Histoire du quartier des Bas-Heurts à Noisy-le-Grand

Publié le par ADIHBH-V

REVISITONS L’HISTOIRE

DU QUARTIER

DES BAS-HEURTS

À NOISY-LE-GRAND

Histoire du quartier des Bas-Heurts à Noisy-le-Grand
Démolitions sur la ZAC des Bas-Heurts - Octobre 2020

Démolitions sur la ZAC des Bas-Heurts - Octobre 2020

En décembre 2004, la municipalité de Noisy-le-Grand sous l’égide du Socialiste Michel PAJON décide de créer la ZAC du Clos aux Biches ayant pour but de pratiquer la « tabula rasa » de 75 pavillons pour édifier 1500 logements collectifs.

En septembre 2004, une grande partie des habitants des Bas-Heurts se constitue en Association de défense (l’ADIHBH-V) pour s’élever contre la destruction de leur quartier. Avec la contribution d’un groupe de 14 étudiants de l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris La Villette (l’ENSAPLV) et de deux Professeurs, ils se mobilisent contre ce projet de nouveau quartier qui menace notamment la suppression du tissu pavillonnaire des Bas-Heurts à l’Ouest de la Commune.

Le travail conjoint de l’ADIHBH-V et des étudiants permet de rendre plus intelligible la situation du quartier auprès de la Commission d’Enquête Publique (DUP) Préfectorale de Janvier - Février qui, en avril 2007, délivre « un avis défavorable unanime » à la DUP. En 2010 le Tribunal administratif de Cergy Pontoise et la Cour d’Appel de Versailles confirment cet avis.

Mais un malheur n’arrivant jamais seul, pour la municipalité en place, en 2010, ce même Tribunal Administratif annule le PLU de Noisy-le-Grand voté en Juillet 2007.

Michel PAJON et toute sa clique étant désavoués et n’ayant plus l’autorité pour agir, un coup d’arrêt est donné au premier projet d’aménagement des Bas-Heurts.

En 2014, un nouveau projet de ZAC des Bas-Heurts / Clos aux Biches est mis sur la table par la Mairie de Noisy-le-Grand avec l’arrivée d’un nouveau Directeur de l’Urbanisme.

Ce nouveau projet, tout en s’inspirant de certains des grands principes du projet étudiants de l’ENSAPLV de 2007, pose toujours le même problème de fond : celui de s’implanter dans un site sans en considérer ni le parcellaire, ni les typologies existantes, ni les habitants.

De plus, il génère de brutales ruptures d’échelles entre les tissus pavillonnaires existants et de grands collectifs culminant à R+9 ou R+10, perturbant l’équilibre morphologique du quartier, après en avoir expulsé les habitants.

L’ADIHBH-V ne désarme pas, et en novembre 2014, elle décide de faire appel à l’équipe d’Architecture et d’Urbanisme d’ASPHALT, quatre anciens étudiants de l’ENSAPLV.

Une équipe novatrice qui défend la manière de faire de la ville raisonnée et progressive, prenant le temps de s’ancrer dans un territoire et de tisser des liens avec les composantes et ses acteurs.

En fait, la demande de l’ADIHBH-V consistait à ce que ce nouveau projet préserve scrupuleusement les maisons encore habitées sur le site et atteigne une constructibilité totale de 900 logements maximum, densité plus appropriée au site déjà enclavé.

Chemin faisant, l’élection municipale de mars 2014 pointe son nez. Sujet sensible devenant un point essentiel de campagne électorale, le projet tant décrié de ZAC du Clos aux Biches par la plupart des candidats interrogés par l’ADIHBH-V fragilise encore plus la réélection du Socialiste Michel PAJON, monarque depuis 20 ans sur la Ville. En fait, droite et gauche prônent un urbanisme apaisé, condamnent les démolitions systématiques et la politique du bétonnage, promettant de stopper tout ce qu’il est encore possible de stopper.

Finalement, après diverses péripéties, la candidate Les Républicains (LR) Brigitte MARSIGNY remporte cette élection municipale de Noisy-le-Grand avec un écart entre les deux candidats de seulement 33 voix. En Juillet 2016, Les magistrats du Conseil d’Etat, plus haute instance administrative du pays, ont suivi les conclusions du rapporteur et renvoient définitivement le Socialiste Michel PAJON à ses chères études. Brigitte MARSIGNY occupe le poste de Maire de Noisy-le-Grand en toute légalité depuis le 20 septembre 2015.

Ainsi, le soleil étant au zénith sur les Bas-Heurts, Brigitte MARSIGNY s’inscrit dans la mouvance d’une densité contrôlée s’installant dans un tissu existant. Elle choisit de conserver l’Agence DEVILLERS & ASSOCIES comme maîtrise d’œuvre et propose de relancer le projet sur de nouvelles bases. L’objectif est cette fois de se baser sur les conclusions du travail conjoint effectué entre l’Agence ASPHALT et l’Association ADIHBH-V.

Pour affirmer cette volonté de travail collectif et apaisé, Brigitte MARSIGNY et l’Aménageur SOCAREN décident d’organiser en amont de véritables séances de concertation pour établir avec les habitants les grands principes du futur projet. Ils choisissent pour cela de faire appel à ASPHALT- Architecture et Urbanisme, dans la continuité de l’action réalisée avec l’Association des habitants.

Ce travail, réalisé entre Janvier et Mars 2017, se répartit donc en un certain nombre de rencontres, rassemblant à chaque fois élus, représentants de l’Aménageur SOCAREN, Agence DEVILLERS & ASSOCIES, (Urbaniste et Coordinateur) de la future ZAC des Bas-Heurts, et animées par les Architectes de l’Agence ASPHALT au travers d’une réunion d’introduction et deux séances de travail. Ces séances sont fructueuses car les habitants peuvent s’exprimer et prendre part à l’élaboration du projet par le biais de différentes thématiques, soit : voiries, espaces publics et mobilité, typologies et formes urbaines. Le résultat de ces réunions est la rédaction d’un cahier des prescriptions qui fut communiqué ultérieurement à l’équipe de Maîtrise d’œuvre qui s’est engagée à en tenir compte dans la conception du projet final.

Le 19 Avril 2017, marque le point final d’un différend de plus de 13 ans, lors d’une réunion publique organisée par la Commune réunissant toutes les composantes du projet et les Noiséens et dont la plaisanterie aura couté plus de 10 millions d’euros à la Commune. Signe d’une bonne gestion !!!.... À cette occasion, l’Agence DEVILLERS & ASSOCIES dévoile l’esquisse du schéma global d’aménagement projeté pour le quartier des Bas-Heurts. Ce plan, susceptible d’évolution en fonction de l’aboutissement des négociations foncières amiables, remporte l’adhésion des habitants et de l’ADIHBH-V qui y voient le début d’un renouveau pour le quartier et qui auront le plaisir d’y résider.

Aménagement de la ZAC des Bas-Heurts - Projet Passage des Aulnettes – Lot M4

Aménagement de la ZAC des Bas-Heurts - Projet Passage des Aulnettes – Lot M4

Aménagement de la ZAC des Bas-Heurts - Projet Coulée verte – Côté Est – Lot M1

Aménagement de la ZAC des Bas-Heurts - Projet Coulée verte – Côté Est – Lot M1

Mémoire ASPHALT

Les Bas-Heurts 2004-2017

Les habitants à la conquête du projet urbain

Cliquer ci-dessous

Les habitants à la conquête du projet urbain

 

L’ADIHBH-V exprime toute sa gratitude aux membres fondateurs de l’Agence ASPHALT : Camille QUANCARD, FANNY RITTER VON MARX, Patrick D’ANDLAU et QUENTIN SEBILLE pour nous avoir autorisé à publier ce Mémoire qui fut pour eux l’occasion de se forger des convictions qui sont aujourd’hui au centre de leurs préoccupations professionnelles.

Évidemment, nous en profitons aussi pour rendre hommage encore une fois au groupe des 14 étudiants de l’ENSAPLV 2007 et leurs Professeurs Jean HARARI et Gérald GRIBET que nous n’oublions pas.

Commenter cet article

Alain Cassé-Président de l'ADIHBH-V 03/12/2020 19:15

Non, Etienne DOUSSAIN, je ne peux pas vous laisser dire cela. L’ADIHBH-V ne met pas ses souvenirs à la poubelle. L’ADIHBH-V a de la mémoire et se souvient très bien que dès le début de cette affaire en 2004, le PCF de Noisy-le-Grand soutenait notre combat alors que vous étiez dans la majorité du Socialiste Michel PAJON au Conseil municipal.
L’ADIHBH-V se souvient très bien que vous étiez présent avec nous à l’Ecole d’Architecture de La VILLETTE, lorsque les étudiants présentaient l’avancement de leurs travaux sur le premier contre-projet de 2007.
L’ADIHBH-V est toujours persuadé qu’aujourd’hui encore, Noisy-le-Grand à Gauche Vraiment reste très attentif au projet urbain de réaménagement de la ZAC des Bas-Heurts.
Alors oui, dans ce billet, nous avons parlé simplement d’un soutien à l’ADIHBH-V de la DROITE et de la GAUCHE Noiséenne sans citer explicitement pour une fois les partis politiques. C’est la seule gaucherie que nous pouvons admettre. Aussi, cela ne fait pas de l’ADIHBH-V obligatoirement des Poubelleurs.

Doussain Etienne 03/12/2020 12:07

Juste un regret partisan, comme il se doit, les élus communistes présents dès 2004 dans cette lutte, puis Noisy Solidaire prenant le relais, sont passés dans la poubelle... de l'histoire...
Dommage

LF 03/12/2020 11:37

C'est vrai que ce projet Bas-Heurts qui touche beaucoup de sujets de notre temps est aussi une aventure humaine qui permet de croiser des personnes compétentes et passionnantes