Brigitte Marsigny communique

Publié le par ADIHBH-V

UNE ELUE VIOLEMMENT PRISE A PARTIE, BRIGITTE MARSIGNY COMMUNIQUE

Brigitte Marsigny communique

Lundi dernier, j’ai dû prendre à regret une décision de retrait de délégation vis-à-vis d’une de mes adjointes qui suscite une polémique à laquelle je me dois de répondre.
Le 13 mars dernier, cette adjointe s'est rendue au commissariat après une intervention de l’unité départementale de la Police Nationale aux Espaces d’Abraxas et a eu manifestement un comportement inadapté.

 
S’il ne lui a pas été reproché d’aller au Commissariat apporter son soutien aux parents des mineurs interpellés, en revanche, son emportement vis-à-vis des services de police n’avait pas lieu d’être.

           
Monsieur le Préfet de la Seine-Saint-Denis m’a ensuite adressé un courrier dans lequel il « condamne fermement cette tentative d’immixtion d’une élue dans le travail de la police », ajoutant que « pendant près de trois heures, elle s’est illustrée par un comportement indigne de sa fonction » et me demandant de prendre des mesures en conséquence.


L’attitude de cette élue a porté atteinte à la déontologie et à l'éthique sur lesquels mon équipe est engagée, à la politique de sécurité pour tous les Noiséens que nous prônons depuis 2015 et à notre action quotidienne en faveur des quartiers populaires.
Nous lui avons demandé, à plusieurs reprises et cela pendant près d’un mois, de présenter ses excuses pour son manque de discernement, ce qu'elle a refusé. En tant que premier magistrat de la ville, je ne peux accepter une telle attitude. A regret, j'ai donc dû lui retirer sa délégation d'adjointe qui consiste à représenter le Maire en toutes circonstances. Comme je m’y étais engagée auprès d’elle, elle en a été la première informée par sms, mail et courrier ce lundi, après lui avoir laissé un dernier week-end de réflexion.

Ma vision de la sécurité est avant tout sociale. J’ai été avocate et je le resterai. Quand je veux améliorer la sécurité, je pense d’abord aux plus fragiles d’entre nous et à ceux qui vivent dans les quartiers populaires. Car les premières victimes sont les plus fragiles, ceux qui n’ont pas les moyens de se protéger, ceux qui ne veulent pas que leurs enfants s’inspirent de mauvais exemples.

Conformément à mes engagements, je continuerai à porter une politique de sécurité dans notre ville, et notamment dans les quartiers prioritaires. Une politique équilibrée sur ses deux piliers : une présence policière forte en partenariat avec l'Etat et un dialogue approfondi grâce aux médiateurs.

On dit souvent que la sécurité est la première des libertés. En réalité, elle est aussi la première condition de l’égalité des droits.

Sachez que, comme je le fais depuis 2015, je resterai toujours à la disposition de tous les habitants de la Ville, sans exception.

 
Bien fidèlement.

Brigitte MARSIGNY

Maire de Noisy-le-Grand

Conseillère régionale Ile-de-France

Contribution bibliographique : Information aux Noiséens - le 14/04/2021-Brigitte MARSIGNY -Facebook

Commenter cet article

Doussain Etienne 15/04/2021 10:53

On me permettra de penser que "l'emportement" de l'élue gravement mise en cause ne peut avoir été totalement spontané... Il y a donc des raisons à la colère ! Que le Préfet en rajoute ne l'exonére pas de la recherche de la vérité sur cette triste affaire..., tout comme le maire, bien évidemment.
Au dela du discours sur les engagements au service des plus faibles, il reste un fait (ou des faits...) qui ne peut être réduit à de simples excuses...
Cela apparaît pour le moins extravagant...
On attend la suite qui ne tardera pas, à l'évidence.