VOICI LE PREMIER BAROMETRE DE LA CONCERTATION

Publié le

La concertation se teste !  


VOICI

LE PREMIER BAROMETRE DE LA CONCERTATION

 


 

Conférence sur la concertation-Photo
 

 

Enfin une étude inédite qui devrait permettre de mesurer la perception et les attentes des Français à l’égard des démarches de concertation.

 

Res publica et Harris Interactive  invitent les citoyens à assister à la présentation des résultats du 1er Baromètre de la concertation et de la décision publique :

 

Le 16 novembre 2011, à 18h30

au Centre de conférence Edouard VII

23, square Edouard VII, 75009-Paris

 

A cette occasion les participants découvriront que les Français ont une idée précise de la façon dont ils veulent voir fonctionner leur démocratie. En fait, ils souhaitent participer à la préparation des décisions qui les concernent.

 

90% des Français considèrent  effet que la concertation est une bonne chose, parce qu’elle permet d’associer les citoyens à la vie locale, et huit sur dix estiment qu’il faut développer sa pratique.

 

En outre, une bonne décision est, pour 91% des Français, une décision qui respecte l’intérêt général et pour 86% d’entre eux une décision qui a fait l’objet d’une discussion avec ceux qu’elle concerne.

 

Cependant, nous découvrirons également que les Français ont un doute sur la sincérité de certaines démarches de concertation craignant qu’elles se résument à une opération de communication.

 

Nous découvrirons enfin…que participer à une véritable concertation, c’est prendre plaisir à construire ensemble la chose publique.

 

En plein dans le mile pour Noisy-le-Grand. Les Associations Noiséenes n’ont de cesse de dénoncer que la concertation organisée régulièrement par la municipalité est un ersatz de « démocratie représentative. C’est tellement vrai que même Christian Lambert, Préfet de Seine-Saint-Denis, et Guy-Michel Cabrita, Commissaire Enquêteur l’ont dénoncé au moment de l’Enquête Publique sur le nouveau PLU de la Ville en juin-Juillet 2011, à savoir :

 

1-    Courrier de Christian Lambert, le 09 février 2011 : « La commune de Noisy-le-Grand a connu un contexte contentieux en matière d’urbanisme. Plusieurs recours juridiques ont émaillé la bonne marche des projets sur le territoire communal. L’annulation du précédant PLU le 11 juin 2010 me conduit à vous inciter à mener une concertation ouverte avec les habitants et les Associations de la commune afin de prendre en compte en amont leurs remarques ».

 

2-    Conclusions de Guy-Michel Cabrita, le 06 septembre 2011 : « Il exhorte la commune à étudier les différents aménagement en collaboration avec les habitants, représentés par leurs Associations, dans le but de parvenir à un accord, à la place des affrontements qui se sont succédés au cours de ces dernières années »

 

On ne peut être plus explicite.

 

Aujourd’hui, la seule vrai question qui mérite d’être posée est la suivante Le Maire d’une commune, mandataire à durée limitée d’une délégation de service public, doit-il se contenter de déclamer à chaque occasion qu’il a été élu sur un programme, et donc qu’il possède la légitimité électorale pour imposer ensuite ses décisions à l’ensemble des habitants de la commune, pendant une durée de 6 ans ? Selon nous, évidemment, non !

 

Cette apparente démocratie réduite seulement à l’élection (nous dirons à l’art consommé des techniques électives), marginalise la majorité des citoyens d’une commune, elle est détestable. Ainsi, ces responsables politiques se trompent moralement et politiquement.

 

Il est possible de faire beaucoup mieux, et stopper cette machine infernale à broyer de l’humain…..

 

Inscription en ligne : www.barometre.respublica-conseil.fr

 

______

 

Publié dans Lettre de l'ADIHBH-V

Commenter cet article

Alain Cassé 04/11/2011 21:33



Dans cette étude de l’IAU IdF sur la « consultation des habitants » ; autrement
dit, la « concertation », la méthodologie de la démarche est fondée sur l’idée d’aller voir sur le terrain, d’observer, de décrire, mais aussi d’éprouver et de
ressentir les lieux en discutant avec les citoyens, c’est séduisant.


 


Alors, que devons nous penser de cet Appel à Marché lancé par la Commune de Noisy-le-Grand en juillet 2011
concernant le « Diagnostic et des Etudes Pré-Opérationnelles » sur le secteur des Bas-Heurts, dans lequel le Cahier des Clauses
Particulières mentionne à la page 11/25: aucune des  constructions ne présente de qualité
remarquable, aussi leur démolition doit être envisagée».


 


Manifestement la méthode IAU IdF n’est pas ici envisagée, puisque la Commune dicte par avance au futur prestataire, les conclusions du rapport d’analyse du site. C’est pourtant bien la moindre des choses que d’aller sur le terrain pour observer les
lieux, et la topologie du site, avant de rédiger la dernière ligne des conclusions.


 


Mais non, à Noisy-le-Grand cela ne doit pas fonctionnerait pas comme ça ? Alors, ne soyons pas étonnés si, devant cette
arrogance des puissants, 60% des Français trouvent que la démocratie ne fonctionne pas bien. Ne soyons pas offusqués si un mouvement de fond des citoyens se dessine, en réaction aux enfermements
et aux brutalités des idéologues qui nous gouvernent.


 


Sans véritable concertation, les citoyens se sentent méprisés.


 



ADIHBH-V 03/11/2011 21:29



IAURIF, mars 2011 - Partant du constat que la consultation des habitants est très peu prise en compte lors des études d’aménagement du
territoire, l’IAU IdF publie l’étude : « La parole des habitants sur les espaces ouverts publics : Qu’elle prise en compte ? »
Cette étude a pour objectif d’avoir une idée plus précise de la façon dont les usages et le vécu des habitants sont abordés. En fait :


 


« Les chargés d’études soulignent tous l’importance de recueillir les témoignages des habitants : ils puisent là des informations
qu’ils ne peuvent trouver ailleurs. « Les habitants sont une force de proposition … ». Ils « sont une source d’information précieuse ; parler cinq minutes avec un habitant permet souvent d’en
apprendre plus que dans une heure de recherche documentaire…. Ecouter les habitants et usagers du territoire francilien permet de « coller à la réalité », d’ancrer les études dans la réalité des
terrains locaux »


 


« Dans l’étude, certains privilégient une approche « terrain ». Ils construisent d’abord leurs
éléments de description et d’analyses à partir du terrain, c’est-à-dire de l’observation des lieux, du paysage, des ambiances, de la topographie, du site… Le cœur de leur démarche est
fondé sur l’idée « d’aller voir », d’observer, de décrire, mais aussi d’éprouver et de ressentir les lieux. »


 


Pour plus d’information aller sur :


 


-http://www.echosdenoisy.blogspot.com/


-http://www.iau-
idf.fr/fileadmin/Etudes/etude_877/Paroles_d_habitants_sur_les_espaces_ouverts_publics_quelle_prise_en_compte_par_l_IAU_idf.pdf


 


 



Issard 30/10/2011 08:46



Valérie, pour les non initiés, c'est quoi un AO ?????



Vincent 28/10/2011 14:25



"Je reste persuadée que le bon sens citoyen et politique prévaudra et que finalement celà se mettra en place. "


Puisses tu avoir raison.
Ce serait en tout cas la meilleure solution pour les noiséens, ou en d'autres termes le fameux "intéret général" (sic)



valerie 27/10/2011 16:24



Pour faciliter la tache, il existe des cabinets conseils, sorte de "médiateur" ou "coach" qui mettent en place ces outils de concertation afin d'éviter que les parties ne se "heurtent". Il serait
bon dans le cadre du projet sur le quartier des Bas Heurts qu'un AO soit éventuellement lancé en préalable. Imaginez, le temps et l'argent déjà perdu.... les logements seraient construits ou en
cours de construction, et les habitants actuels du quartier prêts à les accueillir. Je reste persuadée que le bon sens citoyen et politique prévaudra et que finalement celà se mettra en place.



Taillandier 24/10/2011 07:39



Depuis 2004, si le Maire de Noisy-le-Grand avait voulu concerté avec les habitants des Bas-Heurts, il y a bien longtemps que ce secteur serait urbanisé à hauteur d'environ 500 logements (ce qui
n'est pas négligeable), y compris avec 30% de logements sociaux.


Aujourd'hui, la commune porte l'entière et totale responsabilité de cet échec. A croire sur le fond, qu'il ne faut pas de logements sociaux à Noisy-le-Grand.