Quand le bâtiment va, tout va...

Publié le par ADIHBH-V

 

LE PLAN DE RELANCE

DU LOGEMENT

EN QUESTION !

_______

 

Relance-1

 

« On ne fait pas boire un âne qui n’a pas soif ». Cécile DUFLOT ignorait la maxime. Manuel Valls l’a découverte et en a pris conscience. Ces derniers mois, les incertitudes s’étaient tellement accumulées, qu’il fallait avoir un optimisme chevronné pour se lancer dans un investissement neuf.

 

D’autant que les loyers étant orientés à la baisse (un petit peu) et les prix restant élevés, la rentabilité de la pierre est médiocre et les perspectives de plus-values incertaines.

 

Acheter un logement neuf qu’il fallait louer à des loyers inférieurs de 20%  à ceux du marché et qui devaient être encadrés, c’était trop. Ainsi, le nombre d’investisseurs est tombé de 72.000 en 2010 à 29.500 en 2013, selon la Fédération des Promoteurs Immobiliers. Pourtant, les Français aiment la pierre, mais en ayant voulu trop les contraindre, les encadrer, en donnant le sentiment de considérer les propriétaires de la classe moyenne comme des ennemis, Cécile DUFLOT les a dégoûtés.

Les particuliers n’y comprenaient plus rien. Ils avaient perdu toute confiance, et ont déserté le placement immobilier.

 

Néanmoins, quoiqu’en dise le dogme, la relance de la construction a besoin d’eux. Mais, comme ils ont du bon sens, ils ont besoin qu’on leur fasse confiance en tant qu’acteurs de la politique du logement.

 

Aujourd’hui, avec les initiatives du 29 août 2014, Manuel VALLS et Sylvie PINEL cherchent à les rassurer, en traitant les investisseurs privés en personnes responsables.

Mais les mesures annoncées sont-elles à la hauteur du problème ?

 

 

Quant le bâtiment va, tout va….,

À retenir :

 

Relance-2

 

§      Relancer la vente de terrains à bâtir :

 

-       Exonération de la plus-value de cession des terrains à bâtir après 22 ans de détention,

-       Abattement de 30% de l’IR et des prélèvements sociaux sur les plus-values pour toute promesse de vente signée avant le 31 décembre 2015,

-       Abattement de 100.000 € sur les donations de terrains faites jusqu’à fin 2015.

 

§      Encourager l’investissement locatif :

 

-       A compter du 1er septembre, les investisseurs bénéficient d’une réduction d’impôt (12%, 18%,21% de la valeur du bien) modulée selon la durée pendant laquelle ils s’engagent à louer (6, 9, ou 12 ans),

-       Le bien acheté peut être loué à un ascendant ou un descendant,

-       Les SCPI qui réalisent des investissements locatifs bénéficient du même avantage fiscal que les particuliers.

 

§      Favoriser l’acquisition de logements neufs :

 

-       La donation aux enfants ou petits-enfants d’un logement neuf bénéficie d’un abattement exceptionnel de 100.000 €,

-       Le taux de TVA à 5,5% est appliqué pour l’accession à la propriété dans certains quartiers prioritaires,

-       La période de franchise du prêt à taux zéro est allongée.

 

§      Améliorer les logements existants :

 

-       Le taux du crédit d’impôt développement durable est porté à 30%, pour les travaux de rénovation énergétiques,

 

§      Simplification des normes :

 

-       Manuel VALLS a promis la mise en œuvre des 50 mesures de simplification annoncées en juin écoulé, avant le 31 décembre 2014,

-       Le Gouvernement entend raccourcir les délais d’obtention des Permis de construire.

 

§      Encadrement des loyers :

 

-       Le dispositif d’encadrement des loyers sera uniquement appliqué à titre expérimental à Paris. Il ne sera pas étendu au niveau national.

 

 

Et s’il s’agissait de " promesses de Gascon " ?

 

Les caisses de l’Etat sont vides, et le déficit de 2.000 milliards d’euros est abyssal. Alors, combien va coûter ce plan de relance ?

Manuel VALLS n’a pas souhaité répondre. En fait, selon les spécialistes, alléger la fiscalité sur les ventes de terrain devrait entraîner un manque à gagner de 300 à 400 millions d’euros.

L’élargissement du PTZ+ annoncé en juin dernier provoquera une dépense budgétaire de 200 millions. Ainsi, le Gouvernement reste prudent sur le nombre de logements supplémentaires qui pourraient être construits grâce à cette palette de mesures.

 

Ceci dit, comme le rappelait un fidèle lecteur de notre blog tout dernièrement, pour investir et s’endetter sur le long terme, il faut de la confiance.

Mais la confiance n’est pas directement liée  à des taux d'emprunt immobilier historiquement bas.

La confiance c’est un emploi durable, c’est lutter contre le chômage, c’est un salaire convenable qui donne du pouvoir d’achat.

Et puis, il faut aussi malheureusement le signaler, c’est s’assurer une vie de couple pérenne et stable sur la durée!

______

 

Informations sur la loi Pinel :

  http://www.loi-pinel-info.org

 

 

Publié dans Lettre de l'ADIHBH-V

Commenter cet article

pinel 27/03/2015 18:35

je conseille pas la loi pinel ...pour moi c'est pas intéressant comme projet car c'est cher en region parisienne

ADIHBH-V 06/11/2014 06:55


Mag, malheureusement nous ne sommes pas fiscaliste. Nous vous conseillons, pour une réponse claire et précise, de consulter l’inspecteur des
Impôts de votre Secteur. Ce sera plus raisonnable !

mag 04/11/2014 22:37


en 2013 j’ai signé un appartement en VEFA livrable pour louer en duflot en 2014.


Cette année (2013) j’ai donc payé des frais de notaire plus des intérêts d’emprunt. L’année prochaine (2014 pour 2013) , je vvoudrais être sûr que je pourrais  déduire ces frais en déclarant
le nouvel appartement dans ma déclaration. J'ai vu sur le site officiel  http://loi-pinel.defiscmag.com que même sans revenus, sans référence à l’exonération pinel/duflot et dans la prochaine déclaration ( 2015 pour 2014) je
pourrais théoriquement commencer à déduire les avantages Duflot plus les revenus de location bien sûr, est ce exact ? Merci d’avance

Taillandier 02/09/2014 17:45


Avant de balancer : « tout ceci vise à aider les riches à affronter la crise
immobilière, c’est
scandaleux», Monsieur Jean Baptiste  EYRAUD (porte-parole du Droit au Logement (DAL), qui n’est pas un stupide, devrait savoir que tous les investisseurs dans l’immobilier locatif ne sont pas des riches. Il s’agit
bien souvent de Français représentant la classe moyenne qui investissent dans un « deux pièces
de 47m² » pour obtenir quelques revenus
complémentaires à le retraite. Ils ont tout simplement travaillé, économisé après avoir payé leur impôt, et n’ont pas de compte en Suisses

ML.C - Paris 19e 31/08/2014 12:10


Le plan choc de Manuel VALLS pour relancer le secteur satisfait une grande partie des professionnels, mais irrite les
Associations.


Les représentants des locataires regrettent, eux, un abandon de l’encadrement des loyers « choquant et injuste ». Tout
ceci vise à aider les riches à affronter la crise immobilière, c’est scandaleux, s’emporte le porte-parole du Droit au Logement (DAL).