Michel Pajon perd son sang froid à la première réunion des conseils de quartier !

Publié le



PREMIERE REUNION

DES CONSEILS DE QUARTIER :

LE QUARTIER OUEST

  

 

... MICHEL PAJON

PERD SON SANG FROID !

 

 


« ... Débile ! ... Débile !!! »  Voici comment Michel Pajon en haussant le ton a accueilli l'intervention d'Alain Cassé, notre président. Ces mots ont bien sûr amusé ses amis venus en nombre mais ils ont aussi choqué de nombreuses personnes peu habituées aux réunions publiques à Noisy-le-Grand. La question était de comprendre comment deux quartiers, séparés par une « deux fois trois voies » et très différents par leur structure, pouvaient être cohérents et se trouver des problématiques communes. Le débat sur ce point était sans doute inutile puisque « le découpage à été voté en conseil municipal à une grande majorité, et nous n'y reviendrons pas !» a claironné l'Edile. Donc, nous prenons acte, et souhaitons que notre association soit représentée à ce Comité. Nous n'oublions pas l'accueil des habitants du Pavé Neuf et des autres quartiers du secteur « Ouest » lorsque nous les avons sollicités pour nous soutenir au moment des Enquêtes Publiques de février 2007. Nous les remercions encore une fois pour les centaines de signatures qu'ils nous ont apportées. C'est donc positivement et avec plaisir que nous retrouverons ces habitants.


A noter aussi que lorsque nous évoquons le quartier des « Bas-Heurts » et du « Clapier », Michel Pajon nous répond « Clos aux Biches », nom plus bucolique pour désigner une cité de 1500 logements collectifs qu'il ne cesse de répéter, comme l'aurait fait Coué avec sa fameuse méthode. Depuis 2002, date du premier périmètre d'étude, rien n'avance, la ZAC a été annulée en avril 2008 par le Tribunal Administratif, et notre maire s'entête à refuser le dialogue*...


A suivre...



*le 11 septembre 2007 dans un communiqué de presse plein d'espoir, Michel Pajon disait vouloir discuter avec tous les acteurs concernés. Maintenant nous entendons : « Je veux aller au bout !!! »

 

 


Publié dans noisy-les-bas-heurts

Commenter cet article

Jean-remy 01/11/2009 08:08



Compte rendu?
Un compte rendu doit relater les fais par rapport à une réunion qui a été réalisé par rapport à un ordre du jour. Sa rédaction doit être au plus proche afin d’en oublier le moins possible. Il est
aussi fortement conseillé que les 2 parties valident le document, car il sert de mémoire pour le futur.


 Dans le document établi par la mairie
je ne vois que des questions posée et les dates des prochaines réunions. Il n’y a pas de réponse de la part de la mairie aux questions. La réponse à la question est la programmation d’une
réunion. Cela peu durée longtemps et ne fais surtout pas avancer. . Comme c’est le premier compte rendu on peut penser que la mairie n’avait pas de réponse à donner à chaud.


 


 Celui écrit par L’ADIHBH-V est plus
parlant. Je constate que le dit « Compte Rendu » est sorti avant 2010.


 


 Ce qui est intéressant dans les
questions posées c’est quelles ne se limitent pas qu’au quartier OUEST mais pratiquement, pour ne pas dire à l’ensemble de la commune. Les questions à mon avis devraient être débattues en conseil
municipal.



ADIHBH-V 31/10/2009 22:21



CONSEIL CONSULTATIF du QUARTIER OUEST.


En cliquant sur : Conseil de
Quartier OUEST, vous accéderez au Compte Rendu
Officiel adressé aux membres.


Vous trouverez également en suivant, le Calendrier des
réunions du 4ieme trimestre 2009



ADIHBH-V 18/10/2009 08:30



Conseil Consultatif du Quartier OUEST. La prochaine réunion plénière publique du Conseil Consultatif de ce Quartier, se tiendra le mercredi 21 octobre à
l’Ecole jules Vernes, 2 allée Jacques Brel (Pavé Neuf), à 19h.


 



ADIHBH-V 17/10/2009 19:34



CONSEIL DE QUARTIER OUEST-Secteur BAS HEURTS. COMPTE RENDU de la réunion du
28/09/2009.


 


-          La réunion se
déroule le 28 septembre, à 19h, à l’Hôtel de Ville,


 


-          11
participants étaient présents, sur les 20 membres qui composent le Conseil de Quartier OUEST,


 


-          Le but de
cette réunion, était de fixer une date pour la visite pédestre du Quartier OUEST (Pavé Neuf, Mont d’Est, Bas Heurts)


 


-          Mlle Line
MAZUIR était présente, et participait beaucoup, nous pourrions même dire, que c’est elle qui pilotait la réunion.


 


-          Il semblerait
que le compte rendu de la première réunion de juin, ne serait disponible qu’après la 3ème réunion, c'est-à-dire en 2010 ? Ca semble très lointain !


 


-          La randonnée
pédestre est fixée au jeudi 29 octobre, à 19h (à confirmer par Mlle MAZUIR)  Départ devant le 5e Collège.Vu l’étendu du Quartier OUEST, nous pouvons imaginer une « promenade » de 2 à 3 heures, c’est à dire jusqu'à 21h/22 h. Les gens devront présenter une
bonne condition physique pour ne pas craquer,


 


-          Des
Arpenteurs Municipaux accompagneront les membres du Conseil de Quartier,


 


-    Les problèmes d’éclairage, trottoir, circulation, stationnement,
passage piétons et signalisation, dépôts sauvages d’ordures, furent encore une fois abordés, mais c’était « hors sujet » selon Mlle MAZUIR.


 


-          Quoi qu’il en
soit, Me DIALLO renvoie systématiquement sur les Services Techniques de la Ville qui devraient être présent à la prochaine réunion.


 


-          Un dossier
photo sur le « secteur Bas Heurts » du Quartier Ouest sera réalisé pour la prochaine réunion. Ce dossier argumenté sera remis à Me DIALLO lors de la prochaine réunion,


 


-          Dans ce
Conseil, personne ne dispose des coordonnées de chaque membre. Il serait souhaitable que Mlle MAZUIR établisse une liste référence (tél et e. mail), et la diffuse au Comité.




scapal 18/03/2009 23:27

En réponse à ccpouder, commentaire N°13: Merci pour cet apport "indiscutable". Ainsi que pour vos commentaires véritablement solides.

A G- Quartier Centre -Noisy le Grand 18/03/2009 11:30

Lundi 16 mars, à 19h, je me suis rendu à la réunion du QUARTIER CENTRE, organisée dans le cadre des Conseils de Quartier.J'attendais avec impatience les questions diverses, et je n'ai pas manqué d'interpeller le maire sur le sujet du stationnement...Ainsi il s'est justifié sur le fait que la ville devait rembourser une dette, dette qui aurait été faite par la création du parking vinci?en fait je crois bien que je n'ai rien compris  d'un point de vu technique et budgétaire sur la justification des horodateurs... il a aussi justifié cet acte, sur le fait de la relance des commerces, car il serait plus facile de se garer pour aller faire ses courses.
Pourquoi pas, mais aura-t-on envie d'aller faire ses courses là ou on peut se garer mais aussi là ou le citoyen doit payer en plus de ses courses son stationnement? question qui ne m'est venue à l'esprit qu'après avoir redonné le micro!...Je lui ai notamment demandé comment je devais faire pour avoir le droit de me garer devant chez moi? Evidemment l'abonnement à VINCI était sous entendu, mais il a aussi ajouté qu'ayant reçu de nombreux courriers à ce sujet, ils avaient pensé à redédilimiter des zones de stationnement.
Pour être concret dans ma situation personnelle, j'aurais le droit à un macaron qui m'autoriserait à stationner à quelques endroits bien précis de Noisy le Grand, mais pas devant chez moi, puisque le Centre Ville doit rester libre! En gros il va falloir que j'aille me garer à un endroit jusqu'à 19h, aller à pied jusqu'à chez moi, puis retourner chercher mon véhicule après 19h pour me garer dans ma rue!!! Solution aberrante !!!
Je n'ai pas pu m'empecher de lui demander s'il avait une place réservée quand il se rendait à l'Hôtel de Ville, ce à quoi il a avoué que oui, et moi de lui répondre qu'il avait de la chance d'être un privilégié! Puis j'ai redonné le micro, me disant que de toute façon, d'une part je n'avais pas à monopoliser le micro sur ce sujet et d'autre part que d'autres personnes voudraient intervenir...Mais pas de véritable débat ensuite sur ce point... Je me suis portée candidate pour le tirage au sort des conseils de quartier, on verra bien si je suis chanceuse!
Enfin, originaire de Bretagne, cela fait maintenant 4 ans que nous résidons à Noisy le Grand, mais sans doute que nous n’avions
pas pris conscience assez tôt des diverses problématiques liées à la Ville.

ccpounder 11/03/2009 17:44

Ce qui suit n'est pas de ma plume mais un extrait d'une revue qui figure en bonne place sur les bureaux des élus, "Territoires", 1999. Comme je n'aurais pas fait mieux, voici ce que j'ai relevé :
[...] Trois écueils principaux nuisent à l’épanouissement de la participation.
 
Le premier consiste à appliquer d’une manière inversée et antidémocratique le principe de subsidiarité. Nous avons assez souvent entendu dire qu’il fallait confiner les habitants participatifs aux «petites » choses de la vie quotidienne (les bordures de trottoir et les crottes de chiens), qui « étaient à leur portée », mais que les « grandes » choses, techniquement et juridiquement complexes, que les habitants « ne pouvaient pas comprendre», étaient du seul ressort du pouvoir technico-politique local.
 
Cette attitude cantonne la participation dans un champ réduit, pour ne pas dire dérisoire, là où la participation des habitants ne risque pas de déranger les grandes affaires (« la réparation du réverbère, mais pas la radiale nord - sud » ; « la couleur des papiers peints, mais pas la conception générale, urbanistique et architecturale de la réhabilitation des immeubles »).
 
À la limite de ces discours, la participation peut apparaître comme un gadget, destiné « à amuser la galerie », pendant que les grands enjeux sont traités dans l’opacité par un cercle restreint de décideurs. Nous partons de l’idée inverse : la participation n’admet pas de limites. Par nature, comme la démocratie, elle doit investir tout le champ social. Les pouvoirs locaux n’ont pas de domaine réservé.
 
Le deuxième écueil consiste à ne prendre en compte qu’un seul aspect de la participation : par exemple, celui que nous avons appelé «le recueil et le traitement de la plainte ». En revanche, la reconnaissance des projets émanant des habitants ne se fait pas ou se fait mal, dans la mesure où ces initiatives ne rentrent pas dans les cadres et dans les méthodes établis préalablement et unilatéralement par les pouvoirs. On veut des habitants disciplinés qui répondent, dans les formes voulues par le pouvoir, aux offres de participation qu’il a octroyées. On ne veut pas être dérangé par des initiatives intempestives, en particulier celles qui s ont très difficilement prises en compte par des services techniques traditionnels.
 
Le troisième écueil est lié au moment de la mise en oeuvre de la participation, notamment de sa phase de concertation. Beaucoup de pouvoirs font intervenir les mécanismes participatifs trop en aval du cheminement des dossiers, quand ces derniers sont déjà quasiment bouclés et que la marge de manoeuvre laissée aux habitants est minime, voire dérisoire. Nous partons de la pétition de principe inverse : comme la participation est appelée, par sa nature démocratique, à investir la totalité de l’espace de la gestion publique, elle est appelée à investir la totalité du temps de l’instruction et de l’exécution des dossiers, depuis l’aval le plus précoce, jusqu’au suivi ultime.
 
Il faut aussi s’interroger sur les rapports entre la participation des citoyens et une évaluation itérative des processus et des conséquences de la décision publique. La participation la plus rare, mais pas totalement inexistante, se rapporte à des réflexions prospectives auxquelles les habitants auraient accès. Les élus locaux manifestent souvent une certaine méfiance à l’égard d’une vie associative qui est aussi, pour eux, une menace de contrepouvoir, une pépinière de formation des outsiders pour les prochaines élections.
 
Le code des communes favorise de manière incontestable le pouvoir personnel et entrave les expériences de collégialité. Mais i l y a quelque dérision à prôner la participation la plus large à l’égard des habitants, tout en la réduisant tant que faire se peut à l’intérieur de l’appareil municipal, en centrant la totalité des pouvoirs sur la personne du maire, en brimant au maximum les minorités.
 
La participation a pour but de réconcilier les citoyens avec la politique et avec leurs représentants élus. Elle lutte donc à la fois contre le développement de l’abstentionnisme électoral, contre l’apolitisme et l’antipolitisme croissants et, par conséquent, contre la montée de l’extrémisme anti-républicain. Cette nouvelle approche de la politique, qui aboutit à intégrer les risques de la démocratie participative, correspond aussi à « une attitude de modestie » vis à vis de la complexité de l’avenir. [...]

Jeannot des Clapiers 11/03/2009 16:10

On remarque que pour mettre en œuvre une concertation, au travers de Conseils de quartier, le Maire a commencé par saucissonner Noisy,   du « diviser pour mieux régner » !
 Lorsqu’on l’interroge en réunion publique, pour lui faire remarquer qu’aux limites des quartiers, ceux qui habitent la même rue, sont renvoyés dans des quartiers différents, sa réponse est : «  on a fait au plus simple »,
Quand on lui parle du quartier des Clapiers* et des Bas-Heurts, il le « connaît» (probablement parce que cela lui évoque les 1500 logements),  mais il l’expédie vers le Pavé Neuf , et considère en tant que grand architecte,  que les Bas-Heurts et les Clapiers sont destinés à être construits…..comme le Pavé Neuf !
Ainsi pas besoin de concertation  puisque c’est déjà décidé !!
Notre maire est un grand stratège !.....
Ici, c’est la méthode qui est critiquée, car c’est avec grand plaisir que nous partagerons les bancs avec nos concitoyens du Pavé Neuf, en espérant que le Conseil statuera sur d’autres points, que la place des bancs dans les quartiers !!
 
C’est aussi un ancien Professeur du Conservatoire des Arts et Métiers qui connaît bien les Statistiques, et qui reconnaît que, si trop peu d’habitants du Pavé Neuf se portent candidats au Conseil de quartier, il risque d’y avoir une sur-représentation d’un sous-quartier au sein du Conseil……… Mais rassurez vous, cher Maître,  représentation, ce n’est pas représentativité car dans notre démocratie,  les Chambres des Métiers ou de Commerce, (exemples d’instances représentatives et consultatives auprès des pouvoirs publics), elles sont élues.  Leurs représentants ne sont pas tirés au sort, comme le seront les membres des Conseils de quartier.
A ce propos, le Maire lui-même ne sait pas encore quand aura lieu le tirage au  sort …..C’est du détail, tout comme le dépôt  des candidatures des personnalités issues d’entreprises, d’associations ou d’institutions, pas besoin de formulaire, c’est à faire sous forme de simple  lettre, ….détail aussi..
 
Enfin, et ce n’est pas un détail, quand on se présente comme ancien professeur, le minimum est de faire preuve de pédagogie, je veux parler de l’art qu’ont certains enseignants à encourager leurs élèves, et au respect qu’il leur prodigue.
Ce jeudi, hélas la leçon du professeur ne fût pas un cours, elle a vraiment tourné court avec son «  ce que vous dites est débile    ….. débile ».
 
*Clapier : cabane où l’on élève des lapins. Fam. Logis sale et exigu
Les Clapiers : lieu-dit situé à Noisy-le-Grand au sud de la rue Pierre Brossolette, à proximité du quartier des Bas-Heurts
 
 
                                                                                              Jeannot des Clapiers

ccpounder 10/03/2009 13:06

Dans d'autres instances ça se passe comme ça aussi ! à méditer...http://www.dailymotion.com/video/x4kdbf_royal-fountaine_news

Eugène-Les Bas Heurts 10/03/2009 10:19

En fait il est extrêmement simple de concilier dans une gouvernance municipale, concertation populaire et décisions adoptées par le Conseil Municipal. Il suffit dans ce cas d’en avoir une réelle volonté politique, c'est-à-dire :
 
1-       Sur un projet, la Commune réalise une vraie Concertation auprès des citoyens, dès le début des Avants Projets, et tout au long de l’avancement des études,
2-       Et lorsque le projet est finalisé, il est voté en Conseil Municipal.
3-        
Sur les Bas HEURTS, le Maire fait adopter le projet en Conseil Municipal, et ensuite il présente la copie en réunion publique ? Ca ne peut pas fonctionner. Pourquoi ? Parce que le Maire ne le veut pas, point final.

jean rémy 09/03/2009 08:32

Sympa le dessin, Ouf il manque le banquier!

ADIHBH-V 08/03/2009 20:44

D’autres réunions vont se dérouler dans d’autres Quartiers de Noisy le Grand les 09, 12, 16 et 23 mars 2009. Veuillez nous faire part de vos analyses, remarques et observations. Si des aspects positifs apparaissent, et il doit y en avoir, nous nous ferons un plaisir les communiquer aux Noiséens.

Forges d'Aurin 08/03/2009 19:36

Pauvre réunion de quartier Ouest du Jeudi 5 mars 2009. Dès le début Michel Pajon donne dans l'autosatisfaction, en ce félicitant de voir autant de monde. Tu parles, 20% des sièges sont occupés par des Conseillers Municipaux, et encore 20% par des sympathisants Socialistes qui n’appartiennent pas au Quartier Ouest (par exemple des Richardets). Vraisemblablement les mêmes que nous reverrons à chaque réunion !
Ensuite il balance que les Conseils de Quartiers ne sont que consultatifs, et n’ont pas pour rôle de se substituer au Conseil Municipal. Vous comprenez dit-il, le Conseil Municipal est élu, et les projets sont largement débattus et adoptés à la majorité.
 
Alors là, je me dis il pousse un peut « Mémé dans les orties »le Monsieur .Personnellement, depuis Juillet 2004, j’ai quasiment assisté à tous les Conseil Municipaux (soit environ 45), et je n’ai jamais vu un débat digne de ce nom, je n’ai  jamais relevé non plus qu’une décision était invalidée ou amandée suite aux remarques de l’opposition municipale. Pire, malheur à celui de la majorité municipale qui voulait donner un avis contraire. Lors de la dernière mandature, les membres du PCF qui étaient dans la majorité peuvent en parler. Idem pour Madame D de Co…et Monsieur Ch As….
 
Au passage et à plusieurs reprises il ne peut s’empêcher de stigmatiser les Bas Heurts, alors qu’après les « avis défavorables de la Commission d’Enquête », en août 2007, Michel Pajon signait le 11 septembre 2007 un Communiqué de Presse à l’AFP. Je cite : « La ville réaffirme néanmoins sa volonté de poursuivre, selon un calendrier et des modalités qu’il conviendra de préciser, l’aménagement de cette partie du territoire communal, en menant des discussions avec tous les acteurs concernés : habitants des Bas Heurts, demandeurs de logements, bailleurs, aménageurs, élus, Associations, Conseil Régional,…. »
 
Maintenant nous entendons : « c’était dans mon programme électoral, ce projet a été adopté par les électeurs de Noisy le Grand (24% des inscrits), et je veux aller au bout »
 
Au fait, c’est quoi la notion de Concertation chez Michel Pajon ? Du baratin, toujours du baratin…je vous dis. Je souhaite me tromper, mais ça ne me semble pas très bien engagé cette affaire de Conseil de Quartier !

Jean-Christophe 08/03/2009 19:29

Lorsqu'un Maire perd son sang froid...Eh oui, l'association lui a bousillé ses plans et compte tenu de la tornade financière actuelle , c'est pour des années . IL LE SAIT ET DONC IL EST AGRESSIF!C'est pas demain que Dexia va lui reprêter de l'argent et les promoteurs les uns après les autres sont en faillite. On va pas pleurer ou organiser un Promothon. Pas de souci à avoir  l'influence que peut avoir ce conseil de quartiertant que la loi sur l'expropriation n'a pas changé: il faut que l'utilité publique soit reconnue par les enquêteurs publics et le précédent avis pèse très lourd. Bon courage à tous.

Franck 07/03/2009 18:14

Lorsque on lit la plaquette du maire sur ces "conseils de quartier", on comprend bien que ces instances seront là pour organiser une fête de riverains, point barre.Un budget est aloué dans ce sens.Très bien.Mais, lorque l'ADIHBHV organise la fête des cerises, si j'ai bien compris, l'association n'obtient même pas de la mairie le pret de bancs ou de tables ...J'ai donc du mal à expliquer ces contradictions ... d'un coté un maire qui nous dit (qui hurle à coup de plaquettes postées à tous les noiséens) qu'il veut une implication des habitants dans la vie de la cité ...Et de l'autre ... des insultes, des lettres sans réponses à une association qui existe et qui déjà organise et fédére les habitants d'un quartier ...Je suis triste, je croyais cette politique politicienne résérvée au niveau national ... et bien non ...

Héry Gérard 07/03/2009 11:55

Pour quelle que collectivité que ce soit, les municipalités notamment, les conseils de quartiers, et les réunions correspondantes, ne servent qu'à une chose : donner l'imprssion aux administrés qu'ils peuvent s'exprimer et dialoguer avec les élus, et, en ce sens, se croire entendus, et croire qu'ils participent à la vie de la cité. Ces conseils n'existent que pour donner l'impression aux administrés qu'ils ont quelque importance. Et ça marche ! Sauf, quand le premier magistrat se comporte en autocrate et manie le mot "débile", qui devrait être banni du langage de telles réunions.

Robert 07/03/2009 11:35

Vous êtes trop gentils, vous n'avez même pas mentionné les tentatives de reprise du micro par les organisateurs alors que vous commenciez à peine à parler !

Héry Gérard 07/03/2009 10:56

Comme avait dit Florance Brunhold, imitant avec talent Ségolène Royal sur la chaîne Paris Première, devant Claude Allègre, Jean Amadou, Jacques Maillot et Bernard Mabille, "Je négoncierons".....

Un déçu 07/03/2009 00:12

Bonjour, Ne pouvant garantir d'être présent à la réunion prévu pour mon quartier, je suis venu hier soir à celle qui correspondait par hasard à votre quartier. Pourquoi vouloir reprendre le micro quand des gens, vous-même, ou ceux de votre quartier qui s’exprimaient !  Y aurait-il 2 poids 2 mesures en fonction de son opinion, du quartier, de la rue ou l'on habite, ou est-ce des statistiques ? J’ai aussi remarqué que votre temps de parole n’a pas été plus long que d’autre personne, par contre ils ont été plus facilement interrompus, contrairement à d’autre. En tout cas l’emploi du mot « débilité » par le premier représentant de la ville me parait déplacé. A-t’il lui-même perdu sa lucidité.
Je trouve normal que l'on s’intéresse à son quartier, et encore plus, quand il est envisagé une profonde mutation sans qu’il soit mise en place au préalable une véritable concertation.
 Je ne sais pas si les conseils consultatifs de quartier vont pouvoir être entendus au niveau du conseil municipal, on ne peut que l'espérer. Auront-ils plus de poids que les conclusions des enquêteurs publics, l’avenir le dira ! En tout cas j’en attends beaucoup plus que la pose de bancs, certes très utile, mais la vraie prise en compte du choix de la vie et de l’évolution de la ville par ces habitants et non par une quarantaine d’élus.
Si les conseils consultatifs de quartier devait certainement faire parti du programme qui était à ces dire de hier soir « sans ambigüité, sincère», Je ne sais plus quel mot il a employé. Donc pour vérifier sa sincérité, je suis à la recherche de son programme sur lequel il a été élu lui et son équipe afin de s’assurer ce qui est mis en place depuis quelques mois sur la commune soit en parfaite harmonie, cohérent, sans ambigüité avec son programme. Le site Energie douce est fermé. Un peu d’humour : Est-ce Energie DURE comme du béton maintenant.
Je souhaite à votre quartier d’être représentatif au conseil consultatif de quartier qui va vous représenter, malgré les allusions aux statistiques du maire par rapport à 50 familles et le nombre d’habitants du dit quartier et que dans le tirage au sort nous ayons de la "dispersion" ou  "des écarts-type".
J’espère que l’étudiant en master déposera son mémoire sur votre site, c'est un sujet qui m'intéresse.
Un déçu