Reconversion de l'A4 pour fluidifier le trafic et dégager du foncier à bâtir.

Publié le par ADIHBH-V

 

UNE ETUDE SERIEUSE

PRECONISE

LA CONVERSION DE

L’AUTOROUTE A4,

EN BOULEVARD URBAIN

______

 

 

Auroute A4 - Photo 1

 

Ils veulent « pacifier » les autoroutes d’Île-de-France. La métamorphose d’une transformation en « boulevard urbain » commencerait par l’A4, entre Bercy et Champs-sur-Marne (77).

 

Un Groupement d’Etude composé de plusieurs Cabinets, emmené par l’Agence François LECLERCQ, vient de finaliser l’étude de faisabilité qui a durée 24 mois. Elle a été réalisée pour le compte de l’Association des Collectivités Territoriales de l’Est Parisien (ACTEP), qui regroupe 14 communes (mais pas Noisy-le-Grand), traversées ou bordées par l’autoroute A4.

 

L’idée avancée consiste dans un premier temps, à limiter la vitesse de circulation à 50 Km/h au sortir de Paris, du côté de Charenton, Saint-Maurice et Joinville (94) ; puis à 70 Km/h ; 90 Km/h et ainsi de suite.

 

L’Etude propose de réserver une voie centrale en double sens aux bus, aux taxis et au covoiturage (3 personnes /voiture, contre 1,1 en moyenne aujourd’hui). Huit lignes de bus « A4 Express » seraient spécialement crées. Elles seraient dotées de trois « stations connectées » au milieu de l’A4, avec « pôles de rabattement » accessibles aux utilisateurs par des passerelles piétonnes. Pour compenser la perte d’une voie de circulation dans chaque sens (file de gauche), la bande d’arrêt d’urgence pourrait être ouverte aux voitures aux heures de pointe. Le trafic serait donc ralenti, mais aussi fluidifié.

 

 

L'autoroute A4 - JDD - Photo 2

 

Agence François LECLERCQ - TER

 

Selon l’Agence François LECLERCQ, ce dispositif assorti de la création de quelques parkings relais permettrait de transporter 25.000 personnes supplémentaires sur cet axe tout en réduisant le nombre de véhicules individuels de 25.000. L’opération coûterait 30 millions d’euros, l’équivalent de 2 Km de Tramway ou 250 m de métro automatique du Grand Paris Express, précise-t-il.

 

Le premier Vice-président de l’ACTEP, Jean Pierre SPILBAUER, Maire de Bry-sur-Marne, compte beaucoup sur la concrétisation de ce projet. « Les habitants en ont marre d’entendre dire que le nœud A4-A86 forme le plus gros bouchon autoroutier d’Europe, sans que rien ne se passe ». Nous comptons aussi sur le Conseil Régional d’Ile-de-France pour s’emparer de l’Etude, précise-t-il.

 

A l’inverse, l’idée ne fait pas l’unanimité partout. Le Délégué Général de l’Association 40 Millions d’automobilistes n’est pas séduit : « Ils sont devenus fous. Limiter la vitesse à 70 Km/h sur une deux fois quatre voies, c’est délirant. On est en train de créer de nouveaux otages : ceux qui passent deux ou trois heures par jour dans leur voiture. C’est très bien de développer des transports en commun, mais pas au détriment des automobiles. On ne va pas se laisser faire ! »

 

Cent hectares récupérés pour des logements et des bureaux

 

Le long de la Seine et de la Marne, l’effacement de l’autoroute autorise l’aménagement des berges sur le modèle de ce qui a été fait à Paris, avec promenade et animations au bord de l’eau. Ici, des franchissements de l’autoroute pour les piétons pourraient relier les fleuves à la ville. Plus loin, entre Champigny-sur-Marne et Champs-sur-Marne, en passant par Bry, Villiers et Noisy-le-Grand, les architectes urbanistes imaginent, à long terme, des contre-allées de part et d’autre de l’A4 « apaisée ».

 

Ce segment, qui borde déjà quelques grands projets urbains, comme le Cluster DESCARTES, pourrait être largement urbanisé. « Dès lors que ça roule mieux et moins vite, on peut bâtir sur les débords et ériger des passerelles. »

 

Quelques 100 ha pourraient être dégagés pour construire des logements, des bureaux, des commerces et autres équipements publics ; soit environ deux millions de mètres carrés. « Ils seraient les bienvenus au moment où l’on recherche du foncier désespérément ».

 

Noisy-le-Grand y travaille déjà !

 

Autoroute A4 - Photo 3 - Facade A4Photo d'autoroute.

 

Le 17 juin écoulé, ce n’était pas le sujet de la réunion publique sur l’aménagement du quartier des Bas Heurts, mais la présentation de l’architecte Christian DEVILLERS est sans ambiguïté, lorsque nous observons l’image ci-dessus.. Il s’agit bien d’aménager la façade de l’autoroute A4 entre Noisy-le-Grand et Champs-sur-Marne.

______

 

 

Contribution bibliographique :

 

-        Le JDD du dimanche 29 juin 2014, Bertrand GRECO : L’autoroute A4 métamorphosée.

-        www.spilbauer2014.fr/autoroute-a4/ - L’autoroute A4 autrement.

 

Publié dans Lettre de l'ADIHBH-V

Commenter cet article

Forgeron 09/07/2014 06:56


Les bureaux, un marché complètement atone. Pour preuve consulter le site www.vebimm.com qui vient de publier l’indicateur « Immostat 2 Trimestre 2014 ». Vous y trouverez le marché de bureaux de
Noisy-le-Grand ; 64.857 m² de bureauxvide de seconde main. Y
compris dans les fleurons de la ville : COPERNIC I : 8939 m² (réf : 86136 – 107.243), COPERNIC
II : 1038 m² (réf :99.486).


A cela, ajoutons MONTREUIL, qui, pour les investisseurs  est mieux placé que Noisy-le-Grand : 77.116 m² de bureaux vides,
dont 32.227 m²encore en construction (réf :107.238).


Passons sur FONTENAY-sous-BOIS, BOBIGNY, ROSNY-sous-BOIS, etc…


Il y a de gros soucis pour demain à Noisy-le-Grand ; des logements mais pas d’emplois.

francis 07/07/2014 19:49


"Construire des bureaux en bordure de l'autoroute A4 pour quoi faire ?"


Regarder les embouteillages, comme les vaches regardent passer les trains, ... la distraction ultime en ville quand on est coincé dans un enclos.

Michel 06/07/2014 23:16


Oui aux bureaux en bordure d'autoroutes à vitesse réduite (de toutes les façons, on laisse les fenêtres fermées pour ne pas utiliser la clim' inutilement).


La nuisance sonore est notre première source d'inconfort au travail sur l'année. Donc, si l'isolation phonique tient la route, c'est possible.


Cela permettrait, en plus, d'envisager d'aménager autrement les terrains disponibles sur le territoire communal. Moins de hauteurs, un mélange des habitations (Pavillons, Petits collectifs et
Plus grands ensembles en palliers).

Forge d'AURIN 05/07/2014 09:05


Construire des bureaux en bordure de l’autoroute A4 pour quoi faire ?


 


Les Noiséens doivent savoir (et ce ne sera pas dans Noisy mag.) qu’aujourd’hui , pas un investisseur ne veut construire des
bureaux à Noisy-le-Grand, à cause de la « redevance pour création de bureaux »
instituée pour financer la réalisation du métro Express du Grand Paris, à hauteur de 230,93 €/m² (redevance pour la deuxième circonscription).


 


En fait, cette redevance empêche toute vente de charges foncières pour la construction de bureaux puisque son montant est
supérieur au prix de vente moyen de bureaux à Noisy-le-Grand (220 €/m²).


 


Toutefois, la construction serait envisageable si la commune apportait le foncier gratuitement, mieux, si elle contribuait
financièrement. Alors, lorsque Michel Pajon annonce en réunion publique que la ville dispose de 350 millions de charges foncières, faudrait-il encore pouvoir les réaliser ? Pour le moment,
la commune compte les œufs dans le « cul de la poule ».


 


Si pas de bureaux, pas de création d’emplois. Mais comme la ville poursuit la construction de logements, dans quelques années
Noisy-le-Grand sera ni plus ni moins qu’une ville dortoir, à 16 Km de Paris (une de plus).