Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Une journée festive aux Bas-Heurts ???

Publié le

 

 

 

UNE JOURNEE FESTIVE

AUX BAS-HEURTS !

« rectificatif »

 

  

 

Ce jeudi 23 décembre, dès 11h30 du matin, le standard du Vrai Journal de Noiy-le-Grand explose   . Soit disant que Le Parisien de ce jour, annonce que le club des jeunes du quartier des Bas Heurts, fête Noël aujourd’hui.

Tous les festivaliers cherchent l’allée des Hautes Rives, mais en vain !

 

 

 

Une journ-e festive aux Bas HEURTS-1

 

 

 

En fait, il fallait comprendre : Les Hauts-Bâtons fêtent Noël

 

Haut B-ton -Photo

 

 

Il est évident que depuis plusieurs années, le quartier des Bas-Heurts de Noisy-le-Grand  imprègne les mémoires et bénéficie d’une grande notoriété publique au travers de ses deux fêtes annuelles en juin et en octobre. Mais ce matin, à cause des intempéries, cette « glissade journalistique », n’était pas attendue, et ce fut notre cadeau de Noël.

 

Toutefois, rendons à César ce qui appartient à César. En fait il s’agissait tout simplement de l’annonce d’une manifestation festive sur le quartier des Hauts-Bâtons, organisée pour la deuxième année consécutive, par l’Association Passerelle pour l’intégration et l’insertion, en partenariat avec le Club des jeunes des Hautes Rives et Emmaüs Habitat et la ville.

 

Toujours curieux, Le Vrai Journal de Noisy-le-Grand s’est invité sous les lampions, et a pu constater avec grand plaisir que les enfants étaient nombreux et dégustaient joyeusement sous les illuminations du sapin de Noël, les diverses animations festives de la journée (marionnettes, danses, ballons, grand goûter,…….).

 

_____

 

 

 

 

 

 

Publié dans humour...

Y-a t-il un devoir d'intercommunalité à Noisy-le-Grand ?

Publié le

                                                                                              

  

Y-A T-IL UN DEVOIR

D’INTERCOMMUNALITE

A NOISY-LE-GRAND ?

 

 

 

 

Photo[1]

 

 

 

Selon l’Institut d’Aménagement et d’Urbanisme (IAU-n°527, novembre 2010), le développement des intercommunalités à fiscalité propre a repris en Ile de France, pour atteindre 75% des communes au 1er janvier 2010. L’achèvement du processus en petite couronne est plus incertain.

 

La Seine Saint Denis compte seulement jusqu’à présent deux intercommunalités : Plaine Commune (350 000 habitants), qui regroupe huit villes au nord de Paris (Aubervilliers, Epinay-sur-Seine, La Courneuve, L’Ile Saint Denis, Pierrefitte-sur-Seine, Saint-Denis, Stains et Villetaneuse) et la Communauté de Commune de l’Aéroport du Bourget (60 000 habitants), qui regroupe trois villes (Drancy, Le Bourget et Dugny).

 

Mais la Seine-Saint-Denis avance, huit villes de l’Est de la Seine-Saint-Denis ayant quitté l’ACTEP, ont annoncé depuis plusieurs mois leur volonté de former la plus grande intercommunalité d’Ile-de-France avec près de 400 000 habitants (Bagnolet, Bondy, Les Lilas, Le Pré-Saint-Gervais, Montreuil, Noisy-le-Sec, Pantin et Romainville).

 

Et Noisy-le-Grand ? Et bien Noisy-le-Grand avance toujours en solitaire et reste hermétique aux sirènes de l’intercommunalité. Il faut dire que l’interprétation du Maire sur le sujet ne pousse pas à l’optimisme. Pour mémoire, rappelons sa définition  déclamée en Conseil municipal :

« L’Intercommunalité, c’est simple, cela se résume à garder ce que l’on a, et à partager ce que l’on aura. Vous gardez toutes les richesses que vous avez et vous allez partager collectivement tout ce que vous aurez.

A Noisy-le-Grand, nous avons 550 000 m² de bureaux à construire et la richesse de la ville est là. Même si l’Etat nous à spolié une part importante de la taxe professionnelle, il reste tout de même une base taxable qui représente beaucoup d’argent. Donc, nous nous disons que si nous voulons nous marier,  il vaut mieux se marier avec le plus petit autour de nous (par exemple :Gournay-sur-Marne), qu’avec le plus grand, afin que la situation financière de celui avec lequel on se marie, coûte le moins cher possible aux Noiséens. Nous n’avons pas intérêt à nous précipiter dans une opération d’Intercommunalité avant 2014, ou elle sera obligatoire »].

Ceci étant, en décortiquant la plaquette de présentation du nouveau PLU, l’effet d’annonce semblerait séduisant ? Nous lisons :

 - Le PLU exprime la vision de l’évolution de la ville, il  est un outil indispensable pour préparer l’avenir de la commune,

- Le PLU doit permettre à Noisy-le-Grand de trouver la place qui lui revient au niveau régional, il lui faut en effet préparer et organiser le futur.

 

Bigre, mais dans les faits, en l’absence d’intercommunalité, cela pourrait bien rester un effet d’annonce sans lendemain, car la vision affichée de la commune est tronquée, à un moment où le projet de loi sur la réforme des collectivités territoriales et intercommunales est en cours de discussion parlementaire, afin d’achever la couverture intercommunale du territoire avant le 1er juillet 2013.

 

Pour étayer nos objections, faisons appel à Philippe DALLIER [1]. Selon le Sénateur-Maire de Pavillon-sous-Bois, l’Intercommunalité à fiscalité propre s’est vue fixer par ses instigateurs un but essentiel ; celui de l’aménagement du territoire en vue du développement économique. En d’autres termes, les Etablissements Publics de Coopération Intercommunale (EPCI) sont des regroupements de communes ayant pour objet l'élaboration de projets communs de développement au sein de périmètres de solidarité. Son principe traditionnel reste celui de faire mieux ensemble, et à moindre coût pour le contribuable, ce que chaque commune ne peut faire seule.

 

Le territoire choisi des EPCI doit permettre une gestion viable du point de vue économique, c'est-à-dire que le territoire doit être de taille suffisante de manière à rentabiliser les investissements publics qui ont été faits.

 

Si nous suivons ce dessin, l’implantation d’un Centre Aquatique en plein centre ville, à Noisy-le-Grand, n’aurait jamais dû recueillir l’assentiment des élus. Avec une vision plus communautaire n’auraient-on pas pu construire cet équipement public  sur Maille Horizon, comme déjà envisagée au moment du Centre Urbain Régional (CUR) en 1989, à coté demain du Lycée International, et surtout limitrophe de Bry-sur-Marne afin que les Bryards puissent en bénéficier. De ce fait, rentabiliser les investissements publics qui ont été faits, et  diminuer la contribution fiscale des Noiséens, en reportant une partie de la charge sur la commune de Bry-sur-Marne, elle-même utilisatrice.

 

Poursuivons avec l’expertise des Ateliers LIONS-Groupe DESCARTES [2]. Certes, le langage utilisé est propre aux Architectes Urbanistes, mais l’analyse traduit encore une fois la volonté politique de réfléchir ensemble à un projet de mutualisation des moyens et des ambitions pour la constitution de grandes communautés urbaines, à savoir :

 

- Créer du local métropolitain :

L’élargissement et le renforcement des intercommunalités doit permettre une évolution de la gouvernance pour sortir d’une situation d’impuissance tant locale que

régionale. L’objectif premier de l’intercommunalité francilienne doit être de fabriquer du local dans la métropole, dans un double processus urbanistique et politique.

 

Ne pas conduire à des intercommunalités opportunistes et sans projet.

Mal encadrée, la loi a donné lieu à bon nombre d’incongruités, c'est-à-dire que les intercommunalités défensives, non coordonnées et opportunistes se sont multipliées. En effet, 10% des communautés de la Région Ile-de-France rassemblent seulement deux communes (ndlr : Noisy-le-Grand, attention). Cette fragmentation produit des espaces sans vocation opérationnelle.

 

- Inciter à la constitution de grandes communautés urbaines.

La redéfinition des contours actuels des communes d’agglomérations trop petites est nécessaire. En Ile de France, il y a la place pour 20 à 30 « villes » de 300 00 à 600 000 habitants. Aussi, cette intercommunalité renouvelée devra répondre au défi de la construction de trames urbaines locales susceptibles de suturer et de dynamiser les territoires de la métropole. Elle aura à mobiliser des ressources variées : affinités politiques certes, mais aussi complémentarité socio-économique et communautés de projets.

 

- Systématiser les délégations de compétences.

Disposant de ressources opérationnelles, les élus de ces nouvelles entités pourront inscrire leurs initiatives dans de véritables projets locaux. Ils seront ainsi tenus plus facilement responsables de leurs actions ou de leur passivité. A conditions de systématiser les délégations de compétences, les intercommunalités seront les acteurs centraux sur les questions foncières et immobilières [plans d’urbanisme, programmes d’habitat, logement social, politique de la ville, plans de déplacements urbains (PDU),…..]

 

- Bousculer les hiérarchies.

Il n’est pas question de créer une juxtaposition d’intercommunalité sans interdépendances. A l’ère de la « ville mobile », les projets urbains locaux doivent trouver leur sens et leurs contours dans leur articulation aux autres villes plutôt qu’en eux-mêmes. Il faut par exemple s’immiscer dans les Plans Locaux d’Urbanisme (PLU) pour favoriser la mixité fonctionnelle. Selon l’ADIHBH-V, le Président de l’intercommunalité qui devrait disposer d’un leadership fort sur tout le territoire, pourrait être investi de cette mission ?

 

Après ces quelques réflexions succinctes, le Groupe DESCARTES conclut le chapitre en mentionnant que des intercommunalités fortes permettraient de faire émerger des acteurs politiques qui auront une vraie responsabilité territoriale et une vraie légitimité démocratique, en  évitant l’oligarchie.

 

En rester au seul stade local, ce serait encourager les sirènes des séparatismes locaux, renforcer le risque de construire une région par collage et juxtaposition de territoires en concurrence, faisant le lit d’un éclatement territorial autour de structures locales quasi féodales.

 

Alors observons Noisy-le-Grand. A la lecture de ses quelques éléments, nous comprenons très bien que le PLU que l’on soumet aux habitants peut susciter de vives inquiétudes puisqu’il ne débouchera, à terme,  que sur un polycentrisme communal. Dans ces conditions, sans saisir aujourd’hui l’opportunité du développement intercommunal, le risque est bien réel de voir Noisy-le-Grand rester au milieu du gué du développement économique dans les 15 prochaines années.

Si nos élus sont dans l’incapacité d’écrire aujourd’hui la partition de l’intercommunalité et d’entonner l’hymne métropolitain, Noisy-le-Grand sera victime demain compte tenu de la concurrence effrénée des pôles économiques, d’un émiettement dangereux.

 

C’est très bien d’être un gestionnaire rigoureux, mais Noisy-le-Grand qui dégage un excédent global sur l’exercice 2009 de 72 millions d’euros, a aussi besoin d’un visionnaire généreux. Il ne suffit pas d’être un chanteur à la voix puissante, faut-il encore qu’il chante juste le bon répertoire!

 

 

 

[1]- Philippe DALLIER, est chargé d’une étude sur l’intercommunalité par l’Observatoire Sénatorial de la décentralisation.

 

[2]- Consultation Internationale de Recherche et de Développement sur le Grand Paris et  l’Agglomération Parisienne », 19 février 2009.

 

_______

 

 

 

 

PLU : le diagnostic de Noisy-le-Grand (2)

Publié le

 

PLU : LE DIAGNOSTIC DE

NOISY-LE-GRAND


« forces et faiblesses »

-

 

Deuxième partie


 

PHOTO-1

 

 

Une ville de 65 000 habitants, indique Noisy mag en novembre 2010. 63005 habitants (INSEE 2007) précise le Cahier d’Acteurs  dans le cadre du Grand Paris. Enfin, 62 529 mentionnent les réunions publiques. Tout ceci nous semble bien approximatif. Nous pourrions nous demander quel est le contrôle exercé par  le service communication de la ville ?

 

Habitants-logements : un vrai décalage !

 

En ce qui concerne Le Vrai Journal de Noisy-le-Grand, nos estimations sont les suivantes. Officiellement : 62 529 habitants (INSEE 2007), croissance 2008 : 63090 habitants. Solde migratoire 2009 : - 4,7%.  Donc vraisemblablement aujourd’hui une population qui tourne autour de 60 000 / 61000 habitants à Noisy-le-Grand. Ceci est en parfaite adéquation avec le constat que Noisy-le-Grand n’a pas crée d’emploi, comme nous avons pu le montrer dans notre billet.

 

Et pourtant !!!

 

Après avoir invoqué dès 2004, pour justifier la création de feu la ZAC du Clos aux Biches et du Clos d’Ambert, les 1500 dossiers de logements qui sont en attente dans les services sociaux de la ville, les enfants de Noisy-le-Grand qui veulent décohabiter et les familles monoparentales, le Maire change aujourd’hui de monture. Débordant toujours d’ingéniosité, il enfourche maintenant le cheval du Grand Projet n°3 du contrat de projets 2007-2013 entre l’Etat et la Région. Ainsi, la ville s’est engagée sur la construction de 7075 logements à l’horizon 2013, soit 20 000 habitants supplémentaires en 3/4 ans

 

Alors, pourquoi Noisy-le-Grand ? Malgré les promesses électives, surement pas pour améliorer le cadre de vie des habitants, lorsque nous constatons aujourd’hui l’état de nos rues et trottoirs, les problèmes de circulation et de stationnement sur la ville.

 

Non, tout simplement pour la manne financière,  parce qu’il y a 16 millions d’euros de subventions à la clé. Plus 10 millions d’euros par Eco-Quartier sur les Bas Heurts et le Clos d’Ambert, à condition que l’on édifie 1000 logements/secteurs.

 

Toutefois, d’autres villes limitrophes disposent aussi d’énormément de  foncier pour répondre à l’enjeu majeur d’aménagement du territoire Francilien afin de réduire le déficit de logements. C’est par exemple le cas de Neuilly-sur-Marne sur le site des 130 ha des Hôpitaux, qui présente un fort potentiel de développement. 6 000 logements et 4000 à 5000 emplois d’ici 2025 !

 

Mais voilà, au lieu de s’inscrire dans une logique  harmonieuse d’aménagement du territoire, les élus font de la mauvaise politique, du lobbying, activent les réseaux, la  concurrence et les copains,…..Ne pourraient-ils pas traduire leur volonté politique, dans le cadre d’une intercommunalité [1] [2], en réfléchissant  avec les citoyens, à une mutualisation des territoires, des moyens  et des ambitions ?

 


Grand Paris : Noisy-le-Grand vaut-il deux gares ?

 

La Commission Nationale de Débat Public (CNDP) a lancé simultanément deux consultations, jusqu’au 31 janvier 2011. L’une sur le réseau de transport du « Grand Huit », l’autre sur le réseau « Arc Express ». A terme, ces deux projets devraient déboucher en un seul. Au regard de la synthèse qui sera remise par la Commission de débat public, c’est le Conseil de Surveillance de la Société du Grand Paris qui prendra une décision, et  énoncera publiquement les raisons de son choix. En dernier, c’est le Conseil d’Etat qui publiera un décret, pour fixer le tracé définitif et la localisation des gares.

 

Aujourd’hui, Noisy-le-Grand, qui ne recule  devant aucun sacrifice, soutient les deux projets et revendique deux gares sur son territoire. L’une à Noisy-Champs, sur la Cité Descartes, l’autre à Noisy-Mont d’Est. Les arguments avancés sont mentionnés dans son cahier d’acteurs (cliquer : cahier d’acteurs de la ville de Noisy-le-Grand) Mais, contre toute attente, Michel Pajon n’a pas pris la parole lors de la réunion publique de Noisy-le-Grand. Il a laissé s’exprimer son premier adjoint.

 

Le Vrai Journal de Noisy-le-Grand participe à de nombreuses réunions publiques sur le sujet. Le 17 novembre, le Maire de Bry-sur Marne annonçait qu’une synthèse s’était dégagée le 16 novembre entre la Région Ile-de-France et l’État (cliquer sur : projet CG 94) : une double boucle dans  l’Est Parisien passant par Val-de-Fontenay, une seule station à Noisy-le-Grand: « Noisy-Champs ». Initiative soutenue par l’ACTEP, Epamarne et le Conseil Général du Val-de-Marne.

 

Mais, c’était sans compter sur l’intervention politico-politicienne de Claude Bartolone, Président du Conseil Général de Seine-Saint-Denis, qui faisait voter un tracé alternatif et remettait tout en cause. La boucle éliminant Nogent-sur-Marne (UMP), le Perreux-sur-Marne (UMP) et Val-de-Fontenay (PC), mais pointait une deuxième station chez l’ami Michel Pajon (PS) : « Noisy-Mont d’Est »  (cliquer sur : projet CG 93).

 

À ce jour, les hypothèses sont claires comme du jus de chaussette. Mais comme le mentionnait Marc Veron, Président du Directoire de la Société du Grand Paris et Promoteur du Projet, à Champs-sur-Marne le 03 novembre : « à un certain moment, l’arbitrage se fera autour de la capacité financière de l’Etat et de la Région Ile-de-France. Il faut savoir que chaque fois que l’on fera une gare, le coût (hors superstructure), c'est-à-dire uniquement avec les quais, les couloirs de circulation et les issues, s’élèvera à 80 millions d’euros. Et, plus on multipliera les gares, plus les temps de parcours deviendront longs ».

 

Il est évident que la réalisation de ces infrastructures doit se faire en étroite collaboration avec toutes les collectivités locales. Pour cela il y a deux alternatives derrière la Loi du 03 juin 2010 :

 

1-   soit la voie du « Contrat de Développement Territorial » (CDT), c'est-à-dire une voie contractuelle qui met sur un même pied d’égalité, les Collectivités  Territoriales et l’Etat,

2-   soit la voie du Code de l’Urbanisme, qui est le droit commun.

 

Mais il semblerait qu’il soit beaucoup plus avantageux pour les Collectivités Territoriales de s’appuyer sur le dispositif du CDT. Ces CDT ont prévu que pour toute opération d’urbanisme, dans le cadre d’un « Urbanisme de Projet », elle s’imposera au SDRIF et au PLU. Autrement dit, il faudra que les documents d’urbanismes soient compatibles avec l’énoncé de ces Contrats  de Développement  Territoriaux.

C’est l’un des enjeux de Noisy-le-Grand  actuellement, dans l’élaboration de son nouveau PLU.

 

Parions qu’avec le Contrat de Développement Territorial,  Michel Pajon fait déjà travailler son imaginaire, afin dinstrumentaliser encore une fois ses projets de 1500 logements sur les Bas Heurts (projet Ouest), 1200 logements sur le Clos d’Ambert (Projet Est) et 700 logements sur Gournay-Cossonneau. L’Edile est habile et suffisamment opportuniste pour reformuler ses vieux arguments de 2004, retailler ses voiles et raccorder, pour finalement réorienter la voilure dans le bon sens de la brise qui souffle sur la ville. Il surfe sur  les opportunités financières du moment, mais aussi si, au passage, d’un seul coup de baguette magique, il peut introduire les ingrédients Gournay, Clos d’Ambert et Bas Heurts dans son faitout et les réduire à petit feu, dans le cadre de sa thématique traditionnelle,  il ne devrait  pas s’en priver, il faudra être vigilant !

 

Revenons maintenant sur une mauvaise interprétation énoncée lors de la réunion publique aux Richardets, le 1er décembre. Michel Pajon annonce: « la Société du  Grand Paris, dans un rayon de 400 m autour des gares du  RER de Noisy-Mont d’Est et de Bry-sur-Marne, pourra densifier et expulser à sa guise » Comprenez par là: ce n'est pas nous les méchants, c'est eux !

 

En fait, la réalité est tout autre comme le précisait Marc Véron. « En ce qui concerne les 400 m autour des gares, c’est un dispositif spécial qui a été introduit par la Commission Mixte Paritaire (Députés et Sénateurs). C’est une disposition qui n’a jamais fait l’objet, ni d’une présentation devant le Groupement de l’Etablissement au Développement de la Région Capitale, ni d’une discussion au sein des deux Chambres. Il  n’y a jamais eu de la part du législateur, la volonté de trouver par là le financement du réseau du GP ».

 

Marc Véron interprète cela de la façon suivante : « comme l’avis des collectivités locales est requis pour faire quelques opérations à l’intérieur des 400 m, et bien que le texte n’indique pas que cet avis lie le Maître d’Ouvrage, il précise  qu’il ne vois pas la possibilité concrète à l’intérieur de cet espace de 400 m autour des gares d’ une action unilatérale de l’Etat.  Au demeurant, il faudrait se livrer au rapprochement des textes du Code de l’Urbanisme et on verrait que le chemin pour y parvenir serait tout à fait impraticable ».

 

Mais l’ADIHBH-V précise encore : « les communes concernées pourront conclure un Contrat de Développement Territorial avec l’Etat pour introduire une forme de programmation des équipements publics et aménager leurs terrains (logements, mixité sociale, culture, etc…). Ce contrat n’accorde pas automatiquement à l’Etat un droit de préemption sauf, si la commune accepte d’inscrire le périmètre concerné dans une Zone d’Aménagement Différée (ZAD). Dans ce cas, la commune dispose elle aussi, d’un droit de préemption secondaire dont elle peut faire usage, si l’Etat n’exerce pas le sien ».

 

La balle est donc bien dans le camp du Maire. Mais, comme en séance publique Michel Pajon n’en parle pas, car cela ne doit pas intéresser les citoyens, nous  attendons sa copie avec impatience. Comme nous connaissons son appétence pour les préemptions sur la ville, dans cette configuration, nous pouvons dès maintenant exprimer quelques inquiétudes.

 

Tel sera sur Noisy-le-Grand, l’un des enjeux de l’urbanisation de demain, dans le cadre du Grand Paris !!!......Toutefois, il est utile de rappeler à Monsieur le Maire, que cela ne lui donne aucune légitimité pour raser et expulser les Bas Heurts.

______

 

[1]- Qu’est-ce que l’intercommunalité ?


L’expression intercommunalité désigne les différentes formes de coopération existant entre les communes. Les différentes structures sont :

-       sans fiscalité propre (Syndicat de communes, syndicats mixtes),

-       avec fiscalité propre (communautés urbaines, de communes d’agglomération, de ville, etc ….)

Aujourd’hui, l’intercommunalité paraît s’imposer comme l’échelle pertinente pour faire plus et mieux ensemble (développement durable, économie, emplois, logements, équipements culturels, transports, qualité de vie,…..), au service des populations.

En bref, valoriser pleinement aujourd’hui et demain les espaces communs, pour un destin commun.


 

[2]- Interprétation de Michel Pajon,  énoncée en Conseil Municipal le jeudi 25 novembre 2010.


L’Intercommunalité, c’est simple, ça se résume a garder ce que l’on a, et à partager ce que l’on aura. Vous gardez toutes les richesses que vous avez et vous allez partager collectivement tout ce que vous aurez.

 

Dans une ville où il y a peu d’évolution à prévoir, il n’y a pas d’enjeu, il n’y aurait pas d’évolution fondamentale de l’équilibre. A Noisy-le-Grand ce n’est pas le cas, nous avons 550 000 m² de bureaux à construire et la richesse de la ville est là. Même si l’Etat nous à spolié une part importante de la taxe professionnelle, il reste tout de même une base taxable qui représente beaucoup d’argent.

 

Donc nous, nous disons que si nous voulons nous marier,  il vaut mieux se marier avec le plus petit autour de nous, qu’avec le plus grand, afin que la situation financière de celui avec lequel on se marie, coûte le moins cher possible aux Noiséens. C’est le principe des mariages en l’occurrence (ndlr : que veut-il dire par là ?????)

 

Nous recevons beaucoup d’argent lorsque nous faisons une Intercommunalité. Donc si nous nous marions avec Gournay-sur-Marne, à la louche, Noisy-le-Grand recevrait chaque année 3 000 000 € et Gournay-sur-Marne 300 000 €, simplement du fait de l’Intercommunalité !

 

Nous n’en sommes pas là, la ville de Gournay-sur-Marne n’y est pas favorable, mais si un jour cela devait se faire avec quelqu’un, ce serait bien de le faire avec Gournay. Mais nous n’avons pas intérêt à nous précipiter dans une opération d’Intercommunalité avant 2014 ou elle sera obligatoire.

 

Ndlr : Manifestement, cette vision, si elle respecte l’autonomie de Noisy-le-Grand, nous semble discutable de la part d’un élu socialiste. Nous pouvons constater que si Noisy-le-Grand y trouverait un avantage financier, Michel Pajon n’est pas très solidaire, puisqu’il ne souhaite pas redistribuer la cagnotte au profit d’une autre commune membre, plus petite et moins bien dotée financièrement.  Il semble donc évident que le Maire ne sera jamais l’acteur de la mise en place d’une future Intercommunalité, hormis peut être dans le cadre de ce que nous pourrions appeler une « intercommunalité d’aubaine », mais qui ne devrait pas conduire à renforcer positivement l’image de Noisy-le-Grand.


 

 

PLU : le diagnostic de Noisy-le-Grand

Publié le

 

 

 

PLU : LE DIAGNOSTIC DE NOISY-LE-GRAND

« forces et faiblesses »

 

  

Première partie

 

 

PADD-PHOTO - 1

 

  

 

Pour les forces, nous lirons Noisy magazine, en général c’est très bien fait. Même 95,3% de nos séniors estiment être bien informés par ce document diffusé par la ville, avec la contribution de nos impôts locaux. Vraiment !!!... nous ne pouvons lutter contre ce confrère. Pour les faiblesses, nous allons nous atteler objectivement à la tache, et cibler les internautes de moins de 50 ans.

 

Noisy-le-Grand, premier Pôle Tertiaire de l’Est Parisien, compte aujourd’hui 26 000 emplois, dit le diagnostic de la ville. Pour conforter son rayonnement à l’échelle de l’Ile de France, la ville souhaite encore favoriser la construction d’immeubles de bureaux sur 550 000m². Soit disant que la présence du quartier d’affaire du Mont d’Est, impulse une dynamique favorable. Les réserves foncières des secteurs de Maille Horizon et des Bas Heurts constitueraient une opportunité formidable pour développer un nouveau Grand Projet Ouest, et donc boosteraient de façon significative l’emploi ?

 

Nous ne pouvons pas nous en réjouir, mais Noisy-le-Grand a de gros soucis. Ce n’est jamais rappelé, mais en juillet 2006, Noisy-le-Grand comptait déjà 26 000 emplois (voir le rapport de présentation du PLU 2007). Et pourtant, quatre ans après,  les opérations Copernic 1 et 2 sont achevées, mais pour quel développement sur cette période?

 

Aujourd’hui, les entreprises déménagent pour prendre quelques centaines de m² dans des bureaux neufs, pour restructurer et regrouper leurs activités, et faire ainsi des économies. A Noisy-le-Grand, nous avons des exemples sur Copernic avec IBM, GMF et Pôle Emploi. Il s’agirait seulement de « transhumance » sur la Ville, mais pour qu’elle création d’emploi ?

 

Ce qui serait significatif en termes d’indicateurs, serait d’exprimer le différentiel entre création et détérioration d’emplois. Si Noisy mag nous donne un bon aperçu de la création mensuelle de services de proximité : gestion du stress, coaching à domicile, psycho-somatothérapeute ; à quel moment le journal d’information municipal va nous annoncer le départ de Noisy-le-Grand dans le courant du premier semestre  2011, d’une grande multi nationale dotée de 400 emplois, qui va décohabiter à Montévrain, sur le secteur 3 de Marne-la-Vallée?

  

 PHOTO-2-OCE FRANCE[1]

 

 

L’arrivée de LAVAZZA SA en octobre 2010, en provenance de Val de Fontenay, c’est 70 emplois. Quasiment tous les salariés ont suivit le déménagement ; donc aucune offre pour des Noiséens en recherche d’emploi ! Alors, quel est le bénéfice sur l’emploi de l’Est Parisien pour de faire reculer le chômage, aucun….  Non, globalement le compte n’y est pas !!!

 

Loin de nous l’idée de penser que Michel Pajon ne fait pas le nécessaire pour attirer les entreprises, c’est tout le contraire, mais Noisy-le-Grand a un problème. Nous nous garderons bien de jeter la première pierre, c’est très complexe. Il ne suffit pas de vouloir créer des emplois, il faut aussi avoir des entreprises. Comme le disait la semaine dernière au Vrai Journal de Noisy-le-Grand lors de sa visite au Salon de l’Immobilier d’Entreprise (SIMI), un responsable d’une grande entreprise, leader en France de l’immobilier tertiaire : « vous voyez Monsieur, du foncier nous en avons, des bureaux HQE nous savons faire et nous en proposons, mais les dizaines d’exposants que vous trouvez ici ont tous le même but, attirer les entreprises chez eux »

 

Effectivement, pour cela, ils ont imprimés par centaines de magnifiques plaquettes colorées, pour vendre au mieux leurs projets aux investisseurs et aux entreprises. Le stand de la Seine-Saint-Denis n’y échappe pas. Il faut comprendre que si la disponibilité  foncière reste un atout majeur, ce marché tertiaire est très concurrentiel, les entreprises n’achètent que des immeubles bien situés.

 

Ceci est confirmé par Julien Duffé, dans Le Parisien du 10 décembre dernier. Des bureaux neufs toujours vides, écrit-il ! Pendant ces trois années de vaches maigres, des bureaux sont sortis de terre sans forcément trouver preneurs. A Montreuil, sur 35 000 m², 20% seulement sont occupés. Avec 460 000 m² de bureaux disponibles (440 000 m² en octobre 2009),la Seine-Saint-Denis est en queue de peloton avec un taux de vacance de 9%. Par ailleurs, les entreprises renégocient leurs baux, les loyers ont baissé à l’Ouest de Pa            ris, et le déménagement dans le 93 est moins avantageux. La Seine-Saint-Denis est donc un marché par défaut, malgré des loyers attractifs de 200 €/m², contre 300 €/m² en moyenne en Ile-de-France, explique-t-on chez CBRE. Loyers peut-être encore inférieur à Noisy-le-Grand ?

 

Alors, Monsieur le Maire, posons-nous les bonnes questions. Demain, combien d’emplois à Noisy-le-Grand ? Faut-il vraiment s’arc-bouter sur 550 000 m² de bureaux pour terminer la ville nouvelle? Les 7075 nouveaux logements sont-ils nécessaires ?   Mythe ou réalité….

 

Ceci nous donne l’occasion de nous appesantir très concrètement sur ce fameux nouveau Grand Projet Ouest dont-on nous parle en réunion publique. En fait, jusqu'à ce jour, les projets conjoints de la municipalité pour les Bas Heurts et de l’aménageur Epamarne pour Maille Horizon, s’inscrivaient  historiquement dans une démarche de zoning fonctionnel  et territorial. Ils étaient assez peu solidaires. A chaque « zone » correspondait une seule fonction urbaine bien délimitée : tous les logements d’un coté, tous les bureaux de l’autre…Une zone dortoir d’un coté, une zone d’activité de l’autre.

 

Cette urbanisation, si elle s’affirmait dans ce nouveau PLU 2011, poserait négativement le concept de la diversité des fonctions urbaines et le principe de mixité sociale dans l’habitat qui doivent être « géographiquement équilibrés » entre emplois, habitats, commerces et services. Ceci est tellement vrai, que le Programme Pluriannuel d’Interventions 2007-2013 de l’Etablissement Foncier d’Ile-de-France, mentionne:

 

« L’équilibre habitat /emploi étant un objectif, l’EPF s’attachera à favoriser sur les grandes emprises dédiées à l’habitat, l’accueil d’activité compatibles avec un environnement résidentiel. Ainsi, nous nous adapterons aux activités du 21e siècle, mêlant production industrielle sans nuisances pour le voisinage, tertiaire, services, etc…Ce que l’on pourrait appeler «une  pépinière d’activité dense ».

 

Aujourd’hui, après de longues explications des promoteurs et d’Epamarne, il nous semblerait  avoir compris en réunion publique le 29 novembre dernier, que Michel Pajon n’exclu plus la construction de logements sur Maille Horizon. Par ailleurs, nous savons que Bussy-Saint-Georges va tenter prochainement d’expérimenter cette mixité bureaux-logements.

 

La suppression de la Taxe Professionnelle n’est peut-être pas étrangère non plus, à ce revirement de stratégie.

 

Si tel est le cas, nous ne pouvons que nous en réjouir. Il faut maintenant engager avec les Architectes une approche d’ensemble sur les deux sites des Bas Heurts et Maille Horizon, dans une logique d’intégration de ces deux quartiers. Assurer la continuité et la hiérarchisation de l’espace public. Rompre avec la logique du zoning fonctionnel. Combiner les programmes d’activités, d’habitat et d’équipements publics, petits commerces de proximités. Renoncer à toute démolition d’édifices encore habités sur les Bas Heurts. Diversifier et combiner les typologies résidentielles, de l’immeuble collectif urbain à la maison particulière isolée en passant par l’habitat intermédiaire, l’individuel groupé en bandes ou en nappes, avec des maisons jumelées. Concevoir une stratégie d’aménagement progressive, qui conduira à 1500 logements dans le cadre d’un Eco quartier, mais sur l’ensemble du nouveau Grand Projet Ouest, Bas Heurts-Maille Horizon.

 

Terminons sur une note optimiste. Grace aux efforts de l’ACTEP, Noisy-le-Grand a été choisie  en 2006 pour accueillir un Lycée International. Il est indéniable que ce Collège-Lycée de 1200 élèves devrait contribuer à améliorer l’attractivité du territoire, et l’on pourrait raisonnablement penser qu’il soutiendra le développement économique de l’Est Parisien ?

 

A suivre….

 

_____

 

 

 

Annulation du PLU : désirs et réalités...

Publié le

 

 

FAUT-IL PRENDRE SES DESIRS POUR DES REALITES ?

 

 violet[1]

 

 

Depuis quelques semaines, Noisy-le-Grand s’engage dans l’élaboration de son nouveau Plan Local d’Urbanisme. Quatre réunions publiques d’information sont organisées sur les grandes orientations de la ville. A chaque fois, l’exposé liminaire consiste à stigmatiser les Associations qui souhaitent donner à notre ville un autre visage que celui inspiré par l’équipe municipale.

 

 

La ritournelle s’articule toujours autour du même couplet :

 

-       l’annulation du PLU par le Tribunal Administratif de Cergy Pontoise porte sur la forme et non sur le fond,

-       les Associations font perdre du temps et de l’argent à la ville,

-       les Associations déposent des recours contentieux qui sont des « abus de procédure ».

 

Face à ces allégations, encore une fois l’ADIHBH-V communique :

 

1-  Que contrairement aux propos de la commune, les différentes annulations de la ZAC dite du « Clos aux Biches », et du Plan Local d’Urbanisme, par le tribunal administratif de Cergy Pontoise, ne l’ont pas été pour des motifs de forme, mais bel et bien pour des problèmes de fond. En effet, pour mémoire:

 

- d’une part l’Etude d’Impact jointe au dossier de création de la ZAC du Clos aux Biches (1500 logements) ne comportait pas l’exposé des mesures envisagées pour supprimer, réduire ou compenser les conséquences dommageables du projet de ZAC résultant de l’augmentation du trafic automobile.

- d’autre part le rapport de présentation du PLU ne contenait aucune analyse de l’incidence du projet de 1500 logements du « Clos aux Biches », sur la gestion des transports ou sur les risques de nuisances générées par ce projet.

 

Ces illégalités flagrantes sont sanctionnées par une jurisprudence constante depuis des décennies et donc totalement prévisibles par la ville. Cette dernière est d'autant plus impardonnable de ne pas avoir étudié ses dossiers correctement, et ne peut laisser supposer aux citoyens que les Associations portent la responsabilité d’un tel fiasco. De plus, comment le Maire peut-il éluder sa responsabilité directe d’un revers de  main, alors qu’il est le premier magistrat de la ville et doit, avec son Adjoint au Maire chargé de l’Urbanisme,  maîtriser et vérifier la rédaction des documents de ses services.

 

2- En fonction de l’auditoire, les estimations des pertes de la commune varient. De 5 à 10 millions d’euros dit le Maire « aux Abeilles le 23 novembre». Mieux, dans un grand élan de générosité, il force encore le trait « au Conservatoire le 29 novembre », avec 18 millions ! En fait, tout ceci est virtuel.  La seule certitude que nous ayons, c’est les 100 000 € qu’il présente en dépenses d’investissement dans la décision n°3 du budget de la ville, le 25 novembre 2010,  pour frais d’études relatifs à l’élaboration du nouveau PLU. Et oui, ce n’est pas la faute des Associations s’il fallait prochainement réviser le PLU, afin d’intégrer le Grand Paris, le Grenelle de l’Environnement de juillet 2010, l’Agenda 21, un nouveau  PLH, etc…..Il ne faut pas oublier de le dire.

 

N’oublions pas non plus,  les 169 700 euros pour des études complémentaires  relatives à l’élaboration d’un schéma directeur d’aménagement du Grand Projet Ouest sur le quartier du Mont d’Est et de Maille Horizon ? Ce n’est pas une  pacotille.

 

3- Au regard du supposé préjudice subi par la collectivité, Michel Pajon ne manque jamais une occasion de signaler qu’il a demandé que soit étudiée la possibilité d’exiger, à l’avenir, des indemnités conséquentes à l’encontre des auteurs des recours qui confondent intérêts particuliers et intérêt général en produisant des recours qui sont, de toute évidence, abusifs, dans le seul but de retarder les projets.

 

Alors là, hormis cette traditionnelle opération d’intimidation, ou c’est une ignorance totale du fonctionnement de notre système judiciaire, ou de la mauvaise fois caractérisée, ou encore du clientélisme pour faire bonne figure en réunion publique, devant ses troupes !

 

Aussi, pour une fois Monsieur le Maire, nous allons vous faire gagner du temps et de l’argent  en vous indiquant que certes, tout droit connaît des limites, et le droit de recours ne fait pas exception à cette règle. Toutefois L'article R.741-12 du code de justice administrative sanctionne déjà les recours abusifs devant la juridiction administrative : "Le juge peut infliger à l'auteur d'une requête qu'il estime abusive une amende dont le montant ne peut excéder 3000 euros." Cependant, il convient de vous signaler que le prononcé d'une amende pour recours abusif est un pouvoir propre du Juge de la République, et non celui d’un Maire, fusse-t-il Député de la Nation. Dès lors, veuillez noter que les conclusions demandant une condamnation à ce titre ; sont irrecevables (Conseil d'État, 6 avril 1992, M. et Mme Mercier, n°101762).

 

Pour bien étayer nos propos, nous précisons encore que le Tribunal de Grande Instance de Versailles, saisi d’une plainte contre deux Associations qui avaient fait annuler un permis de construire, a rejeté la plainte et condamné la Société à payer 1800 € aux Associations au titre des frais irrépétibles (TGI de Versailles n° 9401217 du 13 novembre 1995).

 

Alors attention, surtout ne commettez jamais ce lapsus, vous risqueriez encore une fois d’en faire les frais, car en aucun cas nos recours n’étaient des procédures abusives, puisque la ville a été systématiquement et régulièrement condamnée sur le fond, pour cause de dossiers d’urbanisme incomplets. Pour la suite, nous aviserons sur pièce avec nos conseils.

 

A suivre…..