La propreté à Noisy le Grand ?

Publié le par ADIHBH-V

NOISY - LE - GRAND

 AGIT POUR LA PROPRETÉ
_____

Soucieuse de consulter les noiséens sur la propreté de Noisy-le-Grand, la Ville a mis en ligne en septembre et octobre 2017 un questionnaire auquel plus de 700 noiséens auraient  répondu. Sauf erreur, il semblerait que les résultats de cette étude n’ont pas été divulgués au public. Faut-il en conclure que 85% des Noiséens n’étaient pas satisfaits ?

Conjointement, Brigitte MARSIGNY a lancé à l’automne dernier une grande campagne de sensibilisation à la propreté (affichage, actions du Conseil des Sages avec le Conseil municipal des enfants, …..)

En s’appuyant sur les observations des habitants, la Ville a construit un plan d’action ciblé, avec une réorganisation de ses équipes dédiées à la propreté, un découpage de la Commune en deux secteurs d’intervention pour plus d’efficacité, et l’achat de corbeilles de rue et de matériel supplémentaire pour le nettoyage.

Consulter : La propreté en actions, NOISY mag n°244
Cliquer ici

Autant de mesures qui ne seront efficaces qu’avec l’implication de tous…

Mais ce n’est pas tout…, par exemple :

L’affichage sauvage,

Une vraie plaie cette affaire. De novembre 2017 à Janvier 2018 « l’Ile aux Pirates » a maculé tout le quartier de La Varenne, tant sur les poteaux de signalisation que sur certains édifices. Après maintes et maintes protestations, enfin, le propriétaire a été verbalisé par la Police municipale début janvier 2018 et a été convoqué au Tribunal de Police. Aujourd’hui, c’est le « Cirque Zavatta » qui prend le relais de ce même affichage sauvage.

 

La propreté à Noisy le Grand ?
La propreté à Noisy le Grand ?La propreté à Noisy le Grand ?

Les chantiers de BTP,

Tout Noisy-le-Grand est en chantier pour les 10 à 15 prochaines années. Se pose donc ici les modalités de mise en œuvre de la coordination de chaque chantier (loi n°93-1418 du 31 décembre 1993) qui précise les obligations du Maître d’ouvrage, du Maître d’œuvre, du Coordonnateur Sécurité et Protection de la Santé (CSPS) et des Entreprises en ce qui concerne, entre autre, la propreté. Le Coordonnateur SPS, nommé par le Maître d’Ouvrage rédige un Plan Général de Coordination (PGC) qui est diffusé au moment de l’appel d’offre. Le PGC fait partie du Dossier de Consultation des Entreprises (DCE).

Le contenu de la mission du Coordonnateur SPS est précisé dans l’Article L.4121-2 du Code du Travail. Il a tout pouvoir sur un chantier de l’arrêter à tout moment pour risque de danger, de travail illicite,……

En ce qui concerne la propreté des voies d’accès au chantier, le PGC doit prévoir un poste de lavage des roues de camions à la sortie du chantier, notamment lors des phases de gros œuvres, d’approvisionnement et d’évacuation des déchets. Voir ci-dessous un extrait d’un PGC appliqué sur un chantier à Saint-Mandé (94), en 2017.


Extrait du PGC


Armé de ces informations, nous avons voulu vérifier la propreté aux abords du chantier de la Gare de Noisy-Champs (ligne 15 Sud), en construction. Tout est dans les normes : présence d’un « Homme trafic » à l’entrée du chantier pour la sécurité, postes de lavage, nettoyage des rues à l’aide d’une balayeuse de voirie,…Mais à la décharge de Noisy-le-Grand, c’est un chantier à très gros budget !              

 

La propreté à Noisy le Grand ?La propreté à Noisy le Grand ?

Plus près de nous, sur le quartier des Bas-Heurts, nous avions constaté de nombreuses lacunes de nettoyage sur les rues des Bas-Heurts et Daniel Perdrigé lors du gros œuvre lorsque le Groupe scolaire Samuel Wallis (Maille-Horizon –Nord) sortait de terre. Aussi, nous avons consulté plusieurs riverains (1) qui ont vécu un véritable enfer. Pendant plusieurs mois, les rues étaient recouvertes d’une épaisse couche de boue liquide (car il pleuvait beaucoup). Ce marécage a subsisté pendant l’arrêt du chantier au moment des fêtes de fin d’année. Certaines familles n’ont même pas pu accueillir leurs invités. Une autre a encore une épaisse couche de boue qui a coulé au fond de sa piscine.

Aussi, en terme de propreté puisque c’est de cela dont il s’agit, posons nous les bonnes questions. Le poste de lavage des roues de camions était-il en place ou pas à la sortie du chantier ? Etait-il imposé dans le PGC ? Pourquoi le nettoyage journalier des rues  n’était-il pas effectué en fin de journée ou de semaine? Pourquoi le Coordonnateur SPS n’est-il pas intervenu pour remédier à ce dysfonctionnement?

Mais le Coordonnateur SPS n’est pas un Policier, alors qui sanctionne pour des défaillances aux abords des chantiers ? La Police municipale ?

Demain, avec ce nouveau plan d’action propreté 2018 de la Ville, a-t-on l’assurance que les rues de Noisy-le-Grand aux voisinages des chantiers BTP seront plus propres ? Peut être, mais il faudra y regarder de plus prêt avec une Maîtrise d’Ouvrage qui devra resserrer les boulons sur ses nombreux chantiers. Aujourd’hui, nous manquons d’informations  sur ce sujet (2).

 

La propreté à Noisy le Grand ?

Et encore nous pourrions parler des dépôts sauvages, des poubelles, des épaves automobiles,…

Les « dépôts sauvages », une maladie incurable car la Municipalité ne pourra  jamais mettre une caméra de vidéo-surveillance et un policier à chaque coin de rue ! Mais aussi des « poubelles » de certains garages qui restent en place sur la voie publique pendant la semaine ou le week-end, sans jamais être retirées. Et encore les « véhicules épaves » des garages qui encombrent les espaces publics ou privés depuis des années.

Pour conclure, rappelons l’Article 1 du règlement du PLU 2017 qui mentionne que les occupations et utilisations du sol sont interdites pour : les dépôts à ciel ouvert de ferrailles, de matériaux, de déchets ainsi que des véhicules épaves.

Comme le dit l’Adjoint au Maire, Délégué à la Sécurité et à la Tranquillité Publique ; les incivilités, ça peut coûter cher. Alors verbalisons les contrevenants.


_____


(1)    – Il faut aussi le dire. Un riverain de la rue des Bas-Heurts exprime toute sa gratitude au Directeur de la SOCAREN (Maître d’Ouvrage) ainsi qu’au Chef de Chantier du Groupe scolaire Samuel Wallis pour toutes les attentions qu’ils ont pu apporter aux riverains de la rue des Bas-Heurts en étant toujours à l’écoute et répondant promptement à toutes les sollicitations, afin de minimiser les désagréments permanents du chantier.
Reste maintenant à nettoyer la fameuse piscine et à payer les M3 d’eau. Par ailleurs, les plus intrépides sollicitent le Président de l’ADIHBH-V afin qu’il signale à Madame le Maire qu’il serait de bon goût de diminuer la « taxe foncière » pour cette année !

(2)    – L’ADIHBH-V a sollicité les Cabinets BTP Consultants et BEDOC chargés de la Coordination SPS sur Maille Horizon afin de récupérer les Plans Généraux de Coordination, dans le but de s’informer. Nous ferons de même auprès des Entreprises principales afin de connaître les Plans d’Installation de Chantier (PIC), car les sorties de chantiers débouchent sur le boulevard du Mont d’Est, une voirie très fréquentée par des véhicules et des Elèves du Collège François MITTERRAND et du Collège International.

______

Retrouvez-nous sur Facebook

 

Commenter cet article

ADIHBH-V 15/04/2018 20:38

" Pan sur le bec" comme dirait le "Canard enchaîné" !
Cela devait arriver... Un jour ou l'autre.
Contrairement à ce que laisse penser l'article, le résultat de cette enquête est paru dans le "Noisy magazine" de décembre 2017 page 25.

http://www.noisylegrand.fr/uploads/tx_egestiondoc/Noisy_magazine_-_240_-_Decembre_2017.pdf

Dans le dossier consacré à la propreté:
http://www.noisylegrand.fr/uploads/tx_egestiondoc/Noisy_mag_-_240_-_Decembre_2017_-_Dossier_-_Proprete.pdf

L'auteur de l'article et ses correcteurs sont condamnés à relire tous les Noisy Mag 2018 (restons mesurés) pour l'avenir....

Alex 15/04/2018 20:51

Noisy mag : En septembre et octobre, les Noiséens ont pu donner leur
avis sur la propreté de leur ville.
Que ressort-il de cette enquête ?
UN PLAN D’ACTION POUR 2018
2 questions à Carine Moreira, chef du service Gestion du domaine public

Carine Moreira : Sept cent dix-neuf Noiséens ont répondu au sondage en ligne, ce qui montre que ce sujet est au cœur des préoccupations des habitants.
Globalement,
la majorité d’entre eux (60 %) ne sont pas satisfaits de la propreté à Noisy.
Par contre, ils se montrent plutôt satisfaits de la propreté des parcs et jardins.
On remarque que 75 % des personnes interrogées ne connaissent ni la fréquence de nettoyage ni les horaires de passage dans leur quartier.
Une majorité (60 à 70 %) estime qu’il n’y a pas assez de corbeilles et d’équipements pour les déjections canines et qu’elles ne sont pas ramassées.
Par ailleurs, 90 % des personnes interrogées constatent la présence de dépôts sauvages.

Comment la Ville compte-t-elle améliorer la propreté urbaine ?
C. M. : Ces résultats nous montrent que nous devons informer davantage les habitants qui, pour beaucoup, ne savent pas comment leur ville est nettoyée, et les sensibiliser à la propreté.
C’est l’objet de la campagne lancée par la Ville, avec notamment une exposition de photographies percutantes.

À partir de 2018, nous prévoyons de multiplier par deux, voire à terme de tripler le nombre de corbeilles de rue, d’ajouter des distributeurs de sacs et d’installer à certains endroits des « canisettes » pour les déjections canines.

Un diagnostic sur l’évolution de la salissure des voies a été réalisé et permettra d’optimiser les fréquences de passage des balayeuses. Enfin, en collaboration avec le territoire Grand Paris Grand Est, une réflexion sera menée sur l’élargissement des horaires de la déchèterie.

Vos réponses à l’enquête sur la propreté urbaine
90 % constatent la présence de dépôts sauvages
87 % remarquent que les propriétaires de chien ne ramassent par les déjections canines et
76 % que la ville n’est pas bien équipée en la matière
69 % pensent que
le nombre de corbeilles de rue est insuffisant
55 % estiment que la fréquence de nettoyage des rues n’est pas suffisante

jf Loi 13/04/2018 14:43

J'ai quelques doutes quant à l'efficacité des "campagnes de sensibilisation" et à l'espoir de changer les comportements de ceux qui abandonnent des caddies d'Intermarché, des gravois, des canettes et autres dans les rues de notre quartier. C'est toujours bien de communiquer, mais le mieux serait d'agir. Notre quartier est à l'abandon. Malgré les signalements fait, rien ne change. Les voies sont sales, et non entretenues ; je lance un sondage adressé aux habitants des bas heurts : pouvez vous signaler la dernière fois que vous avez vu un cantonnier ou une balayeuse passer dans le quartier? Des chantiers ouvrent, et c'est très bien, mais les dispositions nécessaires à la bonne tenue des abords évoquées dans l'article du blog ont elles été prévues et mises en place ?? Si après les dernières élections nous avons cru à une amélioration de nos conditions de vie, force est de constater que cela n'a pas duré. Terrains mal clôturés, clôtures non entretenues, bornes cassées, terrains vagues très vagues, souillures. Si pajon était encore là, non serions aussi bien servi. On en a marre de répéter tout le temps les mêmes choses ....