L'Agenda 21 de Noisy-le-Grand est en marche

Publié le

 

L’AGENDA 21

DE NOISY-LE-GRAND

EST EN MARCHE ! 


 

Photo-Agenda 21

 

L'Agenda 21 est un projet global et concret, dont l'objectif est de mettre en œuvre progressivement et de manière pérenne le développement durable à l'échelle de Noisy-le-Grand. Il est porté par la collectivité et mené en concertation avec tous ses acteurs : élus et personnels, habitants, associations, entreprises, structures déconcentrées de l'Etat, réseaux de l'éducation et de la recherche...


Il se traduit par un programme d'actions visant à améliorer la qualité de vie des habitants, économiser les ressources naturelles et renforcer l'attractivité du territoire.


Il devrait par exemple favoriser :

- une politique de l'habitat appuyée sur la haute qualité environnementale, la valorisation du parc existant et la reconquête des espaces disponibles ;
- l'utilisation de ressources renouvelables, la maîtrise de l'énergie, l'offre de transports en commun, le développement de modes de transports alternatifs à l'automobile ;
- la création d'activités répondant à une demande sociale locale et d'emplois qualifiants et durables ou de nouvelles filières d'emplois.


Les 4 étapes de mise en œuvre d'un Agenda 21 sont :


- L’élaboration d'un diagnostic préalable donnant une bonne connaissance du territoire sur le plan économique, social, environnemental et organisationnel   

- La définition d'une stratégie décrivant les objectifs à court, moyen et long termes, les méthodes et les moyens d'actions proposés, les acteurs et les partenaires impliqués ainsi que les critères d'évaluation.
- La mise en œuvre d'un programme d'actions transversales, concrètes et démonstratives
L’évaluation systématique et permanente des politiques menées et des actions engagées, dans une logique d'amélioration continue.

- Pour assouvir ses « ambitions durables », Noisy-le-Grand s’est appuyé sur un cabinet d’expert en développement durable pour établir le « diagnostic », et déterminer six axes stratégiques et les objectifs que la ville se fixe, soit :

    - Vivre mieux dans la ville,
    - Circuler autrement, 
    - Préserver l’environnement,  
    - Des entreprises impliquées dans le développement durable,  
    - Des citoyens investis dans la vie Noiséenne,  
    - Une ville qui montre l’exemple.


Agenda 21, des idées et des actions.



De l’abeille Cathala à la « table rase » des Bas-Heurts…


Comme chaque fois, dans ce que dit ce type de diagnostic réalisé par des experts dont la raison de vivre est de colporter leur « message durable » de ville en ville, il y a des choses intéressantes. Accueillons par exemple avec allégresse les 6 ruches du toit de la villa Cathala. Au moins les Noiséens auront du Pollen pour traiter les allergies saisonnières et améliorer leurs performances sportives. Associer au breuvage de la vigne du Clos-Saint-Vincent déjà millésimé (à déguster avec modération), hourra !!! le marché campagnard de mars 2013 devrait être festif. Mais une abeille et un « coup de blanc », n’ont jamais fait le printemps d’une ville  bâtisseuse. Le Noisy-le-Grand de demain, ce n’est pas que du béton, du béton et encore du béton. Certes il faut poursuivre l’effort de construction de nouveaux logements, mais cela doit se réaliser dans le cadre d’une densification raisonnable concertée. 

 

A qui veut-on faire croire que l’on va améliorer la qualité de vie et renforcer le lien social du quartier des Bas-Heurts ou de Gournay-Cossonneau en appliquant la stratégie violente de la « table rase » à coup de  bulldozer destructeur de la mémoire des lieux, fusse-t-elle dans le cadre d’un Eco-Quartier ?


A qui veut-on faire croire que la ville peut encore aujourd’hui attirer des entreprises pour développer son secteur économique, en s’appuyant sur des dessertes performantes telles que l’Autoroute A4 et le RER A. Ce type d’analyse peut s’apparenter à de la désinformation lorsque nous savons que l’utilisation du RER A est un véritable cauchemar pour les 1,2 millions d’usagers quotidiens et que sur l’autoroute A4, la jonction A 86-A4 est à l’origine tous les matins, du plus gros bouchon d’Europe, qui génère des nuisances de plus en plus insupportables.

 

A qui veut-on faire croire, parce-que l’on aura encouragé les alternatives de déplacement au tout-voiture que demain, les Noiséens se déplaceront au Centre Commercial des Arcades avec des packs d’eau minérale sous les bras, en vélo, en marche à pied ou en pédibus !!!


Comme toujours, un diagnostic téléguidé en « vase clos »

 

D’après un courrier du Maire en date du 09 mars, plusieurs associations ont été conviées à participer à la réalisation du fameux diagnostic, mais lesquelles ?

 

A l’ADIHBH-V, sur les Bas-Heurts, nous n’avons rien vu venir ; le Cabinet d’Expert Auxilia, nous ne connaissons pas. Ne le connaissent pas mieux l’ADCA sur le Clos d’Ambert, l’Association de Défense du Fort de Villiers ou l’Association de Défenses des Consommateurs UFC-Que Choisir 93 Sud.

 

Dommage, car nous avions des choses à dire, mais pour la commune c’est embarrassant ce type d’association, encombrant, imprévisible. On ne sait pas quoi en faire. Ces associations  sont compétentes, elles ont de sérieuses expertises, mais elles ont parfois des mouvements d’humeur. C’est rarement louable pour des élus.

 

En révélant des vérités, ces associations risquent de faire « tache » sur mon diagnostic et mes « ambitions durables ». Alors cachez moi ce peuple, cachez moi ces hérétiques qui prêchent  des opinions qui ne sont pas conformes à la doctrine locale.

 

Que voulez-vous, nous ne sommes pas dans la short-list des 650 associations recensées de Noisy-le-Grand communiquée au Cabinet d’Etude Auxilia, afin qu’il puisse remplir objectivement leur mission. On se demande bien pourquoi, puisque nous avons une réelle expertise citoyenne.

 

A Noisy-le-Grand, la démocratie participative est une notion indéterminée dont la force « tient précisément à son flou », à sa diversité des usages possibles dont elle peut faire l’objet en fonction de l’intérêt des prescripteurs.

 

C’est une vieille histoire, puisque dès 2005 l’ADIHBH-V sollicitait les services de la Vie Associative afin d’être référencée dans  l’annuaire internet des Associations de la Ville. Pas de réponses, circulez ! il n’y a pas d’espace pour vous sur la toile En novembre 2009, ce même service de la Vie Associative lance une  étude sur le milieu associatif de Noisy-le-Grand en confiant la mission au cabinet Lyonnais Argo & Siloe. Comme d’habitude, nous sommes court-circuités. Alors, avec nos amis du Clos d’Ambert nous forçons le destin et contactons directement le cabinet qui nous confirme ne pas avoir été informé de notre existence sur la ville. Evidemment, il accepte avec plaisir nos questionnaires afin de compléter son panel, dit représentatif. Mais depuis, qui à Noisy-le-Grand, hormis peut être l’Adjointe au Maire chargée de la Vie Associative connaît les résultats de cette enquête payée avec l’argent public ? Où se trouve le Noisy-Magazine qui parle du sujet ? Aurions-nous fait capoter cette belle initiative ?

 

Enfin, posons-nous un jour la question de la violence psychologique !

 

Le 22 mars 2008, tout auréolé de sa troisième  écharpe de premier magistrat de la ville, le Maire déclare dans son allocution : « …aujourd’hui, je voudrais surtout saluer, en votre nom, toutes les Noiséennes et tous les Noiséens, quel qu’ait été leur choix dimanche dernier. Je serai, au cours du mandat qui commence, comme je le suis depuis 13 ans, le Maire de tous les Noiséens, à l’écoute de leur diversité et attentif à leur unité. Parce que tous les Noiséens sont égaux dans le respect qu’ils m’inspirent, je serai comme par le passé, au service de tous nos concitoyens quels que soient leur âge, leur condition, leur quartier et leurs origines ».


Qu’en est-il aujourd’hui dans la pratique ? A la lumière des expérimentations, il est évident que pour de nombreux Noiséens le compte n’y est pas. Comment peut-on accepter que cette gouvernance soit à l’écoute de la diversité des citoyens, alors :


- qu’elle ignore la présence ou les valeurs des associations de défenses,
- qu’elle se montre insensible et inattentive à nos expertises citoyennes,
- qu’il n’y a aucune ambition politique de nous faire participer efficacement à la prise de décision,
- qu’elle réduit ses contacts au strict minimum,
- qu’elle nous refuse systématiquement de véritables phases de concertation,
- qu’elle nous brocarde en réunion publique,
- qu’elle éprouve de l’aversion pour notre représentativité, puisque par idéologie, toute initiative alternative est un « complot politique » ou de la  « rhétorique réactionnaire »
- qu’elle souhaite faire « table rase » du quartier des Bas-Heurts, et d’autres…
- …etc …

 

Aussi, quelle que soit la forme que prend la violence dans la vie courante : physique, financière, sexuelle, politique, professionnelle, il est évident que toutes les actions énoncées précédemment  comportent aussi des éléments  de violence : une violence  psychologique.

 

La violence psychologique exercée fréquemment par une gouvernance municipale de gauche ou de droite est un sujet difficile à exposer car il n’existe pas de définition universelle. Elle est difficile à détecter, à évaluer,  à prouver et n’est jamais dénoncée.  Mais pourtant, elle peut être destructrice du cadre de vie des individus qui sont dans le collimateur.

 

C’est pourquoi, lorsque le cabinet Auxilia a réalisé son diagnostic, nous aurions souhaité être consulté afin d’affiner sa capacité de percevoir, de sentir, de comprendre et ainsi de mieux exprimer les émotions des Noiséens qui sont dans cette trajectoire. Ainsi, au risque de fâcher, ce diagnostic aurait pu sortir des sentiers battus et du discours clientéliste convenu, en étant saupoudré  d’un soupçon de « teinture humaine ». C’était l’occasion de faire l’effort d’expérimenter véritablement l’idéal d’un public démocratiquement actif.

 

En dehors des traditionnelles modalités techniques (un éco-geste par-ci, une sapinette par-là),  nous affirmons dans nos propos que c’est aussi cela le « progrès social », la « solidarité », et le « mieux vivre ensemble à Noisy-le-Grand » du futur Agenda 21 !

 

Qu’à cela ne tienne, il y a toujours des raisons d’espérer. Nous reprendrons notre bâton de pèlerin et poursuivrons notre croisade, puisque nous sommes invités à participer aux ateliers de réflexions pour l’élaboration du document final, lors de la semaine du développement durable du 1er au 7 avril prochain. Les choses sont bien faites, n’est-ce pas ?


Ou en sommes-nous ?


Graphe-Ou en sommes-nous.

 

Calendrier des ateliers


La ville convie tous les Noiséens qui souhaitent s’impliquer dans l’élaboration de l’Agenda 21, à participer à des ateliers de réflexion et d’échange :

- Le lundi 2 avril de 19h à 21h, Espace Michel Simon (4e étage) : Circuler autrement,
- Le vendredi 6 avril de 19h à 21h, Salle des Abeilles : Préserver notre  environnement,
- Le mardi 10 avril de 19h à 21h, Villa Cathala : Impliquer les citoyens,
- Le jeudi 12 avril de 19h à 21h, MPT Eugène-Pottier : Agir au quotidien.

___________

 

 

Contribution bibliographique :

            - Noisy Magazine, Edition spéciale, mars 2012 : Agenda 21, des idées et des actions.

 

 

 

 

 

Publié dans noisy-les-bas-heurts

Commenter cet article

Etienne Doussain 26/03/2012 10:37


Article impeccable pour qui défend la richesse de la vie associative citoyenne.


On pourra ajouter à cela que la garantie du débat municipal ne sera apportée... qu'après le travail de préparation puis de restitution devant ceux qui le méritent.


Eh oui, les élus de toute l'opposition, de droite comme de gauche, n'ont pas été conviés à cette réflexion, pas plus que les associations citées dans cet article sérieux. Par contre, ils auront
droit de dire un mot, voire deux, etc... lors d'une séance du conseil municipal ! Ce qui donne une idée assez particulière de la démocratie participative et de la co-élaboration de l'Agenda 21
noiséen.


 

Patrick COTTE 26/03/2012 10:31


Voilà donc une bonne analyse de la démocratie participative. Il est vrai que les associations citées sont mises au banc de la société des quartiers et de la vie culturel de Noisy le Grand.


Nous allons donc essayer de participer à ces réunions. Pourvu que ce ne soit pas comme lors des Conseils Municipaux, où l'on coupe le micro quand la question ou remarque ne plait pas. Ou pire
quand on se moque de vous sans avoir le droit de réponse.


Nous ne manquerons pas d'en reparler .