Présentation de la ZAC de Noisy-Champs au SIMI

Publié le par ADIHBH-V

SIMI 2019 : PRÉSENTATION


 DE LA ZAC NOISY-CHAMPS


 PAR Mme BRIGITTE MARSIGNY
______

Présentation de la ZAC de Noisy-Champs au SIMI

Noisy-Champs est appelée à devenir une gare majeure du réseau de transport du Grand Paris Express en mettant en correspondance

•    Les lignes 15 et 16 du Grand Paris Express
•    La ligne 11 du métro, prolongée depuis Rosny-sous-Bois Périer
•    Le RER A
•    Une dizaine de lignes de bus

Si ce niveau d’intermodalité et de multi-modalité lui confère une place particulière dans la hiérarchie des pôles de transport franciliens, sa situation géographique est tout aussi singulière.

Présentation de la ZAC de Noisy-Champs au SIMI

En effet, la future gare s’implante sur la frontière communale entre Noisy-le-Grand et Champs-sur-Marne, limite départementale entre la Seine-Saint-Denis et la Seine-et-Marne mais également celle de la métropole du Grand Paris à l’est.

Pour autant, rien dans le projet de gare ni dans l’opération d’aménagement de Noisy-Champs, comme j’aurai l’occasion d’y revenir, ne vise à rappeler cette notion de limite ou de frontière : au contraire, la nouvelle infrastructure de transport et les projets urbains qui l’accompagnent sont là pour renforcer des liens évidents, des complémentarités, par-delà les limites administratives et les fractures physiques.

En effet, avec les aménagements idoines, cette gare permettra de desservir facilement, dans un cadre apaisé et favorable aux mobilités douces, d’importantes zones résidentielles, existantes ou à venir de part et d’autre de la frontière communale, mais également la Cité Descartes, pôle universitaire et de recherche de premier plan ou encore le centre commercial du Champy, qui sera réhabilité, renforcé et étendu pour être en contact direct avec la gare

Présentation de la ZAC de Noisy-Champs au SIMI

La volonté de gommer les frontières physiques s’observe d’abord dans l’objet architectural que constitue la future gare, que l’on doit à l’Agence Duthilleul, spirale posée entre Noisy-le-Grand et Champs, qui aura pour tâche de faciliter aux 150 000 usagers qui la fréquenteront les échanges entre les différentes lignes, établies entre -21 mètres de profondeur pour la ligne 16, - 13,5 mètres pour la ligne 15, les niveaux accueillant le RER A, et finalement la surface.

Présentation de la ZAC de Noisy-Champs au SIMI

Paradoxalement, c’est peut-être au niveau de la surface que se situent les enjeux les plus importants. L’emprise du chantier des lignes 15 et 16, s’étendant sur un linéaire de près de 2 km entre Noisy-le-Grand et Champs-sur-Marne, a exacerbé la coupure physique qui existait entre les deux communes, bien visible sur la vue aérienne.

En effet, Noisy-le-Grand et Champs-sur-Marne s’avèrent actuellement séparés par le Boulevard du Ru de Nesle, infrastructure routière au caractère peu urbain avec un profil à 2 X 2 voies, un trafic important et une vitesse des véhicules que les feux et autres dispositifs de gestion dynamique avaient du mal à limiter.

En plus de cette infrastructure routière, des emprises foncières constituées par des délaissés d’un projet autoroutier jamais réalisé, sur lesquelles sont établis les chantiers de la Société du Grand Paris, faisaient office de no-man’s land à l’est de Noisy-le-Grand et ne facilitaient pas des déplacements courts par exemple ceux d’étudiants de la Cité Descartes se rendant au centre commercial du Champy

Présentation de la ZAC de Noisy-Champs au SIMI

Pour corriger les difficultés constatées dans les déplacements et plus largement pour tirer profit de l’augmentation de la qualité de la desserte du secteur avec l’arrivée des nouvelles lignes de métro, et intégrer physiquement la future gare à son environnement, un projet urbain a été développé.

Il vise à ce que la gare et ses dessertes bénéficient aux populations et aux actifs accueillis dans de nouveaux programmes de construction, mais également aux quartiers déjà-là, comme par exemple celui du Champy qui relève de la géographie prioritaire de la politique de la Ville.

En outre, il s’appuie sur la possibilité de déplacer le boulevard du ru de Nesle au-dessus des infrastructures du Grand Paris express, libérant des emprises constructibles à la place de la voirie, sans consommation supplémentaire d’emprises en pleine terre.

La révision du plan local d’urbanisme, finalisée à l’automne 2017, a été l’occasion de définir une orientation d’aménagement et de programmation sectorielle résumant ces principes autour des objectifs suivants :

•    Accueillir une programmation urbaine mixte autour de la gare en préservant le poumon vert que constitue le parc de la Butte Verte
•    Requalifier les quartiers existants, notamment en développant des liaisons les reliant à la gare et en traitant les différences d’altimétries, caractéristiques de l’urbanisme sur dalle des quartiers du Champy et de la Butte Verte.

Présentation de la ZAC de Noisy-Champs au SIMI

En 2017, en parallèle à la révision du PLU, une concertation préalable à une opération d’aménagement a été lancée, alimentée par les travaux d’une équipe de maîtrise d’œuvre urbaine sous l’égide de l’agence D&A, qui a abouti à l’élaboration d’un schéma directeur d’aménagement, validé dans le cadre du bilan de cette concertation, en décembre 2017.

C’est également en décembre 2017 que les premières réponses opérationnelles destinées à traiter les enjeux identifiés dans l’aménagement du pôle gare de Noisy Champs et de ses abords ont été apportées.

Ainsi, une concession d’aménagement a été attribuée à la société publique locale d’aménagement d’intérêt national Noisy-Est, créée par la Commune de Noisy-le-Grand et l’établissement public d’Aménagement Epamarne.

Outre de permettre de disposer d’un outil dédié pour l’aménagement des abords du Pôle Gare de Noisy-Champs, cette structure marque la volonté d’assurer une cohérence du projet urbain de part et d’autre de la frontière communale, dans la mesure où Epamarne est en charge des ZAC de la Haute Maison et des Hauts de Nesle sur la Commune de Champs-sur-Marne, dans le cadre du « Plan Guide Descartes ».

Le positionnement du pôle gare dans la géographie métropolitaine, sa contribution aux enjeux définis par l’intérêt métropolitain en matière d’aménagement, notamment en ce qui concerne la réduction des fractures et coupures liées aux infrastructures de transport et l’intensification urbaine à proximité d’un pôle de transport ont milité pour la reconnaissance de l’opération d’aménagement du pôle gare comme relevant de la compétence métropolitaine, ce qui a été validé par le conseil de la métropole lors de sa séance du 11 octobre 2019.

 

Présentation de la ZAC de Noisy-Champs au SIMI

Depuis 2018, la désignation d’une nouvelle équipe de maîtrise d’œuvre est en cours, recourant à une « procédure concurrentielle avec négociations » dans le but de mettre en place dans les prochains jours un accord-cadre mono-attributaire à marchés subséquents.

L’équipe de maîtrise d’œuvre urbaine interviendra également au-delà du périmètre de la concession d‘aménagement et de la future ZAC. En effet, l’accord-cadre s’organise dans un groupement de commande entre le concessionnaire de l’opération d’aménagement, la SPLA-IN Noisy Est, et la Commune de Noisy-le-Grand.

Les opérations de requalification des quartiers existants qui sont aussi importantes à mes yeux, si ce n’est plus, que l’intégration de nouveaux programmes de construction au pied de la gare du Grand Paris Express, seront ainsi conçues par le même maître d’œuvre, renforçant la cohérence du futur quartier de gare.

Concernant l’opération d’aménagement du Pôle Gare, le groupement qui sera retenu aura entre autres la charge de poursuivre la conception urbaine de l’opération d’aménagement en élaborant son plan guide et de préparer la création de la zone d’aménagement concerté, envisagée à l’automne 2020.

D’ici-là, des négociations seront à finaliser autour du dévoiement du boulevard du Ru de Nesle, voirie départementale partagée entre les CD 93 et 77, et de la prise en charge de son déplacement.

Un combat est également à mener pour que les infrastructures de transports prévues pour desservir le pôle soient effectivement réalisées et que les plannings de mise en service soient respectés : cela concerne particulièrement la ligne 11, dont le prolongement depuis Rosny-sous-Bois Périer est menacé, mais également la ligne 16, dont la section entre Clichy-Montfermeil et Noisy-Champs est susceptible d’être décalée au-delà de 2030, ce qui serait inacceptable.

______

 

Remerciements : Toute notre gratitude à Madame Brigitte MARSIGNY, Maire de Noisy-le-Grand, qui a bien voulu nous communiquer sa conférence.

 

Publié dans Divers, Information

Commenter cet article

Françoise GUICHE 16/12/2019 10:38

Lors de la séance du conseil municipal du 3 octobre 2019, Mme Marsigny avait inscrit à l’ordre du jour la demande de reconnaissance de l’intérêt métropolitain de l’opération d’aménagement du Pôle-Gare de Noisy-Champs à la Métropole du Grand Paris.
Il me paraît intéressant, pour votre information, de vous faire part de mon intervention en tant qu’élue de Noisy Solidaire À Gauche Vraiment sur cette question pour laquelle j’avais voté CONTRE.

Madame le maire,
Bien que vous ayez lors d’une précédente séance évoqué que des discussions pourraient être menées avec la Métropole du Grand Paris pour rendre la ZAC d’intérêt métropolitain, vous connaissez l’importance de maîtriser l’évolution du territoire communal puisque après avoir retiré votre délégation à l’urbanisme à votre adjoint, vous avez jugé utile d’en conserver personnellement les pouvoirs.
Pourquoi se séparer de la maîtrise de l’aménagement d’un secteur hautement sensible aux enjeux majeurs pour la ville et le territoire ?
Que cache cette demande de transfert à la Métropole qui n’a rien demandé ?
Le Territoire et la ville ont une grande expérience et des outils locaux d’aménagement.
Alors pourquoi risquer que la MGP ne concède à un aménageur privé l’aménagement de ce quartier qui recouvre de grandes potentialités pour répondre aux défis écologiques, économiques et sociaux d’une population fragile ?
Vous le dites vous-même, le PLU prévoit les objectifs d’aménagement que vous mettez en exergue pour justifier du transfert de compétences.
Tout le monde a compris que les périmètres de 15 minutes autour des gares du Grand Paris express doivent être hautement densifiés et valorisés quitte à sacrifier les espaces naturels, les logements sociaux, les commerces déstructurés (Champy), les poches pavillonnaires : des objectifs difficiles à assumer en tant que maire alors que vous disiez vouloir maîtriser le bétonnage ?
Noisy Solidaire À Gauche Vraiment votera contre.

S’adressant à l’ensemble des élus qui lui ont fait des remarques similaires, Mme Marsigny a répliqué : ce serait bien que vous étudiiez les uns et les autres, les dossiers (sans doute un moment de mépris de sa part ?) ! Elle a poursuivi : Les ZAC sont passées à l’EPT. Si c’est le territoire qui gère, le bâti revient à la ville et à l’EPT.
Accusant l’ancienne majorité de n’avoir rien fait pendant des années, Mme Marsigny a indiqué que l’intérêt de passer en métropole est qu’on pourra déplacer le boulevard du Rû de Nesles car il n’est pas possible de construire sur le passage du tunnelier et dans le bois. Un barreau sépare les deux villes avec une gare au milieu de nulle part. A cela s’ajoutent le retard de la ligne 15, le report de la ligne 16 à 2030 et les incertitudes de la ligne 11 jusqu’à Noisy-Champs. Or, le Préfet de Région veut avancer sur la zone Est.

Elle a estimé que la ville a tout intérêt à avoir de véritables interlocuteurs pour défendre l’Est parisien et permettre aux noiséens et aux commerçants un développement de ce quartier. L’intérêt métropolitain est que cette opération sera déficitaire, compte tenu du peu d’espaces. Cette opération évitera aux noiséens de supporter le déficit. Elle a fait remarquer aux élus de l’ancienne majorité que les projets qu’ils défendaient en 2015 ne peuvent plus être mis en place aujourd’hui et, pour finir, contesté d’entendre que ses projets sont inconsistants parce qu’elle ne saurait pas quoi faire.

Notre commentaire supplémentaire : le premier « gros mot » est lâché ! Cette opération sera « déficitaire » donc on laisse l’affaire à la métropole, quitte à perdre la maîtrise totale sur l’ensemble du quartier.
Le deuxième « gros mot », c’est que l’EPT et la ville, version Brigitte Marsigny, visiblement, ne souhaitent pas s’embarrasser avec une ZAC pour aménager ce secteur. Ce qui veut dire que la décision noiséenne s’est prise ailleurs, sauf avis contraire. Et l’ailleurs, c’est l’ETP ! CQFD…
Noisy Solidaire À Gauche Vraiment persiste à penser que c’est une erreur qui aura de lourdes conséquences pour ce secteur important de la ville et ses habitants.
Nous n’osons pas penser que la ville s’est débarrassée ainsi d’une « patate chaude »…

Voilà, un bon exemple de délibération majeure qui aurait amplement mérité un débat préalable avec tous les conseillers municipaux en amont. Nous disons bien, tous les conseillers municipaux !