Nestlé France quitte Noisiel

Publié le par ADIHBH-V

NESTLÉ FRANCE


LÂCHE SON ILLUSTRE SIÈGE


 DE NOISIEL
______

Nestlé France quitte Noisiel

Les rumeurs sur un éventuel départ couraient depuis le début de l’année 2017, Nestlé France ayant évoqué à ses salariés une étude sur le regroupement de ses cinq sièges sociaux. Mi octobre 2017, les dirigeants de Nestlé France assuraient encore qu’un déménagement constituait « l’un des scénarios envisagés », mais que rien n’était encore décidé. Le groupe inaugurait  le 25 octobre 2017 une turbine hydroélectrique de 466 kilowatts, pour un investissement de 3 millions d'euros.


Aujourd'hui répartis sur cinq sites en région parisienne, les 2500 salariés de Nestlé France (épicerie sèche) seront rassemblés pour le 4ème trimestre de 2019 dans un immeuble neuf situé entre Issy-les-Moulineaux et la Porte de Versailles. Richard Girardot, le patron de Nestlé France, l'a annoncé le mardi 14 novembre lors d'un comité de groupe, puis aux salariés lors d'une allocution retransmise sur Facebook.

«Nous allons ainsi créer le premier centre d'expertise agroalimentaire en France, confie Richard Girardot au Figaro. C'est un signe fort, symbole de notre relance sur le territoire français, avec la création d'un Nestlé.»

Pour la première fois, les salariés d'Herta (charcuterie sous vide et plats cuisinés), Nespresso (café), Nestlé Waters (eaux minérales)  et Galderma (laboratoire dermatologique) seront réunis sur un siège unique.
 
Première société agroalimentaire de France, avec 4,5 milliards d'euros de chiffre d'affaires, la filiale du groupe Suisse était implantée depuis 22 ans à Noisiel, dans l'Est de Paris, où travaillent 1300 salariés. Ce site historique, celui de l'ancienne chocolaterie Menier, sera mis en vente. Le groupe espère en tirer un bon prix, dans la mesure où il est situé tout près de la base nautique de Vaires-sur-Marne, choisie pour les JO de 2024.

Ce déménagement s'intègre dans la stratégie mondiale de Nestlé de réunifier ses sièges afin de réduire les coûts. En France, la direction a mené une étude de plusieurs mois pour choisir l'emplacement idéal, en tenant compte des intérêts et des temps de trajets de tous les collaborateurs.

Malgré le départ, Nestlé renoue avec l’hydroélectricité…

Nestlé France quitte Noisiel

Nestlé France  inaugurait  le 25 octobre 2017 une turbine hydroélectrique adossée au Moulin Saulnier.  La force motrice de l’eau avait été utilisée pour la dernière fois en 1977 dans l’ancienne chocolaterie Menier, après une lente régression depuis la seconde Guerre mondiale.

Fabriquée en France, cette turbine de 32 tonnes, a une puissance de 466 Kwatts et tourne, entraînée par une chute d’eau de 3 m. La production d’électricité sera réinjectée directement dans le réseau électrique et permettra de couvrir 25% de la consommation du siège, soit en moyenne 2300 MWH/an.   

L’économie annuelle d’émission est estimée à 190 tonnes d’équivalent CO2, ce qui correspond à 20 fois le tour du monde en voiture.

Extraits de la motion présentée lors du Conseil municipal de Noisiel réuni en séance ordinaire le vendredi 24 novembre 2017.

•    Considérant qu’aujourd’hui 1300 salariés travaillent sur ce site à Noisiel et la municipalité partage leur inquiétude sur l’avenir de leurs emplois,
•    Considérant que ce site classé, situé notamment à proximité de futurs aménagements olympiques, à fort caractère à la fois patrimonial, industriel et environnemental a un impact certain sur le mieux-vivre des communes proches et l’attractivité de notre territoire,
•    Considérant qu’avec ce déménagement, la Commune, la Région et l’Etat sont concernés et, mis devant leur responsabilités, se doivent d’agir suivant les modalités les plus appropriées concernant à la fois la défense des salariés et la politique d’aménagement du territoire. Ce site, avec ses spécificités uniques, doit faire l’objet d’une attention particulière.
•    Considérant que dans le cadre de la construction du Grand Paris, et quel que soit son périmètre, ce déménagement est synonyme d’interrogations et d’inquiétudes en matière d’emplois sur notre territoire et en termes d’attractivité du territoire.

Le Conseil municipal de Noisiel alerte solennellement les pouvoirs publics afin qu’ils puissent agir en concertation, afin de peser efficacement pour tout à la fois préserver l’originalité, l’histoire et l’unité de ce site et en faire un élément structurant participant à l’amélioration du cadre de vie et du dynamisme de notre territoire.

Ce Conseil municipal dit que les élus de Noisiel seront vigilants à ce que l’unicité du site puisse être préservée et que des emplois qualifiés puissent y être développés avec une activité à forte valeur ajoutée pour notre territoire.

_____

Quelques dates historiques

1825 : Menier achète le moulin de Noisiel, qui sera par la suite agrandi et décoré.
1868 : Nestlé, originaire de Suisse, fait son apparition en France avec l’ouverture à Paris d’un point de vente de ses farines lactées pour enfants en bas âge.
Fin du XIXe  siècle : L’heure de gloire de la chocolaterie. Plus de 2 200 ouvriers s’affairent pour produire 70 tonnes de chocolat par jour.
1959 : L’ancienne chocolaterie n’appartient plus aux Menier qui sont ruinés, écrasés par la concurrence. Les propriétaires se succèdent.
1988 : Nestlé hérite du site à la suite d’une acquisition d’entreprise. La multinationale Suisse veut s’en débarrasser et fait appel au Cabinet d’Architectes Reichen et Robert afin de réaliser les travaux nécessaires à la vente.
1994 : Nestlé change d’avis. Début des travaux, qui coûteront environ 630 millions de francs (96 millions d’euros).
1996 : Nestlé s’installe dans l’ancienne chocolaterie Menier réhabilitée.
2012 : Environ 1 300 salariés travaillent sur les 14 hectares du site.

 

Références bibliographiques :
-    Le FIGARO, 14 novembre 2017, Ivan LETESSIER,
-    Le PARISIEN, 29 octobre 2017, Julie OLAGNOL,
-    Conseil municipal de Noisiel du vendredi 24 novembre 2017.

________________________

Retrouvez notre page Facebook:
https://www.facebook.com/Le-Vrai-Journal-de-Noisy-le-Grand-732266683571568/

 

Publié dans Lettre de l'ADIHBH-V

Commenter cet article

Derder 21/06/2018 07:04

Une calamité pour les salariés, Nestle se fiche bien des conséquences pour les familles des salariés habitant dans l Est parisien et des problèmes qu il vont devoir affronter
Seul la notion de profit et de rentabilité est prise en compte d ailleurs que dire des 400 à 600 emplois supprimés et ce malgré les aides de l état reversé à NESTLE-France

Issard 26/11/2017 17:38

Quid du rééquilibrage des emplois à l'Est Francilien?
Quid de la migration pendulaire journalière des salariés qui résident à l'Est et qui ont un emploi au Sud ou à l'Ouest?
Sur 1300 salariés, vraisemblablement qu'une grande majorité résident à l'Est depuis 22 ans, et n'encombrent pas aujourd'hui les transports en commun. Demain ce ne sera plus le cas!
Et le Cluster DESCARTE de Champs -sur-Marne il ne présentait aucun intérêts pour Nestlé??? GALDERMA c'est aussi de la Recherche et Développement !!!
Mais il faut faire des économies pour satisfaire les actionnaires.