Une prison à Noisy-le-Grand

Publié le par ADIHBH-V

NOISY-LE-GRAND AURA SA PRISON

Une prison à Noisy-le-Grand

Les travaux de la future prison de Noisy-le-Grand (Seine-Saint-Denis) devraient débuter à l’automne 2021. Baptisée « structure d’accompagnement vers la sortie » (SAS), le nouveau centre pénitencier s’inscrit dans le plan immobilier pénitentiaire de 15 000 places présenté en octobre 2018 par Nicole BELLOUBET, alors Garde des Sceaux.

Outre l’agrandissement de la prison de Villepinte, le Ministère de la Justice construira en Seine-Saint-Denis une SAS de 120 places, dont 30 places pour les peines de semi-liberté. Le centre sera implanté boulevard du Ru de Nesle, boulevard limitrophe à la commune de Champs-sur-Marne (Seine-et-Marne) . Cette future implantation a nécessité le déboisement de toute la zone il y quelques mois dans la plus grande indifférence écologique de la Commune de Noisy-le-Grand.

Une prison à Noisy-le-Grand

Pas de mur d’enceinte et un terrain de sport au cœur du centre pour les détenus. (© Champenois architectes / Richez associés)

Ces structures intermédiaires, à mi-chemin entre le milieu carcéral ouvert et fermé visent à « favoriser l’autonomisation et la responsabilisation des personnes détenues, leur prise en charge étant axée sur une préparation effective et efficiente de la sortie ». Concrètement, les personnes détenues et condamnées pourront être affectées en SAS lorsque leur peine ou leur reliquat est inférieur ou égal à un an. 

Contrairement aux prisons traditionnelles, pas question ici de mirador ou de filets anti-hélicoptère. Une clôture remplacera le mur d’enceinte traditionnel.

Une prison à Noisy-le-Grand

                    A l’intérieur, des espaces communs de restauration ou de repos.                             (© Champenois architectes / Richez associés)

Le parti pris architectural interprète le franchissement de la porte de la prison pour la dernière fois au travers de la thématique du seuil. Rompant avec les codes pénitentiaires traditionnels le mur d’enceinte devient une clôture, la porte d’entrée principale renouvelle l’image de l’institution, les aménagements paysagers jouent avec la notion de limite. Dans les cours ou sur le parvis les espaces verts prennent leurs aises sur les alignements, les bancs chevauchent allégrement végétal et minéral. A l’intérieur, les dispositifs multiplient les situations pour ressentir le dedans/dehors : un verger et plusieurs lieux collectifs sont accessibles aux détenus, la circulation principale est à l’air libre et agrémentée d’un jardin d’ornement. Dans les hébergements le rapport entre intérieur et extérieur est changé de l’habitude carcérale : quand on sort de sa chambre on est déjà un peu dehors dans ce patio arboré.

Dans la conception même du bâti, il a été envisagé de limiter les nuisances pour les riverains selon l’Agence Publique pour l’Immobilier de la Justice (APIJ).

La fin des travaux est prévue pour 2023.

____

Contribution bibliographique : Actu Seine-Saint-Denis ; Dorine GOTH, le 08 juillet 2021

Page Facebook : Le Vrai Journal de Noisy-le-Grand

Commenter cet article