Noisy-le-Grand, une ville d'eau (2)

Publié le

 

NOISY-LE-GRAND,

UNE VILLE D’EAU !

(deuxième partie)


 

Bassin AquatiqueIllustrationBVL Architecture

 

Encore une histoire d’eau, en espérant que cela ne tournera pas au vinaigre.  Il s’agit cette fois  de la construction du centre aquatique sport et loisir suivant une démarche Haute Qualité Environnementale, avec la volonté d’optimiser plus particulièrement la consommation d’énergie et la consommation d’eau. Ce projet a été réalisé par BVL Architecture.

 

Cet équipement devrait s’étaler sur 5 000 m². Il comportera notamment un bassin sportif de 25 m avec 8 lignes d’eau, un bassin à vagues, un bassin d’apprentissage, une pataugeoire et un grand toboggan de 60 m pour les Noiséens amateurs de frissons et de glissades. Les services divers intégreront : restauration, sauna, spas, solarium, hammam et salle de gymnastique.

 

La construction de ce centre aquatique a fait l’objet d’un appel d’offre publié le 24 mars 2010. Alors que le nombre d’offres reçues était de sept, le marché fut attribué le 15 juillet 2010 à la société DUTHEIL, 67 boulevard Soult, 75012 Paris, pour un montant de 7 309 483,24 €, durée du chantier 20 mois. L’ensemble des marchés sont répartis en quatorze lots, pour un montant total de 16 425 000,00 €

 

Depuis, le centre nautique grandit à vue d’œil. Symboliquement, Michel Pajon a posé la première pierre le lundi 30 mai 2011.

 

Chantier du Centre Aquatique

 

Toutefois, nous apprenons maintenant que la Société DUTHEIL est en redressement judiciaire depuis le 23/06/2011, et en cessation de paiement depuis le 10/06/2011. Sous le contrôle d’un mandataire judiciaire, DUTHEIL est en période d’observation jusqu’au 23/12/2011 et bénéficie d’une continuité d’exploitation.

 

Lors du Conseil municipal du 21 juillet dernier, cette situation fut abordée par J Marc Morère (UMP). Le Maire Michel Pajon a apporté la réponse suivante :

 

« L’Entreprise DUTHEIL a des difficultés, elle est en redressement judiciaire. Nous avons pris contact, elle nous assure qu’elle est capable de poursuivre. Nous avons également rencontré le Mandataire de justice qui est chargé d’accompagner l’entreprise dans sa période de difficulté et pour l’instant, il dit que les choses doivent aller correctement.

 

C’est une entreprise ancienne, très connue, qui a rencontré deux problèmes :

 

1-    une de ses filiales,  a déposé le bilan, dans le Sud de la France,

2-    une multinationale qui ne l’a pas payé, pour divergence sur la qualité des travaux réalisés.

 

C’est vrai que nous pouvons être inquiets, car d’autres villes nous indiquent  que ces situations ont tendance à devenir fréquente.

 

Cette Société en est à sa troisième année de crise :

 

-       La première année : ils font appel à leur réserve de trésorerie,

-       La deuxième année : ils font appel aux banques,

-       En ce moment, avec la crise sur la Grèce, l’Espagne, le Portugal et autres, les banques sont devenues plus prudentes, ce qui fragilise le système.

 

Nous sommes très ennuyés par cette situation, parce que c’est une Société qui travaille très bien, c’est une société de qualité, et il ne faudrait pas qu’il y ait une démobilisation des salariés et une fuite des cadres.

 

Pour le moment, notre travail consiste à ne pas payer plus que le travail réalisé afin que, s’il devait nous arriver malheur, nous puissions retrouver une autre entreprise qui reprenne le chantier. Mais c’est une hypothèse que l’on ne souhaite pas, car dans ce cas de figure, nous n’arriverions pas à réceptionner le bâtiment dans les délais prévus.

 

Cette situation est préoccupante, nous n’avions jamais rencontré cela à Noisy-le-Grand, après deux années de crise »

 

 

Enregistrement de l'intervention de Michel Pajon au Conseil Municipal

 

COMMENTAIRE

 

La question qui se pose aujourd’hui, est de savoir si la commission d’Appel d’Offre de la commune, qui a dû se réunir en juillet 2010 pour attribuer les marchés,  avait suffisamment d’éléments pertinents pour évaluer la capacité économique et financière de la société DUTHEIL. La lecture de l’Appel d’Offre du 24/03/2011 (§ III 2.2) montre que les renseignements et formalités nécessaires pour évaluer ces exigences portent, entre autres, sur le chiffre d’affaire annuel des trois dernières années, ainsi que sur les effectifs moyens annuels de la Société. Les bilans et les comptes de résultats ne sont pas exigés.

 

Hors, Infogreffe.fr nous apporte aujourd’hui quelques informations significatives, telles par exemple le fait que les comptes du bilan clos au 31/12/2009, n’ont été seulement déposés aux Greffes du Tribunal de Commerce de Paris que le 08 juin 2011. Ceux de l’exercice 2010, le 12 juillet 2011.

 

Ces documents comptables indiquent :

 

- Que depuis 2006, DUTHEIL réduit le nombre de ses salariés, à savoir ; 194 en 2006, 142 en 2007, 125 en 2008, 118 en 2009 et 109 en 2010. En cas de besoin, la Société recouvre aux salariés intérimaires, ce qui permet d’ajuster les besoins de mains d’œuvre et les coûts avec plus de souplesse.

 

- Que les « Marchés Publics » représentent 75 à 80% du chiffre d’affaire de la Société,

 

- Que le Marché actuel du BTP est toujours tendu et orienté à la baisse. Dans ce contexte, DUTHEIL n’ignore pas que la conjoncture incite au « prix cassé », et signale que beaucoup de ses concurrents répondent à des appels d’offres en proposant des prix très bas. Néanmoins, DUTHEIL se défend d’utiliser  ces pratiques.

 

En 2009, une baisse du chiffre d’affaire de - 6,55% (34 768 511 € HT, contre 37 206 836 € HT). Une baisse des charges d’exploitation de – 12,63%. Une réduction du personnel tant au niveau « encadrement de chantier et administratif » qu’au niveau du « personnel de chantier », soit une réduction de la masse salariale de - 15,48%. Un bénéfice net comptable de 181 394 €, contre une perte nette comptable de 2 218 155 € au titre de l’exercice 2008.

 

En 2010, une hausse du chiffre d’affaire par rapport à 2009 de + 21,95% (42 403 375 € HT contre 34 768 511 € HT). Toutefois, le bénéfice net comptable chute de – 29,58%  (127 731 € contre 181 395 € au titre de l’exercice 2009). Ainsi, malgré les efforts effectués depuis deux ans, la société DUTHEIL a enregistré depuis le début de l’année de l’exercice 2011 des difficultés financières croissantes résultant :

 

-       du litige commercial relatif à un chantier important, apparu avec le maître d’ouvrage délégué, qui à bloqué une créance de 2 000 000 €,

-       du report de plusieurs mois de la date de démarrage de plusieurs chantiers,

-       de l’insuffisance de rentabilité de chantiers démarrés sur l’exercice en cours.

 

En outre, sur l’exercice 2010, DUTHEIL a procédé à une augmentation de capital de 500 000 €, afin de le porter de 1 200 000 € à 1 700 000 €. Cette recapitalisation devait permettre d’améliorer la structure financière de l’entreprise et de renouer avec la confiance des partenaires financiers.

 

Enfin, courant 2010, BTP Banque, nouveau partenaire financier, est venu rejoindre le pool bancaire actuel.

 

Toutefois, constatant que les mesures de restructuration engagées depuis deux ans se sont malheureusement avérées insuffisantes, et face à la détérioration rapide de sa trésorerie, la Direction de DUTHEIL a décidé de solliciter du Tribunal de Commerce de Paris, le bénéfice d’une procédure de redressement judiciaire.

 

Cette situation entraîne une incertitude sur la capacité de la Société à poursuivre son activité. DUTHEIL ne casse pas ses prix, mais DUTHEIL fait croitre son chiffre d’affaire tout en diminuant son bénéfice net comptable, ce qui se traduit par une insuffisance de rentabilité !!!.....

 

Comme indiquait Michel Pajon le 21 juillet dernier, cette situation est préoccupante. Les persifleurs rajouteront : «  il ne faudrait pas que ce centre aquatique qui devait être baigné de soleil, fasse plouf ».

 

Evidemment, l’ADIHBH-V espère une issue favorable, qui augurerait d’une livraison  du centre aquatique en juillet 2012.

 


 

Contribution bibliographique : Informations légales des entreprises, http://www.infogreffe.fr 

Remerciements : Monsieur Jean Pierre VIDAL, BVL Architecture, pour la communication et l’autorisation de publication d’une illustration du  bassin nautique.


Publié dans noisy-les-bas-heurts

Commenter cet article

v-elle 03/10/2011 17:31



Bonsoir,


Je pense qu'il y a peut être des indicateurs négatifs, du coup et c'est tout à fait normal, l'administration municipale fait son travail et son devoir, c'est à dire se préserver d'une
défaillance qui entrainerait un retard important et qui pourrait avoir des conséquences sur d'autres entreprises. Ce ne sont pas des décisions faciles à prendre sans doute, mais les enjeux sont
importants. Je ne doute pas que nous aurons de plus amples informations lors du prochain CM.



ADIHBH-V 30/09/2011 19:42



DUTHEIL encore, Le 16 juin 2011, la commune de Noisy-le-Grand attribue le marché pour la construction des bâtiments de la
Chaufferie Centrale (lot n°1), à la Société DUTHEIL, 67 bd Soult 75012 Paris. Rappelons que DUTHEIL était déjà attributaire du Centre
Aquatique.


 


Or, coup de tonnerre sur la chaudière, le 15 septembre 2011, la commune relance le marché public de ce même lot n°1(réception des
offres le 21 octobre à 12h).


 


Que se passe-t-il ? Nous savions que DUTHEIL était en redressement judiciaire et cherchait même un repreneur. La commune
a-t-elle perdu confiance ? A telle des informations alarmistes ? Le Maire doit donner des informations au prochain Conseil Municipal du 06 octobre.


 



alex 29/09/2011 19:42



bonsoir, juste un message pour poser une question. je fais suite aux articles et commentaires sur les soucis de l'adjudicataire du marché de la piscine. Or apparemment cette même entreprise était
adjudicatrice du lot batiment pour la construction de la chaufferie et ce même lot vient d'être relancé en appel d'offres. Le marché a t'il été résilié pour la chaufferie, le titulaire s'est t'il
désisté ? Avez vous des précisions ? Ces points ont t'ils été évoqués en conseil municipal. Quel impact sur la livraison des équipements et en terme de coût pour la municipalité. Merci par avance
de votre réponse. 



ADIHBH-V 16/09/2011 22:47



Le Centre Aquatique de Noisy-le-Grand va-t-il boire la tasse ? Le MONITEUR du 16 septembre (n° 5625) nous
informe, au chapitre « Rendez-vous des affaires », que la Société DUTHEIL cherche à céder son Fond de Commerce. (Cliquer sur : SAS DUTHEIL). Ce n’est peut-être pas le meilleur moment, compte tenu du fait que les banques restreignent en ce moment sévèrement
les crédits acheteurs.



v-elle 16/09/2011 11:31



Avez vous de nouvelles informations concernant la poursuite de l'activité de l'entreprise DUTHEIL ?



ADIHBH-V 07/09/2011 19:07



Même Le PARISIEN en parlait le jeudi 28 juillet 2011. Voir article  de Sébastien THOMAS: "Remous sur le chantier de la piscine" 



09/09/2011 12:41



Cliquer ici pour voir
l'article



valerie 12/08/2011 08:26



bonjour, dans les documents qui sont remis à l'appui de la candidature de l'appel d'offres, il y a deux documents CERFA DC 1 et DC2 dans lequel le candidat indique le résultat du chiffre
d'affaires des 3 dernieres années et s'il en redressement judiciaire ou non. Lors de la phase de négociation s'il y en a une, le candidat peut et doit à la demande du maitre d'ouvrage apporter
tous éléments permettant d'évaluer sa capacité financière à assumer un chantier. il faut savoir qu'un appel d'offres n'est pas jugé uniquement sur le prix, mais aussi sur un document appelé
mémoire technique. Une note est donné tant au prix qu'au mémoire avec un coefficient de pondération. Sont ensuite écartées les offres anormalement bases (c'est une disposition qui va être
renforcée dans le nouveau code des marchés publics). Dans une conjoncture difficile, les entreprises sont contraintes de serrer les prix, bien sur il faut faire du chiffre d'affaires, mais le
problème ensuite c'est qu'il faut pouvoir avoir suffisamment de trésorerie pour faire face aux échéances. Les salaires, charges sociales, assurances décennales et responsabilité civiles dont les
primes annuelles sont astronomiques, les prix des matières comme l'acier qui ne cessent d'augmenter, etc... 


Bien sur la mise en redressement judiciaire et la cessation de paiement risquent de laisser des gens sur le carreau, mais c'est aussi un outil qui est donné aux dirigeants d'entreprise de
protéger leur entreprise en remettant la gestion à un administrateur qui va gérer la situation financière pendant la période d'observation donnée par le tribunal. C'est plutot assez "sain". Il
est évident que lorsque une entreprise arrive à s'en sortir, son mode de gestion doit totalement être revu et corrigé. Malheureusement les informations concernant l'état de l'économie ne sont
guères rassurantes. La baisse de la demande sur les logements neufs a chuté de 19 % au 1er semestre. QUand le bâtiment va.... tout va.



guth 11/08/2011 19:14



bonjour


j'ai beaucoup apprécié votre commentaire ,valerie ,sur l'organisation des chantiers .Par contre comme je l'ai ecrit a Mr REMY ,l'entreprise dutheil est tres mal depuis 2008 avec des resultats nts
de -1.8M€ et -3.7M€ en 2010 avec -737 jours  de roulement donc pas de trésorerie si bien que meme s'il rentrait un cheque de 4M€ net hors dettes fournisseurs ,ils ne pourraient qu'équilibrer
les comptes provisoirement leur Capital étant de 3M€


meme reflexion que précedemment ,comment les élus ont ils pu signer des marchés importants sans garanties et vérifications préalables ?


cdt



guth 11/08/2011 19:06



bonjour


je suis habitant de st denis ou l'entreprise dutheil réalise aussi de gros travaux de construction (college)


je me suis aussi renseigné sur leur situation et ai les commentaires suivants


le resultat courant de l'entreprise est de -3686674€ pour un capital de 3000000€ et un fond de roulement de -737 jours donc pas de trésorerie


il leur faudrait une entrée de 4M€  sans dépenses (pas de traites fournisseurs ce qui est impossible ) pour regler leurs problemes


pour réagir ,connaissant les marchés publics ,je ne comprends pas comment les élus ont pu signer ces marchés sans les 3 derniers bilans ... ca laisse songeur


a votre disposition pour en débattre


cdt



valerie 09/08/2011 16:05



En réponse au commentaire de Jean Rémy, je tiens à apporter une précision. Le maitre d'ouvrage qu'est la ville de Noisy le Grand est entouré par une équipe de maitrise d'oeuvre, avec economiste
et architecte qui sans aucun doute suivent l'avancement du chantier et visent les situations de travaux pour paiement. En ce qui concerne la qualité du travail, tous les plans d'exécution sont
soumis à un bureau de contrôle pour validation. La mise en redressement judiciaire d'une entreprise n'implique pas la baisse de sa qualité de travail. Sur les chantiers de cette envergure, les
controles sécurité, qualité, etc sont quasi quotidiens. Le maître d'ouvrage ne paye les factures qu'après validation de celles-ci par l'économiste et l'architecte. Il y a un planning par taches
qui est effectué en début de chantier donc à mon avis il n'y a aucun souci à se faire de ce côté la.


 


Là où il faut s'interroger c'est sur les factures des fournisseurs de matériaux par exemple, ou des prestataires telles que sociétés d'intérim qui pourraient ne pas avoir été payées.


 


En ce qui concerne les sous traitants, ceux-ci sont obligatoirement déclarés auprès du maitre d'ouvrage et doivent bénéficier du paiement direct par celui-ci suivant le code des marchés publics
si la prestation sous traitée dépasse HT 700 euros (de mémoire). C'est pareil, les sous traitants pour l'instant sont sans aucun doute à l'abri.


 


Nous souhaitons évidemment que la ville nous tienne informée de l'évolution de ce dossier. 


 



Etienne Doussain 02/08/2011 16:34



C’était vraiment un mois de juillet pourri ... Tout a pris l'eau !



Jean Remy 01/08/2011 07:21



Ce qui est étonnant sur ce dossier, c'est que le CM n'a pas voté un budget complémentaire pour la
surveillance du chantier afin de s'assurer de la qualité du travail fourni par le constructeur et sa sous-traitance. En Absence de l'accroissement de la surveillance pour ces circonstances, on
risque ultérieurement que l’on découvre des mal façons ! Et la question sera : qui va payer ? Mais les assurances, vont-ils tout payer ? Et les indisponibilités comment cela
va-t-il se passer ? 


Effectivement ce problème est à suivre, surtout dans les précautions que va prendre la mairie pour limiter
au mieux les désagréments que vont subir les Noiséens. Car si j’ai bien compris lors du CM, il y a aucune assurance à ce jour que la mairie accentue sa surveillance sur le suivi de la qualité des
travaux. En espérant que cette histoire ne finit pas comme le collège de Torcy ou tout a été raser dix ans après, car aucune entreprise a voulu reprendre les travaux !