Des programmes immobiliers à deux vitesses.

Publié le par adihbhv

photo non contractuelle

A NOISY LE GRAND : DES PROGRAMMES IMMOBILIERS A DEUX VITESSES.
(Et si c’était « les copains et les autres » ?)
_____

BOUYGUES IMMOBILIER : AH NON !

Le 15 décembre 2005, le Maire de Noisy le Grand fait voter en Conseil Municipal un nouveau Périmètre d'Etudes sur le quartier de La Varenne.
Monsieur le Maire souligne que la définition d'un Périmètre d'Etudes sur le secteur n'a pas pour objet de permettre la réalisation future d'une opération publique d'aménagement urbain (comprenez pendant cette mandature !), mais de maîtriser l'évolution de ce quartier de manière à éviter des constructions anarchiques et hétérogènes.
 
En fait, l'instauration de ce Périmètre d'Etudes devrait constituer un moyen d'éviter une évolution incohérente de ce quartier, et poursuivre les objectifs définis ci-après, entre autres :

 

            - garantir un renouvellement urbain maîtrisé,

 

            - favoriser la réalisation de programmes de logements diversifiés intégrant une proportion adaptée de logements locatifs sociaux ou privés,

 

            - préserver un équilibre harmonieux entre différentes formes d'habitats,

 

            - etc,….

Enfin, le Maire souligne que cet outil permettra à la commune d'opposer un sursis à statuer à toutes demandes concernant des travaux de construction ou installation de nature à compromettre ces objectifs.

Voilà pour le procès verbal officiel et policé. Toutefois, lors de cette séance le discours argumentaire fut plus édifiant. En fait, nous apprenions qu'il s'agissait d'un promoteur immobilier qui achetait par ci par là, rue des Ormes et rue Carnot quelques parcelles de terrain à qui voulait bien vendre. Et voilà que maintenant, possédant 4500 m² de foncier, l'intrus se permettait de déposer un permis de construire en décembre 2005 pour réaliser un immeuble qui, vous vous imaginez l'imposture, ferait de l'ombre aux pavillons voisins.

Aussi, l'ADIHBH-V, grand amateur d'histoires Pajonesques a enquêté encore une fois sur cette sombre histoire. En fait, il s'agissait de la société BOUYGUES IMMOBILIER, qui voulait construire  un immeuble R+3, de 100 logements, dont 40% en accession par le 1% patronal, ce qui est aussi, lorsque vous êtes salarié d'une entreprise, une façon bien sympathique d'obtenir un logement. Par ailleurs, nous apprenions aussi que ce projet n'était pas tombé du ciel par enchantement, et que la société BOUYGUES IMMOBILIER était en contact et avait présenté son projet à la Mairie dés juillet 2005. Depuis, elle a même amendé son projet afin de passer sous les fourches caudines de Monsieur le Maire, avec 25% de logements sociaux et 25% à taux zéro. Cependant, depuis plusieurs mois, ce dernier est aux abonnés absents et ne manifeste aucun empressement à recevoir ce promoteur et accorder le fameux permis de construire, alors que les prix de vente des logements étaient en moyenne inférieurs de 20%, à ceux des NOUVEAUX CONSTRUCTEURS sur le programme du Carré Renaissance, en centre ville.  Bizarrement, maintenant les demandes de logements ne sont plus une priorité à Noisy le Grand. Comprendra qui pourra !...

Néanmoins, depuis février 2006, pour ces propriétaires qui avaient signé des promesses de vente avec BOUYGUES, les préemptions urbaines de Monsieur le Maire tombent comme à Gravelotte. ( le 02/02/06 : 8 rue du Buisson; le 08/03/06: 11 et 11bis rue Carnot; le 22/03/06: 15bis rue des Ormes, etc…).Pour ces braves personnes qui sont coupables d'avoir offensé le premier magistrat de la ville en ayant une relation suspecte avec le diable, la sanction fut immédiate, puisque les prix proposés par la Mairie sont aujourd'hui inférieurs de 50%, voir plus, par rapport à  ceux de BOUYGUES IMMOBILIER, n'en déplaise au Comité de Rédaction du Bulletin d'Information du Parti Socialiste diffusé sur Noisy au Printemps 2006. Ce dernier stigmatise l'UMP en mentionnant qu'il affirme des mensonges en annonçant une dévalorisation de 50% du patrimoine immobilier des habitants du quartier, suite à la mise en place du Périmètre d'Etudes. Et bien, nous y sommes, Monsieur le Secrétaire de Rédaction, et ce n'est pas bien de raconter des "carabistouilles", même si nous savons tous que dans l'enseignement, nous pouvons raconter n'importe quoi, à condition de le dire avec de la conviction.

MONTOIT IMMOBILIER : MAIS OUI !

Où cela devient encore plus cocasse, c'est lorsque nous apprenons que la société MONTOIT IMMOBILIER, bien connue sur Noisy le Grand, va construire un programme de standing de 97 logements, rue de la Haute Maison et rue du Maréchal Juin. (PC 9305105 C 0069, en date du 31 mars 2006). D'un coté, c'est du R+6+Combles (H=22,4 m) et de l'autre du R+2+Combles (H=10,8m). Mais attention, ici, cela ne fait pas d'ombre chez les voisins. Et pourquoi cela ne fait pas d'ombre chez les voisins ? Tout simplement parce que l'Architecte du projet MONTOIT est Monsieur LEMEUR de Montreuil (93). Il est bien connu, M. LEMEUR, à Noisy le Grand, c'est l'Architecte de la ville sur la ZAC du Clos aux Biches, c'est celui qui confondait le 07 octobre 2004, salle Gérard Philippe, une maison fraîchement ravalée, alors qu'il s'agissait en fait d'une maison Sarde réalisée en 1998 par l'Architecte Claude BACH, Grand Prix de ROME.

Et lui, M. LEMEUR, il semblerait bien maîtriser l'orientation du soleil (!!!), jamais d'ombre chez les voisins. Nous avons consulté les propriétaires du 8 quater, rue de la Haute Maison, mais, a priori, ils ne sembleraient pas convaincu par les capacités astronomiques de l'apprenti astrologue. Nous nous demandons bien pourquoi ?

Bien évidemment, lorsque une Noiséenne à la recherche d'un logement social a posé la question de savoir si elle pouvait trouver un logement social pour sa fille de 30 ans qui voulait décohabiter, et qu'elle était, elle même en instance de séparation de son concubin, elle s'est entendue répondre que ce programme n'était pas encore commercialisé, mais que ce serait de toute façon des logements de standing et non du social. Circulez, il n'y a rien à voir chez MONTOIT, Noiséens, Noiséenes soyez raisonnables, ne confondez pas avec la ZAC du Clos aux Biches.


ET ENCORE D’AUTRES : POURQUOI PAS !


En plein Périmètre d'Etudes de la Varenne, Monsieur le Maire souligne vouloir opposer un sursis à statuer à toutes demandes concernant des travaux de construction de nature à compromettre ces (ses) objectifs. C'est aussi favoriser la réalisation de programmes de logements diversifiés intégrant une proportion adaptée de logements locatifs sociaux ou privés.

Mais seulement voilà la réalité du discours :

Ø      SARL du 18 Maréchal Foch, Le Perreux (94). Gérant : M. Pietrogiovanna Pascal, également gérant de l'Agence Immobilière du VIADUC, à Noisy le Grand.

            - Au 18, Boulevard du Maréchal Foch

            - PC : 9305105C0099 du 10 avril 2006

            - Programme de 30 logements,

            - R+2+Combles

            - Logements sociaux : 000 %

Ø      IMMOPRIM, Alfortville (94)

      - Au 31, Boulevard du Maréchal Foch

            - PC : 9305105C0096 du 15 février 2006,

            - Programme de 11 logements,

            -Logements sociaux : 000 %

Ø       PLOTON, Noisy le Grand

      -Au 59, rue Pierre Brossolette

      -PC : 9305104C0061 du 23 juillet 2004

      -Programme de 7 ou 8 logements

      - R+3, (H=12m)

      - Logement sociaux : 000 %

Voilà comment dans Noisy le Grand, vous modifiez le % de logements sociaux en modifiant les ratios, en favorisant la construction de programmes privés sans logements sociaux. Ainsi, le % décroît, ce qui vous permet ensuite d'imposer des logements sociaux sur d'autres programmes dits " municipaux" de votre choix, qui vous arrangent préférentiellement, pour relever le quota.

C'est une urbanisation sélective, méprisante et détestable pour les logements sociaux, et les citoyens de Noisy le Grand.

Pour les Noiséens qui seraient encore sceptiques sur la démonstration et qui ne seraient pas encore convaincus sur l'urbanisation partisane de Michel PAJON, il vous suffira de consulter le document n° 2 relatif à la 2ème phase bidon de la concertation, que nous venons de trouver dans nos boîtes aux lettres, le 16 juin. Page 24 : dans" les quartiers Ouest," dont la Varenne, nous lisons :

        -….permettre des programmes de logements sociaux grâce à des opérations d'aménagement…..

        - L'îlot situé entre le boulevard du Maréchal Foch et la rue Pierre Brossolette sera restructurée.

       - Plusieurs programmes de logements intégrant au moins 50% d'habitats sociaux sont envisagés… ... CQFD… !

Allez, Messieurs les promoteurs de MONTOIT IMMOBILIERS, de la SARL du 18, Boulevard Foch, et de PLOTON, il n'y a aucun risque pour vos projets, Michel PAJON ne les référence pas dans les logements sociaux à construire. Vous, c'est du privé, du profit et du standing !

Et pourquoi, Noiséens (!!!)... Posez vous la question. Nous, nous n'aurions pas encore la réponse, si ce n'est que Michel Pajon clame en réunion publique, que face à un promoteur privé, il est totalement démuni (???).

Sauf que, aux dernières nouvelles, BOUYGUES IMMOBILIER ne serait pas encore un promoteur nationalisé !...

                                                                                                        Alain Cassé

Président de l'ADIHBH-V

 

 

Publié dans noisy-les-bas-heurts

Commenter cet article

domitila 11/02/2016 18:13

Ce n'est pas la Société MONTOIT qui a construit le programme AVENUE DU MARECHAL JUIN , mais ICADE !! Vous êtes très mal renseigné !!, il ne faudrait pas dire n'importe quoi !! La société MONTOIT travaillait déjà sur NOISY L GRAND, étant une Société local, depuis bien avant MR PAJON,
il y a eu Mme Françoise RICHARD, Marie-Thérèse GOUTMAN et bien d'autres !!!

Jean-Christophe 17/07/2006 17:29

Les chiffres sont cruels pour notre actuelle équipe municipale: en 2005 le taux de logements locatifs sociaux à Noisy était de 24.81% (source Sénat) en retrait par rapport aux chiffres de 2003 (26%) et ce n'est pas étonnant quand on sait qu'en 2005 seulement 34 logements sociaux ont été construits (84 en2004, 97 en 2003 et 0 en 2001 et 2002). Dans le même temps les Nouveaux Constructeurs ont réalisé 179 logements (104+75) , Icade Capri 104 logements. Evidemment ce n'est qu''une petite partie de ce qui a été réalisé par les promoteurs privés. Et ça continue, les Nouveaux Constructeurs vont réaliser 164 logements d''ici 2008 (combien de sociaux?) avec possibilité d\\\'une 2ème tranche de 166 logements par la suite.Alors d'un côté il y a un joli discours démagogique et de l'autre il y a la réalité des faits.

jean-christophe 16/07/2006 15:31

Eh oui c'est encore moi, que voulez vous j'ai des choses à dire.
Je suis passé ce matin rue Houette où réside l'actuel "bienfaiteur" de la commune: je n'ai pas eu le sentiment d'un quartier populaire et défavorisé. J'ai aperçu la modeste demeure de notre édile qui au bas mot vaut un demi million d'euro.Visiblement , ce quartier (le plus bourgeois de Noisy?) aurait besoin d'une mixité sociale et pourrait comporter des logements sociaux. Or que prévoit le PLU en la matière: rien! et l'on comprend pourquoi: c'est bien connu les privilégiés sont aux BAS HEURTS et non rue Houette et c'est pour cela qu'il faut les chasser de chez eux !
Avec 26% de logements sociaux en 2003 (source préfecture) Noisy excédait largement les 20% de logements sociaux imposés par la loi SRU donc si ce poucentage avait baissé depuis ce serait le constat d'une politique anti-sociale . De toute façon avec plus de 20% de logements sociaux difficile d'invoquer l'utilité publique sur le secteur des BAS HEURTS d'autant que ce quartier compte déjà écoles et maison de retraite.
 

jean-christophe 15/07/2006 19:27

Béton, buildings, batiments, bureaux...fleurissent à l'envie à Noisy le Grand avec tous les encouragements de la mairie.
En revanche concernant les espaces verts, le bilan est catastrophique: les espaces verts publics ne représentent que seulement 7.7 % de la superficie de la ville et la politique de bétonnage du maire continue à réduire les espaces verts privés qui sont le véritable poumon de la ville. On comprend mieux l'empressement de M Pajon à vouloir s'emparer du Bois Saint Martin qui à lui seul avec 270 ha représente 20% de la surface de la ville .C'est évidemment pour habiller son triste bilan .en la matière. 
 

Brouard 12/07/2006 19:12

Sa commune compte 37 agences immobilières pour 8 boulangeries, il délivre des permis de construire en 2002 sur le secteur des Bas-Heurts et crée en 2004 une ZAC pour  demander la démolition de ce qui vient d'être achevé, il se fait élire sous l'étiquette socialiste et passe une partie de son temps comme président de la SOCAREN, à spéculer (avec notre argent) sur des terrains acquis par préemption et expropriation pour les revendre à des promoteurs privés.
Quel crédit accorder à ce personnage singulier dont la cohérence reste à démontrer?
Vous l'avez tous reconnu cet aimable humaniste qui n'hésitera pas à raser un quartier, c'est notre bon maire.

Vincent 29/06/2006 20:06

Précision :
le PDG des nouveaux constructeurs qui réalise la plus grande part des programmes sur Noisy s'appelle Olivier Mitterand.
Au même moment le maire fait renommé une rue au nom du président mitterand.
Y a t il un lien ? Le principe d'impartialité est il respecté ?
J'en doute ....