"Concertation..." phase 5 sur Les Bas Heurts

Publié le par ADIHBH-V

 

 EN MISSION DE

"CONCERTATION",

LES CONSEILLERS

DE QUARTIER

DÉBARQUENT

SUR LES BAS HEURTS !

concertation - photo 1

Embrassades, accolades, franches poignées de mains. Manifestement, le 14 octobre dernier, nous baignions en pleine ambiance politico-citoyenne. Visiblement le public se connaît et il est content de se retrouver. Astreints aux bavardages, nous attendons l’Architecte du Cabinet DEVILLERS et la réunion peut enfin commencer.

Comme à l’accoutumée, puisque nous en sommes à la sixième réunion de concertation, Pierre GUILBAUD, Directeur de l’Urbanisme et de l’Aménagement de Noisy-le-Grand, tel un Maître de cérémonie, plante le décor. Il présente la réflexion qui a eu lieu depuis juin dernier ; l’aménagement de Maille Horizon Nord ; les 880 futurs logements du site ; le lycée International en construction ; l’aménagement des terrasses en cours ; l’implantation du Parc Urbain ; l’aménagement de l’avenue Montaigne dont les bouches d’égouts distinguent le tracé, et l’aménagement du Clos aux Biches

Quatre réunions thématiques ont déjà été menées depuis juin 2014 sur les sujets suivants :

       Espaces publics et équipements, développement durable,

       Logements, formes urbaines, commerces et services,

       Circulations et déplacements doux, (on a essayé de débroussailler !....)

       Rencontre avec les propriétaires pour présenter les modes d’acquisition et le phasage des procédures (1).

Quinze personnes étaient présentes aux premières réunions, et 50 personnes propriétaires s’étaient déplacées à la quatrième réunion thématique, pour entendre  la charmeuse et réconfortante mélodie du « on n’exproprie pas ».....

En ce 14 octobre 2014, 28 personnes sont présentes en début de réunion, dont trois Adjoints au Maire responsables des Conseils de Quartiers. Il n’y a pas eu de liste d’émargement à l’entrée. La salle est apparemment docile, et il s’agit d’entendre quelques Conseillers de Quartier de Noisy-le-Grand sur ce que « l’on pense de la démarche ». En bref, mettre le débat sur la table !

Comme chaque fois, nous enregistrons la séance pour en faire bon usage si les propos ont du sens.

L’architecte du Cabinet DEVILLERS présente le projet :

En fait, une romance idyllique que ce futur secteur du Clos aux Biches !...

Ce sera la suite du secteur de Maille Horizon-Nord, pour laquelle le Président de l’ADIHBH-V a déjà délivré un témoignage de satisfaction lors d’une réunion publique. Que dire d’autre…, que c’est vraisemblablement une garantie de succès pour les élus et les urbanistes présents !

 Nos esprits sont "sous le charme", nous voyons déjà les biches gambader dans la « promenade jardinée » qui reliera le plateau du Mont d’Est au Sud, à la Marne au Nord... Pour faire plaisir à nos Ecolos Noiséens bien silencieux, nous conserverons même, si l’on peut, quelques arbres remarquables !..... Mais oui, mais oui, c’est charmant la densité urbaine avec 1500 logements dans un secteur totalement enclavé. Mais c’est secondaire puisqu’il y aura une certaine mixité typologique de l’habitat, une mixité sociale, des voies "apaisées" et des "venelles" qui nous permettront de rejoindre facilement le Cinéma « Le BIJOU » en Centre Ville et le RER de Noisy-Mont d’Est à pied ou en vélo pour les plus intrépides.

Pour s’en convaincre, il suffit de se rapporter régulièrement aux commentaires qui fusent, lors des réunions du Conseil Consultatif du Quartier Ouest, sur la propreté et l’entretien de certains quartiers de la ville nouvelle...

Le 06 novembre 2014, lors de la prochaine réunion publique qui tirera vraisemblablement le « bilan de cette concertation », le Cabinet DEVILLERS nous présentera d’autres éléments plus aboutis.

Les bulldozers approchent, le calendrier administratif d’aménagement du Clos aux Biches est prêt (1):

L’exposé est terminé, quelques questions sont posées pour donner du contenu et nous rassurer : « Y aura-t-il un droit de priorité de relogement laissé aux expulsés ? ». « Sur quelles bases se feront  les indemnités, versées aux expropriés ? » (NDLR : des expulsions ne sont pas à l’ordre du jour aujourd’hui).

A chaque fois, les réponses sont professionnelles et rassurantes de la part de Pierre GUILBAUD. Néanmoins, quelques fois agacées, un peu d’ailleurs comme la salle à cet instant, lorsqu’un membre du CCQ OUEST rappelle que dans certains cas les transactions finales sont contraintes, et que la Ville (ou la SOCAREN dans ce cas), fait des acquisitions bien en dessous de l'estimation de FRANCE DOMAINE.

Ce rappel évidemment dérange, mais l’ADIHBH-V dispose de tous les éléments justificatifs. Cerise sur le gâteau, on reproche même aux membres des Bas Heurts de parler pour leurs petits deniers,...... et de prêcher pour leur propre chapelle. Les esprits s’échauffent.

Dans ce genre de réunion préfabriquée, le silence des idées pertinentes relatives à l’aménagement urbain est redoutable, il faut avoir les nerfs solides.

Hou, HOU, -photo 2

Qu’à cela ne tienne, les nantis des Bas Heurts en remettent une couche en précisant que cette noble assemblée des Conseillers de Quartiers n’est pas le signe d’une démocratie bien vivante, puisque, même si nous pouvons saluer le dévouement de quelques conseillers courageux encore actifs après deux ans de mandat, sur les 75 qui ont été tirés au sort il y a deux ans, 25 autres ont été nommés d’office par le Maire sur des critères inconnus du grand public. Face à ce questionnement qui devrait permettre de tirer un enseignement qui renforce la réflexion, certains conseillers ‘amis’ (sic) émettent quelques onomatopées simulant le bruit du hibou : hou, hou, hou,….

La séance allait se terminer, lorsqu’un membre consulté érudit compare les projets urbains du Maire de Noisy-le-Grand à ceux du Baron Eugène HAUSSMANN qui a dirigé les transformations de Paris sous le Second Empire (1852-1870).

Baron Haussmann - Photo 3

La similitude est flatteuse et mériterait la Médaille de la Ville lors de la prochaine cérémonie des vœux, de janvier 2015. Toutefois, la déclaration de notre historien est partielle. Il aurait du préciser que l’œuvre du Baron HAUSSMANN n'en reste pas moins contestée à cause des sacrifices qu'elle a entraînés.

En outre, les méthodes employées ne s'encombraient pas des principes démocratiques, ce qui lui valut d'être surnommé "L'Attila de l'expropriation", selon Jean des Cars. Les manœuvres financières étaient bien souvent spéculatives et douteuses, comme l'a décrit Emile Zola.

Enfin, la bulle spéculative immobilière entraînée par ces travaux, a nourri la bulle financière qui s'est achevée par le krach de 1873. Plus tard, les lois d'expropriation ont entraîné de nombreuses contestations et poussé à la faillite de nombreux petits propriétaires qui ont vu leurs biens détruits. En parallèle, les nouveaux règlements imposaient des constructions d'un niveau de standing élevé, excluant de facto les classes les moins aisées de la société parisienne.

Comme quoi, l’histoire urbanistique est sans fin !

Pour conclure, Pierre GUIBAUD invite les ‘amis sur qui nous pouvons compter’ (sic à nouveau) au pot de  l’amitié. Réception respectant tous les égards, les petits fours remplaçant les classiques et fades biscuits apéritifs, servis à l’issue de certaines réunions de concertations populaires et moins prestigieuses. Comme on connait ses saints, on les honore…..

JD-L.

Conseiller du Conseil Consultatif du Quartier Ouest

Exceptionnellement……

Exceptionnellement, le Conseil d’Administration de l’ADIHBH-V a décidé de ne pas mettre en ligne le débat de cette parodie de concertation du 14 octobre 2014, jugeant que les propos belliqueux de certains protagonistes, ne méritaient pas un tel honneur sur notre blog associatif http://www.noisy-les-bas-heurts.com

AC

Président de l’ADIHBH-V

_______

(1)- Calendrier administratif de phasage :

Fin  2014 :   Fin de la première concertation.

1er semestre 2015 : 

       -  Etudes préalables,

       -  mise à disposition de l’étude d’impact,

       -  approbation du dossier de création de ZAC

2ème semestre 2015 :

       Etudes  pré opérationnelles,

       2ème phase de concertation préalable à la réalisation de la ZAC

       mise à disposition de l’étude d’impact mise à jour

       enquête publique pour la modification du PLU.

1er trimestre 2016 :

       Etudes  opérationnelles

       Approbation du dossier de réalisation de la ZAC

2ème trimestre 2016 :

       Réalisation des espaces publics

 

Publié dans noisy-les-bas-heurts

Commenter cet article

Eugéne 15/11/2014 22:16


Dans cette affaire de Concertation avec les Conseillers de Quartiers, la municipalité de Noisy-le-Grand entretien des rapports
ambigus avec les Conseillers désignés par le Maire. Avec cette nouvelle méthodologie qui va se généraliser, le Maire va systématiquement les mobiliser sur des projets qui servent de vitrine à sa
politique, et pour lesquels il faut faire la claque.


Mais une fois en réunion, hormis des généralités, ils sont incapable d’avancer une idée originale constructive. Avec ces
« pots de fleurs », c’est tout simplement la négation de la compétence citoyenne !

ADIHBH-V 04/11/2014 08:16


Merci Julien pour cette contribution sérieuse et détaillée. Manifestement, vous êtes Campinois et devez résider dans le
secteur.

Alain Cassé - Président de l'ADIHBH-V 02/11/2014 19:06


 


Sur le secteur du Clos aux Biches, qui deviendra en juin 2015 la ZAC du Clos aux Biches, nous retrouvons un processus de
« densification forte » du tissu pavillonnaire qui est le fait d’une politique interventionniste pilotée par la municipalité, mais pas seulement.


 


Différents protagonistes de premier plan interviennent également au travers d’un système d’actions complexes, soit : La ville
de Noisy-le-Grand, La SPL SOCAREN, l’Etablissement Public Foncier d’Ile-de-France (EPF IdF), la Région
Ile-de-France, l’Etat et bien évidement les propriétaires.


 


Si ces protagonistes forment ainsi un premier système d’action complexe, Il faudra attendre la réalisation des travaux de voirie
et réseaux divers (VRD) sur les parcelles dont la commune est propriétaire, pour parvenir à la phase de construction effective d’une partie des logements prévus. A ce moment là, d’autres acteurs
entreront dans le système d’action, tels les bailleurs sociaux et promoteurs immobiliers qui interviennent en aval du projet comme acheteur des droits à construire sur les terrains
équipés.


 


Il est bien évident que, même s’il s’agit d’une influence indirecte, ces acteurs de deuxième rang (ICADE, I3F, Les Nouveaux
Constructeurs), etc.., sont dès maintenant dans la course ; ils doivent être pris en compte dans le système d’action de la densification pharaonique du quartier des Bas Heurts, car ils
jouent un rôle dans la genèse politique du projet d’aménagement.


 


Ceci dit, depuis 2004, ce processus de « densification forte municipal» par opposition à un processus de
« densification douce de l’ADIHBH-V», à eu pour effet de développer chez les habitants des Bas Heurts une stratégie de défense qui a
fortement ralenti le projet d’urbanisation, du fait des nombreux recours contentieux déposés par l’ADIHBH-V.


 


Si dans la nouvelle démarche de concertation initié le 17 juin 2014, présentée comme un processus démocratique, concertée, ouverte
et indéterminée, devait se traduire dans quelques mois simplement par un dispositif participatif réduit à une simple information, sous la domination
du savoir expert du Cabinet d’Architecture DEVILLERS, de la technocratie et du Capital (promotion immobilière), nous irons encore une fois dans le
mur, et mettra la commune en difficulté vis-à-vis de ses engagements en matière de construction de logements.


 


Alors évitons de reproduire en 2014 les mêmes erreurs de 2004 qui auront les mêmes
effets, si les résidents des Bas Heurts vivent ce processus de densification de manière douloureuse, en mettent de côté leur expertise citoyenne.

Le Toulousain 31/10/2014 21:13


La démocratie continue d'etre sans cesse mise à mal, par l'oubli de nos élus que leur mandat est éphémère ou pour certain trop long car non légiférer pour une periode données. Il y a des
idéalistes orgueilleux qui en oublient la simplicité de la vie. Le quartier des Bas Heurt est la preuve que les élus n'écoutent plus leur concitoyens qui  ne veulent que débatre et trouver
des solutions en bonne intelligence.


Ce blog est tellement fournis de preuves irréfutables d'incohérence de la municipalité, que nous ne pouvons que continuer à soutenir leur dévouement citoyens.


BRAVO.

Alain Cassé 30/10/2014 17:44


Une autre forme de faire de la Concertation, mais de la vraie !. Lu dans le FIGARO ce jour sous la plume de Jean-Baptiste
GARAT : « Alain JUPPE : Pour réaliser un Ilot, auparavant, le Maire s’adressait à un
Architecte. Aujourd’hui, on réunit les riverains pour leur demander ce qu’ils veulent que l’on en fasse ».


Sur le Clos aux Biches, l’utilisation de l’Architecte Christian DEVILLERS, qui est un homme de valeur, et à l’origine de
l’urbanisme moderne de ces dernières années, devrait inculquer à Michel PAJON ces nouvelles méthodes qui sont développées à BORDEAUX. La Société évolue, aujourd’hui l’habitant dispose aussi d’une
expertise citoyenne.

Michel 28/10/2014 17:10


La démocratie est bien malade pour que l'on ne puisse débattre sans se faire huer ou rembarrer !


J'en veux pour preuve, l'excellent article citoyen de ce blog noiséen (On a le droit de voir rouge..) qui tient régulièrement ses concitoyens informés
avec une honnêteté et qui n'est pas là pour faire de l'obstrucion systématique...

Isabelle 28/10/2014 17:00


Petit rappel , si je me souviens bien: Les Conseillers de quartier sont tirés au sort pour quinze d’entre eux par quartier, et cinq sont
nommés par M. Pajon.


 (5 quartiers de 20 conseillers)


Soit 25 conseillers nommés par le Maire et 75 tirés au sort…..


 


Sachant qu’il y avait 28 conseillers présents à cette réunion dont trois concernés par le projet, faut il en déduire que les
25 autres, étaient les conseillers nommés par la mairie ?


 

28/10/2014 17:22



Comme il n'y a pas eu de liste d'émargement à l'entrée, il nous est impossible d'affirmer quoique ce soit à ce sujet.



Issard 28/10/2014 16:47


 


Oh,…c’est ce que la Commune appelle le « Mieux vire
ensemble »..


 


Une seule solution est acceptable dans le cadre d’une concertation, c’est la
Co-élaboration des projets urbains avec les habitants des quartiers impliqués et les Cabinets d’Architectes.


 


Tout le reste c’est de la daube, et une vaste mascarade en faisant croire aux habitants qu’ils vont peser sur les
décisions. Maintenant, les Conseillers Consultatifs de Quartiers ne sont que des « faire valoir » des décisions du Maire.


 


Faites le compte, sur 100 Conseillers (20 x 5), 25 sont désignés par le Maire. Il y avait 28 présents : 25 + 3
Adjoints au Maire, le compte est bon.

ADIHBH-V 28/10/2014 17:21



Il y avait trois délégués des Bas Heurts présents, qui ont donc pu vous faire ce compte rendu.
Comme il n'y a pas eu de liste d'émargement à l'entrée, il nous est impossible d'affirmer quoique ce soit à ce sujet.



Josiane 27/10/2014 09:07


Selon Michel PAJON, Maire de Noisy-le-Grand, associer les Conseils Consultatifs de Quartiers au
débat public relatif à l’aménagement urbain,  permettrait d’améliorer la qualité des quartiers et de leurs habitants ?


 


Il s’agirait de donner la parole, d’écouter, de dialoguer, de critiquer mais aussi de prendre en
compte les besoins des habitants dans les projets et les réalisations. Bref, dynamiser le lien social !


 


Au vu de cette première expérience du 14 octobre, sur le projet urbain des Bas Heurts, moi je dis
bof bof,…Au niveau du dialogue, nous avons atteint les sommets lorsqu’un Membre Consulté hostile s’époumone à l’encontre d’un membre des Bas Heurts : « Tout le monde se fait ‘niaquer’, alors ne venez pas nous bassiner avec vos histoires. Même moi, je me suis fais
‘niaquer’ par un Notaire ». Effectivement, c’était une référence. Fallait-il comprendre qu’il s’était fait mordre par un Notaire, escroquer ou rouler dans la
farine ?


 


C’était ce soir là, le centre du projet urbain, qui dynamisait le lien social sur la ville. Peut
mieux faire !