Conseil Municipal du 6 mai 2021: Joëlle HÉLÉNON, la tête haute, revendique son engagement

Publié le par ADIHBH-V

________________________________________________________________

JOËLLE HÉLÉNON À L’HONNEUR :

LA TÊTE HAUTE,

ELLE DÉCLAME SON ALLOCUTION

LORS DU CONSEIL MUNICIPAL

DU 06 MAI 2021.
______

Conseil Municipal du 6 mai 2021: Joëlle HÉLÉNON, la tête haute, revendique son engagement

Par arrêté en date du 12 avril 2021 ; Brigitte MARSIGNY a décidé de retirer sa délégation de fonction et de signature à Joëlle HÉLÉNON. Le Conseil municipal du 06 mai, sauf la Preuse Marème FALL, suit la décision de l’Édile comme un seul homme [vraisemblablement au nom de la solidarité vis-à-vis de Joëlle HÉLÉNON (sic)].


Avant le vote, Joëlle HÉLÉNON fait une déclaration publique reproduite intégralement ci-après, fière de ses valeurs et de ces actions menées humblement auprès des Noiséens, quitte le Conseil municipal la tête haute.


______


Madame le Maire,
Chers Collègues,
Chers Noiséens,


Ce jour comptera dans mon apprentissage citoyen et dans mon parcours de femme. Je veux qu’il compte aussi pour les habitants de Noisy que nous représentons et qui fondent mon engagement.

Si je me suis engagée à vos côtés Madame le Maire, c’est parce que j’étais convaincue des valeurs de justice que vous portiez, de dépassement de soi au bénéfice des Noiséens, de sagesse et finesse politiques nécessaires à gagner des combats utiles pour notre Ville.

Et puis… il y a eu le 13 mars 2021.     

Ce jour-là, 4 enfants de notre ville ont été arbitrairement arrêtés par des policiers. Ils ont essuyé des insultes racistes, des coups, des menaces de viol avec une matraque, des humiliations.      Et ils ont été enfermés sans juste motif.      Les familles de ces enfants m’ont appelé, paniquées par l’arrestation. Elles avaient raison, leurs enfants n’avaient rien fait. Je m’y suis rendue et ai demandé l’application du droit par des policiers qui se sont placés en dehors de l’état de droit.

Suite à mon intervention, votre premier communiqué sur les réseaux sociaux a focalisé les débats sur ma personne plutôt que sur cet incident.

Pourquoi m’avoir ainsi livrée aux chiens ? Ma personne ne compte pas, j’ai agi pour ces enfants. Et je suis intimement convaincue, Madame le Maire, que vous le reconnaissez. Le lynchage, l’acharnement dont je fais l’objet n’est toutefois pas comparable à la douleur et au désarroi de ces 4 familles respectueuses d’un quartier dont vous disiez, Madame le Maire, aimer. Qui se préoccupe aujourd’hui de ces familles et de leurs enfants ? Pas vous, Madame le Maire. Vous ne les avez jamais reçues, et ce, en dépit de leur demande.

Nous nous serions tous grandis à dénoncer collectivement la violence de cette situation et de ces 3 ou 4 policiers.     
Que le préfet vous soutienne ou non, ce n’est pas mon souci. Ça ne rendra pas le statut de citoyen que ces policiers ont confisqué à ces 4 enfants.

En tant que citoyenne et élue de la République, je ne peux tolérer que quelques individus souillent l’institution policière. Mais frapper un enfant est un délit, proférer des injures raciales (même contre une élue) est un délit et mener des gardes à vue que l’on sait arbitraires est un délit.  
Cependant, parler de violences policières reviendrait à légitimer cette violence. Ce qui n’est pas le cas ! Les policiers municipaux et nationaux sur notre Ville sont, dans leur grande majorité, de bons professionnels.
Plus que jamais, notre police doit être respectée. Et pour que la police soit respectée, elle ne doit souffrir d’aucun préjugé permanent d’abus et de violence.

Oui à cette « reconquête républicaine » voulue par l’État ! Oui à une police engagée dans la sécurisation, la tranquillité publique, la lutte contre les trafics ! Oui à une police respectueuse des droits de chaque Noiséen, quel que soit sa couleur de peau, son âge, son niveau social, son quartier ! Non à ces policiers qui frappent, qui violentent aveuglément !

J’irai jusqu’au bout de ce qui est devenu aujourd’hui un combat et je resterai jusqu’au bout aux côtés des familles et pour Noisy.  

Je reste convaincue de n’avoir commis aucune erreur, aucun manquement, en me déplaçant ce 13 mars au sein de ce commissariat.      Élu d’astreinte, Adjoint au Maire du quartier Ouest, je fus en soutien de ces familles qui le demandèrent, comme j’ai été en soutien de noiséennes victimes de violences conjugales pour qu’elles portent plainte.

Je reste convaincue d’avoir fait respecter la loi quand je demande - quand j’insiste - pour la venue d’un médecin pour ce jeune sorti de garde à vue avec un hématome à la tête. Vous avez banalisé, Madame le Maire, ainsi que votre 1er adjoint, ce visage et ce cou, rouges de la morsure de la botte de ce policier sur la tête de ce jeune.     Moi, je m’y refuse.

Aujourd’hui, des plaintes ont été déposées. Une enquête a été ouverte par Loïc Pageot, procureur adjoint près le Tribunal de Bobigny. Une enquête dont on sait qu’elle a débuté depuis ce lundi.

J’irai également jusqu’au bout pour faire la lumière sur ce courrier du Préfet de Seine-Saint-Denis. Ce courrier sur lequel, Madame le Maire, vous vous fondez pour le retrait de mes délégations. J’ai même envie de dire, derrière lequel vous vous réfugiez pour prendre une telle décision.

Ce courrier, à plus d’un titre, interroge. Des éléments de fond tels que la diffamation, la subornation de témoins. Mais aussi, des éléments de forme avec, notamment, une signature dont l’expertise d’un expert graphologue près la Cour d’appel de Paris, atteste que Georges-François LECLERC n’est pas l’auteur de la signature figurant sur ce courrier.

J’ai donc déposé une plainte contre x pour faux et usage de faux. Celle-ci a été adressée au dit Préfet. Je tiens à souligner, Madame le Maire, ne point vous accuser d’une quelconque falsification.

J’ai pris connaissance du tweet du Préfet, qui confirme être l’auteur et le signataire de ce courrier. Si le sujet n’était si grave, cela en serait risible. C’est ubuesque ! C’est affligeant ! C’est pitoyable !

Tirer au clair ce point est justement la raison du dépôt de plainte.

Il y a désormais une vraie cassure.

J’exècre cette vieille et sale politique qui nous amène à des débats, comme celui-ci, totalement déconnectés du quotidien des noiséens.

J’exècre cette vieille et sale politique qui oublie l’intérêt général, qui foule aux pieds l’intérêt de la Cité.

J’exècre cette vieille et sale politique qui conduit à taire l’infamie connue pour le confort d’un fauteuil en soie et la satiété de petits privilèges.

J’ai profondément honte de tels agissements, indignes de la confiance que les noiséens ont placé en notre équipe.

Je souhaite terminer cette prise de parole par quelques mots pour remercier :

-    Marinette MALGAT. Tu fus la première à m’appeler pour connaître les faits. Merci. Cela aurait dû être l’attitude de tous les membres de cette équipe. Et non une pétition, des calomnies.
-    Pascal LAGUILLY Tu fus mon « compagnon de route » sur plusieurs dossiers « Habitat » au sein du quartier dont j’avais la délégation. Merci.
-    Dayan DOUCOURE. J’ai beaucoup milité pour que tu rejoignes cette équipe, contre l’avis de plusieurs. Je te souhaite bonne chance.
-    Mes derniers mots seront pour toi, Mareme FALL. Tu es une femme extraordinaire, dotée d’une vraie intelligence de vie. Beaucoup te raillent, te sous-estiment. Ils sont tort. Ne change surtout pas !

Ce soir, je reste la tête haute. Je reste fière de mes valeurs et de ces actions menées, très humblement, pour les noiséens, et en toute loyauté, vis-à-vis de vous, Madame le Maire.

Ma conscience n’est entachée en rien. Je laisse chacun avec le poids de la sienne !

Déclarations de certains élus réalisées lors de ce Conseil

Fichier audio du point N°3 du Conseil Municipal

____

 


Retrouvez-nous sur Facebook

 

Publié dans Conseil municipal, Divers

Commenter cet article

Le Vrai Journal de Noisy-le-Grand 14/05/2021 16:50

Le Vrai Journal de Noisy-le-Grand poursuit son enquête suite aux déclarations de Madame le Maire lors du CM du 06 mai dernier.
Brigitte MARSIGNY – 44’25, affirme qu’aucune famille du Palacio ne lui demandé une audience suite aux incidents avec la Police. FAUX… Le Vrai Journal de Noisy a rencontré une famille impliquée qui nous révéle que les familles du Palacio ont tout fait pour rencontrer et expliquer à Brigitte MARSIGNY les bavures Policières supposées. Alors…. ?
Par ailleurs, face à ces déclarations supposées contraires à la vérité, Mareme FALL (élue) , à plusieurs reprises, demande la parole pour donner son point de vue sur cette affaire. Brigitte MARSIGNY ne lui donne jamais la parole. Drôle de notion du contradictoire pour une Avocate.

Le Vrai Journal de Noisy-le-Grand 14/05/2021 10:17

A lire, très instructif, le Préfet actuel de Seine-Saint-Denis, Monsieur Georges-Francois LECLERC vient de Nice. Le PARISIEN du 12 avril 2019 rapporte qu’il y aurait encore des embrouilles dans l’air ?


https://www.lci.fr/police/georges-francois-leclerc-le-prefet-des-alpes-maritimes-mute-en-seine-saint-denis-paye-t-il-les-consequences-de-l-affaire-legay-2118202.html

Extrait du PARISIEN le 12 avril 2019 :

Le 12 avril 2019 à 18h37, modifié le 12 avril 2019 à 20h48
« ….La Seine-Saint-Denis a un nouveau préfet. Il s'agit de Georges-François Leclerc, dont la nomination a été officialisée ce mercredi en conseil des ministres. Il arrive des Alpes-Maritimes, où plusieurs dossiers l'ont placé sous le feu des projecteurs.
Dernier en date : la blessure de Geneviève Legay lors d'une manifestation des Gilets jaunes à Nice (Alpes-Maritimes) le samedi 23 mars. Cette dernière a décidé de porter plainte contre le préfet sortant et contre les forces de l'ordre.
Avant ça, Georges-François Leclerc avait dû gérer l'épineux dossier des migrants à la frontière franco-italienne. Dans ce cadre, il avait porté plainte pour « injure publique » contre Cédric Herrou, agriculteur militant et figure de l'aide aux migrants, qui avait comparé le traitement réservé aux migrants à celui des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale. Cédric Herrou a été relaxé le 14 février dernier mais le préfet avait rapidement annoncé son intention de faire appel.
Georges-François Leclerc prend la suite de Pierre-André Durand, nommé préfet de Région en Normandie….. »

Le Vrai Journal de Noisy-le-Grand 13/05/2021 17:24

Hormis que ce Conseil municipal affligeant a touché le fond de la décence, nous avons quelques suspicions sur le fond des débats lorsque Le Vrai Journal de Noisy-le-Grand écoute l’enregistrement et enquête sur le sujet. A savoir, entre autres :
Brigitte MARSIGNY-16’25 : Dans le courrier du Préfet que le Président de l’ADIHBH-V a pu consulter, Georges-Francois LECLERC parle d’un Gardien de la paix qui a subi une blessure à la tête. Dans son exposé Madame le Maire trouve subtil de mentionner qu’elle imagine que « plusieurs policiers auraient pris un pavé sur la tête » ! Pour un seul pavé sur la tête comme le rapporte la rumeur (Brigitte MARSIGNY – 38’38) et comme l’enquête du Procureur devra le déterminer, il nous semble évident que si ce fait est avéré, le Gardien de la Paix réceptionniste du pavé qui lui arrive sur la tête, sans casque, en provenance du Xieme étage, doit rester au sol. Les témoins sur place au PALACIO n’ont rien constaté, et des traces de sang n’ont pas été détectées sur le sol. En Rugby, une plaie du cuir chevelue, ça saigne.
Eric ALLEMON – 26’25: Le 1er Adjoint indique que ce n’est pas Madame HELENON qui lui a demandé de se déplacer, mais que c’est Madame le Commissaire de Noisy-le-Grand (comprenons Me Anne MUSART) qui lui a téléphoné. Eric ALLEMON à la mémoire défaillante car Joëlle HELENON lui a également téléphoné pour lui exposer les faits qui se déroulaient au Commissariat. Ce dernier lui demandait même si elle souhaitait qu’il se déplace, ce en quoi elle répondait par l’affirmative !
Brigitte MARSIGNY – 42’03 : Brigitte MARSIGNY rapporte que lors de leur entretien, Joëlle HELENON n’a pas été capable de préciser qu’elles étaient ces injures, ignoble !!!... ! Le Vrai Journal de Noisy-le-Grand ne citera pas ici le type d’injures d’un Policier qui lui faisait face, mais précisera tout simplement que Joëlle HELENON est Française, née à Fort-de-France. Ainsi, une plainte contre X du Chef d’Injures publiques à raison de l’origine ou de l’appartenance d’un individu à une ETHNIE,……a été déposée près le Tribunal Judiciaire de Bobigny par l’Avocat de Joëlle HELENON.

Taillandier 12/05/2021 15:30

Il me semble évident que tous les élus qui se sont inclinés lors du vote pour destituer Joelle HELENON le 06 mai 2021 doivent maintenant avoir une conscience qui vacille. C’est le genre de manœuvre bassement politicienne qui, le matin devant la glace de votre salle de bain, vous donne des nausées, voire des insomnies.
Electoralement, il va falloir dans quelques mois payer la facture dans les quartiers populaires. Ça ne devrait pas être gratuit au PALACIO ???

Forgeron 13/05/2021 07:12

Payer la facture !!..Vous voulez dire solliciter les voix des électeurs du PALACIO?
Ah oui, je pense que Marème FALL va faire le boulot...Il sera intéressant de voir et de comparez les résultats avec Juin 2020

Gérard 12/05/2021 14:48

C'était pitoyable.
On se croirai revenu à la 3ème République où les représentants du peuples s'insultaient à qui mieux mieux.
Et dire que ces gens là prennent des décisions en notre nom....

Maxime 12/05/2021 14:38

Conseil municipal lamentable pour ce qui est de la démocratie.
Les insultes fusent et il n'y a aucun respect d'une contestation qui, tant qu'elle n'a pas été formulée, devrait être acceptée comme légitime.