Une nouvelle ZAC sur Mont-d'Est / Brossolette

Publié le


UNE NOUVELLE ZAC

SUR LE PERIMETRE

"MONT D’EST-BROSSOLETTE"

SE DESSINE


 ZAC - Mt d'Est - Bro- Photo 1

 

Le Conseil Municipal du jeudi 05 juillet 2012, s’est prononcé favorablement sur les modalités d’organisation de la « concertation préalable » portant sur l’aménagement des quartiers  Ouest de Noisy-le-Grand, notamment sur le périmètre Mont d’Est – Brossolette (Mailles Horizons + Bas-Heurts).

  

Ce secteur compris entre le boulevard du Mont d’Est au Sud, la rue Pierre Brossolette au Nord, la route de Neuilly à l’Est et la limite communale avec Bry-sur-Marne à l’Ouest rassemble des enjeux urbains et économiques décisifs pour Noisy-le-Grand.

 

Les quartiers Ouest font l’objet de l’orientation d’aménagement n°2 du PLU, adoptée par délibération du Conseil Municipal en date du 16 novembre 2011.

 

Selon la commune, l’orientation d’aménagement pour les quartiers Ouest souligne les éléments suivants :

 

ZAC Mt d'Est-Bro- Photo 2

- Le développement d’un projet d’Eco-Quartier où se croisent les problématiques sociales, fonctionnelles, économiques et environnementales,

-       La restructuration globale du Pôle Tertiaire du Mont d’Est et le renouvellement urbain des secteurs des Bas-Heurts et des Mailles Horizons, permettant la création de logements et le rééquilibrage de l’implantation de bureaux en Ile-de-France, vis-à-vis de l’Ouest Parisien,

-       Le renforcement du maillage assurant la desserte et les échanges du territoire, en particulier par le réaménagement des voiries (les accès au Mont d’Est, la route de Neuilly et le rond point : route de Neuilly – rue Pierre Brossolette,

-       Le lien entre le nouveau quartier et son environnement, notamment les bords de Marne, avec la création d’un jardin public Nord-Sud contribuant à créer une armature verte reliant les bords de Marne, le site du Lycée et du Collège International et le Centre Urbain du Mont d’Est,

-       Le développement du pôle des Portes de Paris autour du Lycée et du Collège International, avec le développement tertiaire, l’amélioration de l’offre en équipement et en services à l’entreprise et de la qualité des espaces publics pour renforcer l’image de marque du quartier et son agrément comme lieu de vie, de travail et d’études,

-       La réalisation de logements bénéficiant d’une offre remarquable en termes de desserte tous modes confondus, d’emplois et d’équipements,

-       La réalisation des équipements publics (un équipement petite enfance, un groupe scolaire, un équipement sportif) répondant aux besoins nouveaux.

 

En conséquence, afin de permettre le développement cohérent de ces espaces, la commune ouvre une « concertation préalable » sur le périmètre Mont d’Est – Brossolette (Mailles-Horizons – Bas Heurts). Les objectifs poursuivis par ces aménagements sont les suivants :

 

-       Mettre en œuvre un projet urbain « Durable », respectueux de l’environnement, afin de créer un quartier équilibré et de qualité,

-       Accueillir et développer des équipements déterminants pour l’avenir de Noisy-le-Grand et de l’ensemble de l’Est Parisien,

-       Permettre le développement économique, notamment en accueillant de nouveaux projets tertiaires,

-       Accueillir des programmes de logements variés et en nombre suffisant pour répondre à la demande des habitants,

-       Réaménager l’ensemble des espaces publics et créer un grand parc contribuant à la relation entre Centre Urbain du Mont d’Est et les bords de Marne,

-       Créer les nouveaux équipements nécessaires à la vie de quartier et pour toutes les générations (petite enfance, groupe scolaire, maison de retraite,….).

 

Les modalités de cette « concertation préalable » sont définies comme suit :

 

-       Une réunion publique de lancement de la concertation permettant la présentation aux habitants des objectifs principaux de ce projet, le périmètre de réflexion, le périmètre de projet et le dispositif de concertation,

-       L’organisation de réunions thématiques sur les thèmes suivants :

  • le logement et les formes urbaines,
  • l’espace public et les équipements publics,
  • le développement économique : bureaux, commerces, activités, services,
  • la circulation, les déplacements doux et le stationnement,
  • la qualité de la vie et le développement durable.

Ces réunions seront organisées après la première réunion publique. Les Conseils de Quartiers y seront associés.

-       L’organisation d’une réunion publique présentant la synthèse des réflexions issues des réunions thématiques,

-       La réalisation d’une exposition permanente d’une durée minimale d’un mois,

-     La publication d’articles dans Noisy-Magazine et la diffusion de documents d’information.

 

Les Noiséens et les Bryards disposeront ainsi de supports diversifiés et adaptés pour prendre connaissance des éléments du projet, et apporter leur contribution.

 

Selon l’ADIHBH-V, un  mode opératoire probable à court terme !

 

L’aménagement d’ensemble des quartiers Ouest  nécessite une étude pré-opératoire permettant de préciser le ou les périmètres. Lors de ce même Conseil Municipal, le 05 juillet dernier, il a été approuvé une convention de mandat confiant à la SPL SOCAREN la réalisation de ces études pour un montant de 345 000 €.

 

Simultanément au lancement juridico-opérationnel de cette nouvelle ZAC le 05 juillet, de premières opérations pourraient voir le jour sur du foncier maîtrisé actuellement par la SPL SOCAREN, en conformité avec le PLU, mais sans ZAC ni DUP, soit :

 

-       Une opération de deux immeubles (R+5) de 62 logements sociaux de la Société Immobilière 3F, sur l’emprise constituée du terrain cadastré AW 365, 45 avenue Montaigne (voir Conseil Municipal du 31 mai 2012),

-       Une opération immobilière sur des parcelles de la rue des Aulnettes maîtrisées actuellement par la commune et la SPL SOCAREN. Toutefois Ici, le PLU devra être modifié pour rendre le secteur constructible puisque aujourd’hui nous sommes sur une zone UC, encadrée par un Périmètre à Constructibilité Limitée.

-       Une très importante opération de logements mixtes, à dominante d’habitat résidentiel en accession à la propriété, au Sud de la rue des Bas Heurts, sur le secteur des Mailles Horizons, limitrophe au quartier des Bas-Heurts, à proximité du Collège François Mitterrand. La zone UM du PLU est cohérente avec la densité envisagée,

-       Une première opération tertiaire de bureaux, donnant sur le  boulevard du Mont d’Est.

 

Sachant que les études pré-opérationnelles vont maintenant être lancées (faisons volontairement abstraction de ce qu’il y aurait déjà dans les cartons : Etudes DEVILLERS-HYL et autres…..), il serait raisonnable de s’attendre à la création de cette nouvelle ZAC, sans DUP,  courant de l’été 2013


 

Et enfin, une Déclaration d’Utilité Publique (DUP) terminale !!!

 

Une fois cette phase opérationnelle réalisée, il ne faut pas exclure  une ou des procédures de DUP afin que la SPL SOCAREN puisse  maîtriser l’ensemble des emprises foncières de l’ex ZAC du Clos aux Biches, puisqu’il est fortement probable que de nombreux Gaulois résisteront encore sur cette zone de chalandise.

 

Mais là, c’est une autre affaire qui débutera, car l’histoire des Bas-Heurts nous apprend depuis 2004, que nous ne pourrons jamais exclure des risques contentieux entre l’ADIHBH-V et la commune, ce qui rallongerait malheureusement encore considérablement, les délais opérationnels.

 

Les élus d’opposition interviennent dans le débat

 

Etienne DOUSSAIN – Noisy Solidaire

 

Monsieur le Maire,

 

Pour faire suite à notre intervention à propos de l’extension du périmètre de la Varenne, tout à l’heure, voilà donc venu le temps de dérouler la stratégie qui sera employée pour contourner l’annulation de la ZAC des Bas Heurts.

 

Nous notons, d’ailleurs, que pour la 1ère fois est intégrée dans cette stratégie une réflexion qui associe Bas Heurts, Mailles Horizon et plus largement la Varenne. Curieusement, c’était la suggestion des « apprentis » ou des « amateurs » de l’Ecole d’architecte de la Villette, selon vous, lors de la proposition d’un contre-projet pour la ZAC des Bas Heurts. Il est peut-être dommage d’avoir refusé à l’époque d’en discuter, mais c’est ainsi.

 

Il est vrai qu’entre temps la situation a singulièrement changé avec l’acquisition du foncier d’Epamarne et que, seule opérateur dorénavant, la ville se trouve dans l’obligation de modifier son raisonnement.

 

Par contre, ce lancement d’une nouvelle concertation nous laisse sur notre faim. Le Commissaire Enquêteur à l’occasion du dernier PLU avait fortement insisté sur l’implication des associations d’habitants sur les projets d’urbanisme à venir. On pouvait même s’interroger utilement sur la création d’un comité de pilotage qui réunirait le plus grand nombre d’acteurs pour enfin, lever le maximum de difficultés dans un rapport franc et constructif.

 

Visiblement, la démocratie participative s’en tiendra aux conseils de quartiers dont nous ne contestons pas l’utilité mais cela ne nous parait pas suffisant. D’autant moins que nous avons bien compris, c’est notre paranoïa du moment, qu’il y aura peut-être bien à la clé de la stratégie employée, celle du contournement des difficultés.

 

Une explication en amont serait peut-être utile et vous nous direz si nous avons tort.

Parallèlement à la consultation thématique, bienvenue dans son principe, d’abord, la technique du mitage avec des projets, ici ou là, sur le foncier acquis par la ville et il y en a beaucoup dorénavant.

 

Du visible qui améliore le contexte avec de nouvelles liaisons douces et autres coulées vertes. De la communication. Surtout de la communication avec Noisy Mag et autres supports et, enfin, une DUP pour réduire les irréductibles… Voilà le scénario qui est derrière le lancement de la concertation qui de toute façon doit avoir lieu !

 

Monsieur le Maire, sortons de cette confrontation stérile et associons les intelligences. D’autres sont aussi dépositaires, nous aussi, tout comme vous, du projet urbain à réaliser dans plusieurs quartiers de la ville. Il faut partager l’approche et la nécessité de cette opération d’aménagement. Raison de plus pour arrêter cette espèce de « guerre » de position et organiser une concertation encore plus efficace, notamment en prévoyant d’ores et déjà un comité de pilotage large associant, élus, y compris minoritaires et associations constituées.

 

Merci

 

Réponse de Michel Pajon

Audio Icon

 

Brigitte MARSIGNY et Michel Pajon

Audio Icon

 

Commentaire

 

L’ADIHBH-V se félicite toujours, 6 ans après,  d’avoir fait capoter en 2007 la ZAC dite du Clos aux Biches, qui relevait plus de la caricature, que d’un projet urbain. Mais ne comptons pas sur l’humilité du Maire de Noisy-le-Grand pour le reconnaître et nous en remercier, car l'ennui avec l'humilité, c'est qu'on ne peut pas s'en vanter.

 

Aujourd’hui, ce nouveau projet d’aménagement du secteur Grand Ouest, accompagné des projets Régionaux et Départementaux du Lycée et du Collège International dans une démarche d’Eco Quartier lui donne du sens. Il semble beaucoup plus cohérent que celui présenté jadis par la commune. Rappelons qu’il s’inscrivait tout simplement dans une démarche absurde de zoning fonctionnel et territorial. A chaque « zone » correspondait une seule fonction urbaine bien délimitée : strictement résidentielle avec les équipements de proximité sur le Clos aux Biches, exclusivement tertiaire sur Maille Horizon. Tous les logements d’un coté, tous les bureaux de l’autre… Une zone d’activité au dessus, une zone dortoir en dessous.

 

Ainsi, pour des raisons évidentes, le « Projet Alternatif » élaboré en 2007 par les Etudiants de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris La Villette et l’ADIHBH-V, avait voulu remédier à toutes ces lacunes. Il avait misé dès son origine, sur l’opportunité d’intégrer  le périmètre des Mailles Horizons dans la démarche d’aménagement des Bas-Heurts, afin de concevoir un seul et même projet, intelligent, coordonné et cohérent, susceptible d’appréhender globalement et sur le moyen terme, les enjeux urbains et économiques décisifs de tout l’Ouest Noiséen.


Aujourd’hui, avec ce nouveau projet, nous y sommes parvenus. Ce point historique devait être rappelé car, même modestement,  il est tout à l’honneur des Etudiants Architectes et de l’ADIHBH-V, disons le clairement.

 

Toutefois, posons-nous la question de savoir si, pour le Maire de Noisy-le-Grand  l’histoire des Bas-Heurts est un récit qui a un sens. Pourra-t-on enfin déceler chez lui une évolution de sa méthodologie, compte tenu de cette succession désastreuse d’évènements juridiques qui lui ont été défavorables et qui ont contrarié ses projets urbains depuis 2004. Ou faudra-t-il encore appréhender demain la poursuite de longues procédures judiciaires chaotiques, si Michel Pajon persiste à vouloir pratiquer la tabula rasa sur le quartier des Bas-Heurts, en considérant « qu’aucune des  constructions des Bas-Heurts ne présente de qualité remarquable, et donc, que la démolition des pavillons et l’expulsion  des résidants doivent être envisagées». C’est tout l’objet d’une éventuelle DUP terminale programmée, pour exterminer les derniers irréductibles du secteur.

 

Si par hypothèse, mais nous ne le souhaitons vraiment pas, tel était toujours l’objectif de la commune de réaliser ce projet de recomposition urbaine sans répondre favorablement à la demande de ses habitants qui refusent d’éventuelles expulsions, sans la moindre règle élémentaire d’humanité en cette période de crise économique, et de respect du cadre de vie du quartier des Bas-Heurts alors, l’ADIHBH-V et tous ses nombreux sympathisants croiseraient encore une fois le fer avec détermination, en tout bien tout honneur.


_____

 


Commenter cet article

ADIHBH-V 07/10/2012 19:04


Les Echos.fr, 05/10/2012, Myriam Chauvot – Immobilier : le marché des
bureux s’enfonce dans la crise


La situation ne cesse de se dégrader sur le marché locatif (biens loués ou vendus aux utilisateurs). En Ile-de-France, qui
représente la très large majorité du marché national des bureaux, seuls 584.700 mètres carrés ont été placés au troisième trimestre, soit 22 % de moins qu'au même trimestre l'an dernier, selon
l'observatoire de la profession, Immostat-IPD. Ces mauvais chiffres portent le recul sur l'ensemble de l'année à 19 %.


Dans ces conditions, les entreprises locataires sont en position de force. Immostat relève une nouvelle baisse du loyer facial
moyen des bureaux franciliens de seconde main. Il est désormais de 321 euros par mètres carrés et par an (hors taxe et charges) contre 322 euros au trimestre précédent. Et les loyers réels
baissent bien davantage que ces loyers faciaux, car les avantages commerciaux « tendent à augmenter dans certains secteurs et sur des grandes surfaces, explique Marc-Henri Bladier,
directeur Général chez le conseil immobilier CBRE. S'ils restent compris entre 1,5 et 2 mois de franchise par année d'engagement, il devient plus fréquent de dépasser les 2
mois ».

venetes 30/07/2012 21:53


je vous recommande ce site il peut vous aider à voir plus clair.


http://www.ggl-exproexpress.fr/index.html

david 27/07/2012 16:34


Que d'égards envers ces noiséens dans leurs habitations "sans importance", sic... (alors qu'on prétend défendre leurs intérêts).  On ne peut qu'adhérer au commentaire de l'ADIHBH-V.  
Tous ensemble, nous continuerons à nous défendre avec détermination comme nous l'avons fait par le passé pour démontrer encore une fois que l'humain et la raison triomphent toujours.

ADIHBH-V 25/07/2012 18:45


Une étude de l’Observatoire Crédit Logement/CSA, publiée mardi 24 juillet, a révélé que le montant des crédits immobiliers
accordés par les banques a enregistré un très fort recul au premier semestre 2012 avec une baisse de 33,1% par rapport au même semestre de 2011.


 

ADIHBH-V 23/07/2012 07:39


Il s'agit vraisemblablement du déboisement avant la construction du Lycée International

roca 22/07/2012 15:36


Des travaux de déblaiement sont en cours depuis peu en dessous de l'hôpital privé Rue Léon Menu... dans quel but ?