Revue de presse, mai 2008

Publié le


REVUE DE PRESSE

 


LE PARISIEN,  samedi 24/05/2008 :

« Le projet des Bas Heurts annulé par le tribunal »



Sous la plume de Julien Duffé , extrait :

« Nouveau rebondissement à Noisy le Grand dans le feuilleton très polémique des Bas Heurts, où la Municipalité prévoit la construction d'un nouveau quartier de 4 000 âmes,.....

Après le carton rouge délivré par la Commission chargée de l'Enquête Publique l'année dernière, le projet a été à nouveau retoqué cette fois-ci par le tribunal Administratif de Cergy (Val d'Oise),.......

L'ADIHBH-V se félicite évidemment de la décision. Ce type de jugement est assez rare, note Alain Cassé, son président. Cela montre bien que le projet est mal ficelé.

Le Député - Maire (PS) Michel Pajon, reconnaît une probable négligence de (ses) services d'études. Mais il répète sa détermination à voir aboutir un projet dont il avait fait un de ses thèmes de campagne,.............

C'est huit ou neuf mois et pas mal d'argent de perdu, déplore l'élu...................Mais là, on est obligé de revoir complètement le projet de ZAC. C'est terrible car il existe peu de villes prêtes à construire pour résorber la crise du logement et on s'emploie à bloquer les projets.

Alain Cassé, lui, attend toujours les promesses de Concertation du Maire autour d'un nouveau projet pour les Bas Heurts. Nous sommes disposés à nous mettre autour d'une table pour défendre une urbanisation raisonnable et intelligente avec de petits immeubles, des équipements publics, des circulations douces et surtout pas d'expropriation. Bref, construire dans les dents creuses plutôt que tout détruire au lance-flammes,....... »

 
 

AGENCE FRANCE PRESSE, vendredi 23/05 /2008, à 21h 43 :


« Un gros projet urbain à Noisy le Grand, annulé par la justice »

 

Extrait :


«  Ce jugement ne remet pas en cause la volonté du Maire d'aménager un nouveau quartier dans ce territoire, a-t-on indiqué au cabinet du Maire, qui n'excluait pas de faire appel,...

Le Juge Administratif estime que l'étude d'impact sur l'augmentation du trafic routier après la construction d'immeubles dans ce secteur pavillonnaire a été insuffisante,...

En 2007, l'ADIHBH-V avait présenté un Contre Projet moins dense de 1000 logements, permettant de préserver la zone pavillonnaire,....

L'ADIHBH-V se dit prête à participer à l'élaboration d'un nouveau projet,...

Dans ce dossier, le Maire avait déjà essuyé en septembre 2007, un avis défavorable à la Déclaration d'Utilité Publique. Il avait alors annoncé son intention d'élaborer un autre projet après discussion avec tous les acteurs concernés.

 

...et encore des informations sur les sites :

 

http://paris.ville.orange.fr

http://lemonde.fr



INFORMATION DE L'ADIHBH-V

« la messe est dite, Monsieur le Maire....»

 

Ca fait beaucoup ! Sur ce dossier de ZAC du Clos aux Biches, « la messe est dite ». Si les élus de Noisy le Grand sont des démocrates, qu'ils le démontrent . Que faut-il de plus pour écouter  la population et les instances officielles!!!...

Sauf que, comme le rappelle le cabinet de Michel Pajon, l'édile a soit disant toujours mis en avant « l'intérêt général » devant les « intérêts particuliers » des opposants à ce projet. Déjà, en septembre 2007, les habitants des Bas Heurts utilisaient le projet à des fins politiques, afin de le contrecarrer pour des raisons uniquement électorales ! (?) A d'autres moments, nous étions des nantis. Toute cette lancinante oraison est aujourd'hui éculée, et n'a plus aucune signification, elle ne trompe plus les Noiséens. Elle est tout simplement le fait d'une Municipalité à cours d'arguments, sur le projet d'aménagement du Clos aux Biches.

L'ADIHBH-V déplore que  ce dossier de ZAC ait été mal appréhendé en termes de « Gestion de Projet  Municipal». Ce qui illustre parfaitement l'essence même d'une Gouvernance   Municipale qui souhaitait trop rapidement urbaniser le quartier des Bas Heurts sans aucune concertation préalable avec les habitants, et sans le moindre souci de Démocratie Participative.

Aujourd'hui, la  gestion approximative de ce projet pharaonique nous a conduit  à :

-                           92% d'opposition des Noiséens à ce projet de ZAC, lors de la Concertation Préalable d'octobre 2004,

-                           l'annulation une première fois,  des délibérations n° 228, 229, 230 et 231 adoptées en Conseil Municipal le 16 décembre 2004,

-                           la condamnation de la SOCAREN, par le TGI de Bobigny (93), le 06 octobre 2006, pour démolition partielle de pavillons "totalement arbitraire ou fantaisiste",

-                           deux avis défavorables, à l'unanimité de la Commission d'Enquête Publique sur la ZAC du Clos aux Biches, en avril 2007,

-                           l'annulation de la ZAC du Clos aux Biches, par le Tribunal Administratif de Cergy Pontoise en avril 2008.


En conséquence, l'ADIHBH-V prend acte de ce gâchis, et déplore le temps perdu depuis plusieurs années et le gaspillage d'argent (frais de justice, honoraires d'Architectes, bureaux d'études, intérêts d'emprunts, frais de démolitions des maisons...). Michel Pajon parlait même  dans Le Parisien, de pas mal d'argent perdu (peut on savoir combien, car il s'agit de l'impôt des Noiséens ?), en une période ou le manque de logements sociaux en Ile-de-France est crucial.

Dans ce cadre, la logique des élus de Noisy le Grand est incompréhensive, car personne ne nie le fait qu'il faille densifier et mieux urbaniser le quartier des Bas Heurts, y compris avec du logement social, mais attention : « avec du vrai logement social, comme dirait la Fondation Abbé Pierre ». Des solutions alternatives existent, comme a pu le démontrer le « Contre Projet Alternatif » réalisé par les Etudiants Architectes de l'Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Paris-La Villette, en février 2007.

Enfin, l'ADIHBH-V réaffirme fermement sa volonté de participer, selon un calendrier et des modalités qu'il conviendra de préciser, à la conception dès le début, d'un nouveau projet d'aménagement du quartier des Bas Heurts-La Varenne, avec tous les acteurs concernés. Ceci étant, dès maintenant, nous affirmons encore une fois :

                   Des expropriations : NON
                   1500 logements : NON
                   Des immeubles de 22 mètres de haut : NON

 L'ADIHBH-V veillera, tout au long de ces discussions, à ce que le projet n'altère pas le cadre de vie des résidents, tout en protégeant les personnes âgées et tout en respectant l'intérêt général du développement économique de Noisy le Grand.

Mais là encore, l'ADIHBH-V est inquiète, la Municipalité a-elle vraiment tiré la leçon des échecs successifs de la ZAC du Clos aux Biches ? Manifestement non ! Lorsque nous examinons le lancement de la Concertation préalable d'une éventuelle ZAC sur le  Clos d'Ambert. Nous lisons dans Noisy Mag : « La ville consulte les Noiséens ». Mais il semblerait que le chiffre de 1200 logements ne soit pas négociable, bien que lors des réunions de mi mandat, le Maire parlait de 650 logements. A-t-on vraiment intégré le fait qu'une sur-densification d'une cité est annonciatrice demain d'insécurité et d'incivilité ?... Enfin, une vraie volonté de Concertation, c'est la participation des habitants du quartier, dès la Conception du projet.

De triste mémoire, rappelez-vous octobre 2004 où, lors de la réunion de clôture de la Concertation préalable sur la ZAC du Clos aux Biches, alors qu'il y avait  92% d'opposition au projet, Monsieur le Maire  annonçait tout de go du haut de son estrade: « Je ne changerai rien à mon projet, c'est l'Enquête Publique qui décidera » !!!..

Nous connaissons  la suite, quel  fiasco Monsieur !!!... Mais au fait, les Comités de Quartiers, c'est pour quoi faire, inaugurer les chrysanthèmes ???.....

________

PS : Le Président de l'ADIHBH-V travaille actuellement à la rédaction d'un article sur : « La grande mascarade de l'intérêt général ». Nous aborderons aussi, à cette occasion,  « l'Intérêt Particulier » et « l'Intérêt privé ». Intérêt de qui, de quoi, pour qui, pour quoi ?



Retour à la page d'accueil : http://noisy-les-bas-heurts.com




.



 


Commenter cet article

Anne 25/05/2008 18:15

Félicitations ! Bonne continuation !

Jean Remy 25/05/2008 16:23

Bravo,Monsieur Casse, ,Bravo l'équipe de  l'ADIHBH-V, merci au Tribunal
administratif qui a bien raisonné sur le probléme. Peut-être ils
prennent l'A4 tout les jours. Normalement c'est le chemin pour aller à
la chambre des députés!    Continuer à vous battre, des Noiséens vous soutiennent dans votre
démarche ( Pas l'équipe de Monsieur Pajon). Le compteur de visiteurs
est un bon indicateur, on voit qu'il depasse même la commune.  Est-ce que Monsieur Le Maire et son équipe vont
endendre le message des justes? Equipe élu certe, mais pas à une
majoritè écrasante. Et encore toute mes felicitations à votre équipe et à votre blog. JR

Eugéne-Noisy le Grand 25/05/2008 10:58

Vous parlez de l'éventuelle ZAC du Clos d'Ambert, et du lancement de la "Concertation Préalable". Mais s'avez-vous que le Protocole Foncier du 29 octobre 2007, signé entre la commune, Epamarne et l'Etat prévoit des concitions suspensives dans son Article VI, à savoir:a) La signature des actes authentiques prévoyant le versement du prix indiqué au 4ieme alinéa, est conditionné à la purge des délais de Recours contre le PLU, approuvé par le Conseil Municipal du 26 juillet 2007,b).................Le présent protocole sera résilié de plein droit en l'absence de signature d'un acte authentique d'achat des terrains de l'Etat et d'Epamarne avant le 1er octobre 2008.Lorsque nous connaissons les délais  du Tribunal Administratifpour juger les deux Recours déposés par des Associations, il y a du souci à se faire !!!! La justice devrait encore avoir du travail.Sur ce point, de mémoire, au dernier Conseil Municipal du 22 mars, M Etienne Doussain avait soulevé la question. La réponse orale du Maire fût inexistente. Le compte rendu ne parle de rien.Alors, info ou intox, ou tous simplement encore un effet d'annonce comme la délocalisation de la Mairie, le Bois St Martin ou autres.....

Forges d'Aurin 25/05/2008 10:27

Tout à fait d'accord avec Michel Pajon "Il existe trop peu de ville prêtes à construire pour résorber la crise du logement"..Madame la Ministre du logement disait, que le seul respect de la norme actuelle de 20% minimun dans les communes concernées par la Loi SRU, conduirait dans la Région Ile de France, à une valeur proche de 30% de logements sociaux, alors?Ceci étant, Madame Christine Boutin a déclaré le 13 mai dernier vouloir renforcer le rôle des Préfets. Comment: "en territorialisant les politiques de l'habitat, en incitant et/ou en obligeant les communes à construire sous peine de sanctions". (sanctions déjà prévues dans la Loi SRU, mais jamais appliquées).Par ailleurs, l'incontournable Jean Paul Huchon, Président de la Région, propose de tripler les sanctions. Chiche, car la ville de Noisy le Grand, malgré les vélléités de Michel Pajon, n'a pas pour vocation à devenir le dortoir de la Seine Saint Denis, que chaque commune mange sa part du gâteau !