Grand Paris : Communiqué de presse de France Nature Environnement

Publié le

 

 

 

GRAND PARIS :

PARIS ET LE DESERT FRANÇAIS,

UN PROJET DESIRABLE ?

 

 

 

Communiqué de presse de France Nature Environnement

 

 

France Nature Environnement[1]

 

 

 

La loi Grand Paris a été votée en juillet 2010 ; le tracé du futur métro avance et le positionnement des gares se précise. L’Autorité Environnementale (AE) dépendant du ministère de l'Ecologie, de l'énergie, du développement durable, de la mer (MEEDM) vient de donner son avis sur le projet gouvernemental mis au débat public.

  

 

Des hypothèses de croissance fantaisistes ?

 

Ile de France Environnement (IDFE), représentant 380 associations de protection de l'environnement de l'Ile de France, et France Nature Environnement (FNE), qui fédère plus de 3000 associations au plan national, s'interrogent sur la portée d’un développement parisien accéléré et sur ses effets pour le pays tout entier. L'Agence Environnementale (AE) souligne d’ailleurs les fortes contradictions entre les hypothèses démographiques de l'INSEE et celles de la Société du Grand Paris (SGP) près d’un facteur 3 : soit 670 000 habitants en plus (entre 2007 et 2030) pour l'INSEE contre 1,8 million pour la SGP (entre 2005 et 2035). Les prévisions de croissance de l'emploi présentent le même décalage. Le nombre de personnes estimé n’est pas anodin car il conditionne les projets pour loger, soigner, éduquer, nourrir et transporter ces nouveaux parisiens. On peut d’ailleurs s’interroger sur la fiabilité de ces projections, alors qu’actuellement l’Ile-de-France affiche un solde migratoire négatif, notamment pour les familles avec enfants.

 

 

L’étalement urbain est-il une fatalité ?

 

IDFE et FNE demandent à l’Etat de les éclairer sur une volonté affichée de favoriser l’étalement urbain dans la région capitale, pour y concentrer un quart de la population française. Cette hyper croissance, attirant au maximum la population, les emplois, les moyens de recherche et d’éducation, risque de se faire aux dépens du reste du territoire et des métropoles régionales en particulier. Cette hypertrophie se fera vraisemblablement au détriment de la qualité de vie des franciliens par la dégradation de leur environnement.

Pour Guil Bensoussan, coordinateur du pôle aménagement durable du territoire de FNE : « l’étalement urbain n’est ni souhaitable, ni une fatalité, surtout si le prix de l’essence flambe. Il faudra alors s’attendre à un retour des populations vers les centres- villes où le coût des trajets ne grèvera pas le budget des ménages ».

 

 

Le rattrapage pour les transports publics reste indispensable

 

IDFE et FNE considèrent que la construction d’une rocade ferrée en petite couronne, comme le propose le projet régional Arc Express issu du SDRIF élaboré démocratiquement, est indispensable pour pallier le retard accumulé dans ce domaine. En revanche l'extension des infrastructures de transports en deuxième couronne, prévue par la SGP, risque de conduire à un étalement urbain accru et à une inflation de la consommation des espaces naturels et agricoles, dans une région loin d’assurer sa subsistance alimentaire. IDFE et FNE pensent que le modèle de croissance urbaine sans limites est à repenser en fonction de l’accès aux ressources énergétiques et aux matières premières et de l’approvisionnement en denrées alimentaires et en eau potable.

 

Pour Michel Riottot, président de Ile de France Environnement : « Le projet doit être conçu pour le bien-être des franciliens et non pas pour générer plus de spéculation immobilière. »

 

Paris : le 06 septembre 2010

 

 

 

Commentaire

 

Du baratin, encore et toujours du baratin de nos technocrates : « des hypothèses de croissance fantaisistes » souligne l’Agence Environnementale, mais c’est gravissime. Comment peut-il y avoir de si fortes contradictions sur le diagnostic, entre l’INSEE et la Société du Grand Paris Gouvernementale ?

 

Comment le Grand Paris peut-il annoncer 1,8 millions d’habitants en Ile-de-France à l’horizon 2035, alors que l’INSEE précise 670 000 jusqu’à 2030. De qui se moque-t-on, prendrait-on les citoyens pour des demeurés ? Nous sommes dubitatifs.

 

Le Grand Paris porte l’ambition de renforcer l’attractivité de la capitale au plan international et de faire une ville monde comme Tokyo ou New York. La belle affaire ! A ce titre, on veut concentrer en Ile-de-France 25% de la population française, aux dépens du reste du territoire et des métropoles régionales. Pendant ce temps les régions se désertifient : plus de transports en commun, plus de postes, plus de médecins, plus d’Ecoles, plus de petits commerces, plus de bistrots, etc... Heureusement, on réintroduit les loups et les ours dans nos montagnes !!!

 

Comme l’ADIHBH-V le dénonce depuis très longtemps, tout ceci n’est qu’un problème de promotion immobilière et de spéculation foncière sur le dos des citoyens, au détriment d’un supposé « bien-être des franciliens» qui ne viendra jamais.

 

Le malheur, c’est que les Maires bâtisseurs toujours à la recherche de ressources financières s’emparent de ces alibis pour préempter, exproprier, raser des quartiers, entasser les habitants dans de nouvelles cités dans lesquelles demain germera insécurité et incivilité, semer le désarroi dans des familles qui n’aspirent qu’à la tranquillité.

 

Oui, c’est un problème de fric, relisons nos billets :

 

 

tout est dit !

 

Comment peut-on envisager de construire à Noisy-le-Grand 7075 logements (20 000 habitants), à l’horizon 2013, sans avoir établi un nouveau Programme Local de l’Habitat (PLH) communal qui, en principe, est l’échelon pertinent retenu par la Loi pour la programmation et l’évaluation de l’habitat en matière d’urbanisme local ?

 

Un PLH comprend : 1- Le diagnostic, 2- L’énoncé des principes et des objectifs, 3- Le programme d’actions. C’est la seule manière de parvenir aux objectifs et aux principes fixés en matière de politique du logement à l’échelle d’une Commune. A Noisy-le-Grand rien de tout cela, mais on travaillerait sur un nouveau PLU ? Serait-il par hasard amputé de certains éléments objectifs d’analyse ?

 

Manifestement, la logique Communale privilégierait le vecteur subvention. Rappelons-nous : « 10 millions d’euros de l’Etat par Eco-Quartier, dans le cadre du Plan Etat-Région 2007/2013, pour Noisy-le-Grand ».

 

En contrepoint, il ne vous aura pas échappé qu’il faut aussi des logements. Le BTP est pourvoyeur d’emplois, mais nos jeunes ne veulent pas embrasser ces professions, alors que la formation professionnelle en alternance de ces secteurs est excellente.....alors ?

 

Nous en convenons, c’est très complexe, la critique est aisée et les solutions ne sont pas écrites dans le marbre, mais il est tout aussi évident que la technocratie de tous les élus n’arrange rien, et que cette hyper croissance se fera au détriment de la qualité de vie des Franciliens par la dégradation de leur environnement.

 

Finalement, le projet Arc Express, peut-être moins fumeux, mais élaboré beaucoup plus démocratiquement est dans un premier temps la véritable urgence. Il aurait pour principale ambition d’améliorer et de renforcer immédiatement l’offre de transport collectif, au plus près des besoins des habitants historiques et des usagers, c’est une priorité. Ensuite, nous verrons.

______

 

Publié dans noisy-les-bas-heurts

Commenter cet article

ADIHBH-V 30/01/2011 18:33



Transport : C’est la révolution ! dit le JDD de ce jour- Bertrand Gréco.


Le gouvernement et la Région ont enfin trouvé un accord mercredi 26 janvier, qualifié d’ « historique « sur la
question cruciale des transports en Ile-de-France, après trois ans de querelles. D’ici à 2025, 32,4 milliards d’euros investis. Soixante-dix gares, une tous les 1 500 m. Deux ombres au tableau
subsistent : Un désaccord sur Saclay et l’opposition des Verts.


Deux Gares à Noisy-le-Grand : Noisy-Mont d’Est et Noisy-Champs.


 






Le Vrai Journalde Noisy-le-Grand 27/01/2011 00:18



GRAND PARIS – « Union sacré du 93 et
du 94 pour le supermétro »- Le Parisien du 25 janvier 2011-Louis  Moulin et Julien Duffé.


Les Conseils Généraux du 93 et du 94 ont dévoilé une proposition commune sur le tracé du futur métro de rocade du Grand Paris. Le
document sera transmis au Ministre Maurice Leroy et à Jean Paul Huchon (Voir
schéma ci-joint)


Une option qui exclut de fait les villes les plus proches de Paris : Pantin, Romainville, ou Montreuil qui est en
colère.


 





 



ADIHBH-V 13/12/2010 20:23



Grand Paris : Les députés ont voté jeudi 09 décembre une augmentation de la Taxe d’Habitation et de la Taxe sur les bureaux. Un effort sera donc encore demandé aux
contribuables franciliens.



Le Vrai Journal de Noisy-le-Grand 28/11/2010 03:04



Arc Express, Le Parisien du 17/11/2010, sous la plume de Sébastien Thomas


Le Conseil Général de Seine Saint Denis a adopté une délibération, à l’unanimité moins trois abstentions, soutenant le parcours du Métro
Périphérique Arc Express qui traverse le département d’Ouest en Est.


Ce tracé est une alternative établie par le Conseil Général lui-même en collaboration avec le Val-de-Marne au tracé initialement établi par le
Stif (Syndicat des transports d’Ile-de-France), qui desservait surtout les villes proches du périphérique.



Le parcours adopté est, lui, plus central et passe notamment par Bobigny, la Ville-Préfecture qui est à ce jour la seule d’Ile-de-France à ne pas avoir de RER. Il compléterait aussi la ligne du
Super Métro qui passe plus au nord, la Seine-Saint-Denis devenant ainsi l’unique département à bénéficier d’une double boucle.



Et pour défendre son tracé d’un peu plus de 19 km, Claude Bartolone avance deux arguments clés : la croissance démographique et la disponibilité foncière. Nous avons beaucoup de
terrains disponibles, 100 ha par exemple à Neuilly-sur-Marne, prêts à accueillir des logements, des bureaux et des commerces. Mais sans transports, ces zones ne pourront pas se
développer. »







28/11/2010 17:23







Le Vrai Journal de Noisy-le-Grand 21/11/2010 18:16



GRAND PARIS / ARC EXPRESS : A l’initiative du Maire de Bry-sur-Marne, les 15 et 17 novembre dernier se déroulait deux
réunions d’informations sur le projet Arc Express-Sud / Orbival, soutenu par l’ACTEP.


Ces exposés abordaient toute la problématique Transport en Commun de l’Est Parisien (Métro, RER A et E, Bus, Grand 8, Arc Express,
Interconnexions, Etc…), pour les prochaines années.


Soirée très instructive ; évidemment Le Vrai Journal de Noisy-le-Grand était présent, comme il était présent à Champigny-sur-Marne la semaine précédente.


A Bry-sur-Marne, fut exposé le 17 novembre le schéma qui semblerait faire consensus depuis le 16 novembre dernier entre le Conseil
Régional et l’Etat. (voir la carte : La double boucle de l’Est Parisien passant par Val-de-Fontenay).


 






JC 21/11/2010 11:28



Non, Alain Cassé  n’est pas encore condamné s’il se Pourvoi en Cassation. Dans un Pays Républicain
le droit de la défense existe, et se respecte. Mais ça a un prix !


 


Dans cette ville, et dans beaucoup d’autres de droites ou de gauche, il n’y a que deux alternatives : collaborer ou bien résister.


 


J’en vois beaucoup qui viennent se justifier, en m’expliquant que la collaboration permet d’éviter que le pire ne se produise. Ils se trompent,
trompent leur concitoyens et généralement ils sont très rapidement laminés par le pouvoir en place. Et puis, il y a la résistance pour défendre des principes et des valeurs humaines, telles que
le droit à la propriété individuelle et les personnes âgées sur les Bas Heurts.


 


La justice Sociale, la liberté d’expression et le respect d’autrui priment avant tout.
Face à un pseudo Intérêts Général complètement bidon, à un certain moment, il faut savoir dire non, stop, pour conserver sa dignité, même si cette voie est difficile et ingrate. La situation de
notre Président de l’ADIHBH-V  en est aujourd’hui une malheureuse  illustration, mais il n’y a pas
d’honneur dans la collaboration.



Alain Cassé 20/11/2010 00:03



 


Effectivement, suite à l’audience du 06 octobre 2010 devant la 4e Chambre Correctionnelle d’Appel de ROUEN, j’ai été pour le moment
condamné en tant que personne civile,  à titre personnel, des faits de « diffamation publique » envers la personne de Michel Pajon, alors qu’à PARIS devant la 17e Chambre Correctionnelle spécialisé de la
presse et devant la 11e Chambre en Appel, Michel Pajon avait été débouté de sa plainte.


 


Aussi extraordinaire que cela puisse paraître, sans être l’auteur du
message litigieux, j’ai été condamné en province, car j’assume aux yeux des internautes et des tiers la qualité de producteur du
blog de l’ADIHBH-V, puisque j’ai pris la responsabilité, en accord avec le bureau, de la réalisation du blog http://noisy-les-bas-heurts.com, espace
de communication au public en vue d’échanger des opinions sur un thème défini, tel que notamment les projets immobiliers sur les Bas Heurts.


 


J’ai déposé un Pourvoi en Cassation. Pour le moment mon dossier est à l’étude. Bien
évidemment, le moment venu, je communiquerai précisément sur le sujet, comme nous le faisons régulièrement.


 


C’est complexe, très technique et  la jurisprudence ce met en place seulement actuellement.


 



alain 19/11/2010 11:45



J'ai entendu dire qu'il y avait une décision de rendu dans le procès que vous fait le Maire, qu'en est il ?? 


 



isabelle 11/11/2010 19:18



Il doit y avoir un problème sur le bon vivre à Noisy et sur la côte de popularité de notre Maire, car il n'a jamais livré dans le journal de Noisy les résultats de son dernier sondage .


Moi, personnellement j'en ai un peu ras la casquette de vivre dans une ville qui


est en chantier perpétuel depuis au moins 10 ans. Circuler en voiture devient galère, en vélo il faut éviter tous les nids de poule et à pied s'est la lutte avec les voitures stationnées sur les
trottoirs. Je me demande si notre Maire utilise les voie de circulation de la ville.


 


 


 


 



Objectif 93 09/11/2010 12:15



 


Il est très rare que le Journal de Noisy-le-Grand se trompe. Pourtant, je
dois préciser, après avoir vérifié le rapport de présentation des Comptes Administratifs 2009, que ce dernier indique une diminution de la population en 2009 de – 4,7% et non 1,9% comme annoncé,
soit environ 2940 habitants, c'est-à-dire 1090 foyers. C’est énorme !


C’est bien simple, dans certains quartiers du centre ville, en vous promenant, lever les yeux et compter les panneaux des Agences
Immobilières, vous comprendrez.


Michel Pajon a beau dire dans son Journal de propagande municipale, qu’à Noisy-le-Grand il fait bon vivre, manifestement tout le
monde n’est pas d’accord.


Alors oui, nous  pouvons nous poser la question : « pourquoi encore 7075 logements d’ici 2013, si ce n’est pour une opportunité de fric ? »


Et si l’on nous bourrait la caisse ?....



Le Vrai Journal de Noisy le Grand 08/11/2010 16:27



Des objectifs tout aussi fantaisistes, puisque vous parlez du Plan Local de l’Habitat (PLH). Jadis, Noisy-le-Grand avait établie
un PLH en septembre 1997, pour une programmation 1996 / 2002. A cette date, la population était estimée à 62 000 habitants.


En novembre 2010, soit 8 ans après, la population de Noisy-le-Grand est de 62 500 habitants. Pire, en 2009, le solde
migratoire fut négatif : -1,9%.


Alors, sur quel diagnostic Michel Pajon se base-t-il maintenant pour construire 7075 logements supplémentaires à l’horizon 2013
(+20 000 habitants) ?


Nous attendons une réponse, mais nous pouvons penser que nous avons la réponse dans le billet ci-dessus ?



Alain Cassé 08/11/2010 10:47



Dans le cadre du débat public sur le Grand Paris, la Commission Nationale (CNDP) parle volontiers de la « valorisation de l’habitat autour des nouvelles gares ».


 


Elle passe sous silence que fut institué dans le cadre de la Loi du 03 juin 2010 relative au Grand Paris, une taxe forfaitaire sur le produit de la valorisation de certains terrains et immeubles sur le territoire de la
région d’Ile-de-France.


 


Cette taxe sera affectée au budget de l’Etablissement Public « Société du Grand Paris ». Elle est exigible lors de la
cession à titre onéreux de terrains nus et immeubles bâtis, et se situant dans un périmètre défini ultérieurement, qui ne pourra s’éloigner de plus de 800 mètres d’une entrée de gare de voyageurs
prévue pour un projet d’infrastructure, au titre duquel la taxe a été instituée, ou de plus de 1200 mètres avec un taux de la taxe de 7,5% au lieu de 15%.


 


La taxe sera exigible sur une période de 15 ans à compter de la publication ou d’affichage de la Déclaration d’Utilité Publique
(DUP) du projet considéré. Cette taxe sera due par le cédant. Ce ne sera pas anodin.


 


Lors de la réunion de Noisy-le-Grand, le jeudi 04 novembre, Vincent EBLE, Président du Conseil Général du Val de Marne a
clairement exposé ses craintes sur le financement de ces chantiers.


 


Moi je pose la question : Cette nouvelle taxe forfaitaire sur le produit de
la  valorisation des terrains ne peut-elle pas être affectée au budget du Syndicat des Transports d’Ile de France (STIF), afin de soulager la dépense
des usagers, au lieu de l’affecter au budget de la Société du Grand Paris, émanation publique, qui sera un trou sans fond ?


 



ccpounder 07/11/2010 18:36



Oui pour le rattrapage sur la solution transports.


Non à l'opportunité que verraient les élus et promoteurs avides de bonnes affaires pour recréer des logements champignons sur le pourtour des gares futures du Grand Huit occasionnant la
concentration sur et autour de la capitale. Les italiens ont une grande ville thématique tous les 100 kms, les allemands, des länders, .. et ça fonctionne. Le problème de la France est qu'elle en
est toujours au XIVème siècle dans la tête des grandes écoles (ponts, polytechnique) car elle place le prestige au dessus de tout !  Quitte à rendre la vie des citoyens
parfois très compliquée.


En cela les associations de défense de l'environnement ont un rôle à jouer à condition qu'elles ne soient pas noyautées par les extrêmes genre Al Queada de l'environnement. Vous ne me pardonnerez
pas ce terme mais il faut tout de même être conscient que certains partis, en perte de reconnaissance, tentent par ce moyen de trouver à se "refaire". Et ce n'est pas bien difficile car la peur
de l'inconnu est un outil efficace et la méconnaissance du sujet un terreau fertile...



Jean Rémy 07/11/2010 09:39



Je ne sais pas quel projet est le plus démocratique ? Ou tout simplement c’est le fait qu’il y a 2 projets qui est démocratique ?
Moi personnellement, j’ai entendu parler du projet Arc Express après celui du Grand Paris et à son exposition au palais de Chaillot il y avait plusieurs idées de tracé.


Je n’ai pas regardé, étudié celui qui à le plus d’impact sur l’organisation urbaine, la centralité, la logistique, la mobilité, le non bâti,
la proximité, etc. à cause du temps à y consacrer. Mais de façon intuitive et en superposant les 2 projets et vu l’exposé du 4 novembre à Michel Simon, une solution mixte peut être possible et
pourquoi pas complémentaire dans le futur comme cela à pu être fait pour le métro, car les 2 solutions sur le long terme paraissent nécessaire. De plus cela sera en faveur de l'est
Parisien.


Ce qui ma plu dans l’étude du grand Paris c’est que l’on a tenu compte de l’espace disponible, sans détruire systématiquement tous les espaces
existant ou réservé.


Ce projet va s’étaler sur plusieurs années et si on connait à peu prêt la date de début, la date de fin de la réalisation du projet de cette
ampleur est moins certaine. Il a fallu combien de décennies pour créer le périphérique, l’A86 et la francilienne qui n’est pas terminée et qui a leur terminaison sont devenu quasi
obsolète ?


 Ou il peu y avoir une injustice, c’est que si on commence par l’ouest (A priori
c’est ce qui a été sous entendu jeudi dernier) et on fini par l’Est Parisien.


 Pour moi là il y a un problème ! Car si on commence par l’ouest il y a en
première approche une meilleur rentabilité financière (du par le financement des entreprises) et si on fini par l’Est, l’écart au niveau du nombre des emplois va se creuser et qu’il sera de plus
en plus difficile de le rattraper dans le temps.


Alors que pour équilibrer les transports je pense qu’il faut équilibrer en priorités les emplois/logements et commencer dans ce cas par
développer les transports l’EST parisien pour faire venir des entreprises et dans ce cas là commencer par l'EST parisien. Il faut aussi accepter qu’ils ne se fassent que dans des espaces non
occupés et Noisy Champs me parait bien situé pour cela. De plus enfin la zone industriel des Richardets pourrait enfin se développer, mais cela étant aussi un autre sujet.


  Et comme vous avez écrit, « le
sujet est trop complexe ».


Merci pour permettre de s’exprimer sur votre site, et qui permet aux Noiseens de confronter des idées.


 



domitille 07/11/2010 00:53


surtout n'hésitez pas à publier ce genre de contribution sur le site de la communauté des blogs citoyens... c'est à celà que ça sert ! amicalement