Le collège n°5 finalement baptisé "François Mitterrand"

Publié le

  
LE COLLEGE N°5
DU QUARTIER
DES BAS-HEURTS,
EST ENFIN BAPTISE !...


 

PHOTO Coll-ge 1

 

Sur les Bas Heurts, rien n’est jamais simple, puisque cet établissement est resté plus de 5 ans un simple numéro. Ouvert en septembre 2004, ce Collège aurait dû s’appeler Anita CONTI ou Anne FRANK, ce sera François MITTERRAND.

Finalement il a été baptisé le vendredi 29 janvier 2010 par le Président du Conseil Général de Seine Saint Denis, en présence de Gilbert Mitterrand, fils de l’ancien Président de la République (1981-1995).



PHOTO inauguration 2 (1)



Toutefois, cette appellation ne fait pas l’unanimité, et la méthodologie utilisée semblerait contestable. En effet, nous rappellerons que c’est à la demande du Conseil Général qu’une réflexion avait été engagée avec les élèves et toute la communauté éducative. A ce moment là, le cahier des charges du Conseil Général recommandait que le nom choisi soit celui d’une femme. Aussi, la dénomination « Anita CONTI »[1], était le fruit d’un travail pédagogique de toute une année scolaire, impliquant plusieurs classes et professeurs de plusieurs disciplines .

Afin de bien illustrer que cette démarche pédagogique était le résultat d’un acte fondamental de l’apprentissage de la citoyenneté et de la démocratie, à l’issue de ce travail, un vote solennel avec urne et isoloir auquel a participé l’ensemble de la communauté éducative, entérine le choix d’Anita CONTI, première femme océanographe française. Emmanuel CONSTANT pour le Conseil Général,  Dominique DE COSTER et Roger MARTINOVSKY pour la Ville, membres du Conseil d’Administration du Collège, entérinent ce choix à l’unanimité.

Toutefois, la Municipalité n’est pas satisfaite et lors du Conseil Municipal du 22 juillet 2004, Michel Pajon fait voter une délibération annonçant la désignation d’Anne FRANK [2], qui témoigne de valeurs de tolérance et d’humanisme.

Ainsi, chemin faisant, les années passent et le Collège reste un numéro, jusqu’au jour ou en mars 2008, le Conseil Général de Seine Saint Denis bascule aux mains du Parti Socialiste, et met les pieds dans le plat ! Puisque le désaccord subsiste dit-il : nous avons choisi une troisième voie, avec François MITTERRAND. Et afin de bien valider ce choix le Conseil Général affirme: « d’autant que les élèves qui avaient choisi le nom d’Anita CONTI, ainsi qu’une partie des Enseignants, ne sont plus dans l’Etablissements » (Le Parisien du 29 janvier 2010-Sébastien THOMAS)

Alors là, c’est l’apothéose ! Si maintenant les règles républicaines de la démocratie sont liées aux aléas des flux migratoires des électeurs, il va falloir débaptiser rapidement un certain nombre de rues, de piscines, de stades, de places publiques et d’avenues.

En fait, en décidant de donner une troisième appellation à ce Collège, le Conseil Général remet en cause le vote des élèves, de la communauté enseignante et balaie d’un revers de main le travail fourni.

La décision passe très mal auprès de certains parents d’élèves et de leurs fédérations. A l’heure où l’éducation de la citoyenneté et du civisme est une priorité dans nos banlieues, tout le monde se pose la question de l’exemple que les hommes politiques donnent aux collégiens. Quelle image et quelles leçons retenir pour les enfants d’une telle déconvenue ? Quelle image dégradante de la démocratie pour les forces vives de demain ?

Alors oui, toujours selon Le Parisien, pour quelques élèves d’aujourd’hui, c’est plutôt l’indifférence. « Si on m’avait demandé mon avis, j’aurais préféré Eminem » pouffe un collégien. Comment le désavouer, comment lui expliquer, tellement ensuite il sera difficile de lui donner des leçons de morale ?

Non, nous ne dirons pas que cette posture politicienne est minable, car à l’ADIHBH-V nous avons le sens de la mesure, mais nous dirons tout simplement quelle est inconvenable et peut  reluisante.

Mesdames et Messieurs les professeurs de vertu, avant de pousser des cris d’orfraie et de nous donner des leçons de civisme, revoyez votre leçon.

_______


Sur la photo : Mrs Philippe PIRAUX, Sous-Préfet du Raincy - Claude BARTOLONE, Président du Conseil Général - Jacques MAHEAS, Sénateur – Gilbert MITTERRAND, Michel MIERSMAN, 1er Adjoint - Michel PAJON, Maire de Noisy-le-Grand.
 

[1] Anita CONTI, passionnée d'évasion et d'océan, embarque très tôt sur des navires de pêche où elle découvre le rude métier de pêcheur. Après la 2e Guerre Mondiale elle s'embarque pour l'Afrique. Elle établira les cartes de pêche des côtes de l'Afrique Ouest.

Rapidement détachée à bord d’un navire de recherche océanographique, elle effectuera plusieurs missions où la photographie s'avérera un outil précieux pour ses observations.

Elle a laissé 40 000 photographies, une dizaine de films, des livres, des notes, des poèmes, pour décrire la dureté de la vie des pêcheurs. Partout où elle allait, dans tout ce qu'elle écrivait, la mer était là.

Née en 1899, elle s'est éteinte à Douarnenez le 24 décembre 1997, une nuit de tempête.


[2] - Anne FRANK, est une adolescente Allemande juive qui a écrit un journal intime alors qu'elle se cachait avec sa famille à Amsterdam pendant l'occupation allemande, durant la Seconde Guerre Mondiale.

Après deux ans passés dans ce refuge, sa famille est trahie et déportée vers les camps d'extermination nazis. Sept mois après son arrestation, Anne FRANK meurt du typhus dans le camp.

Le Journal intime d'une adolescente, décrit comme le travail d'un esprit mature et perspicace au destin tragique, a fait d'Anne FRANK l'une des victimes emblématiques de la Shoah. Il a été traduit du néerlandais en de nombreuses langues et est devenu l'un des livres les plus lus dans le monde et plusieurs films, téléfilms, pièces de théâtre et opéras en ont été tirés.

__



 

Commenter cet article

Forges d'AURIN 13/02/2010 21:07



Mars au féminin, « Le combat pour les
droits des femmes reste un combat pour l’égalité » claironne Nicole Palaysi (adjointe au Maire déléguée à la Vie Associative), en s’affichant gaillardement comme tous les mois dans
le dernier Noisy mag.


Après la démonstration grotesque de l’affaire Anita Conti du 5ieme Collège qui, que je sache, était une adolescente, Nicole
Palaysi parade trois semaines après en vantant tout un combat pour l’égalité des droits de la
Femme.


En terme de culture pour l’égalité des
droits, je dirais à Madame l’Adjointe au Maire dans ce cas d’espèce, poursuivez vos recherches pour le moment, et revoyez vos hypothèses, car sur ce Collège, vous conclusions sont
erronées !C'est grotesque....



Jordan 13/02/2010 01:28


Ancien élève de ce collège, je suis déçu. Déçu que le motif du changement de nom soit "Ça fait longtemps".

Notre choix reste ancien, mais persiste toujours. Le collège aurait dû s'appeler Anita Conti.

Malgré cela, je ne vois pas du tout l'utilité d'un changement. No 5 ça sonnait bien.


Doug 06/02/2010 22:22



Belle "leçon de démocratie"!


Dangereuse pour l'avenir.


 


Cela pousse les gens à ne plus aller voter et ne plus croire dans les institutions.


 


Peut être est ce le but recherché sur le long terme pour asseoir un pouvoir de fait.


Mais dans ce cas, attention, quel que soit le bord politique, quand les révoltes surviennent...



Jean Rémy 05/02/2010 18:55



Merci d'avoir fait cet historique. C’était peut être dans le programme
du maire, du conseil général ou autre de ne pas respecter le sois disant cahier des charges. On peut mieux comprendre certaine décision, concertation, etc.  de la ville de Noisy le Grand sur d’autre sujet.......



ccpounder 04/02/2010 10:58



On ne peut que souhaiter que la déception de ces jeunes qui ont mené des travaux de recherches particulièrement intéressants les amène à
réfléchir sur les pratiques de certains politiques et de leur usage du pouvoir ; qu’elle les renforce dans leur apprentissage des fondements de la démocratie et leur propre avenir en tant
que citoyens, peut-être même futurs élus.




Francky 04/02/2010 05:58


Une fois élu, le représentant du peuple se moque bien de l'avis de ses élécteurs (jusque aux prochaines éléctions).
Contrairement à vous, je trouve que c'est une bien belle leçon de démocratie qu'on eu là les éléves et équipes éducatives.
;-)


Dominique de Coster 04/02/2010 00:03


Vraiment dommage pour la démocratie et pour les jeunes ! Que penser d'un vote qui n'a pas été pris en compte ? Quand on entendra "voter, ça ne sert à rien !", on
pourra se dire que ce n'est pas tout à fait faux !
Et pour les femmes ? Qu'en dire ? A l'époque, il avait été demandé que le nom du collège soit celui d'une femme. Pourquoi a-t-on une fois de plus imposé un nom d'homme ? Pourquoi à Noisy le Grand
n'y a-t-il aucun collège sur les 5 qui porte un nom de femme ! Simple anecdote: le député-maire, le conseiller général et le président du conseil général sont des hommes ... "Parité" vous avez dit
"parité" ???