Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

STOP AU HARCELEMENT

Publié le par adihbhv

STOP AU HARCELEMENT DE MICHEL PAJON
LA MUNICIPALITE JOUE L’INTOX !...
_____
 
 
Lors de notre assemblée générale du 1er octobre dernier, j’ai eu l’occasion de préciser notre position sur l’attitude des résidents des Bas Heurts qui vendent ou vont vendre leur résidence. Pour nous, il est évident que ça correspond à un affaiblissement de notre système de défense. En ce moment, toute parcelle gagnée par M. Pajon avant l’enquête publique, rend son projet de ZAC de plus en plus cohérent vis-à-vis du commissaire enquêteur. C’est la raison pour laquelle dans les semaines qui viennent il va utiliser toutes les ficelles qui sont à sa disposition pour vous inciter à vendre, à savoir :
 
            - courriers personnalises au nom de la SOCAREN,
            - poses de panneaux de démolition sur des maisons mitoyennes,
            - démarchage de certains conseillers municipaux «  bien pensants »,
            - démarchage forcené de certaines agences immobilières opportunistes. Et oui, les commissions d’agence ça permet d’améliorer son chiffre affaire 2005 !...Mais attention !..., elles font soit disant leur travail ?...
            - annonces régulières et tendancieuses en conseil municipal, du type, 35 à 40% des Bas Heurts sont sous contrôle. FAUX, bien évidement, pour vous en persuader, consultez la note de présentation énoncée lors du Conseil municipal du 23 novembre 2005 dans le cadre des modalités de cession des parcelles de la ville de Noisy, à la SOCAREN. En fait il s’agit de 16.170 m², soit 17,4% des 93.000 m² de la ZAC du Clos aux Biches.
- etc, etc,…
 
Aujourd’hui, rien n’est joué, tout repose simplement sur l’égo surdimensionné d’un Maire suivi par des conseillers soumis ou carriéristes.  La municipalité parie sur la lassitude, la fébrilité et la déstabilisation des habitants en pratiquant le harcèlement. Si quelques personnes ont craqué pour des raisons diverses, la grande majorité des habitants refuse la politique du fait accompli et est fermement décidée à résister. Face à notre détermination qui dépasse maintenant largement les frontières des Bas Heurts, M. Pajon l’a bien compris. C’est la raison pour laquelle il voudrait acquérir un maximun de propriétés le plus rapidement possible en jouant sur l’intox.
 
Résistons, soyons solidaires, ce fut la force des résidents de l’Ilot Mairie. Nous avons encore de nombreux combats à mener ensemble, rien ne presse.
 
.
                                                                                              Alain Cassé
                                                                                              Président de l’ADIHBH-V