulu rassurant, on actionnera encore une fois la Caisse des Dépôts et les placements du Livret A !... Le 20 octobre dernier, le gouvernement a déjà décidé d'ouvrir une enveloppe de 5 milliards d'euros de prêts aux collectivités locales.

Mais la meilleure, c'est la Ministre Christine Lagarde qui a indiqué le 3 novembre, que d'ici à fin décembre serait élaboré un "Code de bonne pratique" obligeant les banquiers à donner toutes les informations nécessaires aux collectivités locales sur leurs emprunts. Et nous qui pensions que nous élisions des Conseillers Municipaux compétents qui étaient capable de poser les bonnes questions, d'analyser les situations et de gérer les Finances en bon père de famille. Nous pouvons craindre le pire !!!... La responsabilité des élus ne serait-elle plus une valeur sûre aujourd'hui ?


Et à Noisy-le-Grand, quelle est la situation ? Qu'en est-il du financement des dépenses directes ou indirectes liées aux projets immobiliers démesurés et sans avenir ? Dans un soucis de transparence, nous attendons une déclaration de Michel Pajon au prochain Conseil Municipal !


Sondage municipal

Publié le






LE SONDAGE MUNICIPAL,
UN OUTIL
D'AUTOSATISFACTION
A NOISY-LE-GRAND
ET AILLEURS...




Nous y voilà ! Comme le Beaujolais, l'Enquête Nouvelle (*) de la Sofres est arrivée dans les foyers des Noiséens, en octobre 2008.
Depuis quelques mois, ne voyant rien venir dans le Noisy-magasine, la population du quartier des Bas-Heurts était impatiente, voire fébrile. Tout le monde nous posait les questions : y aurait-il de mauvaises nouvelles ? L'action municipale serait-elle jugée négativement ?

Ouf, nous voilà rassurés, il n'en est rien ! La Sofres, dans son enquête traditionnelle de juin 2008, vient bien confirmer que les Noiséens approuvent très largement l'action municipale et apprécient leur vie à Noisy -le-Grand. L'honneur est sauf.

Ceci dit, il faut cependant s'interroger d'une façon générale sur la valeur scientifique d'un sondage. Quelle réalité reflète-il ? Après avoir examiné cet aspect, en toute simplicité, nous présentons ici de possibles sources d'erreurs, de manœuvres intentionnelles ou non, ou encore de mauvaises interprétations.

A tout niveau de réalisation d'une enquête, l'objectivité et la valeur des résultats peuvent être mises en cause. Tout d'abord, l'opinion individuelle est difficile à établir. Ensuite, des difficultés apparaissent lors de la construction du questionnaire, pour décrire objectivement, et sans ambiguïté l'opinion des personnes. En effet, il apparaît que dans certains cas, le questionnaire peut influencer les réponses et donc modifier sensiblement les résultats. Enfin, le passage de l'opinion individuelle à une répartition de réponse en pourcentage pose des difficultés. Il en résulte que l'utilisation de résultats d'un sondage n'est pas toujours légitime. Mais bref, ils sont là, ils sont utilisés et il faut bien faire avec....

-  Comment choisit-on les personnes interrogées ?

Les personnes interrogées devraient être choisies au hasard par tirage au sort, c'est ce que l'on appelle la « méthode aléatoire ». En France, les Instituts de sondage utilisent la «méthode des quotas». Il s'agit alors d'interroger un échantillon de personnes qui ont les mêmes caractéristiques socio - démographiques que l'ensemble de la population. Les critères sont généralement le sexe, l'âge, la profession, la ville... Cette méthode a l'avantage d'être rapide. L'inconvénient majeur de la méthode des quotas serait de ne pas permettre de calculer scientifiquement la marge d'erreurs.

- Les sondages par téléphone sont-ils fiables ?

Ils réduisent les risques de «bidonnage» des enquêteurs, puisque la vérification de leur travail peut être contrôlée plus facilement. Le sondage téléphonique a cependant l'inconvénient de se prêter difficilement aux enquêtes plus complexes, dans la mesure où il est impossible de soumettre aux sondés, par écrit, une liste d'argument. En fait, le questionnaire doit être simple.
Toutefois, ces dernières années, il est apparu qu'environ 50% de la population ne pouvait pas être sondée car, soit a seulement un téléphone mobile (surtout les jeunes), soit parce qu'elle n'est pas présente chez elle aux heures où les sondeurs appellent.


- Comment élabore-t-on un questionnaire d'enquête ?

L'élaboration du questionnaire est une phase très importante du sondage. La qualité du questionnaire conditionne largement la pertinence de l'enquête. Certaines formulations sont trop complexes. D'autres peuvent être biaisées, c'est-à-dire que la manière de poser la question influencera plus ou moins fortement la réponse. L'institut de sondage est intellectuellement responsable des questions posées. Mais il doit souvent résister à la pression de ses clients qui cherchent consciemment ou inconsciemment, à lui faire poser des questions rédigées dans une forme favorable à leurs points de vue.

- Quelle est la marge d'erreur d'un sondage ?

Elle serait de plus ou moins 4,5% pour 500 enquêtés, 3,2% pour 1.000, 2,2% pour 2.000 et 1,6% pour 4.000. C'est-à-dire que l'insuffisance d'individus sondés d'un échantillon ne peut garantir la véracité des résultats. Il faut donc sonder le maximun de personnes pour apporter la meilleure qualité et réduire les marges d'erreurs.

- L'honnêteté des réponses ?

La critique des sondages montre que l'importance apportée au sondage paraît démesurée en comparaison de la fiabilité des réponses. Plusieurs phénomènes peuvent concourir à donner des réponses absurdes, soit :

- les sondés n'ont pas d'idées précises sur les questions et ils répondent au hasard,
- les sondés trouvent le questionnaire trop long, et répondent au plus vite pour abréger la douleur,
- les sondés répondent en fonction des idées qui circulent dans leur proche entourage,
- les sondés anticipent le résultat du sondage et répondent en fonction des résultats qu'ils aimeraient voir publier,
- les sondés n'assument pas la réalité de leur opinion et préfèrent déclarer quelque chose de consensuel.


- Peut-on faire dire n'importe quoi aux sondages ?

Avec une parfaite bonne foi, il est toujours possible de faire dire n'importe quoi aux chiffres en général, et aux sondages en particulier. Un sondage réalisé dans des conditions fantaisistes et basé sur un questionnaire biaisé a toutes les chances d'aboutir à des résultats peu significatifs.


- Conclusion

La réalisation d'un sondage serait délicate du fait même que l'opinion des individus est difficile à observer et donc à comptabiliser. Dans la mesure où les questions pourraient être mal interprétées, ou bien mal organisées, ou encore trop imprégnées d'idées reçues, en somme peu objectives (de façon intentionnelle ou non) ; en première lecture, les résultats s'interprèteraient difficilement. Par ailleurs, la répartition des opinions individuelles en pourcentage entretiendrait l'illusion de vérité.

_____


Commentaires


Il n'est pas dans notre intention de discuter globalement de la valeur des résultats de cette Xieme enquête d'autosatisfaction, commandée par la Commune à la Sofres. Néanmoins, aux chapitres :


1- Peut-on faire dire n'importe quoi à un sondage ?

Page 21, le lecteur trouvera l'étude de cas suivante. Question :

Pour chacune des réalisations ou projets suivants, pouvez-vous me dire si vous jugez, pour la ville de Noisy le Grand, utile ou prioritaire ?

- La construction d'équipement publics (crèches, école,...)dans le quartier du Clos d'Ambert et du Clos aux Biches. Réponse : degré de priorité : 79% ; degré d'utilité : 83%.

Franchement, quel est le Noiséen qui va s'opposer à la construction d'équipements publics, à partir du moment où il ne s'agit pas d'une piste de ski couverte de 200 m de longs, sur Maille Horizon (2004: projet du complexe sportif « Libercité »). Quel Noiséen va refuser une crèche, sachant qu'une seule fut construite depuis 1995, alors que la population n'a cessé de croître ! Même pas les habitants des Bas Heurts.

Les réponses auraient été vraisemblablement tout autres, si l'élaboration de la question avait été :
- La construction d'équipement publics (crèches, école,...) dans le quartier du Clos d'Ambert et du Clos aux Biches nécessite de raser totalement les quartiers et d'exproprier les familles.....


2- Comment choisit-on les personnes interrogées ?

Ici, la Sofres a appliqué la « méthode des quotas » pour aller rapidement. Mais en octobre 2004, dans le cadre de l'aménagement du Clos aux Biches, la Préfecture de Seine Saint Denis avait organisé, sur quatre semaines, un sondage par « une méthode pseudo aléatoire » auprès des 62.000 habitants de la ville. Il s'appelait « Concertation Préalable à la création de la ZAC ». Résultat : 92% d'avis négatif au projet de ZAC. Comme quoi, l'échantillonnage est primordial. Et si Monsieur le Maire voulait vraiment apprécier son action municipale, il faudrait peut être changer de baromètre ?

Enfin, si nous nous retournons sur notre jeunesse, chacun a pu relever un jour sur son carnet de note : «bon élève, mais pourrait mieux faire». C'est la même chose à Noisy-le-Grand, pour les sondages. Mais cette fois ci, l'échantillon sondé dit : «la concertation avec les habitants devrait être améliorée !». Mais quel type de concertation, sur quel débat ? Les projets d'urbanisme ? Dans quel quartier ? Quand nous savons qu'une ‘pirouette' a déjà eu lieu en mars 2008, en réunissant en un seul comité, sans aucun lien historique entre eux et contre toute logique: Les Bas Heurts, le Pavé Neuf et Mont d'Est (consulter notre article : « Le pseudo quartier Ouest de Noisy le Grand »).

Toutefois, si aujourd'hui cet indicateur sur la concertation est jugé négativement, parions que l'année prochaine il sera positif. Car :

- c‘est un élément de progrès, d'amélioration,
- c'est le Noisy qui bouge, qui avance,
- ce sera l'un des objectifs de 2009,
- et ce sera surtout, la satisfaction municipale de demain......

Lorsque nous vous disions que les sondeurs posent toujours les bonnes questions ! Soyez certains qu'ils sonderont encore, en 2009.

Enfin, toujours dans le même registre, il faut savoir que l'ADIHBH-V, dès mars 2006, demandait à Monsieur le Maire la communication du sondage Sofres réalisé entre le 12 et le 15 décembre 2005. (voir courrier ADIHBH-V du 20/03/2006). Dans sa réponse du 23 mars 2006, Michel Pajon nous informait qu'il saisissait la Commission d'Accès aux Documents Administratifs (CADA), afin que cette dernière lui précise si l'ensemble des éléments pouvaient être communiqué (voir courrier Michel Pajon du 23/03/2006) .  Le 20 juin 2006, la CADA confirmait que ce document administratif était communicable de plein droit à toute personne qui en faisait la demande, en application de l'article 2, de la loi du 17 juillet 1978 (voir courrier CADA du 20/06/2006). Le 23 juin 2006, nous réitérions notre demande auprès de Monsieur le Maire, mais sans plus de succès (voir courrier ADIHBH-V du 23/06/2006).

Finalement, l'ADIHBH-V a décidé de ne pas s'obstiner dans cette démarche stérile et secondaire compte tenu de ses objectifs, car nous avons jugé qu'elle était suffisamment édifiante. Il n'était donc pas souhaitable de s'épuiser à déposer encore une fois un recours devant le Tribunal Administratif. Toutefois, pour une commune qui veut mettre en place des ‘instances de concertation', cette réticence de communication d'une information à une Association de défense d'un quartier n'est pas du tout élégante, et pour le moins partisane !


Cependant, en juin 2008 la Sofres rapportait que 79% des Noiséens jugeaient que le bilan de la communication de la municipalité était plutôt positif ? Vraisemblablement qu'à l'ADIHBH-V nous ne savons pas poser les bonnes questions.

Ah, ces sondages, disions-nous ?...

____


(*)-Cette enquête a été réalisée en juin 2008, par téléphone, auprès d'un échantillon représentatif de la population de Noisy le Grand : 500 personnes âgées de 18 ans et plus, et inscrites sur les listes électorales, choisies selon la méthode des quotas (sexe, âge, profession du chef de ménage).

_____




Noisy-le-Grand, "La Défense" de l'Est parisien ?

Publié le



ALERTE !...
NOISY-LE-GRAND
DOIT-IL DEVENIR
« LA DEFENSE »
DE L'EST PARISIEN ?

Michel Pajon déclare dans les colonnes du Parisien :

« Noisy a vocation à devenir la tête de pont de l'Est parisien et prendre le relais de La Défense »


Nous avons toutes les raisons de nous inquiéter après la lecture de cet article du Parisien du samedi 18 octobre 2008 intitulé "Noisy-le-Grand, les bureaux poussent malgré la crise immobilière", sous la plume de G. AUBERT ...

 

Cette ambition démesurée en dehors aujourd'hui de toute rationalité économique, explique la volonté de la municipalité d'urbaniser des espaces entiers de Noisy-le-Grand pour faire encore des quartiers de bureaux et d'immeubles. Aujourd'hui de préempter des propriétés, demain d'exproprier des familles ou personnes seules de tous âges....

Le quartier de La Défense, symbole de l'architecture verticale des années 60 / 70 a fait la preuve de son inhumanité. Est-il nécessaire de s'inspirer de ce quartier d'affaires pour moderniser notre ville ? Et la modernité ne passe-t-elle pas aussi par un peu d'humanité, de mixité sociale et générationnelle.... L'âme d'une ville se construit sur son histoire, pourquoi vouloir à tout prix rayer de la carte des lieux historiques de vie ?

Alors, on nous répondra sans doute qu'il ne s'agira pas de construire des tours de 200 m ; que l'on plantera des arbres dans de beaux jardins aux pieds des immeubles, dans lesquels nous élèverons des vignes qui produiront un bon petit rouge qui sera primé dans les concours viticoles ; que les nouvelles normes HQE seront appliquées... En tous cas, il nous semble que la municipalité devrait trouver ailleurs son inspiration.


Ca, c'était notre « coup au cœur ». Mais lorsque nous découvrons l'aspect économique des choses en lisant Le Parisien entre les lignes, alors là, à terme, ça risque d'être une frappe au portefeuille des Noiséens, car noir c'est noir. Petit florilège :

- "la crise risque d'ébranler les fondations du secteur immobilier..." ,
- "les professionnels redoutent un ralentissement de l'activité...",
- "l'immobilier d'entreprise risque de marquer le pas...",
- "de plus en plus de nouvelles contraintes, toujours plus de règlementation...",
- "ça devient difficile de bâtir à moins de 1.500 € / m²...",
- "les investisseurs ne se bousculent pas, les clients non plus...",
- "le grand avantage de l'Est Parisien, c'est la valeur locative : 260 € / m²..",

N'en jetez plus Monsieur AUBERT, la coupe est pleine. En fait, dans cette description apocalyptique, un seul homme n'est pas affecté par la sinistrose ambiante, c'est Monsieur le Maire.

Toutefois, cette vision idyllique n'est pas validée par la Société ATISREAL (Source : Moniteur-expert.com), spécialisée dans la commercialisation, et qui ne se laisse pas griser par la bonne tenue de la demande de ce troisième trimestre 2008, qu'elle qualifie d' « artificielle » et qui est seulement imputable à trois transactions exceptionnelles sur Nanterre, La Défense et Fontenay sous Bois, pour un total de 166.000 m². De plus, en 2009, la demande placée devrait tomber en dessous de 2 millions, après avoir culminé à 2,75 en 2007. Exceptionnelle aussi, était la location de la troisième tranche Jupiter de l'opération Copernic 1, quasiment occupée que par un seul client, IBM, initialement déjà logé à Noisy-le-Grand, dans l'immeuble Montaigne.

Par ailleurs, l'offre de bureaux immédiate sur Marne la Vallée ne dégonfle pas vraiment. Elle est de 75.000 m² contre 100.000 m² en 2005. Et pourtant, selon Immostat, le prix de 114 € / m² est le plus attractif d'Ile de France.

Enfin, toujours selon ATISREAL, le secteur de l'investissement neuf est encore plus sombre. Les achats ont été divisés par quatre. Et il ne faut pas sortir de la Sorbonne pour comprendre cela, sachant que les investisseurs (Allemands, Anglo-Saxons, Moyen Orientaux,...), veulent obtenir une rentabilité nette comprise entre 8 et 10%. Peuvent-ils encore l'obtenir à Noisy-le-Grand, lorsque les prix des matières premières grimpent, et que le prix des locations est l'un des plus bas, comparativement aux 410 / 450 €/m² dans les Hauts de Seine ? Ce n'est pas pour rien que La Défense va encore gagner 800 000 m² de bureaux dans les prochaines années, puisque une multinationale qui ne peut s'implanter à La Défense ira à Londres ou à Barcelone, mais surement pas à Noisy-le-Grand, malgré l'attraction du futur Lycée International !

Selon ce même Parisien, un autre optimiste du programme Copernic 2 semblerait être le Directeur des programmes des Nouveaux Constructeurs, qui est prêt à relever le défi. Pourquoi pas, mais il est vraisemblable, compte tenu des 18,3 millions d'euros de perte nette des Nouveaux Constructeurs au premier semestre 2008 (source : Moniteur-expert.com), que le Président Olivier Mitterrand va particulièrement avoir l'œil sur les indicateurs de rentabilité de cette affaire.

Monsieur le Maire, attention ! Faire « fi » de l'économie réelle est une grossière erreur car certains sages pensent que la crise va être longue, qu'elle va marquer un changement profond, qu'elle va toucher à tous nos fondamentaux et nous ne sommes plus dans les « trente glorieuses », à l'origine de la Ville Nouvelle de Marne la Vallée. Utiliser un miroir aux alouettes pour laisser croire que la ville de Noisy-le-Grand serait plus séduisante que d'autres communes concurrentielles, est une vision optimiste qui n'est pas partagée par tous les experts immobiliers. A plus forte raison, si c'est pour raser des pavillons comme aux Bas Heurts par exemple, au profit d'investisseurs institutionnels. Non,
il ne faudrait pas trop « parier », car nous devons déjà rembourser les emprunts de la commune, auprès de la Banque DEXIA.


Enfin, pour terminer dans la bonne humeur, il n'est pas inutile de rappeler pour mémoire l'éditorial du Bulletin d'Information, Le Noiséen Socialiste de décembre 1991, alors que Michel PAJON était Conseiller Municipal et Premier Secrétaire de Section. Soit, sous sa plume :


«L'ARNAQUE,...  Quant on se souvient que Françoise RICHARD s'est faite élire sur le slogan ‘Halte au béton', et que l'on regarde le Noisy d'aujourd'hui, on peut se demander si nous n'avons pas tous été collectivement les victimes d'une arnaque »


C'est dur, très dur, mais ainsi va la vie des hommes politiques. Heureusement que ces braves électeurs oublient si facilement !!!.....


PS - Parfois, certains documents ayant une valeur historique se collectionnent, l'ADIHBH-V est à la recherche de l'original de ce Bulletin de décembre 1991. Merci d'avance à toute personne qui peut nous aider.

_____



Le Clos d'Ambert

Publié le




AMENAGEMENT
DU
« CLOS D'AMBERT »




1- Protocole foncier :

Il s'agit d'un ensemble de terrains d'une superficie globale de 69 331 m², en majeure partie non bâtis. Le site forme un îlot délimité par les rues de Reims, rue de Malnoue, rue Jules Ferry et rue de la Justice. Une part importante de cet îlot était comprise dans le périmètre d'une ZAD créée par arrêté du 18 juillet 1979 au profit de l'AFTRT, en vue de la réalisation d'un hôpital.

Suite à l'abandon du projet hospitalier, le périmètre de 59 890 m² a fait l'objet d'une dernière ZAD en 1994, en vue d'une opération d'aménagement dont l'objectif est le développement de l'habitat. Pour l'ensemble de l'îlot de 69 331 m², 56 263 m² sont d'ores et déjà sous maîtrise publique, tandis que 13 068 m², dont 6 672 m² à l'intérieur du périmètre de la ZAD, sont des propriétés privées pavillonnaires qui restent à acquérir (NDLR : ou à exproprier, après DUP).

Lors du protocole foncier du 29 octobre 2007, signé en présence de Madame Christine BOUTIN, Ministre du Logement et de la Ville, entre l'Etat, Epamarne et la Commune de Noisy-le-Grand, l'aménageur Epamarne cède ses terrains dont il est propriétaire, à la Commune de Noisy-le-Grand.

Toutefois, l'article VI- « Conditions suspensives » de ce protocole, mentionne :

- a) la signature des actes authentiques prévoyant le versement du prix indiqué au 4ème alinéa du a) de l'article IV est conditionné à la purge des délais de recours contre le PLU, approuvé par le Conseil municipal du 26 juillet 2007 ;
- b) Le versement du complément de prix de 20 € / m² de terrain visé à la dernière phrase du c) de l'article IV sera conditionné à la publication de l'arrêté de DUP, nécessaire à la mise en œuvre du programme de 80.000 m² SHON, ainsi qu'à la purge des délais de recours éventuels contre cette DUP.

Le présent protocole sera résilié de plein droit, en l'absence de signature d'un acte authentique d'achat des terrains de l'Etat et d'Epamarne, avant le 1er octobre 2008.

 

 


2- Concertation préalable :


Le Conseil Municipal du 15 avril 2008 a délibéré sur les objectifs et les modalités de la concertation préalable à l'aménagement de la zone du Clos d'Ambert. Cette opération d'aménagement du Clos d'Ambert consiste en la construction de 80.000 m² SHON de logements répartis comme suit : 35% de logements locatifs sociaux, 40% de logements destinés à des accédants à la propriété ne dépassant pas les plafonds de ressources du prêt à taux zéro, 25% de logements en accession libre. En outre, cette opération comprend la réalisation d'un parc paysager et l'implantation d'équipements publics.

Concernant les modalités de la concertation, entre autre, une première réunion publique a eu lieu le 24 juin 2008. Une exposition s'est déroulée à l'Hôtel de Ville du 03 au 20 juin. Une seconde réunion a eu lieu le 24 juin 2008 pour présenter les évolutions proposées suite au bilan des avis et remarques émis pendant l'exposition.

Les avis, suggestions et remarques sur le projet ont été recueillis par l'intermédiaire d'une urne accessible librement aux habitants, pendant toute l'exposition.

Le détail des remarques prises en compte lors de cette concertation figurent dans le Procès Verbal du Conseil Municipal du 02 octobre dernier, jour où a été approuvé le bilan de la Concertation préalable et où a été instauré un Périmètre d'Etude sur le secteur du Clos d'Ambert.



Commentaires

L'ordre du jour du Conseil Municipal du 02 octobre 2008, prévoyait dans la rubrique « urbanisme », l'examen de l'opération d'aménagement du Clos d'Ambert, soit :

- Présentation et approbation du bilan de la concertation préalable à la création de la ZAC du Clos d'Ambert,
- Approbation du principe et des modalités de création de la ZAC de Clos d'Ambert.

Coup de tonnerre ! Quelle ne fut pas notre surprise, lorsque l'Adjoint au Maire délégué à l'urbanisme, dans une déclaration liminaire, informe le Conseil Municipal qu'au regard de l'évolution actuelle du marché immobilier, il a été décidé en accord avec l'Etat, de prolonger de six mois la durée de validité du protocole d'acquisition des terrains du Clos d'Ambert. Par conséquent, il est préférable dans l'immédiat de ne pas procéder à la création d'une ZAC sur le secteur du Clos d'Ambert. La délibération relative à la création de la ZAC du Clos d'Ambert, est donc retirée de la séance.

Effet d'annonce ou manœuvre stratégique ? Dans tous les cas de figures, nous demanderons copie de l'avenant. S'il s'agit vraiment de l'évolution actuelle du marché de l'immobilier, ce n'est pas une prorogation de six mois du protocole qu'il faudrait envisager, mais directement de six ans, cela nous semblerait plus réaliste, au vu de ce que nous annoncent les experts et de la crise immobilière qui se profile à l'horizon !

Toutefois, en l'absence de pièces justificatives, nous comprenons mieux, lorsque nous nous souvenons des clauses suspensives du « Protocole foncier signé entre l'Etat et la Ville, le 29 octobre 2007 ». Eh oui :

- il faut dire aux Noiséens, qu'il existe des recours contre le PLU déposés au Tribunal Administratif de Cergy Pontoise, dont un par l'Association de Défense des Intérêts des Habitants des Bas Heurts-La Varenne (ADIHBH-V) et qu'à ce jour, le jugement n'a pas encore eu lieu. C'est toujours très long ces affaires là !!!...
- il faut signaler aux Noiséens, que lors de l'arrêté de DUP nécessaire à la mise en œuvre du programme, il pourrait encore y avoir des recours. Et que ces recours doivent aussi être purgés, avant signature de l'acte authentique. Et que l'Enquête Publique n'a pas encore eu lieu, et même pas programmée.
- Enfin, il faut signifier aux Noiséens, que le protocole sera résilié de plein droit, en l'absence de signature de l'acte authentique d'achat des terrains, avant le 1er octobre 2008. Nous y sommes....

En ce qui concerne la concertation préalable, comment peut-on valider cette méthodologie ? L'ADIHBH-V dénonce ce manquement de Démocratie Participative, et rappelle brièvement le principe élémentaire énoncé dans la « Charte de la Concertation ». C'est-à-dire promouvoir la participation des citoyens aux projets qui les concernent, en associant dès l'origine, aux côtés du Maître d'Ouvrage, le plus grand nombre possible d'acteurs concernés (élus, associations, habitants,...).

 

En outre, l'utilisation d'une urne pour déposer les suggestions relève de la caricature , ce n'est pas satisfaisant. Cela n'offre aucune sécurité et pourrait même permettre toutes initiatives malveillantes ! Seul, un registre avec des pages numérotées, offre une réelle garantie de crédibilité, comme ce fut le cas pour la concertation du Clos aux Biches.

Par ailleurs, posons-nous vraiment la question du rôle des Comités de Quartiers à Noisy-le-Grand? Dans quels buts, pour quoi faire, quels moyens, quelle autonomie d'entreprendre...Par hasard Monsieur le Maire, n'auraient-ils pas un rôle à jouer dans l'élaboration des projets d'urbanisme ou sont ils là uniquement pour inaugurer les chrysanthèmes ?

Enfin, nous ne pouvons terminer cette prose, sachant que la Ministre Christine BOUTIN était présente lors de la signature du protocole entre l'Etat et la Ville, sans nous interroger sur le fait qu'en ce 15 octobre 2008, au moment ou elle présente son projet de Loi sur le logement au Parlement et au Sénat, son projet se trouve sérieusement fustigé par le rédacteur en chef du blog : « Le Noiséen Socialiste ». Elle devrait normalement apprécier à sa juste valeur ce magnifique témoignage d'encouragement, et revenir à Noisy-le-Grand, avec le sourire aux lèvres !!!...


Nous informons les habitants du quartier du Clos d'Ambert, qu'une Association de Défense du quartier vient de ce créer, il y a quelques semaines : ADCA, 33 rue de la Justice, 93160 Noisy-le-Grand. Courage et bonne chance.